Version classiqueVersion mobile

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

2. Le renouvellement des formes de pratiques sportives : quelques exemples

Le skate-board : nouvelle forme de sociabilité sportive d’adolescents en milieu urbain

Michel Fize

Texte intégral

1Qu'est-ce que le skate ? Que dire de cette pratique faiblement médiatisée mais hautement stigmatisée ? Les adjectifs qualificatifs abondent. Tout à tour, ou simultanément, perçue comme ludique, sportive, culturelle, cette pratique, qui nous plonge au cœur de la quotidienneté, est bien une pratique complexe. Dérangeante pour nombre de nos concitoyens — car elle est aussi pratique sonore, pratique qui "fait peur" —, elle n'est pas moins gênante pour l'observateur du social, qui se trouve, avec elle, soumis à d'inattendues remises en question. Le skate, en effet, bouleverse en permanence, les catégories d'analyse, malmène les classifications, brouille à souhait les cartes de la sociologie traditionnelle, oblige à une réinterrogation des concepts. Socialisation, sociabilité, identité, sport, tous ces mots sont avec lui appelés à redéfinition. A son contact, ils éclatent, se mêlent, s'affrontent parfois. Il y a donc nécessité de clarifier le sujet, de donner un peu de dignité à un objet négligé voire méprisé.

2Qu'est-ce que le skate ? Assurément, comme l'ont montré nos premières investigations et confirmé des observations récentes, une pratique d'adolescents, de jeunes mâles, issus majoritairement des villes et des couches moyennes voire supérieures de la société (il est peu de skaters parmi les jeunes des cités). Une pratique d'errance, d'incessant déplacement dans l'espace public, qui oblige l'observateur lui-même à se transformer en errant, en aventurier de la ville. La sociologie du skate est une sociologie "ethnologique" qui privilégie le regard et l'écoute. Une sociologie du quotidien qui s'écrit avec des mots et des images, entend restituer le sens que les acteurs attribuent à leurs actes. Sans oublier les enjeux sociaux qui se dressent derrière les pratiques.

3Sens au pluriel. Différenciés ou mêlés. Jeu, sport, loisir, mode de vie, le skate se retrouve dans tous ces mots. Mais il en bouscule souvent les sens entendus. Il fait émerger d'autres sens, qui, à leur tour, bousculent les idées reçues.

  • 1 CAILLOIS R., Les jeux et les hommes.
  • 2 Ibid., p. 67-68.

4Le skate est un jeu. Mais comment s'étonner que ce mot soit rejeté par les acteurs eux-mêmes ? Ne renvoie-t-il pas à ce monde de l'enfance auquel il s'agit d'échapper ? N'est-il pas aussi le symbole de la frivolité, de la dépense inutile : de temps, d'énergie, d'adresse ? Pourtant le skate appartient à ce monde de "l'inutile". Il est bien jeu, c'est-à-dire "activité libre et volontaire, source de joie et d'amusement", selon la définition donnée naguère par Roger Caillois1. Sans nul doute, le skate appartient-il à cette famille de jeux que l'auteur nomme "ilinx", autrement dit ces jeux "qui reposent sur la poursuite du vertige et qui consistent en une tentative de détruire pour un instant la stabilité de la perception et d'infliger à la conscience lucide une sorte de panique voluptueuse". Comme le dit ce même Caillois, "il s'agit d'accéder à une sorte de spasme, de transe ou d'étourdissement qui anéantit la réalité avec une souveraine brusquerie"2. Me revient en mémoire, à ce sujet, le propos d'un jeune skater m'avouant un jour : "Nous ne sommes pas dans la réalité". Paroles étonnantes, étourdissantes, attestant de ce détachement du temps et de l'espace quotidien.

  • 3 Ce que R. Caillois nomme la "paidia".
  • 4 IRLINGER P., LOUVEAU C. et METOUDI M., Les pratiques sportives des Français.

