Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Le renouvellement des formes de pratiques sportives : quelques exemples

Sport et handicap

Agnès Rouillard

Texte intégral

1L'étude proposée constitue la première analyse des licenciés de la F.F.H. (Fédération Française Handisport). La Fédération Française Handisport s'adresse à toutes les personnes handicapées physiques et/ou visuelles désireuses de pratiquer une activité physique de loisirs ou de compétition. Il s'agit d'une forme institutionnalisée de développement et de diffusion des activités sportives.

2Quatre dates marquent la genèse de la FFH :

3- 1954 : l'A.S.M.F.

4L'association sportive des mutilés de France est créée sous l'impulsion de P. Berthe (amputé de guerre). Son but est "la pratique du sport en tant que moyen de rééducation et d'entraînement fonctionnel chez les mutilés et les infirmes"1.

5- 1963 : La F.F.S.H.P.

6L'ASMF se structure nationalement et prend le nom de Fédération Française des Sports pour Handicapés Physiques.

7- 1972 : La F.F.O.H.P.

8Une structure dissidente se forme : La Fédération Française Omnisports des Handicapés Physiques.

9- 1977 : La F.F.H.

10Les 8 et 9 janvier ont lieu les dissolutions successives de la F.F.S.H.P. et de la F.F.O.H.P. et la naissance d'une fédération unie : La Fédération Française Handisport.

11La F.F.H. vit aujourd'hui son plein épanouissement : elle compte plus de 13 000 licenciés2 répartis dans plus de 320 clubs en France métropolitaine et Outre-mer.

12Pour dégager le panorama du sport handicapé, nous avons privilégié les axes suivants :

  • Qui sont les licenciés de la Fédération ?
  • Quels sont les sports pratiqués et leurs hiérarchies ?
  • Quelles relations sports et handicaps ?
  • Quelle est la pratique sportive des déficients visuels ?

I - LES LICENCIÉS : UNE POPULATION HETEROGENE

13Les 13 391 licenciés dénombrés se répartissent en six catégories :

  • Les amputés ;
  • Les aveugles ;
  • Les paraplégiques et poliomyélitiques, (Para-polio) ;
  • Les infirmes moteurs cérébraux (I.M.C.) ;
  • Les autres ;
  • Les valides (personnes non handicapées).

Tableau 1 - Répartition des licenciés par types de handicap3

Handicap

Nombre

Pourcentage

Valides

3 060

22,85 %

Amputés

598

4,46 %

Aveugles

1 188

8,87 %

Para.Polio

2 630

19,64 %

I.M.C.

2 472

18,46 %

Autres

3 443

25,71 %

TOTAL

13 391

100 %

14Ce tableau permet de souligner quatre points :

1. Une forte représentation des valides

15Ce groupe constitue 22,85 % du total des licenciés, ce qui signifie que près d'une personne sur cinq n'est pas handicapée. Ceci peut paraître paradoxal car comme nous le notions précédemment la FFH regroupe toutes les handicapés moteurs et visuels.

16Ce fait s'explique en raison de leur rôle d'encadrement : ils sont entraîneurs, arbitres, médecins, kinésithérapeutes, mécaniciens, mais aussi conjoints, enfants ou parents de sportifs.

2. La faible représentation des amputés et des aveugles

17La faible représentation des amputés s'explique par deux raisons :

  • une personne amputée d'une main ou d'un bras peut pratiquer des activités dans un club valides, si elle ne recherche pas la compétition ;
  • les amputations les plus fréquemment observées (70 % des cas) sont dues à des artérites des membres inférieurs. Cette maladie concerne essentiellement les personnes de 70 ans et plus, qui ne pratiquent pas d'A.P.S.4

18Pour les aveugles (elle comprend les aveugles et les malvoyants, 8,87 %) la situation est différente : bien que faiblement représenté, ce groupe apparaît en pleine évolution. Nous notons une multiplication par deux des adhésions des centres et des écoles accueillant des déficients visuels depuis ces dix dernières années. La faiblesse de ce taux est de plus, en relation avec le développement récent de certaines pratiques sportives très spécifiques. (Exemples : Le torball, sport collectif pour déficients visuels, ainsi que toutes les activités nécessitant des adaptations technologiques de pointes telles le tir à l'arc ou à la cible).

