Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

I. Les pratiques sportives et leurs modes d'expression

Epistémologie d'une histoire du spectacle radiodiffusé

Un exemple : la boxe

André Rauch

Texte intégral

1Les enregistrements radiophoniques de spectacles sportifs dont disposent aujourd'hui les historiens deviennent de précieuses archives pour analyser la culture radio. Mais ils ne sont qu'illustratifs : leur nombre reste limité, la diversité des événements qu'ils présentent est telle qu'ils ne sont pas vraiment comparables ; les styles des reportages diffèrent eux-mêmes d'un speaker à un autre, et sans doute d'un enjeu à l'autre : le match a-t-il lieu à Paris ou à New York et tout peut changer dans la mise en onde de l'événement. Enfin, les intérêts du public-radiophonique sont eux-mêmes hétérogènes : dans l'entre-deux-guerres, la boxe, le tour de France ou le football ne suscitent pas la même écoute que le tennis ou le rugby. Enfin, les traditions françaises du reportage radiodiffusé restent sans doute fort différentes de celles qui ont cours en Angleterre ou en Italie. C'est dire qu'il est peu probable qu'existe un modèle interprétatif pour élaborer une histoire du spectacle radiodiffusé. La contingence des lieux, les aléas de l'éloignement, la différence des enjeux, le tempérament ou le style des speakers enfin, bien d'autres facteurs encore, restent à explorer pour élaborer une telle histoire, sans avoir à se préoccuper de proposer une matrice.

  • 2 Cf. notre communication : “Boxe à la télévision. L'enjeu de l'impérialisme américain 1939-1974)", (...)

2Il n'en demeure pas moins qu'une évolution s'est dessinée. Elle passe du reportage, conçu comme le compte rendu fidèle des péripéties du combat, à un énoncé peu saturé d'informations, mais fortement ponctué par les exclamations du reporter. Elles créent en soi l'émotion du spectacle que nous connaissons depuis le début des années cinquante et jusqu'à l'avènement du spectacle sportif télévisé2. Un temps domine le souci d'une intelligibilité : faire en sorte que rien ne manque à l'auditeur dans l'information qui lui est transmise ; lorsque le récit fait place à des ponctuations exclamatives, l'intelligibilité passe au second plan. L'auditeur est désormais suffisamment cultivé pour ne plus attendre du reportage un compte rendu, mais une ambiance.

3Relativement ignorée, cette histoire n'est pas anodine pour qui veut analyser le rôle du support médiatique dans les spectacles sportifs. Au-delà du principe général de faire participer un public d'auditeurs aux événements sportifs, la radio change la signification des spectacles. Elle installe le match sportif dans de nouveaux lieux : non plus dans les salles de spectacles ou dans les stades, mais dans les foyers. Voilà qui renouvelle la participation aux événements ; les rencontres peuvent désormais être suivies hors des salles et des stades, grâce à un "reportage" que transmet la télégraphie sans fil (TSF). Voilà que s'amorce un profond bouleversement des espaces et des comportements.

4Les combats de boxe serviront ici d'exemple. Du ring, la radio projette ses champions dans le star-system. L'apparition dans l'actualité sportive de groupes sociaux, qui jusque-là ne possédaient ni les budgets ni les dispositions mentales du loisir, explique aussi le soudain succès de certains championnats. Les distances géographiques amènent des prouesses techniques et l'émission radio focalise l'attention du public sur les grands combats : en sélectionnant les meilleurs, c'est-à-dire les compétitions aux sommets, la radio va privilégier les enjeux proprement sportifs sur les événements locaux, les grands champions au détriment des petites soirées du quartier. Ainsi naît une "consommation" plus importante de grands combats sélectionnés par les chaînes de radio, que favorise la maîtrise des distances.

1- Epaces et désirs

5Au début du siècle, un spectacle de boxe entraînait le public à se déplacer pour passer une soirée hors du quartier, dans un espace où le nombre des places restait limité. Avec la diffusion par radio des reportages sportifs, la salle du spectacle perd ses limites physiques et l'espace domestique est ouvert à l'extérieur. La retransmission des matchs entre les deux guerres marque bien une rupture. Le spectateur, devenu auditeur, "assiste" à un enjeu dont il est physiquement éloigné. La scène du spectacle lui échappe : voilà une frustration ; simultanément, il écoute une "émission" qui le transporte en imagination à des distances éloignées : voilà un bénéfice compensatoire. D'une part, ne lui sont communiquées que des bribes d'information lancées par un speaker qui raconte et commente la scène, par ailleurs, celles-ci recèlent d'autres plaisirs que ceux de la simple information : voilà qu'est né le reportage sportif.

6Quels nouveaux plaisirs compensent cette frustration de la scène où se déroule l'événement ? Quels bénéfices secondaires tire l'auditeur d'un spectacle dont il est maintenu éloigné ? Quelles transformations profondes vont par ailleurs entreprendre les chaînes de radio pour composer "leur" propre spectacle ? Quelles formes de participation inédites, enfin, vont naître de la nouveauté de cette mise en situation de l'amateur de spectacles sportifs ?

7Les premières compétitions sportives ne se limitèrent jamais à ce que le spectateur observe sur la piste, dans le stade ou sur le ring lui-même ; elles étaient liées aux enjeux affectifs et passionnels des spectateurs installés sur les tribunes ou dans la salle. Assister à un match ou un championnat c'est participer, en applaudissant, interpellant, sifflant, trépignant même. La retransmission radiophonique d'une rencontre sportive est privée de ces participations-là et des enjeux qui en sont la cause. Sans doute lui substitue-t-elle d'autres formes de plaisirs et recompose-t-elle ses propres "ambiances" (aux contextes passionnels caractéristiques) grâce aux techniques d'enregistrement et de transmission radiophoniques. Double registre du reportage radiodiffusé : le récit au premier plan ; en toile de fond (pour ainsi dire), une sonorisation d'ambiance composée du bruit de la foule des spectateurs et du brouhaha des annonces faites par l'organisateur monté sur le ring pour présenter les boxeurs et annoncer la décision des juges.

  • 3 Cf. Barreyre J, "Histoire de la radio", in Crapouillot, no 61, juil. 1963, p. 2-11. DUVAL R., Hist (...)

8Une première condition s'impose à l'analyse de ce phénomène culturel. Ecouter un combat ou un match "au poste de radio" suppose a priori une culture sportive : un auditeur ignorant les enjeux et les règles du combat, ne parviendrait jamais à imaginer ce qu'il ne voit ni ne comprend. La presse et la radio vont donc contribuer à diffuser une connaissance affinée de l'enjeu des combats de boxe dans un public élargi. Ce qui avait été pendant longtemps un loisir de spectateurs devient un plaisir d'auditeurs, captant à domicile les émotions que leur dispensent les commentaires radiodiffusés d'un "speaker" installé à proximité du ring. La création du spectacle radiophonique ne va pas de soi. Elle suppose tout autant son appropriation par les auditeurs qu'une formalisation originale par les techniciens eux-mêmes. Il ne s'agit jamais de reproduire le spectacle sportif de la salle, mais d'en construire un autre qui exploite l'histoire même du media : recréer l'émotion, établir une connivence, évoluer avec la culture du spectateur et le désir de renouveler l'émotion attendue de ce type de loisir3.