5Le skate est donc jeu, c'est-à-dire divertissement, épanouissement insouciant, improvisation libre, turbulence3. Il est plaisir. "Nous faisons ça pour le fun", disent les jeunes adeptes. Chacun veut jouir de soi, immédiatement, complètement. C'est la quête inlassable de la griserie des sens, de la vitesse, du risque. Qu'importe l'effort qui en est le prix à payer ! Nous sommes ici au cœur de cette dialectique plaisir/souffrance. Couple indissociable. La conscience du plaisir, que le skater ressent à s'accomplir dans son corps, provient à la fois de sensations agréables et pénibles. Il accepte de souffrir pour réussir et ressentir du plaisir. Il s'agit moins pour lui d'être le meilleur pour gagner que d'être le plus libre pour mieux sentir, se sentir. Il est d'abord question, pour lui, de révéler et d'exploiter toutes les virtualités qui sont en lui, par des efforts constants, un acharnement au risque de l'épuisement. Ne retrouve-t-on pas là les principaux ingrédients de ce que l'on nomme communément "sport" ? Comment oublier que le mot "sport" a été construit sur le vieux mot français "desport", qui signifie jeu, amusement ? Faut-il rappeler également que, dans une définition désormais classique du sport, le jeu y apparaît comme une composante essentielle ? N'oublions donc pas le jeu ni le plaisir quand nous parlons de sport. Il faut pourtant aller au-delà et s'interroger sur cette notion aujourd'hui pulvérisée. Comme le rappelle Paul Irlinger, "les pratiques physiques et sportives ne se présentent plus aujourd'hui comme un ensemble homogène relevant d'une idéologie unitaire"4. Allons plus loin, ne faut-il pas faire état d'une véritable crise d'identité sportive ?

  • 5 VIGARELLO Georges, in Sport et Vie, janvier 1991,

6On ne peut ainsi déterminer si le skate est un sport, sans au préalable se poser la question : qu'est-ce que le sport ? Est-il, et est-il seulement, "une pratique de compétition, réglementée par une institution" ?5. Dans cette hypothèse, seul le skate mis en scène par la Fédération et le Comité national qui le gèrent aurait droit à cette appellation étatiquement contrôlée. Mais alors que faire du skate de rue, le plus courant, le plus libre aussi ? Une pratique physique ne devient-elle sportive que lorsqu'elle entre dans un système codifié et réglé ?

7Il semble bien qu'une ligne de partage forte passe entre pratiques organisées et pratiques informelles, pratiques de compétitions officielles, privilégiant les valeurs de concurrence, de performance, d'émulation, et pratiques de démonstration mettant davantage en avant les valeurs de coopération, d'entraide, de solidarité. Si l'on suit cette analyse, deux types de sportifs se dégagent : les sportifs "traditionnels" respectueux des règles et disciplines édictées par des instances fédérales, les "nouveaux sportifs" ou sportifs "fun", créant leurs propres règles, s'autodisciplinant. En l'état actuel du skate français, les jeunes skaters se concentrent plutôt dans le second type, en dépit de la progression certaine du premier type, en dépit également d'une fréquente double appartenance, nombre de skaters de rues n'hésitant pas à se transformer, à l'occasion, en skaters compétitifs (au sens fédéral du terme.

8Informelles ou organisées, certaines pratiques se hissent au rang de pratiques sportives, me semble-t-il, en parvenant à réunir trois caractères : le jeu, l'effort, la lutte — contre soi-même ou contre les autres. Définition classique du sport qui légitimise le skate comme pratique sportive à part entière.

  • 6 CAILLOIS R., Les jeux et les hommes, op. cit., p. 93.
  • 7 SIMMEL G., Sociologie et épistémologie, Paris : PUF, 1981, p, 126.

