Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences introductives

Evolution des rapports entre l'institution sportive et la recherche en sociologie du sport

La genèse conflictuelle de la sociologie du sport en France et ses conséquences contemporaines

Paul Irlinger

Texte intégral

1Pour faire le point sur les renouvellements contemporains des approches scientifiques des APS, il n'est pas inutile de jeter un regard en arrière, Les conditions de la genèse, souvent oubliées, restent en effet déterminantes dans bien des approches disciplinaires que ce soit dans le processus de renouvellement ou dans ses résultats. Cette influence sous-jacente se manifeste en tout cas dans les sciences humaines et tout particulièrement dans les sciences sociales.

2Ce texte retrace les conditions difficiles de l'émergence de la sociologie du sport en France, en s'attachant plus particulièrement à l'évolution des relations entre institution sportive et recherche sociologique. Il tente d'identifier dans la démarche sociologique, telle qu'elle s'est développée dans notre champ, les effets de ces conditions et de leur transformation historique. Ce retour en arrière se fera en signalant quelques moments clés illustrés par des exemples,

premières tentatives et premières réactions

3On trouve chez Joffre Dumazedier, préfaçant l'ouvrage d'Yvon Léziard Sport et dynamique sociale (1989), une description assez poignante des premières tentatives pour faire admettre par l'institution sportive une recherche sociologique sur le sport, A l'époque, au début des années cinquante, l'administration centrale du Sport ne répondit même pas aux projets de recherche qui lui étaient soumis, à l'initiative de Joffre Dumazedier, par l'équipe de Peuple et Culture. Une dizaine d'années plus tard, le médecin qui présidait la séance de la commission de réforme du Professorat d'Education Physique, introduisit l'intervention qui avait été demandée à J. Dumazedier, en déclarant : "La sociologie du sport est inutile puisque la médecine du sport est sociale" : ignorance et Incompréhension de la part des responsables de l'administration publique du sport, défense agressive du monopole scientifique d'un territoire par ceux qui en assuraient le contrôle.

4Ces premières relations n'étaient guère encourageantes pour les présociologues du sport, qui se voyaient ainsi réduits à porter sur leur objet un regard extérieur, sans aide financière et sans facilitation aucune de la part de l'institution sportive. Une telle situation avait l'inconvénient de réduire considérablement les approches méthodologiques utilisables par le chercheur, tout comme elle risquait d'altérer sa sérénité, voire son objectivité scientifique.

5L'œuvre de Georges Magnane fut marquée par l'un et l'autre de ces deux handicaps. Il fut l'un des premiers à éprouver les réticences et les refus de l'institution sportive à l'investigation sociologique. “Si les sportifs aiment être regardés et admirés, ils ont horreur d'être observés", écrivait, dans son mémoire de DEA, un étudiant d'Orsay (Loirand, 1980). Georges Magnane, en son temps, fut moins serein et beaucoup plus sévère, dans son ouvrage Sociologie du Sport (1964). Déçu de voir les responsables fédéraux lui retourner ses questionnaires vierges, malgré les explications données et les assurances reçues, il posait, dans cet ouvrage fondateur de la discipline, la question : "Mais qu'ont-ils donc à cacher ?" Tout à son dépit il y apportait lui-même des réponses extrêmes, telles que "un goût de l'autorité absolue (...) de pères abusifs" utilisant le sport comme "moyen d'infantilisation (...) aboutissant à une stérilisation psychique".

  • 1 Citations tirées de la "Déclaration de principes" qui clôt la brochure,

6Ces lignes acerbes paraissaient alors que l'institution sportive procédait à la formalisation et à la sophistication du discours apologétique sur le sport. La "Commission de la doctrine" était au travail depuis 1962 et publiait l'Essai de doctrine du sport en 1965. Ce texte tiré sur papier glacé, préfacé par le Secrétaire Général du Haut-Comité des Sports, célébrait "l'esprit loyal et chevaleresque" du sport, "facteur d'épanouissement individuel (...) le goût de l'initiative et des responsabilités" qu'il développe, "l'authenticité des valeurs établies sur le stade"... et "l'idéal de promotion humaine par le sport" qui doit guider les responsables, bref "la vocation du sport à servir l'humanisme et la paix"1.

