Version classiqueVersion mobile

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

I. Les pratiques sportives et leurs modes d'expression

Évolution du sport et opinion publique

Raymond Thomas

Texte intégral

1Un regard historique sur le spectacle sportif indique que la scène s'est progressivement remplie. À coté de l'athlète sont apparus successivement le juge, l'arbitre, l'entraîneur, le dirigeant, le médecin, le kinésithérapeute, le journaliste, le manager, le juriste, le psychologue, etc. Ces acteurs ont des rìles qui s'articulent autour de la logique compétitive et de celle du spectacle. Car il s'agit surtout désormais de produire une représentation théâtrale.

2Comment l'opinion publique perçoit-elle le sport actuel et son évolution vers le sport commercial ? Pour répondre à ces questions nous avons essayé de situer le sport de haut niveau, le sport loisir et l'intrusion de l'argent sur la scène sportive parmi les thèmes d'opinion en France. La méthode d'analyse de l'opinion publique utilisée et que nous décrivons dans cet article est celle conçue par "Agoramétrie", association créée par le C.E.A. et E.D.F. en vue d'analyser l'opinion face au nucléaire. Elle consiste à interroger périodiquement un échantillon représentatif de la population française sur les conflits qui traversent la société.

3L'opinion publique, force sociale majeure dans nos sociétés occidentales, influence profondément l'organisation sociale. Pour certains sociologues la démocratie repose désormais plus sur l'opinion publique que sur les élus de la nation. Il est vrai que la légitimité d'un gouvernement semble se fonder davantage sur la faveur de l'opinion publique que sur la majorité des représentants du peuple. La multiplicité des sondages sur les gouvernants du moment l'attestent. Alain Touraine écrivait dans le journal Le Monde (7 février 1991) : "le déclin des grands partis populaires de gouvernements est une condition nécessaire au renforcement de l'opinion publique. Déjà aujourd'hui les grands problèmes de société se traitent à la télévision plus qu'au Parlement et dans les partis".

4L'opinion publique a acquis son influence maximum avec le développement des médias et celui des techniques de sondages. Rappelons qu'en France c'est Jean Stoetzel qui a introduit vers 1938 l'étude de l'opinion publique en institutionnalisant la psychologie sociale au sein de l'Université. Il a également créé le premier organisme français d'étude de l'opinion publique, l'Ifop.

5En regard de cette importance il est étonnant que les chercheurs du domaine sportif se soient peu préoccupés de l'opinion publique. Certes on trouve des travaux sur des concepts voisins tel celui d'attitude ou de représentation, mais très peu de recherches se sont centrées sur l'opinion publique en tant que phénomène spécifique.

  • 1 Cf. Notamment, THOMAS R., L'éducation physique et sportive, Paris : PUF, “Que sais-je ?, 4e éd., 1 (...)

6Comment l'opinion publique perçoit-elle le sport ? D'une manière générale, on sait que le sport possède une bonne image. Différents phénomènes l'attestent. Certains leaders politique cherchent systématiquement à associer à leur image celle du sportif. L'exemple de Chaban-Delmas est à cet égard démonstratif. Le sport connote la jeunesse et le dynamisme. Ayant effectué, il y a quelques décennies, une enquête sur les annonces matrimoniales nous avions abouti à une classification des annonceurs selon la demande et l'offre, les annonces pouvant s'analyser comme un marché. Dans la partie offre, les hommes se décrivaient souvent comme sportifs afin de valoriser leur présentation. Un certain nombre d'autre exemples pourraient appuyer notre démonstration. Mais lorsque l'on sait que l'opinion publique valorise le sport tout est-il dit ? Nous ne le pensons pas, car, d'une part cette image peut présenter de nombreuses autres modalités et d'autre part le sport est devenu un phénomène éclaté. De ce fait nous avons voulu préciser l'image du sport et notamment celle de ces différents composants que nous avions distingués au cours de précédentes recherches, c'est-à-dire le sport de haut niveau, le sport de masse et le sport loisir1. Nos premiers travaux nous ont montré que l'opinion publique ne percevait pas la distinction sport de masse/sport loisir. En revanche elle avait bien conscience que le sport pratiqué par l'élite constituait une entité particulière. Nous avons donc poursuivi notre recherche en vue de positionner les images de ces deux composants du sport au sein de l'opinion publique. Pour cela nous avons replacé le phénomène sportif au sein de l'ensemble des images de l'opinion publique.