9Le skate est donc un sport. Un sport mi-individuel, mi-collectif. Une espèce — pour dire les choses autrement — de pratique individuelle de groupe. Une pratique qui s'exprime au mieux dans et par le groupe qui lui donne sens et consistance. Comme le souligne Roger Caillois à propos du jeu : "Si individuel qu'on imagine le maniement de l'engin avec lequel on joue... (planche de skate ici), on se lasserait vite de s'en amuser, s'il n'y avait ni concurrents, ni spectateurs au moins virtuels"6. Le skate, c'est de la convivialité au masculin, de l'entre-soi adolescent, une nouvelle forme de sociabilité pour la jeune génération. Cette sociabilité, qui peut être organisée ou spontanée, présente un caractère d'intensité ou de légèreté, selon les lieux, selon les instants. Elle se veut démocratique, sans parvenir à l'être toujours. Simmel disait que "les aptitudes exceptionnelles et les mérites de l'individu n'avaient aucun rôle à jouer dans la sociabilité''7. Pas sûr. La ségrégation par le talent, voire par le conformisme, n'est pas absente de la communauté des skaters. Il y a, souvent, valorisation du mieux-faisant (par la technique), du plus reconnu (par la médiatisation, la sponsorisation). Le regroupement ne produit pas toujours une fraternité vraie, une conscience collective sans failles. Distance et malveillance demeurent présentes, ici ou là. Le lien établi entre pratiquants est à la fois fort et fragile. Fort sur l'aire de jeu, fragile ailleurs. En dehors de l'espace-temps skate, il n'y a pas toujours fréquentation des uns et des autres. Le skate demeure très marqué du sceau de l'individualisme. Le skater dit de sa pratique ce que le basketteur de rue dit de la sienne : "On skate d'abord pour soi. On skate pour s'inventer". Ainsi le groupe apparaît-il comme l'instrument d'une quête d'identité, permet-il l'affirmation de soi à travers un savoir-faire, une technique qui libère de la timidité, favorise l'épanouissement. Il s'agit aussi, ensemble, de se protéger de l'ennui par une trame solide d'habitudes, de routines, de retrouvailles. Par un rituel donc qui a pour fonction première de renforcer le lien communautaire, de raffermir l'unité du groupe, avec l'espoir, pour chacun, d'une appropriation de soi par la rencontre avec l'autre.

10L'on observe ainsi dans la communauté des skaters toute une ritualité faite de gestes, de signes, de symboles précis. L'on se salue, d'abord, non d'une poignée de main mais d'un petit revers de la main à hauteur de la ceinture. L'on se quitte pareillement. L'on utilise un vocabulaire spécifique : mots de verlan ou américains qui jouent le rôle de fédérateur du groupe, fondant par là même une séparation entre ceux qui le comprennent : les initiés et les autres qui n'accèdent pas à cette connaissance. L'on se retrouve en des endroits précis, sur des spots où il fait bon skater (à Paris, par exemple, aux Halles ou au Trocadéro). L'on a des parcours attitrés, que l'on accomplit plus ou moins régulièrement. Des attitudes particulières dans les grands rendez-vous compétitifs : taper par terre ou sur un objet quelconque avec sa planche, en signe d'encouragement des copains concourant. Et, bien entendu, l'on porte des vêtements qui doivent être signes de distinction. Signes qui fonctionnent souvent avec excès (défi ?) : excessivement voyants naguère, excessivement banals aujourd'hui : les baskets ordinaires, par exemple, ont remplacé les baskets de marque d'il y a quelques années, le t-shirt à tête de mort s'est effacé devant le t-shirt sans inscriptions ni motifs. Reste le pantalon très large (deux ou trois tailles au-dessus de la normale), qui semble, cependant, appelé a disparaître rapidement — il n'est plus à la mode aux Etats-Unis, pays de référence.

11Tous ces gestes, signes, symboles cimentent le groupe, en marquant la distance par rapport au monde extérieur, en permettant à chacun de renforcer une identité individuelle que l'adolescence vient malmener. Tout ce rituel réalise une sociabilité d'un genre assez particulier : sociabilité à la fois légère et intense, durable et éphémère, respectueuse de l'individu et contraignante pour lui. Sociabilité, en tout cas, spectaculaire. Car le skate est spectacle. Un spectacle de rue qui se donne à voir. Le skater, un acteur de l'urbain qui se donne tout entier à ce spectacle. Un spectacle immédiat, sans décor, sans accessoires, qui trouve sur place ce dont il a besoin.

  • 8 MAFFESOLI M., Rue, esthétique, socialité, in Forum, no 61-62, septembre-décembre 1992, p. 7.