9Reste dès lors à analyser l'intérêt déclenché par les effets sonores du poste de T.S.F. lançant ses reportages aux rythmes de la voix nasillarde d'un speaker. Contrairement aux apparences, les imperfections techniques peuvent fort bien renforcer l'intérêt de l'émission, voire même créer son suspens essentiel : le mince filet enveloppé de grésillements capte les imaginations et transmet aux auditeurs la passion des combats jusque dans l'intimité du domicile ; voilà qui conduit à étudier l'évolution des comportements de loisirs en les intégrant dans une histoire que ces techniques de la communication vont transformer.

  • 4 Né à Clermont-Ferrand le 291906, /Emile Pladner, dit "Milou", fait ses premières armes à l'A.S. Mo (...)
  • 5 Raymond Saladin, L'Auto, 20/4/1929.

10Faute d'enregistrements originaux qui n'ont pu être conservés, la presse écrite reflète parfois ce changement des références de l'amateur de spectacles sportifs. Voici le compte rendu de L'Auto sur le combat retransmis à la T.S.F. en avril 1929, de Frankie Genaro contre Pladner4 pour le titre de champion du monde : "L'imagination est un merveilleux appareil photographique, qui inscrit dans le cerveau les images les plus nettes des événements (...) Bernstein, l'arbitre, dont la cravate foncée tranche sur la chemise blanche, s'appuie aux cordes. Vous entendez la foule qui manifeste son impatience, et voici le deuxième round. Pladner me fait face, Genaro sautille, touche bas, les juges donnent un avertissement. Ecoutez les clameurs du public. Voici un échange de crochets et de directs, séries au corps. Je crois bien que Pladner a l'avantage". Dehorter (le speaker) présente : "le tableau" du troisième round avec le même luxe de details, de précisions et de descriptions qui vous empoigne. De temps en temps, les clameurs de la foule couvrent sa voix. On dirait une tempête qui s'avance, rugit, éclate, puis s'évanouit. Dans le hall immense du Vel' d'hiv', des milliers de poitrines hurlent..."5. Autant de conditions qui avivent le rôle des championnats mobilisant pour une même émission radiophonique des centaines de milliers d'auditeurs. Autant de contraintes sociales qui instaurent à domicile les loisirs du samedi soir et du dimanche, selon ces rythmes et ces temps forts.

2- Enjeux et bénéfices

  • 6 En décembre 1925, la presse sportive présente Jefferson Dickson, âgé de 31 ans. Devenu acquéreur d (...)
  • 7 Le match Al Brown-Young Perez ne sera pas radiodiffusé. Même réaction à Madison, où chaque radiodi (...)

11Comptent aussi les conflits et les fantasmes hostiles que déclenche ce nouveau moyen de produire des événements culturels. Même naïve, une illusion est ici révélatrice. Elle se manifeste parmi les organisateurs de combats et elle est répercutée par la presse écrite : de nouveaux groupes sociaux menacent les loisirs sportifs : la radio viderait les salles d'un public qui autrement se rendrait sur place, paierait l'entrée et assisterait au spectacle. Certes, l'argument traduit une méconnaissance de l'histoire des comportements de loisir et de leur rapport avec les media, mais il illustre les représentations que se font les détenteurs du marché du spectacle sportif lorsqu'ils se trouvent confrontés à une évolution qui leur échappe. Réaction des organisateurs : en février 1934, Jeff Dickson6 avait annoncé que la radiodiffusion d'un match portait un préjudice à la recette de l'organisateur : "La boxe est un sport que l'on peut très bien suivre à l'écoute... De plus, grâce au talent des maîtres actuels de la radiodiffusion, l'on peut, chez soi "assister" à un match comme si l'on y était... Alors pourquoi se déranger ?...". L'argumentation va de soi : pour préserver le passé, il convient de conserver le mythe dans son intégralité. Comme tous les rites classés, la boxe ne doit pas devenir un amusement ou un passe-temps, mais rester une messe que célèbre une collectivité humaine rassemblée dans un lieu semblable à un sanctuaire. On sacrifie son confort journalier pour se rendre sur place ; la dépense d'argent entre dans ce sacrifice. La réaction de l'organisateur traduit ses intérêts financiers, bien sûr, mais exprime aussi la réaction d'une génération confrontée à l'évolution des spectacles sportifs7. Cette représentation est bien révélatrice : elle est en réaction contre une conception inédite du loisir qui se fait jour et où des masses sont rendues solidaires par les techniques de diffusion du spectacle.

  • 8 Cf. MÉADEL C., La radio des années trente, INA-Anthropos, 1994, Les premiers postes commencent à é (...)
  • 9 Cf. Rauch A., “Combats d'après-guerre. Carpentier-Dempsey : le symbole et l'affront", in : Ethnolo (...)

12Les obstacles que rencontrent les "pionniers" de la radio sont eux-mêmes révélateurs du désir de faire jouer la distance géographique en faveur de leurs émissions. Manquent dans un premier temps les moyens techniques : à Radiola (premier poste privé qui émet en France), Maurice Vinot et Émile Girardeau sont les concepteurs de ces émissions "en direct"8. Dehorter a étudié avec passion les comptes rendus du premier radio-reportage sportif réalisé par A. White et J.O. Smith lors du match Dempsey-Carpentier à Jersey-City9. À son tour, il cherche à placer un micro près du ring, pour décrire l'événement à la seconde même où il se déroule et faire entendre aux auditeurs les réactions du public. Première déception : les PTT n'accordent pas le circuit que demande Dehorter pour le reportage du combat Carpentler-Nilles le 6 mai 1923 au stade Buffalo. Il se résigne à en raconter le déroulement par téléphone à une sténographe installée au studio du boulevard Haussmann. Le compte rendu est ensuite lu à l'antenne de Radiola. C'est l'information quasi immédiate : une performance technique incontestable, un triomphe de la vitesse de transmission, mais il manque "l'ambiance".