3. IMC et Para-Polio : des profils contrastés

Les IMC

19L'Infirmité Motrice Cérébrale est la conséquence définitive, non héréditaire, non évolutive d'un accident néonatal. Les capacités physiques de cette population de handicapés sont très variées : des personnes marchant sans aide à celles qui se déplacent en fauteuil roulant électrique.

20C'est un groupe jeune : près de 40 % des individus ont moins de 19 ans et 65 % moins de 25 ans.

Les Para-Polio

21Ils constituent un groupe hétérogène de par l'origine des handicaps :

22La poliomyélite est la conséquence d'une atteinte virale acquise, dans la majorité des cas, avant cinq ans (aujourd'hui pratiquement disparue en France), à l'opposé, la paraplégie survient par accident le plus souvent entre dix-huit et trente ans.

23Néanmoins, ce groupe est homogène en regard de l'âge des individus qui le composent : une très faible proportion de moins de 19 ans : 10,3 % et une majorité de 20-35 ans : 47 %.

4. Les autres : une classe hétéroclite

24La catégorie autre, regroupe un ensemble de handicaps variés : de l'hémiplégie à la myopathie en passant par les affections ostéo-articulaires (ankyloses, scolioses, fragilité osseuse...) et les maladies dégénératives comme la sclérose en plaque.

25Ils représentent un peu plus du quart des licenciés. Considérant la multiplicité des handicaps, l'influence de cette famille est inversement proportionnelle à son nombre.

II - LA FRÉQUENTATION PAR SPORT

26Fédération multisport, chaque licence permet aux membres la pratique de trois activités de loisirs ou de compétition sur une gamme de 35 possibles.

27Il est important de constater que seuls 21,5 % (2 049) des individus utilisent ces trois possibilités ; 45 % pratiquent deux sports et 33,4 % un seul sport.

Tableau 2 - Quelle assiduité de pratique ?

Tableau 2 - Quelle assiduité de pratique ?

28La première phase du tableau (1 sport) laisse apparaître un fort taux de pratique d'au moins un sport quel que soit le type de handicap : de 89 à 96 %.

29La seconde (2 sports) nous permet de noter deux types situations :

30Les aveugles et les paraplégiques sont les plus sportifs car plus de 50 % d'entre eux pratiquent au moins deux sports. Par contre, les amputés, les Imc, et les autres voient une chute de plus de 51 % de leurs effectifs qui témoigne d'une pratique moins diversifiée.

31Enfin, concernant la pratique d'un troisième sport les paraplégiques et les aveugles bien qu'ayant des diminutions conséquentes restent largement en tête des pratiquants.

Les types de sports pratiqués

32Pour faciliter l'analyse nous avons classé les sports en fonction de leur nombre d'adhérents. Trois catégories apparaissent nettement :

  • moins de 99 adhérents ;
  • de 100 à 999 ;
  • plus de 1 000.

Tableau 3 - Nombre de licenciés par type de sport

Tableau 3 - Nombre de licenciés par type de sport

331. Six activités très demandées (plus de 1 000 adhérents pour chacune d'elle)

34La pratique de la natation est de très loin l'activité la plus pratiquée (3 502). Une des raisons invoquée est le rôle rééducatif de l'eau : il n'existe pas en France de centre de rééducation sans piscine.

35L'athlétisme (2 121) et le basket-ball (1 719) viennent en seconde et troisième position :

36Ce sont aussi des activités dites "de base" dans les centres de rééducation.

37L'athlétisme permet de réapprendre à se déplacer le plus vite possible par les courses, se remuscler par les lancers, et vaincre le déséquilibre dans les sauts.

38Le basket permet de vaincre l'appréhension du fauteuil pour de jeunes handicapés. Notons également qu'à l'origine, il est le seul sport collectif pour handicapés.

