Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Socialisation, sociabilité et construction identitaire

La société Athlétique de la Villa Primrose : du sport d’élite à la démocratisation

Françoise Taliano-Des Garets

Texte intégral

1On parle volontiers de légende à propos de l'histoire du tennis. Une histoire qui aurait ses héros, ses combats épiques, ses héroïnes. Une mythologie aristocratique au sens élitiste du terme accompagne l'évocation des années de naissance de ce sport. L'histoire des grands clubs français qui ont introduit dans notre pays aux alentours des années 1870 le jeu du major Wingfield a contribué à alimenter le mythe.

2Dans le cas de la Société athlétique de la Villa Primrose, il puise sa source à travers une double réalité : l'identité sociale du club et de ses membres, d'une part, et le niveau sportif d'autre part. Ces deux critères, constamment présents dans l'histoire de la SAVP, placent cette association au sommet de la hiérarchie des clubs bordelais et au nombre des clubs français les plus prestigieux. Club d'élite donc, par son recrutement et par sa position locale, la SAVP l'est depuis l'origine et il semble bien aujourd'hui qu'elle le soit encore dans les mentalités locales.

3Le tennis durant ces quelque quatre-vingt-dix-sept années d'existence a pourtant connu en France une vague de démocratisation surtout sensible à partir des années soixante-dix. Il est désormais pratiqué par des catégories sociales plus diversifiées. La SAVP, toujours perçue comme un club d'excellence serait-elle donc demeurée à l'écart de ce mouvement de fond ? Ou serait-ce que les représentations collectives ont un temps de retard par rapport aux changements réels ? Les dimensions sociales et sportives à travers leur évolution dans le temps peuvent nous apporter quelques éléments de réponse.

la savp, un club d’élite, des origines au deuxième après-guerre

Les origines d’un club mondain

4Au cours de ses cinquante premières années de vie Primrose a maintenu sa spécificité de club d'élite tant par son recrutement social que par son histoire sportive.

  • 1 Les influences anglaises ont été directes pour les clubs du Havre, de Dinard ou de Lyon dans les a (...)
  • 2 PÉLISSIER Catherine, Les pratiques sportives des élites lyonnaises au xixe siècle, dans Jeux et sp (...)
  • 3 Voir AUGUSTIN J.-P. et BERGES M„ "Sports et société locale : le rugby à Bordeaux" dans Sports et s (...)
  • 4 L'engouement pour ce sport se vérifie dans l'étude de Jean-Paul Callède sur le Stade Bordelais : D (...)

5De la même manière que dans d'autres villes françaises, le tennis est arrivé sur les bords de la Garonne en ce dernier tiers du xixe siècle par le biais des influences anglaises1. Catherine Péllisier a par exemple montré pour le Tennis Club de Lyon la francisation progressive d'un club au départ créé et dirigé par des ressortissants britanniques2. À Bordeaux, le tennis doit son apparition — et en cela il ressemble au rugby3 — à l'activité portuaire qui fait de Bordeaux une ville particulièrement perméable à l'anglomanie de cette fin de siècle. Rien d'étonnant donc si le tennis entre d'abord dans les propriétés de deux familles des Chartrons très sensibles à tout ce qui pouvait venir d'outre-Manche : les familles Lawton et Guestier. C'est donc à Floirac, sur la rive gauche, que l'on traça pour la première fois en Gironde un périmètre de jeu et que l'on tendit sur la largeur de celui-ci un filet pour échanger quelques balles. Les amateurs de ce tout jeune sport étaient suffisamment nombreux4 pour les inciter dans un second temps, cette fois sur l'autre rive, à créer une association sportive. Le choix se porta sur un site un peu à l'écart du centre de Bordeaux, dans la périphérie caudéranaise appelée à devenir résidentielle.

  • 5 BUTEL Paul, Les dynasties bordelaises de Colbert à Chaban. Perrin, 1991.
  • 6 Voir à ce propos : BONIN Hubert, "Les élites économiques de fin de siècle en Aquitaine (fin xixe s (...)