  • 10 Cf. Radio-Magazine, no 1, 21/10/1923,

13Le 6 octobre 1923, Edmond Dehorter, surnommé désormais "le Parleur inconnu", obtient cette fois du ministère des PTT un circuit téléphonique pour diffuser en direct de la salle Wagram le reportage du match pour le titre de champion du monde qui oppose Criqui à Hebrans. Sur le plan radiophonique, cette rencontre est une première en France, que saluera dans la presse écrite l'hebdomadaire Radio-Magazine : "Le récent match Criqui-Hébrans a marqué une date nouvelle dans les émissions sportives : le microphone Radiola était installé près du ring et un speaker décrivait au fur et à mesure les différentes phases du match. La réception était si parfaite que l'on entendait même les bruits de la foule"10. Surprise : la qualité du reportage ne tient pas à la clarté de l'exposé du "speaker", mais aux sons informes que le micro extrait de la foule. Plus que la presse écrite, qui ne fait que décrire et interpréter, les ondes radiophoniques ont semble-t-il le pouvoir de restituer un contexte émotionnel, en un mot de transmettre une passion authentique, selon certains codes que l'auditeur ne tarde pas à reconnaître et à adopter.

  • 11 Cf. LOISEAU J.C., Marcel Cerdan, Flammarion, 1989.
  • 12 Sur le Vel' d'Hiv de 1944 à 1954, cf. notre article in : Revue Autrement, Janvier 1995.
  • 13 Né à Conakry le 2/6/1912, Diouf fut un boxeur très populaire. Débutant au Ring de Pantin, il passe (...)

14Une autre question se pose : comment se constitue une culture radiophonique ? Un exemple permet d'émettre l'hypothèse que l'information, c'est-à-dire la mise en forme de l'événement par le récit du speaker, joue un rôle essentiel dans un premier temps. Le 30 novembre 1945, Marcel Cerdan11 monte sur le ring du Vélodrome d'Hiver12 à Paris pour le titre de champion de France des poids moyens, que détient le boxeur Guinéen Assane Diouf13. La voix de Georges Briquet introduit l'événement :

"Ici, le vélodrome d'hiver, au micro Georges Briquet, à votre service, qui pour le compte des services de radio-reportage vous présente le reportage du match Marcel Cerdan-Assane Diouf, avec le concours (non pas le match mais le reportage (sic)) de notre camarade Loys Van Lee" [le reporter sportif de la chaîne de radio nationale]".

15La voix du speaker domine le brouhaha de la foule ; une tension se crée : la moindre indication est essentielle pour suivre les péripéties du combat que se livrent deux adversaires invisibles : qui sait si le détail des descriptions n'échappera pas à l'auditeur ? À tout instant, il peut craindre qu'une défaillance technique ne le prive "de la suite" : car il ne connaît ni le déroulement ni l'issue de ce qu'il attend ; ne disposant d'aucun autre repère que les paroles du speaker, il ne peut espérer "rattraper" une lacune dans l'information qui proviendrait d'un excès de "fritures", d'une coupure de "courant" (les coupures d'électricité restent fréquentes en France à la fin de la guerre), ou d'une mauvaise sonorisation qui inverserait subitement le rapport entre le bruit de fond et l'information, la plus audible au premier plan. Cette menace fait partie de l'attente et, paradoxalement, la fragilité de la transmission, rendant l'information plus précieuse, captive l'auditeur.

16Double bénéfice, que révèle à l'historien d'aujourd'hui une courte analyse du contexte dans lequel est calé l'amateur de radio : en faction devant son poste de TSF, il assiste pour ainsi dire en aveugle à un événement : mais s'il reste invisible, le combat devient en revanche plus intelligible. D'une certaine manière, l'auditeur en sait plus sur les enjeux et les hommes que le spectateur installé dans la salle. Il devient ainsi plus à même de comprendre et d'interpréter ce qui est dit du déroulement du combat par le speaker.

17Reste à reconstituer le contexte affectif ou passionnel d'un spectacle presque onirique : l'auditeur assiste à un combat que son imagination projette sur la paroi de la pièce d'où il capte la longueur d'onde. Une sorte d'écran sonore sur lequel se découpe ensuite un simple compte rendu des événements, incontestablement fidèle, mais étonnement monotone :

"... Cerdan n'a pas l'air d'être inquiété par cette petite avance que pourrait prendre Assane Diouf et il attaque aussitôt à mi-distance Assane Diouf et à la sortie du clinch, il place un petit crochet du gauche un peu large mais qui arrive bien à la pointe du menton de Diouf. Celui-ci encaisse encore un crochet du droit et à travers les gants de Cerdan arrive à placer son direct du gauche, un long direct qui arrive un peu amorti sur la figure de Cerdan. Assane Diouf va dans les cordes et Cerdan lui place un jab à l'estomac qui est doublé d'un crochet du gauche à la figure, et Assane Diouf tient toujours..."

18À cette époque, le compte rendu ne crée jamais un véritable spectacle radiophonique. Il se borne à décrire ponctuellement ce qui se passe sous les yeux du speaker. L'enchantement naît tout au plus de la distance qui sépare l'auditeur de l'événement qui se produit. Entre les reprises, Loys van Lee prend la parole et interprète le récit que vient d'entendre l'auditeur. De toute évidence, c'est l'avis du spécialiste : mieux que le spectateur dans la salle, l'auditeur pourra ensuite raconter un combat qui lui a été décrit et interprété sans avoir lui-même à en concevoir les termes de la formulation verbale :

"Au cours de ce premier round, Cerdan a attaqué Assane Diouf et a effectué ce qu'on appelle en termes pugilistiques le forcing. La seule chance d'Assane Diouf est de maintenir le combat à distance et d'éviter les rudes assauts que ne manque pas de lui infliger le challenger au titre de champion de France, Marcel Cerdan. Au cours de cette reprise, Assane Diouf n'a pas manqué de lui administrer toute la gamme de ses gauches, mais ces gauches n'étaient pas assez effectifs pour stopper l'attaque de Marcel Cerdan..."

19Un bilan apparaît qui intéressera l'historien attentif aux jeux de rôle chez les auditeurs de la radio ; sorte de mise au point, le propos de Loys van Lee rapproche davantage le spectateur d'un manager ou d'un second qui pense le combat que du boxeur qui l'exécute. La primeur est ici donnée à la lucidité tactique sur la passion des engagements physiques.

3- La radio et ses images

20À l'écoute de la bouche d'ombre, un combat se tend lorsqu'il se traduit par la nuée des métaphores que précipite l'accélération des paroles :

"... Diouf est contré par un large crochet du gauche et il est encore une fois ébranlé. Cerdan place encore un crochet du gauche, puis un crochet du droit. Assane Diouf va encore à terre 3, 4, 5, 6, 7, 8, (...) Il est tremblant, il est très ému, il tombe même à terre tout seul et il se relève. Cerdan le laisse se relever, Assane Diouf, très en colère, place un grand crochet du droit à Cerdan ; Il tremble de peur, semble-t-il, prend un crochet du droit puis du gauche, encore un crochet du gauche à la figure et du droit ; et Assane Diouf n'est plus qu'une sorte de cible, une sorte de ballon de punching ball, et il se tient par miracle (...) véritablement Assane Diouf a l'air d'être blême de peur encore (...) et il tombe, lamentable, comme un pantin désarticulé, appuyé là-bas contre les cordes. C'est un pauvre homme en ce moment, qui entend peut-être à peine tout juste compter 5, 6, 7, 8, 9. Il se relève péniblement, mais ce n'est plus qu'un homme mort et il retombe encore, cette fois lamentable ; va-t-il être sauvé par le gong ? Il tombe complètement, et le gong le sauve (...)".