le sport et le système de représentations sociales

7Phénomène d'importance considérable, inséré dans de nombreux systèmes, tels l'éducatif, l'associatif et le commercial, le sport s'inscrit tout naturellement dans le système des représentations véhiculées par le tissu social. Isoler artificiellement la représentation du sport de l'ensemble des autres représentations sociales c'est oublier que les représentations sont liées entre elles et forment un structure. Une représentation ne prend tout son sens que par rapport à d'autres. Saisir la signification de l'image du sport, c'est alors placer le sport parmi d'autres objets considérés comme comparables ; la position relative du sport constitue ce qui permet d'analyser le sens de la représentation associée au sport. On peut, par exemple, inscrire le sport parmi deux types de référentiels possibles : le sport en tant que thème d'expression dans l'ensemble du discours, ou le sport en tant que loisir, c'est-à-dire comme pratique et spectacle.

8Pour préciser la place du sport parmi l'ensemble des opinions nous avons eu recours à une technique mise au point au commissariat à l'énergie atomique (C.E.A.). Avant de décrire les résultats obtenus en ce qui concerne l'opinion sur le sport, il est nécessaire de présenter les bases théoriques de la technique, ce qui ne peut se faire dans le cadre de cet article que très brièvement.

9■ Origine des enquêtes "C.E.A - E.D.F." d'analyse de l'opinion publique.

  • 2 Cette présentation de lignes directrices qui président au système d'analyse des opinions mis au po (...)

10Le système a été créé, en 1977, par le Commissariat à l'Energie Atomique et l'Electricité de France associés pour mieux comprendre le débat sur l'énergie nucléaire2. Les responsables souhaitaient changer de stratégie et ne plus effectuer des campagnes de publicité centrées sur l'idée que l'homme de la rue était une personne victime de préjugés et qu'il convenait de lui apporter la connaissance et la raison. Ce type de conception qui dominait à cette époque avait servi de fondement théorique aux campagnes d'information. Mais cette procédure avait renforcé l'isolement du technicien et s'était retournée contre ses promoteurs. Les modèles de l'opinion publique étaient fondés, soit sur des conceptions un peu mécanistes, soit sur des approches psychanalytiques. A partir de ces modèles, les campagnes menées, notamment en Suède et en Allemagne, en vue d'améliorer l'image du nucléaire, et destinées à apaiser les craintes du public avaient produit un effet inverse. L'opinion publique était devenue plus défavorable. Les modèles s'avéraient donc mauvais et il convenait d'en concevoir un nouveau. Une stratégie originale a donc été élaborée et on a délaissé les aspects techniques pour se concentrer sur le conflit que provoquaient les centrales nucléaires. Des questions ont été soulevées. Quelle était la spécificité de ce conflit ? Comment se situait-il parmi les autres thèmes de conflit ? Ce changement d'orientation dans l'analyse du problème a amené les deux organismes C.E.A, et E.D.F. à créer un observatoire de l'opinion publique, et plus précisément un observatoire des réactions de l'opinion publique face aux grands débats nationaux.

le systeme Agoramétrie

11Le système s'avère très original par la démarche et par le traitement statistique. La démarche repose sur une approche psychosociologique et sociologique de l'interaction entre les acteurs d'un conflit et le public. Le modèle se fonde sur différents concepts, ceux de champ, de représentation et de conflit. Il existe un champ au sein duquel s'exercent des forces, celles-ci agissent sur des représentations. Les conflits déstabilisent en permanence le champ. Sur la scène s'affrontent des acteurs qui proposent au public des prêts à penser. L'individu prend position lors d'un conflit pour affirmer son existence, pour exprimer son identité. Le modèle est représenté à la figure 1.