6C'est en mai 1897 que la SAVP voit le jour adoptant le nom de société athlétique afin d'échapper à l'impôt sur les cercles. Parmi les fondateurs reviennent les noms du négoce bordelais, comme les Lawton qui vont assurer la présidence à trois reprises, les de Luze, les du Vivier, ou les Pelleport-Burète. Tous font partie de ce que Paul Butel a identifié sous le vocable de "dynasties bordelaises"5. S'y côtoient des familles issues du négoce des vins (les Barton, les Guestier, les Johnston, les Lawton, les Schröder), du négoce portuaire (les Maurel), de la banque (les Piganeau, les Samazeuilh)6.

  • 7 WASER Anne-Marie, Le marché des partenaires, études de trois clubs de tennis, Actes de la recherch (...)

7Le mode de recrutement va assurer une identité sociale stable. Les statuts distinguent trois catégories d'adhérents : joueurs permanents, non-joueurs, membres temporaires (admis pour trois mois seulement). Pour devenir membre permanent, un "étranger" doit être présenté par deux permanents. La candidature est ensuite affichée pendant huit jours dans le club avant d'être soumise à un vote secret. Un seul vote négatif compromet la demande. Par ailleurs un droit d'entrée est exigé équivalent à 50 % de la cotisation annuelle. Le recrutement souhaité est sélectif et fortement personnalisé, de manière à préserver l'homogénéité sociale de départ. Il garantit une forte cohésion entre les membres, un fort sentiment d'appartenance voire "un esprit de famille" qui se transmet de génération en génération. Le constat est identique dans d'autres clubs français fondés au siècle dernier. Citons ici le travail mené par Anne-Marie Waser sur le Tennis club de Strasbourg qui relate des pratiques tout à fait similaires7 le filtrage social étant le meilleur gage de l'harmonie du groupe. Les documents relatifs au recrutement de la SAVP, malheureusement très sporadiques, ne permettent pas d'établir d'étude statistique totalement exhaustive. Une liste datant du début du siècle montre cependant, à partir des adresses des adhérents, une origine sociale et géographique très polarisée. Le quartier des Chartrons, du Jardin public, et leur prolongement en direction des allées Tourny et de la place des Quinconces sont fortement représentés.

  • 8 Voir à ce sujet, DUFORT Norbert, Aspects de la vie culturelle bordelaise au xix e siècle, Talence  (...)
  • 9 PÉLISSIER Catherine, op. cit.

8En outre, les pratiques sociales, les mœurs de la Villa Primrose la distinguent peu des cercles mondains de la Belle époque et l'on ne s'étonnera pas de voir les Primrosiens fréquenter d'autres cercles comme par exemple l'Union-club bordelais. La création de la SAVP s'inscrit en effet dans un contexte plus large de développement du phénomène associatif8. Dans l'article 28 des statuts de la villa Primrose, il est dit que le conseil a pour mission "de faire respecter l'ordre et les habitudes de la bonne société" et, dans l'article 30, qu'il peut exclure quiconque "se permettrait de violer gravement, soit dans la société, soit en dehors... les règles de l'honneur ou de la bienséance". On peut lire aussi dans l'article 29 que "toute discussion politique ou religieuse, tous jeux de cartes ou de hasard, tous paris d'argent sont formellement interdits". La multiconfessionnalité n'est pas inintéressante étant donné l'appartenance des fondateurs de la société à l'église réformée. Le contexte politique houleux d'une France divisée par l'affaire Dreyfus a peut-être également influé sur cette tolérance. Notons que le Tennis Club de Lyon présente des caractéristiques identiques, les considérations ludiques et sportives l'emportant sur les clivages politiques ou religieux9.

  • 10 Le National 1970, 4 au 11 octobre 1970.
  • 11 Ibid.
  • 12 Tout ceci corrobore ce que Paul Butel relate sur la vie quotidienne des familles des Chartrons.

