Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

4. Quelques "univers" de représentations : l'expression sociale de la sensibilité

La contagion des émotions sportives

Pascal Duret

Texte intégral

I - INTRODUCTION

  • 1 composition de l'échantillon :

1Comment se transmettent les émotions sportives ? Sous quelles conditions, celles du sportif deviennent-elles particulièrement contagieuses pour les spectateurs ? Des auteurs ont tenté de répondre à ces questions en analysant les symboles véhiculés par les pratiques sportives, Ces productions de discours proches de la philosophie (B. Jeu, 1987, T. Vargas, 1992) s'opéraient, de fait, sans véritable armature méthodologique. Notre propos consiste a essayer de leur en donner une, en étudiant les émotions sportives à partir d'analyse de contenu d'entretiens recueillis auprès d'un échantillon de 64 lecteur1 de L'Équipe à la bibliothèque de l'INSEP. Dans un premier temps, les sujets étaient invités à raconter leurs souvenirs de spectacle de victoires ou de défaites particulièrement émouvantes ; dans un second, ils devaient au contraire relater des cas où l'émotion du sportif, pourtant manifeste, ne les avait pas touchés. Il a été possible de regrouper ces récits retraçant des "grands moments" de l'histoire récente du sport, par catégorie de sens. Notre hypothèse centrale est que l'émotion réside dans les trames narratives que nous racontent chacune de ces victoires ou chacune de ces défaites.

II - ANALYSE DES VICTOIRES

2Au niveau des victoires, les entretiens montrent que le triomphe en luimême n'a que peu de sens, sans trois principaux paramètres qui lui confèrent sa charge émotionnelle.

  • Le paramètre le plus évident qui apparaît dans plus d'un entretien sur deux, c'est qu'il y a une transmutation de la performance en émotion. La grandeur de l'émotion serait proportionnelle à la taille des exploits ; c'est de la démesure même de la situation que les compétiteurs tireraient leur héroïsme, les sujets citant des records historiques et relatant ici les médailles olympique de J.-C. Killy de G. Drut ou de M.-J. Perec.
  • Le deuxième paramètre permet à affiner le premier. La victoire du vainqueur n'a de prix qu'au regard de la valeur de celui dont il a triomphé. A ce titre, les dissymétries entre les opposants représentent la source majeure d'émotion :
    1. Dissymétrie d'âge d'abord, Les sujets les plus âgés nous rappellent la victoire du jeune Carpentier qui n'a que 15 ans quand il remporte son premier titre européen des "welter", ou bien le duel de Coppi contre Bartali dans le Giro de 1949, ou encore la victoire du jeune Borg quand il gagne face à Orantes son premier Roland-Garros. Les plus jeunes citent P. Sampras ou A. Agassi : thème éternel de l'ascendance de la jeunesse face au crépuscule de l'âge mûr. Ce thème bien sûr peut se lire dans l'autre sens quand ce sont Foreman ou Connors les vieux lions des stades qui tiennent la dragée haute à des champions dans la force de l'âge.
    2. Dissymétrie ensuite dans la notoriété. Les sujets citent par exemple la victoire de Willander 69ème joueur mondial contre Lendl no 2 mondial à Roland-Garros en 1982, celle de l'équipe de France de football en 1986 contre les géants du Brésil favoris de la coupe du monde, ou plus récemment celle du Danemark au championnat d'Europe de Foot, Tout ces combats de "David" contre "Goliath" procurent les plus grandes émotions.
  • Un pas semble franchit pour les sujets dans l'intensité des émotions quand la victoire semble un triomphe du sportif sur son propre destin. Les sportifs ne sont plus alors qualifiés de champions mais de héros. Les plus cités sont M. Jazy, R. Poulidor mais aussi Magic Johnson, le basketteur des "Lakers", porteur du virus du SIDA qui va malgré tout remporter une médaille olympique avec la Dream Team ou Gail Devers, la miraculée qu'on a failli amputer des pieds durant l'hiver 1991 et qui triomphe en sprint féminin aux Jeux à Barcelone. Ici, ce sont souvent les mêmes héros que l'on évoque ; on passe de 26 champions illustrant les dissymétries de notoriété à 7 champions illustrant la lutte contre le destin.

