Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Le renouvellement des formes de pratiques sportives : quelques exemples

Carrières et abandons dans les pratiques de l’équitation

Analyse longitudinale de fichiers de licenciés (Note de recherche)

Vérène Chevalier

Note de l’auteur

L'auteur a collaboré à une importante enquête dont la direction scientifique était confiée à Antoine Haumont. Cf. A. Haumont, V. Chevalier, Le sport domestique, Centre de Recherche sur l'Habitat (Ecole d'Architecture de Paris-La Défense) & Ministère de l'Equipement, du Logement, des Transports et de la Mer, 1992.

Texte intégral

1Les pratiques culturelles et de loisir sont le plus souvent appréhendées en analysant les caractéristiques socio-démographiques des populations qui s'adonnent à ces activités, à un moment donné. La connaissance des profils de ces populations est donc l'objectif de la plupart des enquêtes.

2Pourtant la composition des populations sportives est de plus en plus difficile à interpréter, notamment du fait des changements intervenus dans la structure par âges. En effet deux tendances semblent accompagner le développement sportif actuel :

  • La première consiste en l'abaissement progressif de l'âge où un maximum de la population est pratiquante. Longtemps situé à 18 ans, le plus fort taux de pratique se situerait actuellement au dessous de 15 ans. Ici l'utilisation d'une représentation standardisée de la carrière sportive ne semble plus pertinente pour interpréter cette structure par âges, on comprend mal en effet comment la chute des taux de pratique, en ayant lieu dès 16 ans, pourrait être le résultat de l'entrée dans la vie adulte,
  • La seconde tendance consiste en l'augmentation progressive de la part des adultes dans la pratique sportive. Ce phénomène résulte pour une part des effets de la démographie française (conséquence de la baisse de la natalité depuis 1974) et, pour une autre part, d'un effet de génération (les adultes actuels ont été davantage que leurs parents initiés au sport dans leur enfance). La proportion des adultes dans la population sportive devrait ainsi continuer à croître. La participation sportive des adultes peut cependant être le résultat de mouvements et l'augmentation constatée de la pratique adulte peut provenir de rallongement des carrières, de retours à la pratique ou d'entrées tardives. Les statistiques de structure ne permettent pas de distinguer l'importance respective de ces événements et mesurent simplement leur incidence globale sur le solde de pratiquants.

3Tout ceci amène d reconsidérer les méthodes d'observation des populations de pratiquants et à envisager de compléter celles-ci par des informations sur les mouvements. Les observateurs du phénomène sportif semblent en effet aussi démunis pour saisir les mécanismes à l'œuvre dans ces changements qu'un démographe qui aurait pour toutes données les résultats des Recensements Généraux de la Population successifs sans aucune information sur des phénomènes aussi déterminants que la natalité et la mortalité. On voit mal comment ce démographe pourrait interpréter les changements dans les structures sans indications sur ces événements.

4Le renouvellement des méthodes d'observation des populations de pratiquants exige donc la prise en compte des mouvements d'effectifs. La connaissance de ceux-ci amène à revisiter et inspecter le taux de pratique. Puis, dans un deuxième temps, cette connaissance conduit à envisager que les carrières ne suivent pas uniquement un modèle linéaire standardisé.

  • 2 Pour une analyse exhaustive, voir : CHEVALIER (Vérène), Les pratiquants de l'équitation : une popu (...)

5Nous avons choisi une population sportive où la mesure des mouvements était possible2, c'est à dire disposant de registres annuels de population, il s'agit des licenciés de la Délégation Nationale aux Sports Equestres. Nous disposions de fichiers annuels sur la période 1989-1992, soient 393.524 licences. Nous avons d'abord pu constater que la structure annuelle par âges de la population équestre était semblable à celle de l'ensemble des populations sportives (les taux de pratique s'élèvent jusqu'à 15 ans et baissent ensuite). Nous intéressant aux mouvements, nous avons considéré l'entrée dans la pratique comme une naissance repérée institutionnellement par la première prise de licence. L'ancienneté du pratiquant a été déterminée par le millésime de la première adhésion. De la même façon, nous avons figuré la sortie de la pratique (le non renouvellement de cette licence) comme un décès. Le problème est légèrement plus compliqué ici car contrairement à l'analyse de la mortalité où le décès fait sortir définitivement l'individu de l'observation, sa sortie de la DNSE ne signifie pas qu'il ne peut pas reprendre ultérieurement le statut de pratiquant équestre licencié. Dès lors il était possible de proposer, en ce qui concerne la pratique de l'équitation licenciée, une série d'indicateurs précis sur ces événements et la carrière qu'ils définissent, en utilisant les méthodes de la démographie, mais en tenant compte du problème lié à la particularité du retour à la pratique.

