Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. Quelques "univers" de représentations : l'expression sociale de la sensibilité

Le monde de l’ovalie : la place du féminin dans une culture d’hommes

Note de recherche

Anne Saouter

Texte intégral

1Le milieu rugbystique, uniquement masc ulin de prime abord, révèle une construction sociale et symbolique vraiment singulière pour définir la place du féminin.

2J'ai abordé le milieu sportif du rugby à travers une démarche ethnographique. Mon étude de terrain a duré plus d'un an et a exigé une longue observation participante (cela concerne surtout le rugby béglais, mais j'ai également eu des contacts avec le milieu rugbystique d'autres régions et constatant une certaine constance dans le discours que j'entendais chez les rugbymen, je me suis permis de donner à mon analyse une portée plus générale). J'ai donc assisté à de nombreux matches ainsi qu'à des "troisième mi-temps". Mon intégration s'est faite beaucoup plus rapidement et facilement que je ne l'aurais cru. Bien sût, je devais affronter les premières provocations verbales que semblaient induire mon identité de femme : "Pourquoi une femme s'intéresse au rugby ?", "Qu'est-ce qu'une femme peut bien raconter sur les rugbymen ?" Mais on a vite répondu à ma demande d'observation par une intégration graduelle.

3Face à cette société d'hommes et à un sport où la virilité est sans cesse mise en valeur, le féminin a un statut particulier. Souvent ignorée dans les écrits concernant le rugby, la présence des femmes est pourtant à considérer ; car après tout, pourquoi être viril si ce n'est pour les femmes ? En abordant la question du féminin, j'ai découvert qu'il y avait trois catégories bien définies de femmes dans le rugby : celle des fameuses groupies, celle des épouses et des mères et celle des copines de comptoir.

4La différence entre la catégorie des groupies et celle de l'épouse se révèle à travers la parole. On parle outrageusement de la groupie, mais on reste par contre silencieux au sujet de l'épouse. L'union conjugale est sacrée et inspire une discrétion verbale protectrice.

5En ce qui concerne le domaine de l'alliance, la société rugbystique offre un parfait exemple d'endogamie. La majorité des mariages se célèbre entre gens du rugby. Les possibilités de rencontre sont nombreuses, le cas de figure le plus banal est celui de la sœur qui va voir son frère jouer, qui l'accompagne aux entraînements et qui finit par être présentée aux autres joueurs...

6La plupart des femmes de rugbymen se sentent impliquées dans la pratique de leur maris. Elles sont régulièrement dans les tribunes pour tes encourager. Mais leur attitude de supportrice ne doit pas dépasser certaines limites : elles ne doivent pas se laisser emporter, crier trop fort ou lancer des propos injurieux envers l'arbitre. Bref, elles ne doivent pas trop se faire remarquer.

7Pour analyser de manière plus complète la place et le rôle de la femme dans le rugby, il serait intéressant d'aborder le rugby féminin, qui, comme on s'en serait douté, est très souvent condamné par les rugbymen. Cela a été brièvement traité dans mon mémoire. La continuation de celui-ci, en thèse, prévoit d'examiner de façon détaillée cette autre facette du rugby.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.