Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

I. Les pratiques sportives et leurs modes d'expression

Introduction

Les pratiques sportives et leurs modes d'expression

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1L'analyse des pratiques sportives intéresse l'ensemble des sciences de l'homme et de la société. Ce thème d'études rassemble un nombre impressionnant de contributions dont la parution s'étend des années soixante à aujourd'hui.

2Assez tôt l'analyse du sport — et des activités physiques et sportives — s'est individualisée par rapport au vaste domaine du loisir et des occupations du temps libre largement étudié par Joffre Dumazedier, avec une première étude systématique publiée en 1962. En 1967, L'I.N.S.E.E. réalise une enquête par sondage sur "les comportements de loisirs" auprès d'un échantillon aléatoire et représentatif de la population française adulte, c'est-à-dire âgée de plus de 14 ans. Pour la première fois se trouve rassemblé tout un ensemble de données quantitatives portant sur différents domaines : les pratiques sportives, les activités culturelles, les loisirs, les vacances... Par la suite, une analyse secondaire des données de cette même enquête permet à Yves Lemel et Catherine Paradeise de proposer en 1976 une étude des comportements de sociabilité envisagés au travers d'activités qui, comme le sport, impliquent le contact avec autrui, le plus souvent dans un contexte associatif. Durant les mêmes années, d'autres travaux font également une large part aux enquêtes extensives ou aux données statistiques. On mentionnera l'ouvrage de Michel Bouet consacré aux motivations des sportifs, qui paraît en 1969, et en 1975 celui de Raymond Thomas portant sur l'analyse des facteurs de la réussite sportive.

3Fondées sur une solide base de références quantifiées, ces contributions jouent un rôle non négligeable dans le renouvellement des orientations disciplinaires et des modèles de référence privilégiés par les auteurs qui sont désormais plus nombreux à s'intéresser aux pratiques sportives.

4D'une part, progressivement, l'étude des faits sportifs et de leur signification sociale et culturelle clarifie ses rapports avec d'autres domaines comme celui de la pédagogie ou de la philosophie. À l'échelle des travaux spécifiques, le principe de l'homogénéité disciplinaire est sinon privilégié tout au moins considéré comme une manière de faire progresser la connaissance des faits sportifs. Raymond Aron, qui avait lu le manuscrit de la monumentale thèse : Signification du sport, livrée en 1968 par Michel Bouet, avait regretté que l'auteur ne se fût pas limité à la seule perspective sociologique. Conjointement la philosophie trouve dans l'étude des comportements sportifs un terrain de recherche fécond et nouveau, remarquablement exploré par Bernard Jeu dans sa trilogie publiée entre 1972 et 1987.

5D'autre part, le rassemblement de données statistiques sur la pratique sportive permet de relativiser la portée de certaines interprétations critiques, comme celle inaugurée par Jean-Marie Brohm dès 1964. Pertinente pour appréhender quelques aspects de la réalité du sport contemporain : la fabrication de l'"idéal" sportif, le "statut" social des athlètes de haut niveau, l'exploitation économique du sport, la récupération idéologico-politique des succès sportifs, par exemple, elle est inopérante pour rendre compte de la pratique sportive ordinaire, c'est-à-dire celle déjà repérée par les grandes enquêtes nationales.

6A la veille des années quatre-vingt, une des meilleures analyses, ayant pour objectif d'articuler les données statistiques (enquêtes, sondages divers,..) et les données qualitatives avec une modélisation théorique achevée, reste incontestablement celle proposée par Yves Le Pogam dans un ouvrage publié en 1979 qui s'interroge sur la démocratisation des pratiques sportives. Mythe ou réalité ?

7En 1983, au moment où se tient à Paris le Ville symposium de l'I.C.S.S., à l'initiative de la toute jeune Société Française de Sociologie du Sport, plusieurs orientations relatives à l'étude des pratiques sportives se dessinent : des enquêtes empiriques mettant l'accent sur la médiation opérée par les équipements sportifs — autour des études empiriques d'Antoine Haumont — ou par les identités culturelles locales, un vaste ensemble de travaux impulsés par Christian Pociello et empruntant son cadre conceptuel — champ, distinction et habitus — aux thèses de Pierre Bourdieu, l'intérêt porté à des activités physiques et sportives qui échappent désormais au modèle "traditionnel" de la compétitionw en club, organisée autour d'une culture sportive strictement "masculine"...

