Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Conférences introductives

L'économie du sport : à la croisée des chemins

Wladimir Andreff

Texte intégral

1L'économie du sport, en tant que domaine d'étude scientifique a bientôt vingt ans d'âge, si l'on se réfère aux dates de publication des premiers travaux pionniers en la matière. Il n'est pas aisé de procéder à un bilan de cette discipline en raison même du nombre et du foisonnement récent des travaux et des publications s'inscrivant dans le cadre de l'analyse économique du sport ou se réclamant au moins, implicitement ou explicitement, d'un champ de recherche plus large, habituellement dénommé la socio-économie du sport. Vingt ans d'aventure d’une communauté scientifique finalement assez restreinte si l'on s'en tient aux seuls économistes de formation ou de profession ; de mésaventures et de problèmes également. On repère d'autant mieux ces derniers que l'on étend le bilan aux travaux des socio-économistes ou des économistes "amateurs", ce dernier terme voulant rendre compte, sans être péjoratif, de l'accroissement rapide des recherches en économie et gestion du sport menées par des chercheurs ou auteurs n’ayant pas au départ une formation d'économiste.

  • 1 Au cours duquel on tentait un premier bilan de l'économie du sport, voir (5) ; les nombres en gros (...)
  • 2 Tel que, par exemple : (12), (19), (93).
  • 3 Notamment : (15), (17), (77), (78).
  • 4 Voir Annuaire des Laboratoires de recherche en activités physiques et sportives (1ère édition 1988 (...)

2Par chance, depuis le colloque de Strasbourg1, la tenue de plus en plus régulière de colloques visant au bilan interdisciplinaire des approches du sport en sciences sociales, a facilité notre tâche de recensement. Il en va de même de certains ouvrages cherchant à couvrir l'essentiel du champ de l'économie du sport2 et de certains rapports scientifiques probablement destinés à faire date3, ainsi que des efforts de recensement des travaux, des chercheurs et des centres de recherche concernant l'économie du sport engagés tant au niveau national (Ministère de la Jeunesse et des Sports4) qu'européen (Comité de Développement du Sport, Conseil de l'Europe). L'examen rapide de vingt années de publications permet tout d'abord de constater un certain nombre de progrès de l'économie du sport. Il révèle aussi plusieurs problèmes, non résolus a ce jour, d'ordre méthodologique, théorique et disciplinaire. Après les avoir présentés, il conviendra de conclure sur les perspectives qui restent ouvertes à l'économie du sport.

1- LES PROGRÈS DE L'ÉCONOMIE DU SPORT

3L'économie du sport, en tant qu'ensemble de phénomènes concrets mettant en relation les activités sportives et les activités économiques et financières, s'est considérablement développée, et la plupart des références citées dans cette communication ont rendu compte de cette réalité. Ce n'est pas de cette progression-là de l'économie du sport dont nous voulons faire état à présent. Il s'agit plutôt de marquer les progrès réalisés dans l'analyse de la réalité sus évoquée, et c'est à ce type d'analyse que se réfère l'expression "économie du sport" dans la suite.

4Les deux principaux axes de progrès de l'économie du sport depuis vingt ans sont d'une part l'augmentation des informations recueillies et donc de la connaissance factuelle de la réalité des relations entre le sport et l'argent, comme on disait autrefois, ou de la formation d'un secteur (8) ou d'une filière (12, 90) économique du sport, et d'autre part l'extension du champ d'observation et d'analyse couvert par l'économie du sport.

A- L'accroissement du volume des connaissances

5Il serait évidemment trop long de présenter extensivement tous les travaux qui ont accru le stock d'informations et de connaissances économiques relatives au sport. On ne donnera donc que de brefs indices, en commençant toutefois par cette évidence : quiconque voulait connaître "de l'extérieur", il y a trente ans, le montant des recettes d'un spectacle sportif, le budget d'un club sportif, la consommation sportive des ménages, l'apport financier d'une entreprise au sport, ou la valeur en monnaie du travail sportif bénévole, etc..., se heurtait à la fois à la rareté de l'information publiée sur ces sujets et aux tabous qui en empêchaient souvent la révélation, de la part de ceux-là mêmes qui participaient aux relations entre le sport et l'argent. La situation a bien changé et les efforts d'investigation des économistes et socio-économistes du sport y ont contribué, en même temps que la réalité des relations entre sport et économie se densifiait. La disponibilité des données relatives aux flux économiques engendrés ou attirés par le sport est aujourd'hui beaucoup plus importante. On peut en juger, notamment, d'après les indices suivants :

  • Des publications périodiques sur les aspects économiques du sport sont apparues et sont devenues des sources d'approvisionnement des économistes (et des décideurs) en Informations régulières, publications telles que la Revue Juridique et Economique du Sport (trimestrielle), Sport Eco (bi-hebdomadaire), La Lettre de l'Economie du Sport (hebdomadaire), la page "Business" de l'Equipe Magazine (hebdomadaire), sans parler de titres plus spécialisés (La Lettre du sponsoring et du mécénat) ou plus confidentiels.
  • La multiplication des banques de données compilant des statistiques et des renseignements plus qualitatifs sur les faits économiques et sociaux du sport, telle celle du Ministère de la Jeunesse et des Sports, pour n'en citer qu'une.
  • Bien que l'objectif d'élaborer systématiquement un compte satellite du sport (86) ait été écarté en raison de son coût financier5, et qu'il semble hors de portée pour l'instant, un certain nombre d'indicateurs ou de ratios économiques du sport s'imposent de plus en plus dans les travaux en économie du sport. Mentionnons-en quelques-uns : la part dans le PIB (ou PNB) des activités économiques liées au sport, l'importance de telle source de financement du sport comparée au budget affecté par l'Etat au sport, le pourcentage des consommations sportives dans la consommation totale des ménages, la répartition des coûts de la pratique sportive en quelques postes standards (en suivant 88 et 89), le taux de pénétration du marché des articles de sport par les importations.
  • La quantité et la qualité de l'information économique sur les activités physiques et sportives se sont améliorées en ce qui concerne l'origine de leurs financements, la gestion de ces fonds par les divers agents économiques (clubs, fédérations, municipalités, sponsors), et le commerce sur les marchés des biens (articles) et des services sportifs (spectacles, retransmissions télévisées, locations d'articles de sport, assurance des sportifs, utilisation des équipements, etc...). Ce qui doit être souligné davantage encore, c'est la "vérifiabilité" accrue, la capacité de recouper et d'évaluer la qualité de construction des données disponibles, ce qui signifie que se dissipe désormais une partie de l'opacité résultant autrefois des tabous à l'égard de l'argent dans le sport, du secret des affaires des financeurs privés et de la faible préoccupation des autorités du sport à fournir et à disposer de données économiques précises et abondantes.