Figure 1 - Le schéma interactionniste de l’opinion publique

Figure 1 - Le schéma interactionniste de l’opinion publique

12Seront donc interrogés des personnes représentatives de la population sur des thèmes de conflit. À partir de ces données le traitement statistique s'effectue à l'aide des dernières techniques d'analyses multidimensionnelles. Est notamment pratiquée la méthode de "greffe" qui permet aux utilisateurs d'Agoramétrie de tirer profit de manière optimale des informations apportées par le système. Grâce à quelques questions représentatives de l'ensemble des thèmes d'Agoramétrie, il est possible de reporter les résultats d'une autre enquête au sein de l'espace des opinions.

organisation des enquetes “Agoramétrie” d’analyse de l’opinion publique

13Un suivi de l'opinion publique s'avère une travail difficile, complexe, coûteux et de longue haleine. Il convient en effet de choisir une procédure de saisie des opinions et de leurs évolutions. Se posent les questions de contenu du questionnaire, du processus de passation et de son rythme. Il faut aussi définir l'ensemble des traitements statistiques susceptibles d'être effectués. Ces problèmes étant résolus il est possible de mettre en place une banque de données et un système de gestion qui permettent de réaliser les traitements statistiques.

14On a donc effectué des enquêtes à intervalles réguliers. Depuis 1977, année de la création de l'association "C.E.A.-E.D.F." en vue de créer un institut de sondage, une douzaine d'enquêtes ont été réalisées. Elles ont été menées, entre 1977 et 1993, sur des échantillons représentatifs de la population française, par des organismes spécialisés, notamment BVA. Pour l'échantillonnage étaient respectées a) deux stratifications, la région et l'habitat, b) trois quotas, l'âge, le sexe et les C.S.P.

15Les questions d'opinion posées concernent les conflits sociaux. Pour extraire un échantillon représentatif de ceux-ci on se heurte au problème de l'échantillonnage de variables. Cette difficulté est résolue de la manière suivante. Pendant le mois précédant l'enquête on répertorie les thèmes qui suscitent discussion. On examine toute la presse écrite. On collecte les quotidiens, les hebdomadaires, les mensuels. A partir de cet ensemble on répertorie tous les thèmes de conflit qui sont ensuite regroupés par rubrique : politique internationale, éducation, agriculture, industrie, emploi, culture, etc. De cet univers de conflits on extrait un échantillon représentatif. Pour cela on réunit un groupe d'experts qui tire cet échantillon. Les thèmes de conflit sont alors formulés sous formes d'affirmations à partir desquelles la personne interviewée devra se prononcer. Exemple de thème de conflit, l'avortement, la peine de mort, l'immigration... etc. Quelques questions sont présentées plus loin. Les réponses d'opinion sont formulées sur une échelle en 5 paliers : 1 "pas du tout d'accord" 2 "pas tellement d'accord", 3 "peut-être d'accord", 4 "bien d'accord", 5 "tout à fait d'accord".

16Sont également posées des questions sur les loisirs et notamment deux sur le sport, une sur la pratique, l'autre sur le suivi des événements sportifs. Figurent aussi quelques questions ouvertes. Enfin une partie du questionnaire est réservé aux médias.

17L'homogénéité des questions d'opinions, toutes en cinq point, permet une analyse multidimensionnelle parfaite. On obtient ainsi une cartographie des thèmes de conflit et une typologie des individus.

les themes de conflit et le sport

18Parmi les enquêtes effectuées par "Agoramétrie", certaines comportaient des questions ayant trait au sport. Sur les thèmes d'actualité retenus, et dont quelques-uns sont présentés au tableau 1 à titre d'exemple, nous en citons quatre concernant le sport : le thème 8 Il faut tout faire pour que la France obtienne des résultats aux Jeux olympiques", le thème 60 On doit faire beaucoup de sport", le thème 279 "Le sport est pourri par l'argent" et le thème 286 "Un grand club de foot c'est important pour la France".

