Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Au-delà de l'aquitaine

Le surf à la Réunion

Yves Chateaureynaud

Texte intégral

1Seul département français d'Outre-Mer appartenant à l'hémisphère Sud, la Réunion, île volcanique, se situe par 21° de latitude Sud et 55°29 de longitude Est. Elle est distante d'environ 180 km de Maurice (l'île sœur) à l'Est et 700 km de Madagascar (la grande île) à l'Ouest. Cette île compte 2 511 km2, elle a un périmètre de 208 kilomètres et culmine à 3 069 mètres (Piton des Neiges). Elle est peuplée d'environ 600 000 habitants dont 120 000 sont concentrés à Saint-Denis, préfecture du département.

2C'est une île au relief tourmenté dans lequel cirques (anciens volcans effondrés) et ravines découpent des paysages grandioses. Le volcan de la Fournaise, toujours en activité, constitue lors des éruptions un centre d'intérêt majeur. Le littoral est peu hospitalier, la côte accore, alternant falaises basaltiques et longs cordons de galets ou plages de sable noir, résidus détritiques des roches volcaniques. Seuls les récifs coralliens autour de Saint-Gilles et Saint-Leu entrecoupent ces paysages sauvages de quelques kilomètres de plage de sable blanc (Saint-Gilles) et bordent un lagon côtier peu profond (moins d'un mètre). Aucun port naturel n'existe, les baies sont toujours très ouvertes et les rares abris précaires (appelés ici marines) ne peuvent accueillir que de très petites barques de pêche. Le régime des vents est dominé d'avril à novembre par les alizés (Sud-Est) qui atteignent régulièrement les forces 4 à 7 Beaufort.

3En réalité, l'île ne correspond absolument pas aux représentations métropolitaines ou européennes d'une île tropicale. Dans l'imaginaire collectif, une île tropicale possède un lagon de sable blanc, frangé d'eau turquoise, et bordé de cocotiers. En fait, la Réunion tourne le dos à la mer et supporte très mal la comparaison avec les autres îles de la zone (Maurice, Madagascar, les Seychelles ou les Comores)

4Par contre la Réunion se distingue par des paysages montagneux grandioses et toutes les pratiques liées à la montagne : randonnées pédestres ou VTT ; canyoning et sports aériens (parapente, delta et ULM). Sur le plan nautique le surf, la voile et la plongée sont des pratiques prisées et en plein développement.

L'histoire

  • 1 de ROSNAY (J.), VIERTEL (P.), J. Roth et G. Hennebute, Biarritz, 1957.

5Le surf a été décrit pour la première fois par des occidentaux en 1 777 (James Cook lors de son passage à Tahiti). A l'époque, c'est, semble-t-il, une pratique répandue dans toute l'Océanie et plus particulièrement en Polynésie. Le berceau du surf moderne se situe incontestablement à Hawaï où les touristes américains — et Jack London en particulier — purent le découvrir et le promouvoir. C'est d'ailleurs un jeune Hawaïen, prodige de natation et de surf, Duke Kahanamoku qui fit découvrir ce dernier aux Etats-Unis (Californie 1913) et en Australie dès 1915. Il faudra attendre la fin des années cinquante1 pour que le surf arrive en France, sur la côte basque (Biarritz), et vraisemblablement 1 967 environ pour que les premières planches apparaissent à la Réunion.

6Ce sont des touristes, sud-africains pour la plupart, qui ont dans les premiers temps prêté leur matériel et prodigué les quelques conseils de base indispensables à de jeunes métropolitains résidant à la Réunion. Parmi les pionniers dont l'histoire a gardé la trace on peut citer : Gordon Smith (NéoZélandais), les frères Dillac, Delisle, Theveneau (Mauriciens), Lallemand puis également Jacques Lustrat, Dominique Démeautis, Franck Arnaud, De Sigoyer, Dumesnil et Ery Courtois.

7Le jeune Ery Courtois a 7 ans quand accompagnant ses parents à la plage des Roches Noires il a la stupéfaction de découvrir deux "types" assis au large dans l'eau ; puis, une vague arrivant, l'un d'entre eux se lève et.... marche sur l'eau. L'enfant ébahi attendra la fin de l’après-midi pour tenter d'approcher un des "marcheurs". Las, celui-ci ne parle qu'anglais mais l'enfant têtu persuade sa mère de jouer les interprètes et il pourra, ô miracle s'allonger sur la planche immense.

  • 2 COURTOIS (E.). interview Juin 1993

"J'ai ramé, ramé, ramé, je n'ai pas arrêté de prendre des mousses sur la figure et j'ai fini par arriver au large. Et là, je ne sais pas comment je me suis débrouillé mais je me suis fait pousser par une vague et cette sensation que j'ai éprouvée, eh bien ! elle est toujours en moi. Je n'ai jamais pu l'oublier et je n'ai jamais trouvé la même chose dans un autre sport'2.

8Les premières initiations se déroulèrent sur la plage des Roches Noires et l'un de ces tout premiers surfeurs se souvient parfaitement de cette découverte qui, dit-il, a transformé sa vie.

  • 3 DEMEAUTIS (D.). Les débuts du surf à la Réunion. Interview Février 1993.

