Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Socialisation, sociabilité et construction identitaire

La J.S.C. Bellevue : l’autre football nantais

Corinne Davault

Texte intégral

1La J.S.C.B. (Jeunesse Sportive et Culturelle de Bellevue) est un club sportif nantais, situé dans la Z.U.P. de Bellevue. Ce grand ensemble, construit au début des années soixante et aujourd'hui fortement stigmatisé, constitue depuis 1989 l'un des trois sites D.S.Q. (Développement Social des Quartiers) de l'agglomération nantaise.

  • 1 L'enquête a été menée en 1993 avec des étudiants de deuxième année de sociologie de la Faculté de (...)

2La J.S.C.B., créée en 1969 par des éducateurs de prévention syndicalistes, présente l'intérêt d'être l'une des associations les plus anciennes de cette Z.U.P. à l'histoire récente. Le club, se décompose actuellement en trois grandes sections : le judo, le tennis et le football. Seul, ce dernier sport retiendra notre attention et ce pour deux raisons. La première est que cette section a acquis au cours des dix dernières années une réputation sportive : son équipe fanion évolue depuis deux ans en Division Régionale Supérieure après une progression fulgurante, sept divisions ayant été franchies en sept ans. La seconde raison est que la section football de la J.S.C.B. est la seule du club à compter une majorité d'adhérents habitant la Z.U.P. de Bellevue. Si le recrutement y est majoritaire, il n'est pas exclusif. La J.S.C.B., club où se croisent des locataires HLM et des propriétaires de pavillon, des ouvriers intégrés et des chômeurs de longue durée, des Français dits de souche et des immigrés, nous a semblé être un observatoire privilégié pour analyser les liens complexes qu'entretiennent des populations que les sociologues ont parfois tendance à penser de façon trop séparée. Les méthodes employées pour appréhender les systèmes d'appartenance et de référence des joueurs ou administrateurs ont été multiples : passations de questionnaires auprès d'une centaine d'adhérents (soit près de la moitié des effectifs de la section football), entretiens et analyse de la presse régionale et municipale durant une saison. Précisons que les premiers résultats exposés dans ce texte sont provisoires, l'enquête ayant commencé en 19931.

un club ouvrier au recrutement diffus

3Qu'il s'agisse des adultes qui adhérent au club ou des pères des enfants qui viennent y jouer, le constat est le même : une majorité ouvrière se dégage. 54,5 % des adultes interrogés appartiennent à cette catégorie sociale. Parmi eux, différentes fractions de cette classe sociale sont représentées, la plus nombreuse étant celle des ouvriers de la métallurgie et de la mécanique (4 ouvriers sur 10, la plupart français). La proportion d'ouvriers atteint 61,7 % quand on interroge la profession des pères des joueurs encore scolarisés qui forment le gros bataillon du club (soit les deux tiers des enquêtés). Ici, ce ne sont plus les ouvriers de la mécanique ou de la métallurgie qui dominent, mais ceux du bâtiment qui représentent les deux tiers des pères ouvriers. Le poids des enfants d'immigrés dans le club (un tiers des joueurs scolarisés ont un père étranger) explique en grande partie cette sur-représentation des pères ouvriers du bâtiment dont un sur deux est de nationalité étrangère.

4Le taux de chômage des adultes qui adhèrent au club atteint 26 %. Celui des pères des jeunes joueurs est encore plus élevé et culmine à 31 % ! Le taux de chômage des pères étrangers est particulièrement important : 45 % ! Celui des pères français reste conséquent, soit 24 %.

5Premier enseignement donc, la J.S.C.B. est un club majoritairement ouvrier qui rassemble différentes fractions de cette classe que l'on dit éclatée. Le lieu d'habitation peut-il constituer la base, le socle de cette association ouvrière ?

