Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences introductives

La mise en ordre sportive

Pierre Parlebas

Texte intégral

1C'est un habit d'Arlequin qui s'étale sous nos yeux lorsque l'on met côte à côte les différentes définitions du sport proposées par les auteurs reconnus en ce domaine. Présenté tour à tour comme une religion, une morale, une philosophie, un jeu, un combat, un culte de l'effort, un acte gratuit, un fruit du capitalisme ou une aliénation de l'homme, le sport est successivement caractérisé par mille aspects profondément disparates sinon contradictoires. Cette polysémie, qui sévit depuis un siècle, est encore envahissante de nos jours. Plutôt que de se lamenter sur cet imbroglio sémantique, il serait peut-être plus intéressant de s'interroger sur les raisons d'être d'une telle confusion étonnamment persistante.

2Comment se fait-il que dans un domaine qui se pique de scientificité, l'objet d'étude suscite tant d'ambiguïté et de malentendu ? N'y aurait-il pas une fonction latente de cette généreuse pansémie sportive, que le sociologue gagnerait à mettre à découvert ?

le monopole de la motricité légitime

3Traditionnellement, on a considéré avec une massive évidence, que le sport était un fait biologique. Il s'agissait essentiellement, croyait-on, d'une activité physique, d'un ensemble de mouvements de nature biomécanique à prolongements énergétiques qui influençaient la santé et relevaient de la médecine. A vrai dire, dans l'opinion générale, ce point de vue n'est guère remis en cause aujourd'hui ; tout au plus l'agrémente-t-on de quelques aspects psychologiques pour que la motivation, le désir de gagner ou l'agressivité y trouvent leur juste place.

4Peut-on réduire un match de football, une finale olympique ou une étape du Tour de France à une seule dépense énergétique, ou à un simple désir de se "dépasser" en espérant faire mieux la prochaine fois ? Ce serait faire preuve d'une étonnante cécité sociologique.

5Le jeu — déjà — mais le sport — plus encore — reposent sur un assortiment de conventions dûment reconnues et acceptées. Le sport, c'est avant tout un système de règles agréées. Celles-ci répondent à un accord qui, à leur échelle, définit un véritable "contrat social" au sens où l'entendait Rousseau qui voyait en lui la "première convention".

6Ce n'est pas la biologie qui permet de comprendre que, dans tel pays, on joue au rugby et non au base-ball, que l'on pratique la barre fixe plutôt que la course de pirogues, Les règles des jeux ne sont pas inscrites dans les séquences d'A.D.N. Le sport, fondamentalement, c'est-à-dire dans ses fondements mêmes, est un fait sociologique. Le basketteur est tout autant dépendant des règles sociales du jeu que des impératifs de la circulation sanguine ou des lois de la pesanteur, Aussi pouvons-nous proposer une définition du sport mettant en avant ses traits pertinents, gorgés de social : le sport est l'ensemble des situations motrices, qui ont été codifiées de façon compétitive et institutionnalisées. En deux mots, le sport, c'est la motricité ludique approuvée et consacrée par l'institution.

7On s'est souvent préoccupé, en sociologie du sport, des rapports liant les classes sociales aux types de sport pratiqués en leur sein, de façon préférentielle, Ce thème est évidemment important, mais il s'agit cependant d'un problème second. Le thème majeur, le thème surplombant est bien entendu celui de l’institutionnalisation des pratiques, qui domine tout le champ et en définit les enjeux les plus marquants, Est-ce si étonnant, quand on se rappelle que Durkheim définissait la sociologie comme "la science des institutions, de leur genèse, de leur fonctionnement" ?

8Dans le cas du sport, le pacte fondateur du jeu revêt un relief majoré par la prise en compte institutionnelle qui provoque une amplification sociale exceptionnelle. Le critère décisif du sport, son trait distinctif parmi l'ensemble des jeux sportifs de toute origine, c'est le sceau de l'institution. Celle-ci doit être entendue au sens fort : il s'agit du déploiement d'un dispositif d'organisation, de gestion et de contrôle extrêmement puissant, s'imposant sur le plan étatique, et débordant largement sur le plan international. C'est cette implantation institutionnelle qui est à la source des implications culturelles, certes, mais aussi politiques et économiques du sport.