B - L'extension du domaine d'analyse

6Au départ, il y a une vingtaine d'années, l'essentiel paraissait être, pour les premiers chercheurs en économie du sport, de déceler ou de confirmer la présence croissante de l'argent dans le sport, de mettre à jour l'étroitesse et la permanence des relations entre le sport et toute une série de flux économiques et financiers. Ces derniers étaient parfois traités indistinctement ou, au mieux, étaient décomposés et classifiés selon quelques grands clivages classiques : fonds privés et fonds publics, investissement et consommation, dépenses budgétaires et extra-budgétaires, etc… Aujourd'hui, les recherches sont suffisamment développées et spécialisées pour que le champ d'observation et d'analyse économiques du sport commence à être découpé selon les lignes de partage courantes entre les principales sous-disciplines de l'analyse économique. On peut ainsi mettre en évidence :

7■ L'économie publique du sport (20, 50, 83, 87, 93, 95, 97, 99, 102, 112). Il s'agit des travaux consacrés au budget d'Etat des sports, aux subventions attribuées par les municipalités et les autres collectivités locales au sport, des aspects économiques de la politique sportive communale, de la fiscalité applicable au sport, des cotisations sociales dues au titre d'activités sportives rémunérées. On trouve là un domaine d'application d'outils habituels de l'analyse économique : rationalisation des choix budgétaires, analyse avantages-coûts, critères d'imputation des dépenses, critères de répartition des subventions, critères de neutralité de l'impôt, par exemple.

8■ L'économie de la consommation engendrée par la pratique sportive des ménages (23, 52, 77, 82, 88, 89, 108, 115, 118, 125, 126). On part d'études socio-économiques sur les pratiques et les profils des pratiquants, puis on évalue le prix des différents articles et services aujourd'hui requis pour la pratique de la plupart des disciplines sportives, d'où l'on peut déduire le coût d'accès aux sports pour les pratiquants, et finalement fournir une évaluation des marchés d'articles et de services sportifs existant grâce à ces pratiques. Le comportement des consommateurs de sport (en termes de pratique, mais aussi de spectacle éventuellement) est cerné par des enquêtes, des études de marché, des sondages "marketing", grâce à des techniques éprouvées, dont l'existence est antérieure à l'économie du sport. Des notions habituelles d’économie de la consommation sont mises en œuvre : taux d'équipement des ménages, effets de saturation, cycle de vie du produit, élasticité de la demande par rapport au prix, élasticités (croisées) de substitution, effets de démonstration, demande de différence.

9■ L'économie du développement économique et sportif (6, 9, 23, 44, 45, 47, 62, 63, 68, 71, 81, 85, 91, 94, 96, 104, 119, 120, 121, 123). Sous cette rubrique se rangent les travaux relatifs à l'investissement réalisé dans des équipements sportifs, à la maintenance, à la gestion et au coût de fonctionnement de ces équipements, et aux infrastructures d'accès aux équipements sportifs, en particulier les plus importantes (autoroutes, autres moyens de communication, lieux de stationnement, etc..,). On est donc dans le domaine de l'analyse du développement économique local et régional, et parfois de l'aménagement du territoire national.

10Les grands événements sportifs (Jeux olympiques, Coupes du monde de Football), par les complexes d'équipements sportifs qu'ils exigent le plus souvent, forment un cas particulièrement important de ce genre de problèmes économiques, Plus généralement, par leurs retombées économiques, ces grands événements sportifs ont des effets multiples d'entraînement, positifs et négatifs, sur le développement d'une localité, d'une région, voire d'un pays tout entier dans les cas des pays moins développés. Ces retombées ne se limitent d'ailleurs pas aux seules conséquences des infrastructures et des équipements sportifs construits ; elles s'étendent aux flux commerciaux que provoque le déroulement même de l'événement sportif, aux marchés adjacents au sport (hôtellerie, restauration, etc,), et aux impacts médiatiques supposés se traduire aussi par des produits financiers immédiats ou ultérieurs. Ici encore des instruments classiques de l'analyse économique sont mobilisés : méthodes et critères de choix des investissements, calculs de rentabilité, multiplicateurs d'impact.

11■ L'économie industrielle du sport (3, 14, 36, 39, 42, 46, 51, 53, 56, 84, 101, 103, 105, 106, 110). Il s'agit d'étudier non seulement l'offre d'articles de sport sur le marché et sa structure (situations de monopole, d'oligopole, de concurrence plus ou moins active), mais aussi d'analyser les méthodes de production utilisées, les procédés techniques en usage, les relations économiques entre l'innovation sportive et l'innovation industrielle, ainsi que les stratégies de firmes de l'industrie des articles de sport, les restructurations financières (prise de participation au capital, acquisition, scission, absorption, fusion) dont elles sont l'objet, Quelques industries annexes, encore peu explorées dans leurs rapports économiques avec le sport, commencent à être prises en compte : l'industrie alimentaire et des boissons, l'industrie de la construction et des travaux publics, l'industrie pharmaceutique, les techniques médicales. Des notions courantes d'économie industrielle s'appliquent donc : degré de concentration de l'offre, rendements, productivité, standardisation des produits, effet d'apprentissage, spécialisation et diversification de la production, filialisation, externalisation, degré de contrôle du capital.

12■ L'économie des services sportifs (2, 21, 25, 26, 27, 29, 30, 33, 36, 49, 65, 72, 98, 116). Dans ce domaine, dont les méthodes sont proches de l'économie industrielle, les recherches portent sur les recettes, l'audience et le prix des spectacles sportifs, sur les relations entre le sport et les chaînes de télévision (droits de retransmission) et entre ces chaînes et les téléspectateurs sportifs (émissions sportives), ainsi que sur les imperfections du marché du sport télévisé (monopole des fédérations, droits d'exclusivité de telle chaîne, etc.,.), sur le marché de la presse sportive, sur la publicité à support sportif et le sponsorisme, et enfin sur les intermédiaires opérant dans le sport pour mettre en relation les clubs sportifs, les sponsors, les entreprises et les médias.

13■ L'économie du travail sportif (32, 33,35, 37, 38, 46, 48, 56, 64, 67, 107, 109, 111, 113, 114). Une partie des travaux s'attache à préciser le fonctionnement du marché des sportifs professionnels, sa dualité et sa segmentation, les procédures d'embauche et d'organisation du travail au sein des équipes professionnelles, de rémunération de ces travailleurs particuliers que sont les sportifs professionnels et de leur formation à une carrière post-sportive. L'extension actuelle des études s'oriente de plus en plus vers tous les autres métiers du sport, autres que la pratique du sport professionnel, en particulier les métiers d'enseignement et d'animation, mais aussi ceux qui sont liés à la médiatisation et à la commercialisation accrues du sport et du spectacle sportif.

