Version classiqueVersion mobile

Le tournant numérique des sciences humaines et sociales

 | 
Valérie Carayol
, 
Franck Morandi

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Anne BEYAERT-GESLIN est professeur à l’Université Bordeaux Montaigne et directrice-adjointe du laboratoire MICA (Médias, Information, Communication, Art). Elle enseigne la sémiotique visuelle, la sémiotique du design et des médias. Elle est l’auteur d’une centaine d’articles scientifiques, a dirigé quinze dossiers et ouvrages collectifs. À titre personnel, elle est l’auteur de L’Image préoccupée, Hermès-Lavoisier, 2009 et de Sémiotique du design, Presses universitaires de France, 2012.

2Antoine BLANCHARD a une double formation d’ingénieur AgroParisTech et de sociologie des sciences. Antoine Blanchard a développé des compétences en matière d’information scientifique et technique puis de gestion du risque d’opinion au sein d’une entreprise multinationale de biotechnologies. Animateur depuis 2006 d’une communauté de blogueurs scientifiques (C@ fé des sciences), il a cofondé Deuxième labo pour se spécialiser dans la gestion de projets qui ont le potentiel de changer l’enseignement supérieur et la recherche.

3Valérie CARAYOL, professeur des Universités en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeaux Montaigne, est directrice du laboratoire de recherche MICA (Médias, Information, Communication, Art) et directrice de la publication de la revue Communication & Organisation. Elle a été présidente de l’association européenne de chercheurs en communication EUPRERA 2010 à 2014. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages s’intéressant à la communication des organisations, et a animé ces quatre dernières années un collectif interuniversitaire de sept laboratoires qui a organisé des journées d’études sur les humanités digitales, dont cet ouvrage est issu.

4Claire CLIVAZ est professeur assistante en Nouveau Testament (NT) et littérature chrétienne ancienne à l’Université de Lausanne, et spécialiste des manuscrits du NT. Depuis 2010, elle fait partie des chercheurs qui développent les humanités digitales en Suisse, au sein d’un projet de centre suisse de digitalisation pour les sciences humaines, et en développant l’épistémologie et la pédagogie DH. Elle est membres de plusieurs comités DH (EADH, DHSI, CenterNet Europe).

5Franck CORMERAIS est Docteur en philosophie (Paris 1) et en science de l’information et de la communication (Paris XIII). Il est Professeur des Universités, responsable de l’axe prioritaire Humanités digitales de l’Université Bordeaux Montaigne, et membre de plusieurs associations scientifiques : PEKEA (Political and Ethical Knowledge on Economic Activités), Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication, AEIRI. Il organise un séminaire annuel sur les humanités digitales à l’École doctorale Montaigne Humanités. Ses recherches portent sur l’anthropologie des techniques et sur les pratiques des TIC et sur l’innovation et l’économie de la connaissance, des supports de l’inscription numérique à l’industrialisation contemporaine du langage et de la culture.

6Sophie DAVID a été recrutée au CNRS en 1997 après une formation en linguistique et informatique. Elle a poursuivi des recherches en sémantique lexicale et en traitement automatique des langues. Elle a rejoint l’équipe d’Huma-Num (ex-TGE Adonis) en janvier 2011, où elle est responsable du Pôle international. Elle est particulièrement impliquée dans le projet Dariah (Digital Research Infrastructure for the Arts and Humanities), en tant que coordinatrice nationale et co-responsable du VCC3.

7Stéphan-Eloïse GRAS est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication (GRIPIC CELSA-Paris Sorbonne) et en Philosophie esthétique (LLCP-Paris 8). Sa thèse, menée sous la direction conjointe de Nicole d’Almeida et de Patrick Vauday, porte sur « L’écoute en ligne. Figures du sujet écoutant et mutations des espaces musicaux sur Internet ». Musicienne, elle s’intéresse à la recommandation musicale en ligne et plus généralement aux médiations numériques de l’écoute musicale dans les nouveaux contextes techniques, esthétiques, industriels et politiques. Elle a été chercheuse invitée à Brown University et à New York University et est aujourd’hui en charge de la prospective et de la coopération numérique à l’Institut français, l’opérateur culturel du ministère des Affaires étrangères.

8Franc MORANDI est professeur en sciences de l’éducation à l’Université de Bordeaux et président du conseil d’orientation scientifique et pédagogique de l’ESPE d’Aquitaine. Membre de l’équipe Représentations, Usages, Développement et Ingénierie de l’information (RUDII) du groupe cognitique du laboratoire IMS, UMR 528, ses travaux sont actuellement associés à l’ANR Translit (la Translittératie comme horizon de convergence des littératies médiatiques, info-documentaires et informatiques) ; associé au projet de développement d’un pôle bordelais de recherche sur les humanités digitales, il a contribué à l’animation des journées d’études dont est issu cet ouvrage.

9Vincent PUIG, praticien des transferts entre culture et recherche depuis 1993, il a fondé en 2008 avec Bernard Stiegler, l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Georges-Pompidou pour travailler sur les pratiques et technologies contributives dans le contexte des Digital studies. Il a été Directeur de la valorisation scientifique à l’Ircam et créateur du Forum Ircam. Il est actuellement directeur Exécutif de l’IRI et membre d’Ars Industrialis, il est président de la Communauté Culture, Presse et Media du pôle de compétitivité Cap Digital.

10Elifsu SABUNCU, docteure en biologie de l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, spécialiste de questions scientifiques à l’interface science société avec près de 10 ans d’expérience en recherche (Institut national de la recherche agronomique, Institut Pasteur) et en enseignement (École des hautes études en santé publique, Mines Paris Tech, Sciences Po Paris), Elifsu s’est spécialisée au sein de Deuxième labo dans l’accompagnement de projets humanités numériques et le conseil en communication web (usages, ergonomie, bonnes pratiques).

11Bernard STIEGLER, philosophe, docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est président de l’association Ars Industrialis et directeur de l’Institut de Recherche et d’Innovation du Centre Georges-Pompidou. Il est également professeur à l’Université de Londres (Goldsmiths College) et professeur associé à l’Université de Technologie de Compiègne. Il a été directeur de programme au Collège international de philosophie, directeur de l’unité de recherche Connaissances, Organisations et Systèmes Techniques de l’Université de Compiègne, qu’il y a fondée en 1993, directeur général adjoint de l’Institut National de l’Audiovisuel en 1996, directeur de l’IRCAM en 2001 et directeur du département du développement culturel du Centre Georges Pompidou en 2006. Il est l’auteur de très nombreux ouvrages sur la question technique et travaille actuellement travaille à élaborer le concept d’une économie politique de l’esprit et de ses instruments qui passe par une étude des spécificités des technologies cognitives et culturelles numériques.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search