21Les métaphores traduisent l'évolution passionnelle du combat : désarroi du boxeur, perte de sa lucidité, incoordination des gestes, ridicule des positions du corps. Lamentable, pantin, mort... Assane Diouf est privé des qualités humaines au cours d'un combat dont la victoire semble à présent lui échapper. Mais les expressions traduisent aussi le parti pris du speaker pour celui des deux boxeurs qui prend la domination. Car c'est bien un vainqueur qu'il faut. Assane Diouf ne sort pas seulement battu de cette reprise, il en sort privé des signes extérieurs de l'humanité. C'est bien ce qui fait de lui le boxeur "jeté dehors" (knocked out).

22"Lamentable" : la qualification a-t-elle en 1945, dans la bouche de Georges Briquet, le sens que nous lui prêterions aujourd'hui ? Peu probable : elle traduit sans doute, au-delà d'une lamentation, la chute du champion en titre : non pas l'homme, mais le symbole du titre.

"Aussi curieux que cela puisse paraître Marcel Cerdan n'était plus champion de France depuis 1943, époque à laquelle il avait perdu son titre de champion de France des poids mi-moyens. Maintenant il a repris son titre de champion de France des poids moyens et nous espérons qu'il va bientôt affronter l'américain Tony Zale pour le titre de champion du monde des poids moyens".

23Il est vrai que dans cette logique, l'imagination saute les étapes : champion de France n'ouvre pas la voie au titre mondial, tout au plus au titre européen. Celui-ci d'ailleurs n'entraîne pas ipso facto la rencontre avec le champion de tous les continents. Peu Importe, ce qu'il convient de souligner, c'est la démarche. Moins passionnelle, en apparence, plus logique de fait, mais d'une logique qui va au plus pressé. L'expert est invité à corroborer ce qui est inscrit en filigrane dans l'enjeu de ce match : voilà les vrais bénéfices de l'auditeur de la radio. La distance géographique lui confère une distance interprétative. Les explications qui lui sont livrées lui permettent d'en savoir plus sur ce que le présent recèle d'avenir.

24Le speaker réussit à interviewer Cerdan, vainqueur ; le commentaire cette fois comble l'absence du spectacle visuel : aucun spectateur "réel" dans la salle du Vel' d'hiv' ne bénéficie du privilège d'entendre la voix du héros. Le champion parle, fait part de son émotion, explique ses hésitations et ses décisions en cours de combat ; mieux que quiconque, il peut "confirmer" ce qu'il a réellement fait. Toute autre personne dans la salle, a fortiori tout autre auditeur, ne peut deviner les fils tactiques qui ont tendu cet épisode. Seul Cerdan peut les révéler. En ce sens, l'auditeur a directement accès aux causes réelles de la victoire.

Cerdan : "Je crois qu'il a eu beaucoup peur de moi ; oui ; il est monté déjà avec la moitié de ses moyens coupés, vous savez" (...) "Je me suis énervé, je me suis contracté trop, j'étais même, j'étais même un peu fatigué, mais au troisième, ça.. c'est revenu, quoi, bien (...)
Cerdan : "Le dernier coup là ? Ah non ! le dernier coup était bien touché ; vous avez vu que y a fallu que j'aille le réveiller ? C'est qu'il a été bien touché, il a relevé pa'ce que…, oh oui ! celui là, oui ! oui !" Briquet : "Evidemment toi, tu sais mieux que personne..," (...)
Cerdan : "Mais au début... au début il était plus difficile à toucher, mais enfin je suis arrivé à toucher juste, quoi !"

25De toute évidence, l'énoncé reste sibyllin, voire même obscur et pourtant, le timbre de la voix, son accent typé, ses intonations parlent à l'imagination. La parole du champion renouvelle les enjeux : une voix qu'identifient tous les auditeurs, des intonations qui cultivent le culte du héros, des expressions et un accent qui lui sont propres produisent "de l'authentique". La radio pénètre l'intime du combat. Le spectacle sur le ring n'en est finalement que l'apparence : naît, au-delà du champion, la vedette.

26Tout cela est bien connu de l'auditeur, mais Cerdan le confirme et sa parole donne à l'information plus d'authenticité, pour ne pas dire la valeur décisive de la vérité. Le lendemain, lorsque les journaux diffuseront la nouvelle, c'est à la parole de Marcel Cerdan lui-même qu'ils se référeront. La radio sert dès lors de référence : dans le jeu de l'information devient essentiel le media qui dispose en premier de l'information.

4 - L'exotisme à domicile

27Une manifestation sportive qui se déroule au Vel' d'hiv, à Paris, demeure à portée de l'amateur. La radio n'introduit pas vraiment dans ce cas le sens d'un éloignement. Elle substitue, à la présence en salle, le récit à demeure. Qu'advient-il lorsque l'événement se déroule à plusieurs milliers de kilomètres ? L'enjeu est de taille : travailler l'effet d'éloignement revient à introduire le principe de l'exotisme.

28Lorsque le 22 Juin 1947, Cerdan rencontre l'américain Billy Walker à Montréal, la mise en scène change : les hymnes nationaux traversent l'Atlantique, l'intensité du son semble osciller avec le mouvement des vagues, comme si les ondes étaient portées par le flot montant et descendant de l'océan. Le commentateur insiste sur la performance radiophonique en racontant à l'auditeur tout ce qu'il observe. Il se plaît à souligner les décalages horaires, les mœurs outre-Atlantique, les enjeux que, de France même, nul ne mesure. Plus que jamais la radio ouvre la voie à l'aventure.

