Version classiqueVersion mobile

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. L'espace du jeu : agents, conduites et modalités d'expression

Conduites de jeu et stratégies identitaires : une tentative explicative des comportements risqués dans le jeu sportif collectif

Jean-Pierre Rey

Texte intégral

I - INTRODUCTION

1. L’équipe de jeu sportif collectif : entre conformisation et individuation...

1Si la force de l'équipe de jeu sportif collectif s'appuie sur la fidélité, la communion, la solidarité et le dévouement de ses membres, c'est surtout sur le consensus implicitement reconnu de la conformité du joueur aux normes de jeu et de son obéissance aux décisions de l'entraîneur/manager que repose l'unité même de l'équipe. La subordination du comportement du joueur aux normes de jeu collectives établies dans l'équipe caractérise ainsi une des exigences fondamentales dans cette pratique sportive. L'équipe implique souvent un processus de conformisation qui peut se réaliser de manière implicite ou très explicite. La non-conformité aux normes de jeu peut parfois aboutir à une sanction réelle ou symbolique. Il est même certain que le joueur se sent parfois comme un simple agent exécutif d'une autorité (l'entraîneur/manager) qui le dépasse. Or, cette soumission à l'autorité est susceptible de devenir une entrave importante à l'expression personnelle du joueur dans son équipe n'autorisant pas toujours celui-ci à mettre en œuvre les actions de jeu auxquelles il souhaiterait parfois accéder. L'observation du jeu nous apprend que, dans cette uniformisation sociale largement magnifiée qu'est l'équipe, le joueur est aussi un acteur social qui lutte parfois contre le sentiment de ne pas être perçu comme un individu singulier. Cette quête de la différence, de l'unicité personnelle (Fromkin, 1972), représente autant de stratégies de différenciation sociale, autre versant de la quête identitaire.

2. L’équipe : espace social...

2La conduite du joueur ne s'organise pas dans un vide social. Dès qu'il joue, le joueur est enserré dans un réseau de relations sociétales qui le sélectionne, le classe, le compare, le "sacralise" ou le tient pour négligeable. Aussi, les dimensions comparatives introduites par les confrontations compétitives sont autant de base pour la comparaison, la différenciation et la valorisation sociales. Cependant, les performances sportives sont le plus souvent étudiées en rapport avec leurs composantes biologiques ou physiologiques ou comme des résolutions de problèmes (Bard et Carriere, 1975 ; Derrider, 1985 ; Bouthier, 1989), ou alors comme des produits de processus affectivo-émotionnels (Timsit et Quevrin, 1987 ; Pfister et Sabatier, 1987). Le contexte social de la performance n'est pas envisagé à titre de facteur déterminant mais seulement comme une source de variation pouvant moduler les réponses sans affecter leurs orientations (Thomas, 1981 ; Binard, 1982 ; Bosc, 1983). Pourtant, être joueur c'est sans aucun doute plus que résoudre des problèmes tactiques, c'est aussi gérer la ou les situations sociales dans lesquelles se posent ces problèmes tactiques. Nous pensons que c'est notamment le cas avec le mode de distribution des consignes de jeu par l'entraîneur. Si dans le domaine très général des relations entraîneur/entraînés on trouve de nombreux travaux dont certains évoquent plus spécifiquement ces relations dans le cadre de l'équipe de Jeu Sportif Collectif (Bayer C., 1987 ; Binard J., 1982 ; Bosc G., 1983 ; Thomas R., 1981 ; Weisz A., 1982), nous nous sommes quant à nous efforcés de vérifier les conséquences de l'antinomie entre, d'une part, certaines normes de jeu introduites par le manager qui limitent souvent la liberté individuelle du joueur sur le terrain, et d'autre part, la forte valorisation individuelle et sociale de l'acte individuel (l'exploit individuel, le dribbleur, le meilleur buteur...) dans le sport collectif (Rey, 1992a, 1992b, 1993a, 1993b).

