Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. L'espace du jeu : agents, conduites et modalités d'expression

L’espace des sociabilités féminines en sports collectifs

Christine Mennesson

Texte intégral

I - OBJET D’ÉTUDE, AXES THÉORIQUES ET HYPOTHÈSES DE TRAVAIL

1Les sociabilités d'équipes féminines de sports collectifs constituent l'objet d'une étude dont nous exposons ici les principaux résultats.

2Nous définissons provisoirement la sociabilité comme "les formes d'expressions et la régularité des manifestations et des relations qu'un individu entretient avec autrui dans un domaine constitué objectivable" (Chazel 1971).

3Pourquoi s'être intéressé aux aspects relationnels des pratiques collectives féminines ? Dans une perspective weberienne, les associations, quelles qu'elles soient, sont des lieux où se rassemblent des individus qui partagent des valeurs semblables, qui possèdent un "éthos" commun, afin de promouvoir les valeurs qu'ils défendent. Or, les sports collectifs sont, historiquement et psycho-sociologiquement, une affaire d'hommes (Messner, 1992). Ils représentent ainsi un mode de sociabilité culturellement valorisé : "fraternité — combativité — masculinité" (exemple de la publicité BNP avec le rugby). Pour Messner (1992), il s'agit cependant d'une "fraternité" bien particulière : le système compétitif et hiérarchique du monde sportif, et une peur irrationnelle à l'égard de l'homosexualité, rendent impensables et impossibles, pour les hommes sportifs et en particulier pour les pratiquants de sports collectifs, l'existence de liens intimes avec les autres. Dès lors, se pose la question de la possibilité, pour les pratiquantes, d'exister en tant que femmes dans un tel milieu.

4Comment structurent-elles leurs relations pour maintenir, voire renforcer une certaine cohérence identitaire ?

5Cette question renvoie à deux axes de réflexion :

  • Les sports collectifs étudiés (football, hand-ball, basket bail, volley ball) présentent des caractéristiques techniques et symboliques différenciées. L'analyse de l'influence de ces variables sur la structuration des sociabilités des équipes constitue une partie importante de l'exposé des résultats.
  • Les pratiques collectives féminines constituent un terrain d'observation privilégié pour étudier les effets de la différenciation sexuelle en matière de pratique sportive.

6Deux options théoriques sont envisageables, l'une "essentialiste", où le genre est la variable explicative première dans l'analyse des conditions de vie des femmes (Simmel 1989), l'autre "structuraliste", pour laquelle la différenciation homme-femme est déterminée, structurée, par des raisons sociales (Bourdieu, 1980).

7En fait, les travaux de Pierre Bourdieu mettent en évidence la structuration conjointe de l'identité sexuelle et des représentations du monde social : "l'habitus produit des constructions socialement sexuées du monde et du corps propre", et les conditions sociales dont il est le produit, "sont, en dernière analyse, la condition cachée de l'efficacité réelle de cette action en apparence magique" (Bourdieu, 1990). Des auteurs canadiens, comme Suzanne Laberge (1988) ou Leslie Mac Call sont proches de cette position et réintroduisent la variable du genre dans les concepts de capital économique et de capital culturel. C. Suaud (1988) met également en évidence l'influence d'une position sociale et culturelle défavorisée sur l'affirmation "de contre-identité" des filles dans le champ des pratiques sportives. C'est dans cette perspective de "double contrainte", sexuelle et sociale, que l'analyse de l'espace des sociabilités des équipes féminines de sports collectifs, est organisée. Toutefois, il n'est pas question, dans cette première investigation d'un problème théorique aussi important, de prendre parti pour une position particulière.

8L'objectif de cette étude est de cerner, à partir d'une description détaillée des caractéristiques des sociabilités féminines en sports collectifs, la complexité de l'influence conjointe de variables relatives aux pratiques (caractéristiques techniques et symboliques) et de variables liées aux pratiquantes (genre et position sociale).

II - MÉTHODOLOGIE

9Une enquête par questionnaire a été menée, dans un premier temps, auprès de l'ensemble des membres de 19 équipes féminines alsaciennes, de niveau régional à national, dans quatre pratiques collectives : football, handball, basket bail, volley bail. La seconde phase, en cours de réalisation, s'appuie sur des interviews de joueuses, dirigeants et entraîneurs.

