Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Présentation générale

Jean-Pierre Augustin et Jean-Paul Callède

Texte intégral

1Le colloque interdisciplinaire de Bordeaux organisé en octobre 1993 à la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine a demandé deux ans de préparation et il a fallu pratiquement deux années supplémentaires pour permettre la publication rassemblant l'essentiel des apports scientifiques. Ses organisateurs, soutenus par un comité scientifique largement représentatif des pôles disciplinaires de la recherche, ont d'emblée envisagé une rencontre ambitieuse devant être une étape dans les réflexions et les études menées autour du sport. Depuis une dizaine d'années, les congrès ou les colloques se sont multipliés et plusieurs, comme ceux de l'INSEP en 1983, de Lyon en 1985, de Bordeaux et de Strasbourg en 1987 ou de Besançon en 1990, ont fait date et contribué au rapprochement et à l'émulation des chercheurs. Dans la poursuite de cette tradition, le colloque de Bordeaux 1993 s'est fixé plusieurs objectifs pour tenter de faire progresser les savoirs et poser quelques jalons dans les recherches en cours,

trois objectifs pour une nouvelle étape

2Parmi ces objectifs, trois méritent d'être rappelés, Le premier cherche à établir un bilan détaillé sur les connaissances livrées depuis une dizaine d'années et à comparer, dans la mesure du possible, les méthodes d'investigation au regard de ces acquis : c'est la question du renouvellement des approches et des interprétations qui pose des problèmes majeurs quant aux rapports entre les transformations de la société, les transformations des pratiques sportives et celles des discours tenus sur le sport depuis une dizaine d'années, Cette question amène à réfléchir et à travailler aux recompositions, aux effets d'enchaînement des évolutions sociales, des pratiques et des discours.

3Le deuxième objectif vise à privilégier la confrontation d'universitaires, de chercheurs et d'experts de différentes origines scientifiques. Le colloque s'affiche d'abord comme inter-disciplinaire et la composition de son comité scientifique reflète cette volonté. Il apparaît à l'évidence que les regards se diversifient, qu'ils deviennent multiples, et les numéros spéciaux des revues scientifiques en témoignent : histoire du sport, sociologie du sport, géographie du sport ou encore économie, droit, ethnologie, anthropologie, démographie, politique du sport. La liste est longue et rend compte d'un approfondissement disciplinaire vis-à-vis du sport. Mais à côté du renforcement des regards de chaque discipline qui utilise ses propres concepts pour l'étude du sport, on assiste aussi à des effets d'osmose ou de recouvrements partiels, posant régulièrement la question de la pertinence des approches transdisciplinaires.

4Enfin le troisième objectif de ce colloque est de proposer un échange scientifique sur un thème original abordant le sport sous l'angle des relations sociales et de l'action collective, Pour cela, trois entrées ont été choisies, celle des pratiques, celle des politiques et celle du marché, qui sont à la fois des perspectives interdisciplinaires largement ouvertes et le résumé de trois phases successives de la structuration du sport dans notre société. Ces trois phases — des pratiques, des politiques et du marché — se sont succédé hier autant qu'elles se mêlent et se recomposent aujourd'hui, et leur caractérisation est déjà une piste majeure d'investigation et de réflexion.

le theme du lien social et les perspectives d'approche

5Le sport contribue directement et sous différentes formes au développement du lien social : participation associative, relations interpersonnelles, compétitions, fréquentation des installations et des sites, assistance aux rencontres de championnats,.. Conjointement, le sport ouvre sur la création culturelle, l'émotion, l'imaginaire. Par ailleurs, l'organisation du sport relève d'une action qui se structure à plusieurs niveaux (clubs, fédérations, ministères, collectivités locales, relations internationales...). Le système scolaire, les acteurs économiques, la presse spécialisée, la médecine, le droit apportent également des contributions originales à cette action collective. D'une manière générale, pareille action se définissant autour du prétexte sportif est principalement régie par des relations de type contractuel fondées sur des ressources de divers ordres. De telles relations permettent une régulation du "système" sportif qui peut être étudié à plusieurs niveaux. Par ailleurs, ces relations génèrent souvent des tensions, des oppositions et des conflits qui correspondent à des divergences de stratégies, de moyens et d'objectifs. De même, les transformations du sport conduisent telle instance, tel groupe d'agents à reposer régulièrement la question des compétences, des responsabilités et des obligations, et aujourd'hui, par exemple, à favoriser l'articulation du service public et du service marchand.

6En envisageant de façon détaillée les rapports entre sport, relations sociales et action collective, les organisateurs du colloque ont souhaité favoriser un renouvellement des interprétations mais ils ont aussi jugé indispensable de procéder à un inventaire, sinon exhaustif, du moins raisonné, des types de travaux et d'études réalisés à ce jour autour du thème choisi. Il est apparu indispensable de susciter des discussions autour de telle ou telle méthode d'investigation, en identifiant le cas échéant quelques orientations récentes dans la façon d'appréhender la réalité sociale du sport. De ce point de vue, les échanges et les débats ont été considérés comme aussi importants que les bilans disciplinaires livrés au cours de la dernière décennie.