39Enfin, les trois derniers sports bien représentés sont le tennis de table (1 548), le tir à l'arc (1 210), le tir aux armes (1 039). Le premier est, comme les précédents, très répandu dans les centres de rééducation : facilité d'accès à la pratique, matériel peu onéreux ;

40Les deux derniers apparaissent comme un héritage historique trouvant son origine dans l'association des mutilés de France (créée par et pour des blessés de guerre).

412. Douze activités confidentielles (moins de 100 adhérents)

42Ces activités ont un faible taux d'adhésion pour des raisons très diverses :

  • certaines nécessitent un matériel fort onéreux (sports aériens) qui freine le nombre d'adhésions ;
  • certaines d'introduction très récentes sont encore peu diffusées comme le biathlon et l'aviron ;
  • d'autres posent le problème d'accessibilité des lieux sportifs aux handicapés : le canoë-cayak et l'aviron ;
  • Enfin, la plupart ne sont pas des disciplines paralympiques.

43A cet égard, il faut cependant remarquer que quatre sports de rang modeste sont des disciplines paralympiques ce qui diminue leur intérêt dans le cadre de la compétition :

  • Avec 80 représentants, le judo apparaît a priori le plus surprenant car nous avons à chaque olympiade des médaillés d'or dans la discipline : le faible nombre serait la conséquence de sa spécificité : une activité réservée aux malvoyants uniquement.
  • Le volley est une activité nouvelle (moins de 10 ans) en France.
  • Le biathlon est lui aussi une activité récente en France (moins de cinq ans) mais peut espérer une bonne évolution pour deux raisons : il allie le tir aux armes où nous avons "1 039" licenciés et le ski de fond "303".
  • Le goal-ball est une activité en phase de régression voire de disparition en France car elle est supplantée par le tor-ball "342".

III - LE SPORT ET LE HANDICAP

Tableau 4 - Répartition du type de pratique par handicap

Tableau 4 - Répartition du type de pratique par handicap

44Ce tableau nous montre les sports les plus pratiqués par handicap. Deux lectures sont possibles : l'analyse de chaque handicap (l'importance ou non des six sports les plus pratiqués : références au total 1 et total 2) et l'analyse de chaque sport afin d'en noter sa spécificité ou son universalité en fonction des classes de handicap.

45Il permet de définir la typologie suivante :

1. Les sports importants pour tous les types de handicap

46La natation et l'athlétisme sont les deux activités par excellence, elles peuvent être pratiqués par tous les handicapés.

47La natation est pour quatre des cinq handicaps la discipline la plus pratiquée, avec des taux supérieurs à 21 % : c'est la discipline reine de la fédération. Ce taux ne baisse que dans le cas des para-polio (13 %), elle se situe alors au troisième rang de la pratique loin derrière le basket-ball (23 %), et proche de l'athlétisme (15 %).

48Bien que toujours important, l'athlétisme se situe au deuxième rang dans trois cas (para-polio, imc, autres) et au quatrième rang dans les deux autres cas (amputés, aveugles). Cette place peut être expliquée par la grande diversité des disciplines praticables.

2. Les sports dont sont exclus certaines catégories

49Trois cas apparaissent :

50Le tennis de table est bien représenté pour quatre handicaps (de 9 à 12 %) ; seuls les aveugles ne pratiquent pas cette activité car il n'est pas aujourd'hui adapté à ce type de handicap.

51(cause pratique : rapidité et distinction de la balle lors des échanges).

52Le basket apparaît important pour les catégories "para-polio" ou "amputé" et moindre si le handicap est "autre" car classé au sixième rang. Dans ce cas, nous pouvons avancer deux causes : la première est historique : ce sont des paraplégiques qui ont pratiqué en premier ce sport à la fin des années quarante ; la seconde est relative à la classification des joueurs sur le terrain : elle favorise médicalement les paraplégiques et les amputés.

53Les activités de tir (à l'arc et aux armes) et l'haltérophilie, bien que présentes dans trois sur cinq, restent limitée ; elles se situent aux 5ème et 6ème rangs dans chaque cas, avec des taux variant de 4 à 9 %.