14■ L'économie internationale du sport (10, 11, 13, 24, 54, 79, 105) couvre l'analyse du commerce extérieur (et mondial) des articles de sport, l'internationalisation coextensive des compétitions, des performances, des techniques sportives, des produits et des marchés, du spectacle sportif et de sa retransmission médiatique, ainsi que le rôle des firmes multinationales et de la délocalisation de la production de l'industrie des articles de sport. Les outils de l'économie internationale sont appliqués au sport : taux de couverture des importations par les exportations d'articles de sport, taux de pénétration du marché intérieur, indicateurs de spécialisation internationale, et les théories des échanges internationaux sont mobilisées.

15■ Les études de démographie sportive (66, 77, 122) se situent à la lisière de l'économie du sport. Des économistes ont activement participé, en compagnie de sociologues, aux controverses sur les méthodes de dénombrement des effectifs de pratiquants sportifs, et donc inévitablement aux débats conceptuels relatifs à la définition du sport et des sportifs qui furent assez "chauds" en France notamment vers 1987-88.

16Une dernière extension du champ de l'économie du sport est assez pragmatique et rassemble les travaux aujourd'hui les plus nombreux, y compris lorsque l'on consulte les thèmes économiques des communications proposées dans le programme de ce colloque interdisciplinaire : ce sont des monographies, des études descriptives, des cas, le plus souvent tournés vers l'administration et la gestion du sport au sens large et vers la recherche de financements pour les clubs, les événements sportifs, les disciplines sportives, et parfois tout simplement vers les intérêts du commanditaire ayant financé les chercheurs. On mentionnera la liste (non exhaustive) des recherches très empiriques de ce type en économie du sport :

  • la gestion comptable et financière des clubs, des ligues et des fédérations ;
  • la gestion d'un équipement sportif ;
  • l'organisation et la gestion d'une manifestation sportive ;
  • l'administration et la gestion du sport dans une commune ou dans une autre collectivité ;
  • la gestion financière d'une équipe professionnelle ;
  • la gestion d'entreprises commerciales ou industrielles engagées sur les marchés du sport ;
  • l'organisation du sport dans l'entreprise.

17Au total, un net accroissement de l'information et des connaissances d'une part, une réelle extension du champ couvert par l'économie du sport d'autre part, ont été réalisés. Ces progrès ont été obtenus en vingt ans, avec une accélération dans les sept ou huit dernières années, si l'on consulte la liste des principales références publiées, mais avec une grande hétérogénéité des méthodes utilisées et des données collectées, dont beaucoup ne sont pas comparables, compilables, agrégeables et centralisables dans une même nomenclature. A cela s'ajoute une variété des présupposés théoriques figurant à l'arrière-plan de ces travaux, ce qui est heureux en définitive, et en tout cas préférable à l'absence de tels présupposés, absence qu'on peut déplorer dans nombre d'études de la dernière catégorie mentionnée ci-dessus. Après le progrès de l'économie du sport, voyons maintenant l'envers de la médaille.

2 - LES PROBLÈMES NON RÉSOLUS À CE JOUR EN ÉCONOMIE DU SPORT

18Ces problèmes sont méthodologiques, théoriques et "identitaires", au sens qu'il est difficile de préciser l'identité et les contours de la discipline scientifique nommée économie du sport, et plus encore de ce qui est regroupé sous le terme de socio-économie du sport.

A - Les difficultés méthodologiques

19Nous ne discuterons pas ici des choix méthodologiques, plus ou moins adéquats, faits par les chercheurs dans certaines études d'économie du sport ; ces problèmes-là sont rapidement éliminables, Les difficultés évoquées ci-après, au contraire, ne pourront être résorbées qu'avec la longue durée, du moins si elles peuvent l'être. Même la mobilisation d'une équipe d'économistes aguerris à l'économie du sport, dotés de moyens sur une durée conséquente (plus d'un an), telle celle ayant achevé un récent rapport pour le Comité de Développement du Sport du Conseil de l'Europe (17), ne permet pas de surmonter à brève échéance les difficultés recensées ci-dessous, qui demeurent autant de problèmes méthodologiques à résoudre tant au niveau national qu'international (européen).

20Une première difficulté continue à résider dans les méthodes de dénombrement de la population des pratiquants sportifs, et donc dans l'évaluation des marchés potentiels de biens et services sportifs. Tout dépend de la définition de la pratique sportive que l'on retient. En schématisant à l'extrême, les critères de définition de la pratique sportive se regroupent autour de deux pôles. D'un côté, il y a les définitions normées et strictes de ce qu'est un pratiquant, norme déterminée sur des bases quantitatives (fréquence, durée, intensité de la pratique), telle celle adoptée dans les enquêtes de l'INSEE par exemple en France. Ces définitions normatives ont l'avantage de la stabilité et le double inconvénient d'être différentes d'un pays à l'autre et de donner une vision minimale des pratiques sportives (en excluant les pratiques peu fréquentes, peu intenses et brèves, alors que celles-ci se développent dans le mode de vie actuel). D'un autre côté, on trouve l'auto-définition de la pratique sportive (et donc de ce qui est considéré comme étant le sport) par les pratiquants eux-mêmes, ou par les répondants aux enquêtes. Le double inconvénient est qu'une telle définition (du sport) n'est pas stable par essence et que ce qui est mesuré sous le terme de pratique sportive varie d'un individu à l'autre, et les données ainsi recueillies ne sont pas méthodologiquement agrégeables en des grandeurs homogènes permettant de calculer des taux de pratique significatifs ; l'avantage est que les taux de pratique enregistrés sur cette base sont plus élevés car ils incluent les pratiques inorganisées (hors des fédérations et des clubs], éphémères ou occasionnelles, voire des pratiques de la vie quotidienne vécues comme sportives par les déclarants (presser le pas sur le trajet vers le lieu de travail, monter les escaliers en évitant l'ascenseur, se déplacer à bicyclette, etc...). D'ailleurs, parmi les pays où les deux types de définition sont mises en œuvre, la publication des statistiques fondées sur l'auto-définition est en général préférée par les autorités, en particulier dans la perspective de comparaisons internationales. Sur les douze pays enquêtés dans le cadre de l'étude réalisée pour le CDDS du Conseil de l'Europe (17) :

  • quatre pays utilisent une définition normative : Espagne, Hongrie, Italie et Portugal ;
  • six pays retiennent l'auto-définition : Belgique, Danemark, Finlande, Royaume-Uni, Suède, Suisse ;
  • deux pays ont des données collectées selon les deux types de définition : Allemagne, France.

21Il est évident que les économistes du sport ne peuvent que souhaiter, et recommander, une homogénéisation de la définition des pratiquants sportifs et donc de la base méthodologique des dénombrements, bien qu'elle puisse sans doute devenir réductrice par rapport à la diversité qui résulte du foisonnement actuel des pratiques sportives. Dans le même ordre d'idée, une autre difficulté pourrait être circonscrite en uniformisant la liste des disciplines considérées comme sportives (par exemple, les jeux d'échecs, de fléchettes, etc..., sont traitées comme telles dans certains pays), avec le risque ici encore de figer le domaine d'investigation par rapport à l'évolution réelle des pratiques sportives.

