Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

3. L'espace du jeu : agents, conduites et modalités d'expression

De la place de l’entraîneur au sein du système sportif exemple du football professionnel

André Menaut

Texte intégral

INTRODUCTION

1Le sous-titre de ce colloque interdisciplinaire (Renouvellement des Approches et des Interprétations) me permet (au risque de paraître prétentieux) de prendre une position marginale.

2D'ailleurs, on peut se demander avec P. Sansot (1993) dans son hommage à Y. Barel, si le "marginal — dans son sens le moins superficiel — ne représente pas l'une des figures possibles du chercheur en sciences sociales... Comme le marginal, mais à un degré de conscience que ce dernier ne possède point, il se situe à l'intérieur et à l'extérieur d'une culture donnée... Cette dualité déchirante est souvent passée sous silence". Mieux nous semble-t-il, cette "marginalité sécante" (Crozier et Friedberg, 1977) permet au praticien chercheur de jouer le rôle indispensable d'intermédiaire et d'interprète entre des logiques d'actions différentes, voire contradictoires.

  • 1 Théoriser dans les sciences sociales est une "opération en partie symbolique, c'est-à-dire essayan (...)

3Tout en sachant qu'il s'agit d'une pensée paradoxale — que nous cherchons à théoriser1 — nous proposons une autre manière de regarder le sport en tant que système social ; non pas comme un système logique, rationnel, éliminant ce qui le contredit, mais comme une "machine paradoxale". Il ne s'agit pas de disséquer ou de décrire des cadavres de systèmes sociaux mais de saisir et d'analyser le foisonnement d'une vie sociale.

4S'il en est ainsi, si la connaissance des systèmes sociaux est irréductible à ce que la conception classique de la science permet de penser, n'est-ce pas parce que le social est aussi du symbolique et que le symbolisme est rebelle au formalisme logique ? C'est ce que laisse entendre Y. Barel (1979), lorsqu'il dit "qu'un système social est un objet symbolique dont la connaissance ne peut se mettre en forme scientifique jusqu'au bout". Dès lors la méthode d'analyse exige plus de subtilité que la démarche objectiviste et rationaliste empruntée par les sciences sociales aux sciences de la nature.

5C'est dans le cadre de l'Analyse systémique que nous prenons pour objet d'étude un groupe d'acteurs auquel nous avons appartenu de longues années celui des Entraîneurs Professionnels de Football et que nous cherchons à expliquer certains des phénomènes qu'on observe dans ses rapports avec le système Football.

6Ce groupe d'acteurs est traversé par une série de systèmes (social, économique, dialogique, symbolique, culturel, politique) qui le relient aux autres groupes d'acteurs du système sportif (dirigeants, joueurs, arbitres..,). En partant de l'analyse de ce système d'interactions et de celle de la nature symbolique du sport située à la charnière du réel et de l'imaginaire — ceci nous ramenant au paradoxal — il nous paraît possible de concevoir l'ultra-stabillté du système sportif, c'est-à-dire son identité, d'une manière dynamique. Autrement dit l'autorégulation du système conçue de cette manière ne doit pas dépendre d'une réaction apprise mais aussi et surtout d'une capacité d'innovation.

I - LES CONTRADICTIONS DU SYSTÈME

  • 2 Commission supérieure juridique et de discipline.
  • 3 L'Equipe du 5 Septembre 1993.

7A la veille de la réunion de la CSJD2 qui devait entendre les protagonistes de l'affaire Valenciennes-Olympique de Marseille et dont les conclusions devaient être remises à l'UEFA pour décision, L'Equipe3 faisait remarquer qu'il "serait hasardeux de se livrer au petit jeu des pronostics tant la balance entre les intérêts économiques et sportifs ou moraux paraît en équilibre". Cette phrase démontre l'importance des enjeux et la nature des contradictions inhérentes au mode de fonctionnement et aux structures actuelles de cet espace sportif. Enjeux que l'on peut résumer sous la forme d'une alternative : l'Ethique ou le Marché ?

8D'autre part le feuilleton de l'été 93, (l'affaire OM/VA) fut un analyseur naturel des dysfonctionnements du système Football. La décision de la CSJD de ne pas prendre de décision est exemplaire de ce point de vue et fait surgir des contradictions.

  • 4 La lettre de l'économie du Sport, no 207, 310393.
  • 5 Ligue Nationale de Football.
    Contradiction toujours quand les Présidents se déclarent satisfaits de (...)

9Contradiction quand les résultats d'un audit4 réalisé auprès des Présidents de clubs professionnels, montrent que plus de 9 présidents sur 10 estiment indispensable l'aide publique aux clubs professionnels tout en estimant que la LNF5 et les clubs professionnels sont trop dépendants du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

10Contradiction encore quand ce même audit révèle que parmi tous les facteurs qui pourraient concourir à augmenter le nombre de spectateurs, l'amélioration du spectacle sportif est cité en premier par les Présidents dans le même temps où ces derniers réagissent mal aux contraintes de la formation des joueurs.