54Il n'existe pas de spécificité liée au handicap.

3. Les sports spécifiques d’un type de handicap

55Quatre sports sont spécifiques d'un handicap : le cyclisme tandem, le ski de fond, le tor-ball, le tennis.

56Les aveugles se retrouvent à trois reprises dans ce groupe.

57Ce sont les caractéristiques intrinsèques au handicap, privation partielle ou totale de la vision, qui induisent une pratique spécifique du sport en relation avec le handicap. Pour le cyclisme tandem et le ski de fond la personne a besoin d'un guide qui joue le rôle des yeux. Le tor-ball est le sport collectif créée pour les déficients visuels.

58Les paraplégiques forment le second groupe avec l'activité tennis. C'est une activité nouvellement introduite en France par un paraplégique, Pierre Fusade, pour les personnes ayant le même handicap.

IV - LA PRATIQUE SPORTIVE DES AVEUGLES

59Nous avons choisi de montrer plus précisément la pratique d'un type de handicap.

60La catégorie des “aveugles" qui représentent une faible partie de la fédération a été choisie pour différentes raisons :

  • elle est souvent omise lorsque l'on parle de la FFH ; "On ne voit pas leur handicap" ;
  • leur groupe est en augmentation constante depuis les cinq dernières années ;
  • c'est un groupe relativement homogène du fait du handicap : il n'existe que trois catégories : B1 (Aveugles), B2 (Amblyopes), B3 (Amblyopes).

1. Quelles sont leurs pratiques sportives ?

61Le tableau 5 nous montre les cinq activités (ce sont les seules que nous analyserons dans ce cadre) qui se détachent avec près de 20 % de pratiquants.

Tableau 5 - La pratique sportive des aveugles8

Tableau 5 - La pratique sportive des aveugles8

62La natation vient très nettement en tête avec 467 adhérents (soit 39 % de pratiquants) ; puis suivent de très près le cyclisme tandem (28 %) et le torball (28 %) qui se détachent d'un troisième groupe constitué de l'athlétisme (20 %) et du ski de fond (15 %)

63Le déséquilibre que nous notons pour l'ensemble de la population aveugle licenciée (74 % d'hommes, 26 % de femmes) se retrouve dans la plupart des activités : seul la natation fait exception, avec une surreprésentation féminine 46 % pour 37 %.

2. Différenciation compétition et loisirs

64La répartition des licenciés entre compétition et loisirs propose une approche différente :

Tableau 6 - Différenciation compétition - loisirs

Sports

Compétition

 %

Loisirs

 %

Tor-ball

272

82 %

61

18 %

Athlétisme

129

53 %

116

47 %

Cyclisme tandem

153

46 %

181

54 %

Natation

171

37 %

296

63 %

Ski de fond

47

23 %

158

77 %

65Trois types de fonctionnement apparaissent :

66- Sport tournés vers la compétition : le tor-ball.

67Le tor-ball est le sport de compétition par excellence ; il était en troisième position en terme de licenciés. Huit pratiquants sur dix sont des compétiteurs, contre quatre sur dix pour la natation qui était pourtant en tête en nombre de licenciés.

68Quelle explication peut-on donner ?

69C'est le seul sport collectif pour déficients visuels. Il est l'équivalent du football où du basket-ball chez les valides C'est le seul sport où l'on peut jouer entre déficients visuels, sans aide directe (excepté pour l'arbitrage) de personnes voyantes.

70- Sports tournés vers le loisir : la natation et le ski de fond.

71La natation : bien que très importante en valeur absolue, elle reste considérée comme une activité de type loisirs et non dans un but de compétition. Elle est souvent importante dans les centres avec des objectifs de rééducation.

72Le ski de fond est, pour ce type de population une activité nouvelle. Il est, de ce fait, méconnu en compétition.

73- Sports mitigés : L'athlétisme et le cyclisme tandem.

74Le cyclisme tandem et l'athlétisme sont importants dans les deux catégories. Il n'existe pas d'explication spécifique à ces cas.