22Une deuxième série de difficultés est que bien des données retraçant des grandeurs économiques liées à l'activité sportive restent, elles aussi, hétérogènes, imprécises et non comparables. Ici encore, il manque une définition stable et généralisée de chaque variable économique, et de chaque catégorie statistique correspondante, pour pouvoir mettre au point une méthodologie homogène et fiable de comptabilisation des activités économiques du sport, Aujourd'hui, cet obstacle est beaucoup plus important que les tabous déjà évoqués ou que le secret des affaires des agents économiques privés intervenant dans le sport. Les principales activités dont le contour statistique reste encore flou (au niveau national et européen) sont : les activités des sponsors, celles des agences de communication dans le sport, le financement des manifestations sportives dès qu'elles ne sont pas d'envergure (et alors sur-médiatisées), et plus encore leurs retombées économiques d'ensemble (y compris indirectes), le coût des installations sportives privées, les recettes de certains spectacles sportifs. La production nationale d'articles de sport et de services sportifs n'est pas toujours connue avec précision, dans plusieurs pays européens, quant aux fonds et dédommagements remis aux travailleurs bénévoles dans le sport, ils ne sont jamais connus (ou révélés). La recommandation des économistes est donc logiquement de préconiser l'élaboration d'une nomenclature, stable et unique, des activités économiques liées au sport, en s'inspirant par exemple, au niveau national, de la méthode de construction de la nomenclature d'activités économiques de l'INSEE. Cette proposition se heurte d'ores et déjà à des réticences dans certains pays européens qui voient la difficulté (et le temps de travail nécessaire) à adapter leurs données et leurs méthodes de collecte à une nouvelle nomenclature. Gageons que la réaction pourrait être la même en France, face à une nomenclature européenne qui serait différente de celle de l'INSEE.

23Les difficultés méthodologiques précédentes sont accrues lors des tentatives de comparaisons internationales (17, 78), alors même que ces comparaisons sont chaque jour plus nécessaires avec l'internationalisation économique croissante du sport (11). et la formation en cours d'une Europe du sport dont on n'a pas fini de percevoir et d'analyser les conséquences économiques (10, 53). On ne peut donc recommander autre chose, à plus ou moins long terme, qu'une présentation de plus en plus homogène, harmonisée et comparable des données et des connaissances collectées relatives aux activités économiques liées au sport, au moins au niveau européen.

24Tout ce qui vient d'être dit ne concernait que l'analyse des relations directes entre l'économie et le sport, à l'exclusion des effets (retombées) indirects du sport sur l'économie ou de l'économie sur le sport. Le sport a évidemment des effets indirects sur l'économie. Par exemple, l'activité économique liée aux Jeux olympiques peut provoquer un effet, probablement minime (mais personne ne l'a mesuré à ce jour), soit sur la stratégie de stockage, soit sur la demande d'équipements de l'industrie pétrolière. Effet certes indirect : les J.O. entraînent un accroissement des voyages vers (et sur) les sites olympiques, dont certains s'effectuent en automobile ou en avion ; la consommation d'essence et de kérosène s'accroît momentanément ; l'industrie pétrolière doit alors fournir davantage de produits raffinés, et donc, elle doit déstocker ou éventuellement raffiner des quantités accrues de pétrole, et éventuellement adapter ses équipements à cette demande accrue. L'économie peut avoir des effets indirects sur le sport. Par exemple, la crise économique réduit le taux de pratique sportive (effet direct) et a des effets régressifs (indirects) sur la production (l'industrie) nationale d'articles de sport. Ainsi, en Hongrie, depuis trois ans, l'inflation et le chômage ont considérablement fait baisser les revenus, ce qui s'est traduit par la réduction du nombre des pratiquants et la fermeture de nombreux clubs sportifs. La baisse de la demande d'articles de sport renforce la tendance des grandes firmes étrangères (comme Adidas) à utiliser leurs filiales hongroises comme bases d'exportation à moindre coût.

25La méthodologie d'évaluation de tels effets indirects demeure assez fruste pour l'instant, Elle repose sur le calcul de multiplicateurs d'activité économique amorcé par un impact (une injection monétaire) initial provoqué par une activité sportive. Le plus souvent les effets indirects sont calculés de façon assez grossière à l'aide de multiplicateurs estimés au niveau macroéconomique. Des progrès sont possibles en affinant cette méthode (71).

B - La diversité théorique

26Il n'y a pas de théorie unifiée de l'économie du sport. La raison en est simple : il n’y a pas une théorie économique unifiée. Trois grandes écoles théoriques se partageaient depuis une cinquantaine d'années le champ de la science économique : la théorie économique néo-classique (souvent associée au libéralisme), la théorie marxiste, et la théorie keynésienne (laissant une place à l'interventionnisme économique de l'Etat). Le repérage des limites de chacun de ces trois grands corps théoriques a conduit, dans leur dépassement et leur hybridation, a la production d'approches théoriques plus "modernes", au moins plus récentes, Par exemple, la théorie des droits de propriété (souvent associée aux privatisations et à la désétatisation) est une sorte de radicalisme "post-néo-classique". Les théories de la régulation sont des analyses post-marxistes, plus ou moins mâtinées de keynésianisme. Les théories du déséquilibre (et du rationnement) sont une réaction à certaines limites de la théorie keynésienne, englobant celle-ci dans des schémas où elle est un cas de figure alternatif aux situations théoriques interprétées par l'analyse néo-classique.

27Ces théories ne tiennent évidemment pas le même discours analytique face à un même phénomène sportif ayant des conséquences économiques. Pour s'en tenir aux trois grandes théories de base, le travail sportif bénévole peut être approché de trois façons différentes. La théorie néo-classique est quelque peu dépourvue d'arguments dans la mesure où elle ne traite pas, par nature, des actes désintéressés, et théorise des activités visant des objectifs économiques à l'aide de moyens économiques (elle doit donc supposer que le travailleur bénévole a un comportement intéressé pour pouvoir en traiter). Dès qu'elle analyse l'activité de travail, la théorie marxiste cherche à mettre en œuvre le concept d'exploitation : le travail bénévole est-il une sorte d'auto-exploitation de la force de travail ? On cherchera donc à démontrer que les résultats du travail bénévole "profitent" à des dirigeants sportifs, à des sponsors, à des organisateurs de spectacle, etc... Pour les keynésiens, le sport est une activité sociale, et le plus souvent socialement organisé, et le secteur associatif doit par conséquent être comptabilisé, et éventuellement comparé, aux secteurs public et privé, pour ses activités et pour son impact sur le niveau d'activité de l'économie nationale.