9Daniel Lawton, fils d'Edouard Lawton premier président de la SAVP, résumait dans les années soixante-dix l'ambiance par ces qualificatifs : "Cercle mondain et un peu snob dans ses débuts10." De même l'un des mousquetaires Jacques Brugnon en retenait : "le charme, la courtoisie souriante de l'accueil réservé aux visiteurs par la Villa..., l'élégance de l'heure du thé..."11. Autant d'indices que confirment les sports annexes pratiqués à Primrose comme le tir au pigeon ou le hockey, ou encore les manifestations festives et le personnel attaché à l'association, marque tangible du standing du club. Dîners, réceptions, rythment l'année et leur préparation alimente tout autant les débats du conseil d'administration que les épreuves sportives12.

L’esprit de compétition

  • 13 PÉLISSIER Catherine, op. cit.
  • 14 BUTEL Paul, op. cit.

10Mais avant tout Primrose a été fondé dans un but sportif. Club d'élite, la SAVP veut aussi le prouver par le niveau de ses joueurs. Ceci distingue le club bordelais, à ses débuts, de son homologue lyonnais dont les membres évitent, de préférence, les compétitions interclubs13. Paul Butel analyse volontiers l'engouement des Chartrons pour la compétition par un désir de "briller", une transposition de l'esprit d'entreprise au domaine du sport14. La SAVP prend donc l'initiative de tournois et participe à des rencontres interclubs. En 1899 elle a demandé son inscription aux championnats de l'USFSA (Union des sociétés françaises de sports athlétiques fondée le 9 novembre 1887 à l'initiative du Racing Club de France et du Stade Français). Elle parvient à présenter des joueurs de bon niveau dans les compétitions nationales : Albert de Luze, aussi connu pour ses talents au jeu de paume, Daniel Lawton en 1908 qui atteint les demi-finales du championnat de France. Les exploits de Jean Samazeuilh, champion de France en 1921, de François Blanchy qui décroche ce titre en 1923 confortent la renommée de Primrose. Blanchy, Lawton et Samazeuilh participent aux Jeux olympiques d'Anvers en 1920. Aucun d'entre eux n'est professionnel. L'éthique sportive de l'époque a encore beaucoup de mal à admettre le professionnalisme, ce qui par ailleurs limite les possibilités d'élargissement social. Le tennis reste un jeu réservé à une élite qui n'a pas besoin d'en retirer des bénéfices pécuniers, ce serait là, en quelque sorte, déroger à son rang.

  • 15 Fiche d'information de la SAVP à la FFLT, 2 octobre 1933.

11La réputation de la SAVP tient également à l'organisation de tournois de haut niveau. En 1909 les championnats de France se déroulent pour la première fois en province et dans la capitale girondine. En 1922, c'est une rencontre France/Espagne à laquelle participent les mousquetaires et le navigateur Alain Gerbault lui-même classé en première série. L'année suivante a lieu un match de coupe Davis France/Danemark. Tout cela n'est possible qu'avec le développement d'un équipement approprié : courts en terre battue, système d'arrosage avec pompe à moteur installé en 1904. En 1912 on dénombre sept terrains, quatorze en 193315. Le capital sportif du club ne cesse de progresser.

dans quelle mesure peut-on parler d’une démocratisation de la savp ?

Une croissance quantitative

  • 16 Voir TALIANO-DES GARETS Françoise, "Primrose, les cinquante premières années d'un club (1897-1947) (...)

12Le recrutement n'est pas demeuré figé. Il y a eu tout d'abord un gonflement quantitatif des effectifs. Les sources, bien que lacunaires, donnent un chiffre de 250 membres au début du xxe siècle. L'évolution pendant l'entre-deux-guerres suit la courbe psychologique et économique nationale avec des années folles à l'issue de la Première Guerre, une cassure de l'expansion en 1932, brièvement interrompue par l'impact du Front populaire16. À l'issue de la Seconde Guerre mondiale la SAVP franchit le cap des 1 000. Elle compte, en 1990, 1600 adhérents et aujourd'hui 1 500.

