Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences introductives

Les variations géographiques du sport

Antoine Haumont

Texto completo

1Un des murs du Musée olympique de Lausanne porte une planisphère où s'allument les ampoules qui figurent la diffusion de l'organisation olympique des sports, pays par pays, année par année, depuis les origines jusqu'au moment où le monde scintille des lumières qui symbolisent les quelques 190 comités nationaux olympiques existant actuellement.

2On pourrait y adjoindre d'autres lumières, d'autres guirlandes établies par de savants ouvrages : celle qui retrace la diffusion du football professionnel en Angleterre et au Pays de Galles après 1879 à partir des aires initiales du Lancashire et des Middlands (Ball J., 1978), celle qui éclaire la pénétration du tennis dans les départements français, limitée jusqu'en 1978 et généralisée dès 1981 (Mathieu D. et Praîcheux J., 1987). On pourrait penser à l'histoire territoriale du jogging dans les parcs des villes, à celle des littoraux lorsque les premières planches à voile y ont été signalées. Ces topographies aujourd'hui historiques ont peut-être déjà été levées.

3L'ampleur et la variété de l'appropriation sportive de la planète accompagnent en effet l'évolution d'un système des sports dont l'extension et la diversification sont des caractéristiques majeures, à peine plus d'un siècle et demi après l'invention du sport moderne, La géographie culturelle s'attache à l'inventaire et à l'explication de ces variations géographiques du sport, Elle ne saurait le faire sans prendre en compte des transformations dans les sociétés et dans le peuplement qui entraînent l'équipement sportif des territoires.

variations territoriales des sports et variations sportives des territoires

4La curiosité et les passions des sportifs se portent volontiers sur des différences locales perçues comme des spécialisations géographiques emblématiques et qui sont souvent autant de mystères culturels : pourquoi le cricket est-il si britannique ? Pourquoi les clubs de Toulouse et de Béziers remportent-ils le championnat de France de rugby plus souvent qu'à leur tour ? Pourquoi le parcours d'Augusta, dans le sud des Etats-Unis, est-il la scène typique de la dramaturgie du golf ?

5La thématique des particularités géographiques dans les sports peut être développée jusqu'à l'infini. Elle s'attache à comprendre l'inégale distribution des sports entre les continents et les nations, comme cela a été fait, par exemple, pour l'Amérique Latine (Arbena Joseph L., 1989). On peut aussi étudier les différences entres les régions d'un même pays (aux Etats-Unis, Rooney J., 1974 ; au Royaume-Uni, Baie J., 1982 ; en France, Mathieu D. et Praîcheux J., 1987). L'aire étudiée est parfois plus restreinte (un département français, dans Augustin J.P., 1989). D'autres recherches ou inventaires portent sur des variations locales dans un même sport, parfois négligeables dans une vue d'ensemble du système sportif mais significatives pour les pratiquants (variations étudiées dans le golf en Ile-de-France par Largillière J.C., 1990, ou entre les terrains de football anglais par Inglis S., 1983).

6Ces recherches sur les particularités géographiques des sports rencontrent deux problèmes : l'évaluation du degré de spécialisation, l’explication des situations locales.

7- L'évaluation de la spécialisation sportive d'un territoire relève surtout de la statistique descriptive : il s'agit en effet d'identifier des irrégularités et de les exprimer par les indices de spécialisation référés à des valeurs moyennes. Ce qui implique de disposer des données nécessaires et de prendre quelques précautions. (Par exemple la valeur emblématique du cricket pour l'Angleterre n'apparaît que dans une géographie mondiale de ce sport où l'on rapporte, pays par pays, l'effectif des pratiquants du cricket à l'effectif des pratiquants de tous les sports. Si l'on classait les pays selon le nombre des pratiquants, le premier rang reviendrait sans doute à l'Union indienne, mais cela exprimerait plutôt l'importance de la population de ce pays que la pénétration de la pratique du cricket. En Angleterre même le cricket n'apparaît qu'après la 10ème place dans un classement des sports selon l'effectif des pratiquants mais cela suffit pour parler d'une spécialisation britannique dans un sport, qui, dans la plupart des pays du monde, n'apparaît que très loin dans le classement des sports les plus pratiqués ou même n'y figure pas du tout). De la même manière on a pu montrer que le rugby n'est pas le sport le plus pratiqué dans le Sud-Ouest de la France (le premier rang revenant au football) mais que cette région était celle où l’on observait le rapport numérique le plus élevé entre l'effectif des pratiquants du rugby et l'effectif des pratiquants de tous les autres sports.