10Pour appréhender la sociabilité des différentes équipes, nous avons constitué trois groupes d'indicateurs :

  • Un groupe d'indicateurs appelé "sociabilité interne à l'équipe et au club", formé de l'ensemble des relations entre les membres d'une équipe dans le cadre du club : entraînements, matchs et soirées qui les suivent,
  • Un groupe d'indicateurs dénommé "sociabilité interne à l'équipe et extérieure au club" : c'est l'ensemble des relations entre les membres d'une équipe, hors du cadre du club.
  • Un groupe d'indicateurs "sociabilité externe à l'équipe et au club", constitué de l'ensemble des relations que les joueuses entretiennent individuellement avec des personnes extérieures au club, dans des lieux différents de celui-ci.

11Pour construire l'espace des sociabilités des équipes étudiées, nous avons retenu les variables qui sont apparues comme les plus discriminatives : les fréquences de rencontres entre les membres de l'équipe, au sein du club d'une part, et hors du cadre du club, d'autre part.

  • 1 Il ne nous est pas possible, dans le cadre du présent article, de publier les différentes figures (...)

12Les clubs se positionnent dans l'espace selon deux axes : un axe vertical "sociabilité-, sociabilité +", qui rend compte du volume global des rencontres entre les membres d'une équipe, et un axe horizontal "sociabilité interne -/externe +, sociabilité interne +/externe qui permet d'appréhender la structure (interne/externe) de la sociabilité de chaque équipe1.

13La position de chaque club par rapport à l'axe vertical représente la moyenne des coefficients (de 1 à 4), attribués à la fréquence des rencontres externes et internes de chacun de ses membres, en fonction de son intensité (4 pour un membre qui retrouve ses coéquipières plus d'une fois par semaine, 3 pour une fois par semaine, 2 pour une à deux fois par mois, 1 pour moins d'une fois par mois). La position des clubs par rapport à l'axe horizontal résulte de la différence entre la moyenne des coefficients relatifs aux rencontres internes et celle des coefficients relatifs aux rencontres externes de l'ensemble des membres.

14Les matchs et les entraînements, moments de rencontre "obligatoires", ne sont pas comptabilisés dans la sociabilité interne au club. Sont prises en compte, sous "le chapeau" sociabilité interne, les rencontres qui suivent les entraînements ou les matches.

III - RÉSULTATS

1. Des modes de sociabilité diversifiés

15La structure des sociabilités des différentes équipes apparaît très contrastée, compte tenu la diversité des positions qu'elles occupent dans l'espace. Ainsi, si les membres de quatre équipes ne se rencontrent en moyenne qu'une fois tous les quinze jours "dans" et "hors" du club, les joueuses de quatre autres équipes se fréquentent une à plusieurs fois par semaine, "dans" et "hors" du club. D'autre part, sur les dix-neuf équipes étudiées, trois se voient plus fréquemment hors du cadre du club qu'en son sein, alors que les membres de trois autres équipes ne se rencontrent quasiment jamais à l'extérieur du club.

16La diversité des volumes de sociabilité et de leur degré "d'intériorité" ou "d'extériorité" renvoie, en fait, à une organisation et à des formes de sociabilité différentes voire divergentes, même si elles présentent des points communs.

17Ainsi, si la rencontre d'après-match au restaurant apparaît comme un comportement central et quasi-ritualisé (87 % des filles qui se retrouvent à l'issue des matchs vont au restaurant), la fréquentation d'autres lieux annexes témoigne de l'existence de relations différentes. Les cafés et les clubs-houses sont fréquentés par la majorité des membres d'équipes au volume de sociabilité plutôt élevé, tandis que la plupart des équipes au volume de sociabilité plus faible, se réunissent aux domiciles des membres.

18Une fréquence de rencontre élevée semble donc aller de pair avec des lieux de rencontre publics, comme si le groupe tentait de renforcer sa cohérence en se présentant et se représentant dans sa totalité.

19Les domiciles des membres, lieux par définition intimes et personnalisés, favorisent les relations binaires, ou de petits groupes, à l'intérieur des équipes au volume de sociabilité moins élevé.

