Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Socialisation, sociabilité et construction identitaire

Le sport dans l'entreprise et ses réseaux : l'exemple de l'Association Sportive de Préparation Olympique du Midi (ASPOM) à Bordeaux

Laurent Dussutour

Texte intégral

1Les pratiques sportives paraissent s'imposer à nous par l'objectivisme de leur forme. L'analyse sociologique d'un club omnisports d'entreprise bordelais, l'ASPOM, dépendant de la SNCF, a été l'occasion de tester la validité de notions permettant de rompre avec les prénotions accolées au sport. Le sport dans l'entreprise, en particulier, est doté de virtualités libératoires. Or l'étude de l'ASPOM tend à prouver que les relations sociales fondant les investissements associatifs et sportifs sont des relations de domination. La mise en réseau des agents ayant fait ce club depuis 1907, année de sa création, contribue à l'objectivation sociologique de chaînes d'interdépendances spécifiques et à l'institution sportive et à l'institution ferroviaire.

2Les institutions ferroviaires en France ont ceci de particulier qu'elles peuvent être assimilées à des institutions totales. Aussi l'ensemble des rapports sociaux et des relations sociales en leur sein (des compagnies privées à la SNCF) sont-elles placées sous le signe d'une totalisation tendancielle. Il y avait de grandes chances pour que les investissements associatifs/sportifs localisés dans le cadre de l'ASPOM portent la marque de ce processus. Pour autant, afin d'éviter tout déterminisme en termes de "rôles", et pour être à même de restituer des logiques de domination sociale dans un espace structurellement constitué autour du salariat, il fallait recourir à la notion de réseau. N'étant pas à même de restituer le régime des homologies structurales entre les univers entrepreneurial et sportif localisés, le recours à la notion de réseau s'imposait. Objectivisme et subjectivisme pouvaient donc être transcendés par un usage souple de ce "concept-stretching".

3Aussi la mise en réseau de l'ASPOM permet-elle de renvoyer dos-à-dos les perspectives individualistes et holistes quant à l'analyse des investissements sportifs dans un club sportif d'entreprise. L'étude empirique du processus d'institutionnalisation de ce club, permise par l'accès à certaines de ses archives et par la conduite d'entretiens semi-directifs, prouve qu'il est constitué par l'intersection conflictualisée de réseaux différenciés et concurrentiels. En fait, son processus d'institution a pour enjeu la définition localisée d'un groupe social spécifique aux institutions ferroviaires : les "cheminots".

I - L'ASPOM, RÉSEAU DE RÉSEAUX

4Le club est marqué par une logique de concurrence entre réseaux qui s'apparente fort à une logique dialectique. En effet, son processus d'institutionnalisation est marqué par des luttes entre un réseau de "cadres-dirigeants" et les réseaux constitutifs des sections, dont l'objectivation conduit certains agents qui en sont membres à revendiquer le monopole de la gestion de l'association. En plus l'ASPOM est marquée par des luttes spécifiquement sportives pour l'imposition de normes : le club connaît une vive compétition entre réseaux poussant à l'imposition du "sport-loisir" et réseaux poussant à l'idéalisation du "sport-compétition".

A. UNE DIALECTIQUE RÉSEAUX DE DIRIGEANTS/RÉSEAUX CONSTITUTIFS DES SECTIONS

5Dans la mesure où le club est marqué par une totalisation tendancielle, il y a de fortes chances pour que le "personnel d'encadrement" de l'institution ferroviaire en ait la direction. Depuis sa genèse jusqu'en 1985, année où sont institués des Comités d'Etablissement Régionaux élus par les salariés à la SNCF, l'ASPOM est dirigée par des cadres de l'entreprise. Ils forment un réseau corrélant la logique de domination entrepreneuriale à la logique des investissements sportifs. Ces derniers portent alors d'autant plus les signes d'une totalisation qu'ils ne prennent sens que dans une lutte les opposant au personnel d'encadrement : cette lutte tend à les confirmer dans leur rôle de "reclus" car elle contribue à l'objectivation des investissements associatifs/sportifs sous la forme d'autres réseaux.