"Ici le service international de la société Radio Canada Montréal. Nous diffusons en ce moment sur les antennes des postes CH OM 25 mètres virgule 60, c'est à dire 11 mégacycles virgule 72 et CHLS 31 mètres virgule 22, c'est à dire 9 mégacycles virgule 61, Bonjour mes chers auditeurs. A Montréal il est, en ce moment, minuit et 53 minutes et à Paris, il est six heures, et cinquante trois minutes également. Voici une transmission spéciale adressée à tous nos auditeurs en France et plus particulièrement à la radiodiffusion française à Paris, au cours de laquelle nous allons vous présenter un reportage du match Cerdan-Walker. Cette transmission spéciale commencera à 1 heure précise, heure de Montréal, soit 7 heures précises, heure de Paris. Elle sera diffusée sur les longueurs d'onde que je viens de vous donner c'est à dire 25 mètres, 60 et 31 mètres"

29L'attrait ne vient plus d'une information que le simple spectateur ne posséderait pas : la distance géographique occupe une place essentielle. Elle souligne à l'envie ce que, sans la radio, l'auditeur français ne "vivrait" jamais. Elle fait de son écoute un instant qui suspend le temps vécu. C'est de cet outil qu'il est ici question : il permet à l'auditeur de vivre la relativité, d'être ici en France tout en suivant un événement qui se déroule sur le Nouveau Continent. Sorte d'ubiquité qui vaut, à elle seule, exotisme. À vrai dire, celle-ci est encore renforcée par la mise en scène des identités civiques : il se produit une convergence entre le sport et le patriotisme : la séduction de la compétition, amplifiée par le lent accroissement du temps libre dans les sociétés du 20ème siècle, tire son sens de l'émotion collective créée par les hymnes nationaux qui unissent le champion et l'auditeur dans un même corps national :

Et voici tout d'abord René Lévèque : "Avec des milliers de Montréalais et aussi quelques centaines de Montréalaises, vous êtes en ce moment au forum de Montréal. Une immense enceinte sportive qui se dresse au cœur de la ville dans laquelle va se dérouler ce soir un combat que l'on vous présente justement (en voix de fond, incompréhensible, une annonce du haut-parleur), non pardon, il s'agit d'une cérémonie officielle. On présente en ce moment une clef tricolore, une clef en fleurs, trois couleurs (...) et c'est le maire de Montréal qui fait la présentation à l'un des visiteurs de marque que la métropole canadienne reçoit cette année, un visiteur de marque dans le monde sportif, un homme qu'il n'est sûrement pas besoin de vous présenter, Marcel Cerdan, champion des poids moyens d'Europe et voilà que Marcel Cerdan ayant reçu cette clef, en fleurs, de son Honneur, comme on dit ici, le maire de Montréal, Monsieur Camilia Hood, et ce sont 2 magnifiques agents de la police municipale qui viennent la lui présenter ; les photographes en ce moment sont tous dans l'arène devant nous, c'est un éclair continu de magnésium, Cerdan accoutré d'une élégante, d'une très élégante robe de chambre bleue ou plutôt gris poudre et suivi de son entraîneur est devenu citoyen d'honneur de Montréal (en bruit de fond, allant et venant au gré de l'onde, La Marseillaise)".

30Plus que d'un combat, c'est d'une cérémonie qu'il est question. Les personnages, leurs vêtements, les gestes du don, les hymnes nationaux sont offerts à l'auditeur. Le combat s'est pour ainsi dire dilaté au-delà de l'espace physique d'un ring ; on baigne dans les symboles et les émotions patriotiques. Voilà l'enjeu réel dans lequel désormais se situe l'affrontement. La Marseillaise élève le boxeur, les sportifs en général, au rang des diplomates : le combat s'inscrit dans une paix enveloppée du sentiment de la patrie.

31L'hymne national remplit plusieurs fonctions. Il permet d'identifier les boxeurs, à un moment où les compétitions sportives se structurent autour de l'appartenance nationale : la radio ne dispose guère d'autre possibilité que celle du son (et ici de la musique) pour signaler cette identification. Au-delà de la cérémonie elle-même, l'hymne signale l'entrée en scène des acteurs : en cet instant, ils cessent d'être des individus pour devenir sinon des héros, tout au moins des vedettes dans ce qui ne tardera pas à devenir le star-system des media. Enfin, l'hymne, dans sa lenteur cérémonielle, l'harmonie de ses intonations, intensifie l'attente du public des auditeurs, pressés d'entrer dans le récit de l'affrontement entre les deux boxeurs. Au-delà du suspens lui-même, se compose la nature symbolique et médiatique de l'enjeu.

32Alors que la scène reste éloignée de plusieurs milliers de kilomètres, la force d'imagination de l'auditeur est facilitée par ces repères demeurés inchangés d'un ring à l'autre, d'un pays à un autre. Seule inconnue : le trait singulier ou la faille imprévisible. Car, c'est le respect dû à la France que guette l'oreille de l'auditeur. Le moindre manquement à celui-ci atteindrait la signification symbolique de la fête et le caractère sacré des lieux : bref, pourrait créer l'événement. L'information crée de la sorte un suspens original. Chaque hésitation, chaque lapsus prend valeur d'événement et peut déclencher la réaction de l'auditeur, avec la même intensité que se déclare dans la salle le groupe des supporters. Bref, l'auditeur intériorise une hostilité que l'éloignement, l'absence de spectacle visuel pourrait dissiper.

  • 14 Cf. Archives de Radio France, "France Culture", Maison de la radio, 116, Avenue du Président Kenne (...)

(coup de gong) Voici Pierre Fisser qui vous fera le coup par coup, "Dès le coup de gong, Cerdan s'avance vers son adversaire, qui l'attend ; les deux adversaires sont maintenant au centre du ring et Ils échangent des coups au corps, qui ne semblent pas d'ailleurs avoir la moindre efficacité. Cerdan vient de porter un crochet du gauche à toute volée qui malheureusement a raté son but, Billy Walker a l'air d'être décidé à livrer un combat sérieux ; il attaque d'un court crochet du gauche, il rate ; un autre court crochet du gauche qu'il rate encore et, Cerdan, la garde haute, attend son adversaire, comme s'il voulait lui donner l'occasion de se découvrir (...). Cerdan reprend de la distance, la garde très haute, se rapproche ; Billy Walker recule, il a été durement sonné, il prend un crochet du droit au menton, un autre crochet, un direct, encore un ; il est visiblement groggy, il baisse la tête entre ses gants, recule, tourne le dos, se baisse encore et Cerdan reprend du champ, puis lui porte à toute volée un crochet, encore un, un crochet du gauche, un autre crochet du droit, un autre crochet au menton, et Billy Walker s'effondre sous les cordes Cerdan est donc vainqueur et je passe le micro à René Lévèque",
"Et voilà, chers auditeurs, l'un des combat les plus rapides (...) après une minute trente, comme vous avez pu le voir, ça a été une poursuite continuelle d'un coin à l'autre de Walker par Cerdan, jusqu'au moment où Walker tout près de nous, tout près du microphone ici dans le coin du ring, se soit effondré à moins de dix secondes d'intervalle et alors l'arbitre a décidé que vraiment, que Walker avait gagné sa soirée et qu'il avait surtout gagné son repos, et a déclaré que Cerdan était le vainqueur"14.

