Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Socialisation, sociabilité et construction identitaire

Une approche quantitative de l’évolution des formes de sociabilité en natation sportive

Thierry Terret

Texte intégral

1Nous disposons de données chiffrées précises depuis la création de la Fédération Française de Natation en 1920. L'analyse de l'évolution du nombre de licenciés d'une part (graphique 1), du nombre d'associations déclarées composant la Fédération Française de Natation (graphique 2) depuis sa création d'autre part, permet de repérer globalement trois périodes distinctes, à partir desquelles peuvent être inférées des hypothèses sur les transformations des modes de sociabilité.

  • 1 Dans le cadre du présent article, nous n'avons pas jugé utile de fournir le tableau détaillé des d (...)

2Une première période, de 1920 à la Libération, voit une hausse importante du nombre d'associations de 63 à plus de 1 000. Le nombre de licenciés évolue lui aussi régulièrement pendant cette phase, passant de 935 en 1920 à plus de 16 000 en 1944. Du coup, le rapport des deux courbes, c'est-à-dire le nombre moyen théorique de licenciés par association (graphique 3) reste étonnamment stable. Le succès de la natation entraîne une hausse remarquable de licenciés mais ceux-ci se répartissent dans des structures qui se multiplient (création) sans changer réellement de caractéristiques. La structuration associative de la natation sportive se développe en quantité plus qu'en qualité1.

3Le nombre moyen de licenciés par association est alors faible (autour de 17) et témoigne sans doute de la conservation d'un modèle convivial et intimiste de fonctionnement. L'esprit de la pyramide coubertinienne n'est pas intégré à l'échelon local en ce sens que n'est pas recherché, en général, un accroissement de la base pour constituer une équipe d'élites plus représentative. La natation est d'abord une occasion de convivialité ; la compétition sportive intéresse moins que la réunion amicale ou le simple fait d'être entre soi.

4La permanence de cette évolution n'est interrompue que par la période de mobilisation qui prive les clubs de leurs membres et qui désorganise la structuration associative de la France.

5La seconde période, de 1946 à 1959, correspond à une étape moins bien définie sur la fin, caractérisée par le maintien du nombre de licenciés autour de 30 000 et un retour du réseau associatif au niveau de 1936. Ces actions conjuguées amènent une hausse relative du nombre moyen de licenciés par club autour de 37.

6Ces 14 années semblent marquées par une déstabilisation structurelle qui ne toucherait cependant pas les effectifs. Des raisons qui restent à identifier ont provoqué la disparition de presque la moitié des associations alors que celles qui restaient en place recrutaient les nageurs des sociétés dissoutes.

7La première hypothèse vraisemblable est liée au progrès d'une logique strictement sportive. Le souci d'une plus grande efficacité sur le plan des résultats ou la volonté d'une meilleure représentation auprès des institutions et collectivités publiques ou privées aurait poussé les sociétés à se regrouper, s'unir, ce qui expliquerait l'évolution remarquable de la taille des clubs. Ce comportement est à mettre à l'actif des dirigeants sportifs et il est compatible avec la diminution du rôle joué dans les sociétés par les aspects strictement conviviaux et intimistes de la période précédente.

8Une seconde hypothèse peut être formulée en évoquant de possibles modifications des conditions de création, mais surtout de maintien des associations existantes qui cesseraient dès lors de fonctionner. Faute de structures, les nageurs poursuivraient alors leur activité au sein des associations les plus solidement implantées, qui auraient de ce fait vu leurs effectifs croître de manière importante.

  • 2 CHARRIER Dominique, L'économie du sport en France, Thèse de doctorat, Paris : Dauphine, 1990, T. 2 (...)