8- L'explication des singularités locales requiert des recherches plus poussées, souvent à caractère monographique, donnant une place importante au problème des origines et de la diffusion, Il s'agit en effet d'expliquer comment une pratique sportive a pu être fixée et acclimatée dans une aire locale (par exemple le rugby dans le Sud-Ouest de la France, étudiée par Augustin J.P, et Garrigou D., 1985), dans des courants culturels ou contre-culturels (Pearson K., 1982). Il arrive parfois que l'exceptionnalité du lieu et de sa pratique semblent irréductibles à toute autre : lieux mythiques comme l'usine d'automobile de Maranello et la piste d'essai de Fiorano sur lesquelles régnait Enzo Ferrari, le sorcier ; lieux magiques comme les stades européens des grands records athlétiques de l'été, le Bislett d'Oslo ou le Letzigrund de Zürich ; lieux sélectifs comme les foyers fondateurs de la navigation sportive par l'aristocratie anglaise, à Cowes, ou par le patriciat nord-américain, à Newport.

9Les régions et les sites exemplaires séduisent ou intriguent et le projet un peu pédant d'en établir la typologie risque d'en affadir la singularité. Le problème peut cependant être posé, ne serait-ce que pour répondre à l'accroissement de la demande de lieux de mémoire, de sites-culte et de stades d'exploits, où s'entrecroisent la création de l'exceptionnel et la fabrication du banal.

10La recherche des régularités territoriales est un autre objectif pour la géographie des sports.

11L'hypothèse de base est simple : lorsque la demande et l'offre sportive sont suffisamment diffusées dans une société, les structures sportives accompagnent le peuplement. Cette hypothèse est particulièrement adaptée aux pays développés où les taux de pratiques sportives dans la population sont élevés et où l'équipement sportif n'est qu'un aspect de la trame des services qui couvre les villes et les campagnes. Les recherches sur les régularités et les irrégularités dans la répartition des pratiques sportives contribuent d'ailleurs aux réflexions sur l'efficacité et l'équité dans l'aménagement du territoire (Callède J.-P., 1988).

12Les modèles utilisés par la géographie humaine et l'économie spatiale pour rendre compte de la localisation des services permettent de traiter du sport quotidien (c'est le domaine de l'équipement tertiaire "banal" ; Sanders L. et Durand-Dastes F., 1985 ; INSEE, 1982, 1984, 1985 ; Baie J., 1989) : densité des trames, seuils démographiques de l'apparition des structures sportives, aires de recrutement et de diffusion, Les recherches s'attachent à tester les corrélations entre les structures du peuplement et la fréquence des structures sportives (en Franche-Comté par Mathieu D. et Praîcheux J., 1985, dans l'Essonne par Zouari A., 1990).

13La géographie des structures sportives du niveau supérieur (grands clubs, grands équipements, grandes manifestations) rencontre plus de situations contingentes et les répartitions sont parfois difficiles à expliquer. Les modèles utilisés peuvent être ceux qui rendent compte des niveaux supérieurs des services et des grands équipements (Saliez A., 1993) mais la généralisation est difficile, On voit bien que l'investissement dans le sport peut intéresser une ville (par exemple Sheffield, étudiée par Bramwell B., 1993) mais toutes les tentatives pour rendre compte de la notoriété sportive en fonction de la hiérarchie urbaine ont été vaines. Si l'on considère par exemple, les villes qui ont accueilli les Jeux olympiques d'été depuis une trentaine d'années, on discerne quelques éléments communs (l'objectif d'être admis ou confirmé dans le groupe des villes internationales qui comptent, l'opportunité de moderniser l'agglomération, notamment ses réseaux de transports) mais ce sont des conditions plus nécessaires que suffisantes, celles-ci relevant des décisions prises par le Comité International Olympique.