7On imagine volontiers que les propos de Magnane, publiés dans une collection bon marché à grande diffusion, ne pouvaient que conforter la fermeture du mouvement sportif, sa méfiance, voire son hostilité, vis-à-vis de l'investigation sociologique.

  • 2 Ce document est généralement connu par sa réédition de 1976, sous forme de livre, dans la "Petite (...)

8La critique gauchiste radicale du sport, qui accéda en France à la notoriété publique fin 1968, avec le numéro spécial de la revue Partisans intitulé "Sport, culture et répression" et tout particulièrement avec son introduction flamboyante, qui appelle "étudiants et lycéens à prolonger la lutte (de mai 1968) par la propagande contre le sport et l'embrigadement afin de libérer la jeunesse de l'emprise qu'exerce par lui l'État", portera la tension à son point de rupture2.

9Ce numéro de la revue Partisans appartient à une série de textes critiques vis-à-vis du sport, produits par la mouvance syndicale de "l'école émancipée". Au-delà de leurs outrances volontairement provocatrices, les auteurs de ces textes militants, et tout particulièrement Jean-Marie Brohm (Brohm, 1976) qui se réclame explicitement de la Sociologie, vont induire, notamment chez les enseignants d'EPS, une prise de distance progressive avec les grands thèmes traditionnels de l'idéologie sportive. Cet ébranlement des vieilles certitudes conjugué avec l'entrée de l'EPS parmi les disciplines universitaires, va favoriser la genèse de recherches sur les dimensions sociales et institutionnelles du sport.

10A la même période, Michel Bouet publiait Signification du sport (Bouet, 1968). Dans cette œuvre majeure et encyclopédique, il réservait un chapitre aux "éléments d'analyse sociologique". Ses références y sont essentiellement étrangères : finlandaises, bulgares, polonaises, nord-américaines et allemandes, Il s'y inspire tout particulièrement des travaux de Günther Lüschen (Lüschen, 1960, 1962).

données empiriques sans cohérence théorique

11Certains pays fournissaient en effet un contexte plus favorable au développement de la Sociologie du sport, En 1966, G, Lüschen et A, Wohl créaient à Varsovie la Revue internationale de Sociologie du sport. Ils invitèrent Dumazedier à se joindre à eux. Mais, deux ans plus tard, celui-ci réorienta ses travaux vers une problématique plus générale du loisir (Dumazedier, 1974) et laissa sa place dans l'équipe fondatrice, à Michel Bouet. Georges Magnane, probablement découragé, a désinvesti lui aussi le champ de la sociologie du sport ; il n'a en effet rien publié dans la discipline après son ouvrage de 1964.

12Le début des années soixante-dix marque ainsi un temps mort pour la sociologie du sport en France. Quelques pages dans un ouvrage de Raymond Thomas (Thomas, 1975) traitent des rapports entre réussite sportive de haut niveau et facteurs sociaux. L'auteur constate une représentation très inégale des différentes catégories socioprofessionnelles (CSP) dans les équipes olympiques. Il note que ces différences sont encore plus accusées si l'on analyse les appartenances sociales de l'élite sport par sport et met en évidence des liaisons statistiques entre C.S.P. et disciplines sportives, À la grande précision du constat, objectivé par des traitements statistiques, répond une interprétation qui reste encore composite, L'auteur puise des éléments explicatifs chez différents auteurs français et étrangers, s'interroge sur la nature et la position du "filtre", souligne l'axe de prestige social qu'il lit dans ses analyses factorielles, évoque les systèmes de valeurs et les habitudes alimentaires variables d'une classe sociale à l'autre. La Sociologie du sport manque manifestement encore d'une référence théorique forte et suffisamment générale pour expliquer les faits qu'elle a commencé à réunir et à traiter.