7L'organisation du colloque en trois moments se retrouve dans l'ouvrage avec un premier temps plutôt réflexif à partir d'approches disciplinaires (les conférences introductives), un deuxième temps plutôt analytique et pluridisciplinaire (les trois parties de l'ouvrage), et un troisième temps plutôt synthétique pouvant mêler le disciplinaire et l'interdisciplinaire (les conférences de conclusion).

des poles, et non un monopole de la recherche

8Le domaine du sport est faussement simple à identifier dans la mesure où il est quasiment devenu coextensif à la société elle-même. Rares en effet sont les secteurs de la vie sociale où le sport n'a pas sa place. De fait, il en résulte des formes de concurrence, des prétentions "prioritaires", des positions hégémoniques qui, sous le prétexte d'impératifs scientifiques et désintéressés, ne font que redoubler les intérêts idéologiques, politiques et économiques du moment.

9On comprend ainsi comment se dessinent des différences marquantes en matière d'analyse des faits sportifs : domaines sur-étudiés et domaines sous-étudiés, disciplines sur-représentées et disciplines sous-représentées, institutions de recherches sur-valorisées et institutions sous-valorisées..

10Ce colloque s'appuie sur l'institution de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine qui opère au sein de la communauté scientifique comme un pôle universitaire structurant. Dans ce cas précis, il s'agit de développer la connaissance des phénomènes sportifs et des relations complexes qui se nouent entre sport et société. Bordeaux, comme d'autres pôles, a joué un rôle dans le domaine de la recherche universitaire consacrée au fait sportif et l'une de ses caractéristiques a été d'innover dans les analyses valorisant la dimension spatiale des faits sociaux. Mais il convient de souligner l'intérêt de pouvoir compter sur une diversité géographique des pôles de recherche à l'échelle de l'hexagone.

11Les diverses participations au colloque peuvent être rapportées sous la forme d'une carte des flux migratoires des chercheurs français (fig. l). Celle-ci permet de visualiser l'effet ponctuel d'attraction qu'il produit, Qu'on ne s'y trompe pas cependant, le véritable bénéfice symbolique est ailleurs, il est dans la mise en évidence d'une pluralité de foyers de recherche limitant les risques et les effets de monopoles qui sont particulièrement dommageables dans le champ des sciences de l'homme et de la société. Il existe aujourd'hui en France plus d'une dizaine de pôles de recherche universitaire pour qui l'étude des pratiques et des institutions sportives est un excellent moyen de compréhension des sociétés contemporaines où se mêlent les représentations locales et nationales, le marché, le spectacle et les groupes sociaux.

disciplinarité, pluridisciplinarité, interdisciplinarité

12Le colloque de Bordeaux apparaît déjà à plusieurs égards comme une étape qui rend compte de la diversité des approches et des renouvellements en cours, En témoigne la dizaine de conférences dont l'idée directrice est, selon les cas, soit d'établir un bilan disciplinaire, soit de proposer de nouvelles pistes de recherches. A cela s'ajoute un ensemble à peu près égal de communications-pilotes qui ont permis de porter l'attention sur de nouvelles façons d'aborder respectivement le domaine des pratiques sportives, celui des politiques du sport et celui des marchés sportifs. Enfin, les nombreuses communications et autres notes de recherches réparties en onze chapitres soulignent avec force l'étendue des thèmes abordés.

13Il faut remercier ici tous les rapporteurs de commissions qui ont permis à l'ensemble des participants d'être tenus au courant des travaux conduits dans les ateliers au moment des regroupements en séance plénière. De même, pour chacun des trois thèmes, les rapporteurs généraux ont défini la structure du présent ouvrage, et cette réalisation est aussi la leur. Rétrospectivement, le colloque de Bordeaux s'impose comme un moment où une grande diversité de points de vue et d'avis autorisés s'est exprimée, suivie d'échanges, de débats, de comparaisons portant sur les choix thématiques, théoriques ou méthodologiques, sur les terrains d'enquêtes, sur les résultats livrés. Mais plus encore, au travers des contributions, on a eu la confirmation que, tour à tour, la disciplinarité, la pluridisciplinarité et l'interdisciplinarité, à condition d'en bien maîtriser les registres spécifiques, étaient de nature à faire progresser les savoirs relatifs au fait sportif.

LES FLUX MIGRATOIRES DES CHERCHEURS FRANÇAIS (MSHA, octobre 1993)

LES FLUX MIGRATOIRES DES CHERCHEURS FRANÇAIS (MSHA, octobre 1993)

106 intervenants représentant 28 universités, le CNRS, les institutions nationales (INSEP, INSEE...) et fédérales dont 35 représentants des quatre universités d’Aquitaine

14La Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine a joué son rôle en participant à une dynamique institutionnelle sans laquelle il ne saurait y avoir de véritable communauté scientifique, De fait, il apparaît que l'absence de confrontation des thèses et des travaux nuit à la connaissance scientifique du sport. La simplification disciplinaire est réductrice et risque de couvrir d'un voile idéologique l'objet sportif qu'elle prétend analyser objectivement. De même, la transdisciplinarité, que certains prônent pour découvrir la réalité du sport, tendelle à confondre la complexité et la transversalité sociale du fait sportif avec la méthode d'approche préconisée. Pour toutes ces raisons, ce colloque interdisciplinaire peut être considéré comme ouvrant de nouvelles voies dans l'effort de compréhension des faits sportifs déployé en France par les sciences de l'homme et de la société depuis une trentaine d'années.

Table des illustrations

Titre LES FLUX MIGRATOIRES DES CHERCHEURS FRANÇAIS (MSHA, octobre 1993)
Légende 106 intervenants représentant 28 universités, le CNRS, les institutions nationales (INSEP, INSEE...) et fédérales dont 35 représentants des quatre universités d’Aquitaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16214/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540