14Variations territoriales des sports, variations sportives des territoires : ces termes doivent être replacés dans l'évolution rapide du sport moderne depuis cent cinquante ans où se succèdent et se superposent des modèles d'organisation qui sont transcrits au sol dans la géographie des sports.

15Les historiens du sport ont beaucoup étudié les premières étapes de l'institutionnalisation des pratiques, Leurs recherches les amènent fréquemment à établir une géographie historique des jeux et des anciennes manières de jouer dans les cultures populaires ou aristocratiques, dont il ne subsiste aujourd'hui parfois plus que des traces (Camy J., 1983), mais précisément pour montrer comment l'organisation moderne, ses structures et ses règles recouvrent le paysage ancien (Holt R., 1981 et 1989). Dans le même xixe siecle un modèle de la conquête sportive de la nature est élaboré, structuré par des valeurs et des règles qui ne sont pas toujours écrites et par les rituels sociaux qui offrent des traits communs, à Chamonix et à Zermatt, dans le Soient et dans la Nantucket Sound.

16La diffusion de ces modèles dessine avant la Seconde Guerre mondiale une géographie régionale de la planète sportive, limitée pour l'essentiel aux pays dits aujourd'hui développés, structurée principalement par la répartition des sports d'origine européenne, avec quelques exceptions notables (les Etats-Unis par l'invention de sports modernes ; l'Extrême-Orient par le maintien de sports traditionnels, partiellement recyclés au Japon après 1860).

17Le tableau est ici simplifié, par l'omission des poches où perdurent les jeux traditionnels et par l'occultation des différenciations internes dans divers sports, différenciations qui se développeront surtout plus tard mais qui sont déjà présentes dans la première moitié du xxe siècle (Pociello C., 1980). Il faut quand même en retenir l'élément essentiel : la constitution de régions sportives aux échelles locales et nationales, relativement stables (Rooney J., 1975 ; Baie J., 1989). Le premier cycle de diffusion du sport moderne se terminait en effet par un partage sportif des territoires où les positions acquises pouvaient apparaître comme une géographie de la maturité. (Cette vision est particulièrement nette dans les écrits pionniers de J. Rooney au début des années 1970 qui n'envisageait les modifications des régions sportives que dans un temps long, comme le résultat de changements dans le peuplement des territoires et dans les technologies sportives).

18La dynamique de diffusion et d'implantation des sports institutionnalisés est d'ailleurs loin d'être épuisée, ne serait-ce que parce qu'elle a atteint seulement récemment diverses parties du monde. L'invention, la diffusion et l'implantation géographique des sports sont cependant placées aujourd'hui dans un autre contexte, celui de la fin de "l'état de grâce du sport".

19La formule est due à M, Kéba M. Baye, dans une conférence sur "Droit et Sport", tenue à Lausanne les 14 et 15 septembre 1993. Elle illustre avec bonheur la période où le sport moderne s'est tenu relativement à l'écart des transformations sociales, en constituant des modèles de pratiques et des trames d'équipement relativement détachées des logiques économiques et relativement éloignées de l'organisation des modes de vie. (On peut même voir dans le sport moderne une utopie construite à la fois contre l'argent et contre la vie quotidienne, par des règles, une sociabilité et des espaces qui sont en rupture avec le marché et la culture courante).

20Sans dire que l'état de grâce soit exactement terminé, on constate que la présence généralisée de l'argent dans le sport et le développement des pratiques sportives hors des institutions modifient les processus constitutifs de la géographie des sports :