19La première question avait pour but de déceler les représentations des groupes sociaux sur le sport de haut niveau. La deuxième correspondait aux nécessités de la pratique pour tous. Par la troisième nous voulions apprécier la position de l'opinion publique sur le problème de l'intrusion de l'économie dans le sport. La quatrième répondait à l'objectif de la première, mais en prenant comme thème le sport populaire par excellence, le football.

20Les items se rapportant au sport ne pouvaient pas être nombreux compte tenu de l'étendue de tous les thèmes de conflits sociaux, ils ne sont donc pas apparus lors de chaque enquête. Il est cependant possible de les recaler sur l'analyse réalisée lors d'une année quelconque car il existe une certaine stabilité dans la structure des conflits. La question sur les Jeux olympiques qui a figuré lors de quatre enquêtes se retrouve toujours à la même place. Autrement dit ses liaisons avec les autres thèmes de conflit perdurent. La symbolique demeure. Mais bien entendu ceci ne dit rien sur l'intensité de l'engagement. Le pourcentage de personnes favorables ou celui des personnes défavorables peuvent varier.

Tableau 1 - Liste de quelques thèmes de conflit proposés par l’enquête “Agoramétrie”

1.

La libéralisation de l'avortement est une bonne chose.

4.

Il faut continuer à construire des centrales nucléaires.

6.

Dieu existe.

8.

Il faut tout faire pour que la France obtienne des résultats aux Jeux olympiques.

9.

On peut avoir confiance en la justice.

15.

Il faut supprimer la peine de mort.

19.

Il y a trop de travailleurs immigrés.

24.

La police ne remplit pas sa mission.

52.

Le chômage est très angoissant.

59.

On peut se passer des chefs.

60.

On doit faire beaucoup de sport.

279.

Le sport est pourri par l'argent.

284.

Le Tag et le Rap c'est de l'art.

286.

Un grand club de foot c'est important pour la France.

21Rappelons que dans chaque enquête une soixantaine de questions d'opinion sont posées aux personnes interrogées. Certaines de ces questions sont restées dans toutes les enquêtes, d'autres n'ont figuré que dans quelques-unes.

22La question 8 a été posée en 1977, 1978, 1991 et 1992. Le tableau 2 indique les pourcentages à chacune des modalités de réponse.

Tableau 2 - Réponses à la question : “il faut tout faire pour que la France obtienne des résultats aux Jeux olympiques”

1977

1978

1991

1992

Désaccord

18 %

26 %

23 %

20 %

Peut-être

20 %

24 %

31 %

25 %

Accord

62 %

50 %

45 %

55 %

Moyenne*

3,7

3,4

3,3

3,5

* Avec selon les réponses la note suivante : "Tout à fait d'accord" = 5, "D'accord" = 4, "Peut-être" = 3, "Pas d'accord" = 2, "Pas du tout d'accord" = 1.

23Les résultats des enquêtes indiquent que dans l'ensemble la population française est favorable à la préparation d'équipes nationales en vue d'obtenir des places d'honneur aux Jeux olympiques car la moyenne des réponses se situe au delà du point moyen qui est 3. On observe cependant une certaine évolution à la baisse au fil des ans et une très légère remontée en 1992 année des Jeux olympiques d'Alberville et de Barcelone, c'est-à-dire en France et à proximité de sa frontière.

  • 3 Pour le calcul de la moyenne, cf. légende tableau 2.
  • 4 THOMAS R., Sociologie du sport, Paris : PUF, "Que sais-je ?", 1993.
    THOMAS R. et ALAPHILIPPE D., Le (...)