28Un deuxième exemple peut brièvement illustrer la répercussion des différences théoriques de base sur l'analyse de l'économie du sport, celui du travail sportif rémunéré. Selon la théorie néo-classique, le salaire est proportionné à la productivité, dont il est la "juste rémunération". D'où le problème : une grande part du travail sportif rémunéré est dépensée dans des activités de service (ex : spectacle sportif) dont la productivité réelle est faible, parfois nulle. Pour la théorie marxiste, le salaire exprime l'exploitation de la force de travail (par le capital), et dans ses versions les plus traditionnelles il correspond à un minimum de subsistance. Quel capital exploite donc les travailleurs sportifs ? En particulier, les "vedettes" du sport sont-elles exploitées et par qui ? D'un point de vue keynésien, on ajoute que le salaire est ce qui permet à la demande de produits de se maintenir. De trop faibles salaires, en créant une demande globale insuffisante, restreignent les débouchés et provoquent la crise de certains marchés, éventuellement ceux où s'échangent les articles de sport et les services sportifs.

29Tout ceci rend plutôt compte de la richesse interprétative des théories économiques que d'un véritable problème théorique en économie du sport. Il n'en reste pas moins que le nouveau venu en économie du sport peut s'en trouver déconcerté, ou contraint à un long détour d'accumulation de connaissances théoriques avant de pouvoir appliquer l'une des théories mentionnées à l'économie du sport.

C- L'identité de la discipline devient plus floue

30L'économiste ne peut dissimuler son pessimisme face à la question de savoir si l'économie du sport est, ou pourrait être, en soi, un objet de la théorie économique, et donc pourrait se trouver à l'origine de théorisations nouvelles au sein de notre discipline, Il apparaît en effet, et chaque jour davantage, que :

  • s'intéresser au sport ne produit aucun effet théorique nouveau en économie : aucune théorie économique nouvelle, aucun concept économique nouveau, aucun instrument économique spécifique n'a résulté de vingt ans de travaux en économie du sport ;
  • l'économie du sport est un domaine d'application des théories et analyses économiques constituées antérieurement et ailleurs, tout comme sont des domaines d'économie appliquée, l'économie de l'éducation, l'économie de la santé, l'économie des services, pour citer les sphères sociales les plus comparables économiquement au sport.

31La tendance qui vient d'être soulignée, faisant de l'économie du sport un domaine d'application plutôt qu'un objet en soi de la théorie économique, a toute chance de s'accentuer dans le proche avenir. Cette affirmation peut s'appuyer sur la réalité suivante : parmi l'ensemble de ceux qui étudient aujourd'hui l'économie du sport, le pourcentage de ceux qui maîtrisent les théories économiques (c'est-à-dire les économistes de formation ou de profession) va en diminuant, du simple fait que le nombre de "ceux qui font de l'économie du sport" croît assez rapidement, mais en attirant de plus en plus vers l'économie des spécialistes d'autres disciplines : sociologues, géographes, politologues, spécialistes des sciences de la gestion, historiens, anthropologues, ethnologues, et d'autres encore.

32Ceci est manifestement un signe de succès de l'économie du sport, Cependant, si une telle tendance devait se maintenir ou se renforcer, alors :

  • l'économie du sport restera probablement une branche mineure de l'économie appliquée et demeurera absente du domaine de l'économie théorique ;
  • il se posera rapidement un problème d'identité disciplinaire, l'économie du sport devenant une discipline aux contours de plus en plus flous.

33Dans cette hypothèse, on peut se demander si l'économie du sport n'est pas destinée à être absorbée, à terme, par une autre discipline, les prétendants aujourd'hui les plus évidents étant la sociologie du sport et les sciences de la gestion appliquées au sport. Ou si l'absorption prendra plutôt la forme d'une hybridation, ce qu'est sans doute déjà la socio-économie du sport, Il y aurait beaucoup à parier que l'analyse économique des phénomènes sportifs soit alors abandonnée à d'autres disciplines, moins bien instrumentées pour élaborer des raisonnements économiques. Abandon quasiment certain de la part des économistes les plus théoriciens que l'on a déjà du mal à attirer vers une branche "moins noble" de l'analyse économique.

34Abandon moins probable de la part des économistes appliquées déjà fortement impliqués dans l'économie du sport.

  • 6 La Lettre de l'Economie du Sport, no 223, 1er septembre 1993.
  • 7 Chaque réponse est notée 0 pour "trop" (traités), 1 pour "assez", 2 pour "pas assez" ; nous indiqu (...)

35On terminera par une illustration du problème d'identité disciplinaire évoqué. La Lettre de l'Economie du Sport a procédé récemment6 à un sondage, fort révélateur, auprès de son lectorat. A la question de savoir quels thèmes seraient "à mieux privilégier" à l'avenir ; le sondage donne le classement suivant7 :

A. Organisation du sport dans les pays européens

1,56

B, Actualités juridiques du sport

1,54

C. Questions d'emploi et de formation

1,47

D. Politiques sportives des collectivités territoriales

1,46

E. Gestion des équipements sportifs

1,46

F. Débats sur le sport

1,46

G. Publications signalées

1,39

H. Questions liées à l'EPS

1,37

I. Partis politiques et sport

1,32

J. Politiques sportives de l'Etat

1,31

K. Economie et organisation des événements sportifs

1,31

L. Politiques des fédérations sportives

1,30

M. Nouvelles internationales

1,30

N. Sport et technologie

1,28

O. Informations sur le budget de l'Etat et le FNDS

1,25

P. Chiffres, enquêtes et analyses des pratiques sportives

1,24

Q. Réunions et colloques signalés

1,24

R. Presse écrite et sport

1,23

S. Marketing et sponsoring

1,20

T. Télévision et sport

1,08

U. Sport de haut niveau

1,05

V. Clubs et sport professionnels

0,99

W. Industrie des articles de sport

0,88

X. Commerce des articles de sport

0,84

36Parmi les thèmes à privilégier, le lectorat souhaite surtout voir développer des questions qui n'ont pas de liens directs possibles avec l'analyse économique théorique : le score moyen des rubriques A, B, D, F, G, H, I, J, L, P, R est de 1,38, Les sujets qui seraient susceptibles d'une analyse économique approfondie, et parfois de "remontées” vers la théorie économique (C, E, K, N, O, S, T, U, V, W, X), reçoivent beaucoup moins d'adhésion de la part des lecteurs avec un score moyen de 1,16.

37Quant à la question de savoir, parmi les thèmes déjà traités dans La Lettre, quels sont ceux qui ont la préférence des lecteurs, les réponses de ces derniers (ici une note proche de zéro révèle un intérêt important et une note proche de 1 ou supérieure un faible intérêt) donnent un score moyen de 0,82 aux question lointaines (rubriques A à R) de l'analyse économique et un score de 1,04 pour les sujets (C à X) qui en sont plus proches. Le lectorat de La Lettre de l'Economie du Sport n'est vraisemblablement pas composé en majorité d'économistes de formation ou de profession, et en tout cas pas par des économistes désireux de rapprocher l'économie du sport d'analyses économiques plus théoriques. Etant donné le succès rencontré par cette publication, les craintes disciplinaires exprimées plus haut paraissent bien fondées.