1. Une logique d'investissement des cadres de l'entreprise ferroviaire dans le club : la construction d'un "réseau de cadres dirigeants"

6Bourdieu émet l'hypothèse que le sport, jusque dans ses modalités pratiques d'organisation présente, porte "la marque de ses origines". En ce qui concerne l'ASPOM, sa sociogenèse révèle que c'est un club d'emblée dirigé par les cadres des entreprises ferroviaires au sein desquelles il est emboîté. Les deux clubs dépendants des Chemins de Fer du Midi ou du Paris-Orléans sont dirigés par des "cadres", tout comme l'ASPOM, créée suite à la fusion des deux compagnies en 1935. La constitution de la SNCF, en 1938, ne fera qu'entériner cette suite de logiques d'investissements de cadres d'une entreprise ferroviaire prenant en charge toutes les phases de la vie de ses agents. Cependant, il n'y a pas de "déterminisme de classe" précis dans ce processus : certes, il est possible d'y voir un effet des propriétés structurantes d'un hypothétique champ des pratiques sportives, sachant que les premières associations sportives sont dirigées par des membres des classes dominantes.

7Pour autant, il n'est pas possible d'ignorer que le club est marqué par une démocratisation fonctionnelle de ses structures institutionnelles : en plus de quatre-vingts ans d'existence, l'ASPOM a changé sept fois de statuts et chaque fois l'espace de la négociation a été développé au détriment du rôle officiel du Président. Mais ce dernier reste le garant de l'économie des échanges sportifs dans le club dont il contrôle le régime des censures croisées. En tant que cadre de l'institution ferroviaire et cadre de l'institution sportive, il bénéficie d'une position lui permettant de jouer sur le "coefficient de perméabilité de l'institution". L'entrepreneurial structurellement conflictuel est ainsi dilué au sein d'une institution sportive contribuant à l'amnésie de ce cadre par l'amnésie de sa propre genèse : le conflit salarial fondant l'institution ferroviaire est hors du champ du "sportivement correct" du fait de l'objectivation d'un "réseau de cadres dirigeants".

2. La totalisation des réseaux sportifs spécialisés et des nouveaux réseaux de direction du club

8Le nombre de sections de l'ASPOM est variable. Qui plus est, la structure institutionnelle de ces groupements sportifs spécialisés tend à la volatilité. Dans l'ensemble, cependant, c'est toujours le Président de section qui gère les relations officielles avec le Comité Directeur du club omnisports : ces relations sont souvent problématiques, non pas tant parce que chaque pratique sportive est spécifique que parce que les sections sont constituées sur la base de réseaux égocentrés, autour d'un sportif "exemplaire", qui leur confère des virtualités centripètes. Pour autant, les têtes de ces réseaux envisagent leur biographie dans leur ensemble sous le signe d'une dépendance ontologique par rapport à l'entreprise ferroviaire, ne fussent-ils même pas agents SNCF (cas d'entraîneurs), la section fût-elle scissionniste par rapport au club.

9L'objectivation de nouveaux réseaux de direction dans les années quatre-vingt confirme cette totalisation tendancielle des investissements associatifs/sportifs à l'ASPOM. Ainsi, les changements sociaux à la SNCF, se traduisant notamment par des accès facilités aux catégories intermédiaires regroupées sous le vocable "maîtrise", à partir des années soixante-dix, conduisent à l'objectivation d'un réseau de "reclus-dirigeants". Formé d'agents qui pensent devoir tout à l'institution ferroviaire, cette logique collective d'investissements sportifs va bénéficier de conditions institutionnelles favorables avec la mise en place de CE élus. Et, comme sous l'effet de l'anxiété caractéristique des situations de libération des reclus d'une institution totale, les membres de ce réseau vont être poussés à une inflation emblématique.

10L'ASPOM se voit dotée de nouveaux marqueurs. Mais les emblèmes ne suffisent pas dans un club qui porte la marque de rapports sociaux conflictuels et de relations sociales totalisées. C'est ainsi que dans la fin des années quatre-vingt, l'ASPOM est en crise : par-delà la rotation accélérée des Présidents, cette crise révèle que, désormais, sa gestion est de plus en plus conflictuelle. Elle est marquée par des luttes avivées entre agents dominés dans l'institution ferroviaire : les uns tendent à oublier leur condition de dominés dans leurs investissements sportifs, ce sont les "reclus-dirigeants" ; les autres contestent la totalisation de leurs investissements sportifs et forment un réseau "anti-totalisé".