9C'est tout un cortège d'appareils imposants et sourcilleux qui encadre le sport : clubs et fédérations en premier lieu, mais aussi instances internationales et comités olympiques divers. Ces instances officielles disposent d'un pouvoir exorbitant, bien que rarement relevé : le monopole de l'organisation et de la législation de leur champ de pratique. Elles détiennent même la capacité de sanctionner — par des amendes ou des suspensions — les pratiquants jugés fautifs, de les mettre au chômage et de déférer leur dossier à la justice.

10Force est de le constater : la motricité ludique de chaque citoyen est soumise aux diktats de l'institution sportive qui la somme de se couler dans le moule qu'elle lui a pré-façonné, Il nous faudra examiner ce moule.

11L'institution sportive s'est arrogé le monopole de la motricité ludique légitime. Voilà le phénomène sociologique capital, qui passe, habituellement, inaperçu. C'est bien là que le bât blesse : le critère institutionnel, pourtant décisif, est fréquemment jugé comme "naturel", comme allant de soi. N'étant pas perçu, ce fait n'est pas identifié en tant que tel. Les valeurs et les normes, profondément orientées, qui correspondent au code de comportement imposé par le système institutionnel, ne sont pas repérées, et sont alors "naturalisées", de façon innocente, dans le paysage socio-culturel.

12Voilà une étonnante victoire de l'institution sportive qui, après avoir complaisamment étalé les rets de ses règlements, réussit à faire oublier que c'est elle qui a lancé le filet, Cette capacité à se rendre invisible, à masquer un pouvoir quasi régalien, représente un phénomène sociologique fascinant. Même des chercheurs éminents dans leur domaine, biologique ou psychologique par exemple, éprouvent de réelles difficultés a saisir la différence séparant une activité physique (un homme qui court, ou qui frappe dans un ballon) d'une activité de sport (un athlète disputant une finale olympique du 400 mètres ou qui participe à un match de Coupe du Monde de football). Les dimensions sociales, normatives et symboliques semblent leur échapper. Ne serait-il pas pourtant étonnant de confondre un drapeau avec le morceau de tissu qui le constitue ? Pourrait-on comprendre, en dehors des valeurs que ce drapeau symbolise, que tant d'hommes acceptent de mourir pour lui ?

13Par le biais des instances sportives, les Etats modernes gardent la mainmise sur les usages ludiques du corps. Ils disposent déjà, ainsi que l'a remarquablement mis en lumière Norbert Elias (1969), du monopole de la violence physique tant militaire que policière. Par le sport, ils détiennent en plus un droit de regard sur la violence corporelle de loisir et de plaisir.

14L'appareil administratif du sport gère ce monopole en essayant à tout prix d'en maintenir les privilèges aussi bien symboliques qu'économiques, Cela se fit en France, avec efficacité et sans grande opposition, jusque vers la fin des années soixante, Depuis deux décennies, sous les coups de boutoir de participants qui récusent la discipline sportive et souhaitent voler de leur propres ailes, les Fédérations ont dû en rabattre. D'abord décontenancées et réagissant avec morgue, elles ont peu à peu réajusté leur comportement en cherchant à s'adapter a la demande. Elles sont finalement parties à la quête des adeptes, acceptant des licences beaucoup plus accueillantes, pour les jeunes, pour les personnes âgées, à la journée, pour une seule compétition, s'engageant même vers la délivrance de licences quasi gratuites.

15Mais dès que l'occasion l'autorise, les instances officielles opèrent une reprise en mains. Elles s'ingénient à remettre tous les particuliers dans le droit chemin : à coup de rationalisations et au nom de la sécurité (sollicitée souvent comme alibi), sont imposés à tous des règlements qui codifient et limitent les espaces de pratique (courses à pied, escalade, planche à voile, vol libre,.,), édictent des contraintes d'encadrement, définissent des normes de matériel, organisent les conditions des compétitions. Ayant été obligées provisoirement de céder, les instances rétablissent dès que possible leur autorité prescriptive sur les différents modes de pratique. Les activités buissonnières et indépendantes leur sont insupportables. La centralisation sportive reprend ses droits ; ses droits à enjoindre la motricité légitime.

une logique interne verrouillée

16Le contrat ludomoteur dont nous venons de parler scelle un accord qui, au-delà de recommandations techniques, va imposer un code de rapports sociaux, une véritable charte de la communication et des comportements à l'égard de l'environnement. Ce pacte doit être lu à deux niveaux, à vrai dire de portées respectives très différentes.