3Ce tableau récapitulatif permet de repérer la fréquence d'apparition des thèmes et le nombre de champions qu'ils mobilisent :

III - ANALYSE DES DÉFAITES

  • 2 Du coup il prend sa revanche en 1993 à Munich quand dès la fin du match, où l'O.Μ. est vainqueur, (...)

4La première des conditions pour que le perdant émeuve touche à l'authentification de l'émotion du malheureux. Le cas d'inauthenticité le plus fréquemment cité est celui de Basil Boli. En Mai 1991, l'Ο.Μ est finaliste de la coupe d'Europe à Bari mais l'équipe perd 1 à 0 et sous le choc Basil Boli, le défenseur marseillais fond en larmes. Ces larmes ont fait couler beaucoup d'encre, la première fois qu'on les voit, elles émeuvent les spectateurs, Mais trois jours plus tard Marseille perd un match de championnat de France et Boli pleure à nouveau ; enfin à la fin de la même semaine l'O.M. perd en finale de la coupe de France contre Monaco et là encore Boli pleure ! Par leur répétition même, ces pleurs font basculer le spectateur de la compassion vers la moquerie, et la même conduite qui émouvait en début de semaine, fait rire en fin de semaine et a même donné lieu à un quolibet : "Que fait Boli ? Il pleure pardi I". La banalisation de la souffrance liquide du même coup l'émotion. L'attitude de Boli est alors taxée d'artificielle, l'émotion vraie étant ramenée du coté de la rareté2, Voilà un premier exemple qui montre que ce n'est pas l'acte en lui-même mais sa signification et son contexte qui émeuvent.

5Le tragique trouve sa dimension suprême lorsque le "petit", l'"outsider", affronte le favori, le fait vaciller, mais finalement perd. C'est Ocana quand il réalise une échappée lui permettant de distancer l'invincible Merckx mais qu'une chute fait envoler tout ses espoirs, C'est Mac Enroe quand il gagne à Wimbledon 22-20 le "tie-break" contre Borg, mais perd finalement au 4ème set contre le Suédois aux nerfs d'acier ; c'est encore Mac Enroe quand il fait naître les plus grands moments du tennis d'attaque contre Lendl, en menant sur terre battue à Roland-Garros 2-0, il semble un instant effriter le "roc-Lendl", mais celui-ci remonte au score et le bat en 5 sets ; c'est enfin l'équipe de France de football en 1986 contre l'Allemagne lorsque les tricolores amènent tous leurs supporters à croire en une victoire maintenant toute proche, mensonge éphémère du destin, mais que les Allemands reviennent et gagnent à la dernière minute laissant les Français à leur rêve de gloire, Un des sujets de l'enquête a eu, à propos de cette défaite une formule saisissante "C'est comme si on avait vu un mort se relever ; on a perdu, on pouvait pourtant rien faire de plus, c'était écrit'. Les spectateurs aiment ces perdants sublimes, ces “Hector" qui font douter de l'invincibilité des''Achille".

6Enfin, passer dans la défaite pour quelqu'un qui subit des injustices constitue un bon moyen pour se grandir. Les sujets citent des boxeurs ou des patineurs artistiques victimes selon eux d'erreurs d'arbitrage, des joueurs de football, de rugby, de basket bail et de volley ball, écartés sans scrupule selon eux des sélections nationales. L'injustice peut alors émouvoir mais à condition de respecter des contraintes très strictes de mise en forme de la plainte.

7Pour nous en expliquer, prenons l'exemple contradictoire des Duschesnay et de Cantona qui pensent subir des injustices.

8Alain Billouin rapporte en parlant des Duschesnay au championnat d'Europe de Leningrad : "Ils savaient à l'avance qu'ils ne pourraient pas faire mieux qu'une médaille de bronze, leurs concurrents directs étant soviétiques, les notes qualifiées par eux d'étranges et de bizarres leur semblent orchestrées en coulisses". Avant son départ en Angleterre, Cantona exprime son mécontentement dès qu'il s'estime soumis a une injustice : On peut ramener ces formes de protestation à un carré sémiotique à quatre actants :

9Le persécuteur : les juges en patinage ou l'arbitre ou le sélectionneur en foot.

10La victime : le sportif lésé qui va refuser le jugement et prendre appui sur les médias qui fonctionnent comme les véritables dénonciateurs de l'injustice (flèches 1 et 2 sur le schéma).