33Le reportage manque cette fois d'intérêt. La victoire de Marcel Cerdan se déroule sans accroc. Situation rare dans les combats au sommet, elle entraîne le discours de René Lévèque vers la moquerie, l'ironie. Walker, battu, n'est rien d'autre qu'un homme fatigué ; un salarié qui "a gagné sa soirée". Aucune autre métaphore ne venant ponctuer le reportage, l'auditeur a assisté à une victoire éclair qui fait de Cerdan un être exceptionnel, contre lequel aucun autre boxeur ne peut demeurer un héros du ring. C'est bien de cet ultime enjeu qu'il est ici question

5 - Le combat de la voix

34L'enregistrement radiophonique du 30 novembre 1945 cherchait à orienter l’auditeur dans la salle, au bord du ring, dans les allées qui y conduisent, il racontait la position des hommes (crouch, corps à corps...), l'échange des coups selon leur technique (direct, crochet, uppercut…), les parties du corps touchées (figure, corps). Il évaluait éventuellement l'intensité des effets sur le boxeur qui les recevait. L'information devait rester constamment intelligible, quitte à laisser échapper la rapidité des échanges en éludant certains passages. Tout se passait comme si le reportage à haute et intelligible voix permettait à l'auditeur de reconstituer mentalement un combat qu'il ne voyait pas. Le ton restait aussi posé que l'énoncé ; l'alternance des reporters au micro permettait de compléter l'information et de lui donner l'objectivité de deux points de vue complémentaires.

  • 15 Considéré par beaucoup comme "le plus beau boxeur de tous les temps", Ray Sugar Robinson (de son v (...)

35Au début des années cinquante, le spectacle change de registre. Non seulement son style a évolué, mais la mise en situation de l'auditeur est elle-même changée. Le 27 novembre 1950, grande soirée radio du Palais des sports de Paris : le Français Jean Stock est opposé au célèbre Sugar Ray Robinson qui fait son entrée en France sur le ring parisien15. Changement de genre : le reportage abandonne le ton du récit ; l'intelligibilité de l'énoncé, en apparence, n'est plus essentielle :

  • 16 Cf. Archives de Radio France, "France Culture".

"... très joli, heu !, travail au corps de Robinson... qui travaille au corps de de Jean Stock, crochet gauche, crochet.. eeet ! Jean Stock a été touché par un crochet du gauche ! et Jean Stock prend un crochet du droit ! uppercut du gauche de Robinson au corps de Jean Stock !... crochet gauche ! crochet droit de Robinson qui attaque maintenant à fond !... Jean Stock ! Jean Stock aaa aa encaissé un crochet du gauche et a vacillé ! Il a les yeux hagards en ce moment ! crochet du gauche encore de Robinson ! uppercut du droit ! crochet du gauche ! uppercut du AAAAAH !... Stock est à terre ! k. o !... AAAH ! Stock a encaissé un crochet du gauche à la tempe ! il est au tapis ! 6 ! 7 ! 8 ! 9 ! Eiet !... Jean Stock se relève !... juste ! il a encaissé un crochet du gauche à la tempe terrible ! Robinson continue à travailler au corps !... crochet du gauche ! crochet du droit de Robinson au corps de Jean Stock ! vraiment ce garçon !... est vraiment un champion extraordinaire ; la façon dont il a expédié, dont il a travaillé Jean Stock au début pour prendre sa mesure, AAAAAAAHH ! crochet du droit ! qui est arrivé au corps de Jean Stock ! qui va au tapis encore ! 5 ! 6 ! 7 ! 8 !... 8 ! il se relève ! Jean Stock ne sait plus où il en est ! il vacille littéralement ! il est très courageux, AAAAH ! crochet gauche, Jean Stock retombe au tapis ! 2 ! 3 ! 4 I il est passé de l'autre côté des cordes ! 5 ! 6 ! 7 ! il essaie de se relever ! 8 ; il se relève ! il vacille complètement ! 9 ! il s'est relevé et on jette l'éponge !..., et son soigneur Josié jette l'éponge !... Jean Stock se plaint d'un coup dans le dos qu'il a reçu, eh bien, Robinson bat, par knock out, ce soir au Palais des Sports, au deuxième round, Jean Stock, ex-champion de France, considéré... considéré, comme... un des plus durs, un des plus résistants boxeurs français. J'ai dit par knock out ! ce n'est pas par knock out ! excusez-moi, puisque je vous ai signalé'y a quelques instants que, euh !, le soigneur de Jean Stock, Josié avait jeté l'éponge à la deuxième reprise, il ..’.. à sign'ler que vraiment Robinson s'est débarrassé de Jean Stock ce soir d'une façon mmmagnifique ! qu'il l'a travaillé au corps très intelligemment au premier round pour prendre sa mesure, qu'il a réussi par la suite à lui euh ! expédier un crochet du gauche à la mâchoire qui l'a expédié au tapis ! un crochet du gauche qui l'a expédié une deuxième fois au tapis pour 9 ! et enfin un mani.... magistral crochet du gauche qui l'a expédié au tapis ! euh ! alors que Stock s'est relevé à 9, au compte de 9, mais son manager pour lui sauver,. pour le sauver d'un knock out inutile''16.

  • 17 Cf. aussi le compte rendu du combat La Motta-Dauthuille pour le titre mondial en 1950. Dauthuille (...)

36Le reportage ne se compose plus de phrases, mais d'exclamations ; le ton relativement uniforme de l'énonciation a disparu ; dominent les accents heurtés de la voix, les cris du speaker dans le micro, la précipitation des mots, le téléscopage des descriptions et de l'émotion. Chaque coup reçu par l'un des deux adversaires fait l'objet d'un hurlement qui traverse l'espace sonore de la pièce où est installé l'auditeur. La voix atteint celui-ci avec l'intensité des coups qui se distribuent sur le ring. A croire que le speaker les reçoit ou les distribue lui-même, et qu'ils lui arrachent ses exclamation17. Simple ersatz ? peu probable : le spectacle radio a créé son propre genre. L'auditeur ne jouit plus simplement d'une information destinée à lui décrire l'enchaînement des événements, il est précipité dans le drame sonore que compose le reportage. De toute évidence, il entre en fusion avec la parole du speaker.

37Le combat Stock-Robinson serait à la limite incompréhensible, si l'on s'en tenait à l'analyse de la langue, pour ne rien dire de la cohérence de l'énoncé. La pauvreté du vocabulaire et de l'information elle-même marquent pour ainsi dire une régression dans la composition du récit. De fait, il s'agit d'un autre spectacle. Le précédent nous introduisait dans la salle du spectacle ; celui-ci nous installe dans le corps même du boxeur ; chaque coup heurte l'auditeur, le propulse dans la chair des passions que traduisent la violence et la rapidité des coups échangés.