II- EXPÉRIMENTATIONS

1. Expérimenter sur l’équipe...

3Nous présentons ici les résultats les plus significatifs déjà obtenus au plan quasi expérimental avec des joueurs de hand-ball (11/15 ans) en situation réelle de compétition. Dans des contextes fortement évaluatifs (compétition, sélection), nous avons mesuré les effets de la plus ou moins grande liberté de jeu accordée aux joueurs, et les conséquences de la conformité aux normes collectives qu'imposent la situation et le groupe auquel appartient le joueur. Toutes les expérimentations ont été effectuées sur de jeunes joueurs et joueuses parmi les meilleurs éléments sportifs régionaux de leur catégorie d'âge. Ils sont toujours regroupés pour des stages de sélection et sont l'émanation de plusieurs pré-sélections sportives. Les protocoles expérimentaux respectent tous les exigences de la quasi-expérimentation. Chaque regroupement a pour objectif, et de manière très explicite pour tous les joueurs, de sélectionner ceux qui représenteront la région au niveau des compétitions inter-régionales. Les joueurs sont observés en situation de jeu réelle. Les matchs constituent nos situations expérimentales.

4Notre travail s'est essentiellement réalisé sur les situations de tirs. D'une manière générale on compare les effets du mode de distribution par l'entraîneur/manager de la consigne de jeu pour la situation de tir. Soit des groupes de joueurs sont libres de résoudre la situation de tir selon leurs modes de prédilection, soit leurs managers décident de manière autoritaire qu'ils ne veulent pas voir dans les matchs des tirs sur actions individuelles.

5On considère qu'il y a tir sur action individuelle (TAI) lorsque le joueur n'étant pas en situation de tir au moment de la réception du ballon réalise une action de jeu individuelle pour pouvoir tirer et ceci quel que soit le secteur de tir.

2. Synthèse de quelques résultats obtenus...

6Dans une expérimentation réalisées avec des joueurs et joueuses (11/12 ans) on s'aperçoit que l'interdiction faite par les managers de résoudre individuellements la situation de tir n'empêche pas un retour aux conduites interdites chez les joueurs (61,6 % des tirs chez les joueurs de la contrainte forte sont des TAI contre 43,7 % chez les joueuses p<.014). Dans le contexte de faible contrainte ce sont les joueuses qui montrent le plus grand nombre de TAI (55 % contre 44,1 % chez les joueurs p<.07). L'interaction des facteurs Contrainte*Sexe est significative (F(,104)= 10,08 p<.002).

7On estime également qu'un tireur se trouve en situation défavorable lorsqu'il est physiquement perturbé par un défenseur au moment du déclenchement du tir. Cette estimation de l'action physique du défenseur au moment du tir permet de catégoriser, dans la comptabilisation des tirs sur actions individuelles, ceux qui sont déclenchés dans des conditions de jeu défavorables (Tir en Condition Défavorable ou TCD) et que l'on assimile à des conduites risquées.

8On obtient alors en contrainte forte 64,1 % de Tir en Condition Défavorable (TCD) chez les joueurs contre 39,2 % chez les joueuses (p<.016). En revanche, on obtient un taux de risques important dans le contexte de faible contrainte chez les joueuses et peu important chez les joueurs 61,2 % c. 36,8 % (p<. 012). L'analyse de variance montre un effet d'interaction des facteurs Contrainte*Sexe (F(1,104) = 26,25 p<.000).

9Ceci se confirme dans une expérimentation identique avec des joueurs d'âges différents (14/15 ans) où l'on obtient également un effet d'interaction entre la variable Contrainte tactique sur le tir et Sexe (F(1, 104)=10,08 p<.002). Lorsqu'il n'existe pas de contrainte sévère sur les tirs, ce sont les joueuses qui montrent le plus grand nombre de tirs sur actions individuelles. 55 % de leurs tirs s'effectue grâce à des actions individuelles contre 44 % pour les joueurs. On obtient un résultat inverse lorsque ces jeunes joueurs évoluent sous contrainte sévère. A ce moment-là on constate que 61 % des tirs sont réalisés avec des actions individuelles chez les joueurs et 43 % seulement chez les joueuses. Concernant les tirs effectués en conditions défavorables on retrouve l'effet d'intreraction Contrainte*Sexe (F(1,104) = 26,25 p<.000). Sans contrainte tactique ce sont les joueuses qui montrent le taux le plus important de TCD (61 % contre 36 % chez les joueurs). On obtient l'inverse quand la contrainte est sévère où l'on observe 64 % de TCD chez les joueurs contre 39 % chez les joueuses.

