Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Le renouvellement des formes de pratiques sportives : quelques exemples

Les nouvelles formes de sociabilité en escalade

Jean Corneloup

Full text

1Pour étudier le lien social, on s'intéresse aux relations qui se construisent entre des individus, un objet de pratique et des symboles, Quand on regarde une activité, des liens privilégiés sont observables : la relation à l'espace est plus ou moins ouverte ; les échanges entre pratiquants s'inscrivent dans une structure formelle ou informelle ; les modèles de jeu épousent une forme pyramidale ou réseautée ; les mythologies de référence sont uniques ou multiples, Bref, toutes les formes de relation identifiées sont pour nous dignes d'intérêt, Elles nous permettent d'approcher au plus près les modèles de liens opérants, attachés à une pratique sportive en fonction des périodes historiques.

2Dans le cadre de cette communication, on s'attachera plus particulièrement à l'étude des pratiques d'escalade, Les échanges entre les grimpeurs, les objets de pratique, la nature et les formes symboliques n'ont pas épousé le même modèle de liens selon les périodes historiques. En s'intéressant aux changements qui se produits, on pourra ainsi mieux comprendre le monde de l'escalade et comment aujourd'hui le lien social se construit entre grimpeurs pour produire du sens, de l'identité et de la cohésion socio-sportive.

I - LE SYSTEME ESCALADE

3Durant toute l'époque moderne (1850-1975), une forte gestion centralisée, pyramidale et mécanique organisait les rapports a l'espace de pratique. On ne vantait qu'un seul type de héros : l'alpin ; on ne connaissait qu'une institution : le CAF (le Club Alpin Français) ; on ne valorisait qu'un seul espace : la montagne. N'importe qui ne pouvait pratiquer l'alpinisme puisqu'une structure rigide, fermée et ordonnée limitait les droits d'entrée et réglementait les comportements. Dans ce contexte, le CAF jouait le "rôle" de passerelle, de "sas", entre la ville et les espaces de pratique (la nature). De fortes “solidarités mécaniques" (Durkheim, 1893) liaient les pratiquants entre eux ; les secours étant par exemple organisés par le collectif des grimpeurs. Une initiation et une formation des plus sérieuses à la culture alpine, aux règles de sécurité et aux habiletés de progression préparaient les grimpeurs à une gestion rationnelle et méthodique de leurs pratiques. Un fort lien socio-sportif organisait les relations entre les grimpeurs.

4Depuis les années 1975, le système escalade s'est ouvert, l'organisation devenant plus souple et plus "réseautée", Les acteurs, parties prenantes dans l'organisation de l'activité se sont multipliés. Parmi eux : les constructeurs de structures artificielles d'escalade (les S.A.E.), les stars de la grimpe, les secours en montagne (le P.G.H.M.), les guides, les associations sportivo-écologiques, les fédérations d'escalade (FSGT, CAF, FFME,...), les médias, les communes, Les idées qu'ils professent sur l'escalade sont variées, voire contradictoires et conflictuelles, Les liens entre les acteurs et les grimpeurs se diversifient.

5Le changement affecte aussi le public-pratiquant qui ne se réduit plus aux alpins-cafistes d'autrefois. Les styles de pratique et le profil culturel des grimpeurs se sont par ailleurs profondément modifiés. Cette évolution a provoqué une fracture dans les formes de sociabilité d'autrefois :

6Le temps est loin où chaque grimpeur subissait une formation "en bonne et due forme" qui lui permettait de s'approprier un ensemble de codes culturels, propre à la culture des alpins-cafistes. Aujourd'hui, une individualisation et une tribalisation des rapports à l'escalade sont observables. La socialité de grimpe se présente alors comme une tendance montante. Par exemple, de plus en plus les néophytes se prennent en main : ils peuvent apprendre seuls, s'inscrire à un stage, suivre les conseils d'un vendeur et des revues spécialisées ou s'insérer au sein d'un groupe de pairs, à la recherche de formes d'expression les plus diverses.

  • 1 "La spectralité s'alimente aussi de toutes les formes de nomadisme dans des univers spatiaux ou te (...)