"La planche faisait plus de trois mètres, pesait plus de 20 kg et après quelques jours et les conseils de ce Sud-Africain, quand j'ai pu pour la première fois me lever sur cette planche je crois bien avoir hurlé de joie ! Les gens nous regardaient ébahis et nous prenaient pour des fous"3.

Les pratiques de la mer à la Réunion

Les pratiques de la mer à la Réunion

9C'est donc autour de Saint-Gilles et de la plage des Roches Noires que va se développer le surf ; d'une part parce que les vagues s'y prêtent, d'autre part parce qu'y vit une population métropolitaine, favorisée et parlant le minimum d'anglais indispensable aux échanges avec les Sud-Africains. Ces derniers sont accueillis par les familles des jeunes qu'ils initient et auxquels ils vendent ou troquent leurs planches en quittant l'île, c'est ainsi que va se développer le surf à la Réunion à partir de 1970.

  • 4 DEMEAUTIS (D.). les débuts du surf à la Réunion. Interview Février 1993

10Ce petit groupe de jeunes passionnés, fous de cette nouvelle pratique, passera des journées entières sur les planches emmenant parfois des bouées au large pour manger ("il ne fallait pas perdre de temps ni de vague ! ")4 et parfois même certains d'entre eux surferont la nuit, à la sortie des "boîtes" et à la lumière des phares tournés vers le "spot".

  • 5 Dans le n° spécial de VSD consacré à la glisse. J. de Rosnay est photographié, en surf, à Tamarin (...)
  • 6 Australiens et Sud-Africains.

11C'est le temps des copains, de la bande qui partage planches, vagues, "trucs techniques" et expériences. C'est le temps où le groupe cherche à progresser ensemble dans l'émulation et dans l'espoir d'affronter la vague mythique et quasi-secrète de Saint-Leu. "La vague" de Saint-Leu est découverte par des Australiens et des Sud-Africains venus de Maurice qu'ils quittent car trop fréquentée5. Cette vague, les surfeurs débutants de l'époque l'abordent avec angoisse et le secours d'une ou deux bières afin de se donner du "cœur à l'ouvrage". C'est le temps du camping à Saint Leu, près du "spot", et de la fraternisation le soir assis autour du feu de camp avec les "Aussies" et les "Sud-Af"6.

  • 7 Cordon qui relie le surfer à sa planche.

12Le matériel évolue, on commence à attacher sa planche à la cheville (corde puis élastique de saut avant l'apparition de l'actuel "leash")7, les planches raccourcissent, d'une dérive on passe à deux puis quatre pour finir enfin et actuellement à trois.

  • 8 DELAGRANGE (M ;). Président de la ligue réunionnaise de surf. Interview décembre 1992.

13Le premier club le "Maddoï's Team" est fondé dans les années 1980. C'est un club de copains constitué de surfeurs les plus avancés techniquement et installé aux Roches Noires. Très rapidement, ces "pères fondateurs" vont d'une part s’approprier l'histoire du surf à la Réunion et d'autre part s'imposer sur tous les autres "spots" de l'île (Saint-Leu, Saint-Pierre, etc...) "la bande de Saint-Gilles faisait "ch..." tout le monde, prenait un maximum de vagues et ne laissait rien aux autres, même pas aux locaux"8. Ce groupe revendique une identité propre, le meilleur niveau de surf possible. En 1982 Maxence Delagrange qui présidera par la suite aux destinées de la ligue, entre au bureau du Maddoï's Team, il tente d'élargir le recrutement et en désespoir de cause quitte ce club pour en fonder un nouveau : le Boucan Surf Club en 1983 qui se veut plus ouvert et moins élitiste dans le recrutement de ses membres.

14Les premières compétitions s'organisent à la suite du passage de dirigeants fédéraux sur l'île. Dès 1984, la Réunion (au travers de ses deux clubs (le Maddoïs Team et le Boucan Surf Club) figure plus qu'honorablement au championnat de France de surf. La ligue Réunionnaise de surf est créée en décembre 1984. Son bureau est constitué par les dirigeants des deux clubs existants.

La situation actuelle

  • 9 Il s'agit des clubs dont les noms suivent : Maddoïs Team, Boucan Surf Club, Aloha, Sud Surf Club, (...)

15Sept clubs9 existent aujourd'hui et regroupent moins de 200 licenciés. Dans l'éventail des sports réunionnais (une cinquantaine environ), le surf se situe en 1990 avec 208 licenciés au 31 ème rang d'un point de vue quantitatif. Par contre, la ligue réunionnaise de surf (L.R.S.) est l'une des toutes premières, sinon la première quant à l'excellence de ses résultats. On peut cependant noter quelques singularités dans l'évolution des effectifs de cette ligue.

16La première remarque concerne un différentiel fédération/ligue parfois élevé. L'explication tiendrait aux dates limites de prise en compte des bordereaux de licence par la fédération, dates que ne respecteraient pas toujours les clubs.

  • 10 Madame Le Texier ex-membre du bureau du Boucan Surf Club et de la ligue réunionnaise de surf. Inte (...)

17La seconde témoigne vraisemblablement des enjeux de pouvoir interne au sein de la ligue réunionnaise et qui se traduisent par la capacité de certains "clubs "à assurer leur position au sein de cette dernière. Dans le cas du club phare, à une certaine époque tout au moins, "les surfeurs étaient bien licenciés, mais aussi les parents et les amis de ces parents. On vendait des licences sur la plage à tous ceux qu'on connaissait"10.