9Cette période de transition qui montre une restructuration du réseau associatif vers de plus grosses sociétés au détriment des plus petites, caractérise certes l'évolution générale du mouvement sportif2. Dominique Charrier estime en effet que la maigre croissance des effectifs relèverait simultanément des contraintes économiques liées à l'effort de reconstruction et à ses conséquences sur le niveau de vie et la disponibilité des Français, et de l'exode rural, source de déracinement, de déstabilisation et d'isolement social auquel viendrait s'ajouter le poids des guerres coloniales pendant lesquelles ont été incorporés les sportifs.

  • 3 TERRET Thierry, La politique lyonnaise en matière d'installations balnéaires, in Staps, 1994 ; ou (...)

10Ces explications conjoncturelles sont discutables. Pour la natation, le resserrement de la structure associative peut en tout cas s'expliquer par une autre raison. La pollution des fleuves et des rivières atteint dans l'après-guerre un niveau jamais vu. Or, avant que ne se mette en place la politique nationale d'équipements sportifs des lois-programmes Herzog de 1961 à 1965, le pays ne dispose que de très peu de piscines et bassins3. La grande majorité des clubs s'entraîne encore en pleine eau ou dans des pontons aménagés. De nombreuses rencontres sportives telles les fameuses traversées de ville s'y déroulent également. Mais devant la pollution croissante et le retard pris par les nageurs de la pleine eau sur ceux qui disposent d'installations adaptées, il a bien fallu se regrouper autour des quelques piscines en état. Administrativement, il était alors plus simple de réunir les associations, de fusionner pour bénéficier de créneaux d'entraînement suffisants.

  • 4 Entretien avec M. Degueurce, 11011990. /

11Les deux hypothèses ne sont pas incompatibles. Elles trouvent quelques points de démonstration dans les entretiens effectués auprès d'anciens dirigeants. Ainsi, M. Degueurce, président du CROS à Lyon et responsable depuis plusieurs dizaines d'années de l'un des principaux clubs de natation de la ville répond en ce sens à nos questions4 :

"On s'entraînait seulement l'été. Et l'hiver, une fois par semaine, on allait à la piscine Garibaldi une heure. J'ai rassemblé les clubs de Lyon — en 1964, il n'y avait toujours qu'une seule piscine d'hiver — et je leur ai dit : "ou on se met ensemble, ou il n'y a pas de possibilité de sortir des nageurs de compétition". Ils ont tous accepté. Le sporting Club de Lyon, le Club des Nageurs de Lyon, etc, ils ont tous accepté de disparaître, de garder notre structure de base, qui était le club Nautique Perrachois et de transformer le nom en Lyon Natation".

12Et un peu plus loin :

"On a été mis devant l'obligation d'avoir moins de clubs pour une question d'utilisation des piscines. On en avait peu, vous comprenez, on ne pouvait pas nager ailleurs. Et les clubs ne pouvaient plus arriver à vivre comme auparavant. On vivait dans l'eau et en extérieur et d'un seul coup est venue une certaine pollution (..,). Et puis les règlements ont fait qu'on ne pouvait plus pratiquer que dans les piscines".

  • 5 Compte rendu de l'Assemblée générale du 20/12/1953 (Archives Départementales du Rhône 4M 613).

13On sait du reste que plusieurs sociétés de natation ont disparu dans les années cinquante pour cette dernière raison, comme le Lyon Nautique Athlétique, l'une des plus anciennes associations lyonnaises de natation qui accusait la pollution des eaux de sa dramatique baisse d'adhésions lors de ses dernières réunions5.