24A l'item : On doit faire beaucoup de sport", figurant dans l'enquête en 1978, les Français affichent une opinion beaucoup plus favorable, puisque la moyenne des réponses est de 4,183. L'item "Le sport est pourri par l'argent" entraîne un fort consensus et la moyenne se situe à 4,12. Enfin l'item "Un grand club de foot c'est important pour la France" apparaît conflictuel et la position de l'opinion publique sur ce sujet semble assez semblable à celle qu'elle porte sur les Jeux olympiques, la moyenne étant de 3,04. L'étude des positions des différents groupes sociaux sur chacun de ces thèmes s'avère évidemment intéressante, de même que les rapports entre les diverses réponses sur chacun de ces items. Nous examinerons cette question plus loin. Grâce à ces enquêtes "Agoramétrie" nous disposons aussi de données sur la pratique grâce auxquelles nous avons pu décrire son évolution. Nous renvoyons le lecteur à d'autres ouvrages4. Mais ces données nous permettent également de situer les opinions par rapport aux comportements. Enfin les informations collectées lors de chaque enquête sur les pratiques de loisir sont une autre source de comparaison avec les opinions.

Figure 2 - Analyse factorielle des réponses d’opinion. (Plan 1,2)

Figure 2 - Analyse factorielle des réponses d’opinion. (Plan 1,2)

25Au delà de ces chiffres bruts que nous venons de fournir sur les items concernant le sport, l'analyse de la position des réponses à chacun d'entre eux par rapport à celle des autres questions fournit évidemment une information beaucoup plus riche.

26L'enquête de 1978, ainsi que nous l'avons mentionné, comportait deux questions sur le sport, l'une sur le haut niveau et l'autre censée traiter du sport au quotidien. Le fait qu'elle date un peu ne pose pas de problème particulier car il existe une bonne stabilité des opinions, comme le montre l'enquête de 1992. L'item sur les Jeux olympiques se trouve d'ailleurs exactement à la même place que lors de l'analyse de 1978. Nous avons donc replacé l'item sur la pratique sportive sur le plan 1992 en fonction de sa position en 1978.

les interprétations symboliques

27L'analyse en composants principales (A.C.P.) effectuée sur les réponses des sujets constituant l'échantillon aux questions posées (les variables dans l'A.C.P.) aboutit au cercle de corrélations du plan principal (1,2) représenté à la figure 2. Il convient donc d'interpréter les deux axes factoriels mis au jour par l'analyse.

  • 5 THOMAS R. et ALAPHILIPPE D., Les attitudes, op. cit.

28Une cohérence structure les opinions. Si elles ne relèvent pas de la raison, elles n'en constituent pas pour autant un conglomérat de réponses au hasard. Elles sont sous-tendues par les représentations. "La représentation sociale est l'élément stable et fondamental. Elle se présente sous la forme d'un système de valeurs qui joue un double rôle. Ce sont ces représentations qui permettent aux individus de se repérer dans leur environnement physique et social et d'y développer des actions efficaces. Rendant possible également la communication entre les agents sociaux, elles fonctionnent comme un code commun aux membres d'une même communauté qui leur sert à communiquer les uns avec les autres, et à partager les mêmes points de repères pour décrire et transformer leur univers"5. L'articulation des représentations fournit une cartographie de l'opinion publique. Le premier axe est lié au valeurs culturelles traditionnelles. D'un coté on adhère, on respecte, on est pour la patrie, pour les convenance, de l'autre on conteste, on remet en cause, on désire travailler le moins possible, on est contre le mariage. La stabilité s'oppose au mouvement, au changement. Sur le deuxième axe se trouvent d'un côté le calme, de l'autre l'inquiétude. Une autre interprétation peut être effectuée en tenant compte des analyses de René Girard. Le premier facteur oppose alors le sacré au profane, et le deuxième, la violence à la mesure.