12Ultime et capitale question avant de conclure. Cette sociabilité adolescente que réalise le skate est-elle insérable dans le processus général de socialisation des adolescents ? Autrement dit, participe-t-elle au mécanisme de construction de l'identité des jeunes concernés ? La réponse semble aller de soi tant le lien sociabilité-socialisation paraît tenir de l'évidence du sens commun, voire de la convenance scientifique. Soyons plus prudents. Comme d'autres micro-communautés adolescentes, la communauté des skaters s'expose à la ghettoïsation, à moins qu'elle ne la recherche, essayant de s'évader d'une réalité quotidienne qui ne lui sied guère, "Dès le moment où il y a une forte inclusion, explique Michel Maffesoli dans Le temps des tribus, dès le moment où il y a quelque chose qui me resserre avec d'autres sur un espace donné, cela secrète un processus d'exclusion"8, et, peut-être, par effet secondaire, un désir d'exclusion. Cette dernière hypothèse que je vous propose trouve appui sur le constat souvent fait que les adolescents établissent entre eux des rapports qui visent d'abord à les faire entrer, puis reconnaître, dans leur propre classe d'âge. Il en est ainsi des skaters qui, par tous ces rituels évoqués précédemment, cherchent à se faire admettre de leurs pairs, se plaçant en quelque sorte en "retraite" sociale. A cet instant, le processus de socialisation et d'insertion sociale peut apparaître irrémédiablement bloqué et la sociabilité ne pas déboucher sur un rapprochement du monde adulte. Pourtant, les adolescents-skaters peuvent revenir dans le rapport social. Soit par le conflit (leur pratique, nous l'avons vu, est bruyante, insécurisante et génère ainsi de la réaction sociale). Soit par l'institutionnalisation, qui entraîne le rétablissement du lien inter-générationnel. C'est-à-dire par l'inscription dans le circuit sportif compétitif. C'est à cette condition que le lien communautaire (entre pairs) devient lien social et permet de réactiver le processus de socialisation, un instant interrompu.

Bibliographie

Bibliographie

CAILLOIS R., Les jeux et les hommes, Paris : Gallimard, 2ème édition, 1967, Coll. Folio/Essais.

FIZE M„ Les groupes d'adolescents, in Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, no 16, 1991, p. 25-30.

FIZE M., Ce monde où l'on skate, in Revue de l'Institut de sociologie, 1990-1991, p. 259-278.

FIZE M., Socialisation-sociabilité : qu'en dire, qu'en faire ?, in Du stade au quartier, IDEF-Syros, 1993, p. 39-43.

FIZE M., (avec M. Touché), Le skate : la fureur de faire, Caen : Ed. Arcane-Beaunieux, 1992.

FIZE M., Pratiques de glisse urbaine et espace public, in Revue interuniversitaire de Sciences et Pratiques sociales, décembre 1992-janvier 1993, p. 131-137.

FIZE M., Les bandes, l’"entre-soi" adolescent, Paris : Ed. Desclée de Brouwer, 1993.

IRLINGER P., LOUVEAU C. et METOUDI M., Les pratiques sportives des Français, Paris : INSEP, décembre 1987.

MAFFESOLI M., Le temps des tribus, Paris : Ed. Méridiens Klincksiek, 1988.

TOUCHÉ M., Jeunes et pratiques de rue : l'exemple du skate, in Droit de l'Enfance et de la Famille, no 34, 1992/1, p, 124-138.

TOUCHÉ M., Adolescents et espaces publics : l'exemple du skate-board, in Miroir/Eco Musée de St Quentin en Yvelines, no 76, avril 1993, p. 45-53.

Notes

1 CAILLOIS R., Les jeux et les hommes.

2 Ibid., p. 67-68.

3 Ce que R. Caillois nomme la "paidia".

4 IRLINGER P., LOUVEAU C. et METOUDI M., Les pratiques sportives des Français.

5 VIGARELLO Georges, in Sport et Vie, janvier 1991,

6 CAILLOIS R., Les jeux et les hommes, op. cit., p. 93.

7 SIMMEL G., Sociologie et épistémologie, Paris : PUF, 1981, p, 126.

8 MAFFESOLI M., Rue, esthétique, socialité, in Forum, no 61-62, septembre-décembre 1992, p. 7.

Auteur

Directeur de recherches au CNRS-CRIV Vaucresson

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search