17Le niveau des prescriptions du texte est immédiat : il renvoie à la lettre du code qui régit la discipline considérée, avec son lot d’interdictions et de possibilités (on joue la balle au pied ou à la main, on doit rester dans son couloir, ne pas pénétrer dans telle zone..,). Ce code instaure un affrontement, immédiat ou différé, entre des adversaires qui cherchent à se vaincre les uns les autres, Ainsi l'une des compétitions sportives parmi les plus significatives est représentée par ce qu'on nomme, après von Neumann dans le langage de la Théorie des jeux, un jeu à deux joueurs et à somme nulle, c'est-à-dire un duel, duel d'individus (comme le judo ou le fleuret), ou duel d'équipes (comme le rugby ou le tennis en double).

18Ce niveau du contrat offre des situations sportives très typées : les sports psychomoteurs accomplis en solo et les sports sociomoteurs qui reposent sur un réseau d'interactions motrices ; cette interaction corporelle s'accomplit parfois sous forme de communication motrice d'entraide dans les sports coopératifs, parfois sous forme de contre-communication motrice antagoniste dans les structures "de duel" en face à face, ou dans les structures "de course" en côte à côte.

19Cependant, la remarquable originalité du sport réside dans un autre niveau, moins apparent mais plus décisif. Avant de choisir telle ou telle règle, les contractants décident d'adopter en commun le même système de règles. Ils se déclarent d'accord pour se mettre d'accord. C'est là une fondamentale alliance qui est à la source du contrat social, à la source de l'extraordinaire socialisation susceptible d'être engendrée par l'institution sportive. On le sait, la rencontre sportive est un combat, mais ce combat est souverainement porté par une entente préalable.

20C'est bien là un paradoxe apparent, qui confère sa force au sport : tout jeu sportif, fût-il à somme nulle, repose sur un jeu à somme non nulle.

21Cet accord sous-jacent à tout sport, cet "infra-jeu" détient un rôle de premier plan : par l'adoption d'un code unique, l'institution supprime l'anarchie et le désordre qui résulteraient des discordances de comportements associés à des cadres d'action hétérogènes. Le désordre des mouvements browniens ludiques est aboli au profit de l'ordre sportif. La loi partagée accorde les conduites motrices sur un canevas d'action commune, et bat en brèche l'anomie, fille de l'absence ou de l'ambiguïté des règles. Ce code accepté va éliminer l'irruption intempestive d'effets pervers dont Raymond Boudon a montré, qu'omniprésents dans la vie sociale, ils étaient souvent à l'origine des dysfonctionnements et des changements sociaux. L'institutionnalisation de la contrainte, par décision de l'infra-jeu, tend ainsi à faire disparaître les indésirables effets pervers.

22La conclusion est sans ambages : les deux niveaux du contrat concourent de façon complémentaire à verrouiller l'univers sportif de telle sorte qu'en soient bannis l'imprévu et l'incongru, de telle sorte que puisse y régner un ordre olympien.

23La matrice des comportements sportifs est donc issue du code accepté, de la réglementation devenue les Tables de la Loi. Cette loi, nous l'avons suggéré, va sécréter son univers symbolique et son propre cortège de représentations.

24Une question peut alors être posée : parmi l'immense champ des possibles, quels sont les traits pertinents, quelles sont les logiques internes sportives qui ont été préférentiellement retenues par les instances sociales ? Peut-on caractériser de façon précise les choix institutionnels ? Quelles propriétés des actions motrices déclenchées sur le terrain, ces logiques favorisent-elles ?

la domestication sportive

25Le sport s'affirme par une mise en ordre de son univers d'intervention. Cette logique interne de domestication s'exerce notamment dans quatre grands domaines.

26On observe :

1. Une domestication des lieux

27Le sport est d'abord une organisation de l'espace, un quadrillage des territoires. La maîtrise sportive passe par la métrisation des lieux : sont soigneusement définis les dimensions, les distances, les couloirs, les zones et les frontières.