29La figure 3 fournit une classification des représentations.

situation des themes de conflit

30Le premier thème "Effort pour les Jeux olympiques" est centré sur le sport de haut niveau, mais aussi sur les résultats nationaux, sur les réussites françaises. Sa position dans le cercle des corrélations nous indique qu'il est fortement corrélé au premier axe et qu'il se projette sur sa partie droite. Le thème est donc lié à la stabilité, au sacré. Il paraît se rattacher aux dogmes fondamentaux, c'est-à-dire à la patrie, à la famille, au travail, au mariage. Il se situe dans la zone du repli et aussi dans celle de l'ethnocentrisme, mais dans ce dernier cas, un peu en retrait. Le thème, en effet, s'il se trouve dans la direction de l'item "Il y a trop de travailleurs immigrés" avec lequel il présente une forte corrélation, est cependant plus proche du centre du cercle. Cette position vers l'ethnocentrisme se comprend puisqu'il s'agit de résultats français. Chauvinisme et ethnocentrisme se rejoignent.

Figure 3 - Interprétation structuraliste des axes factoriels de l’analyse en composantes principales

Figure 3 - Interprétation structuraliste des axes factoriels de l’analyse en composantes principales

31En même temps s'affirment la discipline, l'ordre et la rigueur. Proche de notre thème on découvre les items "Il faut isoler les malades du Sida", "On doit lutter énergiquement contre la pornographie" et "il faut censurer certains livres". Donc repli sur le pays et les valeurs d'ordre. Mais puisqu'il s'agit des Jeux olympiques, du sport de compétition de haut niveau, le thème se trouve lié à l'idée de progrès. Le sport qui se mesure, nous l'avons souligné, symbolise le progrès linéaire. Rien que de logique dans le fait que le thème se trouve près de ceux qui reflètent cette idée de progrès indéfini associé à la technique, car, aux Jeux olympiques, les sports rois sont des sports qui se mesurent et dont on peut très précisément apprécier les progressions. Dans les trois grandes disciplines olympiques, celles qui distribuent le plus de médailles : l'athlétisme, la natation, l'haltérophilie, on bat des records. "Citius, Altius, Fortius". En conséquence le thème des Jeux olympiques se place à proximité de celui centré sur la croissance économique (On doit tout faire pour maintenir la croissance économique") et il fournit avec ce dernier le coefficient de corrélation le plus élevé de tous les coefficients que présente le thème sur les Jeux avec les autres thèmes. Nous sommes donc en présence d'une forte liaison qui s'avère plus élevée que celle concernant le thème de la patrie, ou de l'immigration. Dans la même logique, lorsque l'item "Avec le temps, le progrès technique résout tous les problèmes" est posé lors de certaines enquêtes, il s'avère très proche de notre thème sur les Jeux. Autre proximité observée l'item " la crise de l'énergie est préoccupante". On trouve également des corrélations assez fortes avec les thèmes "Il faut qu'en France on arrive à vivre comme aux Etats-unis" et "La force de frappe est indispensable". Les Jeux ce sont aussi les traditions. Le thème est donc proche de celui sur les convenances "Il faut respecter les convenances" et bien corrélé avec lui.

32En résumé le thème, qui s'insère dans un certain ethnocentrisme, se trouve surtout lié au sacré et ceci tout naturellement de par l'origine des Jeux. Il est aussi lié à la tradition et au rituel.

33Examinons maintenant les variations de réponses à la question sur le Jeux olympiques en fonction de quelques variables du signalétique : la catégorie socio-professionnelle, la tendance politique, le diplôme. On observe des variations au cours du temps, en 1978 les plus en désaccord avec le thème sont les enseignants (moyenne = 2,77) et les cadres supérieurs (moyenne = 3,00). Les plus favorables, les ouvriers spécialisés (moyenne = 3,70) et les ouvriers qualifiés (moyenne = 3,66), puis l'armée, la police (moyenne = 3,63). En fait, il semble que la dimension "capital culturel" soit bien liée au degré d'acceptation puisque lorsque l'on organise la hiérarchie des C.S.P. en fonction du degré de désaccord, on trouve l'ordre des diplômes, et c'est effectivement en fonction des diplômes que nous trouvons les écarts les plus significatifs entre les réponses moyennes. En 1992 la variable discriminante reste le diplôme. Existe toujours une relation entre niveau d'étude et désaccord. La variable C.S.P. joue également un rôle, mais dans l'ensemble on note un consensus plus élevé. Les variations de moyenne apparaissent beaucoup plus faibles. En dehors de l'extrême gauche (moyenne = 2,84) aucune ne descend en dessous de 3,07 (moyenne des diplômés du supérieur autres que BTS et DUT).