6Loin de l'image statique qu'en donnent ses structures, la population équestre licenciée est traversée par d'intenses mouvements d'entrée et de sortie. Cette population a subi un accroissement annuel de 4 à 5 points dans la période qui correspond au solde entre les entrées et les sorties. Les entrées véritables représentent 38 % des effectifs, il faut y ajouter les retours de cavaliers ayant interrompu momentanément leur adhésion, 6 % des effectifs. Les sorties, quant à elles, concernent 40 % de la population.

7Une analyse différentielle des mouvements selon le sexe et l'âge montre que, si les tendances observées sur la période sont conservées, la population de la DNSE sera de manière croissante constituée de femmes et de jeunes. A ce propos, les adolescents les plus âgés (15-20 ans) pourtant traditionnellement visés par l'équitation de club, ont tendance à disparaître car le nombre des nouveaux inscrits est inférieur à celui des abandons. Ainsi l'âge du maximum du taux de pratique devrait baisser sous l'effet combiné des flux d'entrée et de sortie selon l'âge.

8L'analyse des mouvements de sortie distingués selon l'ancienneté montre plus précisément qu'il existe un abandon précoce très important : plus de 56 % des débutants abandonnent au cours de leur première année de pratique. Ces pratiquants "passagers" constituent par ailleurs 52 % des sorties. Les risques de disparition diminuent considérablement dès que la barrière de l'initiation est passée : ils passent de 56 % à 38 % pour les cavaliers ayant un an de pratique révolu.

9Cette analyse qui constate l'importance des mouvements d'entrée et de sortie des populations (sur 100 cavaliers recensés une année, 56 seulement ont été recensés l'année précédente et 60 le seront l'année suivante) amène finalement à s'interroger sur la notion de pratiquant qui intervient dans le calcul du taux de pratique. En effet au moins dans le cas de l'équitation institutionnelle, lorsqu'on repère 100 pratiquants à un instant donné, on regroupe sous le terme "pratiquants" différents statuts :

  • 37 pratiquants "stables", c'est à dire présents au moment considéré et aux deux recensements qui l'encadrent,
  • 17 pratiquants entrants, présents pour la première fois lors du recensement,
  • 6 "revenants", présents antérieurement mais absents lors du recensement précédent,
  • 19 qui vont abandonner au cours de l'exercice,
  • 21 qui sont des “passagers" (sont à la fois des entrants et des sortants).

10Peut-on vraiment, comme le fait le taux de pratique, considérer les passagers comme des pratiquants ? Ceci d'autant plus que les proportions ci-dessus varient considérablement en fonction des caractéristiques de la population étudiée.

11L'engagement dans l'équitation repérée à partir de la possession de la licence tendrait à nous faire percevoir cette population comme relativement homogène (fréquentation plus ou moins intense d'un club mais régulière). Il reste pourtant que ces pratiquants ont des statuts très divers. Les carrières menées par ces pratiquants sont également très diverses allant d'une carrière-réussite linéaire structurée par la performance à une carrière-adaptation structurée par le cycle de vie. Ainsi à une vision homogène et stable se superpose une représentation éclatée et mouvante. Mais la connaissance des phénomènes démographiques dans les populations sportives est entravée par la pauvreté des données exploitables et le manque de pertinence des outils d'étude. Déjà tout le domaine des pratiques sportives non institutionnalisées est interdit d'accès à l'analyse démographique par l'absence de registres de population. Au moins faudrait-il, au sein des fédérations — cadres institutionnels favorisant le recueil des données —, mettre en place des tableaux de bord donnant une perception simultanée des structures et des mouvements. Cela permettrait une gestion plus rationnelle des pratiquants et autoriserait des analyses pertinentes sur les phénomènes fondamentaux de la pratique sportive qui échappent actuellement à l’observation2.

Notes

2 Pour une analyse exhaustive, voir : CHEVALIER (Vérène), Les pratiquants de l'équitation : une population et ses mouvements, in Notes et Documents, Population no 3, Paris, 1990.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.