38Plus que la scène elle-même, la voix crée l'émotion ; elle parle à l'oreille mais s'adresse à l'imagination. La précipitation des impressions suggère le partage des émotions ; l'adhésion à une communauté passionnelle pousse l'auditeur à anticiper sur la suite des événements. Brouillant l'information, la voix lancée par le speaker fait redoubler d'attention : signe que l'événement se devine plus qu'il ne s'énonce, signe aussi qu'il ne vise pas à détacher l'assistance du filet de voix qui grésille encore dans le poste. Il existe des cris qui, au-delà des informations livrées par le speaker, permettent d'établir le contact.

39Tout renversement de situation, qui fait du combat l'événement, rend l'auditeur solidaire de l'affrontement : la communauté avec le champion se soude autour des avatars de la passion déclenchée. Plus que les reportages précédents où chaque information pouvait se discuter, une commune attente les unit. Toute distance entre les rôles semble s'effacer ; rien ne sépare plus ni les coups, ni celui qui les assène, ni celui qui les annonce dans le micro, ni, enfin l'auditeur dont l'oreille s'est collée au feutre de sa T.S.F. De cette fusion naît le spectacle radio, "la magie" du reportage radiodiffusé. Peu importe, finalement, la vérité du fait brut annoncé par la voix qui vient du poste et le sens du message.

40Impossible dès lors pour l'auditeur de rester un être passif ; il réagit selon ses tourments et ses attentes ; grâce à quoi se densifient les exclamations. Il n'est pas ici captif de son chauvinisme, Robinson est devenu l'une des vedettes du public français ; et, à vrai dire, ce combat n'avait pas d'enjeu réel ; Jean Stock, ex-champion de France, n'ayant aucune chance d'en sortir vainqueur. Tout au plus, s'agissait-il de savoir combien de rounds il résisterait au grand Robinson (d'où l'insistance du commentaire sur le "plus dur" boxeur français). En revanche, découvrir la capacité destructrice de Robinson était essentielle à l'intérêt de cette rencontre. D'où l'insistance des commentaires sur cet aspect de l'enjeu. D'où aussi, les exclamations proférées par le speaker.

conclusion

41Cette réflexion part de deux postulats : l'histoire du sport inclut celle de ses supports culturels : un combat qui se déroule dans une salle de boxe n'appartient pas au même univers culturel que celui que capte un poste de radio ; de même peut-on présager que l'entrée en scène des écrans de la télévision altérera à son tour les plaisirs du spectacle sportif. Le passage du bord du ring à l'écoute radiophonique suppose, d'autre part, une frustration ou plus exactement un processus de compensation : le traitement de l'information devient fondamental pour créer l'intérêt de l'auditeur, éventuellement enrichir cette information au-delà de ce que peut connaître le spectateur installé dans la salle. Le combat de Montréal développe ce principe à son acmé, puisque les détails qui sont livrés de la cérémonie font participer à une jubilation, créant ainsi autour des combats une mythologie qui emprunte les accents du patriotisme mais restitue les bénéfices de la vedette, avec son compte d'authenticité, d'émotion, composée et enrichie par les interviews.

42Lorsque survient le jeu radiophonique qui donne la priorité aux exclamations du speaker sur l'énoncé du spectacle qu'il est censé décrire, on abandonne les bruits de la salle, pour installer la passion dans le souffle même du speaker. Par les éclats de sa voix, la radio reproduit les exclamations les plus couramment partagées pour exprimer l'émotion. Le bruitage et les exclamations ont fonction d'énoncé. Dans un dernier temps, elle fait des boxeurs des héros de la rapidité, de la puissance, bref des bolides.

43En un mot, ces analyses ont pour objet de déjouer une illusion, celle de penser que l'histoire du sport est, d’abord et surtout, l'histoire du jeu sportif. Elle est aussi et surtout celle des conditions dans lesquelles les sports sont mis en scène. L'évolution technique de la mise en scène pèse lourdement sur l'histoire de ces pratiques de loisir. À un moment où la télévision nous immerge dans le présent, la radio livre un précieux exemple : celui qu'autorise la distance de l'histoire du passé.

Notes

2 Cf. notre communication : “Boxe à la télévision. L'enjeu de l'impérialisme américain 1939-1974)", (in : Sports et relations internationales, Actes du Colloque, Université de Metz, octobre 1993.

3 Cf. Barreyre J, "Histoire de la radio", in Crapouillot, no 61, juil. 1963, p. 2-11. DUVAL R., Histoire de la radio en France, Paris : A. Moreau, 1980, et "Radio-Paris", in Entre deux guerres, (Dir. Ory P.), Paris : Ed. Bourin, 1990, 129-146, Pour indication, en 1938, la France compte 4 377 283 postes récepteurs déclarés.

4 Né à Clermont-Ferrand le 291906, /Emile Pladner, dit "Milou", fait ses premières armes à l'A.S. Montferrandaise, sous la direction de Marc Gilbert. En mai 1925, il se qualifie pour disputer la finale du championnat de France amateur contre Belhouse. Sélectionné pour les championnats d'Europe quelques jours plus tard, il devient champion d'Europe poids mouche à Stockholm 1925) (contre Billy James. Vainqueur d'Izzy Schwartz et de Johnny Hill, il devient champion du monde des plume en battant au Vel d'Hiv à Paris Frankie Genaro le 2/3/1929, 50 jours plus tard, Genaro reprend son titre ; Pladner se rend aux Etats-Unis en 1932, alors qu'il souffre déjà de troubles de la vue. En 1933, la Fédération lui retire sa licence ; il part en Extrême-orient où il boxe en exhibition au Japon et rapporte de ce séjour 4 victoire et 2 "nuis". De retour à Paris, sa licence lui est rendue ; il rencontre Al Brown et Eugène Huat (Cf. L'Equipe, 24/1/1958). Le 20/2/1936, à Saint-Etienne, victime d'un décollement de la rétine, il abandonne la boxe. Quelques mois plus tard l'œil droit est atteint, Milou devient aveugle. Il se reconvertit, suit les cours de l'ecole de massage Valentin-Haüy et obtient le diplôme de masseur en juin 1940. Gaston Bénac le propose comme masseur officiel au Collège National de Moniteurs d'Antibes où le colonel Beaupuis le reçoit. Plus tard il deviendra masseur à l'I.N.S.

5 Raymond Saladin, L'Auto, 20/4/1929.

6 En décembre 1925, la presse sportive présente Jefferson Dickson, âgé de 31 ans. Devenu acquéreur des organisations de Manitot, Dickson deviendra le grand animateur de la boxe en France de 1926 à 1939 ; exigeant des contrats d'exclusivité, l'organisateur exerce un droit de regard sur les contrats de "ses" boxeurs à l'étranger ; il perçoit semble-t-il un pourcentage sur leurs bourses. En 1932, Jeff Dickson lance les spectacles sur glace à Paris. La Société du Palais des Sports est fondée en accord avec la Société du Vélodrome d’Hiver, créée par Henri Desgrange et Victor Goddet. Jeff Dickson choisit Hubert Grunwald pour administrer cette nouvelle société. En juillet 1944, peu de temps après le débarquement en Normandie, l'appareil de Jeff Dickson fut abattu alors qu'il effectuait une mission au-dessus de la Normandie. La société qui portait son nom s'était reconstituée sous la direction de M. Hubert Grunwald, assisté ensuite de Charley Michaelis et de Gilbert Benaïm. Cf. PASSEVANT, Les Cerdan, Paris : Dargaud Ed., 1970, p. 70. Grunwald réalise un accord avec la Société du Vel' d'Hiv' pour une fusion au sein de la “Société du Palais des Sports", dont il devient le PDG.