10Voilà un ensemble de résultats que nous avons observé dans d'autres occasions. On sait qu'empêcher le joueur de résoudre individuellement cette situation particulièrement valorisante et valorisée socialement représente une contrainte très forte. Aussi c'est une consigne plus ou moins bien respectée par les joueurs. En revanche ce que Ton observe toujours c'est que ce retour à la conduite interdite se fait systématiquement avec des taux de risque importants voire parfois très importants. On n'observe jamais ce résultat chez les joueuses où le respect de la norme collective semble bien plus important. En revanche on s'aperçoit qu'en l'absence de normes de jeu les joueuses se conduisent très individuellement dans la situation de tir avec des taux de risque très importants. On rejoint ici certains résultats obtenus dans les travaux réalisés sur la différenciation sexuelle (Lorenzi-Cioldi, 1988a, 1988b ; Hurtig et Pichevin, 1986).

11Dans une autre expérimentation où de jeunes joueurs (14/15 ans) sont infériorisés et d'autres supériorisés et où certains joueurs reçoivent également une interdiction par les managers de résoudre individuellements la situation de tir, le résultat le plus important est que les actions du tireur infériorisé et contraint montrent aussi des pourcentages extrêmement importants d'actions déclenchées dans des conditions de jeu défavorables (64 %). On n'observe pas ces résultats chez les joueurs supériorisés (J.S). L'analyse de variance montre un effet d'interaction (F(1,48)=6,75 p<.003) des facteurs Attribution de valeur et Contrainte.

12Enfin, lorsque l'on compare les effets d'une contrainte tactique sévère imposée sur la situation de tir, avec un contexte où elle est absente, et avec un contexte où elle est négociée entre managers et joueurs les résultats font apparaître que c'est dans la modalité où la contrainte tactique est négociée (CTN) que l'on observe le moins de retour aux actions interdites (F(2,42)=4,38 p<.018) ainsi que le moins de tirs déclenchés dans des conditions défavorables de jeu (F(2,42)=3,79 p<.030). On obtient le plus petit pourcentage (29,2 %) de TAI dans la modalité CTN (30 % pour les joueurs et 28,5 % chez les joueuses). Et on obtient également le pourcentage le plus faible (25 %) de tirs déclenchés dans des conditions de jeu défavorables chez les sujets de la modalité CTN (33,3 % pour les joueurs et 16,6 % chez les joueuses). Enfin, c'est toujours dans la modalité Consigne Tactique Imposée que les joueurs, lorsqu'ils reviennent aux conduites interdites, le font avec des taux de risque là encore très important.

III - DISCUSSION

1. Effet de réactance...

13Cette apparition systématique de forts pourcentages d'actions risquées, dans des contextes où la contrainte de jeu dans la situation de tir est importante, nous a d'abord fait penser à la manifestation d'une simple réactance psychologique (Brehm, 1966 ; Brehm et Brehm, 1981). Le jeune joueur privé de liberté d'agir et d'une conduite importante pour lui au plan affectif et psychologique, recouvrerait cette liberté quitte à le faire dans n'importe quelle condition, Cependant, la perspective théorique qui est la nôtre nous amène surtout à émettre comme hypothèse explicative que notre situation pouvait être ressentie comme une menace à l'affirmation et à la singularisation de soi, rendant alors saillant le conflit dans lequel les jeunes joueurs se trouvent. Accepter la norme de jeu collective suppose ne plus pouvoir se différencier et accepter la similitude aux autres, dans un contexte où il est nécessaire de se singulariser, et ceci d'autant plus que l'on se trouve dans des phases de jeu socialement très valorisées.

