Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Socialisation, sociabilité et construction identitaire

L’évolution des représentations de rôles sociaux au cours d’une formation en milieu carcéral

Marc Clément et Philippe Nicolino
File not found. Auteurs

Texte intégral

1Le milieu carcéral représente un lieu institutionnel où la personne tend à se refermer sur elle-même, du moins c'est le constat qui semble s'imposer à nous depuis que nous intervenons dans ce milieu. L'incarcération peut-elle induire un comportement d'identification négative ? La personne détenue s'inscrit-elle au contraire dans les attentes institutionnelles et, par delà, dans des attitudes sociales où les valeurs de réhabilitation, de réinsertion ne sont pas toujours perçues comme des voies privilégiées et ce, notamment en maison d'arrêt où les détenus sont en attente de jugement, de transfert ou incarcérées pour de courtes peines.

2Comment amener la personne détenue à s'inscrire dans un projet au moment où elle se retrouve en rupture, de fait, avec les exigences normatives de la société ? N'y a-t-il pas un possible passage vers un décrochage, un "déracinement" social (dans la mesure où il n'existe pas déjà), voire même à une accentuation du processus de désocialisation de l'individu ?

3A la suite de formations (préparation au diplôme d'état de secourisme et initiation à l'animation) qui avaient eu des retombées positives auprès des stagiaires, tant sur le plan comportemental que par une inscription pour des demandes d'autres formations, l'administration pénitentiaire nous a fait la demande d'une formation à l'arbitrage en football.

4De cette formation, l'administration attendait un plus dans l'attitude sociale de la personne incarcérée, une meilleure acceptation des règles sociales et aussi, une voie d'intégration possible après la détention. La pratique de l'arbitrage devait favoriser l'apprentissage des règles de la collectivité.

5Cette demande institutionnelle prolonge la coopération étroite qui existe dans la maison d'arrêt de Villefranche-sur-Saône entre les formateurs, l'administration pénitentiaire et le groupe privé Dumez. L'objectif essentiel est l'amélioration des comportements tant sur le plan individuel que relationnel. Ce stage de formation entre dans cette préoccupation visant à une réinsertion.

  • 1 Groupe épistémologique : l'interstructuration du sujet et des institutions. Bulletin de psychologi (...)

6Comment et pourquoi des changements attendus au niveau de la personne incarcérée qui a manifesté un comportement asocial, peuvent-ils s'opérer ? Pour comprendre cela, nous nous sommes appuyés sur les travaux de A. Baubion-Broye, P. Malrieu et P. Tap pour qui le "changement (au niveau de la personne) ne peut se produire qu'à partir du blocage, de l'éclatement ou du remaniement des structures par actualisation de leurs contradictions"1.

  • 2 Ibidem.

7L'arbitrage, le secourisme, l'animation représentent a priori des modes de comportements très différents. Les représentations que la personne s'en fait peuvent induire des blocages autant que des images positives qui sont susceptibles d'inhiber ou de motiver leur apprentissage et leur pratique. Comment les personnes détenues perçoivent-elles ces trois champs ? Dans quelle mesure l'initiation et la mise en œuvre de ces trois "métiers" vont-elles permettre une "déprise" conflictuelle puis une "reprise" mobilisatrice positive2, prélude à un réancrage social réussi ?

8Nous allons essayer de comprendre cela à travers l'analyse de la formation.

la formation

9Le stage de formation s'inscrit dans une perspective d'aide à la réinsertion et à l'élaboration de projets de sortie. Le stage est rémunéré. Ces deux aspects peuvent déjà induire des motivations extrinsèques susceptibles d'influencer l'investissement dans le stage et conduire à adopter des comportements proches de ceux que les détenus pensent que les formateurs attendent. En milieu carcéral, ces masques tombent rapidement. Aussi, sans les méconnaître, nous pensons que l'implication des stagiaires dans les activités a été due essentiellement à une volonté de réussir et de s'en sortir.

1015 stagiaires ont été retenus sur 70 candidatures. La sélection a été réalisée, dans un premier temps, par les éducateurs sportifs sur des critères comportementaux : observations au cours d'activités physiques individuelles et collectives des aspects relationnels, de la volonté de persévérer, d'une certaine stabilité émotionnelle, puis dans un deuxième temps par le groupe de formateurs Dumez : avoir un projet de réinsertion cohérent et par l'institution pénitentiaire sur des critères légaux qui lui sont propres (pas de condamnation pour affaires de mœurs, d'interdiction d'être dans un même groupe, être libérable à moins d'un an) et par les formateurs du groupe Dumez :

11Notons que le critère de compétence physique n'a pas été retenu comme critère de sélection. Par exemple, deux stagiaires sélectionnés ne possédaient aucun passé de footballeur.