7De même, l'imaginaire alpin - celui du danger, de la montagne à conquérir, de Dame pureté, comme celui du surhomme - entre en concurrence avec d'autres formes symboliques, où dominent une écologisation des rapports à l'objet de pratique. On peut alors observer que les références symboliques en escalade se redécouvrent en tant que structures complexes, participant à l'émergence de nouvelles lectures imaginaires, Le signifiant classique (la montagne) et le signifié (la carte des difficultés alpines, la littérature alpine classique, les récits héroïques,...) se disjoignent, laissant le champ libre à de multiples branchements sportifs connotatifs. De la culture d'entreprise (Bull), en passant par le club des cancéreux jusqu'à l'opération "banlieue verte", toutes formes de combinaisons symboliques peuvent émerger. Aujourd'hui, tout est prétexte pour “se brancher" sur n'importe quel acteur sociétal (sponsors, villes, bourses de jeunes, grandes écoles,,..) et tenter l'aventure en escalade. L'ouverture autorise les prétextes les plus extravagants, des plus humoristiques, ludiques aux plus baroques. L'escalade entre ainsi dans le monde de la spectralité1 (Guillaume, 1991) où la légitimité se suffit d'une référence médiatique ou transversale, où toutes sortes de commutation de sens deviennent possibles.

  • 2 “Le fantasme ordalique consisterait à s'en remettre corps et âme à une puissance extérieure, pour (...)

8Des transformations similaires seraient observables au niveau des comportements des grimpeurs. Les anciens partaient en montagne pour se battre avec les éléments et pour vaincre le sommet, Leurs actions s'inscrivaient dans une vaste symbolique ascentionnelle (Bozonnet, 1992), humaniste et patriotique, où des liens forts les reliaient à la société et à la communauté des alpinistes. Aujourd'hui, les jeunes générations de grimpeurs, sensibilisées à une culture ludique et anomique, sont prédisposées à une gestuelle, plus spectaculaire que risquée, plus esthétique (la sensation) que morale, plus ordalique2 que républicaine.

9Une profonde coupure a ainsi modifié les rapports avec l'Ailleurs vertical. Des liens écologiques, urbains, ludiques, sportifs, entrepreneurials,... seraient observables, répondant au principe du fragment ; les grimpeurs composent de plus en plus leur identité sportive autour d'un bric-à-brac de symboles : entre un cadre supérieur grimpant sur un mur personnel (le cocooning de grimpe), un scolaire effectuant quelques escalades dans une cité de banlieue, un compétiteur en cascade de glace, un chômeur parcourant les falaises de France, un stagiaire UCPA, des différences multiples sont repérables, qui font référence à des univers, parfois bien éloignés les uns des autres.

  • 3 La médiologie : “étude des médiations matérielles qui permettent à un symbole de s'inscrire, se tr (...)

10Enfin, le rapport aux espaces de pratiques aurait changé. Loin d'une relation spatiale pyramidale, linéaire et conquérante, l'époque actuelle redonne la priorité à la combinaison des espaces, aux réseaux, au local et à la courbe. La montagne et le sommet ne sont plus les seuls espaces d'excellence. En observant la figure 1, on peut se rendre compte de ces transformations qui modifient fortement les formes de liens avec la nature, ainsi que les modes de relations avec les espaces de pratique : la voiture, le TGV, les structures artificielles d'escalade (S.A.E.), le téléphérique, l'équipement postmoderne des voies, le piolet-traction,... participant largement à la mise en place de cette nouvelle topographie et "médiologie"3 verticale.

Système classique

11En résumé, nous sommes passés d'une approche mécanique et linéaire du lien en escalade à une approche organique et multiple. De plus en plus, la diversité et le conflit dominent, Le lien socio-sportif post-moderne ne ressemble donc guère à celui qui prévalait à l'époque moderne. Il n'y a pas d'invariance du lien ; celui-ci est profondément déterminé par la structure du modèle dans laquelle il s'insère. On peut ainsi présenter les grandes différences qui ressortent de la comparaison historique entre les liens modernes et post-modernes :

Tableau 1 - Comparaison entre les liens sociaux modernes et post-modernes

Liens sociaux modernes

Variables

Liens sociaux post-modernes

Liens à tendance vertical (Structure pyramidale)

Rapport institutionnel

Liens à tendance horizontale (Structure réseautée)

Liens distaux et parternalistes (le club)

Relations pratiquants

Liens proximaux et archaïques (Tribu et groupe de pairs)

Liens de séparation, de domination et de clarté

Echanges socio-imaginaires (homme-femme, terre/ciel, masculin/feminin, naturelvllle, sécurité/....]