21- L'argent n'est certes par un nouveau venu dans le sport et l'on a pu même s'attacher à une géographie du sport professionnel ou aux lieux électifs des pratiquants riches ou aises mais ces topographies ont longtemps coincidé avec celles des provinces sportives, en général. Le contexte est aujourd'hui modifié par les nouvelles structures qui rassemblent les entrepreneurs, les médias et les institutions sportives et pour lesquelles les pratiques et les événements sont des centres de profit qui doivent être créés ou défaits, localisés ou délocalisés, avec la même rapidité que d'autres éléments du système de production et d'échanges. Il y a ici une rupture avec la relative inertie des implantations sportives classiques, fondées sur des acteurs locaux stables et sur des environnements culturels aux changements lents. La méthode d'accès aux divisions supérieures des sports d'équipe aux Etats-Unis illustre ce processus où le choix des nouveaux promus dépend de critères sportifs mais aussi de critères économiques fondés sur l'achat d'un droit d'entrée ("franchise"), sur les garanties financières et les études de marché (Litsky F., 1993). Le projet d'implanter le football aux Etats-Unis à l'occasion de la Coupe du Monde de 1994, la conquête du marché japonais relèvent aussi de la nouvelle stratégie mise en œuvre par les Fédérations sportives, les réseaux de télévision et les fabricants de matériel.

22S'agit-il d'une innovation durable dans la constitution des provinces sportives ? S'agit-il d'un rattrapage (permettant aux minorités latines des Etats-Unis de trouver leur sport identitaire ; marquant l'entrée du sport japonais dans la pluralisme sportif de la maturité différé jusqu'à maintenant par la tradition puis par l'hégémonie des sports américains) ? Il est trop tôt pour en juger. Notons seulement la fragilisation et le brouillage de l'identité des lieux dans ces guerres pour les marchés mondiaux du sport.

23- Par ailleurs dans le modèle extra-institutionnel de la dynamique sportive tous les espaces du mode de vie ont vocation à devenir des espaces sportifs : non seulement le sport dans la nature mais aussi le sport dans les espaces publics (Adamkiewicz E., Camy J., Chantelat P., 1993), le centre de forme dans l'entreprise ou dans l'hypermarché, l'exercice au domicile (Haumont A., Chevalier V., 1992), Dans ces pratiques, il n'y a plus de régions sportives spécialisées, tout au plus des sites plus ou moins favorables mais finalement présents partout, et que la masse des pratiquants institue en territoires sportifs, On voit bien par exemple que le développement mondial des sports de rue (vélo, jogging, basket-ball des playgrounds, patins en ligne) n'a que peu à voir avec les modèles classiques de la diffusion sportive et renvoie directement à la composition socio-démographique du peuplement des quartiers, à des aménagements décidés par les politiques urbaines et aux initiatives des fabricants pour vendre leur produits, (On note, au passage, que la toute première génération des clubs sportifs nés à l'ombre des paroisses ou des centres d'action sociale visait des enfants ou des adolescents que l'on voulait sortir de la rue. Une partie de la politique sportive contemporaine semble plutôt viser d'y remettre les sportifs…).

les modeles géographiques de la répartition des sports et les pratiques

24Il arrive que des auteurs entreprennent de réaliser un tableau complet d'une aire sportive, avec ses composantes physiques et sociales, politiques et culturelles, Ainsi, P. Echinard pour Marseille à la fin du 19ème siècle : "... à l'aube du 20ème siècle, l'émergence du sport moderne, alliant plein air, jeu et spectacle vient offrir un nouveau sens à la fête et au loisir" (Echinard P., 1992). Les rubriques sont diverses : les joutes nautiques d'apparat et de pêcheurs, les parties de boules des guinguettes, des cabanons, des fêtes puis des grands concours, les régates et associations nautiques, Puis les bains, puis les excursionnistes. Et, après 1890, le tennis, le vélo, le rugby, le football (l'O.Μ. est fondé en 1899). Une autre scène sportive urbaine, celle des grandes villes des Etats, est décrite par l'historien américain Steven A. Riess dans son City Games (1989). L'auteur s'attache à Chicago et plus encore à New York depuis les années 1850, à ses quartiers aisés et populaires, au développement des clubs, des équipements et aussi aux relations du sport avec la politique urbaine, l'action sociale et le gangstérisme. D'autres recherches, encore, accordent de l'attention à la multidimensionnalité des structures sportives, à leurs liens avec le peuplement (à Bordeaux, étudié par J,P. Augustin), à leurs relations avec les politiques urbaines (à Grenoble entre 1965 et 1985, Joly J, et Parent J.F., 1985), avec les périmètres des institutions scolaires et des actions publiques (Lacombe P., 1993), avec des régions naturelles organisées en provinces sportives (les hauts versants des Alpes, étudiés par R. Knafou, 1978 ; le Tyrol, analysé par J. Herbin, 1980).