12L'âge moyen était de 22 ans, et la répartition ethnique de 60 % d'européens et de 40 % d'origine africaine du nord et du sud. Depuis longtemps la "loi du père" avait été remplacée par celle du groupe, de la rue. Le système scolaire les avait très rapidement mis sur des voies qu'ils ont considéré être "de garage", sans intérêt. Aussi, leur approche de la formation tant sur le plan des savoirs à acquérir que des représentations des rôles sociaux présentait quelques "vécus" peu positifs. Positions nuancées par le fait que désormais nous étions en milieu carcéral et que les jeunes, étant donné leur moyenne d'âge et leur espoir de sortir assez vite, percevaient une possibilité d'obtenir les éléments d'un futur métier.

13La durée du stage a été de onze semaines consécutives.

14La formation a été assurée conjointement par un éducateur sportif, élève de l'UFRAPS, un arbitre formateur désigné par la Ligue départementale de football, un animateur de la Croix Rouge et un formateur Léo Lagrange. La coordination et certaines interventions étant assurées par les auteurs du présent document.

les représentations sociales des différents roles

15En début de stage et en fin de stage, nous avons interrogé individuellement les stagiaires sur leur choix préférentiel entre les trois rôles et les qualificatifs qu'ils évoquent.

L’animateur

16En début de stage, le rôle de l'animateur est choisi en premier par la moitié des stagiaires. Ce choix peut représenter un ancrage de surface dans la mesure où il s'agit d'un des rôles dont ils pensent connaître les fonctions et dont le choix les sécurise.

17En effet, l'animateur est essentiellement, pour eux, une personne qui n'est pas le "père" mais qui est bien plutôt un "grand frère". Celui qui a l'expérience de la vie, de ses difficultés et qui connaît les moyens de s'en sortir. L'animateur est surtout perçu comme une personne ressource dans la recherche d'un emploi, d'un logement, dans l'"échappement du quartier". Proche des préoccupations des jeunes, il a aussi un rôle très important d'étayage et de guidance. Il est celui qui, plus ou moins inconsciemment, évalue les choix, les valide ou les infirme, celui qui oriente vers des structures positives : "il est", a dit un stagiaire, "le père de la rue".

  • 3 Paroles prononcées lors de la table ronde d'ouverture du Colloque Sport et insertion sociale. Vill (...)

18"Homme passerelle", pour reprendre l'expression employée par le père Delorme dans son intervention au colloque sur l'insertion sociale par le sport3, l'animateur correspond à l'étymologie du terme, celui qui donne vie au quartier.

Le secourisme

19Un pourcentage égal de choix se porte sur le secouriste. Mais, autant l'animateur représente une figure masculine, autant le secouriste va être associé à l'image de la mère, celle de la "mère soignante" des blessures physiques et morales. Le secouriste est celui qui aide à rester en vie, celui dont la compétence présente une certaine aura médicale, celle d'un discours savant et d'une toute puissance parfois teintée de magie. Discours savant et sentiment de puissance dans l'aide active à autrui en danger représentent les deux points d'ancrage très positifs du jeune dans la formation et probablement dans des demandes de formations ultérieures.

L’arbitre

20Les représentations des deux premiers rôles, même si parfois il pouvait y avoir quelque collusion avec des images affectives liées à l'enfance, n'exprimaient guère d'ambiguïté. La définition du rôle d'arbitre (rôle jamais choisi en premier et à 70 % en troisième choix), a mis en évidence quelques "résistances". Les non-dits ont été nombreux, cachés sous des traits de surface, des clichés. En effet, beaucoup l'ont reconnu après le stage, les réponses des stagiaires ont été influencées par la peur de ne pas êre retenus s'ils donnaient une image trop négative de l'arbitre. Rejet et méfiance se côtoyaient dans les réponses. Rejet de l'arbitre en tant que juge, policier, surveillant, toute personne véhiculant une expression répressive. Méfiance dans la formulation des rejets : "il impose le code", "il est impartial", "insensible, sans âme et sans cœur". En ce sens, l'arbitre semble représenter un "mal nécessaire" à éviter autant que faire se peut. D'ailleurs, il est à remarquer que dans les matches à l'intérieur des prisons et dans les matches informels entre jeunes, il y a auto-arbitrage, toute faute étant reconnue par le fautif ou "négociée" quand il y a divergence.