13La croissance économique des Trente Glorieuses a sans aucun doute encouragé un phénomène que la décolonisation a aussi contribué à conforter. Ainsi sont arrivés dans le club des catégories aisées venues d'Afrique du nord dont l'intégration se fit sans mal. Pendant les années soixante le club house, le restaurant, le bar, les vestiaires sont modernisés ; un secrétariat permanent est mis en place. Le boom des années soixante-dix fut ressenti à Primrose comme ailleurs. En témoigne par exemple le succès immédiat des abonnements pour les courts couverts aussitôt leur construction engagée en 1976. L'extension des équipements constitue en effet une preuve supplémentaire de la croissance des effectifs puisqu'il est apparu nécessaire de construire deux terrains en sol poreux en 1980 et d'acquérir une structure gonflable pour couvrir deux autres courts. Ceci aboutit à la fin de la décennie quatre-vingt à un total de 17 terrains dont 13 en terre battue, 4 en sol poreux, et à la possibilité de disposer de quatre courts couverts pendant la mauvaise saison.

Un élargissement qualitatif

  • 17 BONIN Hubert, op. cit.

14Du point de vue qualitatif, il semble que le recrutement se soit de même élargi. Une liste de membres de 1948 révèle les noms de familles du patriciat bordelais moins anciennes que celles des Chartrons mais devenues désormais classiques17 comme les Denis, les Chalès enrichies à la fin du xixe siècle grâce au négoce asiatique, ou encore les Ballande et les Tesseire qui doivent leur prospérité les uns au commerce du nickel en Nouvelle-Calédonie, les autres au commerce avec l'Afrique noire. On relève également le noms des négociants Bardinet, du président de la société Marie-Brizard, Yves Glotin.

15Les listes des années soixante-dix signalent que de nouvelles catégories ont désormais trouvé place dans le club, issues cette fois du milieu médical, juridique, ou universitaire, ou cadres occupant des fonctions tertiaires de direction.

16Aux vieilles familles de la bourgeoisie d'affaires se sont donc ajoutées les catégories ascendantes des Trente Glorieuses. Les pratiques ont de même évolué, et ce, aux dépens de la vie du club. Ainsi l'animation est-elle devenue un souci pour les dirigeants. Une commission en est chargée car les membres joueurs ont numériquement pris le pas sur les membres non-joueurs. Les liens de sociabilité d'autrefois ont tendance à s'émousser. Le sport est gagnant mais pas l'esprit de club traditionnel. Face au tassement de la fréquentation à partir des années 1980 le club déploie des efforts multiples : moindre contrôle en ce qui concerne les admissions, facilités de paiement, politique de communication interne.

L'intervention des pouvoirs publics

17L'intervention des pouvoirs publics, des instances officielles du tennis français ont également favorisé l'ouverture sociale.

  • 18 Conseil d'administration du 17 septembre 1974.
  • 19 Conseil d'administration du 25 janvier 1976.

18A Primrose l'entrée en lice de la ville est liée au problème foncier du club. Rappelons ici que la SAVP était installée sur trois parcelles appartenant à trois propriétaires différents : les familles Balaresque (1 600 m2), Bourgès (6 000 m2) et des Courtis (3 500 m2). L'association avait conclu avec elles des baux triennaux séparés. En 1971 les relations se dégradent avec les héritiers des Courtis. Après plusieurs passages devant le tribunal, la ville solutionne l'affaire en rachetant la parcelle et la cède au club à titre gratuit pour vingt ou trente ans. Une opération identique est engagée pour la parcelle Bourgès en 1991 et l'année suivante pour la parcelle Balaresque. En outre, la municipalité Chaban-Delmas s'est plusieurs fois portée garante d'emprunts souscrits par la SAVP, ou lors de projets d'envergure comme l'organisation des championnats de France ou du tournoi Passing Shot. En contrepartie de ce soutien la ville a demandé "la mise à disposition des installations pour les écoles municipales"18. L'école primaire Jules-Ferry attenante au club a jusque-là profité de ces avantages. On constatera eu égard à la période Marquet, que les rapports SAVP/mairie se sont noués à partir de l'arrivée de Jacques Chaban-Delmas au Palais Rohan (octobre 1947). Il en devient le président d'honneur en 197619. La subvention actuelle de la ville ne représente cependant que 1 % des dépenses du club. Le conseil général, le conseil régional ont une part encore plus modeste.