Conclusion : quelles perspectives ?

38Faut-il s'attendre, dans ces conditions, à l'entrée en crise de la discipline nommée "économie du sport" ? Cela ne semble pas inéluctable, à notre avis, pour quatre raisons.

39Il subsiste des champs d'extension de l'économie du sport inexplorés ou mal explorés. Des progrès sont possibles dans cette direction. On y rencontre le besoin d'études plus poussées ou approfondies. Tel est le cas, en particulier, de la destination et de la circulation des fonds au sein du sport (dans les fédérations, les clubs, etc...), questions beaucoup moins transparentes que celle de l'origine des financements parvenant jusqu'au sport. Il en est de même d'une analyse articulée de la filière économique du sport (de toutes les articulations entre les marchés et les sports), des contradictions entre la logique économique et l'éthique sportive, de l'étude du bénévolat sportif sous un angle économique, des critères scientifiques de choix des investissements sportifs, et enfin de l'économie du sport dans les pays du Tiers Monde et dans les économies ex-socialistes en transition.

40Des améliorations méthodologiques substantielles sont sans doute accessibles, sur la durée, notamment dans la ligne des recommandations suggérées plus haut.

41Le poids des "avantages acquis" et des "chasses gardées" (scientifiques ou autres) par les économistes dans ce domaine d'étude joue dans le sens de la poursuite des travaux dans une optique disciplinaire, plus qu'interdisciplinaire ; bien qu'il faille tenir compte des "chasses gardées" que cherchent évidemment à se constituer les nouveaux venus dans l'étude économique du sport sur la base des avantages (conceptuels, méthodologiques) propres à leur discipline d'origine. La socio-économie du sport est le "champ de bataille" le plus évident en la matière.

42On peut toujours espérer séduire enfin un nombre plus conséquent d'économistes théoriciens par des questions d’économie du sport. Ceci ne sera pas simple dans la mesure où la séduction sera proportionnelle à l'affirmation d'une identité monodisciplinaire de l'économie du sport, alors même que, en tant que fait social complexe, le sport exige probablement une approche interdisciplinaire (59).

43Parvenue certes à la croisée des chemins, l'économie du sport ne manque donc pas de perspectives.

Bibliographie

Principales références en économie du sport

(1) ANDREFF W., Les inégalités entre disciplines sportives : Une approche économique, dans C. Pociello, éd., Sports et société, Vigot, 1981.

(2) ……………., Prix du spectacle sportif et comportement du spectateur, dans Le spectacle sportif, Presses Universitaires de France, 1981.

(3) …………….., Le muscle et la machine : le dialogue entre le sport et l'innovation. Culture Technique, no 13, janvier 1985.

(4) …………….., L'économie du sport (débat avec Marc Guillaume), Esprit, no 4, avril 1987.

(5) …………….., L'état de la recherche en économie du sport, dans Sciences Sociales et Sports : états et perspectives, Université des Sciences Humaines de Strasbourg, novembre 1987.

(6) …………….., Les multinationales et le sport dans les pays en développement ou comment faire courir le Tiers Monde après les capitaux, Revue Tiers Monde, no 113, janvier-mars 1988,

(7) …………….., Les retombées économiques des politiques municipales des sports, Cahiers du Centre National de la Fonction Publique Territoriale, no 24, février 1988.

(8) …………….., éd,. Un nouveau secteur économique : le sport, Problèmes Politiques et Sociaux, La Documentation Française, no 581, 1er avril 1988.

(9) …………….., L'émergence des "nouveaux pays sportifs”, Le Monde Diplomatique, septembre 1988.

(10) ANDREFF W., Vers quelle Europe du sport ? Revue Juridique et Economique du Sport, no 9, avril 1989.

(11) ……………., L'internationalisation économique du sport, dans (12).

(12) ……………., éd., Economie politique du sport, Dalloz, 1989.

(13) ……………., La diversité des pratiques sportives et la “marchandisation" du sport, Rapport remis à un séminaire de l'UNESCO, Paris, décembre 1989.

(14) ……………., La restructuration des industries des sports d'hiver en Rhône-Alpes et les Jeux olympiques d'Albertville, dans P, Arnaud, éd., Le sport moderne en question : innovation et changements sociaux, Lyon : STAPS, octobre 1990.

(15) ……………. (sous la dir.). Les effets d'entraînement des Jeux olympiques d'Albertville : Retombées socio-économiques et innovations dans le domaine du sport en région Rhône-Alpes, Lyon-Grenoble : PPSH, janvier 1991.

(16) ……………., L'économie (politique) du sport : problèmes et tendances actuelles, Sport (Bruxelles), 1992-1 (repris dans Actes des Assises Nationales du Sport, Tome 1, novembre 1991).

(16 bis) ……………., L'athlète et le marché, dans Sport et télévision, Valence : CRAC, 1992.

(17) ANDREFF W., BOURG J.F., FIALBA B., NYS J.F., Les enjeux économiques du sport en Europe : financement et impact, Rapport pour le Comité pour le Développement du Sport, Conseil de l'Europe, novembre 1993.

(18) ANDREFF W. NYS J.F., Le dirigeant sportif bénévole : approche économique, dans F. Alaphilippe, E. Bournazel, éds., Le dirigeant sportif bénévole, Paris : Editions Dalloz, 1984.

(19) ANDREFF W., NYS J.F., BOURG J.F., Economie du sport, Presses Universitaires de France, 1986, Que sais-je ? no 2294.

(20) ANDREFF W. NYS J.F., Sport et économie. Revue Juridique et Economique du Sport, no 2, 1987.

(21) ANDREFF W., NYS J.F., BOURG J.F., Le sport et la télévision. Relations économiques : pluralité d’intérêts et sources d’ambiguïtés, Dalloz, 1987.

(22) ARCHER R., BORDES C., SAUVIAT A., La règle du jeu : à propos des subventions versées aux clubs sportifs, dans (12).

(23) BAILLON J., CERON J.P., L'essor du golf : un parcours à risques, Presses Universitaires de Grenoble, 1991.

(24) BEAULIEU M., BROHM J.M., CAILLAT M., L'empire football, Questions clefs no 3-4, Quel Corps ? juin 1982.

(25) BELLAY J.Y., Le sport à la télévision, Etudes, février 1987.

(26) BERTOLUS J.L., Le sponsoring sportif, Science et Vie Economie, mars 1987.

(27) BERTRAND C.J., Sports et médias aux Etats-Unis, Esprit, no 4, avril 1987.

(28) BETBÈZE J.P., MAFFRE J., LAHLOU S., Matériaux pour une analyse du phénomène sportif, Collection des rapports du CREDOC, no 21, juillet-août 1987.

(29) BIOJOUT P., Le sponsoring. Analyse économique du comportement des entreprises en matière de parrainage sportif, FFF et Ligue Nationale de Football, 1983, Col, Droit et Economie du Sport.