34Quelle que soit l'année, plus le sujet possède de diplômes, moins il est favorable à l'item. Sans doute retrouvons-nous ici le dédain des gens cultivés pour ce qui concerne le sport de compétition. Sur le plan politique le rejet de l'extrême gauche, des freudo-marxistes ne doit pas surprendre ; nous nous sommes déjà expliqué sur ce sujet. Les valeurs traditionnelles sont rejetées. On retrouve le terrain idéologique de la contestation sportive, des sujets mal à l'aise dans leur intégration sociale, dans leurs relations sociales. Le terrain aussi de ceux qui désirent attirer l'attention sur eux.

35Le thème "Pour un grand club de football", qui rappelons-le est très corrélé avec celui sur les Jeux, présente les mêmes caractéristiques au plan de la stratification sociale. Le désaccord augmente avec la possession de diplômes (Aucun diplôme = 3,36, Cep, Cap = 3,12, Brevet = 3,07, Bac = 2,95, Bts, Dut = 2,68, Supérieur = 2,63). Ceci confirme donc entièrement notre précédente conclusion.

36Le thème consacré au sport On doit faire beaucoup de sport" se révèle moins conflictuel. Nous avons noté que la moyenne globale des réponses se situe à une valeur élevée 4,18. Néanmoins l'item se situe sur l'axe de nouveaux conflits, vers la dramatisation, dans la direction des sensations, vers le réel. Il acquiert sur cet axe un aspect moderniste. Le thème conjugue le développement de la pratique individuelle et la mise en œuvre de mesures sociales d'encouragement. Il confère des origines à cette redécouverte du corps qui caractériserait l'époque actuelle.

37Remarquons cependant que cet item sur la pratique sportive est lié à celui des Jeux par un coefficient de corrélation de 0,26. Une partie du public unit encore dans ses représentations ces deux types de sport.

38En fait l'opinion sur la nécessité de faire du sport est liée à la région d'habitation. L'influence de cette variable transparaît dans la projection des points moyens sur le plan principal (1,2). La région parisienne et les grandes villes sont en haut du premier axe, les petites villes et la campagne, en bas. L'axe de la violence perçue est lié à la densité de la population, le sentiment de la nécessité de la pratique sportive, également.

Le sport en tant que loisir

39Une autre partie des enquêtes "Agoramétrie" est consacrée aux loisirs. Elle nous permet de situer la pratique sportive et le suivi des événements sportifs. Evidemment ce qui est saisi maintenant ce ne sont plus des opinions, mais des comportements. Notons cependant que les pratiques de loisir peuvent être considérées comme des communications sociales. C'est pour cette raison qu'elles trouvent leur place dans l'enquête. Les pratiques se chargent de significations sociales. La manière dont un individu perçoit un loisir dépend de son vécu et de son milieu social. L'affirmation de son statut apparaît dans le choix du loisir mais aussi dans la fréquence avec laquelle il pratique.

40Sur les loisirs on dispose des mêmes documents que dans le cas des opinions. Evidemment, les plans principaux qui résultent des analyses en composantes principales sont différentes, puisque si les individus sont toujours les mêmes, en revanche les variables diffèrent. Ce sont les loisirs. La figure 4 représente le plan principal (1,2) de l'A.C.P. des thèmes de loisir.

Figure 4 - Les thèmes de loisir

Figure 4 - Les thèmes de loisir

41Le lecteur peut voir que le suivi des événements sportifs est relativement indépendant de la pratique. Ceci est sans doute dû à un effet de l'âge. En schématisant on pourrait dire que les personnes âgées regardent et que les jeunes pratiquent. En effet au niveau de cette pratique nous retrouvons les influences classiques : âge, sexe et C.S.P. Ces trois facteurs présentent des liaisons significatives au seuil de 1 pour mille. On pratique d'autant plus que l'on est jeune, que l'on est un homme et que l'on fait partie d'une catégorie socio-professionnelle élevée. Néanmoins les données de cette enquête montrent la particularité des catégories "Enseignants" et "Armée-Police" qui se révèlent fortement pratiquantes.