20Une fréquence élevée des relations semble ainsi corrélée avec un degré important d'attachement à l'équipe et une certaine tendance à une vie "communautaire", une fréquence plus faible étant liée à une propension des membres à préserver une relation personnelle à la pratique et aux coéquipières.

21L'analyse des sujets de discussion des joueuses tend à renforcer cette bipolarité dans l'organisation des relations au sein des équipes féminines, Ainsi, si la vie quotidienne des joueuses est un sujet de discussion dans toutes les équipes, l'analyse du match qui précède les repas n'a pas la même importance en fonction des équipes :

22Dans certaines équipes, au volume de sociabilité moyen ou faible, se retrouvant plutôt au domicile des membres (en plus du restaurant), la quasi-totalité des joueuses analyse le résultat du match. Au sein d'équipes au volume de sociabilité plus élevé, qui privilégient le café ou le club-house comme lieux annexes de rencontre, une minorité de joueuses participent à l'analyse du match.

23Tout se passe comme ci, pour les joueuses qui se rencontrent fréquemment, dans des lieux publics, la cohésion du groupe était plus importante que l'aspect technico-tactique de la pratique. On peut avancer qu'elles évitent ainsi les analyses du jeu qui risqueraient de compromettre leur unité en questionnant l'action de chacune.

24Pour les membres des équipes au volume de sociabilité plus moyen, voire faible, qui privilégient les relations personnalisées au domicile des membres, l'intérêt pour l'analyse du match est important : le résultat semble être l'objectif prioritaire de leur engagement sportif et tout ce qui concourt à son amélioration requiert leur attention. Bien évidemment, tous les résultats présentés ci-dessus n'indiquent que des grandes tendances, des exceptions existant à chacune des caractéristiques énoncées.

25Cependant, ces premiers résultats descriptifs des sociabilités des équipes étudiées, permettent de se positionner dans le débat sur l'existence ou non de spécificités féminines. Si les sujets de discussion, centrés prioritairement sur la vie quotidienne des joueuses, et l'importance de la fréquentation globale du domicile des membres (plus de 50 % des membres), peuvent renforcer l'idée d'un particularisme féminin (la femme, pour Simmel (1989), serait caractérisée par l'importance donnée au temps présent et à la vie privée), d'autres aspects des sociabilités féminines (fréquentation des clubs-houses et des cafés, attachement au groupe, vie parfois "communautaire"), remettent en cause cette spécificité féminine. L'inégale intensité des débats relatifs aux pratiques homosexuelles dans les équipes féminines, plus violents dans les groupes les plus centrés sur eux-mêmes, plus euphémisés et moins essentiels dans les groupes qui se fréquentent moins, montre la diversité du processus de construction des identités féminines. En fait, les représentations et les manières d'être femme dans le "monde" des sports collectifs sont manifestement différentes en fonction de la position que les équipes occupent dans l'espace.

26Reste une question essentielle, à laquelle nous allons tenter de répondre maintenant : quelles sont les caractéristiques des pratiques, et les dispositions des pratiquantes, qui déterminent, tout du moins en partie, les positions occupées par les différentes équipes.

2. Caractéristiques techniques et sociabilités

27Avant d'aborder la répartition des clubs par pratique, une remarque sur l'influence du niveau de jeu des équipes, qui est relativement importante pour les clubs de niveau régional : leurs membres sont ceux qui se rencontrent le moins. Ceci ne paraît pas étonnant si l'on tient compte du fait que le nombre d'entraînements, voire de matchs, y est beaucoup plus réduit que pour les niveaux de jeu supérieurs. Les occasions de se rencontrer sont donc nettement moins importantes. Au-dessus du niveau régional, la variable niveau joue un rôle moins important : si les joueuses de Nationale I et II se rencontrent globalement plus que celles de Nationale II et IV, certaines équipes de N III ou N IV ont un volume de sociabilité plus important que des équipes de N I et N II.

28Le poids de la discipline pratiquée est en revanche plus pertinente pour caractériser les différents types de sociabilité.

29La répartition des équipes des différentes pratiques dans l'espace fait apparaître, en effet, une concentration assez importante des clubs d'une même discipline pour trois sports collectifs sur quatre (football, hand-ball, volley ball). Les fréquences de rencontre, au sein du club et hors du club, des joueuses des quatre pratiques, construisent un axe "forte centration sur la pratique-centration moins importante", sur lequel s'ordonnent le football, le hand-ball, le basket ball et le volley ball.

