Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

1. Socialisation, sociabilité et construction identitaire

Processus de socialisation et expressions identitaires : l’apport de la théorie de l’habitus et du champ en sociologie du sport

Jean-Paul Clément

Texte intégral

1Si les notions de "sociabilité", "d'expression identitaire" et de "processus de socialisation" révèlent quelques-unes des préoccupations centrales de la sociologie ou de l'ethnologie des sports, la question des cadres théoriques pertinents susceptibles d'être utilisés pour les aborder n'est pas pour autant réglée.

2Tous les travaux traitant ces thèmes s'appuient sur l'idée explicite ou moins évidente, en tout cas très répandue, que les sports possèdent un très grand pouvoir d'expression identitaire, au sens large.

  • Pour l'individu d'abord, dans le processus de socialisation qu'implique la construction d'une "personnalité" quasi miraculeusement adaptée à la trajectoire qu'il parcourt dans l'espace social et aux positions qu'il y occupe.
  • Pour un groupe, un village, un quartier, qui semble souvent s'unir et façonner sa cohérence identitaire autour d'une équipe ou de la réussite d'un des siens.
  • Pour une nation même, paraît-il, ce niveau me semblant déjà beaucoup plus difficile à analyser d'un point de vue sociologique.

I - POSITION DU PROBLÈME

3Le pouvoir de "socialisation" et "d'intégration sociale" attribué aux sports, plus qu'à tout autre forme de groupement, n'est pas dénué de fondement parce que tombant sous le sens commun. Plusieurs caractéristiques expliquent la spécificité du sport, défini comme un ensemble de regroupements de type associatif ayant pour objectif d'organiser la pratique d'une activité physique particulière réglementée et autorisant la plupart du temps l'affrontement compétitif (Institutionnalisé ou non).

4L'existence de relations entre les caractéristiques des "objets sportifs" et les différents groupes sociaux est largement admise par le "sens commun", de manière spontanée et souvent très déterministe, et constitue un des postulats de la sociologie des sports. De même, les catégorisations indigènes ou savantes sont à l'œuvre dans les processus sociaux d'identification ou de disqualification sociaux des sports. Bref, les sports ont du sens aussi bien pour ceux qui s'y adonnent que pour l'ensemble des agents sociaux.

5D'un point de vue théorique, l'apport du concept de "technique du corps", tel que l'utilise Marcel Mauss, et, en prolongeant la perspective maussienne, la théorie de l'habitus et du champ de Pierre Bourdieu, permet de mieux comprendre les significations sociales des différents "usages du corps" qu'impliquent la mise en œuvre apparemment "technique" des pratiques sportives. Les sports en effet, tout en ayant une logique technique propre, doivent être appréhendés comme des pratiques sociales et culturelles, socialement et inconsciemment façonnées par ceux qui s'y adonnent, largement partagées, à travers lesquels les individus engagent de manière incorporée les propriétés fondamentales de leur groupe. La notion d'incorporation, au centre de la démarche de Bourdieu dans Esquisse d'une théorie de la pratique (1972) et dans le sens pratique (1980) instaure les "activités corporelles" comme lieux privilégiés de la construction de l'identité sociale des individus. Le pouvoir d'expression identitaire des sports est profondément lié à l'inscription corporelle de propriétés socialement signifiantes, souvent objectivables, qui font des sports de puissants symboles sociaux.

6Ces préalables ont pour objectif de rappeler que les "processus de socialisation", la question des "sociabilités sportives" et celle des "expressions identitaires" sont au centre d'une série de travaux se référant explicitement à la théorie de l'habitus et du champ.

7Il ne s'agit pas ici d'effectuer un geste de déférence, mais de montrer d'où part l'analyse pour mieux pouvoir la discuter. Il semble en effet que sous prétexte de transversalité, souvent d'ailleurs sans prétexte du tout, bon nombre d'analyses en sciences sociales et, surtout, en "anthropologie" du sport n'exposent jamais clairement leur cadre conceptuel, ce qui rend difficile tout débat théorique et aléatoire l'appréciation de leur validité.

8Nous essaierons de montrer, du point de vue construit par la théorie de l'habitus et du champ, que l'analyse des "processus de sociabilisation" est indispensable pour appréhender la dynamique sociale de l'espace des sports, et que, d'un autre côté, la production de sens que chaque pratiquant engage dans son "rapport au sport" et donc au corps, ne peut s'analyser qu'en relation avec la dynamique du champ.