21Ces représentations des trois rôles proposés ont été essentiellement formulées sur un mode affectif, relationnel. Les réponses, sauf pour l'arbitre, fusaient immédiatement, expression d'espoirs, d'attentes... de projets, d'une certaine volonté d'identification à l'égard d'une formation plus proche d'un métier ou d'une activité sérieuse que celle d'arbitre sportif.

22Les mêmes questions ont été posées onze semaines plus tard, à la fin du stage. L'analyse des réponses marque un changement important dans l'approche, la connaissance et la reconnaissance des rôles. Après les blocages ou approches identificatoires premiers, le vécu a conduit à des remaniements, des dépassements de contradictions. Les représentations sont moins liées à l'expression de saillances sociales ou affectives. Elles sont plus rationnelles et techniques.

23Le classement des choix s'effectue de façon plus raisonnée, déductive : "si j'en garde un c'est...parce que...". Le secouriste continue d'obtenir le plus de choix électifs premiers. Animateur et arbitre se partageant les "seconds rôles".

24Le secouriste est moins perçu comme "Saint-Bernard", "mère courage". L'implication future dans une équipe dans un poste de surveillance Croix Rouge est ressentie comme une valorisation importante. Valorisante également apparaît la réussite à l'examen de secouriste (tous les stagiaires ont été reçus). Premier succès de jeunes classés en échec scolaire, dans un domaine où le savoir, sa rétention et sa compréhension sont importants et pas toujours aisés à réaliser, et où le jury extérieur à la formation a validé le stage comme s'il s'agissait d'une cession normale. Ce succès représente aux yeux de tous (formateurs et stagiaires) le premier pas vers un engagement dans d'autres formations, dans un remaniement des structures enfermant dans une "impuisance apprise" (Seligman) à l'égard des savoirs. Succès renforcé par la réussite au diplôme d'initiation à l'arbitrage pour 13 des 15 stagiaires.

25Ce dernier succès souligne l'évolution de la perception de l'arbitre et de ses fonctions.

26L'image de l'arbitre a évolué dans deux sens qui peuvent apparaître paradoxaux. D'une part, il n'est plus perçu comme une personne qui applique une loi stricte mais celui qui nuance la gravité de la faute, qui tient compte du contexte de jeu. D'autre part, lorsque le détenu devient arbitre, il endosse totalement son statut ainsi que l'exprime l'un d'eux à qui l'on demandait son sentiment sur la réaction de ceux qu'il venait de sanctionner : "je m'en fous, je suis l'arbitre, ils doivent obéir". Il est intéressant de voir cette implication et acceptation totale du rôle de l'arbitre : à la fois homme porteur de la loi, mais aussi personne capable de saisir les nuances des comportements sociaux au cours de l'action.

27Arbitre et animateur sont désormais perçus comme devant posséder une grande maîtrise : maîtrise de soi et maîtrise de compétences. Même s'il reste encore quelques résistances plus ou moins implicites à l'égard du rôle d'arbitre, tous ont exprimé le désir de continuer et d'arbitrer, à l'extérieur, des matches officiels de compétitions de jeunes. Ceci fait l'objet actuellement d'une discussion avec le juge d'application des peines. Dans quelle mesure ce processus d'acquisition plus ou moins reconnu au niveau des compétences sera-t-il jugé comme un élément recevable au niveau de l'institution ?

discussion

28Le stage et l'implication active dans des rôles présentant des marquages sociaux très forts pour ces jeunes ont permis une objectivation critique et la mise en route de nouveaux ancrages.

29En début de stage, le groupe vit les activités sans trop de conflits et de rejets, les limites dues aux blocages ayant été situées. Le stade d'observation dure environ quinze jours avec pour rééquilibrage une adaptation de certains intervenants extérieurs encore peu familiarisés avec ce type d'interventions et amenant avec eux leurs propres blocages, ravivant, de ce fait, ceux des stagiaires.

30Les semaines intermédiaires ont été celles de l'application pratique. Au niveau de l'animation et du secourisme les appropriations actives des savoirs ont pu se matérialiser avec un souci constant de bien faire. Au niveau de l'arbitrage, la mise en situation a présenté quelques difficultés. Difficultés dues à une erreur de notre part : placer les stagiaires en situation d'arbitrer des matches entre détenus n'appartenant pas au stage.

