Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences introductives

Vous avez dit STAPS !

Bernard Michon

Texte intégral

1S'agissant de proposer une contribution dans le cadre du colloque interdisciplinaire "Sport, relations sociales et action collective", une réflexion sur l'espace des STAPS peut apparaître a priori inopportune. Cependant, une approche du système sportif ne peut ignorer un de ses sous-espaces constitutifs, d'autant plus qu'il se définit aussi à travers la particularité d'être un lieu de formation scientifique, technique et pratique sur les activités physiques et sportives.

  • 1 SAINT-MARTIN M. de, Les fonctions sociales de l'enseignement scientifique, Paris : Mouton, 1971, ( (...)
  • 2 GRIGNON C., L'ordre des choses, les fonctions sociales de l'enseignement technique, Paris : Minuit (...)

2A l'image de la Sorbonne créée en l'an 1200, l'université française a une longue histoire et la plupart des savoirs qui la constituent et qu'elle produit participent de cette histoire. Parmi des disciplines bien souvent séculaires, les "STAPS" (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), revendiquent la considération dont bénéficient les anciennes mais l'institutionnalisation récente de ce secteur et ses caractéristiques paraissent lui conférer une position assez marginale dans la tradition universitaire. Si certains perçoivent cette situation comme étant d'exception, l'histoire récente des I.U.T, (Instituts Universitaires de Technologie) peut permettre de relativiser ce point de vue. Rejetés dans un premier temps par les universités pour des raisons de professionnalisation des cursus d'études, d'ailleurs dominés par les savoirs techniques, ces instituts ont fini par être intégrés dans un silence relatif. S'agit-il cependant d'une intégration ou d'une imposition ? Dans un contexte dominé par des problèmes d'emploi conduisant à des injonctions de professionnalisation faite aux universités, la décision politique n'a-t-elle pas primé sur l'accueil enthousiaste ? N'étant que "rattachés" à des universités, ces instituts ne conservent-ils pas ainsi une position marginale ? Si le souci technique semble partagé par les I.U.T, et les STAPS, les logiques présidant à leur inscription universitaire paraissent inverses : il pourrait s'agir pour les premiers d'une professionnalisation des savoirs universitaires et pour les seconds de l’"universitarisation" d'une formation professionnelle en EPS. Le contexte d'apparition des premiers diplômes universitaires en STAPS paraît être en effet dominé par une importante distorsion entre un grand nombre d'étudiants en formation et un petit nombre de postes ouverts au concours du professorat en EPS (CAPEPS). Le ministre en fonction n'aurait-il pas favorisé l'intégration universitaire d'une formation nettement professionnalisée en EPS pour se défaire d'un problème ? En référence à différents travaux de recherches, comme ceux de Monique de Saint Martin1 ou de Claude Grignon2 par exemple, on sait d'ailleurs qu'une discipline a d'autant plus de chances de devenir universitaire qu'elle manque de débouchés professionnels clairs. Est-ce à dire que la régression du nombre d'emplois créés d'enseignants EPS s'accompagnant de représentations sur d'éventuels autres secteurs de professionnalisation dans un contexte de fort développement des pratiques physiques, a conduit à la transformation des formations en EPS en discipline universitaire ? Suffit-il de changer de sigle en ajoutant quelques disciplines discursives dans des cursus d'études existants pour produire un nouveau secteur universitaire ? Au-delà des décisions politiques et des changements institutionnels et linguistiques qu'elles ont induit, le souci professionnel pour l'EPS paraissant toujours traverser de manière dominante les formations, on comprend pourquoi les STAPS, comme d'ailleurs les I.U.T. n'ont toujours pas fait l'unanimité dans l'espace universitaire.

  • 3 Les instituts créés depuis 1990 se dénomment soit UFR STAPS, soit Département STAPS et sont rattac (...)
  • 4 Enseignement, entraînement sportif, activités physiques adaptées, management du sport.