II - DYNAMIQUE DU CHAMP ET STRUCTURATION SOCIALE

9La pénétration des problématiques de P. Bourdieu dans l'analyse des sports s'effectue dans un premier temps dans le domaine de l'histoire sociale (ou de la sociologique historique). Jacques Defrance entreprend dans les années 1970 d’élucider les phases de la formation du champ de la gymnastique de la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle en France (1976, 1987).

10Pour comprendre comment cette construction s'élabore dans le courant du xixe siècle, la démarche analyse à la fois les usages des techniques d'exercice, leur statut dans divers univers culturels et la position de leurs promoteurs dans la structure concurrentielle des rapports sociaux et politiques. C'est à ce prix en effet, qu'au-delà des oppositions "simples" et explicites entre les "nobles manières" de l'aristocratie et le "funambulisme" des pratiques foraines, on peut comprendre pourquoi certains précurseurs appartenant à l'aristocratie (Mme de Genlis par exemple, préceptrice des enfants du duc d'Orléans) proposent des méthodes de gymnastique qui font "scandale" dans leur propre milieu parce qu'elles suggèrent une certaine intensité du mouvement et surtout la possibilité de généraliser un type particulier d'éducation corporelle à l'ensemble du corps social. L'opposition politique et culturelle des Orléanistes ("alliés objectifs" des fractions libérales de la bourgeoisie) à l'aristocratie légitimiste s'exprime dans le domaine de l'exercice corporel. La question de l'expression identitaire est ici posée à partir, conjointement, de la problématique développée par Norbert Elias dans la Civilisation des mœurs (1973) qui “socialise" en quelque sorte le psychologique et de celle de Pierre Bourdieu, avec en particulier le concept de champ et ses notions adjacentes de "stratégie" des acteurs et de concurrence. Dans cette perspective, les méthodes de gymnastique, et, par extension, de sports ou tout autre activité physique codifiée, sont des produits culturels façonnés par les pratiquants qui engagent de manière incorporée les propriétés fondamentales de leur groupe d'appartenance dans une relation construite aux autres pratiques et aux autres groupes.

11A partir de la fin des années soixante-dix, la théorie de l'habitus et du champ est utilisée de manière systématique à l'INSEP (Institut National du Sport et de l'Education Physique) par l'équipe constituée autour de Christian Pociello. Le projet est de montrer les homologies existantes entre le champ des pratiques sportives (l'espace des sports, le "système des sports" ou le "système des pratiques corporelles") et l'espace social différencié.

12L'évocation fréquente dans les commentaires sportifs journalistiques de l'existence de relations entre les sports (pratiques et spectacles) et les classes sociales n'a pas pour fonction, on s'en doute, d'améliorer la connaissance sociologique du fait sportif. Bien au contraire, elle aboutit souvent à naturaliser (à figer) les caractéristiques techniques et sociales d'un sport ("populaire" ou "chic", violent ou euphémisé...) et, par là même, la nature des rapports sociaux. Cette tendance va de pair avec le privilège accordé par le monde du sport à l'aspect individuel et gratuit de la pratique sportive et explique les réticences historiques de ce milieu à l'égard de toute analyse sociologique des goûts sportifs. En substituant aux notions de "besoins" et de "motivations" les concepts de "dispositions" et de "stratégie", la théorie de l'habitus et du champ rompt avec les analyses psychologisantes du sport, qui n'épargnent pas certaines approches antérieures de la sociologie du sport et se distinguent également, en France, des thèses marxistes puis néo-marxistes d'un auteur comme Jean-Marie Brohm (1976).

13D'un point de vue théorique, poser que la définition du sport est un enjeu de lutte entre les pratiquants suggère d'abandonner les définitions délimitant de façon restrictive le domaine du sport (compétitif et institutionnalisé par exemple) au profit d'une définition plus large, plus phénoménologique, constamment construite par l'affrontement des points de vue et des catégorisations savantes ou indigènes. Dans cette perspective, les activités physiques d'expression, le yoga ou l'aikido, les activités physiques de pleine nature, le jogging.., sont pris en compte dans la construction de l'espace. Par ailleurs construire le "système des sports" ou des "pratiques corporelles", c'est-à-dire l'espace des goûts et des préférences sportives (au sens large) implique, comme pour tout autre espace de pratiques culturelles, l'utilisation généralisée de la perspective comparative.