7 Le match Al Brown-Young Perez ne sera pas radiodiffusé. Même réaction à Madison, où chaque radiodiffusion de match important rapporte 10 à 15 mille dollars. Cf. L'Auto, 7/2/1934.

8 Cf. MÉADEL C., La radio des années trente, INA-Anthropos, 1994, Les premiers postes commencent à émettre en France à partir de 1922 : Paris-PTT (le poste de l'École supérieure des PTT), Radio Tour Eiffel, Radiola Radio Paris (du groupe CSF), et le Poste du Petit Parisien (futur Poste Parisien) en 1924 (Cf. DUVAL R., Histoire de la radio en France, Alain Moreau, 1979).

9 Cf. Rauch A., “Combats d'après-guerre. Carpentier-Dempsey : le symbole et l'affront", in : Ethnologie Française, XXI, 1991, 3, p. 292-305.

10 Cf. Radio-Magazine, no 1, 21/10/1923,

11 Cf. LOISEAU J.C., Marcel Cerdan, Flammarion, 1989.

12 Sur le Vel' d'Hiv de 1944 à 1954, cf. notre article in : Revue Autrement, Janvier 1995.

13 Né à Conakry le 2/6/1912, Diouf fut un boxeur très populaire. Débutant au Ring de Pantin, il passe ensuite chez Bretonnel ; champion de France des moyens en 1939 en battant Kid Jonas, il compte des victoires prestigieuses contre Locatelli, Despeaux, Tenet. Il dispute son dernier combat le 25/9/1947 contre Cyrille Delannoit. Devenu manager, il a parmi ses élèves Idrissa Dione (champion d'Europe des welters), Michel Diouf (champion de France des moyens), Kamara Diop. Il meurt à l'hôpital principal de Dakar le 24 septembre 1963 au cours d'une opération chirurgicale.

14 Cf. Archives de Radio France, "France Culture", Maison de la radio, 116, Avenue du Président Kennedy, 75016 Paris.

15 Considéré par beaucoup comme "le plus beau boxeur de tous les temps", Ray Sugar Robinson (de son vrai nom Walker Smith, petit fils d'esclave d'une plantation de Géorgie) est né le 3/5/1920 dans une famille pauvre de Paradise Valley, le quartier noir de Detroit (sa mère reçoit l'aide aux indigents avant de partir pour New York avec ses 3 enfants). Après avoir remporté les Gants d'Or en plume (1939) et légers (1940), dirigé par George Gainford, il livre son premier combat professionnel le 4/10/1940, à New York contre Joe Etcheverria (k.o. 2 ème round). Son "Record" est exceptionnel : le 20/12/1946, vainqueur de Tommy Bell au Madison, il remporte le titre mondial des poids welters, mais n'est pas reconnu par la N.B.A. Le 28/6/1948, à Chicago, il sera reconnu unanimement après sa victoire aux points contre Bernard Decusen. Le 14/2/1951, il prend le titre mondial des moyens à La Motta. Il échoue dans sa tentative de prendre le titre des mi-lourds et est durement battu par Joye Maxim le 25/6/1952. Il se retire des rings pour faire des spectacles de danseur et de musicien. Mais les claquettes et le jazz ne lui permettent pas de vivre aussi bien que la boxe, écrit-on. Il fait sa rentrée (1 er come-back) à Detroit le 5/1/1955 contre Joe Rindome qu'il met k.o. en 6 rounds. Il reprend le titre à Cari Bobo Oison le 9/12/1955 par k.o. au 2ème round. Le 2/1/1957 Gene Fullmer le bat aux points à New York ; le 1er mai, Robinson gagne la revanche à Chicago. Le 23/9/1957, il est battu par Carmen Basilio à New York ; mais gagne la revanche en mars 1958,
Très aimé du public parisien qui admire sa Cadillac décapotable couleur fraise écrasée, il fait de nombreuses tournées en France et en Europe, invité par Michaelis dans un Palais des Sports toujours plein à craquer. Anecdote : à 43 ans il est opposé à Armand Vanucci le 14/10/1963 ; au 7ème round, Robinson paraît fatigué et éprouve le besoin de souffler un peu. Un Titi mécontent s'écrie : "Ce Robinson, c'est plus du sucre, c'est de la saccharine".
Robinson meurt le 12/4/1989, atteint de la maladie d'Alzheimer. Cf. L'Équipe, 15/10/1963 et Chemin M„ "Ray Robinson, bye-bye Sugar", in Libération, 14/4/1989, p, 34. Cf. Robinson R„ Sugar Robinson, by Sugar Ray Robinson with Dave Anderson, New York : Viking Press, 1970.

16 Cf. Archives de Radio France, "France Culture".

17 Cf. aussi le compte rendu du combat La Motta-Dauthuille pour le titre mondial en 1950. Dauthuille domine aux points, lorsqu’à quelques secondes de la fin du 15 ème round, sur un gauche de La Motta au menton, il vacille ; l'Américain le poursuit et le martèle de toutes ses forces. Il tombe k.o. et ne se relève pas : "A la radio, le commentateur gueulait tellement qu'on avait l'impression qu'il allait jaillir du poste : "Mesdames et messieurs, quelle fin de match ! C'est de la folie dans la salle ! A vingt-trois secondes — oui vingt trois secondes — du coup de gong final, Dauthuille s'effondre sous une attaque dévastatrice, impitoyable de Jake La Motta, le Taureau du Bronx. Nous avions vu des combats basculer juste avant la fin mais jamais rien de tel !", Comme un taureau sauvage, p. 162. Au-delà du discours en prise directe sur l'imagination de l'auditeur, le speaker joue sur une passion rendue aveugle par l'absence de scène visible.

Auteur

Professeur des STAPS1

Professeur à l'Université de Strasbourg 2, André Rauch est l'auteur de : Le corps en éducation physique (P.U.F., 1982,) Le souci du corps (P.U.F., 1983,) Vacances et pratiques corporelles (P.U.F., 1988), Les vacances (P.U.F. 1993.) Il vient de publier Boxe, violence du xx e siècle, éditions Aubier Flammarion (1992).

Université de Strasbourg II

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540