  • 6 Union Nationale des Arbitres de Football.
  • 7 La lettre de l'économie du Sport, no 215, 2/06/93.

11Contradiction quand les Présidents se déclarent majoritairement favorables (67 %) à l'arbitrage professionnel alors qu'ils sont eux-mêmes des bénévoles !... Cette contradiction fait place à une véritable opposition à l'intérieur du système des acteurs puisque sur le même sujet l'UNAF6 qui regroupe 80 % des arbitres de France, a récemment réaffirmé qu'elle était opposée à la professionnalisation7 des arbitres.

12Contradiction enfin lorsque à la suite de l'exclusion de l'Olympique de Marseille de la Coupe d'Europe pour la saison 93/94, le Président de la Fédération Française de Football réclamait un aménagement du droit sportif, alors que la FFF et la LNF avaient applaudi la vigilance "réactive" des pouvoirs publics exprimée par la loi du 13/07/92 relative à l'organisation et à la promotion des compétitions sportives. Grâce à ce texte vote dans l'émotion de la tragédie de Furiani, les autorités peuvent sanctionner non seulement les errements de la gestion mais encore et surtout tous les manquements à l'équité sportive. A l'évidence, cet ensemble de faits dont le point d'orgue est l'affaire VA/OM est révélatrice de l'incohérence du système. Si le "pouvoir sportif" compte sur fonde de choc de cette affaire pour assainir le football, il lui faudra d'abord se forger à nouveau une autorité légitime, mais surtout redonner du Sens au système. Mais au-delà de toutes ces contradictions le pouvoir sportif doit admettre que l'éthique ne se décrète pas.

II - STRUCTURES ET FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME

13Les faits rapportés plus haut démontrent, si besoin était, que le système sportif ne peut être compris que par rapport à un environnement social — (la société globale) à l'égard duquel il possède un certain degré d'autonomie ; ce qui signifie — selon une perspective systémique — qu'il est à la fois ouvert sur cet environnement dont il suit le degré croissant de complexité et relativement fermé provoquant ainsi l'émergence et la morphogénèse d'une réalité sociale nouvelle, elle aussi de plus en plus complexe.

14Dans une modernité tourmentée, tendant à éliminer toutes les formes de système et tous les principes d'organisation, où le libéralisme triomphant ne définit plus aucun principe de gestion et d'éducation, la correspondance entre le système et les acteurs tend à se défaire voire à disparaître entraînant une déstructuration des liens sociaux. Le système sportif français, en particulier parce qu'il est organiquement lié au système politico-administratif, n'échappe pas à ce phénomène.

15Examinons de quelle manière le système Football réagit à cette tendance :

  • 8 Cf, Statuts approuvés par l'assemblée générale extraordinaire du 19/06/1993.
  • 9 (Travaux de J.P Dupuy et A, Orlean, CREA, Laboratoire d'Epistémologie appliquée de l'école Polytec (...)

16En premier lieu, la structure (Conseil d'Administration)8 qui gère le système hiérarchisé simple et linéaire que constitue la LNF est à 75 % l'émanation des dirigeants de clubs professionnels et de ce fait se trouve dans l'impossibilité de prendre les décisions rationnelles et objectives permettant une gestion lucide, sinon anticipatrice du développement de cette discipline. Il suffit qu'un certain laxisme voire la faiblesse de l'exécutif se manifeste pour que les repères structurants et porteurs de sens disparaissent pour faire place à une situation de crise où les acteurs adoptent une stratégie reposant sur la spécularité9 et le mimétisme. Toutefois à une spécularité infinie des temps de crise, les acteurs préfèrent une spécularité nulle, exprimée par le sens commun. Ce sens commun engendré collectivement par les individus se présente à eux comme objectivité et extériorité. Ainsi émergent dans le paysage du football des structures qui se définissent comme occupant une position en surplomb, une situation de transcendance.

  • 10 Direction Nationale de Contrôle de Gestion.
  • 11 Le débat fut relancé par la décision du Tribunal de Berne suspendant provisoirement la décision de (...)

17La DNCG10,ou la CSJD ne sont ni plus ni moins que l'expression de cette fermeture auto-référentielle dans laquelle s'épuise le système Football Ces appendices redonneraient ainsi unité, vérité et sens au système Football. Mais il arrive — ce fut le cas pour l'affaire Olympique de Marseille/Valenciennes — que cette forme d'exteriorité et de transcendance s'avère insuffisante ou se déclare incompétente ; alors, ou bien un point fixe exogène permet de sortir du dilemme — dans ce cas précis les instances supranationales (UEFA et FIFA) agissent comme référent dans un système hiérarchisé11 ; ou bien, plus intéressant sur le plan théorique, un point fixe endogène ou effet de système émerge sous la forme d'une tromperie sur l'éthique appelée : "Intérêts supérieurs du Football".