14Appréhendées comme des pratiques sociales et culturelles et resituées dans le système de pratiques dont elles sont solidaires, les sports deviennent des pratiques "comme les autres", désacralisées en quelque sorte. Plus encore, leur dimension corporelle et la lisibilité des "usages du corps" très différenciés qu'elles autorisent les instaurent en terrain privilégié pour mieux saisir les "dispositions de classe" et l'inscription de ses dernières dans les sociabilités sportives.

15La conjoncture sociale, culturelle et sportive est en effet favorable, à la fin des années soixante-dix, à l'application du modèle à l'œuvre dans la "distinction" (1979). Depuis le milieu des années soixante-dix, parallèlement à la montée de la "crise" dans les sociétés occidentales, les "pratiques nouvelles", généralement importées de Californie (planche à voile, surf, etc), les activités d'expression, certaines pratiques d'origine orientales (yoga, aikido) se développent massivement. Au cours de la phase d'implantation, leurs pratiquants s'opposent aux modalités sportives traditionnelles en valorisant l'aspect écologique, non-compétitif, "libre", individualisable, non réglementé. Ils proposent ainsi des alternatives aux pratiques sportives traditionnelles en construisant des modes de regroupements inédits (Spiridoniens ; associations "libres"…) générant des types de sociabilités particulières (au sens général défini par Jean-Paul Callède (1987)) que l'on doit théoriquement appréhender en relation avec le renouvellement des conceptions "techniques" des pratiques au cours des phases d'implantation. A partir de l'étude comparative de quatre types de "pratiques antinomiques" et de leurs publics (le rugby à XV et l'athlétisme d'une part, les activités d'expression et le vol libre d'autre part), Christian Pociello conclut que "la force, l'énergie, la forme (ou la grâce) et les réflexes nous sont apparus comme critères corporels et culturels de classement opérant dans les choix diversifiés de pratiques d'exercice. Ces critères paraissent en effet, à la fois rendre compte des particularités techniques de certains sports (...) et qualifier des dispositions culturelles des groupes de pratiquants" (1981 - p. 236-237).

16D'autres enquêtes, s'inscrivent dans cette perspective en analysant un groupe de sports ou un seul sport. Pour ma part, j'ai essayé de montrer en quoi les types de "rapports au corps" très différenciés qu'impliquent la pratique de trois sports de combats de préhension, la lutte, le judo et l'aikido se trouvent globalement en accord avec le "rapport au monde" et les règles du jeu social des différentes catégories de pratiquants (1985). On comprend ("presque trop vite" précise P. Bourdieu (1987)) que la distance corporelle qui sépare les combattants, le privilège accordé aux techniques d'esquive et d'évitement, la valorisation de l'esthétique et sa mise en relation avec l'efficacité du geste, mettent l'aikido en accord avec le rapport au corps des fractions les plus cultivées des classes moyennes tandis que la lutte et le "corps à corps" permanent qu'elle exige attire davantage (ou, si l'on veut, indispose moins) les agents des classes populaires. Dans la même perspective théorique, Pierre Fait (1981) construit l'espace des usages sociaux de la croisière et Jacqueline Bouin le Baron celui des activités d'expression (1981), tandis que Christian Pociello à partir du rugby (1981) retrouvent les différenciations sociales jusque dans les "manières" de pratiquer le jeu et d'entrer en relation avec les autres joueurs.

17Dans la lignée de la "distinction", l'ensemble de ses travaux met en évidence les homologies socialement pertinentes entre des sports, au sens large, et des "cultures" ou sub-cultures de classes à partir d'une caractérisation technique et réglementaire des activités.