6La Z.U.P. de Bellevue a été construite sur les communes de Saint-Herblain et Nantes, à l'ouest de la grande ville. Bien que la J.S.C.B. soit un club nantais, les adhérents reflètent cette dualité : 58 % sont des Nantais, un tiers est herblinois. Mais tous les Nantais qui adhérent au club n'habitent pas la Z.U.P, : 45,6 % seulement des adhérents interrogés habitent Bellevue Nantes, 24 % vivent dans la partie herblinoise de la Z.U.P., 11 % logent dans des quartiers voisins, 19 % enfin n'ont aucun lien de proximité géographique immédiate avec Bellevue (ils n'habitent ni la Z.U.P., ni un quartier qui lui soit frontalier). La localisation des terrains de football sur lesquels s'entraînent les joueurs, à la limite des deux communes, facilite sans doute l'adhésion des Herblinois au club.

  • 2 Au recensement de 1990, le pourcentage de ménages locataires d'une HLM s'élève à 50,3 % à Bellevue (...)

7Mais ce recrutement diffus a encore d'autres causes. Pour les saisir, il convient de s'intéresser aux trajectoires résidentielles. Deux types d'adhérents peuvent être opposés. Les premiers appartiennent à la catégorie des captifs du parc social qui ne parviennent pas à quitter les H.L.M. Les seconds, moins précaires, ont réussi à accéder à la propriété. Six adhérents sur 10 vivent en H.L.M., un sur trois est propriétaire, 7 % seulement sont locataires dans le parc privé2.

8Commençons par les adhérents qui vivent en H.L.M. Captifs du parc social, une partie d'entre eux ont dû déménager pendant les réhabilitations entreprises par les sociétés H.L.M. et l'Office municipal. En effet, ces réhabilitations qui se succèdent depuis près de dix ans dans la Z.U.P. entraînent des déplacements de population dans les quartiers ouest de l'agglomération nantaise, à cause des augmentations de loyers ou des démolitions d'immeubles. Certains locataires sont restés dans la ZUP, changeant seulement de rue. D'autres ont obtenu une H.L.M. ailleurs, le plus souvent dans un quartier limitrophe. Or même s'ils déménagent, les adhérents restent souvent attachés à la JSCB où ils continuent de jouer. Conséquence, la dispersion géographique des joueurs devient plus grande, même si elle reste circonscrite à l'ouest nantais.

9Aux déplacements contraints des plus précaires s'ajoutent les déménagements voulus des adhérents les plus protégés sur le marché de l'emploi et qui accèdent à la propriété privée après quelques années passées en H.L.M. Pour ces joueurs, souvent anciens dans le club, l'itinéraire résidentiel se limite aussi à l'ouest de l'agglomération nantaise. Mais dans leur cas, c'est la stabilité dans une entreprise proche de leur domicile qui les fixe dans cette zone correspondant grossièrement à un bassin d'emplois métallurgique sur le déclin (avec l'Arsenal d'Indret, les forges de Basse-Indre, l'usine Tréfimétaux à Couëron, actuellement fermée...). L'itinéraire résidentiel, professionnel et sportif d'un des entraîneurs de l'équipe fanion du club est à ce propos exemplaire. Né en 1954 à Saint-Herblain, il passe son enfance et son adolescence à Chantenay, ancien quartier ouvrier de Nantes dans le prolongement duquel sera construite la ZUP. Son frère joue au football, dans l'un des plus grands clubs sportifs du quartier : le Métallo Sport. A 11 ans, lui choisit de jouer au basket, dans un autre club de Chantenay, lié au mouvement laïc, les Garennes. A 14 ans, il entre comme apprenti à l'Arsenal d'Indret. C'est à 17 ans qu'il s'inscrit la première fois dans un club de football, à Couëron, où des "copains" viennent d'adhérer après avoir quitté le FCN. Puis il reviendra jouer dans un autre club de Chantenay, le F.C. Saint-Anne, après quoi viendra la J.S.C.B., puis le Métallo Sport, suivi du club de football de Basse-Indre et à nouveau la J.S.C.B. Son itinéraire sportif n'est pas calqué sur son itinéraire résidentiel. Il adhère à la J.S.C.B quand il habite Chantenay, joue à Métallo sport quand il vit à Bellevue. L'important, pour lui, est de "rester dans le quartier ouest parce que, bon, j'ai pratiquement toujours habité dans le quartier ouest de Nantes… Disons que je suis natif de Saint-Herblain et puis après j'ai toujours heu, enfin je suis arrivé à trois ans à Chantenay, donc j'espérais rester dans ces coins-là, comme je travaille juste à côté à Indret, juste à côté, alors c'est aussi bien d'être de ce côté-là de la ville". Après cinq années passées dans la ZUP de Bellevue, il accède à la propriété dans un lotissement pavillonnaire de Basse-Indre. Ce nouveau statut de propriétaire ne contribue pas cependant à le fixer dans le club de la commune. Il n'entraînera l'équipe de football locale qu'une saison. En rupture avec les valeurs des joueurs de Basse-Indre pour qui le sport n'est qu'un moyen parmi d'autres de se retrouver, il quittera le club, refusant de donner son temps libre à une équipe qui s'entraîne autant au café que sur le terrain.