19Les autres intervenants publics comme le ministère de la Jeunesse et des Sports, la FFT ont pu œuvrer dans le sens de la démocratisation, en encourageant le développement de l'école de tennis et le dépistage précoce de champions. La Villa Primrose, attentive au prestige sportif ne pouvait que se satisfaire des impulsions parisiennes.

20Toutefois, l'ouverture sociale comporte des limites. L'école de tennis qui compte 350 élèves est statutairement réservée aux enfants du club ce qui par ailleurs peut gêner la politique de dépistage sportif. Une modification éventuelle de ce fonctionnement est en cours d'étude. L'école Jules-Ferry qui utilise les terrains a elle-même un recrutement très déterminé par le quartier environnant habité par des catégories aisées. À la lecture des statuts de 1986, on retrouve l'attachement à l'esprit de club fermé des origines. Le parrainage y est théoriquement de rigueur. Le restaurant est de préférence réservé aux membres de l'association et à quelques organisations de négociants en vin ou de syndicats de courtiers. Enfin, le montant des cotisations exerce malgré tout un filtre social important. Primrose demeure un club à part dans l'agglomération bordelaise qui conserve son image de club d'élite.

politique sportive et démocratisation

Une politique de recrutement sportif volontariste

21Afin de perpétuer sa position d'excellence l'association n'a pas hésité à s'engager sur la voie d'un recrutement sportif très volontariste que l'on pourrait appeler une politique de drainage des champions.

  • 20 Voir à ce propos, SUAUD Charles, "Système des sports, espace social et effets d'âge : la diffusion (...)

22En son sein une pépinière de joueurs de bon niveau a bien sûr réussi à émerger. Aux champions de la première moitié du siècle se sont ensuite ajoutés les représentants de la famille Jauffret. Le père, André Jauffret, vice-président de la SAVP, président de la ligue de Tennis de Guyenne, parvint à hisser ses trois fils en première série : Jean-Paul, Pierre et François. Le dernier fut sept fois champion de France. Mais à partir des années soixante-dix Primrose sent la nécessité de puiser dans l'ensemble du vivier régional ; le club attire à lui des joueurs d'autres clubs et parmi eux les meilleurs. La politique sportive a donc tout naturellement suscité une diversification du recrutement tant géographique que social. Avec ces sportifs venus d'horizons variés, les classes moyennes ont fait une percée discrète dans un club où les mécanismes d'intégration fonctionnent aussi au mérite. L'histoire sportive de Primrose montre finalement que l'idéal méritocratique est passé outre les règles traditionnelles de reproduction sociale auxquelles la SAVP se veut attachée. À Bordeaux comme dans d'autres grandes villes française la hiérarchie des clubs se fonde à la fois sur des critères sociaux mais aussi sportifs20.

Des manifestations médiatiques

23La SAVP n'est donc plus tout à fait un cercle fermé et réservé. À cela il convient d'ajouter une autre explication. Attentifs au boom du tennis et à sa forte médiatisation, les dirigeants ont décidé d'ouvrir leurs installations à des manifestations nationales et internationales qui amènent une foule de visiteurs très bigarrée. Si le tournoi annuel de la Villa Primrose a permis depuis longtemps aux Bordelais d'apprécier le style de champions renommés, celle-ci s'est aussi efforcé de recevoir le National à six reprises en 1956, 1959, 1963, 1966, 1970, 1973. Opération à chaque fois réussie si l'on en juge par le public nombreux qui se pressa au portail de la rue du Jeu de paume pour venir applaudir Françoise Durr, Patrice Dominguez et tant d'autres… L'entreprise plus récente de Jean-Pierre Derose jamais interrompue depuis 1979 a pris la relève avec des prétentions cette fois internationales. Doté à l'origine de 75 000 dollars de prix, le tournoi Passing Shot propose actuellement 350 000 dollars, ce qui le classe parmi les cent premiers tournois du circuit ATP. La SAVP et la ville en retirent une notoriété supplémentaire. Cette grande messe annuelle attire les médias et un public inhabituel venu des quatre coins de la région aquitaine.