42La pratique est également liée au cursus scolaire et universitaire. Elle augmente jusqu'au baccalauréat et redescend légèrement au niveau des possesseurs de diplômes universitaires. Il serait intéressant de réaliser quelques comparaisons à âge égal.

43La figure 5 indique le croisement des réponses à l'item d'opinion sur la nécessité de pratiquer avec les réponses sur la pratique elle-même en ce qui concerne les professions. On s'aperçoit que ce sont les enseignants et les membres de la police et de l'armée qui présentent la distance la plus faible à la diagonale. C'est-à-dire que leur pratique n'est pas loin de correspondre à leur opinion sur la nécessité de faire du sport. En revanche les femmes, et particulièrement les femmes d'ouvrier et les femmes de cadre, sont les plus éloignées de la diagonale. Ici s'exprime une forte demande. La distance à la diagonale peut servir à quantifier la frustration de chaque groupe social.

Figure 5 - Opinion sur la nécessité de faire du sport et pratique réelle

Figure 5 - Opinion sur la nécessité de faire du sport et pratique réelle

44Examinons maintenant le deuxième loisir qui nous intéresse, le suivi des événements sportifs. Celui-ci dépend également de la catégorie socioprofessionnelle, du sexe et du diplôme. Ce sont essentiellement les hommes qui suivent les événements sportifs. Ceci correspond tout à fait au spectacle sportif et aux résultats fournis dans ce domaine par les enquêtes du Ministère de la Culture que nous avons citées au chapitre premier. Au niveau des catégories socio-professionnelles, la liaison est plus complexe que celle obtenue lorsque l'on s'intéresse au spectacle sportif. Cela tient au fait qu'ici on a distingué les enseignants comme catégorie à part. Nous voyons que ceux-ci apparaissent comme les moins intéressés. Ils sont au même niveau que le personnel de service et que les agriculteurs.

45Le graphique de la figure 6 indique le croisement de la pratique et du suivi des événements sportifs. Il montre que les enseignants sont les seuls à avoir une pratique supérieure au suivi des événements sportifs. Ceci indique une volonté de rejet du spectacle sportif. Cependant on pratique mais on tient à distance le phénomène considéré sans doute comme populaire,

Figure 6 - Pratique et suivi des événements sportifs

Figure 6 - Pratique et suivi des événements sportifs

46L'analyse de ces résultats obtenus à partir des enquêtes Agoramétrie s'avère donc riche d'enseignement pour comprendre l'impact du phénomène sportif. En situant le sport parmi l'ensemble des thèmes de conflit qui structurent l'opinion publique, cette technique permet de comprendre le symbolisme du sport et sa force actuelle.

47Le lecteur intéressé pourra se reporter à l'ouvrage Sport et médias de R. Thomas paru aux Ed Vigot en 1993.

Notes

1 Cf. Notamment, THOMAS R., L'éducation physique et sportive, Paris : PUF, “Que sais-je ?, 4e éd., 1993,
THOMAS R., L'histoire du sport, Paris : PUF, "Que sais-je ?, 1991.

2 Cette présentation de lignes directrices qui président au système d'analyse des opinions mis au point par Agoramétrie s'inspire d'un document rédigé par cette association.

3 Pour le calcul de la moyenne, cf. légende tableau 2.

4 THOMAS R., Sociologie du sport, Paris : PUF, "Que sais-je ?", 1993.
THOMAS R. et ALAPHILIPPE D., Les attitudes, Paris : PUF, "Que sais-je ?", 2e éd., 1993.

5 THOMAS R. et ALAPHILIPPE D., Les attitudes, op. cit.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search