18Le risque théorique de ces approches est d'aboutir à la "naturalisation" des caractéristiques d'un sport ou d'un groupe social en figeant ainsi les relations entre des sports et des catégories sociales. Il convient donc de rappeler qu'un même sport peut révéler des significations différentes en fonction des conditions historiques et sociales dans lesquelles il est "inventé" ou pratiqué. La course de fond n'a évidemment pas la même signification en France et au Japon, ou encore pour les spiridoniens (coureurs “libres") et les coureurs sur piste (Defrance, 1985). Les caractéristiques techniques d'un sport sont en grande partie "façonnées" et en tout cas "interprétées" par les différents groupes de pratiquants, ce qui rend très délicat les analyses en termes de logique ou de structure technique. La notion de "système des sports" implique de prendre en compte l'ensemble de ces rapports différenciés et évolutifs aux pratiques. Ainsi la valeur distinctive d'un sport ou d'une modalité de pratique s'établit en relation avec les autres pratiques (particulièrement avec des modalités adjacentes de l'espace) par un système de recodage symbolique généralisé et les homologies constatées entre les sports et les groupes sociaux s'ordonnent entre espaces différents et non entre des points de chaque espace. Dans cette perspective, d'autres travaux explorent la dynamique du champ sportif à partir des changements de position de quelques disciplines de l'espace au cours du temps et en relation avec les transformations sociales et culturelles.

19L'étude de Charles Suaud (1989) sur la diffusion du squash dans l'agglomération nantaise montre que ce sport, pratiquement inconnu en France avant le début des années 1980 se divulgue plus à partir de ses caractéristiques techniques et réglementaires (vitesse, anticipation, prise d'information complexe, résistance, réflexes...) que par son apparente proximité avec le tennis. Le squash, qui implique l'intensité de l'affrontement combatif sans contact corporel ni violence physique, est un sport de jeunes (68 % des pratiquants ont entre 20 et 30 ans contre 15 % pour le tennis), socialement pas très différencié du tennis en terme de catégories socio-professionnelles et d'origine sociale (37 % ont un père cadre supérieur contre 28 % au tennis). Les différences se repèrent plutot au niveau des styles de vie : plutôt célibataires (47 % contre 15 % au tennis), non hostiles à la compétition, attirés par les pratiques de glisse (Fun), le squash symbolise le mieux pour Suaud la situation de ces jeunes qui ont à se "battre" sur les plans professionnel et psychologique, dans une conjoncture difficile.

20Les différences de styles de vie et de "rapport au monde" des pratiquants du squash avec les adeptes de l'aikido à la fin des années 1970 sont très nettes, malgré la proximité sociale des deux groupes (dans notre échantillon, en 1979, 67 % des pratiquants d'aikido ont un père cadre supérieur ou profession libérale, 57 % possède un diplôme de niveau bac + 3 ; 47 % bac + 4,..). A cette époque, la pratique de l'aikido s'inscrit plutôt dans une perspective "contre-culturelle" multidimentionnelle, qui s'exprime non seulement par le refus des conceptions sportives "traditionnelles" et l'opposition à leurs principales dimensions, mais aussi par le rejet des valeurs et des normes perçues comme dominantes du système social et politique des années de "croissance". L'aikido s'oppose ainsi aux conceptions du judo sportif ou à la "violence" du karaté, en proposant un type d'affrontement combatif d'une certaine manière "non-violent", plus en accord avec les conceptions de jeunes adultes socialement "déclassés" mais fortement dotés en capital culturel (1985). Ici encore, types de sociabilité et conceptions de l'affrontement sont en étroite relation.

21Ces deux exemples de pratiques, qui s'implantent et se divulguent dans des conjonctures différentes avec des significations sociales et culturelles différentes illustrent la dynamique historique de la restructuration de l'espace des sports et le repositionnement qu'elle implique pour l'ensemble des sports. Ils montrent aussi que les relations entre groupes sociaux et pratiques sportives ne sont ni "totales", ni homogènes et toujours fluctuantes.

III - HABITUS ET PROCESSUS DE SOCIALISATION

22Une meilleure connaissance de la dynamique du champ implique l'approfondissement de certains niveaux d'analyse abordés dans les travaux inauguraux. Dans la perspective du "sens pratique" (1980), des enquêtes méthodologiquement très proches de l'ethno-sociologie, comme celles de Loic J. D. Wacquant et d'Anne-Marie Waser (1989) (mais aussi, d'une certaine manière, des travaux comme ceux de Gérard Bruant (1992)) mettent à jour avec précision la dynamique de l'habitus dans la construction des pratiques et parfois dans la transformation des usages et des conceptions techniques de la pratique. Les processus de socialisation sont dès lors analysés avec précision.