Les gars de Basse-Indre, justement à l'inverse de Bellevue, ne savaient pas ce que c'était que l'entraînement. Alors je suis venu, bon je les ai entraînés. Ah ça se passait très très bien en début de saison ! On avait 5 points d'avance mais y'avait pas d'éclairage sur le terrain, donc heu le soir y'avait des problèmes d'entraînement. Dès que/a eu les changements d'horaires, septembre, octobre, c'était coincé quoi et y'avait un tout petit terrain qui...qui est le terrain d'enfants maintenant qui est aménagé là, c'est là qu'on s'entraînait. Donc un petit terrain, 30 mètres par 30 mètres, bon c'est pas le pied pour s'entraîner, bon les joueurs, bon ben on repris leur... le naturel hein, et puis ben ils étaient en train de taper, un demi, la belote au café du marché, bon, alors moi je conçois pas ça comme ça. Je veux dire que quand on est dirigeant, entraîneur, peu importe, on donne du temps, on donne des moments pour un club, heu c'est malheureux de voir ça quoi.

  • 3 LAMOUREUX C., "Les ouvriers d'ici", Les cahiers du LERSCO, No 13, mai 1990, Université de Nantes, (...)
  • 4 Ajoutons pour la compréhension du lecteur qu'un bac permet aux salariés de l'Arsenal qui habitent (...)

10Cet ouvrier d'Indret ne peut partager la sociabilité de ses joueurs. Sa pratique sportive n'est pas "communautaire"3. Elle est éloignée du modèle décrit par C. Lamoureux à propos des ouvriers d'Indret habitant la Montagne, soit la commune qui fait face à Basse-Indre et qui est située comme l'Arsenal au sud de la Loire4. La pratique sportive de cet entraîneur ne peut être une pratique parmi d'autres dans une communauté repliée sur elle-même, constituée d'ouvriers partageant le même employeur et le même lieu d'habitation. Au contraire, elle n'a de sens que si elle permet d'être reconnu dans les milieux sportifs extérieurs. L'affirmation d'un Je sportif peu étudié dans la classe ouvrière, cette autonomie de la pratique du football dans les classes populaires urbaines, affaiblissent les liens existant entre le lieu de résidence et le club. Nous tenons là l'une des causes du recrutement diffus de la JSCB.

11Nous nous garderons cependant d'opposer complètement les joueurs de la J.S.C.B. aux ouvriers décrits par C. Lamoureux. Pour les uns comme pour les autres, la pratique sportive manifeste et prolonge des liens familiaux et des réseaux de voisinage qui lui préexistent. 55 % des adhérents de la JSCB ont de la famille dans le club, le plus souvent des frères (c'est le cas de 4 joueurs sur 10). Mais contrairement aux ouvriers de la Montagne, les groupes auxquels se réfèrent ces joueurs d'origine urbaine sont multiples, ouverts, en mouvement.

l’instabilité du nous

12Car les joueurs précaires ont aussi des itinéraires sportifs complexes. Ahmed et Abdel habitent chez leurs parents, à Bellevue Nantes, dans une H.L.M. Ahmed est en stage d'insertion au moment où nous l'avons rencontré en 1987. L'interview se déroule en compagnie de son ami Abdel qui lui est au chômage. En conflit avec "l'entraîneur de Bellevue", Ahmed comme d'autres joueurs de son équipe vient de quitter le club et d'arrêter le football. Abdel, lui, a choisi d'aller jouer ailleurs, dans un autre club au nord de Nantes. Mais il n'est pas seul dans cette aventure puisque "toute l'équipe c'est de Bellevue (...) Presque toute, y'en a à peu près 75 % de l'équipe qui sont de Bellevue". Abdel continue ainsi à se référer à un "nous" dont les frontières sont mouvantes, ce qui l'autorise à pratiquer de façon informelle le football à Bellevue, éventuellement avec d'autres "copains" restés à la JSCB.