2. ou stratégies identitaires...

14En conformité avec les travaux concernant les stratégies de l'incomparabilité sociale (Lemaine, 1966, 1974), on pense que ces taux importants d'actions incontrôlées lors du retour aux actions interdites, peuvent signifier chez le jeune joueur des stratégies visant à imposer de nouveaux critères d'évaluation et de jugement. A défaut d'être le meilleur dans la norme imposée, le joueur tente de démontrer qu'il est le meilleur dans un autre registre de comportements plus satisfaisant pour lui, tentative de réaliser et de réussir une action individuelle dans un contexte de jeu très difficile et en prenant donc des risques. Ces actions peuvent révéler des stratégies de différenciation et de comparaison sociales et se comprendre en des termes invoquant beaucoup plus des stratégies identitaires (Codol, 1984, 1986 ; Deschamps, 1979, 1984) que de véritables stratégies de jeu. Dans certaines situations il semble que le comportement du joueur puisse réfracter la signification sociale, la valeur et l'utilité qu'il accorde à l'interaction tactique. Il ne s'agit pas pour lui d'être seulement différent pour ne pas être semblable. Il s'agit aussi d'être unique. Et parce que le manager appartient à part entière à cette dynamique, on conçoit sa conduite en tant que processus permettant l'instauration, le maintien ou la transformation des différentes dimensions du sentiment d'identité du joueur en situation de jeu.

15L'opposition de deux équipes, espace de stratégies de jeu, se transformerait parfois en un espace de stratégies sociales. L'observation des conduites peut alors révéler comment les jeunes joueurs tentent de garder leur autonomie, de défendre leurs singularités. Nous pensons alors que l'étude des comportements du joueur peut également révéler la signification que le joueur accorde à cette situation sociale singulière qu'est la situation de jeu. Ici, ses conduites représentent surtout ce qui le définit semblable à lui-même et différent des autres, ce qui lui permet d'exister en tant que sujet social, ce par quoi il se connaît, se sent accepté et reconnu ou rejeté et ignoré par autrui, ou par l'équipe à laquelle il appartient. Le jeu devient un espace social parce que tout autant que des tentatives de réponses rationnelles aux situations de jeu, l'enjeu des conduites du joueur devient celui de l'affirmation personnelle et de la reconnaissance d'une certaine image de soi. Parce qu'elle établit un mode de relation aux autres, la conduite du manager peut transformer les structures mentales qui composent la permanence de l'identité chez le joueur. En se référant aux travaux de Mussen ; (1986), on peut dire que “ce sentiment d'identité agirait comme médiateur entre le sujet et le monde" (entre le joueur et la situation sociale de jeu) et comme un mécanisme de mesure et d'évaluation de la situation. Le comportement du joueur serait alors l'expression de conflits à la fois interpersonnels et intrapersonnels. Les travaux de Moscovici ; (1979), de Malewska-Peyre ; (1987) et de Kastersztein ; (1981), montrent que la recherche de visibilité est un mobile puissant des comportements stratégiques identitaires.

16Des éléments médiateurs sont pris en compte dans le décodage de la situation par le joueur, et contribuent à produire plus d'informations sur ce que la situation représente socialement que sur ce qui la constitue réellement. S'il est question de valeurs et de significations sociales, c'est parce que le jeu sportif collectif est un lieu de comparaison sociale où vont se jouer des strategies de reconnaissance et de singularisation sociales. Si avec Lipiansky (1986), "l'identite résulte des relations complexes qui se tissent, entre soi et autrui, entre le social et le personnel", c'est dans et par la comparaison aux autres que l'individu construit une certaine définition de soi corrélative d'une définition de l'autre. Cette identification ; respective, de soi par autrui et d'autrui par soi, apparaît, dit Goffman (1973), comme "un des enjeux fondamentaux de l'interaction qui comporte toujours le risque de ne pas voir se confirmer l'identité que l'on revendique et par là de perdre la face". L'identité représente chez Malewska-Peyre ; (1987) "l'ensemble organisé des sentiments, des représentations, des expériences et des projets d'avenir se rapportant à soi". La valeur que le joueur accorde à la situation va se trouver étroitement liée à la perception qu’il aura de son individualité dans l'interaction tactique. Le besoin de reconnaissance, au sens d'être reconnu dans son identité propre, sa singularité et sa différence, va générer chez le joueur des comportements de jeu dont le sens sera beaucoup plus lié à un besoin d'individuation (Maslach, 1974 ; Ziller, 1964) que lié à des objectifs tactiques. Tap (1990) soulignait les rapports entre l'activité sportive et le sentiment de soi, de réalisation de soi, de personnalisation et de reconnaissance sociale.