23L'observation "participante" de Wacquant à la vie d'un club de boxe d'un quartier très défavorisé de Chicago permet de montrer dans le détail que "la boxe est un sport individuel, sans doute même l'un des plus individuels qui soit puisqu'il met physiquement en jeu — et en danger — le corps du seul combattant, dont l'apprentissage adéquat est cependant essentiellement collectif, notamment parce qu'il suppose la croyance dans un jeu qui ne naît et ne perdure que dans et par le groupe qu'elle définit à son tour selon un processus circulaire. Autrement dit, les dispositions qui font le pugiliste accompli sont, comme toute technique du corps, "l'ouvrage de la raison pratique collective et individuelle" (M. Mauss, 1950)... Devenir boxeur, c'est s'approprier par imprégnation progressive un ensemble de mécanismes corporels et de dispositions mentales si étroitement imbriqués qu'ils effacent la distinction entre le physique et le spirituel, entre ce qui relève des capacités athlétiques et ce qui tient des facultés morales et de la volonté" (1989, p. 35-36).

24C'est bien de "l'esprit de corps" dont il s'agit ici, éleve par l'analyse au rang de concept, essentiel à notre sens dans la compréhension des processus de socialisation par le sport. Esprit de corps particulier, "l’habitus pugilistique" est ainsi élaboré par la rencontre entre, d'une part, la "condition sociale" et "le système de dispositions" des jeunes hommes issus du ghetto, et, d'autre part, la pratique de la boxe dans un lieu particulier situé à la fois "dans" et "hors" du ghetto, sous l'autorité d'un entraîneur également singulier. Cet “univers relativement clos de la boxe", dans lequel l'expression de la violence, parce que "sportive", demeure euphémisée par rapport à la violence endémique du ghetto, concerne un nombre limité de pratiquants. Dans son article, Wacquant décrit avec la précision de l'ethnologue les mécanismes qui construisent ce type de sociabilité particulière et font de la boxe professionnelle un repère essentiel et relativement stable de l'espace des sports, un de ses éléments symboliquement structurant, très différent, par exemple de l'image du "judo éducatif".

25La dynamique du système implique précisément une certaine stabilité de la signification sociale de quelques sports et du type de sociabilité qu'ils suggèrent comme la boxe ou la lutte, et, dans un autre sens, de certains arts martiaux ou de modalités de pratique "emblématiques" pour permettre à l'ensemble des pratiques d'acquérir un sens, (Même si la question théorique de la distinction entre sociabilité vécue et sociabilité perçue par les agents extérieurs n'est pas réglée).

26Le tennis, quantitativement très développé n'est plus aussi symboliquement structurant que la boxe. Dans leurs enquêtes respectives, Charles Suaud et Anne-Marie Waser mettent en évidence les oppositions socialement pertinentes entre les clubs de Nantes et de Strasbourg fondées sur l'intériorisation de positions sociales différenciées statistiquement transcrites dans l'espace des clubs (Suaud, 1989, Waser, 1989). Au-delà de ces constats, repérés par bon nombre de travaux en sociologie ou démographie du sport comme ceux de Jean Pierre Augustin (1991), Waser établit avec précision l'interdépendance des conceptions techniques et des stratégies d'affrontement des différents joueurs avec d'une part leurs positions sociales et d'autre part les positions qu'ils occupent dans le club, souvent liées à leur niveau de jeu. Le tennis apparaît ainsi comme un espace de pratiques et de sociabilités fort diversifiées qui ne révèle pas d’"habitus tennistique" très précis. Les membres de chaque club, et parfois même de sous-groupes à l'intérieur d'un club, partagent un usage particulier du tennis (récréatif, compétitif, moudain ou relationnel) qui traduit des types différents de sociabilités, objectivables en particulier dans le fonctionnement des différents réseaux de partenaires. Ainsi, les qualités tennistiques attribuées à tel ou tel joueur (élégant, agréable à jouer, bon niveau de jeu etc.) sont à ce niveau socialement signifiantes essentiellement dans le cadre du club.

