Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences introductives

L'ethnologue face au spectacle sportif

Christian Bromberger

Texte intégral

1L'ethnologie du spectacle sportif est un chantier à peine ouvert, beaucoup plus encombré d'interprétations spéculatives que d'analyses de cas dûment fondées sur l'étude de matériaux empiriques. Plusieurs écueils guettent le chercheur sur le chemin de la compréhension de ces passions collectives.

2Un premier risque est de s'enfermer dans une anthropologie de la permanence ou des résurgences archaïques en découvrant par exemple des "tribus" dans les gradins des stades. Or si l'on veut bien conserver un sens aux mots, rien n’est plus différent d'une tribu (un ensemble de groupes de parents qui descendent ou prétendent descendre d'un ancêtre commun et entretiennent une conception généalogique de l'espèce humaine et de son histoire) qu'un groupe de supporters auquel on adhère volontairement et temporairement. Voudrait-on signaler par là le caractère régressif des comportements des groupes de partisans, on risquerait encore de se fourvoyer ; sous l'écume d'une emblématique archaïsante transparaissent, en fait, des attitudes profondément modernes : chez les jeunes Ultras, par exemple, un sens aigu de la spectacularité et de la médiatisation, une organisation managériale, la volonté d'être acteur de son propre destin, etc. On pourrait avancer les mêmes réserves face à l'abus du concept de rituel religieux pour qualifier le spectacle sportif et plus généralement les rassemblements effervescents dans 1e monde contemporain ; le recours à ce concept est sans aucun doute stimulant mais risque d'écraser le phénomène sous des fonctions et des propriétés très générales 1e reléguant dans une nuit où tous les chats sont gris, Or c'est la mise en évidence d'un ensemble de différences significatives tout autant que d'affinités qui fonde l'intérêt du parallèle entre spectacle sportif et rituel religieux.

3Une deuxième tentation, plus séduisante celle-ci, est de se laisser prendre au jeu des émotions. Si ce donné sensible est le point de départ obligé d'une enquête, on ne saurait pour autant s'y arrêter. Il convient de mettre au jour, à partir d'histoires, d'émotions, d'attitudes, les ressorts intelligibles de cette effervescence sensible. Autrement dit que cherchent à mettre en forme ces passionnés ? Quels sont les mécanismes, les significations, les modalités de l'adhésion à l'objet du spectacle ?

4Une troisième tentation est d'établir des correspondances systématiques entre "goûts sportifs" et "positions sociales" l'idée selon laquelle la préférence pour tel sport serait une simple fonction du "volume du capital économique et culturel" est une caricature appauvrissante. La leçon des faits pose, à vrai dire, un autre problème : comment des groupes distincts s'approprient-ils un même objet, interprètent-ils une même pratique, reçoivent-ils un même message ? Quand on mène des entretiens approfondis avec des spectateurs d'origines diverses, on est ainsi frappé par la coexistence de visions contrastées de l'équipe, du club, du jeu, des joueurs et du monde.

5Quatrième tentation enfin, bien représentée de Saint-Augustin à Umberto Eco, celle consistant à considérer le spectacle du jeu comme un divertissement futile, distrayant d'une vision claire de l'ordre social et des grands problèmes de l'existence individuelle et collective, On avancera, à rebours de ces verdicts, que si nos contemporains se passionnent pour des compétitions, ce n'est pas seulement pour en connaître le résultat et le déroulement anecdotique mais parce que se joue sur ce terrain-là une partie essentielle, "un jeu profond" dirait C. Geertz, qui condense et théâtralise des valeurs fondamentales.

6On comprendra donc que la démarche ethnologique dont nous nous réclamons se sépare tout autant d'une anthropologie découvrant derrière chaque pratique une forêt de symboles que d'une sociologie établissant des correspondances mécaniques entre type de spectacle et type de comportement social ; elle se démarque aussi d'une approche poétique qui se cantonne à "un hommage au sensible" et plus encore d'une conception purement critique, réduisant les spectateurs à une masse d'"idiots culturels" pris à tous les pièges que leur tendent leurs ennemis. Une analyse serrée des fonctions des spectacles sportifs montre, au demeurant, que ceux-ci ont pu être, à l'occasion, de puissants catalyseurs de mouvements contestataires, stimulant plutôt qu'endormant les consciences politiques...

7Nos travaux s'inscrivent sous le sceau d'une ethnologie réaliste, attentive aux propriétés, aux significations complexes et à la diversité des perceptions des phénomènes. Ils peuvent prendre le biais d'analyses monographiques comme celle menée sur Saint-Vincent-de-Tyrosse (5 000 hab.) où le club de rugby se maintient en première division depuis 1929, et prendre pour objets la façon dont cette activité s'inscrit dans 1e contexte local (à travers le rapport à la chasse, aux femmes, à la boisson, à la nourriture...), les formes de sociabilité qui se nouent autour du jeu et du spectacle et finalement le mode de vie que cristallise le rugby. Ils peuvent également être menés à échelles multiples comme ce fut le cas dans l'étude sur l'engouement pour l'O.M., la Juventus et le Napoli. Entretiens prolongés, récits de vie de supporters ont permis de cerner les processus, les modalités selon lesquelles des histoires individuelles se croisent avec celles de villes, de clubs, de matchs, de compétitions. Les stades ont fait l'objet d'observations approfondies faisant apparaître une foule structurée, et non une "meute" informe, comme le suggèrent trop de clichés Cette ethnologie du stade a également pris en compte les mouvements de foule, la rhétorique partisane du supporterisme (bref ce qui fonde la spécificité du spectacle sportif, la participation active du public face à une histoire qui se construit devant lui), les liens de sociabilité que crée ou noue cette passion comme l'analyse de la composition des équipes, du style de jeu que l'on prise, des formes particulières d'adhésion à l'objet du spectacle qui traduisent, à l'échelle locale, les mécanismes d'appropriation collective et de particularisation d'un sport universel, A partir d'une même partition de base s'exécute, dans chaque grande ville, une mélodie singulière. Le football ne classe pas seulement les appartenances ; il en énonce le contenu réel et imaginaire. La comparaison entre styles locaux est ici nécessaire pour faire ressortir pleinement ces modulations spécifiques. Enfin, à un niveau plus général on est amené à s'interroger sur les propriétés et les significations du jeu qui s'offre comme la mise en forme dramatique des valeurs qui façonnent le monde contemporain (exaltation du mérite individuel et de la solidarité collective, de la performance, insistance sur le rôle de la chance, de la tricherie, d'une justice plus ou moins arbitraire sur le chemin du succès,..), significations qui ressortiront d'autant mieux si l'on confronte le football à d'autres jeux qui se sont épanouis à d'autres époques ou dans d'autres civilisations (on pense par exemple au tlatchtli aztèque).

8Priorité donc à l'investigation empirique, au comparatisme raisonné, à l'analyse des propriétés du spectacle qui modulent les possibilités identificatoires, à l'examen des visions du monde que cristallise la passion pour cet affrontement codifié.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.