3. La répartition géographique par activité

75Préalable à l'analyse des de la répartition des licenciés par activités, nous observerons la carte de répartition des déficients visuels par région.

Carte 1 - Répartition des déficients visuels par régions

Carte 1 - Répartition des déficients visuels par régions

@ IRADES / A.ROUILLARD 1993. Source : F.F.H. 1991

76Cette carte laisse apparaître trois types de régions :

77Quatre régions qui représentent plus de 6 % des licenciés aveugles du territoire français (Rhône-Alpes 205 adhérents ; Ile de France : 191 ; Alsace : 101 ; Paca 100). Cette prédominance s'expliquerait par l'importance des centres accueillant des jeunes déficients visuels au cours de leur cursus de formation (primaire, secondaire, professionnel, et/ou universitaire).

78Ces centres sont pour la plus grande partie affiliés à la FFH.

79A l'opposé, 12 régions faiblement représentées en licenciés de sept à trente-cinq individus. (De 7 à 9 en Picardie, Champagne-ardennes, et Aquitaine à plus de 30 en Limousin, Auvergne, Midi-pyrénées).

80Entre ces deux extrêmes, cinq régions dont la représentation varie de 45 licenciés en Bretagne à 69 dans les Pays de Loire.

81Puis nous avons réalisé des cartes relatives aux données des cinq sports les plus représentatifs de la catégorie des "aveugles".

82Elles représentent le pourcentage de licenciés par région et par activités.

83Nous pouvons aussi noter l'importance de la région Rhône-Alpes dans quatre des cinq sports représentés. Dans ce cas, il reflète l'importance de l'implantation d'Handisport : elle vient en seconde position après le Nord tous sports confondus.

Le tor-ball

84Un espace se détache Alsace et l'est de la France. Ce fait peut s'expliquer historiquement : ce sport a vu le jour en Allemagne et voit son évolution à partir de la zone frontalière la plus proche puis par une diffusion de proximité.

Les sports avec guides : ski de fond et cyclisme tandem

85Le ski de fond. Deux pôles ressortent : Rhône-Alpes, PACA et Région Parisienne qui sont aussi les régions par excellence des licenciés en ski chez le valides.

86Le cyclisme tandem. Le besoin d'un guide peut laisser penser qu'il y aura superposition des structures cyclistes valides et handicapées. Or, nous observons le phénomène inverse : le nombre de valides situées à l'ouest d'une ligne Metz-Perpignan est très important alors que ces mêmes régions représentent moins de 3 % d'adhérents chez les "aveugles".

Les sports individuels : athlétisme et natation

87Seule l'importance des infrastructures en place et la prégnance de cette activité chez les valides peuvent nous donner un début d'explication de l'importance de ce pôle sud-est. Mais cela ne nous explique pas pourquoi la façade atlantique reste faible dans les deux cas. Par conséquent, notre voie d'explication sera dans ce cas aussi influencé par la présence des pôles de formation.

88Afin d'affiner nos résultats, nous avons choisi de réaliser une seconde série de cartes : les taux de pénétration des sports par région. Ils représentent le poids de l'activité pratiqué par rapport au nombre de déficients visuels licenciés.

89(Exemple : En Franche-Comté, nous dénombrons 21 licenciés en Athlétisme pour 25 licenciés. Le taux de pénétration est de 84 %.)

REPRÉSENTATION DES SPORTS POUR AVEUGLES

REPRÉSENTATION DES SPORTS POUR AVEUGLES

@ IRADES / A.ROUILLARD 1993. Source : F.F.H. 1991

TAUX DE PÉNÉTRATION DES SPORTS PAR RÉGION

TAUX DE PÉNÉTRATION DES SPORTS PAR RÉGION

@ IRADES/A.ROUILLARD. 1993 Source : F.F.H. 1991

90Ces cartes permettent de relativiser ou d'augmenter l'importance des sports dans certaines régions :

Les sports avec guides : ski de fond et cyclisme

91Le ski de fond :

92Rhône-Alpes, Paca, et région Parisienne qui représentent plus de 45 % des pratiquants n’ont en réalité que 26 et 28 % de leur adhérents comme pratiquants dans cette activité.