18Mais cette vertu cynique des sphères dirigeantes, loin de donner aux autres groupes d'acteurs sociaux des repères structurants qui leur permettraient de mieux "lire" l'évolution du système et de s'y adapter, détermine des positions corporatistes qui régulent chaque groupe social et assignent aux codes une fonction d'instrument au service de leur intérêt au risque de mettre en danger l'équilibre total du système.

  • 12 Union Nationale des Footballeurs Professionnels.
    Ces avancées sociales indiscutables furent mal maî (...)

19C'est ainsi qu'en deuxième lieu se sont mises en place des microsolidarités qui structurent chacun des groupes sociaux qui composent le système sportif. Ce fut tout d'abord l'UNFP12 — c'est-à-dire le syndicat des joueurs professionnels — qui se constitua en 1961 pour aboutir en 1969 à la mise en vigueur du contrat à temps (CDD) puis, après une grève très dure en décembre 1972, le syndicat arracha en 1973 la création de la charte du Football professionnel qui aurait dû servir de base de discussions à l'élaboration d'une convention collective toujours attendue.

  • 13 Propos de M. André Laurent, ancien Président de l'AS St-Etienne et premier Président de l'UCPF.

20C'est en partie pour rétablir un semblant d'ordre, une certaine forme de code de déontologie que les présidents s'organisèrent en 1991 en Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF), Cette association qui est au sens propre un syndicat d'entreprises de Football professionnel, a fixé en tête de ses objectifs la transformation de la charte du Football professionnel dont elle est signataire, en une véritable convention collective afin de la débarasser de certaines dispositions qu'elle juge illégales ou difficilement applicables ; en réalité le contrat à temps est implicitement visé : pour être sinon éliminé du moins sensiblement revu et corrigé. A l'évidence — pour l'instant — la "modernisation inlassable"13 du Football professionnel est loin d'être entreprise.

21Le troisième groupe social constitutif du système sportif (Football) — les arbitres officiels — s'est lui aussi constitué en association : l'union nationale des arbitres de Football (UNAF). Cette association créée en 1967, sous représentée dans les instances (un représentant), se donne comme objectifs de promouvoir et d'améliorer la qualité de l'arbitrage, donc du jeu.

  • 14 Union Nationale des Entraîneurs et Cadres Techniques Professionnels de Football.
    Il faut bien admet (...)

22Le dernier groupe, celui des entraîneurs est la plus ancienne association d'acteurs du football. Fondée en 1947 à l'initiative de G. Hanot, l'amicale des entraîneurs diplomés de la FFF, est devenue en 1973, l'Amicale des Educateurs de Football (AEF) dont les adhérents professionnels se sont organisés en syndicat depuis 1974. Ce syndicat (UNECATEF)14 a pour objet essentiel la défense des intérêts matériels et moraux, économiques et professionnels de la profession d'entraîneurs et cadres techniques, la promotion du Football de haut-niveau en particulier, "tout en assurant l'éthique sportive", et le resserrement des liens de solidarité qui unissent les entraîneurs et cadre techniques.

23Reste que malgré tout, si la défense du statut et de son application, demeure la pierre angulaire de l'action syndicale, le licenciement ou la mise à pied — le limogeage — d'un entraîneur est le mode de régulation le plus couramment utilisé par le pouvoir sportif lorsqu'il considère que "le jeu dérape". On peut supposer que par delà les aspects rationnels qui habillent dans le système sportif les liens de socialité, il existe un fond archaïque de fonctionnement social reposant sur le principe d'exclusion.

  • 15 Sens propre : Rituel décrit dans le lévitique. Bouc (Tragos) que l'on chassait dans le désert aprè (...)

24Le troisième point est à nos yeux essentiel. Nous avons énoncé, plus haut, que par un effet de système, un "comportement propre émergent' vient réguler le système assurant son ultra-stabilité, c'est-à-dire sa relative fermeture par rapport à l'environnement. Ces processus indispensables à l'auto-régulation d'un système social reposent en fait sur des mécanismes proprement humains de "reproduction symbolique" (Barel, 1973) qui donnent (ou redonnent) du sens à la vie sociale. Le limogeage d'un entraîneur est un autre exemple de comportement propre émergent d'une communauté d'individus qui menacée de décomposition et n'ayant en perspective nul dépassement, nulle transcendance, charge symboliquement un individu de tous les maux, le désignant ainsi comme victime émissaire. Cette première phase du rituel correspond à un état d'indifférenciation conflictuelle résultant d'un comportement mimétique d'acteurs sociaux qui n'ayant plus de référence, cherchent un repère chez leurs semblables. Les acteurs s'épient, s'imitent, créent de l'indifférenciation qui aboutit à une polarisation mimétique de toute la violence exacerbée sur un membre dont l'exclusion violente purge, "sanctifie" la communauté, lui redonne un sens, une nouvelle différenciation, un nouvel ordre. Ce rituel d'exclusion, cette métaphore du bouc émissaire15 est au fond un acte analogue au Pharmakôs grec c'est-à-dire étymologiquement un remède.