Liens de conjonction, de confusion et d'interaction

Liens classiques sous une forme linéaire (la montagne)

La symbolique de l'escalade

Liens spectraux et discrets (logique du fragment)

Solidarité mécaniques (la logique de l'Un)

Formes de soliddrité "style"

Solidarités organiques (la logique du multiple)

12Mais par quel processus sommes-nous passés d'une forme moderne à une forme post-moderne ? On voudrait insister sur l'importance à accorder au processus systémique, comme élément jouant un rôle d'importance dans la transformation des formes de sociabilité. La saturation d'un modèle de jeu (l'alpinisme), marqué par la fin de la conquête des sommets alpins, la limite du modèle classique de progression (la technique alpine), l'entrée de nouveaux acteurs, la tendance marquée pour le tribalisme et le localisme sont quelques faits qui participent de la recomposition du modèle classique de l'escalade, produisant d'autres formes de liens sociaux. Il apparaît ainsi que la notion d'"organisation active", c'est à dire l'étude globale de la "forme" et du processus de transformation de cette "forme" semblent primordiaux pour saisir la dynamique socio-sportive des pratiques d'escalade.

II - LES OPÉRATEURS D'ACTION POST-MODERNES

13En allant plus loin, on peut s'intéresser aux mécanismes qui participent à l'élaboration des liens post-modernes, Le club, la nation, la montagne-adversaire, l'Ailleurs montagnard, les luttes sociales verticales (la distinction bourgeoise par la pratique de l'alpinisme) ne sont plus des éléments forts permettant l'affirmation des identités. L'émergence de nouvelles formes de pratique, la recomposition des conflits sociaux (Mendras, 1993) et l'éclatement du système escalade induisent la mise en place d'opérateurs d'action inédits pour permettre aux grimpeurs de trouver du sens et du lien, L'organicité, le tribalisme, la circulation, la communication et l'esthétisme apparaissent comme des opérateurs d'action significatifs. Décrivons-en par une lecture du tableau 2, les grands principes de fonctionnement :

Tableau 2 - Les opérations d'action participant à la mise en place des liens post-modernes en escalade

Type

Caractéristique

Liens

ORGANICITÉ

- Le multiple, le bruit, le désordre, structure dissipative
- Le mixage centre/périphérie, ouverture/fermeture
- Le réseau médiatique fragmenté
- La logique du style
- L'anomie

Liens organiques

TRIBALISME

-Tribalisme thématique (divorcés, 3e âge, étudiants,,..)
- Le tribalisme local - Multiplication des petites associations
- Culture du sentiment, le domestique, la logique du présent

Liens socio-proximaux
Liens communautaires

CIRCULATION (Anomie-Ailleurs)

- Pratique du clip et du zap sur des "spots" interactifs
- Modèle de la guérilla (météo, foule, diversité,...)
- Combinaison des pratiques et des modalités
- Circulation des images (logique du signifiant-forme)
- Circulation de gestes (le réseau et la structure vide) "Je grimpe, donc je suis", liens de vertige, anomiques, psychotiques, "destroy"...
- Le tribalisme interactif (l'impossible clôture")

Liens de circulation

COMMUNICATION

- La simulation
- La prépondérance au ludique
- Codes de jeu communicationnels (surcode, transcode, codes spectraux,...)
- Imaginaire audio-visuel ("Ushuaïa," Edlinger, revues)
- Imaginaire des videogames ("superwoman, games aventure, super Mario,....)