30En fait, les deux types de sociabilité relativement antagonistes repérés précédemment, correspondent chacun à des pratiques dont les caractéristiques techniques et symboliques s'opposent à tous points de vue : du sport de contact, représenté comme plutôt masculin, pour le foot et le hand (dans une moindre mesure), à la distance à l'adversaire, perçue plutôt comme une caractéristique féminine, au volley-ball.

31Ainsi, les joueuses de foot et de hand, se retrouvent plus fréquemment, dans et hors du club, que les basketteuses et les volleyeuses.

32L'analyse des rencontres hors du cadre du club est intéressante dans une perspective de comparaison inter-pratiques, car elle permet d'appréhender l'attachement des joueuses aux membres de leur équipe, au-delà des relations quasi-institutionnalisées qui se déroulent au sein des clubs. Les footballeuses et les handballeuses ont tendance, lors de leurs rencontres hors cadre du club, à recréer l'unité de l'équipe, ou, tout du moins, à se regrouper par sous-groupes relativement importants. Le phénomène est semblable chez les basketteuses, à une fréquence moins élevée toutefois. En revanche les volleyeuses, se retrouvent peu hors du cadre du club, et jamais en nombre important.

33Les lieux des rencontres hors cadre du cadre du club diffèrent de manière significative dans les quatre pratiques. Ainsi, les domiciles des membres sont les seuls lieux de rencontre des footballeuses, alors que les joueuses de hand et de basket se rencontrent aussi au restaurant et au cinéma.

34Les volleyeuses, dont la majorité des membres de 2 équipes (sur 4) ne se retrouvent pas à l'extérieur du club, fréquentent peu le restaurant et les domiciles des membres mais pratiquent ensemble (souvent par couple) d'autres APS, surtout duelles. L'objectif de leurs rencontres ne semble pas être de renforcer la convivialité de l'équipe, mais plutôt d'innover au niveau relationnel. Tandis que le domicile des membres est un lieu de rencontre fréquent à l'issue des matches, tout se passe comme s'il redevenait un lieu privé hors des relations "institutionnalisées".

35A l'inverse, les footballeuses qui fréquentent assidument le club house après leurs matches, vivent quasiment, pour certaines, les unes chez les autres pendant la semaine. Les lieux de rencontre peuvent donc changer de statut et avoir une signification différente en fonction de la nature des rencontres (externes ou internes) et de la discipline pratiquée.

36De telles différences dans les sociabilités des joueuses des différentes pratiques peuvent-elles s'expliquer par leurs caractéristiques techniques et symboliques ? La violence plus grande de l'affrontement, le contact direct des corps (foot et hand), le jeu sur grand terrain en plein air (foot), ou l'euphémisation de l'opposition (moindre en basket, totale en volley), sur un espace réduit en salle, peuvent expliquer en partie des relations entre partenaires qui retraduisent, d'une certaine manière, des règlements et une éthique différents de l'opposition collective.

37Cependant, si la nature technique de la discipline influence certainement le comportement relationnel des joueuses, le choix de cette pratique témoigne de dispositions antérieures (au contact ou au non-contact, mais aussi a la vie "tribale" ou aux relations plus distancées). De ce fait, les positions occupées par les différentes équipes dans l'espace des sociabilités sont inévitablement liées à l'espace des positions sociales des pratiquantes.

3 - Sociabilité et caractéristiques sociales

38Les positions des différentes équipes dans l'espace correspondent partiellement à la distribution spatiale des joueuses selon leur profession et leur diplôme. Ainsi, l'équipe (de foot) composée majoritairement d'ouvrières présente le volume de sociabilité le plus élevé, Celles dont les membres sont majoritairement employées ont un volume de sociabilité légèrement inférieur, et l'équipe (volley-ball) où les cadres supérieurs sont les plus représentés a une fréquence de rencontre beaucoup plus faible. De même les équipes dont les membres sont titulaires du baccalauréat, même si elles n'occupent pas toutes une position identique dans l'espace, se retrouvent moins fréquemment que les équipes dont les membres ne possèdent pas, pour leur majorité, le niveau baccalauréat.

