Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sport, relations sociales et action collective

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Jean-Paul Callède

Avant-propos

Jean Dumas

Texte intégral

1Ce très gros ouvrage est un aboutissement, une marque en même temps qu'une étape. Ses animateurs, véritables maîtres d'œuvres, exprimeront sur le fond la nature du propos tenu, mais, c'est en tant qu'organisateur de la logistique qui le permit qu'il me revient de le situer au sein d'activités plus larges touchant l'ensemble du champ des Sciences de l'Homme.

2En premier lieu, donc, l'aboutissement d'une démarche entreprise depuis plusieurs années au sein de la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine se traduit pas un ouvrage qui s'inscrit dans le cadre de son activité éditoriale, acte au demeurant ordinaire mais qui exigea pourtant une préparation soutenue. En effet, le Colloque des 14 et 15 octobre 1993 qui est le support, et l'occasion, de la publication ne s'explique que par une approche de légitimation qui, entreprise quatre années plus tôt, conduisit à mettre le sport en tant qu'objectif de recherche prioritaire de la M.S.H.A. Il fallut pour cela, au milieu de thèmes considérés comme plus nobles, montrer que des chercheurs cheminaient déjà, entretenaient en Aquitaine des relations étroites et paraissaient prêts à construire un vrai projet fondé sur la mise en lumière des explorations engagées.

3Une marque, ensuite, car une telle entreprise s'inscrit dans un moment institutionnel autant qu'humain, Le fait de pouvoir réunir quatre-vingt communications montre que ces journées, et l'ouvrage qui en résulte, correspondent à une nécessité d'illustration, de communication et d'échange, Regroupées en trois grands ensembles, elles s'efforcent de couvrir les principales approches actuellement de mise sur le sport, considéré en tant que phénomène de société. Si l'on en juge par la diversité géographique autant qu'institutionnelle des auteurs, la variété des propos allant des positions provisoires de recherches en cours jusqu'aux synthèses très élaborées des plus expérimentés, c'est bien d'un tableau des interrogations autant que des résultats qu'il s'agit. Sa richesse tient, et ce n'est pas la moindre caractéristique des activités physiques et sportives, à l'expression d'un continuum entre le champ des investigations et celui des positions professionnelles : cette interpénétration dynamique, si souvent souhaitée pour tout ce qui touche au social, est ici réalisée.

4Moment remarquable dans le regroupement des savoirs en cours d'établissement, ce livre n'est pas conçu comme un aboutissement construisant des règles canoniques mais comme une étape, comme un instant de référence avant de nouvelles progressions. Le Comité scientifique autant que les coordinateurs, J.-P. Augustin et J.-P. Callède, ont souhaité ouvrir ainsi largement les perspectives et indiquer les directions où s'avancer : entre les pratiques sportives considérées dans leur environnement, les institutions et les modalités d'organisation et, enfin, les supports et retombées économiques, les champs sont multiples où peuvent s'exprimer toutes les disciplines qui se préoccupent de ces sujets.

5Car c'est incontestablement l'apport le plus significatif de ce travail que de montrer ce qu'est une convergence disciplinaire en action. Sans doute, au niveau où l'on se trouve rendu, ne peut-il être question d'une réelle interdisciplinarité (est-elle raisonnable à envisager ?) ; sans doute, et ce volume en est une parfaite illustration, les activités physiques et sportives constituent-elles un vrai champ d'investigation mais pas un champ disciplinaire en soi, sauf à des fins pédagogiques. Ces apparentes restrictions posées, le bouillonnement des thématiques et des concepts, l'entrecroisement des données de l'individuel au social constituent bien l'expression d'une communauté vivante et en débat. Et puisqu'il est de mode d'y faire référence à bien des propos, on a ici l'exemple d'un vrai réseau, tant spatial que scientifique, au sein duquel la Maison des Sciences de l'Homme s'est efforcée d'apporter son concours comme animatrice par ses équipes locales, comme traductrice en mobilisant les savoirs en un moment, sans doute, judicieux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540