25Quelques remarques s'imposent alors :

  • 16 Sources UNECATEF.

26Tout d'abord l'efficacité sportive de ce type de régulation, de ce "choc psychologique" est relativement faible (10 % à 15 % de réussite)16 ; quant à l'efficacité économique…

27Ensuite si la modernité est un long processus de désacralisation, les resacralisations secondaires ou de substitution qu'elle a générées — le sport en est une — n'ont pas la capacité de stabiliser les différenciations sociales ; ce qui a pour effet à terme de conduire par un phénomène d'imitation, à une situation indécidable, indifférenciée dont la seule issue est la violence et l'exclusion,,. La prolifération des comportements d'exclusion et de violence, (arbitres désignés comme victimes émissaires par les dirigeants, ou les joueurs, ou le public ; les joueurs seuls coupables dans les affaires de corruption...) révèle l'incapacité dans laquelle se trouve le système Football, de proposer des solutions innovantes parce qu'il fonctionne sur la base d'une représentation hiérarchique linéaire et simple, le système réagit par reproductions simplificatrices, défensives et compensatrices.

28Au total, cette autonomie du social sportif — dont le groupe des dirigeants se réclame tout en la refusant — est en réalité le résultat d'individus qui "agissent" des phénomènes collectifs plus complexes que les individus qui les ont engendrés et qui n'obéissent qu'à leur propre loi (auto-organisation), finissent par prendre l'apparence d'une hiérarchie enchevêtrée, effaçant ainsi toute opposition hiérarchique entre le tout et les éléments (ou toute inversion hiérarchique). Une telle vision paradoxale du système ne va pas sans poser le problème du sens.

29Au début, la signification du système sportif était en quelque sorte issue d'un point fixe exogène, d'un méta-niveau assigné par la société globale et renforcé par les institutions sociales ; le sport participait d'une modernité qui liait — et lie encore — le progrès sportif à celui de l'humanité.

  • 17 "Le Football c'est la jungle", M. Vautrot, Président de la CCA, Journal Sud-Ouest 210993.
  • 18 On peut penser que le joueur de Valenciennes J. Glassmann par ses révélations sur certaines pratiq (...)

30Or l'autonomie d'un système complexe se caractérise par le fait que le sens est une production endogène ; il est un point fixe endogène, un repère que tous les éléments contribuent à constituer mais que chacun tient pour guide venu de l'extérieur. Ce mécanisme d'auto-transcendance, d'autoextériorisation trouve dans la situation de crise, où les comportements mimétiques dominent, sa plus remarquable expression… Tout se passe alors comme si les acteurs (ou groupes) sociaux pris par leur compétition interne, dans un jeu de tous contre tous17, un jeu à somme non-nulle, devenaient aveugles aux avantages que sont susceptibles de générer des alliances se situant à un méta-niveau et à l'ouverture d'un "espace public" (J. Habermas, 1978)18. Ce n'est pas l'imposture d'une éthique instrumentale procédant des dirigeants et non des acteurs et conduisant à ériger les moyens en fins, sur la base des "intérêts supérieurs du Football" qui redonnera vie et sens au système. Il faut toujours garder à l'esprit que le sport — "le Football" — est une fin partielle, non un intérêt supérieur ; que le système Football revêt la forme d'une hiérarchie enchevêtrée d'où peut émerger par "bootstrapping" une idée claire qui joue un rôle intégrateur déterminant et qui rend alors possible à nouveau, la seule éthique qui vaille, celle du jeu. Le jeu comme archétype du symbole pose paradoxalement le problème de l'Autre, le problème du Sens, et convoque l'éthique comme une trame structurante où la vie sociale développe ses dynamiques sans débordements insupportables.

31L'appréhension sinon la compréhension de ce mécanisme d'auto-transcendance impose d'abandonner la logique strictement linéaire, utilisée jusque-là, pour une logique paradoxale qui ménage les ruptures ; cette vision nécessite de refuser tout bricolage intellectuel, toute tactique sectorielle, ou toute recette toute faite, pour une vision systémique et complexe du Football comme fait social et de ses transformations.

III - LE FOOTBALL COMME FORME SYMBOLIQUE DU SOCIAL

32Face à ces désordres du sens, à cette alerte sur le Football (et le sport en général), nous proposons de refaire du jeu un repère structurant des phénomènes collectifs.