Liens de communication

ESTHÉTISME

- La recherche de sensation ("l'éclate, "la défonce")
- Le spectacle de l'escalade
• le spectacle de la nature
• le spectacle médiatique
• le petit théâtre écologique
• le petit théâtre urbain

Liens esthétiques

14Les liens organiques : l'escalade ne se limite plus à une seule pratique. Aujourd'hui ce qui domine c'est la diversité des styles, la multiplicité des modalités d'action et la combinaison à l'infini" des pratiques et des modalités de pratique entre elles. Dès lors, les formes de sociabilités éclatent ; chacun peut trouver du sens à son action verticale à partir de nombreux liens : la télévision, un stage d'aventure, l'école, le mur du Gymnase-Club, une association homosexuelle, les compétitions fédérales d'escalade,... Les fragments de sens et l'éclatement des différences autorisent des agrégations sociales et symboliques les plus variées. Ce qui fait sens alors et ce qui permet de renouveler les formes de liens, c'est bien ce vitalisme, cette organicité postmoderne.

15Les liens communautaires : sans nul doute, les petits groupes de pairs que l'on peut combiner sous des formes diverses composent une grande partie de l'espace social en escalade. Des tribus de grimpeurs émergent ici ou là ; de petites associations aux thématiques aventurières les plus diverses apparaissent et disparaissent sans cesse ; le temps des vacances s'affirme de plus en plus comme un moment où entre amis on s'adonne à des activités mi-bucoliques, mi-aventurières, annonçant "la fin du tourisme grégaire" (Montagne expansion, no 3, 1993).

16Bien souvent, ce qui prédomine autour de ces nouvelles formes de sociabilité, c'est la convivialité, la diversité, l'authenticité des liens d'action, le domestique et cette culture du sentiment, que nous décrit M. Maffesoli (1992).

17Parallèlement, les défis que les grimpeurs se lancent lors de joutes rituelles (réelles ou simulées) avec la mort (solo, hivernal, course engagée, challenge collectif,,..) sont des usages qui fortifient le lien social, renforcent les solidarités groupales et expriment un indéniable vouloir-vivre. La prise de risque autorise ce jeu avec la mort comme rituel qui participe à la bonne marche d'une société en permettant la conversion des violences menaçantes en violences fécondes. Cette zone de mort que les grimpeurs côtoient lors de leur escapade est une manière de l'apprivoiser et de la conjurer. Une communauté de vie se crée autour de ces jeux risqués : toutes les expériences collectives en montagne - bonnes ou mauvaises (par exemple, l'accident) - participent à l'élaboration de ce lien communautaire.

18Les liens de circulation : on n'a jamais tant vu d'images parlant d'escalade circuler sur les espaces médiatiques, Les médias spécialisés, dans un souci d'émerveillement, n'en finissent pas de diversifier les images, les signes et les symboles, attachés au signifiant escalade. L'accroche médiatique devient baroque.

  • 4 On ne peut oublier de souligner que les années quatre-vingt ont été celles de la circulation : les (...)

19Les grimpeurs sont aussi nombreux à s'inscrire dans cet univers de la circulation4. Selon le principe du clip et du zap, ils circulent d'un "spot" à un autre, pour éviter la saturation et renouveler sans cesse les sensations. Pour répondre à leurs exigences, on observe qu'en fonction des lieux à la mode, de la foule et de la météo, le modèle de la guérilla (rapidité d'action) prédomine.

20Dans une société de plus en plus interactive (Guillaume, 1991), la souplesse de déplacement et le goût de la circulation permettent de multiplier les sensations, les images et les accroches verticales. Bougez ! interactivez ! combinez ! grimpez de plus en plus ! deviennent des finalités en tant que telles. Le sens est dans la circulation des gestes, des images, des récits, des lieux, d'un mur intérieur à un autre,... Mais si la circulation et le réseau créent du sens, la surenchère d'interactions produit de l'anomie et du vide, On a pu ainsi observer des grimpeurs, proches d'un état psychotique, par excès de grimpe. Pour combler un vide de sens, la grimpe fait office de refuge, pour le meilleur et pour le pire (Corneloup, 1993).