13Il est vrai qu'on ne disposait guère de modèles théoriques proprement sociologiques pour rendre compte de la diffusion et de la distribution des APS dans le corps social. Jean-Marie Brohm ne s'était guère préoccupé de ces problèmes, appuyé sur une philosophie freudo-marxiste s'attachant surtout à démystifier le, sport en démontrant qu'il fonctionnait comme appareil idéologique d'État servant au contrôle des classes dominées (Brohm, 1976). Michel Bouet, qui faisait alors autorité, expliquait la pratique sportive tantôt par ses fonctions (Bouet, 1968), répondant à des besoins individuels (fonction hédonique,..) ou à des besoins socialisés (fonction de spectacle..,), tantôt par les motivations (Bouet, 1969).

14Ces registres explicatifs découlaient fort logiquement de la formation des chercheurs. Aucun de ceux qui avaient commencé à travailler en sociologie du sport, jusqu'au milieu des années soixante-dix, n'avait suivi un cursus universitaire complet en sociologie. On était entre philosophes, psychologues et professeurs d'EPS, la plupart combinant plusieurs de ces formations.

  • 3 INSEE, "Les comportements de loisirs des Français". Echantillon aléatoire de 6 637 personnes repré (...)

15Sans ressource au plan théorique, on disposait cependant d'un nombre grandissant de données empiriques : les statistiques nationales des licences, une enquête de l'INSEE (1967) qui avait posé quelques questions sur le sport dans le cadre large des pratiques de loisir3, les données statistiques concernant les sportifs de haut niveau réunies par R, Thomas en France, F. R. Pfetsch en RFA, M. Deveen en Belgique ou G. Kenyon au Canada. Ces données, malgré leur caractère souvent incomplet et peu élaboré, avaient permis à plusieurs auteurs de conclure à une stratification sociale des pratiques sportives. Il était démontré ainsi que selon les appartenances sociales on n'avait pas les mêmes probabilités d'accéder à la pratique sportive, a fortiori à la pratique de haut niveau. De même avait-on établi statistiquement que la plupart des sports étaient marqués par l'origine sociale majoritaire de leurs pratiquants.

16L'incapacité à interpréter globalement et à expliquer cette distribution sociale inégale des pratiques sportives renvoyait certes à l'absence de référence théorique spécifiquement sociologique, liée elle-même à la formation académique des chercheurs, mais elle procédait aussi d'une autre difficulté : la force de l'idéologie sportive.

résistances idéologiques

17Le constat d'une discrimination sociale de fait dans le sport heurtait cette idéologie égalitaire. Les inégalités dans l'accès à la pratique et dans la réussite sportive étaient en effet traditionnellement renvoyées au seul mérite et à des différences de qualités physiques, c'est-à-dire à des caractéristiques individuelles. Ces convictions étaient encore très fortes au début des années soixante-dix. Les journalistes sportifs participaient à leur diffusion et à leur renforcement.

  • 4 FERRAN J., in journal L'Équipe du 14.05.73.

18"Le sport tend à abolir les discriminations sociales (...) on découvre à travers le sport qu'une société est superficielle et qu'il est possible de s'en libérer par l'accès à un monde d'égalité et de fraternité"4, écrivait, par exemple, en 1973 l'un des plus prestigieux d'entre eux.

  • 5 Ce document intitulé "Les déformations du sport et les responsabilités des journalistes" poursuiva (...)

19Ces thèmes, déjà présents dans les écrits du baron de Coubertin, repris régulièrement par les représentants du mouvement sportif, avaient trouvé une forme de consécration dans "l'essai de doctrine du sport". Le sport était présenté par le discours social comme une oasis protégée des influences néfastes de la politique, de l'argent et de la violence. Lorsqu'au fil de l'actualité il devint de plus en plus difficile d'ignorer que les événements sportifs pouvaient donner lieu à des passages à l'acte violents, qu'ils pouvaient constituer des enjeux politiques et économiques, on expliqua les "perversions du sport" par son environnement. Cette thèse de l'extériorité du mal fut notamment défendue par l’"Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France" (USJSF) dans son livre blanc de 19755.

20En paraphrasant Pierre Bourdieu, on constate que le sport s'était constitué en "terrain par excellence de la dénégation du social" (Bourdieu, 1979).