33Nous avons essayé de montrer ailleurs que si l'élément ludique inhérent au sport est préservé, le "Playful sport" (Volkwein, 1991) reste une expérience unique dans la vie de l'homme en ce qu'il est dérivé de la réalité quotidienne et que dans le même temps il transcende cette réalité. Cette conception ontologique du jeu sportif et l'analyse du sport pris comme symbole, nous conduit à proposer une théorie du jeu sportif comme activité de création.

34Si on vit dans le sport au niveau du symbole on le fait sur le mode praxique, actif c'est-à-dire que l'acteur y est aussi auteur. Rien n'y est écrit à l'avance. Dans le même temps, cette symbolique de la re-création et de la mort subite, cet archétype d'un art moderne marqué selon Baudelaire par la "Présence de l'éternel dans l'instant" mais aussi par le conflit des désirs, n'est pas simple métaphore. Il s'agit en réalité de reproduire sur le mode symbolique l'évolution d'un système social vivant qui porte en lui fatalement les germes de son auto-destruction. Les risques de perversion et de violence sont donc permanents dans le jeu sportif comme ils sont consubstantiels à la vie sociale. C'est paradoxalement en jouant avec cette violence potentielle qui existe dans le social que le sport parvient à créer de la socialité.

  • 19 Cf. l'ouvrage de Eugen FINK, Le Jeu comme Symbole du Monde, Paris : 1966.

35Autre paradoxe qui tient au caractère symbolique de cet objet social ; c'est la difficulté à distinguer le réel de l'imaginaire, le réel de l'irréel19 ; distinction qui ici n'a plus de sens ou plus exactement ce qui pourrait être irréel, ou imaginaire, nous devons l'aborder comme s'il faisait partie de la réalité. Nous touchons ici à une autre question importante : celle du statut du possible, du potentiel dans le dynamisme d'un système vivant.

36Nous retiendrons pour cet exposé que le possible intemédiaire entre le Réel et l'Imaginaire, n'est nullement irréel, il est une forme d'existence particulière de la réalité. Dans cette perspective, il existe différents niveaux du Possible qui dans tout jeu permettent de saisir le passage du tout (l'Imaginaire du jeu) à la partie (le Réel joué).

  • 20 Cf. à ce propos, A. MENAUT, Contribution à une approche théorique des jeux sportifs collectifs. Th (...)

37Nous avons représenté sous la forme d'un schéma bi-dimensionel (cf. fig. 1) la modélisation en système des relations, d'une part, entre le Réel, l'Imaginaire et le Possible et, d'autre part, entre le temps irréversible et temps réversible de l'éternel retour, sur la base de différentes composantes structurelles20.

38A partir de cette vision ensembliste nous pouvons observer :

  • en premier lieu que l'histoire du football ne retient que les exploits des joueurs fameux qui "agissent" le jeu, le créent et les noms des grands dirigeants qui organisent le jeu (création de compétitions, amenagement de regles) ;
  • en second lieu les victimes émissaires toutes désignées parce que s'inscrivant sur l'axe de la métaphore, sont les arbitres dans le temps réel et les entraîneurs dans le temps différé ;
  • en troisième lieu, si, comme la figure l'indique, les joueurs créent le jeu et les arbitres contrôlent le temps de l'action selon la règle pour rendre le jeu présent à tous et observable par tous, les dialogues entre le réel, c'est-à-dire l'observable et le champ des possibles varient en fonction de la tension qui s'exerce au niveau de la frontière Réel/Possible. Une tension forte due à un enjeu important se traduit par un appauvrissement de la qualité du jeu qui s'exprime par la réduction du dialogue Réel/Possible ; inversement la dilatation du réel ludique révèle un dialogue fort entre ces deux domaines s'accompagnant d'une augmentation de la qualité du jeu.

Figure 1 - Système des Relations entre les différentes structures et Modèle de Production d'un jeu sportif

Figure 1 - Système des Relations entre les différentes structures et Modèle de Production d'un jeu sportif

39La dialogique des relations Réel/Possible et par voie de conséquence révocation de l'imaginaire, du merveilleux, qui constitue l'arrière-plan du Football, est détermine par l'efficience du couple Dirigeant/Entraîneur.

40Si l'entraîneur se doit de créer les conditions immatérielles du dialogue Réel/Possible, le dirigeant, lui, doit en assurer la matérialité. On observe que la stabilité de ce couple c'est-à-dire le maintien d'une certaine conception du jeu, de l'éthique, détermine grandement le développement de l'institution et l'amélioration du jeu.

41Or, on peut se demander si la société sportive saisie par le Marché n'est pas à son tour devenue folle des médias de communication. En effet les crises que traversent les clubs professionnels de Football — le phénomène se répète au niveau des clubs régionaux — montre une accélération quasi exponentielle des changements de présidents à la direction des clubs et très souvent le turn-over symétrique des entraîneurs en particulier depuis la fin des années soixante-dix et la décennie quatre-vingt.