11Les membres de ce dernier, bénéficiant de positions de domination au sein du CER de Bordeaux vont prendre le contrôle du club. Pour autant, ce contrôle n'est pas total, car l'ASPOM est insérée dans un enchevêtrement d'affiliations fédérales, dont notamment les affiliations au "sport-cheminot" : l'Union Sportive des Cheminots de France reste longtemps une structure totalisée, en particulier au niveau de l'Association Sportive des Cheminots du Sud-Ouest, difficilement transformée en Comité Atlantique de l'USCF après que le CE se soit vu reconnaître la "prise en charge des activités sociales" en 1987.

12Et, par-delà ces logiques d'investissement de positions institutionnelles s'objectivant sous forme de réseaux concurrentiels, ce sont les logiques d'investissement de positions du corps qui sont en jeu, autrement dit les normes sportives.

B. CONCURRENCE DE RÉSEAUX ET LUTTES POUR L'IMPOSITION DE NORMES SPORTIVES ANTAGONISTES ET INTERDÉPENDANTES

13L'ASPOM intègre des normes sportives divergentes : la lutte pour l'imposition du "sport-loisir" face au “sport-compétition" est une caractéristique structurale du club. Elle a pour enjeu l'imposition de normes qui sont simultanément sportives et sociales, c'est-à-dire qu'elles ont pour enjeu la traduction ou non d'un cadre entrepreneuriale conflictualisé dans un cadre sportif euphémisé. La mise en réseau des agents vecteurs de ces normes le fait bien apparaître.

1. Des réseaux associatifs/sportifs antagonistes ayant pour source des investissements divergents dans des institutions sportives mises en concurrence

14Les réseaux tendanciellement totalisés par les rétributions pratiques et symboliques qu'ils garantissent, poussent à l'adoption d'une idéalisation du sport comme essentiellement compétitif. Cadres-dirigeants et sportifs dominés, reclus-dirigeants en arrivent ainsi à manifester un "engagement mutuel et identique dans l'entité institutionnelle" que forme l'entreprise ferroviaire. Le Président, notamment, est contraint à la défense du "sport-compétition" parce qu'il tire les ressources le confirmant dans sa position de son investissement dans les structures fédérées du sport-cheminot.

15A partir du moment où le réseau de cadres-dirigeants tend à la désobjectivation, les rétributions matérielles et symboliques qu'il garantit à ses derniers membres voient leur valeur diminuer. Aussi l'imposition de la norme du "sport-compétition" faiblit-elle pour laisser cours à l'objectivation, dans la définition des pratiques sportives concrètes, des techniques du corps, du "sport-loisir". Ce processus est conflictuel car les normes de "sport-loisir" sont d'abord idéalisées par des agents dominés dans l'institution ferroviaire, et, lorsqu'elles tendront à être mises en forme dans les années quatre-vingt, elles seront prises en charge par des reclus contestant leur condition. Aussi la tête du réseau "anti-totalisé" sera-t-elle conduite à adopter la posture de l'entrepreneur de morale, d'autant que cet agent est membre d'une FSGT longtemps censurée à l'ASPOM !

16Or, le club reste un, tout en changeant, et en changeant même de représentations normatives des techniques du corps.

2. Un équilibre des tensions entre normes sportives divergentes

17Deux conceptions des usages sportifs du corps sont donc légitimes au sein de l'ASPOM. Ces normes d'investissements sportifs sont constituées dans les réseaux égocentrés constitutifs des sections, c'est-à-dire au plus près de pratiques mettant les corps en jeu. Elles s'objectivent également dans le "jeu à deux étages" (Elias) entre réseaux totalisés et réseaux non-totalisés. Légitimes au niveau institutionnel et au niveau pratique, ces normes vont être quasiment incorporées par les présidents successifs du club. Ce sera notamment le cas lorsque le Président sera la tête du réseau de "reclus-dirigeants" : il intégrera d'autant plus les tensions entre normes sportives divergentes qu'il sera stigmatisé comme un "privilégié" par les agents du réseau "anti-totalisé". Lutte de dominés entre eux mais qui ne perçoivent pas leurs investissements sportifs de la même manière, les uns jouant le jeu de la totalisation, les autres le contestant.