IV - CONCLUSION

17Les joueurs valorisent cette situation de jeu particulière, qui est elle-même puissamment valorisée par l'ensemble social. L'enjeu psycho-social de cette situation est donc très important. Le buteur porte assez souvent cette marque de reconnaissance sociale et les formules ne manquent pas pour en parler. On passe du registre combatif où le buteur "tient debout" maigre les charges de l'adversaires dont il devient souvent le "bourreau", au registre au merveilleux où il est "le magicien" offrant du "grand art", en passant par le registre de la maîtrise quand le buteur est "sobre" et clairvoyant1. Cependant, nos résultats montrent qu'en fonction des conditions sociales dans lesquelles doit s'organiser le tir, les stratégies des joueurs sont significativement differentes et corroborent assez bien la fonction que l'on attribue à cette situation. Toute l'importance que le joueur accorde au sentiment de sa propre différence, de son unité, de sa permanence et de sa positivité, apparaît dans la situation de tir. Le moment de l'interaction tactique en général, et de la situation de tir en particulier, offrent au joueur l'occasion de mettre effectivement en jeu son identité dans ce contexte original de comparaison sociale.

18La dernière remarque qui sera faite concerne les joueurs de nos expérimentations qui évoluent dans la situation de tir sans contrainte de jeu. Dans un contexte, qui pourtant était fortement évaluatif, ils montrent toujours le taux d'actions risquées le plus bas. Ces derniers résultats peuvent paraître étonnants pour le praticien. On citera en guise d'explication cette réflexion de Codol (1984). "Se concevoir soi-même comme la source d'effets particuliers, avoir le sentiment que l'on peut influer sur les choses et les êtres, diriger ou maîtriser, au moins partiellement, les événements, etc... sont corrélatifs de toute image positive de soi".

Bibliographie

Bibliographie

BARD Ch., CARRIERE L., Etude de la prospection visuelle dons des situations problèmes en sport. Mouvement, 1975, 10, 1 : 15-23.

BINARD J., La cohésion en basket-ball féminin. Etude des meilleures équipes féminines françaises, Mémoire pour l'obtention du diplôme de l'INSEP, 1982.

BOUTHIER D., Anolyse des tâches et de l'activité en sports collectifs, anticipation et décision en rugby, In : Tâches, traitement de l'information et comportements dans les Activités Physiques et Sportives. A VOM HOFE. Paris : Editions E.A.P, 1989, 193-220.

BOSC G., Approche psychosociologique de la relation "entraîneur-entraîné" dans les équipes sportives, In La relations au sein des A.P.S. Raymond THOMAS. Paris : Vigot, 1983, 137-161.

BREHM J.W., A Theory of Psychological Reactance, New York : Academic Press, 1966.

BREHM S.S., BREHM J.W., Psychological Reactance : a Theory of Freedom and Control, New York : Academic Press, 1981.

CODOL J.P., Différenciation et indifférenciation sociale. Bulletin de Psychologie, 37, 365, 1984 : 515-529.

—, La quête de la similitude et de la différenciation sociale. Une approche cognitive du sentiment d'identité. In Identité individuelle et personnalisation. P. TAP, Toulouse : Privat, 1986, 153-163.