27Enfin, la mobilité des pratiquants sportifs effectuant une reconversion d'un sport (ou d'une modalité de pratique) vers un autre (ou une autre) font l'objet d'analyses qui combinent l'effet du contexte et la force de l'habitus. Par l'étude des trajectoires individuelles et des glissements de pratiques qui expliquent en partie les changements de "positions" des sports dans l'espace, on saisit mieux les relations entre le "social" et "l'individuel", principe actif de la construction de la "personnalité" et de la cohérence identitaire.

28Comprendre pourquoi, du point de vue de l'agent et de ses catégorisations, un pratiquant passe du tennis au golf, ou, un fils d'immigré espagnol, originaire du sud de la France, commence, "comme tout le monde" par pratiquer le rugby, puis le judo (à très haut niveau) "découvert" en cours d'études, puis l'aikido, parallèlement a une trajectoire universitaire remarquable, permet en réalité de saisir de l'intérieur la dynamique sociale (et historique) du "système des sports". Dans cette perspective, les méthodes qualitatives revêtent une place centrale aux côtés des approches statistiques.

IV - LUTTES DE DÉFINITION ET SYMBOLIQUE DES PRATIQUES SPORTIVES

29Nous avons déjà évoqué le fait que, dans l'espace des sports et en relation avec la dynamique du champ social, les groupes de pratiquants luttent pour divulguer leurs conceptions de la pratique, lis définissent ainsi, du moins dans les grandes lignes, une "bonne manière de pratiquer" qu'ils cherchent à imposer en provoquant par là même des conflits dont les enjeux s'élaborent en fonction des conjonctures et de la position des disciplines dans l'espace des sports.

30C'est ce que montre par exemple Defrance en étudiant le développement de nouvelles modalités de courses à pied de longue distance dans les années 1970 en France. Massivement pratiquées par des individus issus des classes moyennes et supérieures, (alors que l'athlétisme "officiel" de piste est en plein marasme), souvent regroupés dans des associations indépendantes, très critiques à l'égard de la fédération d'athlétisme, les pratiquants des courses sur route présentent symboliquement la course libre comme "le monde athlétique renversé" (1986) : "Vous savez, au stade ou hors du stade, il n'y a pas de comparaison, je le dis parce que je connais un peu les deux aspects de la compétition. Sur piste il faut presque toujours courir le couteau entre les dents, presque comme des bêtes. Pas de ça en marathon ou l'on ne court pas contre mais avec" (1989, p. 88). Les luttes symboliques à l'intérieur, apparemment, d'une même pratique, s'appuient sur un système d'oppositions duales (course pour soi/compétition sur piste ; Plaisir/douleur ; Esprit pacifique/Esprit agressif etc.) qui révèlent le fonctionnement plus générai des processus de disqualification sociaux d'une discipline concurrente souvent proche sur le plan moteur.

31Dans la même perspective, Gildas Loirand montre que l'engagement progressif dans le parachutisme d'agents issus de la "petite bourgeoisie cultivée" modifie les images attachées à cette pratique. D'origine militaire, le parachutisme attire, pour différentes raisons historiques et sociales, jusqu'à la fin des années 1970, plutôt des membres des classes populaires. A partir du début des années 1980, le travail de "recodage symbolique" allié au processus d'innovation technologique aboutit à l'assimilation des différentes modalités du parachutisme à des "pratiques de glisse" (1989).

32La question très actuelle du poids de la variable sexuelle dans le rapport au sport et dans l'appropriation d'une pratique, est particulièrement heuristique dans la compréhension du travail symbolique. Rappelons seulement l'étude de Nicole Dechavannes (1981) qui analyse très finement le travail de recodage symbolique et la transformation corrélative des pratiques (organisation des séances et typologie des pratiques) accompagnant le processus d'appropriation par les femmes des cours de "gymnastique volontaire", ainsi que les travaux de C. Louveau (1991) et de S. Laberge (1988). Cette dernière tente de montrer par l'analyse des expériences des femmes dans les champs de pratique masculin, la nécessité de prendre en compte conjointement les variables de "genre", de "capital culturel" et d'habitus pour appréhender la part du sport dans le processus de construction des identités féminines.