18La fête de l'ASPOM, sorte de kermesse sportive instituée en 1981, forme un réseau partiel d'euphémisation de cette logique de concurrence ternaire entre trois réseaux. Récréation annuelle assurant la re-création du groupement sportif par sa mise en scène idéalisée, c'est un réseau totalisé, marqué par des "mini-compétitions". Elle laisse ainsi libre cours à des "libertés" pouvant aller jusqu'à cette "inversion des rôles rituels" décrite par Goffman lorsqu'il analyse les pratiques festives dans les asiles : ces "libertés" sont éphémères et ne font en fait que confirmer des rôles et, partant, des relations sociales de domination. Lorsque le réseau de "reclus-dirigeants" gère le club, de 1986 à 1990, la fête de l'ASPOM ne peut que devenir objet et enjeu de luttes. A partir du moment où le réseau "anti-totalisé" s'impose, la fête de l'ASPOM est censée devenir le vecteur essentiellement à usage externe par rapport au club, de normes sportives de loisir. Plus, elle doit symboliser le fait que les investissements sportifs se font d'abord sur une base "loisirs", et qu'ils portant également le sceau des "cheminots".

19En effet, cet événement répétitif contribue à l'objectivation du club comme réseau de construction localisée du groupe "cheminot" dans l'agglomération bordelaise. Les réseaux sociologiquement objectivés, fondés sur des normes spécifiques, voire divergentes, issus de modalités pratiques et symboliques de mise en forme corporelle d'une domination hors de la logique du salariat, ont aussi pour enjeu l'entretien d'un groupe social.

II- L'ASPOM, RÉSEAU LOCALISÉ DE CONSTRUCTION SOCIALE DU GROUPE "CHEMINOT"

20Le club est politiquement constitué : son institutionnalisation est un enjeu politique permettant l'imposition d'une "vision des divisions" (Bourdieu). Par-delà les enjeux circonstanciés d'élections âprement disputées pour la conquête des postes de direction du club, en particulier entre agents de réseaux concurrentiels, la formalisation de cette institution sportive n'est jamais fixée parce que c'est un réseau garantissant l'objectivation d'un ensemble flou. Deux phénomènes distincts et complémentaires se conjuguent dans l'objectivation d'une catégorie de classement humain par le sport : on sait depuis la démonstration fondamentale de Durkheim et Mauss que classement et jugement tendent à se confondre dans l'objectivation des groupes. En ce qui concerne l'ASPOM, le terme "cheminot" qui marque progressivement le club apparaît d'abord comme un label d'ordre d'abord symbolique. Mais en fait, dans la mesure où la stigmatisation des investissements associatifs/sportifs à l'ASPOM et dans l'ASPOM repose sur des réseaux concurrents prenant leur source dans les rôles qu'imposent les tendances totalisantes de l'institution ferroviaire, elles-mêmes adossées aux rapports sociaux de domination la fondant, ces derniers ont de grandes chances d'être fétichisés.

A. LA STIGMATISATION DES INVESTISSEMENTS ASSOCIATIFS/SPORTIFS PERMET L'IMPOSITION DU LABEL "CHEMINOT"

21L'ASPOM club cheminot ? Voilà qui ne va pas de soi. L'imposition d'un tel substantif fluctue d'autant plus que ce terme n'a rien de naturel. Ses acceptions en sont historiquement fluctuantes : c'est bien un stigmate puisqu'il est, à l'origine, négativement connoté. Par le biais des investissements associatifs/sportifs, il va tendre à être idéalisé, dans la mesure où il est fondé sur des rapports subjectivés à un corps idéalisé. Il repose donc bien sur une naturalisation, constituée par des tensions sportives trouvant leurs sources dans le jeu de concurrence réticulaire précédemment esquissé. Mais il repose également sur une institutionnalisation relative, parce que l'imposition de ce label au club passe par des rites d'institution, eux-mêmes tributaires de cette concurrence.