28La transition qui permit le passage des jeux aux sports, la "sportification", a provoqué une standardisation de plus en plus poussée de l'espace dont furent supprimées peu à peu les sources d'imprévu. L'incertitude informationnelle issue du milieu extérieur a été progressivement bannie de la praxis sportive, comme on peut l'observer par exemple en athlétisme, en gymnastique ou en natation. Les lieux sportifs, primitivement empruntés tels quels aux espaces quotidiens du village, de la cité ou de la pleine nature, ont été disciplinés, réaménagés, parfois même entièrement réinventés pour construire les lieux artificiels et rigoureusement normés des stades, des piscines ou des gymnases.

29Les activités libres et les quasi-jeux, dont beaucoup se déroulaient en milieu sauvage et incertain, se sont vu imposer un espace discipliné, prévisible, orienté par des couloirs, jalonné de fanions et de balises, uniformisé au point de susciter parfois des automatismes comme en aviron.

30Le terrain du ski, initialement accidenté et broussailleux, s'est mué en une piste de descente à l'allure d'autoroute, pré-façonnée par des pelleteuses ; les parois alpestres ont été remplacées par des murs artificiels d'escalade reconstruits en stade couvert ; certaines compétitions de planche à voile se déroulent comme à Bercy, dans des bassins préfabriqués dont les bords accueillent des ventilateurs géants, car il faut bien souffler dans les voiles. L'espace du sport tend à devenir un espace technologisé de substitution.

31Parmi les 240 épreuves des Jeux olympiques, 90 % s'accomplissent dans un espace stable, standardisé, dépourvu d'incertitude interne ; et si l'on ne prend en compte que les jeux d'été, le pourcentage atteint 94 %. Le lieu du sport est devenu un espace progammable et sans surprise.

2. Une domestication des liens

32L'interaction motrice, la communication est une figure de proue que l'institution sportive a soigneusement mise en valeur.

33A vrai dire, le sport courait un grand danger en provoquant des affrontements au corps à corps, La brutalité menaçait. Les instances fédérales ont su canaliser les débordements potentiels en ritualisant de façon adroite les confrontations aussi bien à distance qu'au contact. La contre-communication abrupte du rugby, du sabre ou de la boxe a été soigneusement réglementée et domestiquée. En définitive, dans le champ du loisir, le sport s'est annexé la gestion de la violence physique légitime.

34Norbert Elias (1939) a abondamment montré que, depuis quelques siècles, le degré de violence corporelle a continuellement diminué dans nos sociétés. En ritualisant la brutalité du choc des corps, le sport a participé activement à ce processus de contrôle et de pacification.

35Les liens entre les joueurs sont affectés de deux valences possibles : amicale ou hostile. Et tous les sports représentent une originale variation sur l'univers des réseaux dichotomiques réalisables, entrelaçant ces deux types de liens, L'analyse mathématique élémentaire des réseaux d'action motrice de cet univers offre des résultats qu'on n'observe, à notre connaissance, dans aucun autre secteur sociologique : les structures correspondent à des modèles simples, aux propriétés tranchées et révélatrices sur le plan social, qui s'appliquent à tous les sports sans exception. En deux mots, on constate que ces réseaux sont tous exclusifs (l'intersection des deux relations est vide : deux joueurs ne peuvent être à la fois amis et ennemis), tous stables (les relations sont invariantes : un joueur ne change pas de camp au cours de la partie), tous complets (les relations saturent le graphe : deux joueurs ne sont jamais en situation d'indifférence), tous équilibrés (l'ensemble des joueurs peut toujours être scindé en deux ou plus de deux équipes, de telle sorte que les relations intra-groupales soient toutes positives, et les relations inter-groupales toutes négatives).

36Ces propriétés structurales éliminent le surgissement d'un effet pervers. Le code sportif de communication est étonnamment sélectif ; il instaure un ordre rigoureux, une cohérence de marbre, en évitant toute ambiguïté et toute confusion relationnelle.