8Par la suite, ces tendances concernant l'appréhension des pratiques sportives se confirment, S'y ajoutent des démarches s'inscrivant dans le cadre de telle ou telle discipline universitaire : histoire, sociologie, ethnologie... Signalons la perspective historique représentée par l'étude minutieuse de la dynamique des modèles institutionnels de pratiques d'exercice physique impulsée par Pierre Arnaud, le "passage" des jeux aux sports abordé par Bertrand During, l'évolution des techniques sportives avec les analyses de Georges Vigarello ou celles de Jacques Defrance, l'examen détaillé de la presse sportive ancienne comme moyen de diffusion de la culture sportive avec les recherches conduites par Yvon Léziart, la transformation des mentalités sociales et culturelles largement investie par André Rauch, les créations symboliques produites autour du spectacle sportif de football avec les travaux d'ethnologie de Christian Bromberger ou de la géographie du rugby avec Pierre Duboscq. Divers auteurs se consacrent plus directement à une discipline sportive. Dominique Lejeune s'est intéressé aux "Alpinistes" en France. Le dernier ouvrage de Martine Segalen procède d'un regard ethnologique appliqué à la course à pied ordinaire. Thierry Terret examine la natation sportive, située à l'articulation de formes traditionnelles et modernes de pratiques corporelles. Gilbert Andrieu poursuit des travaux sur l'histoire de l'Education physique, dans la lignée des recherches de Jacques Thibault. Le récent colloque Sport Culture Tradition, initié par Charles Pigeassou et l'UFR STAPS de Montpellier, a permis d'approfondir les rapports entre "tradition" et "modernité".

9Les grandes enquêtes nationales, respectivement réalisées par le laboratoire de l'I.N.S.E.P, en 1985 et par l'I.N.S.E.E. en 1987 (vingt ans après la précédente), la parution de l'Atlas des Sports publié à l'initiative des géographes Daniel Mathieu et Jean Praicheux, pour ne citer que ces références, ont remis à l'ordre du jour les débats concernant la définition du sport et des activités physiques et sportives (A.P.S.) ainsi que celle de la démocratisation du sport et des facteurs de diffusion sociale des pratiques. Conjointement, d'autres universitaires s'emploient à développer la connaissance des modalités de l'activité sportive : sous l'angle d'une modélisation théorique particulièrement féconde dans ses applications, comme le fait Pierre Parlebas depuis plusieurs années, en procédant par des enquêtes statistiques thématiques à l'image des recherches sociologiques dirigées par Charles Suaud ou par Jean-Michel Faure, ou encore les récents travaux traitant de la sphère privée et domestique de la culture sportive impulsés par Antoine Haumont.

10Le colloque "Sport, relations sociales et action collective" vient à point nommé pour confirmer les lignes de permanence et déceler quelques-unes des formes de renouvellement observables dans l'étude des pratiques sportives et de leurs modes d'expression.

11Les contributions qui composent la première partie de l'ouvrage sont précédées de trois communications-pilotes ayant pour trait commun d'appréhender certains domaines de la pratique sportive au travers d'un prisme culturel susceptible de les influencer en retour : les mass-media et le reportage sportif radiodiffusé (André Rauch), le crédit de l'évaluation médicale et universitaire (Jean-Louis Gay-Lescot), les représentations collectives et l'opinion publique (Raymond Thomas).

12Les vingt-six contributions ont été regroupées en cinq chapitres :

  • Socialisation, sociabilité et constructions identitaires.
  • Le renouvellement des formes de pratique sportive. Quelques exemples.
  • L'espace du jeu. Agents, conduites et modalités d'expression.
  • Des « univers » de représentations. L'expression sociale de la sensibilité.
  • La pratique sportive saisie dans son cadre spatio-temporel.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540