1. La naturalisation d'un label : la production du double corps cheminot

22Le label "cheminot" s'impose malgré des usages sociaux divergents au sein de l'ASPOM. C'est par un véritable acte magique que ce vocable s'impose comme une réalité unique. Quelle magie, en effet, que la confusion entre l'entretien du corps sociologique — la "corporation" des "cheminots" — et l'entretien du (ou des) corps physiologique(s) !

23Pour les membres du réseau de "cadres-dirigeants", la logique d'appropriation du label "cheminot" passe par un droit à la dénégation de celui-ci, à son usage souple. Ainsi, les dirigeants du club, lorsqu'ils sont cadres de l'entreprise, bénéficient du droit de disqualification partielle de ceux qui se conforment aux postures de reclus. Ce droit est constitutif de leur "pouvoir" parce qu'ils ont intérêt à être désintéressés. En se conformant à l'univers du "personnel d'encadrement", ils ne se font pas pour autant les exécutants cyniques d'une politique machiavélique de la direction de l'entreprise ferroviaire. Ce sont au contraire des dirigeants sportifs bénévoles et désintéressés. Le droit à la dénégation du label cheminot, pour ce type d'agent, permet l'idéalisation d'une sociabilité sportive euphémisée, garantit la sincérité de leurs investissements associatifs/sportifs.

24Les agents endossant les rôles de reclus n'ont évidemment pas ce droit : qu'il s'agisse des "reclus-dirigeants" ou des "anti-totalisés", l'usage du label cheminot est rigide. Il assure notamment la territorialisation du groupe, à la manière d'une morphologie sociale, par une appropriation "cheminote" des équipements. Aussi la stigmatisation des investissements associatifs/sportifs est-elle solidifiée : elle met en jeu simultanément l'identité collective et l'identité individuelle — celle dont les corps physiologiques sont les vecteurs. Ce processus marque d'abord les agents du réseau de "reclus-dirigeants" qui mettent en œuvre des techniques de mortification allant jusqu'au don de soi, pour le groupe "cheminot" et pour l'institution ferroviaire dans son ensemble. Les agents du réseau "anti-totalisé" sont eux-mêmes d'autant plus investis dans ce processus qu'ils idéalisent fortement le "sport-loisir", contribuant à la totalisation de l'ASPOM alors même que toute leur biographie les pousse à contester les tendances totalisantes de l'institution ferroviaire !

25Aussi des rituels de confirmation de l'institution ferroviaire tendent-ils à transcender les tensions entre réseaux de sportifs socialement dominés. Ces rituels garantissent en effet l'identité cheminote des corps et ainsi leur stigmatisation entrepreneuriale. A plus forte raison s'ils sont officialisés, autrement dit s'ils prennent la forme de statuts.

2. L'institutionnalisation d'un label

26Les statuts n'officialisent l'identité cheminote de l'ASPOM qu'à partir de 1985, c'est-à-dire quand la tendance à la désobjectivation du réseau de cadres-dirigeants s'accélère. Le flou quant à l'officialisation de l'identité cheminote du club qui régnait précédemment garantissait des investissements associatifs/sportifs euphémisés et amnésiques. La rupture avec ce flou va pousser à la mise en forme du club comme représentant du groupe cheminot. Progressivement, ce n'est pas tant les cheminots qui font le club que le club qui fait les cheminots, au moins dans l'agglomération bordelaise. L'extension d'une identité cheminote officielle au sein de cette institution sportive est bien un processus politique, résultant de la concurrence réticulaire la structurant. En effet, les dirigeants sont les premiers concernés par l'exclusive d'une qualité de cheminot pour être élus.

27Et ce sont surtout les agents du réseau "anti-totalisé" qui contribuent à la solidification de telles exclusives, en imposant des formes de catégorisation toujours plus achevées des membres du club. Les taxinomies pratiques qu'ils mettent en œuvre sont l'occasion d'imposer des limites arbitraires de plus en plus précises quant à la qualité (ou non) de "cheminot". Pour autant, cette solidification de l'identité cheminote par le biais de l'ASPOM reste limitée parce que le club est ouvert aux non-cheminots. Elle se joue plus précisément au plus près des pratiques sportives, des investissements physiques de soi, mais, simultanément, parce qu'elle assure des rencontres avec d'autres agents sociaux, son usage est limité en pratique. Cette identité cheminote tend à être confinée dans une sphère statutaire certes, mais dans un même temps, elle contribue à la définition de l'usage concret des équipements du club, donc à la définition des pratiques sportives. En particulier lorsque celles-ci prennent la forme de pratiques de loisir, de sports individuels et hédonistes, parce qu'elles s'opposent a priori à la totalisation des usages du corps à la SNCF.