DERRIDER M., Enregistrement et analyse des comportements exploratoires visuels du gardien de but en situation de pénally. In : Recherches en A.P.S 1. M. LAURENT, P, THERME. Aix-Marseille : Librairie Bazina, 1985,259-272.

DESCHAMPS J.C., Différenciations catégorielles et différenciation de soi par rapport à autrui Recherches de Psychologie Sociale, 1979, 1 : 29-38.

—, Identité sociale et différenciations catégorielles. Cahiers de Psychologie Cognitive 1984, 4 : 449-474.

FROMKIN H-L, Feelings of Interpersonal Undistinctiveness : an Unpleasant Affective State, Journal of Experimental Research in Personality, 1972, 6 : 1 78-185.

GOFFMAN E., La mise en scène de la vie quotidienne. Paris : Minuit, 1973.

HURTIG M.C., PICHEVIN M.-F., La différence des sexes. Paris : Tierce, 1986.

KASTERSZTEIN J., Aspects psychosociaux de l'identité, Social Sciences information, 1981, 20, 1, : 95-109

LEMAINE G., Inégalité, comparaison et incomparabilité : esquisse d'une théorie de l'originalité sociale Bulletin de Psychologie, 1966, 20 : 24-32.

LEMAINE G., Social Différentiation and Social Originality. European Journal of Social Psychology 1974, 4 : 1 7-52.

LIPIANSKY E.-M., Identité, communication et rencontres interculturelles, Cahiers de Socioloaie Economique et Culturelle, 1986, 7-49.

LORENZI-CIOLDI F., Discrimination entre soi et autrui et catégorisation sociale, Revue Internationale de Psychologie Sociale, 1988a, 1, 2 : 239-256.

LORENZI-CIOLDI F., Individus dominants et groupes dominés. Grenoble : P.U.G, 1988b.

MALEWSKA-PEYRE H., La notion d'identité et les stratégies identitaires, Les Amis de Sèvres, 1987, 1, 83-93.

MASLACH C. Social and Personal Bases of Individuation, Journal of Personality and Social Psychology 1974, 29 : 411-425.

MOSCOVICI S., Psychologie des minorités actives. Paris : P.U.F., 1979.

PFISTER R., SABATIER C„ Les interactions agressives dans la pratique du volley-ball. In Recherches en A.P.S 2. M. LAURENT, P. THERME, Aix-Marseille : Librairie Bazina, 1987, 63-72.

REY J.-P., Cognition sociale et comportements de jeunes joueurs et joueuses de hand-ball en situation de tir. In M. LAURENT, J.F. MARINI, R. PFISTER, P. THERME, Recherches en APS 3, 1992a : 531-541.

—, Vers une socio-cognition des conduites de jeu : étude des effets de la conduite managériale sur les comportements de jeunes joueurs en situation de tir. S.T.A.P.S, 1992b, 28 : 7-26.

REY J.-P., Socio-cognition et conduites du joueur : effets de la discrimination inter-équipes. Sciences et Motricité, 1993a, 19, 32-37.

—, Activité sportive et engagement : une étude exploratoire. Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 1993b, 19, 31-42.

TAP P., Estime de soi et promotion par l’activité sportive. In Sport et Psychologie. Dossier EPS no 10, 1990, 303-308.

THOMAS R., Nouvelle technique sociométrique. In Sports et sciences. Editions Vigot, 1981, 177-207.

TIMSIT M., QUEVRIN A., Etude comparée de groupes d’escrimeurs, de coureurs de fond et de basketteurs de haut niveau à l’aide du test de Rorschach et du psychodiagnostic myokinétique. In Recherches en psychologie du sport. A, VOM HOFE, R. SIMONET. Editions Ε.Α.Ρ, 1987, 367-371.

WEISZ A., Contribution à l'étude du managérat en basket bail. Analyse des composantes. Mémoire pour le diplôme de l’INSEP. 1982, Paris.

ZILLER R.-C., Individuation and Socialization, Human Relations, 1964, 17, 341-360.

Auteur

Enseignant-chercheur, UFRAPS Université de Dijon

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search