25La richesse de ces monographies, les complexités territoriales qu'elles dévoilent laissent entrevoir ce qui reste à faire pour que la géographie des sports atteigne un nouveau palier dans son développement, sans renoncer à l'utilisation des modélisations simples dont l'usage est devenu courant en géographie.

26Dans ce dernier domaine on a mentionné l'intérêt des inventaires qui relient les structures sportives à des seuils de peuplement : par exemple, dans la France de 1989, la présence d'une association sportive requiert une population communale de 650 habitants, celle d'une terrain de grand jeu 1 250 habitants, d'un tennis de plein air 2 500 habitants, etc.,. (Courson J.P., 1990). La densité des trames géographiques, leurs niveaux hiérarchiques, leurs évolutions apparaissent bien, Peut-on envisager de rationaliser ces trames, par l'accentuation coordonnée de spécialisations sportives hiérarchisées (Pujol M. et Quantin J., 1993) ? Ce n'est qu'une hypothèse. D'autant plus que les recherches attirent régulièrement l'attention sur la forte pénétration des pratiques sportives dans les régions rurales (Mathieu D., Praicheux J., 1984 ; Maurer C., 1992).

27A une autre échelle, les différences et les oppositions entre le centre et la périphérie des agglomérations urbaines intéressent la géographie du sport (Augustin J.P., Dubet F., 1975 ; Puig N., 1980 ; Callède J.-P., 1984 ; Haumont A., 1987). La crise sociale actuelle de divers quartiers des banlieues françaises accentue ces différences (Boudimbou G., 1991), encore faut-il considérer que toutes les périphéries ne sont pas en crise et que la fragilisation sociale de la vie sportive se manifeste aussi dans divers quartiers centraux.

28A des échelles plus fines la localisation des structures sportives et notamment des équipements est un thème qui bénéficie des recherches sur les équipements publics (Derycke P.H. et Gilbert, 1988) et privés (Colbert F., 1993), Les implantations peuvent viser l'efficacité (le meilleur emplacement, l'accessibilité maximale) ou l'équité (le garantie du niveau de service et de la proximité). Les études sur les aires de recrutement et la mobilité des pratiquants s'accordent sur quelques observations de base (les pratiquants de proximité sont les plus contraints, par l'âge, par le revenu, par une faible motorisation) mais les généralisations sont incertaines, selon que l'équipement est plus ou moins important ou innovant, selon la concurrence, etc.., (Cowling D., Fitzjohn M., Tungatt M., 1982). La question gagne cependant en importance dès que les politiques publiques abandonnent une programmation fondée sur les grilles d'équipements sans renoncer à leur vocation (Bonnenfant R., 1993).

les nouvelles diffusions et les identités sportives locales

29Les identités sportives locales classiques reposaient, et reposent encore pour une bonne part, sur des modèles d'organisation du sport qui lient fortement les structures sportives et d'autres acteurs locaux. La forme la plus générale de cette liaison est celle du club dont les pratiques et les résultats sont échangés, si l'on peut dire, contre une aide matérielle et morale consentie par une collectivité qui paie pour des effets sociaux escomptés (intégration sociale, notoriété de la ville), Cet échange est conduit par les dirigeants, acteurs intermédiaires entre la structure sportive et la structure politique (ou toute autre structure locale) et qui sont donc nécessairement un groupe relativement stable et intégré à la société locale. D'autres aspects de l'organisation sportive classique contribuent à l'enracinement local, notamment une circulation relativement restreinte des élites sportives dont la carrière s'inscrit dans le modèle classique d'une pyramide masse/élite dont la base est nourrie par un recrutement local. En un mot, la plupart des acteurs du système sportif local ont une histoire commune.