28Pourtant, faire de l'ASPOM une instance de représentation des cheminots de l'agglomération bordelaise, c'est tendre à fétichiser les rapports sociaux de domination propres à l'institution ferroviaire.

B. L'ASPOM, RÉSEAU PÉRIPHÉRIQUE DE FÉTICHISATION DES RAPPORTS SOCIAUX DE DOMINATION PROPRES À L'INSTITUTION FERROVIAIRE

29L'institution sportive est constituée par des phénomènes de représentation, passant par des procédures de délégation, des élections disputées, notamment entre représentants de réseaux antagonistes et complémentaires. Donc, il y a de fortes chances pour que le sport institué à l'ASPOM soit aussi un fétiche, mettant en jeu la construction conflictualisée du groupe cheminot. D'autant plus qu'est mis en branle un processus de domination touchant les identités physiologiques des individus. Il ne faudrait certes pas exagérer la portée de ce processus : les agents SNCF forment environ 60 % des effectifs du club. Qui plus est, les mécanismes de domination par le sport apparaissent comme des enjeux moins centraux quant à la structuration des rapports sociaux dans l'entreprise ferroviaire que les luttes statutaires ou les négociations salariales.

30Mais il était intéressant de montrer que les dirigeants du club notamment investissent des réseaux concurrentiels au sein desquels ne peuvent être que développées des acceptions antagonistes du "groupe cheminot". Si bien que la direction du club, autrement dit le droit à l'exercice d'une forme de contrainte physique légitime, permet d'assurer la cohésion d'un ensemble d'autant plus flou — le groupe "cheminot" — qu'il apparaît comme l'objectivation de rapports structuraux de domination spécifiques à l'institution ferroviaire.

1. Des représentations antagonistes du groupe "cheminot" au sein de réseaux associatifs/sportifs concurrentiels

31Les agents des réseaux de "cadres-dirigeants" et de "reclus-dirigeants" sont les vecteurs de représentations euphémisées du groupe, alors que les représentants du réseau "anti-totalisé" sont poussés à mettre en exergue des idéalisations conflictualisées de celui-ci.

32Tout paraît en effet se passer comme si les agents du réseau de cadres-dirigeants portaient les stigmates de leurs engagements totalisés, en particulier à l'occasion de rites d'institution confirmant leur position dans l'institution ferroviaire (assemblées générales de l'USCF et de l'ASCSO notamment). En pratique, l'euphémisation de la représentation du groupe cheminot au sein des réseaux de cadres dirigeants repose sur des contraintes matérielles de gestion des pratiques sportives. Ces contraintes vont jusqu'à garantir la reproduction de ce groupe, étant donné qu'à l'USCF, les dirigeants vont jusqu'à s'inquiéter du recrutement des apprentis dans les clubs sportifs qu'ils coordonnent. Mais, dans la mesure où ils reconnaissent la persistance d'un flou structurel dans ce travail de coordination, les représentations du groupe cheminot sont d'autant plus euphémisées... Logique circulaire qui ne pouvait que tendre à l'obsolescence.