37On pourrait penser qu'en présence du réseau formalisé de tout jeu sportif, ce caractère clair et univoque est inéluctable. Or, il n'en est rien. L'analyse révèle que de nombreux jeux non institutionnalisés — tels Les Trois camps, la Balle assise, la Porte ou le Gouret par exemple — ne respectent pas les propriétés mathématiques précédentes. Leur structure ludomotrice déclenche une ambivalence relationnelle qui suscite une "double contrainte" du type de celle que Gregory Bateson et l'Ecole de Palo Alto ont mis en lumière. Autrement dit, ce sont les règles elles-mêmes de ces jeux "paradoxaux" qui sécrètent des effets pervers, source d'anomie et de désordre relationnel.

38Notre propos précédent n'en prend que plus de relief : tous les sports, sans exception, ont discipliné les liens de leur réseau, en repoussant toute ambivalence et tout paradoxe susceptible de perturber leur sociabilité devenue ainsi d'une clarté cristalline.

39Ajoutons deux autres types de domestication caractéristiques du sport : une domestication des liants, c'est-à-dire des accessoires et des instruments qui servent d'intermédiaire entre le pratiquant et l'environnement (ski, planche de surf, raquette, aile volante..,) et une domestication des temps, illustrée par la planification des matchs et de leur calendrier.

3. Une domestication des liants

40De nombreux sports se pratiquent à l'aide d'accessoires, d'engins ou d'instruments divers : chaussures, raquette, skis, ballons, planche de surf, voilier, aile volante, VTT. Ces instruments qui introduisent le liant nécessaire à l'action, étaient initialement empruntés à l'environnement naturel ou domestique. Ils ont, depuis, donné lieu à des accessoires spécifiques, de haute technologie, qui permettent de parachever la domestication des lieux.

41Ce perfectionnement des liants est une caractéristique forte de la technologie sportive qui a su créer une importante industrie des accessoires et des équipements. Leur normalisation sourcilleuse contribue à favoriser l'identification de chaque spécialité ; elle introduit de la norme, et donc de l'ordre, dans le système de ce qui est appelé, précisément, des “disciplines" sportives.

4. Une domestication des temps

42La temporalité sportive s'est rationalisée à outrance. On y mesure le temps au millième de seconde ; l'institution planifie ses calendriers, contrôle la durée des compétitions, et lorsqu'elle risque d’être débordée, comme dans le cas du tennis ou du volley-ball, elle impose de nouvelles règles d'arrêt qui jugulent les prolongations intempestives.

43En dernière analyse, les impératifs économiques incitent à domestiquer étroitement la temporalité sportive, et les exigences du spectacle, notamment télévisuelles, auront toujours le dernier mot.

44L'histoire du sport c'est, entre autres, l'histoire de cette quadruple domestication des lieux et des liens, des liants et des temps. Cette mise en ordre débouche sur des classements et des hiérarchies indiscutés ; elle aboutit à des situations d'une grande lisibilité, Elle exhibe avec ostentation une image de clarté, de pureté et d'équité dont se réclament précisément les idéologies pro-sportives.

une imposture

45Les techniques du corps — pour reprendre l'expression de Marcel Mauss — auxquelles notre communauté nous habitue, les activités physiques de loisir que le contexte nous propose avec insistance, édifient un système de comportements, de modalités d'action, d'attitudes et de dispositions à agir qu'on peut légitimement appeler une "culture corporelle". La pression du dispositif institutionnel est telle que cette culture corporelle tend à s'aligner sur la "culture sportive", Il en découle que l'excellence motrice s'identifie aux actes que cette culture sportive sélectionne en les réputant dignes et représentatifs : lancer un boulet de fonte, sauter à l'aide d'une perche, projeter un ballon dans une cible, terrasser un adversaire... Ce qui est appelé "performance sportive" ne correspond donc qu'à un choix institutionnel arbitraire parmi une infinité de possibles.

46Il convient d'être lucide. L'institution sportive est profondément dépendante des impératifs économiques, ainsi que le confirment amplement les travaux récents d'économie sportive, telles les recherches de Wladimir Andreff (1989) et de Jean-François Le Nys par exemple, Le sport est fondamentalement une entreprise de spectacle ; les traits apparemment les plus intimes de sa logique interne sont liés au degré de spectacularité qu'ils engendrent, Il n'y a là aucun scandale : le cinéma lui aussi est un spectacle soumis aux contraintes commerciales ; et ces dernières pèsent également sur le livre et l'édition, Le sport n'y échappe pas ; aussi semble-t-il souhaitable d'en prendre clairement conscience.