21On comprend pourquoi l'idéologie sportive pouvait s'opposer à l'investigation sociologique, Elle représentait d'abord un obstacle épistémologique, le chercheur étant lui-même plus ou moins porteur de ces valeurs traditionnellement attribuées au sport. Les enseignants d'EPS, devenus chercheurs en sociologie se trouvaient plus que d'autres exposés à cette difficulté, en raison de la formation professionnelle qu'ils avaient reçue et de leur engagement, souvent militant, dans le champ. De manière plus générale, une lecture diachronique montre que la sociologie du sport a eu beaucoup de mal à se dégager d'une description laudative de son objet, encore fortement saturée d'idéologie. Cette tendance est indiscutablement à l'œuvre dans les premières publications de J. Dumazedier (1950, 1952), elle a marqué de manière encore plus forte, les productions des pays qui ont tenu un rôle de pionnier en sociologie du sport : l'Amérique du Nord, la RFA et, pour d'autres raisons, la plupart des démocraties socialistes de l'Est européen.

22Mais la défense de cette idéologie par des responsables ou des membres de l'institution sportive, éprouvant le dévoilement entrepris par le chercheur comme une fragilisation de leur statut, voire comme un sacrilège, peut devenir un obstacle et même un danger d'une toute autre nature pour le sociologue. Les dérobades des dirigeants dont se plaint G. Magnane (1964) étaient de cette nature.

  • 6 Le laboratoire de Sociologie du sport de l'INSEP.
  • 7 "Les conditions socio-institutionnelles de la réussite sportive”, projet officiellement accepté et (...)

23La tension conflictuelle des relations entre institution sportive et recherche sociologique sur le sport, qui avait atteint son point culminant à la fin des années soixante, n'allait s'atténuer que très progressivement. Parmi les premières manifestations de cet appaisement on peut citer la création d'un laboratoire de Sociologie à l'intérieur même de l'institution sportive en 19766 et le financement, symbolique il est vrai, d'un projet de recherche sociologique portant sur le sport de haut niveau par cette même institution7.

  • 8 En décembre 1980, à Strasbourg, lors du colloque de présentation du rapport d'une recherche sur le (...)
  • 9 Dans la rubrique "Livres" de l'Equipe Magazine du 11.09.93 le dernier ouvrage de J.M. Brohm, est q (...)

24Mais cette détente progressive, cette normalisation lente des rapports entre l'institution sportive et la recherche en sociologie du sport ne se présente pas comme une évolution régulière et irréversible. Elle a été marquée tout au contraire par des résurgences épisodiques et locales de tensions. Le rejet virulent des conclusions et des propositions d'une équipe de recherche binationale travaillant pour l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse, par les mouvements sportifs français et allemand, en 1980 était de cet ordre8 ; la férocité avec laquelle la presse sportive salue encore aujourd'hui les publications de J.M, Brohm (Brohm, 1993) en relève également9.

25Bien que de telles régressions soient devenues rares et aberrantes dans le contexte actuel de rapports plus sereins, ce passé conflictuel a laissé dans l'inconscient collectif des traces qui participent aux évolutions contemporaines des approches du phénomène sportif par les sciences sociales, Une grande vigilance épistémologique s'impose pour éviter que ces traces ne mettent en danger la démarche scientifique en la faisant dériver soit vers une sociologie laudative, soit vers une sociologie timorée, campant sur la défensive et répondant par avance aux réactions envisagées voire phantasmées de l'institution sportive, soit enfin vers une sociologie critique qui par réaction aux certitudes idéologiques proclamées, se laisse elle-même aller à la passion.

Bibliographie

Bibliographie

BOUET, M, Signification du sport. Paris : Editions universitaires, 1968.

Les motivations du sportif. Paris : Editions universitaires, 1969.

BOURDIEU, P. La distinction. Eléments pour une critique sociale du jugement. Paris : Ed, de Minuit, 1979.

BROHM, J.M., KNIEF, J, & LAGUILLAUMIE, P, Introduction de "Sport, culture et répression”, revue Partisan, 1968, no 43.