  • 21 30 % de taux de réponse dont 10/20 (50 %) réponses des clubs de division I.
  • 22 En 1978 PROMO FOOT, qui est l'outil de financement du syndicat de joueur, est chargé par la F.F.F. (...)

42Certains résultats21 d'une enquête auprès de cent Clubs nationaux ou régionaux réalisée dans le cadre du Laboratoire Stratégies d'intervention et Innovation en Sport de la Faculté des Sciences du Sport, montrent qu'en prenant l'année 197822 comme repère on constate une augmentation de 23,7 % de changements d'entraîneurs, (seulement 2,68 % pour les clubs de Division I mais 52 % pour l'ensemble des autres clubs) et un accroissement de 55,1 % des Présidents (51,8 % pour la Division I, 58,6 % pour les autres clubs) (cf. tableau 1).

Tableau 1 - Rapports entre le nombre des entraîneurs et des Présidents et les années de présence au club depuis la création du club jusqu’en 1977 et de 1978 à 1993

Tableau 1 - Rapports entre le nombre des entraîneurs et des Présidents et les années de présence au club depuis la création du club jusqu’en 1977 et de 1978 à 1993

RE : rapport entre le nombre d'entraîneurs et le nombre d'années
RP : rapport entre le nombre de Présidents et le nombre d'années
t : date de création du club
 % : pourcentage de différence entre les chiffres des deux périodes.

43Ce qui signifie qu'avant 1978, un entraîneur restait en moyenne environ 3 ans dans un même club (2 ans pour les clubs de Division I). Après 1978, un entraîneur que ce soit en première Division ou dans un club de Division inférieure reste en moyenne 2 ans. On peut remarquer que si les Clubs de Division inférieure tendent à traiter les entraîneurs avec une certaine légèreté, les Clubs de Division I s'assagissent. Il est clair que le coût économique d'un limogeage donne à réfléchir.

44Pour les Présidents, la tendance est la même pour tous les clubs quel que soit leur niveau. Avant 1978 un Président restait en fonction en moyenne 6 années, par contre après 1978, il demeure à la tête du club moins de 4 ans.

45Donnons 3 exemples :

  1. Celui d'un Club du Midi de la France saisi par le Marché non pas en 1978 mais en 1982 avec l'arrivée d'un grand couturier. Depuis 1937, date de sa création jusqu'en 1982, soit 45 années, le Club a connu 2 Présidents et 6 entraîneurs dont 2 sont restés 29 saisons, ce qui indique à l'évidence une culture, un style de jeu, une éthique. Par contre, de 1982 à 1993 ce Club a eu 2 Présidents mais 11 entraîneurs. Il est actuellement en Division II.
  2. Un Club d'une ville moyenne ayant une surface économique importante est passé de la 4ème à la 1 ère Division en 4 saisons avec le même président et le même entraîneur, puis en pleine crise de (dé)croissance (descente en Division III après un dépôt de bilan) a vu passer à la direction entre 1990 et 1991, 5 Présidents et 3 entraîneurs.
  3. Un Club régional d'un bon niveau a connu de 1917 à 1977, 6 Présidents puis de 1978 à 1994, 7 Présidents ! !..

46La logique financière et spectaculaire a semble-t-il progressivement transformé le jeu social en un jeu de rôles. Toutefois les mécanismes de causalité circulaire ou plutôt de hiérarchie enchevêtrée — entrevus plus haut — ne permettent pas de dire si la crise naît du changement de dirigeant ou si c'est l'inverse, ni quel est le poids de cette logique.

47Outre cet aspect quantitatif, l'origine sociale des dirigeants change ; les notables sont remplacés par les industriels ou les chefs d'entreprise. Le monde économique voit dans le Football un vecteur tout à fait remarquable d'une stratégie commerciale.

48A contrario, il existe dans certains clubs une stabilité dans la direction. Le concept de direction renvoyant par ailleurs à celui de sens ; ce qui se traduit dans la grande majorité des cas au pire par une certaine stabilité sportive, au mieux par un développement régulier et une montée en puissance du club. L'exemple Auxerrois tend à prouver qu'il est possible de garder un socle éthique grâce à une forte stabilité dans la gestion du champ des possibles par rapport au tentaculaire spectacle.

49Mieux et d'une manière paradoxale, l'attrait que le spectacle sportif qui par nature est l'archétype de l'éphémère, exerce dans une société elle-même soumise à la tyrannie de l'urgence et de la vitesse, à la loi du spectacle et des médias, devrait déterminer chez les responsables sportifs une réponse visant à stabiliser le système. Nous assistons au contraire à l'évolution de rituels théâtralisés autour d'une télé, présence qui déséquilibre le système au point de lui faire perdre le sens, son sens, L'essentiel pour les dirigeants sportifs n'est plus de considérer le sport comme un Intégrateur renforçant sinon fondant — malgré toutes les critiques — les liens sociaux ; l'essentiel est de se situer aux frontières du monde médiatique.