30Ce sont ces mécanismes d'implantation et d'ancrage qui sont aujourd'hui en partie occultés et déclassés par les stratégies de conquêtes des marchés mondiaux du sport (Saint-Julien T., 1985). Le changement principal vient du niveau supérieur des institutions, Fédérations internationales des grands sports et Comité International Olympique, dont le pouvoir et la légitimité ont beaucoup augmenté depuis une vingtaine d'années, Leur doctrine, ramenée à l'essentiel, est la suivante : le sport a besoin d'institutions qui lui permettent de résister aux pressions politiques et aux crises internationales, aux pressions économiques exercées par la télévision, les sponsors et les fabricants et aux pratiques frauduleuses, comme le dopage ; seules de grandes institutions dotées d'une légitimité absolue peuvent jouer ce rôle ; elles sauront mieux que les autres mener les négociations nécessaires avec les partenaires économiques et, finalement, assurer le développement du sport mondial. Cette doctrine est mise en œuvre par une structure pilotée par ses deux éléments forts, les institutions sportives internationales et les agents économiques, qui imposent de plus en plus les programmes et les styles de compétition aux organisations de base. Celles-ci ne peuvent que suivre, compte tenu du rôle de la télévision, arme absolue qui leur échappe.

31On ne peut pas ici présenter et discuter de manière approfondie ce qui justifie cette analyse et on signale seulement quelques conséquences pour la géographie du sport : la capacité de la nouvelle structure de se lancer à l'assaut de régions-cibles ; la création et la gestion des événements sportifs considérés comme des produits relevant des mêmes méthodes de marketing ; une circulation intense des élites sportives et la recomposition des relations entre la masse et l'élite ; la relégation des dirigeants classiques supplantés par des managers qui n'évoluent pas dans un système local.

32Ces stratégies dé-localisées ne modifient d'ailleurs pas que le paysage du sport de haut niveau, en particulier lorsqu'elles visent des consommations sportives de masse dont les cibles sont les pratiquants de base. Un exemple contemporain est la prise en main du basket de rue par les fabricants de chaussures et de vêtements de sport.

33L'autre niveau de la nouvelle diffusion sportive résulte en effet de la désinstitutionnalisation des pratiques, plaçant celles-ci dans un champ qui n'est plus réglé par les normes classiques du sport mais par les modes de vie.

34Cette situation n'est pas entièrement nouvelle mais elle a été longtemps limitée à des provinces sportives de fait ou à des micro-sites institués par les pratiquants en territoires sportifs (dans les montages, sur les littoraux). Depuis vingt à vingt-cinq ans la diffusion des pratiques a gagné la presque totalité des espaces de la vie quotidienne, comme on l'a signalé plus haut, créant des modèles de l'appropriation sportive territoriale qui sont beaucoup plus des modèles sociaux que des modèles sportifs. Certaines de ces appropriations sont fortement marquées par des caractéristiques résidentielles ; c'est le thème des équipements sportifs de proximité, dans leur version aisée ou dans leur forme populaire (Zouari A., 1993). D'autres répartitions géographiques ont plutôt la forme de réseaux constitués par divers segments et parcours et par des points de connexion (par exemple dans les usages sportifs du vélo en ville ou du patin en ligne).

35Ces appropriations, souvent fugitives ou très temporaires, peuvent-elles évoluer vers un modèle original de l'organisation sportive, recomposant en partie des équipes (constituées comme des groupes de fait), des hiérarchies et un spectacle ? Sans doute, si l'on considère par exemple le basket de rue à New York (Axthelm, 1970), On n'a cependant encore qu'une image imprécise du destin de ces nouvelles provinces sportives, sauf à remarquer, encore une fois, qu'elles semblent surtout fortement structurées par les particularités sociales et culturelles du peuplement.

conclusion

36L'historien américain A. Guttmann avait publié en 1978 une histoire du sport comme l'itinéraire du rituel au record, depuis les rituels sportifs des sociétés d'ordre, structurés par des théologies, au système sportif compétitif moderne né dans des sociétés laïcisées, structuré par la recherche de la performance.