14De 1959 à 1980, la natation sportive connaît un développement général lui donnant désormais un nouveau visage. Evidemment, la construction de bassins et de piscines sur tout le territoire français a favorisé la création de nouvelles associations. Mais l'orientation précédemment prise en faveur d'une structuration associative privilégiant des sociétés plus importantes se poursuit alors plus ou moins régulièrement, jusqu'à atteindre des nombres moyens de licenciés par club de 79 en 1971 ou 78 en 1980. Les licenciés augmentant proportionnellement plus vite que les sociétés, il n'est pas exclu qu'une transformation de la sociabilité associative soit liée au phénomène. Ainsi la convivialité ne serait-elle désormais plus la première finalité recherchée par les dirigeants. Les sociétés ont définitivement abandonné le modèle intimiste au profit de celui de l'entreprise et de la performance. La quête du nombre, illustrée en particulier par un étirement des licenciés vers les tranches d'âge les plus basses, s'inscrit comme un leitmotiv et conditionne directement la structuration associative. Cette évolution est d'autant plus remarquable qu'elle se conjugue avec une hausse considérable du nombre d'associations de natation. On n'observe toutefois pas de redistribution de l'effectif global des nageurs en leur sein mais bien création originale, si l'on en juge au formidable essor du nombre de licenciés.

  • 6 CHARRIER Dominique, op. cit., p. 421, estime que le développement de la natation depuis 1949 relèv (...)

15La natation bénéficie alors d'une poussée quantitative qu'il faut sans doute relativiser avec D. Charrier, au regard de l'évolution de l'ensemble du mouvement sportif6, mais qui est néanmoins traduite par l'essor des effectifs et du nombre d'associations affiliées selon des courbes qui ne font qu'accentuer les observations de la période précédente.

  • 7 Le licencié est par définition le possesseur d'une licence fédérale FFN et est considéré pour notr (...)

16Toutefois, on peut se demander si le nombre moyen de licenciés par association est un indice suffisamment pertinent. Sa transformation au cours des trois périodes repérées, de 17 à 35 puis à 64, pourrait certes révéler une évolution significative des modes de sociabilité mais à la condition décisive, à notre sens, de tenir compte du rapport entre licenciés fédéraux et simples membres adhérents des associations7. En effet, si ce rapport est stable, l'évolution du nombre de licenciés ne serait que le reflet d'un élargissement du recrutement des clubs et ne saurait en aucune façon rendre compte d'une rupture qualitative.

  • 8 Le Miroir des Sports, 19/11/1924.
  • 9 Enquête de la Préfecture du Rhône, 25/07/1925 (Archives Départementales du Rhône 4M 613).
  • 10 Entretien cité avec M. Degueurce. Le club obtiendra en 1946 la "Coupe de France du plus grand club (...)
  • 11 Entretien avec M. L. Besson, 10/05/1990.

17Ce rapport nombre de licenciés FFN/nombre d'adhérents dans une même association est en l'état actuel difficile à évaluer précisément car ces données ne sont par répertoriées. Dans l'entre-deux-guerres, les quelques informations portées à notre connaissance font état de résultats fort disparates : les Mouettes comptent par exemple 472 membres pour 76 licenciés, soit un rapport approximatif de 1/6 ; l'AS Préfecture de Police possède 600 membres pour 50 licenciés (1/12)8, le LNA 320 pour une quinzaine de licenciés (1/16)9 ; le CN Lyon atteint son record historique au début des années trente avec 3 324 membres pour 100 licenciés (1/33)10 mais à l'Amicale des Charpennes, près de 40 membres sur 50 sont licenciés (1/1,3)11.

18Plus généralement, nous avons pu calculer qu'en dehors des vingt clubs constituant l'élite de la natation française et dont la sociabilité dominante est probablement assez proche de ce que l'on trouve aujourd'hui, le club de natation compte dans les années vingt une dizaine de licenciés (souvent une équipe de water-polo) pour 100 à 200 membres, soit un rapport approximatif de 1/10 à 1/20.

19Actuellement, une enquête menée sur le département du Rhône auprès des principales associations de natation sportive nous permet d'estimer le rapport licenciés/adhérents à 15/environ (par exemple : 2551/300 pour Lyon Natation, 250/1 100 pour le CMO Vénissieux, 120170/pour le CN Villefranche, 70400/pour le CS Décines, etc.).