24On est donc loin du cercle mondain de la Belle Epoque. Les réticences à l'ouverture, le souci constant de préserver une identité forte de club ancien, de club d'élite, n'ont pas empêché certaines mutations de s'accomplir aussi bien en ce qui concerne le recrutement que les pratiques. L'explosion numérique des années soixante-dix qui est le produit d'une évolution externe, a introduit dans l'enceinte de nouvelles élites. En revanche, la politique sportive, tout en ayant initialement d'autres buts a sans aucun doute exercé un impact plus net en faveur de la diversification sociale. Les élites sportives ne correspondent en effet souvent plus aux élites sociales de type ancien, ni d'ailleurs aux élites sociales nouvelles. Le maintien de sa position de club d'élite sur le plan sportif s'est donc accompagné, dans une certaine mesure, du renoncement implicite à une homogénéité sociale parfaite, à une stabilité du recrutement. Mais sans doute la SAVP a-t-elle déjà prouvé ses capacités à intégrer les élites sportives grâce précisément à l'esprit de club qui la soude et la rend homogène depuis les origines.

Notes

1 Les influences anglaises ont été directes pour les clubs du Havre, de Dinard ou de Lyon dans les années 1870.

2 PÉLISSIER Catherine, Les pratiques sportives des élites lyonnaises au xixe siècle, dans Jeux et sports dans l'histoire, Actes du 116e Congrès national des sociétés savantes, Paris : CTHS, 1992,

3 Voir AUGUSTIN J.-P. et BERGES M„ "Sports et société locale : le rugby à Bordeaux" dans Sports et société. Approche socio-culturelle des pratiques. Paris : Vigot, 1981.

4 L'engouement pour ce sport se vérifie dans l'étude de Jean-Paul Callède sur le Stade Bordelais : Du stade bordelais au SBUC. 1889-1939, Talence : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1993.

5 BUTEL Paul, Les dynasties bordelaises de Colbert à Chaban. Perrin, 1991.

6 Voir à ce propos : BONIN Hubert, "Les élites économiques de fin de siècle en Aquitaine (fin xixe siècle-fin xxe siècle)", dans Les élites fins de siècles, sous la direction de Sylvie Guillaume, Talence : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1992.

7 WASER Anne-Marie, Le marché des partenaires, études de trois clubs de tennis, Actes de la recherche en sciences sociales, no 80, 1989.

8 Voir à ce sujet, DUFORT Norbert, Aspects de la vie culturelle bordelaise au xix e siècle, Talence : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1980.

9 PÉLISSIER Catherine, op. cit.

10 Le National 1970, 4 au 11 octobre 1970.

11 Ibid.

12 Tout ceci corrobore ce que Paul Butel relate sur la vie quotidienne des familles des Chartrons.

13 PÉLISSIER Catherine, op. cit.

14 BUTEL Paul, op. cit.

15 Fiche d'information de la SAVP à la FFLT, 2 octobre 1933.

16 Voir TALIANO-DES GARETS Françoise, "Primrose, les cinquante premières années d'un club (1897-1947)", 118e Congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Pau, octobre 1993.

17 BONIN Hubert, op. cit.

18 Conseil d'administration du 17 septembre 1974.

19 Conseil d'administration du 25 janvier 1976.

20 Voir à ce propos, SUAUD Charles, "Système des sports, espace social et effets d'âge : la diffusion du tennis, du squash et du golf dans l'agglomération nantaise", Actes de la recherche en sciences sociales, 79, septembre 1989.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540