31Les conflits ont dépassé le simple cadre du terrain de football. Le statut d'arbitre reprenait celui que l'univers interne au monde carcéral lui avait dévolu. L'"arbitre", c'est le "leader", le chef d'un bâtiment. Aussi, les leaders représentaient-ils des "contre-arbitres", non intervenants en fait, mais dont la présence et le pouvoir, implicitement reconnus, annulaient toute décision prise par l'arbitre stagiaire de football. Celui-ci ne pouvait imposer sa norme externe et objective, celle d'un rapport de force et d'un rapport au droit, dans un univers ayant sa propre logique interne, son style de jeu, viril et individuel où l'orthodoxie fédérale n'a pas sa place.

32Pourtant, il nous semble que c'est au cours de ces périodes délicates à négocier que les stagiaires ont le plus travaillé au niveau de la résolution de conflits internes. Le conflit entre la mise en œuvre d'appropriation de codes valorisés à l'extérieur et leur inappropriation par rapport à des comportements internes habituels a conduit les stagiaires à effectuer un choix, une acceptation d'un déracinement, au moins ponctuel, ainsi qu'une meilleure compréhension de la gestion et de l'analyse de la faute et de la sanction à donner.

33Cette période représente une phase de transition que deux des stagiaires ne pouvant surmonter le conflit tenteront de fuir. Ils auront une réponse agressive à leur non-résolution du conflit. Mais, une assistance plus soutenue de notre part, une verbalisation de cette position intra et interconflictuelle leur a permis de comprendre pourquoi, momentanément, ils n'avaient pu assumer l'arbitrage. Ils échoueront tous deux au diplôme d'arbitrage, non pas à l'épreuve pratique mais aux tests de connaissance du réglement. Le blocage s'était déplacé mais semble pouvoir à l'avenir être surmonté. La durée relativement courte du stage ne pouvait leur permettre de lever des blocages plus profonds et de favoriser un changement en termes de dispositions durables.

34Ce stage a-t-il réellement permis l'instauration de nouveaux ancrages, une reprise mobilisatrice ? En profondeur ? Non, certainement pas, étant donné la briéveté du stage et le fait qu'aucun suivi psychologique n'ait pu être mis en œuvre comme renforçateur de ce travail. N'aurait-il pas aussi modifié les données de départ et les motivations ?

35Sur le plan concret, deux stagiaires se sont inscrits immédiatement dans d'autres formations en relation avec l'animation. Leur possible implication dans des équipes d'animation extérieures est en cours. Huit autres se sont inscrits dans des formations sans relation avec celle qu'ils venaient de vivre mais avec une volonté exprimée de continuer à se perfectionner, à apprendre. Quant aux autres, l'objectif de réussite à des examens, de participation active à une formation a été atteint. Nous ne sommes pas sûrs que la mise en oeuvre de nouveaux ancrages ait été réalisée. Peut-être faut-il un temps de maturation plus important, l'engagement étant plus mûrement réfléchi ?

conclusion

36Ce stage de formation aux activités d'animation, de secourisme et d'arbitrage nous a permis de voir combien difficiles pouvaient être les tentatives de réappropriation de comportements sociaux pour des personnes fortement stigmatisées depuis leur plus jeune âge.

37Les caractéristiques sociales saillantes, dont sont porteurs les différents rôles envisagés, tendent, elles aussi, à perturber les mobilisations positives soit par excès d'investissement représentatif, soit par le rejet immédiat, "épidermique".

38La mise en situation a favorisé le conflit socio-cognitif, le dépassement de clivages internes. Nous avons réalisé les objectifs du projet. Encore faut-il que ce projet devienne celui des stagiaires et qu'ils s'inscrivent désormais dans une projection personnelle pour une reinsertion réussie.

39Avons-nous répondu aux attentes de l'administration ? Sur le pian de la qualification professionnelle et sur celui de l'évolution des comportements sociaux les objectifs semblent avoir été atteints. La coopération s'étend désormais au niveau du juge d'application des peines qui va favoriser l'insertion des stagiaires dans des actions ponctuelles hors de la prison. Ce n'est qu'à une plus longue échéance que nous pourrons réellement appréhender un changement profond et durable des comportements.

Notes

1 Groupe épistémologique : l'interstructuration du sujet et des institutions. Bulletin de psychologie. Tome XL, no 379, 1986-1987, p. 435-447.

2 Ibidem.

3 Paroles prononcées lors de la table ronde d'ouverture du Colloque Sport et insertion sociale. Villeurbanne 6 et 7 décembre 1991. Fédération Léo Lagrange.

Auteurs

Maître de Conférences à l'UFR STAPS Université Claude Bernard-Lyon I

Vice-Président de l'Observatoire Rhône-Alpin Sport et Insertion Sociale

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

File not found.