21Les liens de communication : la saturation des codes classiques, liée à la fin de la conquête alpine et le besoin de références imaginaires multiples positionnent les médias au coeur du système. La communication devient centrale pour créer de la dynamique, de l'effervescence, du code et du lien. La tendance à la simulation, aux artéfacts, au caisson hyperbare et à la virtualité (des performances) introduit les pratiques d'escalade dans le temps de la communication. Enfin, la place d'importance occupée par l'audiovisuel ("Ushuaïa", les films d'Edlinger, les vidéogames en aventure, les revues post-modernes) annoncent bien la mise en place de liens de communication (virtuelle).

22Les liens esthétiques : de plus en plus, le spectacle constitue une dimension essentielle des pratiques d'escalade, Au-delà du simple fait de grimper et de réaliser des performances extraordinaires, le grimpeur s'inscrit dans un rapport émotionnel, spectaculaire ou théâtral avec son objet de pratique. Ce jeu communicationnel avec l'autre (la paroi magnifique, la montagne impressionnante, une belle ligne, une voie en compétition) évoque le détour par une esthétique (une mise en spectacle). Elle révèle ce besoin pour les grimpeurs de s'inscrire dans une forme émotionnelle qui les dépasse, qui les englobe et qui les porte vers les passions les plus affirmées. Le spectacle remplit ainsi une triple fonction : il introduit cette pratique dans le monde du sacré ; il joue le rôle d'un miroir ; il impulse la création d'un théâtre vertical, ce théâtre spontané où l'on invente une dramatique informelle, révélatrice des imaginaires contemporains (images du monde, signes du temps, peurs, angoisses, valeurs,,.,) et des forces souterraines qui participent à l'éclosion d'une effervescence collective.

23La nature, l'espace public et médiatique, le théâtre écologique, l'urbanité instituée forment ainsi un ensemble de lieux où l'émotion circule autour des macro et micro-spectacles produits. Sans doute, il semble important d'accorder de l'intérêt à une poétique du spectacle, Cette esthétique de l'ombre, attachée à des micro-lieux de mises en scène (le mur intérieur tribalisé, une falaise locale, Chamonix, une compétition,..,) s'infiltre de plus en plus dans l'ordinaire de cette pratique, en y apportant de la fantaisie, de l'effervescence et du lien de proximité. A une époque marquée par la fin de l'histoire en escalade et par la prédominance donnée aux solidarités organiques, la capacité à se fondre dans une esthétique et à s'offrir en spectacle deviennent une nécessité pour participer à la dynamique post-moderne de l'escalade.

24Le monde de la grimpe n'en finit pas de bouger et de s'adapter à de nouvelles formes de cohésion sociale. Mais si on a insisté sur cette montée du baroque, il ne faut pas conclure à l'absence de structures stylistiques. La diversité et le multiple n'impliquent pas forcément un relativisme absolu. On peut ainsi montrer que des liens en escalade se construisent autour de tout un jeu de ressemblances et d'oppositions entre les familles et les fractions de familles de grimpeurs, Des liens stylistiques sont ainsi observables qui apportent du sens, de l'identité et de la cohésion.

III- LES LIENS STYLISTIQUES

25A partir d'une enquête réalisée dans la forêt de Fontainebleau auprès des grimpeurs parisiens (Corneloup, 1993), on a pu faire ressortir les jeux de relations qui structurent les styles de grimpe et qui organisent les échanges entre le monde de l'escalade et le monde sociétal. Il apparaît que les grimpeurs partagent un ensemble de valeurs communes, que ce soit autour de conflits de société (nucléaire, avortement, sida, Dieu,...) ou autour de symboles attachées aux pratiques d'escalade (la nature, la cordée, un parc au Mont-Blanc, l'ascension d'une arête, la grimpe ludique,...) :

  • 5 Quelles sont les grandes catégories symboliques qui structurent les débats sociaux ? Si l'on repre (...)