47De même, convient-il de reconnaître que le sport est fréquemment courtisé par le pouvoir politique. Ne représente-t-il pas un puissant relais potentiel dans l'exercice d'une influence ? A ce titre, il recèle des ressources socio-politiques étonnantes : bien que ses structures soient particulièrement robustes et bien arrêtées, il peut être mis au service de régimes politiques très dissemblables, voire franchement opposés, tels des régimes totalitaires, libéraux ou démocratiques, et cela avec un réel succès dans les différents cas (P. Parlebas, 1992), Nous l'avons évoqué dans les pages précédentes : au-delà des apparences et des conflits passagers, il existe une connivence fondamentale entre le pouvoir sportif et le pouvoir étatique. Peut-on raisonnablement nier cette dimension politique du sport ?

48L'engouement pour des activités physiques plus spontanées et moins contraignantes, qui s'est manifesté dans les trois dernières décennies, peut être interprété comme une rébellion des pratiquants de base contre l'encadrement étroit et le centralisme imposés par les instances institutionnelles, Des activités inhabituelles ont fait florès (surf, planche à roulettes, raft, planche à voile, aile volante, parapente,..), mais surtout, une nouvelle mentalité est apparue ; une nouvelle façon d'envisager la communication ludomotrice avec autrui sur un mode chaleureux et plus convivial, une nouvelle manière d'établir le contact avec l'environnement, sur le mode sensible des émotions retrouvées avec la vague, le vent, l'eau ou le rocher dans l'apparent abandon de la "glisse", Ces activités dites "libres" ou "sauvages" pratiquées souvent entre compagnons et en dehors des critères hiérarchiques de la compétition, illustrent l'apparition d'une nouvelle culture corporelle qui s'est posée en s'opposant à la culture sportive, Mais après l'effervescence initiale, s'opère insensiblement la remise en ordre sportive.

49En inscrivant chaque adepte dans une organisation centralisée qui met en place un système de lieux et de liens, de liants et de temps, remarquablement ordonné, l'institution sportive représente un exceptionnel instrument de contrôle social. Les mouvements politiques et idéologiques, les organisations ouvrières et patronales, les groupements confessionnels et partisans, tenteront constamment de la mettre à leur service. Et ce, bien entendu, toujours sous le couvert d'intentions généreuses. Aussi cherchera-t-on à masquer la réalité du quadrillage sportif par des approximations sémantiques à propos du sport, et par une résistance à l'exploration des mécanismes d'influence socio-politiques qui en traversent le champ.

50La réflexion sportive traîne comme un boulet de sempiternelles théories, sans doute dotées de bonnes intentions, mais d'une navrante naïveté : le sport n'est pas avant tout un culte, une morale ou une philosophie. Si l'on souhaite assainir les débats portant sur l'éducation physique et le sport, et développer le projet d'une sociologie du sport débarrassée de pressions d'autant plus pressantes qu'elles restent masquées, cette hypothèque doit être levée. En dehors de toute polémique, constatons sereinement que toute mise du sport au service d'une idéologie (éducative, morale ou politique) au nom d'une prétendue liaison organique et constitutive entre eux, est une imposture.

Bibliographie

Bibliographie

BATESON Gregory, Vers une écologie de l'esprit, Tomes I et II, Paris : Seuil, 1977, 1980,

BOUDON Raymond, La logique du social, Paris : Hachette, 1979.

…………………….., Effets pervers et ordre social. Paris : PUF, 1977.

DURKHEIM Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris : Alcan, 1894.

ELIAS Norbert, La civilisation des mœurs, Paris : Calmann-Lévy, 1973, (1ère éd., 1939).

………………., La dynamique de l'Occident, Paris : Calmann-Lévy, 1975, (1ère éd. : 1969).

PARLEBAS Pierre, Le sport, fait social, in La Recherche, no 245, p. 858-869, Paris, Juillet-Août 1992.

WATZLAWICK P., HELMICK-BEAVIN J., JACKSON D., Une logique de la communication, Paris : Seuil, 1972.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540