Ahmed : - "Autrement, on fait du foot quoi, devant chez nous, enfin rarement mais...

Abdel : - Pendant l'été on en fait beaucoup.

Ahmed : - Autrement on recommence à faire du foot là, même pendant les soirs, les jours d'école, le soir, on commence à faire des matchs à 6 heures et on finit à...

C. D. : - Mais dehors là, sur la place et tout ça, c'est ça ?

Ahmed : - Non, non sur le terrain de Romanet.

C. D. : - Ah le terrain qui est là-bas ?

Ahmed : - Ouais, on est juste à côté, alors !

C. D. : - Vous pouvez y aller à 6 heures pour faire du foot ?

Ahmed : - Ouais, à six heures on va faire un match quoi jusqu'à temps que la nuit elle tombe. "

13Plusieurs bons joueurs ont tenté l'expérience d'un autre club puis sont revenus à la JSCB où ils ont retrouvé "l'ambiance" qui leur manquait ailleurs. Les succès continus de l'équipe fanion ne sont sans doute pas étrangers non plus à ces retours. Parmi les joueurs que nous avons rencontrés, 28 % de ceux qui ont adhéré à la J.S.C.B. entre 1982 et 1989 ont quitté un temps le club. La proportion s'accroît ensuite avec l'ancienneté puisque la moitié des adhérents venus à la JSCB avant 1981, ont interrompu leur adhésion à un moment donné.

14De ce jeu des appartenances fluctuantes émerge parfois un "je" sportif d'autant plus affirmé que le joueur parvient à se faire un nom dans le milieu sportif et les pages des quotidiens régionaux, 57 % des joueurs déclarent avoir été cités ou photographiés plusieurs fois dans les pages sportives de la presse locale. Près de la moitié d'entre eux garde les articles qui les concernent personnellement.

15Cette reconnaissance de l'individu va de pair avec l'affirmation de valeurs collectives. 93 % des joueurs rencontrés estiment que la présence aux entraînements doit être obligatoire, un tiers le justifie par le respect qu'ils doivent aux autres (joueurs ou entraîneurs), au nom du collectif ou de l'ambiance. Le temps donné par l'entraîneur ou le joueur contre la présence de tous les autres joueurs, tel est l'échange qui lie les adhérents. Ce contrat assure une cohésion immédiate à ce club qui ne s'appuie pas sur une communauté bien définie et stable mais sur une population urbaine, mouvante, souvent précaire. Le lien n'est pas seulement contractuel, il est aussi sensible. "L'ambiance" de la JSCB en dépend.

16Malgré cette instabilité des adhérents, le club a réussi à assurer une permanence grâce, nous semble-t-il, à une identité sportive. A cette étape de la recherche, nous poserons l'hypothèse que celle-ci s'est construite dans les relations que la JSCB et le FCN (Football Club de Nantes) entretiennent.

les “bresiliens” de jose arribas

  • 5 L'un des célèbres entraîneurs du FCN.