37Les nouvelles formes de la diffusion géographique des sports incitent à prolonger l'analyse en observant une évolution qui va cette fois des records aux rituels, avec le développement de l'individualisme de masse et avec un appui sur une myriade de micro-réseaux, dotés de leur propre culture ou contreculture, Dans cette hypothèse les variations géographiques du sport entreraient dans une phase de banalisation par la perte des identités locales classiques et d'extrême diversification, dans une nouvelle appropriation des territoires humanisés.

Bibliografía

Bibliographie

ADAMKIEWICZ E., CAMY J., CHANTELAT P., 1993, Sportifs en vue. Les Annales de la Recherche Urbaine, 57-58.

ARBENA Joseph L. ed., 1988, Sport and Society in Latin America. Diffusion Dependency and the Rise of Mass Culture. Contributions to the Study of Popular Culture, no 20, 1988, London, Greenwood Press.

AUGUSTIN J.-P., Les espaces des sports collectifs : l'exemple du département des Landes, 1989, Mappemonde, 2.

AUGUSTIN J.-P., Espaces urbains et pratiques sociales, Bordeaux : Presses Universitaires de Bordeaux, 1989.

AUGUSTIN J.-P., DUBET F., L'espace urbain et les fonctions sociales de l'animation, les Cahiers de l'animation, 1975, 7.

AUGUSTIN J.-P., GARRIGOU D., Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables, Bordeaux : Le Mascaret, 1985.

AXTHELM. P., The City Game. Basket bail from the Garden to the Playgrounds, New-York : Harpers Magazine Press, 1970.

BOUDIMBOU G., Les équipements sportifs et socio-éducatifs dans les zones d'habitat social en D.S.Q., Centre de Recherche sur l'Habitat, Nanterre : Ecole d'Architecture de Paris-la Défense, 1991.

BALE J., Geographical Diffusion and the Adoption of Professionalism in Football in England and Wales, Geography, 1978, 63.

—, Sport and Place : A Geography of Sport in England, Scotland and Wales, London : Hurst, 1982.

—, Sports Geography, E and FN Spon, London : 1989.

BRAMWELL B., Rivalité interurbaine et aménagement touristique dans les villes industrielles. L'exemple de Sheffield (Royaume-Uni), Hommes et Terres du Nord, 1993.

BONNENFANT R., Les équipements sportifs, Revue française de marketing, 1993, 136.

CALLEDE J.-P., Dynamique spatiale et politiques d'équipements. Le cas des équipements culturels et sportifs : leur rôle dans les rapports centre-périphérie. Association française de Sciences politiques, IIème congrès national, Grenoble, 1984.

— Les processus de développement des équipements sportifs et culturels. Dynamiques spatiales et intégration du territoire. Revue économique du Sud-Ouest, 1988, 1.

CAMY J., Les joutes à Givors : un jeu traditionnel devenu sport, dans Sports et Sociétés contemporaines, Ville Symposium de l'ICS, Société française de Sociologie du Sport, Paris : 1983.

COLBERT F., Le marketing des arts et de la culture, Boucherville (Quebec) : Gaetan Morin ed., 1993.

COURSON J.-P., Services, commerces, équipements : un portrait robot des communes françaises, Economie et statistique, 1990, 230,

COWLING D., FITZJOHN M., TUNGATT M., Identifying the Market, London : Sports Council, Study 24, 1982.

DERYCKE P.H., GILBERT M., Economie publique locale, Paris : Economica, 1988,

ECHINARD P., Le temps du loisir, dans Marseille au XIXe siècle, rêves et triomphes, Marseille : Musées de Marseille - Réunion des Musées Nationaux, 1992.

GUTTMANN A., From Ritual to Record : the Nature of Modem Sport, New York : Columbia VP, 1978.

HAUMONT A., Les espaces du sport, dans Thomas R., Haumont A, Levet J.L., Sociologie du sport, Paris : PUF, 1987, Collection Pratiques corporelles.

HAUMONT A., CHEVALIER V., Le sport domestiqué, Nanterre : Centre de Recherche sur l'Habitat, Ecole d'Architecture de Paris-La-Défense, 1992.