(30) BORDES-MARCILLOUX C., Retransmission des spectacles sportifs : aspects économiques, dans Le spectacle sportif, Presses Universitaires de France, 1981.

(31) BORDES C., Sport et argent. Revue Juridique et Economique du Sport, no 23, 1992.

(32) BOURG J.F., Salaire, travail et emploi dans le football professionnel français, FFF et Ligue Nationale du Football, 1983, Col, Droit et Economie du Sport,

(33) ……………., Football business, Olivier Orban, 1986.

(34) ……………., Le sport en otage, La Table Ronde, 1988.

(35) ……………., Le marché du travail des footballeurs : dualisme et rapport salarial, Economie et Humanisme, novembre-décembre 1989,

(36) ……………., Le marché de la presse sportive, Revue Juridique et Economique du Sport, no 10, 1989.

(37) ……………., Le marché du travail sportif dans (12).

(38) ……………., Analyse économique du marché du travail sportif, Reflets et perspectives de la vie économique, tome XXIX, no 1, 1990.

(39) ……………., L'information sportive sur un marché monopoliste, Médias pouvoirs, no 18, avril-juin 1990.

(40) ……………., Le sport et la télévision : économie des relations. Revue Juridique et Economique du Sport, no 19, 1991.

(41) ……………., Economie du sport et éthique, Etudes, janvier 1992.

(42) ……………., Les industriels du football, Universalia 1992, Encyclopédia Universalis, avril 1992.

(43) ……………., Ordre télévisuel et éthique sportive, Médias pouvoirs, no 29, janvier-mars 1993.

(44) ……………., Les Jeux olympiques d'Albertville : enjeux et investissements, Universalia 1993, Encyclopédia Universalis, avril 1993.

(45) BOURG J.F., Le sport dans le Tiers Monde : éléments d'une lecture du sous-développement, Universalia 1994, Encyclopédia Universalis, à paraître en 1994.

(46) CALVET J., Le mythe des géants de la route, Presses Universitaires de Grenoble, 1981.

(47) CALVET J., DI RUZZA R., GERBIER B., Retombées économiques du spectacle sportif, dans Le spectacle sportif, Presses Universitaires de France, 1981.

(48) CALVET J., DI RUZZA R., GERBIER B., Profit, incertitude et risque dans le sport, dans (12).

(49) Central Council of Physical Recreation, The Howell Report, London : Committee of Enquiry into Sports Sponsorship, November 1983.

(50) CHAMOND D., LE SAMEDY G., QUANTIN J., Les relations entre les villes et les clubs professionnels de football, Association des Maires de Grandes Villes de France, janvier 1988.

(51) CHANTELAT P., Processus d’innovation technologique et dynamique des marchés : des trajectoires aux itinéraires technologiques. Une approche méso-économique du marché des sports-loisirs, thèse de doctorat STAPS, Université de Lyon 1, février 1993.

(52) CHARRIER D., L’économie du sport en France : une analyse socio-économique des phénomènes - sportifs, Thèse de doctorat, Sciences des organisations, Université de Paris IX Dauphine, juin 1990.

(53) COHENDET P., RISSER R., L'industrie du sport et l'ouverture de l'Europe, dans (12).

(54) COLLINS M.F., Sport in Europe and the Single European Market, dans S.A, Glyptis, ed., Leisure and the Environment, Bemgreen Press, 1993.

(55) DEMMERT H.G., The Economics of Professional Team Sports, Lexington Books, 1973.

(56) DI RUZZA F., GERBIER B., Ski en crise, Presses Universitaires de Grenoble, 1977.

(57) DONNAT O., Etude exploratoire sur l'économie du sport, CAESAR, Université de Paris X Nanterre, septembre 1985.

(58) DURAND C., Dysfonctionnements et crise des clubs sportifs professionnels : le système ou les acteurs, Congrès scientifique international "Sport et montagne", Grenoble, février 1992.

(59) Economie du sport : EPS interroge Wladimir Andreff, Revue EPS, no 223, mai-juin 1990.

(60) EHRENBERG A., Les valeurs du sport au service de l'entreprise, Problèmes économiques, 19 avril 1990.

(61) EL HODIRI M., QUIRK J., An Economic Model of a Professional Sports League, Journal of Political Economy, December 1971.

(62) EZZIANI A., KAACH M., Essai sur la problématique du sport dons un pays en développement : le cas du Maroc. L'exemple du football, tennis et équitation, Thèse de doctorat de 3e cycle de Sciences Economiques, Université de Grenoble 2, 1984.

(63) FLUCKIGER Y., MORISSET J., Offre de sport et théorie du capital humain : une application aux pays de l'Europe de l'Est, Congrès scientifique international "Sport et montagne", Grenoble, février 1992.

(64) FOUQUES P., Le marché du travail sportif, Thèse de doctorat en Sciences Economiques, Université de Paris X Nanterre, 1978.

(65) GARRABOS C., Sports, sponsors et communication. Sports, Entreprises, Médias Partenaires, 1987.

(66) GARRIGUES P., Evolution de la pratique sportive des Français de 1967 à 1984, Collections de l'INSEE, série Μ, no 1 34, octobre 1988.

(67) GEORGES P., Champions à vendre, Calmann-Lévy, 1974.

(68) GERBIER B. Les retombées économiques des Jeux olympiques de Grenoble 1968, Sport et Plein Air, février 1987.

(69) ……………., Vers la fin du modèle coubertinien, dans Sport et télévision. Valence : CRAC, 1992.

(70) GLAIS M., La gestion financière des clubs professionnels de football, Les Cahiers du Centre National de la Fonction Publique Territoriale, no 24, février 1988.

(71) GOUGUET J.J., NYS J.F., Sport et développement local, Dalloz, 1993.

(72) GRATTON C., TAYLOR P., The Economies of Sport, Sponsorship, National Westminster Bank Quarterly Review, August 1985 (repris dans Problèmes économiques, 27 novembre 1985).

(73) GUILLAUME M., De l'existence d'une économie du sport, dans Sciences sociales et sports : états et perspectives, Université des Sciences Humaines de Strasbourg, novembre 1987.

(74) HALBA B., Le rôle économique du sport en France, Mémoire de DEA, Université de Paris 2, septembre 1991.

(75) HERMANT P., L'impact de l'éducation physique et du sport sur le taux de rendement du capital humain. Mémoire de DES, Université de Paris 1, 1973.

(76) HOURCADE M., Le sport-system, Syros 1986.

(77) IRLINGER P., LOUVEAU C., METOUDI M., Les pratiques sportives des Français, Paris : Laboratoire de sociologie, INSEP, décembre 1987.

(78) JONES H., Impact économique et importance du sport : étude à l'échelon européen, CDDS, Conseil de l'Europe, 1989.

(79) KAMPHORST T.J., ROBERTS K., Trends in Sports : A Multinational Perspective, Culemborg : Giordano Bruno, 1989.

(80) KATS P., JOUANEN M., Le sport et l'argent, Authier, 1972.