26En positionnant nos grimpeurs sur les structures de l'opinion publique5, en utilisant la méthode de la greffe (Iliakopoulos, 1993) et à partir d'une enquête nationale réalisée par J.P. Pages (1991), on peut observer (figure 2) qu'ils se situent, comme on l'attendait, à l'extrême du quadrant de l'aventure : les pratiques d'escalade vont dans le sens d'une ouverture de la société vers le mouvement et la transgression. L'aventure sociale, qui fait appel aux ressources du symbolique, stimule l'aventure sportive, qui fait appel aux ressources physiques, et vice versa, Choisir une activité sportive dite à risque constitue pour l'individu-citoyen un moyen pour communiquer physiquement à autrui son goût pour les valeurs libertaires et d'aventure. On peut alors en conclure que l'escalade, comme totem emblématique, semble le support, par lequel, des individus consolident leurs liens sociaux d'aventuriers de la société. Pratiquer l'escalade, ce n'est pas seulement s'accaparer un ensemble de techniques, de savoir-faire et d'usages sociaux, mais c'est aussi s'imprégner d'une aura symbolique, lié à une pratique sociale, qui renvoie à un univers de valeurs. Cette pratique n'est pas alors un objet a-politique. Elle s'inscrit dans un champ de luttes et de conflits où se joue la distribution des objets culturels et des symboles qui y sont attachés, entre groupes sociaux en interaction.

Figure 2 - Plan principal, Mai 1989, 447 grimpeurs Greffe sur l'enquête Agoramétrie. Positionnement des grimpeurs sur les structures de l'opinion publique

Figure 2 - Plan principal, Mai 1989, 447 grimpeurs Greffe sur l'enquête Agoramétrie. Positionnement des grimpeurs sur les structures de l'opinion publique

27Mais si l'escalade se situe aux extrêmes de l'aventure sociale, il ne faut pas en conclure que tous les grimpeurs occupent une même place dans le quadrant de l'aventure au sein de cette pratique. Quatre grandes familles de grimpeurs (eux-mêmes subdivisées en fractions) se partagent le marché de l'escalade :

Les alpins-cafistes, apparaissent comme la vieille garde de l'escalade. Fidèles aux traditions, la montagne (d'autrefois) est érigée en lieu sacré. Les circuits de blocs, à Bleau, leurs servent de préparation aux courses alpines de l'été, dans le pur style classique, Knickers, pantalons Millet, consommation de viandes, catholiques pratiquants, lecture de la revue du CAF (club alpin français), sont quelques-uns des éléments qui les inscrivent dans la culture du repli, là où on défend les valeurs du passé.

Les hédo-sportifs, sensibles à l'esthétisme des corps dénudés et à la gestuelle sportive, jeunes, habillés de fluo et de vêtements sportifs, ils excellent en bloc, en falaise et en compétition, à la recherche du toujours plus dur. Coupés de l'imaginaire cafiste, instables, dépressifs et consommant des drogues douces (pour certains), ils baignent dans l'univers de la transgression lorsque la symbolique de la montagne ne fait plus office de miroir d'identification. Ici, c'est la culture "trash (ordure), rock and speed qui domine.

Les touristes, pratiquant de temps en temps l'escalade, en vêtements de ville (pour certains), ils sont les moins impliqués dans la pratique mais ce sont eux qui combinent l'escalade avec des pratiques sportives, hautement distinguées et paradoxales (yachting, équitation, golf), Peu marqués par les symboliques de l'escalade, Ils se positionnent du côté de la transparence des signes et des pratiques.

Les néo-aventuriers, ils excellent en montagne, sur des blocs exposés et s'engagent dans des voies de plusieurs longueurs, Consommateurs de drogues douces (pour certains), plutôt d'une religion autre que la religion catholique, ils pratiquent aussi le yoga et la relaxation. Porteurs de collants excentriques, aimant la solitude, ils apparaissent comme les plus fervents des nouveaux sports de montagne, tels que le delta-plane, le para-pente, et le VTT.