33Pour conclure sur les questions de la "symbolique sportive" et des "expressions identitaires", nous souhaiterons évoquer les approches socio-historiques qui se réfèrent à la théorie de l'habitus et du champ. Le pouvoir de symbolisation des pratiques sportives tient à l'homologie existante entre l'espace des luttes pour la définition des usages légitimes du corps et l'espace des luttes sociales et politiques. Pour ma part, de manière à expliquer le processus d'implantation du judo parisien dans les années 1930, j'ai mis en parallèle les visions des rapports de classes chez les porte-parole des classes moyennes en France à cette époque, l'état des rapports sociaux, la structure de l'espace des sports, la position des sports dans le système éducatif etc. Pociello, quant à lui, a très largement abordé la question des métaphores sportives du monde social et de leur pouvoir de symbolisation, en analysant par exemple le succès de "l'aventure sportive" (1987).

34Plus récemment, des travaux effectués sur le thème de la "production sociale du héros sportif" contestent la notion de héros universel en montrant que l'identification du "peuple" à un héros sportif, ou plutôt de certaines de ces fractions, parfois très importantes, est l'aboutissement d'un long travail de mise en relation par des intermédiaires culturels (journalistes, romanciers, intellectuels parfois.,.) qui implique souvent un travail de mise en conformité, un travail sur soi de la part du héros (José Sergio Leite Lopes, 1989).

35Non-spécialiste de ces approches, nous n'irons pas plus loin. Il nous semble cependant qu'à ce niveau l'influence de la problématique de Pierre Bourdieu se combine avec d'autres, théoriquement très proches et compatibles, comme celle de l'histoire sociale anglaise "post éliasienne" ou de l'anthropologie constructiviste de Ernst Cassirer (1975),

CONCLUSION

36La théorie de l'habitus et du champ offrent une théorie du social (Sociologie) et une théorie de la connaissance du social (Epistémologie des Sciences Sociales). Nous n'avons abordé que le premier point en utilisant des travaux renvoyant directement aux questions de "sociabilité" et "d'expression identitaire", même si nous sommes bien persuadés que des approches de type socio-économique inspirées par cette problématique y renvoient également (Bernard Michon, Fabien Ohl, 1989).

37La sociologie du sport, telle que la concoivent les travaux évoqués, est avant tout une application de cette théorie du social. En ce sens, ils se situent dans l'espace des productions en se distinguant de travaux inspirés par d'autres problématiques sociologiques. Ce positionnement débouche à notre sens sur un débat fécond.

38Il nous a semblé important également de rappeler la place essentielle occupée par les approches qualitatives (aux côtés de la statistique sociale) dans les travaux se référant à la théorie de Bourdieu, qui reproblématise les apports de la sociologie compréhensive de Max Weber, de la sociologie cognitive d'Aaron V. Cicourel, de l'épistémologie historique de N. Elias ou de l'ethno-méthodologie.

39Le processus de socialisation ne se réduit pas à l'adhésion déterministe des agents à un type de pratique, même si naturellement le choix n'est jamais gratuit.

40L'habitus est à la source d'une production de pratiques infinies, relativement imprévisibles, mais limitées dans leur diversité, qui ne s'exprime jamais en soi mais toujours par rapport à une série de choix ou de stratégies que les agents doivent réaliser dans un "champ" défini, dont les enjeux ont été construits sans eux, et qui se transforment avec eux. L'investissement d'un individu dans un groupe est avant tout "l'inclinaison à agir qui s'engendre dans la relation entre un espace de jeu proposant certains enjeux et un système de dispositions adaptées à ce jeu" (Bourdieu, 1980).

41Le processus de socialisation sportif, toujours en cours par définition, est déclenché par une rencontre ni totalement fortuite, ni totalement obligatoire entre un agent et un lieu existant avant et en dehors du sujet. Son principe "actif réside dans la relation qui s'établit entre ces deux "objets" du social, qui avaient séparément du "sens" en deçà de leur rencontre et qui en auront, renouvelé, au-delà. Lieux de reconnaissance, une équipe ou un club, comme le montreront quelques interventions, sont aussi des lieux de luttes symboliques. Tout cela rappelle que le paradigme phénoménologique est au cœur de l'analyse, et renvoie à la question structurante de la compréhension de cette "relative autonomie" du sport par rapport au social, qui ne se réduit pas bien sûr aux catégories socio-professionnelles et inclut l'ensemble des propriétés de l'individu, y compris l'âge et le genre. Nous espérons, compte tenu du respect que nous inspirent les travaux de nos hôtes et amis, Jean-Paul Callède et Jean-Pierre Augustin, comme ceux de l'ensemble des intervenants, avoir participé à enrichir le débat théorique dans ce qui constitue le plus rigoureux des champs de concurrence, celui des sciences, fussent-elles sociales.