17C'est José Arribas5 lui même qui surnommera les joueurs de la JSCB "les Brésiliens" après une visite dans la ZUP. Ce surnom, les joueurs le conserveront. Ils cultiveront même cette identification, insistant sur leur qualité d'attaque, leur sens du jeu et du spectacle, leur vivacité et leur spontanéité. Enfants d'ouvriers ou ouvriers urbains, leur style de jeu n'est surtout pas physique mais collectif et technique. Cette association au football brésilien, le FCN contribuera à l'entretenir. Lors du cinquantenaire du club professionnel, célébré en 1993, une équipe du Botafogo viendra s'entraîner sur le terrain de Bellevue devant les joueurs de la JSCB. Est-ce une façon pour le FCN d'entretenir une image populiste et de se distinguer ainsi d'autres clubs professionnels ? Le jeu de miroir est en tout cas complexe, chacun construisant son identité sportive dans des champs différents, celui des clubs professionnels d'une part, celui des clubs amateurs d'autre part. C'est d'ailleurs ce qui permet à la JSCB de prendre comme modèle le FCN. Le sens du jeu collectif, le souci affirmé par les dirigeants de la JSCB de former leurs joueurs et non de les recruter à l'extérieur, la mise en avant de jeunes joueurs, sont en effet autant de signes de distinction vis-à-vis des autres clubs amateurs, qui sont proches de ceux qu'utilise le FCN pour se différencier des autres clubs professionnels.

18Les liens qu'entretiennent les deux clubs ne sont pas uniquement symboliques. Parmi les adhérents de la JSCB que nous avons interrogés, un sur 10 a joué au FCN. Autre échange très concret, le nouvel entraîneur de l'équipe qui évolue en DSR est depuis cette année un entraîneur du FCN, l'obligation d'avoir un Brevet d'Etat à ce niveau de compétition ayant contraint l'ancien entraîneur à abandonner son équipe.

  • 6 "L'autre football nantais" est le titre d'un article paru dans le journal municipal de la Ville de (...)

19Malgré cette proximité (ou à cause d'elle ?), la JSCB est présentée dans la presse municipale6 comme "l'autre football nantais", l'altérité renvoyant à la fois à son caractère amateur et à l'origine immigrée d'une partie de ses joueurs. Mais l'inscription dans la ville des footballeurs de la JSCB reste précaire, liée exclusivement à leurs succès sportifs. En effet, en cas de défaite, la JSCB redevient, pour la presse régionale, le club d'un quartier populaire et stigmatisé.

conclusion

20La section football de la JSCB est donc une association urbaine majoritairement ouvrière qui regroupe différentes fractions de la classe, certains adhérents étant très protégés sur le marché de l'emploi, d'autres au contraire exclus du marché du travail. Mais qu'il s'agisse des ouvriers intégrés ou des chômeurs, il semble que dans les deux cas un je sportif se conjugue à un "nous" aux frontières mouvantes. C'est cette individualité qui permet à la pratique sportive de s'autonomiser et par là même, d'être compétitive. Il semble que ce club ouvrier qui ne s'appuie pas sur une communauté stable bien définie (par un même employeur ou même lieu d'habitation), ait pour l'instant réussi à assurer sa pérennité grâce à une identité sportive construite dans les rapports qu'il entretient avec le FCN.

Notes

1 L'enquête a été menée en 1993 avec des étudiants de deuxième année de sociologie de la Faculté de Nantes dans le cadre d'un TP d'enquête statistique. Certains entretiens sont cependant antérieurs et ont été réalisés entre 1987 et 1990 alors que je préparais ma thèse. Cf. Jeunes d'un grand ensemble : les enfants d'immigrés et les autres, des différences ? Université de Nantes, 1992.

2 Au recensement de 1990, le pourcentage de ménages locataires d'une HLM s'élève à 50,3 % à Bellevue Nantes et 34,5 % dans la partie herblinoise de la ZUP. A l'inverse les ménages propriétaires de leur logement sont plus nombreux à Bellevue Saint-Herblain qu'à Bellevue Nantes, soit 42,4 % contre 28,8 %.

3 LAMOUREUX C., "Les ouvriers d'ici", Les cahiers du LERSCO, No 13, mai 1990, Université de Nantes, LERSCO-CNRS.

4 Ajoutons pour la compréhension du lecteur qu'un bac permet aux salariés de l'Arsenal qui habitent au nord de la Loire de traverser le fleuve entre Basse-Indre et Indret.

5 L'un des célèbres entraîneurs du FCN.

6 "L'autre football nantais" est le titre d'un article paru dans le journal municipal de la Ville de Nantes et consacré à deux clubs amateurs de la ville : la J.S.C.B. et l'Etoile du Cens. Cf. Nantes Passion, mars 1992.

Auteur

ATER de Sociologie Université de Nantes

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540