39D'autre part, les joueuses des différentes pratiques ne possèdent pas les mêmes caractéristiques socioculturelles. La répartition des joueuses par pratique recoupe, d'une certaine manière, la répartition des joueuses par caractéristiques sociales. Ainsi, pour résumer, et en allant d'un volume de sociabilité élevé à un volume plus faible, on trouve un club de footballeuses ouvrières, des clubs de hand-ball dont les membres exercent une profession intermédiaire, des clubs de basket composés majoritairement d'employées, et, enfin, des équipes de volley de cadres supérieurs et de professions intermédiaires. Les équipes à majorité "étudiantes" ou "lycéennes" des quatre pratiques présentent des volumes de sociabilité diversifiés, tout en respectant une certaine hiérarchie entre les pratiques. Aussi les footballeuses (surtout des lycéennes) se rencontrent toujours plus souvent que les autres pratiquantes. Les autres clubs (à majorité étudiantes) ont un volume de sociabilité moyen qui correspond finalement à leur capital culturel et scolaire en formation,

40Il est nécessaire de nuancer cette "présentation rapide" par deux remarques :

411- Au delà des grandes tendances, il existe, ici encore, des exceptions. Ainsi, les clubs à majorité "professions intermédiaires" occupent des positions différentes dans l'espace. La logique d'ensemble est cependant respectée puisque les niveaux de diplôme des membres des équipes qui se rencontrent le moins souvent sont pour la plupart supérieurs au baccalauréat, alors que la proportion de diplômés du supérieur est moins importante dans les clubs où les membres se retrouvent plus fréquemment.

42D'autre part, au sein d'une même pratique, le basket, dont les clubs sont répartis sur tout l'espace, le variable diplôme est partiellement discriminante. Elle explique la position des clubs au volume de sociabilité le plus élevé (membres dont le diplôme est majoritairement inférieur au baccalauréat), mais n'éclaire pas sur la position des clubs au volume de sociabilité plus faible (l'équipe dont les membres sont les plus diplômés n'est pos celle où ils se rencontrent le moins).

43Ainsi, si tout se passe comme si les joueuses possédant un capital culturel et scolaire relativement important, parvenaient à relativiser l'impact de la pratique dans leur style de vie et à diversifier leurs relations à l'environnement social et culturel, et si, pour les pratiquantes au capital culturel et scolaire plus faible, rattachement voire l'enracinement au sein de l'équipe constituait un trait de sociabilité caractéristique, on ne peut pas pour autant affirmer que tous les traits de sociabilité des différentes équipes sont déterminés par les caractérisques socioculturelles des membres.

44La position des clubs par rapport à l'axe horizontal (sociabilité interne - /externe +, sociabilité interne +/externe-), par exemple, n'est pas compréhensible au regard des professions et des diplômes des membres. D'autres facteurs doivent être pris en considération comme la situation géographique (les deux clubs de basket au volume de sociabilité le plus faible sont les deux seuls clubs vraiment "ruraux"), l'histoire de l'équipe et du club, mais aussi, l'existence de relations homosexuelles et les conflits qu'elles peuvent susciter (la situation du club de volley qui se rencontre plus à l'extérieur du club qu'à l'intérieur, est fortement liée à la présence en son sein de couples préférant se retrouver hors des structures du club).

452 - À caractéristiques sociales équivalentes, les handballeuses se rencontrent plus fréquemment que les basketteuses, et ces dernières se retrouvent plus souvent que les volleyeuses (les footballeuses, quant à elles forment une population dont les caractéristiques socio-culturelles sont particulières par rapport à l'ensemble du public étudié, et occupent, logiquement une position spécifique dans l'espace).

46De ce fait, les sociabilités des équipes féminines, si elles sont en rapport avec les dispositions sociales des joueuses, possèdent néanmoins une certaine autonomie vis-à-vis des structures sociales.