50En dernier lieu, il faut bien convenir que dans le contexte d'une hiérarchie simple et d'une médiatisation accentuée, la volonté et l'action de l'entraîneur de ne pas sacrifier la qualité du jeu à l'urgence des résultats réclame un esprit de sacrifice rapidement insurmontable. Au lieu "d'agir" le jeu en permettant aux joueurs de s'ouvrir aux possibles et en convoquant le rêve, l'imaginaire, la fantaisie, il est agi par les enjeux, réduisant ainsi le champ des possibles. Il devient par la force des choses un comptable et cesse d'être le metteur en scène que la nature même du jeu le pousse à devenir.

IV - POUR CONCLURE : LE FOOTBALL COMME PROPÉDEUTIQUE À L’AUTONOMIE DU SOCIAL

51Le modèle proposé nous invite et nous incite à concevoir une autre manière de penser et d'agir l'espace sportif.

52D'abord reconnaître la complexité du système que les acteurs font et qui leur échappe en prenant la forme d'une hiérarchie enchevêtrée. Notre société en effet, fabrique des systèmes sociaux de plus en plus sensibles aux conditions initiales donc de plus en plus imprévisibles. On ne peut donc plus se contenter d'observer leur évolution en faisant semblant de croire qu'il s'agit toujours d'un système simple à gouverner.

53Respecter ensuite les divergences sur certaines des fins poursuivies par les différents groupes d'acteurs et gérer par ajustements cette conflictualité productive. Cette vie qui assure le bon fonctionnement de la coopération sociale et permet de sortir des micro-solidarités corporatistes, doit aboutir à des accords entre partenaires qui englobent l'ensemble des problèmes posés par le domaine d'activité. Nous pouvons témoigner que ce n'est quasiment jamais le cas. Il est clair par exemple que les tâches et le domaine d'activité des entraîneurs ont évolué ces derniers temps dans le sens d'une différenciation et d'une diversification, bref d'une complexité accrue qui impose de repenser la formation des cadres techniques (figure 2.).

54Prendre aussi conscience que le sport est toujours fondamentalement un jeu ; il est donc instable. Sa précarité (Winnicott, 1975) et la tension qui en découle, la dramatisation symbolique qu'y introduisent le mythe de la mort subite et celui de l'éternel retour fait qu'émerge la question de la maîtrise de cette tension souvent extrême, donc la question du sens.

55Ne pas oublier enfin que cette question du sens et du système de valeurs qu'il engendre, représente la part profonde de la culture sportive et qu'à ce titre elle doit se trouver en parfaite congruence avec elle.

56Ces conditions réunies, l'éthique sportive cesserait de se présenter comme un instrument au service du marché pour devenir réellement partagée.

57Les dirigeants sportifs mais aussi les responsables politiques et médiatiques, doivent comprendre qu'une génération éthique émerge et réclame un peu plus de sens.

58Cette manière de penser l'autonomie du social comme à la fois résultant de l'action humaine et s'en détachant, doit générer non seulement une pratique de l'innovation sociale mais aussi une autre conception de la formation et de la gestion des ressources humaines dans le système sportif. Alors le sport comme conservatoire et comme laboratoire jouera le rôle que le philosophe B. Jeu lui assignait, celui d'être une propédeutique aux changements sociaux en inventant un statut et un cadre inédits pour cette autonomie du social.

Axe de l'évolution socio-culturelle, accroissement de la complexité structurelle et fonctionnelle.
Figure 2 : Modèle de l'état du système des relations Praticiens/système jeu-joueur-compétition.

Bibliographie

Bibliographie

BAREL Yves, La Reproduction Sociale. Systèmes vivants, invariance et changement. Paris : 1973.

—. Le Paradoxe et le système. Essai sur le fantastique social. Grenoble : 1979, 1989.

CROZIER Michel et FRIEDBERG Erhard, L'acteur et le système. Paris : 1977.

DUPUY Jean-Pierre, Introduction aux Sciences sociales. Logique des Phénomènes Collectifs. Paris : 1992.

JEU Bernard, Analyse du Sport. Paris : 1987.

HABERMAS Jürgen, L'espace Public. Paris : 1978.

ORLEAN André, Les marchés sont-ils fous ? in Option finances, 1992, no 231.

SANSOT Pierre, "Le Marginal et l'existant in Système et Paradoxe". Autour de la Pensée d'Yves Barel. Paris : 1993.

VOLKWEIN KAE, Towards a New Concept of Sport. In : International Journal of Physical Education (1991), no 4.

WINNICOTT Donald W., Jeu et Réalité. L'Espace Potentiel. Paris : 1975.