18Depuis deux ans le nombre de licenciés a légèrement baissé. Cette situation paraît paradoxale dans la mesure où le surf s'affirme à la Réunion comme le premier sport quant à ses résultats et où l'organisation deux années durant (1991 et 1992) d'une étape du circuit mondial professionnel l'a très largement médiatisé. Sans doute l'explication réside-t-elle dans le fait que les dirigeants sont peu nombreux, que certains cumulent plusieurs charges et que l'organisation de l'étape professionnelle a mobilisé les énergies aux dépens des dynamiques de clubs. Cet état de fait est plus particulièrement vérifiable au niveau du Boucan Surf Club dont le président assumait également la présidence de la ligue et la responsabilité de l'organisation de l'étape réunionnaise du circuit professionnel. Le nombre de ses licenciés baisse de façon significative durant les deux ans où est organisée l'étape du circuit de surf professionnel. Cette tendance (baisse des licenciés) devrait pouvoir s'inverser dans la mesure où une nouvelle répartition des responsabilités est faite, qu'elle aboutit à un moindre cumul et que par ailleurs le circuit professionnel du surf délaisse cette année (1993) la Réunion, faute d'un concours financier suffisant.

19On peut raisonnablement estimer aujourd'hui à 200 le nombre de licenciés réunionnais, ce qui représente les dirigeants, les compétiteurs et les élèves des écoles de surf (au nombre de trois actuellement). La ligue organise les compétitions et consacre une grande partie de son énergie à la gestion de son élite. En fait, une soixantaine de licenciés pratiquent relativement régulièrement en compétition. L'élite qui se dégage de ces compétiteurs est d'une grande qualité :

Surfeurs

Age

Situation scolaire ou professionnelle

Titres

Anne-Gaëlle HOAREAU

23 ans

Contrat athlète haut-niveau relation publique + comptabilité

3 fois vice-championne du monde, 8 fois championne de France.
1 fois championne d'Europe 1ère au Yop-lait 1992. (compétition pro)

Frédéric ROBIN

17 ans

Lycéen 1 ère G

champion du monde des moins de 16 ans, vice-champion de France.

Boris Le TEXIER

17 ans

Terminale D

vice-champion d'Europe espoir, 2 fois champion de France junior 1 fois champion de France toutes catégories.

Stéphane CISCO

22 ans

Sans profession

2 fois champion d'Europe 7ème au "Morey Boogie Contest'" d'Hawaï.

20Il est vraisemblable que l'ensemble de la population des surfeurs, toutes formes de pratiques confondues, (compétition, loisir, surf, long board et body ou knee board) peut être estimée entre 600 et 800 pratiquants au grand maximum.

21La ligue a fait le choix d'investir toutes ses forces vers le haut niveau et a, de ce fait, quelque peu délaissé les licenciés de base. Elle a obtenu des résultats tout à fait exceptionnels mais n'entretient pas cependant de très bonnes relations avec la fédération française de surf.

22Cette dernière n'accorde pas, selon l'ancien président de la ligue, au surf réunionnais toute sa place, si bien que la ligue est amenée à négocier avec l'International Surf Association une représentation comparable à celle que Tahiti avait obtenue, du fait de son statut de Territoire d'Outre Mer ; cette représentation obtenue, (demi effectif soit 6 surfeurs) l'équipe de France B aux championnats du monde en 1986 est composée de six Tahitiens et de 6 Réunionnais. Bien que les résultats soient brillants (Anne Gaëlle Hoareau est vice-championne du monde) les relations avec la fédération vont encore se tendre, le passif s'alourdir, et il faudra une intervention directe du Ministère de Jeunesse et des Sports, sur l'instigation de la fédération, pour que la Réunion rentre dans le rang et perde le statut octroyé par USA (demi effectif).

23Il faut préciser que les structures du surf sont assez particulières. Au niveau européen la Fédération Française du surf est affiliée à la Fédération Européenne de surf. Au niveau mondial l'International Surf Association fédère les fédérations nationales. Aussi, en fonction des compétitions européennes ou mondiales, la Réunion n'a-t-elle pas le même statut. Ainsi aux championnats du monde du Japon, trois représentations françaises pouvaient être dénombrées :

  • l'équipe de Tahiti qui constitue une équipe autonome reconnue comme telle par l'ISA, championne du monde ;
  • l'équipe F.I.T. (French Island Team agrégeant les surfeurs de la Réunion, la Martinique, la Guadeloupe et Saint Barthélémy) 6 ème de ces mêmes championnats ;
  • et enfin l'équipe de France qui a terminé à la 7 ème place.

24Quant à la fédération européenne, elle ne reconnaît pas l'équipe F.I.T., et exclut cette équipe des championnats d'Europe. La raison avancée est que la Réunion comme Tahiti se situent hors du contexte géographique européen. Ces vicissitudes amènent relativement souvent dans la presse locale des questions relatives aux "droits minorés" des Réunionnais qui revendiquent dans le sport comme dans bien d'autres secteurs de la vie sociale l'égalité pleine et entière avec la métropole sans renoncer pour autant à quelques avantages obtenus au nom de la spécificité. Le problème a par ailleurs été repris au niveau politique par les élus sans pour autant qu'il trouve de solution satisfaisante.