28Mais si le lien social émerge de ressemblances entre grimpeurs, celui-ci se construit aussi par différence. Ainsi des oppositions sur les valeurs et la définition de la pratique légitime sont observables : les alpins-cafistes (le repli), proches de la tradition alpine se présentent comme étant les gardiens des valeurs sacrées, de la morale et des lois historiques construites autour de la montagne, La prise de risque est pensée comme un processus initiatique nécessaire pour la formation des individus, ("la montagne, une école de caractère, une école pour la vie !"), À l'opposé de cette vision, les hédo-sportifs se situent dans le quadrant de la transgression et de la jouissance des corps sportifs en mouvement (l'aventure). C'est ici que l'on défend le plus l'aseptisation des sites et une grimpe ludique, à la recherche du plaisir maximum et de l'ilynx (le vertige) narcissique.

29La polémique qui oppose les deux autres familles est d'une autre nature. C'est parmi les néo-aventuriers (le défi) que se trouve le centre de la contestation contre le tout transparent et la normalisation des pratiques. Ils valorisent l'engagement extrême (l'ilynx écologique) et la nature sauvage et mystique à la recherche d'"anciennes correspondances" (animistes). Ils s'opposent aux touristes (la soumission), favorables à la banalisation de tous les espaces.

30Au travers des échanges conflictuels qui se produisent, les structures de l'opinion en escalade apparaissent en équilibre. Les thèmes de discussion (nature, engagement, risque, sécurité,.,.), les objets perçus (vêtements, équipement, drogue,...) ne prennent leur sens que rapportés à la position des grimpeurs, dans ce microcosme. Bref, c'est dans l'interaction entre les quatre familles que se joue la construction des logiques de pratiques, le marquage des identités de grimpe et le façonnage des liens post-modernes.

En guise de conclusion

31Le rapport à une pratique s'inscrit toujours dans la relation (le logos). Il n'y a pas d'état de grimpe. La présence de liens est nécessaire. Ceux-ci participent à la construction des identités. Mais ces liens s'organisent au sein d'un système qui légitime certains modèles d'échange. Ils induisent des formes de sociabilité spécifiques. Le lien social est alors profondément déterminé par la structure du modèle historiquement définie, c'est-à-dire par "l'organisation active" qui délimite les types d'échanges entre la nature, les grimpeurs et l'objet de pratique. Aujourd'hui, des operateurs d'action d'un nouveau genre apparaissent au sein du monde de l'escalade, à tendance baroque...

32Mais pourtant on ne saurait oublier de parler des styles de pratique pour comprendre comment se façonnent les sociabilités en escalade. A partir d'une enquête, on a fait ressortir toute l'importance à accorder à la notion de champ (Bourdieu, 1987) pour saisir la manière dont le lien stylistique se construit. En allant plus loin, il faudrait parler de cette "communication silencieuse" qui se produit entre grimpeurs sur les lieux de pratique et qui induit “une violence symbolique" à l'encontre de ceux qui ne possèdent pas les codes socialement légitimes.

33Les liens de grimpe semblent ainsi être fortement dépendants de déterminismes sociaux, symboliques, stylistiques et "interactionnistes", induisant "one sense of one place" (Bourdieu, 1987) mais aussi "one sense of others' place" qui fait que l'on se sent bien (à sa place ou pas), au sein de cet espace socio-sportif,

Bibliography

Bibliographie

BOURDIEU P., Questions de sociologie, Paris : Ed. de Minuit, 1984, 277 p.

BOZONNET J.P., Des monts et des mythes, Collection Montagnes, PUG, Grenoble, 1992, 294 p.

CORNELOUP J., “Escalades et post-modernité", Société, Dunod, déc. 1991, p, 341-351 Escalades et Société, contribution à l'analyse du système, du communicationnel et du social, thèse pour le Doctorat en Sciences (STAPS), Paris sud-Orsay, 1993, 3 tomes et annexes, 730 p.

DEBRAY R., L'Etat séducteur, Paris : Gallimard, 1993, 198 p.

DURKHEIM E., De la division du travail social, Paris : PUF, 1893.

EHRENBERG A., Le culte de la performance, Paris : Calmann-Lévy, 1991,323 p.

GUILLAUME M., La contagion des passions, Paris : Plon, 1989, 219 p.

ILIAKOPOULOS A., PAGES J.P,, “De l'approche globale de l'opinion : de la théorie aux analyses statistiques", in Traitements statistiques des enquêtes, Dunod, 1993, 255 p., p. 161-193.