3Que signifient et que recouvrent les Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives ? Les cursus d'études et leurs objectifs sont-ils définis et perçus de la même manière par les différents agents de l'EPS et des STAPS ? Les instituts français s'occupant de ce "nouveau secteur" sont-ils similaires ? Il est intéressant de constater que les uns s'appellent UFR EPS, d'autres UFR APS, certains UFR STAPS…3 Comment se sont déterminées les dénominations ? Sur quelles logiques fonctionnent ces unités ? Ainsi, plutôt que de considérer les STAPS comme non équivoques en masquant un pluralisme certain, le problème de leurs différents contenus, de ce qu'ils recouvrent effectivement doit être posé. La création en 1981 d'une section pluridisciplinaire STAPS (74e) au Conseil Supérieur des Universités institutionnalise un pluralisme dans les savoirs disciplinaires de référence. Ainsi à la différence de la plupart des secteurs universitaires qui se définissent par un seul type de savoir discursif (les mathématiques, l'économie, l'histoire,...), même s'il peut exister différentes subdivisions, les STAPS se fondent d'abord sur les activités physiques et sportives puis font appel à différentes disciplines souvent universitaires, susceptibles d'éclairer ces pratiques sociales. Dès lors, on comprend pourquoi sous le label "STAPS" puissent se rencontrer des contenus très variés : biologie de l'exercice physique, entraînement sportif, physique des matériaux sportifs, économie du sport, sociologie, psychologie, didactique, pédagogie, etc. Une fois attestée la référence aux activités physiques on peut donc y inclure un grand nombre d'aspects... Si une partition de disciplines appliquées aux APS (biologie, psychologie, sciences sociales...) aurait pu conduire à organiser l'éclatement des savoirs de référence, c'est l'organisation de quatre secteurs optionnels à caractère professionnel en deuxième cycle STAPS4 qui se met en place depuis 1990, ne faisant qu'accroître la diversité tout en l'ordonnant quelque peu. Soulignons cependant que le domaine de l'enseignement de l'EPS, le plus choisi pour la clarté de ses débouchés, demeure toujours prioritaire. Par-delà la possible plasticité des contenus et des finalités, quels arbitraires président à leurs définitions ? A partir de quelles logiques se constituent-ils ?

4Dire que les STAPS comme secteur universitaire pluridisciplinaire, se situent à la croisée des disciplines et que comme telles toutes les pratiques d'exercice corporel et l'ensemble des savoirs organisés (universitaires ou non) participent à leur constitution et définition, c'est oublier que la double pluralité qualifiant cet espace peut être interprétée, id est réduite ou retraduite, et donc que la physionomie particulière qu'il est susceptible de revêtir exprime son capital spécifique. En effet, si s'attestent en STAPS des contenus très variés, la revendication d'une spécificité s'affirme aussi bien dans la réduction du champ des possibles que dans des appellations rappelant sans cesse qu'il s'agit d'abord d'activités physiques et de motricité didactisée (sociologie du sport, biologie de l'exercice corporel, pédagogie des conduites motrices,,.). Quel capital spécifique définit les STAPS ? Quels savoirs et pratiques sont les plus légitimes ? Si la didactique, la biologie de l'entraînement, la psychologie de l'enfant et celle des apprentissages moteurs... paraissent occuper des positions dominantes, l'économie, les statistiques, les langues étrangères,., sont quelque peu marginalisées ou inexistantes, De même les activités physiques telles que l'athlétisme, la gymnastique, le football, le basket-ball, la natation,., paraissent fondamentales et incontournables, tandis que le skateboard, le patinage sur glace, le golf... ont bien souvent le statut d'"accessoires" ou d'"enjoliveurs". Si l'espace STAPS paraît hanté par la définition d'une spécificité, c'est peut-être pour préserver l'héritage du capital spécifique des formations antérieures dans lesquelles s'enracine sa récente institutionnalisation universitaire, mais également pour se différencier d'autres espaces universitaires et de pratiques physiques.