Surf et compétition de haut niveau

25On peut dire qu'à l'exception des quelques créoles11, d'origine non européenne, le surf de compétition reste encore un sport intéressant à la Réunion une population plutôt privilégiée. A titre d'exemple les coûts relatifs aux entraînements et aux déplacements de l'équipe espoir de la ligue (jeunes de moins de 16 ans) sont à la charge des parents. On peut souligner à ce propos que ce sport touche des catégories moyennes et favorisées, qu'on en juge à l'examen des catégories socio-professionnelles des parents des surfeurs de l'équipe junior de la ligue réunionnaise de surf :

SURFEURS

PÈRE

MÈRE

LE TEXIER Boris

Directeur d'agence de publicité

Représentante

ROBIN Frédéric

Conducteur de travaux

Libraire

HEM François

Retraité Air France

Employée

HEM Alan

Retraité Air France

Employée

BOULE Sébastien

Professeur de Français

Professeur

BERTHÉ Nicolas

Entrepreneur

Professeur de Français

BIRET Sylvain

Dentiste

26Dans les trois équipes de ligue (espoir, junior et senior) on compte un Réunionnais d'origine à qui il n'est pas demandé de payer ses entraînements. Nous constatons donc que le surf de compétition intéresse de façon élective une population très largement métropolitaine et appartenant plutôt aux classes sociales moyennes et/ou favorisées. Nous avons cependant pu interroger une compétitrice de haut niveau d'origine réunionnaise : Anne-Gaëlle Hoareau, vice-championne du monde, créole blanche.

  • 11 HOAREAU (A.-G.) - interview mai 1993.

27Anne-Gaëlle Hoareau a 23 ans, son père est pêcheur professionnel et sa mère professeur du second degré. Elle commence le surf à l'âge de 12 ans en 1982 et pratique avec son frère et des copains. "C'est une chance d'avoir débuté avec des garçons" nous dit-elle ; "en 1984 je me suis qualifiée aux championnats de France ; c'est le surf qui m'a ouvert toutes les portes"11. Anne-Gaëlle se fait très rapidement un nom et accumule les titres : 8 fois championne de France, championne d'Europe et 3 fois vice-championne du monde amateur, en une dizaine d'années. Elle est la seule compétitrice amateur à avoir gagné une étape du circuit professionnel féminin : "le Yop-lait Réunion Pro" à Saint-Leu en 1992. Anne-Gaëlle est aujourd'hui classée athlète de haut-niveau catégorie élite depuis 1989, année d'obtention du Bac. Elle choisit de différer la suite de ses études pour se consacrer au surf. Elle bénéficie d'un contrat d'insertion et de formation au titre d'athlète de haut-niveau et les établissements Caillé, spécialisés dans la vente d'automobiles, l'accueillent à Saint-Denis. Ce travail (communication et initiation à la comptabilité) l'occupe 6 mois par an ; le reste du temps, Anne-Gaëlle participe dans le monde entier aux compétitions et à quelques étapes du circuit professionnel du surf. Elle a délibérément choisi de rester amateur et de ne pas tenter sa chance sur le circuit professionnel où elle voit trop de ses amies américaines ou australiennes vivre une "véritable galère" au nom de leur passion. Même Wendy Botha championne du monde depuis 4 ans ne peut parfois participer à toutes les compétitions du circuit. Une saison de surf au niveau mondial compétition amateur et open coûte environ entre 70 000 et 100 000 francs pour 2 personnes (Anne-Gaëlle et son "coach"). Ces dépenses correspondent au matériel, à l'hébergement et la restauration, aux locations de voiture, aux inscriptions et aux avions autres que ceux d'Air France. En effet la compagnie nationale sponsorise Anne-Gaëlle Hoareau et lui offre ses billets.

28Les dépenses sont couvertes par le Conseil Général (bourse mensuelle de 5 000 francs) et les autres sponsors : EIf Réunion, Trac Top et Mickey Rat pour les planches, Rip Curl pour le matériel, Oaklay pour les lunettes et Poivre Blanc pour les vêtements et les tenues. Anne-Gaëlle bénéficie de primes au résultat de la part du Conseil Général (championne de France : 5 000 francs, Championne d'Europe : 10 000 francs, vice championne du monde : 20 000 francs). Anne-Gaëlle a récemment rompu son contrat avec les établissements Caillé, elle n'envisage pas, après avoir parcouru le monde et les plus beaux "spots" de la planète, de passer sa vie à aligner des chiffres.

29Anne-Gaëlle pense être performante deux années encore et se présente au concours d'entrée à l'IUFM de la Réunion section professeur des écoles. Elle espère pouvoir conduire de pair formation et compétition. Pour elle, ses années de surf ont été les plus belles de sa vie, c'est le surf qui lui a permis de découvrir le monde et les autres.

  • 12 HOAREAU (A.-G.) - interview mai 1993.

30Elle ne regrette qu'une chose : "il n'y a pas suffisamment de suivi pour la compétition ; si mon entraîneur, Christophe Mulquin, avait pu être avec moi au championnat du monde, je serais aujourd'hui championne du monde"12.