LE BRETON D., Passions du risque, Métaillé, Paris, 1991, 185 p.

LEJEUNE D„ Les alpinistes en France (1875-1919), Paris : Ed. du CHTS, 1988.

MAFFESOLI M„ La transfiguration du politique, Grasset, Paris : 1992, 306 p.

MENDRAS H., "Ordre et désordre dans la société française", Sciences Humaines, no 31, août-septembre 1993, p. 10-13.

PAGES J.P., "Comprendre l'opinion en période de crise : la prise en compte des représentations", in La communication en crise, direction Tixier, Paris : MC Graw-Hill, 1991, p. 203-232.

PAGES J.P. (et al),"Les structures de l'opinion publique en 1992, analyse du champ des controverses médiatiques et de sa dynamique", rapport Agoramétrie, 20 rue Rosenwald, 75010 Paris, nov. 1992.

VALLEUR M., "Comportements à risque et toxicomanies", Vertiges, sports à risque et toxicomanies, Marseille : AMPP, 1990, p, 19-25.

Notes

1 "La spectralité s'alimente aussi de toutes les formes de nomadisme dans des univers spatiaux ou temporels sans repères, juxtaposés en mosaïque, incohérents... la spectralité, c'est aussi cette union, indéfiniment réversible des contraires, la matérialisation en des lignes de force normalement invisibles de nos désirs contradictoires et désordonnés". (Guillaume, 1991, p. 2829).

2 “Le fantasme ordalique consisterait à s'en remettre corps et âme à une puissance extérieure, pour la laisser décider soit de la mort, soit de son droit absolu à la vie,,. Ce lien entre le sujet et les puissances sacrées, le fait de poser directement une question à Dieu explique qu'en Europe, l'Eglise ait très tôt essayé de combattre ces pratiques et que le sens des ordalies ait peu évolué". (Valleur, 1991, p. 24).

3 La médiologie : “étude des médiations matérielles qui permettent à un symbole de s'inscrire, se transmettre, circuler et perdurer dans la société des hommes... Pour en résumer d'un mot l'inspiration, cette méthode a pour axe le raccordement contrôlé de l'histoire noble des croyances et des institutions à l'histoire prosaïque des outils et des machines". (Debray, 1993, p. 11).

4 On ne peut oublier de souligner que les années quatre-vingt ont été celles de la circulation : les enchaînements, les trilogies, la grimpe-express, la combinaison des lieux de performances (exemple : la trilogie de Gershen et la liaison Rouen-une ascension alpine de Profit), les défis d'aventure (raid Gauloises, Imade extrême,,.,), la tendance à la grimpe-réseau forment un ensemble de faits qui ont introduit les pratiques d’escalade dans le monde de la circulation.

5 Quelles sont les grandes catégories symboliques qui structurent les débats sociaux ? Si l'on reprend le vocabulaire simplifié (il sert à communiquer) de J.P. Pages, on peut considérer que le débat social exprime grosso modo des oppositions entre deux séries de catégories symboliques opposées : la stabilité et le mouvement, la dramatisation et le compromis. On est ici bien loin d'une simple lecture verticale des luttes sociales. En combinant ces deux catégories, on retrouve les querelles bien connues entre les anciens (le repli) et les modernes (l'aventure), d'une part, et entre les libéraux respectueux des institutions (la soumission au réel) et les égalitaristes qui les remettent en cause (le défi au réel), d'autre part,., Ce graphique ne présente qu'une partie des structures de l'opinion publique. La carte des conflits (Dieu existe, le tag et le rap, c'est de l'art, isoler les malades du sida,...) ne figure pas.

List of illustrations

Caption Système classique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16349/img-1.jpg
File image/jpeg, 31k
Caption Circularité
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16349/img-2.jpg
File image/jpeg, 68k
Title Figure 2 - Plan principal, Mai 1989, 447 grimpeurs Greffe sur l'enquête Agoramétrie. Positionnement des grimpeurs sur les structures de l'opinion publique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16349/img-3.jpg
File image/jpeg, 70k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540