Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Socialisation, sociabilité et construction identitaire

Activités sportives organisées et variations de l’estime de soi chez les adolescents

Note de recherche

Hélène Prahecq

Texte intégral

1Le sport est généralement considéré comme un vecteur de socialisation des jeunes et de structuration des groupes d'adolescents. Bon nombre de discours insistent sur l'intégration sociale des jeunes par les A.P.S.. Le sport scolaire, la pratique sportive en club et la prévention par le sport sont des domaines privilégiés pour ce genre d'analyse.

2En fait, les sciences de l'homme et de la société abordent rarement les A.P.S. sous cet angle et diverses "affirmations" méritent démonstration et vérification. Le registre de la connaissance se substitue à celui de la conviction...

3La recherche proposée vise à mieux comprendre l'impact positif éventuel du sport sur certaines composantes identitaires des adolescents favorisant leur intégration sociale dans le monde des adultes.

4L'étude empirique réalisée permet de comparer les niveaux d'estime de soi d'adolescents différant quant à leur rapport à la pratique sportive. Ces niveaux sont évalués à partir d'une échelle mettant en évidence cinq dimensions de l'estime de soi : soi social, soi physique, soi émotionnel, soi scolaire et soi projectif (l'E.T.E.S.). Ils sont comparés statistiquement par analyse de variance.

5Notre travail a porté sur des groupes d'adolescents âgés de 15 à 17 ans — 300 jeunes scolarisés en classes de seconde — auxquels il a été proposé une échelle d'estime de soi permettant d'obtenir des scores d'autant plus élevés que le sujet a une image positive de lui-même dans les domaines du soi social, du soi émotionnel, du soi physique, du soi projectif et du soi scolaire.

6Pour son approche sectorielle de l'estime de soi, l'Echelle Toulousaine d'Estime de Soi (E.T.E.S.) a été préférée à d'autres outils plus traditionnels. Cette échelle est constituée de 60 items socialement valorisés ou dévalorisés auxquels les adolescents doivent répondre par oui ou par non selon qu'ils correspondent à leur façon habituelle de penser ou de réagir.

7Il s'agit donc de l'évaluation du sujet par lui-même qui permet d'obtenir un indice de la conception de soi du sujet.

8Les 60 items renvoient à 5 dimensions :

  • le contrôle émotionnel (soi émotionnel)
  • la considération d'autrui à son égard (soi social)
  • la compétence scolaire (soi scolaire)
  • les capacités et l'apparence physique (soi physique)
  • les anticipations de soi dans le futur (soi projectif)

9Pour chacune de ces 5 dimensions, 12 items sont proposés dont 6 sont socialement valorisants et 6 socialement dévalorisants.

10Les items se rapportant au soi émotionnel renvoient à la représentation du contrôle des émotions et de la maîtrise de l'impulsivité. Cette maîtrise étant entendue comme facilitant la planification et l'organisation de l'action.

11Le soi social est appréhendé grâce à la représentation des interactions avec autrui et du sentiment d'être ou non reconnu socialement.

12Le soi scolaire se réfère à la perception par le sujet de ses compétences dans le cadre scolaire.

13Les représentations de l'apparence corporelle et des aptitudes physiques, si importantes à l'adolescence, sont évaluées dans la sous-échelle soi physique.

14Le soi projectif renvoie aux items permettant d'évaluer comment l'adolescent voit son insertion dans le monde des adultes, dans l'avenir.

15Nos résultats tendent à montrer qu'il existe bien un lien entre la pratique investie d'une activité sportive, organisée au sein d'un club, et la valorisation de certains aspects de soi par l'adolescent.

16La question que l'on doit se poser est de savoir si cette pratique est à l'origine d'une meilleure estime de soi ou si elle en est la cause. En effet, peut-être que les sujets se valorisant le plus auraient davantage tendance à pratiquer des activités sportives. Cependant, on sait que la pratique sportive occupe une place importante dans la vie d'une grande majorité d'adolescents. Or une des caractéristiques de l'adolescence est justement d'être une période critique du développement liée à des mécanismes de dévalorisation. Ces deux aspects sont donc proportionnellement incompatibles.

17Il faut cependant ajouter à cela que les sujets que nous avons testés ont fortement investi l'activité sportive (pratique régulière au moins bi-hebdomadaire, depuis au moins deux ans, avec participation à des compétitions). Nos sujets se différencient donc peut-être en cela des autres adolescents sportifs et la question revient alors à se demander si les sujets se valorisant le plus sont ceux qui vont investir plus particulièrement les activités sportives.

18Il semble cependant plus cohérent de penser une relation à double sens entre le développement d'une valorisation de soi et l'investissement d'un domaine sportif, investissement alors compréhensible en termes de stratégies identitaires. Ces stratégies (TAP) jouent sur les conflits internes et externes du sujet, et lui permettent ainsi une reformulation de soi pour aboutir à la conviction d'une identité propre.

19Les résultats obtenus révèlent que les adolescents pratiquant le football, le tennis et plus généralement des sports collectifs ou individuels se valorisent davantage que les adolescents ne pratiquant pas d'activité pour ce qui est des composantes sociales, physique et émotionnelles de l'estime de soi.

20Ces résultats tendent à montrer qu'il existe un lien entre la pratique investie d'une activité sportive en club et l'évaluation positive de soi-même. Etant donné que l'estime de soi positive est essentielle au devenir de l'individu et favorise l'intégration sociale, le regard de la psychologie sur les pratiques sportives des jeunes semble important à considérer.

21Tout ceci nous amène à conclure que la place prépondérante qu'occupe le sport dans la vie de l'adolescent mérite qu'on s'y intéresse davantage d'un point de vue psychologique. Cela permettrait d'optimiser, grâce à une meilleure connaissance des mécanismes en jeu, les bénéfices que peut retirer l'adolescent de sa pratique sportive, tant au niveau de l'accès à l'autonomie qu'au niveau de l'aspiration à l'insertion dans le monde des adultes. Ceci ne pouvant se faire que par le biais d'une représentation positive de soi.

Auteur

Doctorante Université de Bordeaux II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540