31On peut donc constater que même au plus haut niveau et malgré les aides conséquentes, les difficultés peuvent néanmoins exister. Nous pensons cependant que le surf réunionnais est tout à fait privilégié. En effet, au niveau local les relations de la ligue avec les collectivités territoriales sont bonnes et plus particulièrement avec le Conseil Général. Si l'on veut bien analyser l'action du Conseil Général par rapport à cette discipline, on s'aperçoit que le surf est porteur (effet d'image), que les aides qui lui sont accordées vont directement aux compétiteurs de haut niveau. Le Conseil Général alloue à ces derniers (catégories nationales et régionales confondues) l million 300 000 francs (bourses, primes et voyages). Le budget global haut niveau pour toutes les disciplines sportives (50 à la Réunion) est de 4 millions 200 000 francs). Le surf, discipline mineure par le nombre de ses licenciés, mais phare par ses résultats, draîne pratiquement trente pour cent du budget haut-niveau du Conseil Général. En revanche, la ligue pour ses projets propres est relativement peu aidée.

32En effet, un projet de création d'un centre régional de haut niveau (structure indispensable à l'ouverture d'un poste d'entraîneur permanent et à la pérennité des résultats) n'aboutit toujours pas. Il est vrai que l'obtention d'un centre régional de haut niveau ne peut se faire sans l'aval de la Fédération Française de Surf avec qui les relations doivent se normaliser. Par contre, la venue d'une étape à Saint Leu du circuit professionnel de surf a été fortement subventionnée par cette même collectivité en 1991 et 1992.

Les écoles de surf

33On retrouve dans le surf de loisir des tendances analogues à celles identifiées dans le surf de compétition. Diplômé d'Etat, Bertrand Piece a créé l'école de surf des Roches Noires depuis 3 ans. Le public de cette école est composé à 80 % par des jeunes enfants et des adolescents répartis en trois groupes de 10 (initiation, entraînement et compétition). A l'ouverture de l'école en 1990, Bertrand Piece organisait des stages de 10 séances à 50 francs la séance. Le coût de la combinaison et d'une planche environ 800 et 3 000 francs ajoutés au prix des stages sélectionnaient une clientèle plutôt favorisée où l'on ne comptait pas de Réunionnais.

  • 13 PIECE (B.) : animateur école de surf des Roches Noires-interview mai 1993.
  • 14 Body-board : petite planche de mousse permettant de surfer à plat ventre ou à genoux.

34Aujourd'hui précise-t-il "je propose des entraînements au mois : 1 séance d'une heure et demie par semaine pour 230 francs. Cela permet de toucher d'une part des gens appartenant aux classes moyennes et d'autre part je commence à avoir quelques créoles'"14. L'apparition récente des "body-boards"'13 facilite la venue d'une population jeune et créole. "C'est moins cher, plus facile et sympa. Je crois également que la compétition "Pro" de Saint-Leu a été une révélation pour les gens des Hauts, ils ont vu que l'on pouvait faire ça chez eux, avant, ils nous voyaient et pensaient qu'on était fous. Aujourd'hui, j'ai quelques enfants locaux qui arrivent avec leurs parents14.

35L'analyse des fiches de stages de surf ou de morey organisés pendant les vacances scolaires de fin 1991 à avril 1993 par l'école de surf des Roches Noires fournit les indications suivantes :

  • 15 INSEE. Economie de la Réunion, n° 64. Etude de Philippe CIMBARRO et Dominique PERRIN sur les patro (...)

3625 stages d'une semaine ont été organisés avec en moyenne un effectif de 12 enfants soit environ 300 enfants. Le rapprochement des noms de ces 300 enfants des 50 patronymes les plus courants à la Réunion révèle que 20 d'entre eux appartiennent à cette dernière liste15. Ce rapprochement ne peut être qu'indicatif puisqu'à l'école de surf certains enfants peuvent s'inscrire à plusieurs stages et par ailleurs, les 50 patronymes les plus fréquents ne composent pas l'ensemble des noms possibles à la Réunion. Néanmoins, il permet de constater que la minorité des créoles s'intéressant au surf est plutôt d'origine européenne, et qu'au moins les trois quarts des pratiquants sont d'origine métropolitaine.

37L'école du Boucan Surf Club animée par Christophe Mulquin diplômé d'Etat et entraîneur de ligue ne présente pas, du point de vue de la clientèle, des caractéristiques très différentes. Elle recrute pour l'essentiel des jeunes "Zoreils" (Métropolitains) ; par contre elle se différencie par ses orientations. En effet, Christophe Mulquin lors des entretiens préalables à son recrutement par le Boucan Surf Club, a proposé de monter une équipe de jeunes performante en compétition.

  • 16 MULQUIN (C.) - Interview août 1993.