5Un secteur universitaire se caractérise aussi par ses agents (propriétés, trajectoires...) qui le définissent et le font fonctionner. Le problème des trajectoires peut être posé pour mieux saisir les processus conduisant à la création, voire à l'autonomisation d'un secteur universitaire. Si l'on se réfère à l'histoire encore récente de disciplines apparaissant aujourd'hui tout à fait singulières, peut être objectivée la création de domaines au prix de "remaniements" d'un certain "ordre des choses". Ainsi, l'institutionnalisation de la psychologie comme discipline universitaire à part entière (licence créée en 1947) s'accompagne d'une migration d'enseignants issus de la philosophie. L'installation de la sociologie dans l'université (licence créée en 1957) fait d'ailleurs apparaître le même flux dominant. N'en est-il pas de même pour les sciences de l'éducation dont la licence voit le jour en 1967 ? La mise en place d'une sous-section au sein d'une discipline peut aussi être l'occasion de mouvements du même ordre : le développement de la psychophysiologie en France semble le fait d'agents issus des sciences biologiques et en particulier des “sciences naturelles". D'où la possibilité de cette question : les "extensions" de certaines disciplines universitaires pouvant conduire à des autonomisations ou la création de secteurs nouveaux, ne peuvent-elles pas aussi être liées à des trajectoires sociales dans certains contextes ? Qu'en est-il pour les STAPS ? La décision politique leur donnant existence ne peut-elle se conjuguer avec les profits escomptés d'agents à la recherche d'une reconnaissance par une intégration universitaire ? La diffusion des STAPS ne constitue-t-elle pas un enjeu de luttes ?

6La prise en compte des agents paraît d'autant plus essentielle que l'espace peut présenter des contours plus ou moins flous et un certain "désordre" intérieur ne permettant pas aisément de le définir précisément au-delà de quelques caractéristiques générales. Selon le point de vue adopté (cela peut signifier en fonction de ses intérêts), il peut être considéré soit comme un champ en restructuration passagère si son lien constitutif avec les formations au professorat d'EPS est mis en exergue, soit comme un champ en formation, id est un nouvel espace universitaire cherchant d'abord à se définir par une réflexion et une recherche sur les activités physiques et sportives à partir de différentes pertinences disciplinaires, sans exclure l'éducation physique comme champ d'application singulier parmi d'autres possibles. On pourrait aussi poser le problème différemment en se demandant si cet espace ne joue pas avec une double identité : sous-champ universitaire et sous-champ de l'éducation physique et sportive ? L'enjeu pourrait alors consister à cultiver cette double appartenance, ce caractère hybride à l'origine d'une relative indétermination, pour permettre aux acteurs d'être des agents doubles.

7S'il semble nécessaire pour accéder à l'identité sociale des STAPS de considérer les différents "éléments morphologiques" de l'institution (démographie des publics, contenus des cursus d'études, activités de recherches, débouchés...), il paraît aussi tout à fait incontournable de prendre en compte les différents agents impliqués spécifiquement selon leurs propriétés et leurs positions socio-institutionnelles. C'est à travers leurs trajectoires et leurs stratégies que peuvent se définir les STAPS. Mais ces acteurs ne constituant pas un ensemble homogène, un certain pluralisme social pourrait bien être au fondement de conflits oyant pour objet la définition légitime de cet espace social, dont l'existence ne saurait s'appréhender indépendamment des processus pouvant caractériser la société française depuis le milieu du xxe siècle.

Notes

1 SAINT-MARTIN M. de, Les fonctions sociales de l'enseignement scientifique, Paris : Mouton, 1971, (cahiers du centre de sociologie européenne).

2 GRIGNON C., L'ordre des choses, les fonctions sociales de l'enseignement technique, Paris : Minuit, 1971.

3 Les instituts créés depuis 1990 se dénomment soit UFR STAPS, soit Département STAPS et sont rattachés à des UFR d'autres disciplines.

4 Enseignement, entraînement sportif, activités physiques adaptées, management du sport.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.