Bibliographie

Bibliographie

AUGUSTIN J.-P., Les jeunes dans la ville, Bordeaux : PUB, 1991.

BOURDIEU P., Esquisse d'une théorie de la pratique, Genéve : Editions Droz, 1972.

——————, La distinction, Paris : Editions de Minuit, 1979.

——————, Le sens pratique, Paris : Editions de Minuit, 1980.

——————, Choses dites, Paris : Editions de Minuit, 1987 (En particulier, "programme pour une sociologie du sport").

BOURDIEU P., avec L.D.J. WACQUANT, Réponse, Paris : Editions du Seuil, 1992.

BRUANT G., Anthropologie du geste sportif, Paris : PUF, 1992.

CALLEDE J.-P., L'esprit sportif, Bordeaux : Editions des Presses Universitaires de Bordeaux, 1987.

CASSIRER E., Essai sur l'homme, Paris : Editions de Minuit, 1975 (pour la traduction).

CLEMENT J.-P., "La force, l'harmonie et la souplesse", In Sports et Société, Direction Pociello C., Paris : Editions Vigot, 1981.

——————, "Aiki-do : contre-culture ou avant-garde culturelle ?", In Sports et Sociétés

contemporaines, Actes du VIIIème Symposium de l'ICSS-INSEP, Paris, 1983.

——————, Etude comparative de trois sports de combat et de leurs usages sociaux, 1985, Thèse pour le doctorat de 3e cycle en Sociologie, Directeur P. Ansart, Paris V.

DAVISSE A., LOUVEAU C., Sports, école, Société : la part des femmes, Joinville le Pont : Editions Actio, 1991.

DEFRANCE J., Esquisse d'une histoire sociale de la gymnastique, Actes de la recherche en Sciences Sociales, no 6, décembre 1976, Paris : Maison des Sciences de l'Homme, 1976.

——————, La course libre ou le monde athlétique renversé, in Histoire Sociale des Pratiques Sportives, Paris : INSEP, 1985 (Travaux et Recherches no 8).

——————, L'excellence corporelle, Rennes : Editions des PUR, AFRAPS, 1987.

——————, Un schisme sportif, In Revue ARSS no 79, Septembre 89, L'espace des Sports pour la traduction française, 1989.

ELIAS N, La civilisation des moeurs, Paris : Editions Caïman Levy, 1973, (1939 – 1e édition en langue allemande, Tome 1, Uber den Prozess der Civilization).

——————, Sport et Violence, ARSS no 6, Décembre 1976, Traduction par J. et A. Defrance.

LABERGE S., SANKOFF D., Activités physiques, habitus corporel et styles de vie, In Sports et pouvoir : les enjeux sociaux au canada, Presse de l'université d'Ottawa, 1988.

LEITE LOPES S. avec Sylvain MARESCA, La disparition de "la joie du peuple", ARSS no 79, Septembre 1989.

LOIRAND G., De la chute au vol, ARSS no 79, Septembre 1989.

MAUSS M., Sociologie et Anthropologie, Paris : PUF, 1950.

MICHON B., OHL F., Aspects socio-économiques du prix de la pratique sportive in Economie politique du Sport, Dir. W. Andreff-Dalloz, Paris : 1989.

POCIELLO C, et coll, Sports et Société, Paris : Editions Vigot, 1981, On y trouvera en particulier les articles de Fait P., Blouin le Baron J., et Dechavannes N. cites dans l'exposé.

SUAUD C., La diffusion du tennis, du squash et du golf dans l'agglomération nantaise, in ARSS no 79, Septembre 1989.

WACQUANT L.J.P., Corps et âme, Notes ethnographiques d'un apprenti boxeur, in ARSS no 80, décembre 1989, L'espace des Sports, 2.

WASER A.-M., Le marché des partenaires. Compétence technique et compétence sociale, in ARSS no 80, décembre 1989.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.