HERBIN J., Le Tyroi ou la réussite du tourisme alpin autrichien, Grenoble : Editions des Cahiers de l'Alpe, 1980.

HOLT R., Sport and Society in Modem France, Cambridge : Cambridge University Press, 1981.

—, Sport and the British. A Modem History, Oxford : Oxford, University Press, 1989.

INGLIS S., The Football Grounds of Great Britain, London : Collins Willow, 1983.

LITSKY F, Crunch Time for Expansion Cities, The New York Times, 24 octobre 1993.

INSEE, 1982, 1984, 1985, Les équipements des communes. Inventaire communal. Collections de l'INSEE, série R, 50, 57, 58.

KNAFOU R., Les stations intégrées de sports d'hiver des Alpes françaises, Paris : Masson, 1978.

LARGILLIERE J.C., Paysages et cultures sportives. Le cas du golf en Ile-de-France, Maîtrise de géographie, Université Paris VII, 1990.

MATHIEU D., PRAICHEUX J., Le football en Franche-Comté. Approche géographique générale. Revue géographique de l'Est, 1984, 4.

MATHIEU D., PRAICHEUX J., ed., Aspects du sport en Franche-Comté. Travaux du laboratoire de Géographie Humaine, no 3, Cahiers de Géographie de Besançon, 1985.

MATHIEU D., PRAICHEUX J., Atlas de tafias de France. Sports en France, Paris : Fayard, RECLUS, 1987.

PEARSON K., Surfies and Clubbies in Australia and New-Zealand, Austr. and New Zeal. Journal of Sociology, 1982, 18, 1.

MAURER C., L'organisation spatiale des pratiques sportives en Rhénanie-Nord-Westphalie (Allemagne), Cahiers de géographie, 1992, 32, Annales littéraires de l'Université de Besançon, Besançon.

POCIELLO C., Eléments pour la constitution d'une histoire sociale des pratiques sportives, dans Travaux et Recherches en EPS, no 5, Special Histoire, Paris : INSEP, 1980.

LACOMBE P., Les Associations sportives scolaires du second degré en Bretagne. L’A.S., Utilité sociale et pertinence culturelle, Rennes : UFR STAPS, Université de Haute-Bretagne, 1993.

MASON T., Association Football and English Society, 1863-1915, Brighton : 1980.

PUIG N., Esport i socialitzacio. L'exemple del Prat de Llobregat, Sabadel, 1980.

PUJOL M., QUANTIN J., La mutation du sport territorial, Le Monde, numéro des 5 et 6 décembre 1993.

RIESS Steven A., City Games. The Evolution of America Urban Society and the Rise of Sports, Urbana : University of Illinois Press, 1989.

ROONEY J., A Geography of American Sport : from Cabin Creek to Anaheim, Reading, Mass : Addison-Wesley, 1974.

—, Sports from a Geographical Perspective, dans Ball D.W, and Loy J, ed, Sport and Social Order. Contributions to the Sociology of Sport, Reading, Mass : Addison-Wesley, 1975.

SAINT-JULIEN T., La diffusion spatiale des innovations, Montpellier : GIP Reclus, 1985, Collection Reclus-Mode d'emploi.

SALLEZ A., ed., Les villes, lieux d'Europe, La Tour d'Aigues, Datar-Editions de l'Aube, 1993.

SANDERS L., DURAND-DASTES F., L'effet régional : les composantes explicatives dans l'analyse spatiale, Montpellier : GIP Reclus, 1985, Collection Reclus Mode d'emploi.

ZOUARI A., Etude de la répartition des équipements sportifs du nord de l'Essonne, Maîtrise de géographie, Université Paris VII, 1990.

—, Les services de proximité à l'habitat. Le cas des pratiques physiques et sportives. Recherche en cours. Nanterre : Centre de Recherche sur l'Habitat, Ecole d'Architecture de Paris la Défense, 1993.

Autor

Centre de Recherche sur l'Habitat Ecole d'Architecture de Paris la Défense

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.