38En conséquence, Christophe a sélectionné parmi les jeunes surfeurs de l'époque, les huit plus performants et les a entraînés pendant une année entière, tant dans le cadre du club que de la ligue, (sans que l'on sache très bien les limites de l'une ou l'autre de ces deux interventions), à raison de 12 heures par semaine. Cette situation d'exercice professionnel originale (travail pour le club et la ligue sans réél distinguo), était facilitée du fait de la présidence de Maxence Delagrange aux deux organismes précités et à la similarité des objectifs : promotion au travers de l'excellence sportive. Un fourgon, appartenant au club et aménagé pour le transport des enfants, était mis à la disposition de Christophe en échange de ses services. Cette situation, quasi bénévole n'assurait pas à ce dernier une vie très facile. Aussi, la seconde année, les choses ont-elles été organisées différemment. Ce groupe de huit enfants de 10 à 14 ans, sortait de classe à 16 heures. Ils étaient pris en charge, six fois par semaine, à la sortie des classes, pendant deux heures environ dans le cadre des actions de la ligue. La participation des parents était de 400 francs par mois et par enfant (Ce système perdure encore aujourd'hui). Cette nouvelle organisation permet à Christophe de libérer son mercredi afin de créer et d'animer une véritable école de club, encore que celle-ci soit plutôt orientée vers le perfectionnement. La participation demandée est fixée à 280 francs pour 4 séances de 2 heures, déplacements sur les "spots" compris. Ce système, fondé sur l'élitisme s'est révélé être efficace. En effet, les résultats ont été très rapidement bons, voire exceptionnels et Christophe est amené à délaisser quelque peu l'école du club pour préparer et suivre ses jeunes élèves et champions lors des compétitions en métropole, en Afrique du Sud, à Bali ou ailleurs. En conséquence, l'école connaît un développement un peu particulier et l'on s'y inscrit aujourd'hui plus volontiers dans une perspective de perfectionnement que d'initiation. Selon Christophe Mulquin "l'avenir de l'école passe par le recrutement d'un animateur, titulaire d'un brevet fédéral qui prendrait en charge l'initiation ce qui me permettrait de garder et d'entraîner les plus talentueux"16.

39La troisième école de surf installée plus au Sud à l'Etang Salé "Passion Glisse" compte une cinquantaine d'enfants, "Zoreils" en très large majorité (moins de 10 créoles d'origine européenne selon Dominique Demeautis un des animateurs). Cette association présente trois particularités : les filles constituent 50 % de son effectif ; les enfants ou adolescents qui la composent appartiennent à des familles "encore plus aisées" (sans doute est-ce dû au fait que le littoral de cette ville est devenu depuis quelques années un site résidentiel accessible aux seuls privilégiés) ; enfin les animateurs ont pris le parti d'inscrire leur action dans un cadre de loisirs. Ouvert depuis huit mois ce club ne s'oriente pas, pour l'instant tout au moins, vers la compétition et adresse les jeunes, intéressés par ce type de pratique, au Boucan Surf Club.

Surf et représentation

40Outre les barrières économiques déjà évoquées, la démocratisation de la pratique est freinée par des problèmes de représentations culturelles :

  • 17 métros : population métropolitaine en "transit" à la Réunion.

41Le surf est une pratique de "métros"17 peu pénétrée par les Réunionnais.

42On peut cependant noter la création d'un club exclusivement créole à Saint-Leu, Ery Courtois le Président fondateur de ce Tropical Surf Team à Saint-Leu s'en explique :

  • 18 COURTOIS (E.) - interview juin 1993.

"C'est un club que j’ai fondé, à (inverse des clubs de Saint-Gilles, pour permettre aux gens de la localité, j'entends par là les locaux, les Réunionnais de Saint-leu, de se retrouver entre eux, de se structurer. Ce club a été fait pour eux, pour les encadrer, pour leur permettre de prendre conscience des richesses dont ils disposent et comment les exploiter et non pas laisser vaille que vaille les choses filer comme ça entre les mains de n'importe qui ! Or certains se sont montés le chou en disant : on est un club bastion, on est un club créole, on devient le gang ! Or moi, j’avais pas du tout l’intention de monter un gang, les choses sont allées plus vite que prévu et que moi je l’ai voulu et certains éléments sont devenus difficiles à maîtriser. Il s'est créé des clans, on a comploté contre moi. "18

43Mais la tentative n'a pas réussi à perdurer en tant que telle. La gestion très autoritaire du président fondateur et son utilisation par trop personnelle des subventions, notamment à l'occasion des championnats de France à Biarritz en août 1991, ont amené quelques adhérents à se plaindre auprès de l'office municipal des sports de Saint-Leu. Monsieur Tuduri, directeur de cet office témoigne :

  • 19 TUDURI (T.) - interview septembre 1993.

"L'office municipal des sports est directement intervenu en provoquant une assemblée générale pour restructurer le club qui connaissait des problèmes de gestion et dont l'image de marque était ternie. Ery Courtois n'a pas été reconduit dans la fonction de président et s'est retiré du club. Une nouvelle équipe s'est mise en place. L'association y a gagné en transparence mais semble avoir perdu de son dynamisme."19

  • 20 cafre : noir d'origine africaine.

44Nous avons pu par ailleurs nous entretenir avec Gérald Bodzen, un des rares Réunionnais d'origine non européenne à pratiquer le surf en compétition et à un bon niveau. Gérald est classé sportif de haut-niveau régional, il bénéficie en conséquence d'une bourse de 6 000 francs par trimestre du Conseil Général. Gérald a 29 ans, se rattache du point de vue des caractères génétiques et morphologiques à un type "cafre"20 ; il possède un CAP de cuisinier et exerce dans cette branche. Il a commencé le surf depuis une douzaine d'années et a été initié par un copain métro de son âge.

45Gérald Bodzen évoque tout d'abord la tension créoles/métropolitains :

  • 21 BODZEN (G.) - interview mai 1993.

"Bien que le surf soit un sport de riches, on voit aujourd'hui un peu plus de créoles sur l'eau. C'est parce que les vrais créoles ne veulent plus que les métros se fassent passer en métropole lors des compétitions pour des créoles". Gérald distingue les vrais créoles : "blancs ou noirs peu importe mais dont les parents, grands parents...et arrière-arrière-arrière grands parents ont débarqué il y a 300 ans"21.