IV - CONCLUSION : LES SOCIABILITÉS FÉMININES EN SPORTS COLLECTIFS : UNIFORMISATION ET DIFFÉRENCIATION

47Cette autonomie relative des joueuses dans la structuration de leurs relations permet deux processus opposés mais complémentaires :

48Un processus d'uniformisation des sociabilités de pratiquantes de sports collectifs. En effet, quelles que soient les caractéristiques socio-culturelles des joueuses, et indépendemment de leurs pratiques, on peut remarquer une certaine homogénéisation des comportements, notamment en matière de loisirs (toujours polarisés autour des APS), de vie de couple (importance du nombre de conjoints pratiquant un sport collectif), ou de lieu de rencontre (le restaurant). Vraisemblablement, le fait de pratiquer un sport collectif est un élément organisateur du style de vie, et les pratiquantes se singularisent ainsi par rapport aux autres sportives.

49Un processus de différenciation, socio-culturel, bien évidemment, mais également inter-pratiques, qui permet à chaque groupe des pratiquantes de se constituer une identité propre en s'opposant aux autres groupes, L'exemple du cinéma est très significatif de ce processus. Si les volleyeuses et les handballeuses vont presque toutes, à des fréquences variables, au cinéma, les premières ne s'y rendent quasiment jamais avec un membre de leur équipe, alors que les secondes le font presque systématiquement.

50L'équipe apparaît bien comme le lieu d'une socialisation spécifique (Callède, 1987,) où la nature des relations résulte d'un processus particulier, qui, tout en étant, d'une certaine manière, déterminé par les dispositions des membres du groupe, met en jeu des règles propres de fonctionnement.

51Ces processus de différenciation et d'homogénéisation des comportements sont indissociables de la structuration de l'identité féminine des pratiquantes, qui se construit avec/contre les actrices et acteurs des champs des pratiques collectives et sportives. C'est cette structuration de l'identité féminine comme forme de relation sociale, au sein des équipes de sports collectifs, que la seconde phase de l'étude va tenter d'appréhender.

Bibliographie

Bibliographie

BOURDIEU P., La distinction : critique sociale du jugement, Paris : Minuit, 1979.

—, Le sens pratique, Paris : Minuit, 1980.

—, Question de sociologie, Paris : Minuit, 1980.

—, La domination masculine, Actes de la recherche en Sciences Sociales, 1990, 84, 2-31.

CALLEDE J.-P., La sociabilité sportive : intégration sociale et expression identitaire, Ethnologie française, XV, 4, 1985.

—, L'esprit sportif, Paris : PUF, 1987.

CHAZEL F., "Normes et valeurs sociales", Encyclopoedia Universalis, vol. 11, 1971, p. 894-896.

CLEMENT J.-P., La féminisation du sport : éthique sportive ou éthique sociale, EPS, 1983, 180, 26-29.

GOFFMAN E., Les rites d'interaction, Paris : Minuit, 1974.

HERAN F., Un monde sélectif : les associations, Economie et Statistique, 1988, 208, 17-32.

—, La sociabilité, une pratique culturelle. Economie et Statistique, 1988, 216, 3-22.

INSEE, Les pratiques de loisir : enquête 1987-1988, Consommation - modes de vie, 1989, 1.

LABERGE S., SANKOFF D., "Activités physiques, habitus corporel et styles de vie" in Sports et pouvoir : les enjeux sociaux au Canada, Presse de l'Université d'Ottawa, 1988.

LOUVEAU C., L’accession des femmes aux pratiques sportives, In La femme d'aujourd'hui et le sport, (sous la direction de Errais, B), Paris : Editions Amphora, 1981, p. 53-64.

Mc CALL L., “Does gender fit ? Bourdieu, féminisme and conception of social order" in Theory and Society 21 (6), 837-867.

MESSNER, M.A. "Power at Play : Sports and the Problem of Masculinity", Boston : Beacon Press, 1992.

SIMMEL G., Philosophie de la modernité, Paris : Payot, 1989 (pour l'édition en langue française ; les textes originaux sont publiés de 1903 à 1923).

SUAUD C., "Les acteurs sociaux dans le champ de l'encadrement de la jeunesse" La revue de l'économie sociale, avril 1988, p. 158-167.

Notes

1 Il ne nous est pas possible, dans le cadre du présent article, de publier les différentes figures se rapportant à l'espace des sociabilités sportives.

Auteur

Professeur d'EPS, Chercheur au CRI, UFR STAPS Université de Strasbourg II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.