20Cet écart confirme que l'évolution quantitative du nombre moyen de licenciés par association n'est pas une simple conséquence d'un accroissement des adhérents mais bien d'une transformation des pratiques qui s'y déroulent. D'un modèle convivial et intimiste organisé autour d'une équipe réduite de nageurs-poloïstes à un modèle "managéral" et sportif s'opère progressivement un renversement de la logique de fonctionnement des clubs qui se traduit moins par une rupture dans le potentiel de nageurs adhérents que dans le sens politique dans lequel on inscrit leur activité.

  • 12 Ce que nous avons déjà montré pour l'entre-deux-guerres T. Terret, Les défis du bain. Formes de pr (...)
  • 13 Cf. nos entretiens avec différents dirigeants qui évoquent volontiers la perte d'un "esprit", d'un (...)

21Sans cloute est-il peu légitime d'opposer ainsi sociabilité conviviale et sociabilité sportive et chaque période pourrait s'analyser aussi en termes de diversité des tendances12. Pour autant, leur coexistence ne peut cacher le glissement de l'une à l'autre, glissement qui n'est pas sans déstabiliser dans une même association les représentants inconscients de l'ancienne logique, lorsque la performance devient le premier enjeu recherché13. En effet, il est probable que la fonction relativement équivoque du club sportif dans la première moitié du siècle a laissé place à une redistribution fonctionnelle des structures, des associations de loisir offrant désormais aux baigneurs ou aux nageurs l'espace-temps d'une pratique non compétitive.

Graphique 1 - Evolution du nombre de licenciés

Graphique 1 - Evolution du nombre de licenciés

Graphique 2 - Evolution du nombre d'associations

Graphique 2 - Evolution du nombre d'associations

Graphique 3 - Evolution du nombre de licenciés par association

Graphique 3 - Evolution du nombre de licenciés par association

Notes

1 Dans le cadre du présent article, nous n'avons pas jugé utile de fournir le tableau détaillé des données chiffrées concernant la période envisagée 1920-1970).

2 CHARRIER Dominique, L'économie du sport en France, Thèse de doctorat, Paris : Dauphine, 1990, T. 2, p. 53.

3 TERRET Thierry, La politique lyonnaise en matière d'installations balnéaires, in Staps, 1994 ; ou La construction des piscines lyonnaises, in Spirales, no 5, "Le sport et la ville", déc. 1992.

4 Entretien avec M. Degueurce, 11011990. /

5 Compte rendu de l'Assemblée générale du 20/12/1953 (Archives Départementales du Rhône 4M 613).

6 CHARRIER Dominique, op. cit., p. 421, estime que le développement de la natation depuis 1949 relève d'un principe de "faible efficacité", comme l'athlétisme ou la gymnastique et échappe à la fois à une logique de puissance (gains en effectifs purs) et de dynamisme (gains proportionnels à l'effectif de départ).

7 Le licencié est par définition le possesseur d'une licence fédérale FFN et est considéré pour notre étude comme étant inscrit dans un club lui-même affilié à la FFN. L'adhérent est membre de ce même club mais n'est pas titulaire d'une licence.

8 Le Miroir des Sports, 19/11/1924.

9 Enquête de la Préfecture du Rhône, 25/07/1925 (Archives Départementales du Rhône 4M 613).

10 Entretien cité avec M. Degueurce. Le club obtiendra en 1946 la "Coupe de France du plus grand club".

11 Entretien avec M. L. Besson, 10/05/1990.

12 Ce que nous avons déjà montré pour l'entre-deux-guerres T. Terret, Les défis du bain. Formes de pratiques, modèles et résistances dans les processus de diffusion de la natation sportive, Thèse de Doctorat en STAPS, Lyon I, 1992.

13 Cf. nos entretiens avec différents dirigeants qui évoquent volontiers la perte d'un "esprit", d'une autre "conception" du sport.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 - Evolution du nombre de licenciés
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 2 - Evolution du nombre d'associations
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Graphique 3 - Evolution du nombre de licenciés par association
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.