  • 22 BODZEN (G.). Op. cit.

46Gérald Bodzen au patronyme germanique ou batave a fait quelques recherches sur sa famille et s'estime Réunionnais mais pas créole. "Il faut, que nous soyons là", dit-il. Visiblement à ce niveau du discours Gérald se redéfinit inconsciemment comme créole et évoque tout à fait consciemment l'occupation du terrain. "C'est Ery Courtois dit Tarzan", qui nous a poussés et fait prendre conscience de ça. De plus quand le Conseil Général a commencé à donner des bourses aux surfeurs métros, ça a renforcé l'opposition, il y avait trop de métros qui prenaient la place aux créoles"22.

  • 23 Témoignage : journal du Parti Communiste Réunionnais.
  • 24 Localisme : attachement du surfer à son "spot", son territoire.
  • 25 "ralé-poussé" : bagarre.
  • 26 "Accrochage sur le spot de Saint-Leu". Le Journal de l'Ile de la Réunion 09/08/1993.

47L'intérêt est cette fois-ci économique et cette position rappelle étrangement les revendications qui fleurissent régulièrement dans le journal Témoignage23 ou sur les murs : "ZOREIL ARRET'VOL NOU TRAVAIL KREOL" autrement dit, il est reproché aux métropolitains de "voler le travail des créoles" et la créolisation des emplois, publics tout au moins, est à la Réunion un problème d'actualité. Toutes ces oppositions d'ordre culturel et/ou économique se traduisent par un "localisme"24 exacerbé qui aboutit à une tentative de création d'un club créole à Saint-Leu mais aussi à quelques "ralés-poussés"25 dont certains se terminent au tribunal. Le dernier en date, relaté par le JIR, {journal de l'île de la Réunion) évoque le cas de Joseph Payet, condamné par le tribunal correctionnel de Saint-Pierre pour avoir frappé sur le "spot" de Saint-Leu un autre surfeur avec sa planche de surf pour un banal problème de priorité26.

48Ecoutons encore Ery Courtois :

  • 27 COURTOIS (E.) - interview juin 1993.

"j'ai vu au fil des années l'évolution sociale, technologique et économique du surf ; maintenant il faut reconnaître qu'il y a beaucoup d’autres sports qui sont tournés vers la mer comme le Jet-Ski ou le Fun board. Et nous surfeurs, à Saint-Leu, le "spot" est déjà saturé. Le gros problème ce sont les Jet-ski et les fun board. Nous les surfeurs, les anciens surfeurs, on considère cette vague comme un sanctuaire. C'est l’origine du surf à la Réunion, c'est le spot qui a été le plus fréquenté et par les voyageurs et par les locaux. On doit conserver ça comme une pièce de musée, ne pas foutre n'importe quoi dessus, garder uniquement l'aspect surf et non pas des sports à moteur ou à voile qui sont souvent assez dangereux. Aussi y-a-t-il fréquemment des heurts dans l'eau. Le surfeur a un état d’esprit écolo, on ne dégage pas de pollution, on ne tue pas le corail, on ne bousille pas le lagon ; eux, les Jet-skis, ils foutent de l'huile partout, c'est pourri. Les fun boards, ils viennent à 20, ils sont dangereux et nous surfeurs on ne touche plus une vague ! Saint-Leu c'est le plus beau spot de Océan Indien, on aimerait être tranquilles dessus. Je sais que la mer est à tout le monde, il faut de la place pour tout le monde mais il y a tellement de place ailleurs pour faire du fun board ou du Jet ski. En plus nous surfeurs, on est sédentaires par rapport à notre spot. Eux ils ont des 4x4, des combi, ils peuvent se déplacer, ils ont de f argent, il n'y a qu'à voir le prix d’un jet ou d’un fun board27.

49Enfin pour Ery Courtois et bien d'autres d'ailleurs, le surf est loin d'être une simple pratique sportive. Pour ce garçon de 33 ans, athlète de haut niveau en long board (Ery a été 3 fois vice-champion de France et a participé aux championnats du monde au Japon), le surf est sa vie :

  • 28 COURTOIS (E.) - Interview juin 1993.

"C'est l'évasion, c'est à la fois physique et psychique, une espèce d'énergie propre qu'on a en soi. A partir du moment ou moi je mets le pied sur une planche, je quitte le monde du réel, je quitte la réalité qu'est la société. Dès que je franchis le pas entre le rivage et le large il y a tout un basculement.
Bien sûr, je suis dans un environnement souvent hostile en général, mais j'essaye de m'y fondre, j'essaye de me conjuguer avec la planche et l'élément. Et là, quand je regarde la terre, c'est différent, on voit la société, on voit la terre sous un autre aspect. Quand on vit sur le sol, on est enfoui dans la société, c'est comme au pied des gratte-ciel aux U.S.A. on est enfoui, on voit le haut, c'est tout ! Et quand on est sur la mer, sur son surf, plus rien n'est pareil, on voit tout l'ensemble, c'est vraiment une autre vision, c'est très enrichissant. Le surf m'a appris la sagesse, enfin une certaine forme de sagesse, j'accepte mieux la vie, avec un état d'esprit plus ouvert, plus tolérant. J'ai acquis une certaine maturité par le surf qui fait que je suis vraiment en harmonie avec les éléments qui m'entourent et c'est une forme de richesse. J'estime que pour moi le surf c'est un truc philosophique beaucoup plus que sportif."28

50Nous constatons donc, et ce n'est pas nouveau, que le surf reste encore aujourd’hui, pour certains tout au moins, trente ans après son importation par les Californiens à Biarritz, un style de vie, un art de vivre, voire même une philosophie. Cet état de fait peut être rapproché des positions d’Yves Bessas :

  • 29 BESSAS, Yves. La Glisse. Fayard 1982.