BROHM, J.M. Sociologie politique du sport. Paris : Jean-Pierre Delarge, 1976, Coll, Corps et culture.

Les meutes sportives. Paris : Editions de l'Harmattan, 1993.

DUMAZEDIER, J. Regards neufs sur le sport, moyen de culture. Paris : Seuil, 1950.

Regards neufs sur les jeux olympiques. Paris : Seuil, 1952.

Sociologie empirique du loisir. Paris : Seuil, 1974.

LEZIARD, Y. Sport et dynamique sociale. Paris : Edit. Actio, 1989,

LÜSCHEN, G. Prolegomena zu einer Soziologie des Sports (mit einer Übersicht der deutschsprachigen Literatur), in Kolner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, 1960, no 3.

— Sport et stratification sociale, in revue Education physique (Suisse), 1962, no 2 et 3.

MAGNANE, G. Sociologie du sport. Situation du loisir sportif dans la culture contemporaine. Paris : Gallimard, 1964, coll. idées.

O.F.A.J, Le rôle du sport dans les échanges internationaux de jeunes. Recherche réalisée pour l'Office franco-allemand pour la jeunesse par IRLINGER P., LOUVEAU C, et PAILLET P. pour la France et GIEBENHEIM H., KEHRER H. et STROEBEL E. pour l'Allemagne, 1980.

THOMAS, R. La réussite sportive. Paris : Presses universitaires de France, 1975. Coll. Psychologie d'aujourd'hui.

USJF, Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France. Les déformations du sport et les responsabilités des journalistes. Paris : USJF, 1975.

Notes

1 Citations tirées de la "Déclaration de principes" qui clôt la brochure,

2 Ce document est généralement connu par sa réédition de 1976, sous forme de livre, dans la "Petite collection Maspéro". Il s'agit d'une réédition partielle, il y manque notamment le texte percutant de l'introduction.

3 INSEE, "Les comportements de loisirs des Français". Echantillon aléatoire de 6 637 personnes représentatives de la population française âgée de plus de 14 ans. 178 questions dont 14 concernent totalement ou partiellement le sport.

4 FERRAN J., in journal L'Équipe du 14.05.73.

5 Ce document intitulé "Les déformations du sport et les responsabilités des journalistes" poursuivait un double but : relativiser la responsabilité des journalistes dans les “déformations du sport" et exercer vis-à-vis des membres de l'USJSF une action de formation permanente en énonçant des règles déontologiques.

6 Le laboratoire de Sociologie du sport de l'INSEP.

7 "Les conditions socio-institutionnelles de la réussite sportive”, projet officiellement accepté et aidé financièrement par la Direction de l'INSEP,

8 En décembre 1980, à Strasbourg, lors du colloque de présentation du rapport d'une recherche sur le thème "Le rôle du sport dans les échanges internationaux de jeunes", réalisée par une équipe binationale, à la demande de l'Office franco-allemand pour la jeunesse, les chercheurs ont subi des attaques très vives de la part de responsables du mouvement sportif allemand et français. Durant les deux années de travail (1978 et 1979), les membres de l'équipe avaient fait de l'observation participante de rencontres réalisées par des organisations sportives subventionnées par l'OFAJ, et effectué des expérimentations avec des groupes binationaux de stagiaires. Ils avaient notamment constaté que l'accentuation, a fortiori exclusive, de la dimension compétitive entraînait un durcissement des relations entre adversaires et un appauvrissement des échanges interculturels. Ils avaient expérimenté des modifications de certaines règles de jeu de sports collectifs pour favoriser les processus de communication entre jeunes Allemands et Français, Le rapport fut jugé partial et les propositions irrecevables (sacrilèges), La situation faillit devenir dramatique lorsque des interventions furent entreprises auprès de l'employeur des chercheurs français afin de l'inciter à se passer de leurs services.

9 Dans la rubrique "Livres" de l'Equipe Magazine du 11.09.93 le dernier ouvrage de J.M. Brohm, est qualifié de “rumination intellectuelle", de "rhétorique obsessionnelle, quand elle n'est pas tout simplement rébarbative" par le responsable de la rubrique : Benoît Heinemann,

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.