33Les agents de réseaux anti-totalisés, eux, vont être les vecteurs de représentations conflictualisées du groupe, du fait du jeu de concurrence réticulaire fondant l'ASPOM. Qui plus est, ils sont souvent investis dans des institutions concurrençant la direction de la SNCF sur le terrain des rapports sociaux concrets : leur appartenance à la CGT notamment les conduit, et dans leurs carrières associatives/sportives et dans leurs carrières "socio-professionnelles", à être directement confrontés aux agents du réseau de cadres dirigeants. Leurs doubles jeux et leurs double-je en sortent ainsi renforcés. Idéalisation de pratiques sportives de loisir et idéalisation d'images conflictualisées du groupe cheminot se conjuguent donc à l'ASPOM. Mais, au total, ce sont des idéalisations euphémisées qui l'emportent, parce que les agents du réseau anti-totalisé ne peuvent aller trop loin dans la conflictualisation de l'identité cheminote par le sport : ils remettraient en cause les conditions même de leur légitimité sportive. Finalement, ils bénéficient d'une échappatoire qui consiste dans l'organisation de rencontres, de débats, sous l'égide de la FSGT : mais celles-ci apparaissent en fait comme des pratiques similaires à la "rétroaction didactique” des institutions totales "modernes". Si le groupe cheminot est symboliquement reconstitué par la définition d'engagements sportifs de "loisir", l'entreprise ferroviaire finit par être idéalisée.

2. L'ASPOM, réseau de cohésion d'un ensemble forcément flou

34Il ne faudrait pas exagérer, au terme de cette présentation succincte, la portée d'une propriété transitive des réseaux. Les réseaux n'ont pas d'essence : ils ne sont vecteurs de normes que sous l'effet de contraintes spécifiques de situation et de position des agents qui les investissent. Dans le cas de l'ASPOM, ces contraintes sont certes liées aux propriétés totalisantes de l'institution ferroviaire (comme contraintes de situations), mais elles doivent aussi être corrélées a un cadre entrepreneurial marqué par des rapports sociaux conflictuels, déterminant des contraintes de position.

35L'institutionnalisation de CE élus permet l'ouverture, dans les années quatre-vingt, d'un espace de compétition spécifiquement politique entre dominants et dominés qui investissent le club. Mais cela ne signifie pas pour autant que le club traduit immédiatement l'entrepreneurial conflictuel dans les investissements sportifs. Cela ne signifie pas non plus que ces derniers ont des propriétés euphémisantes en soi quant à une traduction virtuelle de la lutte des classes objectivée à la SNCF. L'euphémisation des rapports sociaux conflictuels à la SNCF, par le sport, est tributaire des usages sociaux de ce dernier, usages largement rédhibitoires du jeu de concurrence réticulaire analysé. Ainsi les "reclus-dirigeants" intègrent-ils des représentations "mixtes" (qui s'en serait étonné ?) du groupe cheminot, simultanément conflictualisées et euphémisées. Et, alors que les agents luttant contre les conditions de la totalisation de leurs rôles, voire de leurs positions, sont contraints à la perpétuation du club, et, partant, à l'adoption de représentation euphémisées du groupe "cheminot", ils contribuent à l'objectivation d'un processus symbolique autonome qui confirme les rapports structuraux de domination propres à l'institution ferroviaire. Dominés dans le cadre entrepreneurial, dominants dans un cadre sportif, ils sont contraints de "calmer le jeu".

36Tout finit par se passer comme si le réseau anti-totalisé devait inéluctablement être retotalisé, comme si les agents qui le forment en arrivent à un point où, par la gestion concrète de l'ASPOM, ils ne peuvent plus séparer les différentes "phases de leur vie"... voire même les différentes phases de la vie des "non-cheminots", qui sont censées prendre sens par rapport aux relations sportives instituées dans l'institution ferroviaire. Aussi les réseaux objectivés dans le cadre de l'ASPOM tendent-ils à s'étendre à la périphérie de l'institution ferroviaire, simultanément sociale et spatiale/territoriale. Le "sport cheminot" occupe ainsi une place non négligeable dans la politique sportive de la municipalité de Bègles. Finalement, l'institution ferroviaire est imposée à un "milieu" d'autant plus vague que les investissements légitimes pour les agents s'opposant symboliquement aux conditions de la totalisation du sport sont à base "loisir", supposant la gratuité, le "don de soi". L'imposition d'un capital sportif à l'état incorporé, allant jusqu'à déborder le groupe des cheminots, est bien une preuve que les investissements associatifs/sportifs à l'ASPOM sont loin d'être assurés contre les conditions de leur totalisation.

37N'a-t-on pas trop vite oublié que le don est un phénomène social total qui, transcendant les sphères du public et du privé, ne peut être effacé ? Le sport, en tant qu'objectivation de techniques du corps, ne ramène-t-il pas constamment à cet archaïsme ?