11Ce dénonciateur va activer le sauveur capable d'invalider le jugement du persécuteur. Le sauveur est toujours un acteur social de très grande taille, en général l'opinion publique (flèches 3 et 4 sur le schéma).

Schéma des formes légitimes de protestation

Schéma des formes légitimes de protestation

12Si les histoires se ressemblent certains détails vont tout changer au niveau des émotions procurées aux spectateurs.

13- La première différence réside dans la désingularisation de la plainte, Isabelle et Paul ne se plaignent jamais eux-mêmes, ils ont des intermédiaires, des porteparole ; par contre Cantona cumule le rôle de victime et de dénonciateur.

14- Seconde différence, Isabelle et Paul ne se font jamais plaindre en leur nom propre, ils montrent au contraire que les persécutions dont ils font l'objet ne portent pas sur eux en temps que personnes mais sur leur patinage. Du coup ce n'est plus eux mais l'innovation qu'on sacrifie. Puisque la plainte est généralisable, tout le monde peut se rallier à leur cause. Là encore Cantona ne satisfait pas à cette exigence formelle puisque la seule cause qu'il incarne c'est la sienne, Quand Henri Michel sélectionneur avant M. Platini de l'équipe de France refuse de le sélectionner il déclare "Henri Michel refuse de me sélectionner et bien tant mieux, je ne jouerai plus en équipe de France tant qu'il sera sélectionneur, Je souhaite qu'il se rende compte qu'il est le sélectionneur le plus incompétent du football mondial". Au moins c'est clair, c'est une histoire entre H, Michel et lui. A travers ces réactions face à des injustices, on voit bien que c'est moins le fond commun de la protestation qui compte pour émouvoir que le contexte et la mise en forme.

IV - CONCLUSION

  • 3 Lire à ce propos L'activité sociale normative, sous la direction de P. Fritsch, CNRS édition, 1992

15Le spectacle sportif exploite et promeut les émotions, magnifiant les vainqueurs et à l'occasion les vaincus. Mais, il faut souligner en conclusion un le paradoxe propre à nos sociétés qui pour vivre ont besoin de broyer, de moudre des événements et des informations. On est donc dans des sociétés de moins en moins "idéologiques" et de plus en plus "informatives"3. Les pratiques qui sont censées pourvoir de l'information sont privilégiées. Le sport fait partie de celleslà, c'est même un fournisseur intarissable de résultats. Il suffirait de faire jouer cinq fois dans la même semaine Pau contre Orthez ou contre Limoges pour avoir toujours des résultats nouveaux. Le championnat de football vient de finir, quelle importance ? un autre recommence. On peut aussi multiplier les evenement extraordinaires et fournir comme en boxe, des matches du siècle et des plus grands champions de tout les temps chaque mois ! Le sport permet des lors de consommer de l'image, du feuilleton, du Dallas sportif mais la prolifération et la profusion même de ces images et des résultats rentrent en contradiction avec le principe de rareté propre aux véritables émotions.

Bibliographie

Bibliographie

AUGUSTINI M., DURET P. Emotion, compétition, et représentation, in Cahier de l'Université d'été USEP/UFOLEP, 1993.

DURET P., L'héroïsme sportif, Paris : P.U.F., 1993.

JEU B„ Analyse du sport, Paris : P.U.F., 1987.

HARRE R., Grammaire et vecteurs des représentations sociales in Denise Jodelet ed., Les représentations sociales, Pdris : P.U.F., 1989.

VARGAS T„ Philosophie du sport, Paris : P.U.F., 1992.

VIGARELLO G,, Gouverner et expliquer l'impossible, in : "le gouvernement du corps". Communications, 1992, no 56, p. 9-23.

Notes

1 composition de l'échantillon :

Image

2 Du coup il prend sa revanche en 1993 à Munich quand dès la fin du match, où l'O.Μ. est vainqueur, il se précipité vers les tribunes pour montrer que les larmes appartiennent au passé et en s'amusant spontanément avec les commentateurs sportifs tout en laissant libre cours à sa joie.

3 Lire à ce propos L'activité sociale normative, sous la direction de P. Fritsch, CNRS édition, 1992.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Schéma des formes légitimes de protestation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.