(81) LEBLANC M., Le coût et le fonctionnement des équipements sportifs, Les Cahiers du Centre National de la Fonction Publique Territoriale, no 24, février 1988.

(82) LE NAY J., La demande et l'offre d'activités sportives en Bretagne, Cahiers Economiques de Bretagne, no 4-1987 et no 1-1988.

(83) LENCLOS J.L., Financement du sport et fiscalité sportive, Les Cahiers du Centre National de la Fonction Publique Territoriale, no 24, février 1988.

(84) LEVET J.P., Le sport et l'industrie, dans R. Thomas, A. Hautmont, J.L. Levet, Sociologie du sport, Presses Universitaires de France, 1987.

(85) MAFFRE C., Les retombées des Jeux olympiques de 1992 sur l'emploi en Savoie, Mémoire de DESS, Université de Grenoble 2, septembre 1987,

(86) MALENFANT-DAURIAC C., L'économie du sport en France : un compte satellite du sport, Cujas, 1977.

(87) MARKHAM J.W., TEPLITZ P.V., Baseball Economics and Public Policy, Lexington Books, 1981.

(88) MICHON B., OHL F., Le prix de la consommation sportive, Esprit, avril 1987.

(89) MICHON B., OHL F., Aspects socio-économique du prix de la pratique sportive, dans (l 2).

(90) MOATI P., La filière sport : Approche économique d'un marché en mutation, Paris : CREDOC, 1990.

(91) NAVES P., L'impact économique de l'organisation des Jeux olympiques d'Hiver de 1992, Revue Juridique et Economique du Sport, no 4, 1988.

(92) NEALE W.C., The Peculiar Economics of Professional Sports, Quarterly Journal of Economies, February 1964.

(93) NOLL R.G., ed., Government and Sports Business, Washington D.C., The Brooking Institution, 1974.

(94) NYS J,F., Spectateurs, sponsoring, subventions : le financement du spectacle sportif, dans Le spectacle sportif, Presses Universitaires de France, 1981.

(95) ……………., Les subventions municipales aux clubs de football. Une analyse économique, FFF et Ligue Nationale du Football, 1983, Col. Droit et Economie du Sport.

(96) ……………., Le choix des équipements sportifs, dans Sport et collectivités locales, Sirey, 1984.

(97) ……………., Les subventions municipales aux clubs sportifs, Les Cahiers du Centre National de la Fonction Publique Territoriale, no 24, février 1988.

(98) ……………., Le sport et les médias, dans (12).

(99) ……………., Le financement du sport en France, Regards sur l'actualité, décembre 1991.

(100) ……………., Une logique capitaliste, dans Sport et télévision, Valence : CRAC, 1992.

(101) ……………., Andreff W., Le marché des articles de sport, Esprit avril 1987.

(102) ……………., Perault D., L'Etat et le financement du sport, dans (12).

(103) PAULMIER B., Calmann N., L'industrie des articles de sport, Mémoire de DEA, Université de Paris 1, 1979.

(104) PRIMAULT D., Impact économique du spectacle de football sur une grande ville : l'exemple de Rennes, Mémoire de DESS, Université de Limoges, 1988.

(105) RAOUL-JOURDE V., Les firmes multinationales dans la filière des articles de sport, Mémoire de DEA, Université de Paris 1, octobre 1993.

(106) REYDET P., Les industries liées aux sports d'hiver, Notes et Documents de l'INSEE, Lyon, no 58, mai 1989.

(107) ……………., Le cyclisme professionnel, Mémoire de DEA, Université de Paris 1, 1977.

(108) RISSANEN P., VALTONEN H., PEKURINEN M., Trend and Patterns in the Winter Sport Markets, Congrès Scientifique international "Sport et montagne", Grenoble, février 1992.

(109) ROTTENBERG S., The Baseball Player's Labor Market, Journal of Polltical Economy, juin 1956.

(110) SALMON L.P., L'industrie française des équipements du cycle dans son contexte international, Crédit National, janvier 1985.

(111) SCULLY G.W., Pay and Performance in Major League Baseball, American Economie Review, December 1974.

(112) SEUILLARD E., Le Fonds National de Développement du Sport, Revue Juridique et Economique du Sport, no 1, 1987.

(113) SLOANE P.J., The Labour Market in Professional Football, British Journal of Industrial Relations, July 1969.

(114) SLOANE P.J., Restriction of Competition Team Sports, Bulletin of Economie Research, May 1976.

(115) ……………., Sports in the Market ?, London : The institute of Economie Affairs, 1980.

(116) SIMONNOT P., L'âge de la sponsorisation, Esprit, no 4, avril 1987.

(117) ……………., Homo Sportivus, Gallimard, 1988.

(118) SOBRY C., La demande d'articles de sport : mode dévolution et évolution d'une mode, Thèse de doctorat de 3e cycle en Sciences Economiques, Université de Lille 1, 1982.

(119) SPILLING O., Olympic Dreams and Olympic Realities : Entrepreneurship in the context ot the Winter Olympics 1994, Lillehammer : Eastern Norwdy Research Institute, June 1991.

(120) ……………., Régional Economic Impact ot Winter Olympics 1994, Congrès Scientifique international "Sport et montagne", Grenoble, février 1992.

(121) Sports Council, The Economic Impact of Sport in the United Kingdom, Henley Centre, July 1992.

(122) ……………., Essai de démographie sportive, dans (12).

(123) Tsubota R., Comparative Analysis of the Summer and Winter Olympic Games, Tilburg University, 1993.

(124) VALTONEN H., RISSANEN P., PEKURINEN M., The Economies of Sports : Some Methodological Notes, CDDS, Conseil of Europe, 1989.

(125) WEBER W., Mountain Sports in Germany : A Study on Participation and Economie Implications, Congrès Scientifique international "Sport et montagne", Grenoble, février 1992.

(126) WEBER W, et alii, The Sports Related Consumer Expenditure In 1990 in East and West Germany, Universität Paderborn, 1993.

Notes

1 Au cours duquel on tentait un premier bilan de l'économie du sport, voir (5) ; les nombres en gros entre parenthèses renvoient aux références bibliographiques placées à la fin de la communication.

2 Tel que, par exemple : (12), (19), (93).

3 Notamment : (15), (17), (77), (78).

4 Voir Annuaire des Laboratoires de recherche en activités physiques et sportives (1ère édition 1988 : Ministère chargé de la recherche et Secrétariat d'Etat chargé des sports).

5 Dont l'ampleur est clairement apparue lors des contacts pris en 1988 sur ce sujet entre l'Observatoire National de l'Economie du Sport et l'INSEE.

6 La Lettre de l'Economie du Sport, no 223, 1er septembre 1993.

7 Chaque réponse est notée 0 pour "trop" (traités), 1 pour "assez", 2 pour "pas assez" ; nous indiquons les notes moyennes résultantes obtenues par chaque item.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.