93Par contre, la région Paca reste au top niveau avec plus de 51 % de pratiquants.

94L'apparition de la Haute Normandie et de Midi-Pyrénées à plus de 31 % de pratiquants doit être relativisée du fait du faible nombre de licenciés de ces régions (29 et 35 adhérents déficients visuels).

95Le cyclisme :

96L'exemple du cyclisme est intéressant car nous observons une inversion de la carte réalisée précédem- ment : la façade ouest de la France ressort avec plus de 31 % d'adhérents par région ; ce qui cadre avec la position des valides. Il faut mettre un bémol : La région Rhône-Alpes a 56 pratiquants soit un quart de ses licenciés alors que le Limousin et le Poitou-Charentes sont les deux régions à plus forts taux de pénétration (84 %) ont un nombre de licenciés deux fois moins important, respectivement 29 et 22 cyclistes.

97Le positionnement de la Bourgogne et de la Picardie à plus de 51 % est aussi remarquable car elles ont 16 et 4 cyclistes pour 30 et 7 adhérents. Nous pouvons dans ces différentes régions noter l'importance de cette activité en notant toutefois la faiblesse du nombre de licenciés déficients visuels.

Le Tor-ball

98La façade Est de la France reste importante comme nous l'avons noté précédemment ainsi que le Poitou-Charentes, le Limousin avec la faiblesse du nombre de licenciés de ces deux dernières régions.

Les sports individuels : athlétisme et natation

99L'athlétisme :

100Deux régions sont mises en exergue : la Lorraine et la Franche-Comté. Une explication simple existe : les clubs de ces deux régions émanent de centres accueillant des jeunes en formation, par conséquent ils font des compétitions scolaires inter-centres, lis sont licenciés à plus de 80 %. Ce phénomène est identique pour le reste de la façade Est.

101La natation

102Cette dernière carte ne nous apporte pas d'information supplémentaire sur la natation.

CONCLUSION

103Cette première approche globale des licenciés nous apparaît intéressante sur divers axes :

  • elle permet le réalisation d'un bilan statistique et cartographique réel qui nous permettra d'observer les évolutions à venir ;
  • d'étudier l'influence des centres de rééducation fonctionnelle et professionnelle ainsi que des écoles spécialisées sur le sport pour handicapés.
  • d'analyser la diffusion et la spécificité des sports et de leur espace en fonction des différents handicaps.

Bibliographie

Bibliographie

AUBERGER A., "Sportifs comme les autres...oui, mais", Revue juridique du sport, 1989, no 10, p, 101-108.

AUBERGER A., "La FFH reconnue d'utilité publique" Handisport magazine, 1983, no 27, p. 32.

BERTHE P. et coll. : La revue de l'ASMF, 1956-1963, no 1 à no 33.

COLON, The Rehabilitation of the Injured, London : Cassel and compagny, 5ème éd., 1947, 556 p.

GUTMANN L., Le sport pour les handicapés physiques, Paris : Ed. Unesco, 1976, 53 p.

Fédération Française Handisport : Disquettes des licenciés de la fédération de la saison 1990-1991.

Table des illustrations

Titre Tableau 2 - Quelle assiduité de pratique ?
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 3 - Nombre de licenciés par type de sport
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16337/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 4 - Répartition du type de pratique par handicap
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16337/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Tableau 5 - La pratique sportive des aveugles8
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16337/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Carte 1 - Répartition des déficients visuels par régions
Légende @ IRADES / A.ROUILLARD 1993. Source : F.F.H. 1991
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16337/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre REPRÉSENTATION DES SPORTS POUR AVEUGLES
Légende @ IRADES / A.ROUILLARD 1993. Source : F.F.H. 1991
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16337/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre TAUX DE PÉNÉTRATION DES SPORTS PAR RÉGION
Légende @ IRADES/A.ROUILLARD. 1993 Source : F.F.H. 1991
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16337/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 247k

Auteur

Doctorante géographie humaine, IRADES Université de Besançon

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540