Bibliographie

Eléments de bibliographie

Références sociologiques générales

BECKER H.S., Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris : A.M. Métailié, 1985.

BERGER P., LUCKMANN T., La construction sociale de la réalité, Paris : Méridiens Klincksiek, 1988.

BOLTANSKI L„ Les cadres. La formation d'un groupe social, Paris : Les Editions de Minuit, 1983, coll. "Le sens commun".

BOURDIEU P., "La délégation et le fétichisme politique", in Choses dites, Paris : Les Editions de Minuit, 1989, p. 185-202, coll. "Le sens commun".

——————, "Les rites d'institution”, in Ce que parler veut dire, Paris : Fayard, 1982, p. 121-134.

DOUGLAS M., Ainsi pensent les institutions, Paris : USHER, 1989.

DURKHEIM E., MAUSS M., "De quelques formes primitives de classification", in M. MAUSS, Essais de sociologie, Paris : Points, 1971, p. 162-230 "Sciences humaines".

ELIAS N., Qu'est-ce que la sociologie ?, Paris : Pandora, 1981, "Des sociétés".

——————, La Société des Individus, Paris : Fayard, 1991.

——————, Engagement et distanciation, Paris : Fayard, 1993.

GEERTZ C., Local Knowledge. Further Essays in Interpretive Anthropology, New York : Basic Books inc., 1983.

GIDDENS A., La constitution de la société, éléments de théorie de la structuration, Paris : PUF, 1987.

GOFFMAN E., Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, Paris : Les Editions de Minuit, 1968, coll. "Le sens commun".

——————, La mise en scène de la vie quotidienne, t. 1-2, Paris : Les Editions de Minuit, 1973, coll. "Le sens commun".

——————, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris : Les Editions de Minuit, 1975, coll. "Le sens commun".

——————, Les cadres de l'expérience, Paris : Les Editions de Minuit, 1991, coll. “Le sens commun".

GOODY J., La raison graphique, Paris : Les Editions de Minuit, 1979, coll. "Le sens commun".

MAUSS M., "Essai sur le don, Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques", in Sociologie et anthropologie, Paris : PUF, 1983, p. 144-283.

WEBER M., Economie et Société, t. 1, Paris : Plon, 1971.

WRIGHT MILLS C., L'imagination sociologique, Paris : Maspéro, 1967, coll. "Textes à l'appui".

Sur le sport

BOURDIEU P., "Comment peut-on être sportif", in Questions de sociologie, Paris : Les Editions de Minuit, 1975, p. 173-195.

——————, "Programme pour une sociologie du sport", in Choses Dites, op. cit., p. 203-216.

CALLÈDE J.-P., L'esprit sportif, essai sur le développement associatif de la culture sportive, Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1987.

CARON A., "Le sport et l'entreprise", in Sociologie Santé, no 7, décembre 1992, p. 157-164.

CALVET J., "Sport et culture d'entreprise aujourd'hui. Echos des Assises de Colombes", in Sociologie Santé, no 7, décembre 1992, p. 173-178.

DUNNING E., ELIAS N., Quest for Excitment. Sport and Leisure in the Civilizing Process, Oxford : Basil Blackwell, 1986.

MAUSS M., "Les techniques du corps", in Sociologie et anthropologie, op. cit., p. 365-388.

Sur les cheminots et les rapports sociaux à la SNCF

RIBEILL G., Les cheminots, Paris : La Découverte, 1985, coll. "Repères".

Sur la notion de réseau

BURT R. S., MINOR J., ed., Applied Network Analysis : a Methodological Introduction, London : Sage Publications, 1984.

DUJARDIN P., "Processus et propriétés de la mise en réseau : débats, problématiques, propositions", in Du groupe au réseau (actes du colloque du centre de politologie historique, Université de Lyon III, 1986), Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 1987, p. 5-27.

HANNERZ U., Explorer la ville, Paris : Les Editions de Minuit, 1983, coll. "Le sens commun".

MARSDEN P. V., LIN N., ed., Social Structure and Network Analysis, London : Sage Publications, 1984.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.