Notes

1 Théoriser dans les sciences sociales est une "opération en partie symbolique, c'est-à-dire essayant de pousser la connaissance un peu au-delà de ce que l'on peut 'scientifiquement' prouver ou établir" Y, Barel (1989).

2 Commission supérieure juridique et de discipline.

3 L'Equipe du 5 Septembre 1993.

4 La lettre de l'économie du Sport, no 207, 310393.

5 Ligue Nationale de Football.
Contradiction toujours quand les Présidents se déclarent satisfaits des statuts juridiques actuellement proposés par les dispositions légales et règlementaires mais considèrent que la SAOS ou la SEM ne sont pas les meilleurs cadres pour moderniser les clubs ou rendent dépendants des pouvoirs publics.

6 Union Nationale des Arbitres de Football.

7 La lettre de l'économie du Sport, no 215, 2/06/93.

8 Cf, Statuts approuvés par l'assemblée générale extraordinaire du 19/06/1993.

9 (Travaux de J.P Dupuy et A, Orlean, CREA, Laboratoire d'Epistémologie appliquée de l'école Polytechnique). La spécularité est selon ces auteurs, la capacité de l'esprit humain à se mettre à la place d'un autre et à voir le monde de son point de vue. L'autre faisant de même se crée alors un jeu de miroirs, une spécularité potentiellement infinie.

10 Direction Nationale de Contrôle de Gestion.

11 Le débat fut relancé par la décision du Tribunal de Berne suspendant provisoirement la décision de l'UEFA, alors la FIFA intervint ; on sait ce qu'il advint. Ces faits alimentèrent le thème de la Conférence Internationale sur le droit et le sport à Lausanne les 13 et 14 Septembre 1993.

12 Union Nationale des Footballeurs Professionnels.
Ces avancées sociales indiscutables furent mal maîtrisées dans les années quatre-vingt. Ce qui devait être un élément stabilisateur devint une charge économique rapidement insurmontable pour la grande majorité des clubs. Les "investissements" des hommes d'affaires entraînèrent la plupart des présidents de clubs dans une folle spirale inflationniste dont on peut constater les effets désastreux.

13 Propos de M. André Laurent, ancien Président de l'AS St-Etienne et premier Président de l'UCPF.

14 Union Nationale des Entraîneurs et Cadres Techniques Professionnels de Football.
Il faut bien admettre qu'un des objectifs permanents de l'UNECATEF est de veiller à l'application du statut des Educateurs qui, négocié difficilement avec les instances dirigeantes (LNF et FFF), est plus favorable que le droit commun et figure dans la charte du Football professionnel,

15 Sens propre : Rituel décrit dans le lévitique. Bouc (Tragos) que l'on chassait dans le désert après l'avoir chargé des malédictions que l'on voulait détourner de dessus le peuple.
Sens figuré : mécanismes psychologiques par lequel une communauté fait retomber ses propres torts sur une victime émissaire.

16 Sources UNECATEF.

17 "Le Football c'est la jungle", M. Vautrot, Président de la CCA, Journal Sud-Ouest 210993.

18 On peut penser que le joueur de Valenciennes J. Glassmann par ses révélations sur certaines pratiques délictueuses du football a permis, tel l'enfant du conte d'Andersen Les habits neufs de l'Empereur, de transformer un secret public c'est-à-dire un fait connu de tous sans que personne ne soit sûr que les autres le connaissent, en un Espace public, Il s'agit alors d'un espace symbolique au sein duquel s'échangent les discours des différents acteurs sociaux. L'état politique de la société est radicalement modifie. Cette expression publique de vérité instaure la transparence.

19 Cf. l'ouvrage de Eugen FINK, Le Jeu comme Symbole du Monde, Paris : 1966.

20 Cf. à ce propos, A. MENAUT, Contribution à une approche théorique des jeux sportifs collectifs. Thèse de Doctorat d'Etat, Bordeaux, 1982, texte ronéotypé, Université de Bordeaux II.

21 30 % de taux de réponse dont 10/20 (50 %) réponses des clubs de division I.

22 En 1978 PROMO FOOT, qui est l'outil de financement du syndicat de joueur, est chargé par la F.F.F. de gérer les opérations publicitaires de la coupe du Monde de Football.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Système des Relations entre les différentes structures et Modèle de Production d'un jeu sportif
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 1 - Rapports entre le nombre des entraîneurs et des Présidents et les années de présence au club depuis la création du club jusqu’en 1977 et de 1978 à 1993
Légende RE : rapport entre le nombre d'entraîneurs et le nombre d'annéesRP : rapport entre le nombre de Présidents et le nombre d'annéest : date de création du club % : pourcentage de différence entre les chiffres des deux périodes.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Axe de l'évolution socio-culturelle, accroissement de la complexité structurelle et fonctionnelle.Figure 2 : Modèle de l'état du système des relations Praticiens/système jeu-joueur-compétition.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.