"La glisse est la clef de l'énergie. Elle est la danse avec les quatre éléments, la communion avec le Grand Tout. Toute glisse est un passage du fini à l'infini, du physique au métaphysique."29

Les "spots" réunionnais

  • 30 A rapprocher d'autres concurrences bien connues pour l'occupation de l'espace : pêcheurs et canoé- (...)

51Se pose enfin à la Réunion le problème de l'exiguïté des lieux de pratique30. Les "spots" sont peu nombreux et déjà sur-fréquentés (tout au moins de l'avis des surfeurs eux-mêmes). Il n'existe à la Réunion qu'une dizaine de spots aisément accessibles et dont certains sont dangereux ou peuvent l'être du fait de la présence toujours possible des requins. Signalons que depuis 4 ans on dénombre une attaque par an dont deux ont été mortelles.

52Le surf se pratique de façon élective sur la côte Ouest :

  • Le Port ;
  • Saint-Gilles avec 4 spots : Boucan Canot, la Pointe des Aigrettes, les Roches Noires et la passe de l'Hermitage ;
  • Trois Bassins : passe ;
  • Saint-Leu : la Tortue et la gauche de Saint-Leu ;
  • L'Etang Salé : 3 criques et les brisants ;
  • Saint-Pierre ;
  • Manapany ;
  • et dans une moindre mesure Saint-Benoît et Sainte-Suzanne sur la côte Est, sites de mauvaise réputation car souvent fréquentés par les requins.

53Enfin concernant la sur-fréquentation des spots, l'apparition et le développement récent du "body-board" aggrave le problème.

54Il apparaît par ailleurs une segmentation des univers de référence et des identités entre les pratiquants du surf ou de ses dérivés s'établissant du surfeur debout au "body-boarder" à genoux ou allongé ; les premiers regardent tous les autres de "haut", quand ils ne souhaitent pas les exclure.

55Outre les difficultés liées au nombre, il s'établit une relation de pouvoir réelle et symbolique sur la vague, liée dans l'esprit des surfeurs, à la "supériorité de l'homo erectus".

56Dans le langage imagé des surfeurs les moreyeurs sont couramment appelés "biscottes" ou encore "carapattes". Sans doute est-il fait référence à la forme des "body-boards" et des biscottes, mais peut-être pourrait-on également y voir un élément de fragilité. Priorité au plus "dur" au plus "rigide" en quelque sorte. Se pose aussi la question des priorités sur les "spots". Le principe est simple : une vague, un surfeur ; et le premier au pic de la vague est le prioritaire. Plusieurs éléments interviennent dans la capacité à prendre sa priorité :

  • la technique et notamment savoir se placer ;
  • l'intimidation liée au "localisme" ;
  • la taille et le type de la planche ;
  • la carrure du surfeur.

57Plus la planche est longue (long board, Malibu) et plus il est possible de prendre la vague à sa naissance donc d'être prioritaire. La technique bien maîtrisée est également un élément très favorable à la possibilité de prendre les vagues.

58L'intimidation participe de l'emprise psychologique sur l'autre et les menaces sont souvent présentes, quand elles ne sont pas suivies d'effets. Le localisme ajoute à ce dernier effet car le surf, sport individuel, obsessionnel et passionnel, fonctionne sur le principe des "bandes" qui se mesurent les unes par rapport aux autres, tout en cherchant à s'exclure mutuellement. Sans doute faut-il nuancer le propos car en fonction de l'âge et de l'enjeu sportif et/ou psychologique certains spots sont plus "cool" que d'autres considérés comme plus intéressants ou plus valorisants. Il n'empêche que le surf génère une certaine agressivité pouvant aller dans quelques cas jusqu'à la violence. En règle générale et en terme de "territoire," les locaux sont chez eux et les étrangers sont rarement les bienvenus, à l'exception peut-être des champions qui, du fait de leur compétence, font figure d'autorité et sont acceptés et respectés en tant que tels. Dans le petit cercle des surfeurs de bon niveau, c'est le plus souvent à leur contact que l'on peut progresser. Ce sont eux qui possèdent à un haut degré la capacité de bien choisir la vague, celle que l'on surfe longtemps et sur laquelle il est possible de se mettre en valeur en enchaînant figure sur figure dans un sentiment de glisse toujours renouvelé et en harmonie avec l'onde.

Le questionnaire

59Une analyse du questionnaire surf proposé de novembre 1992 à août 1993 permet d'avancer quelques caractéristiques relatives à la pratique du surf à la Réunion. 204 personnes pratiquantes ont été interrogées.

60Les garçons apparaissent comme très largement sur-représentés (91 %), les trois quarts des enquêtés ont moins de 25 ans et 91 % d'entre eux sont célibataires ; 35 % sont nés à la Réunion et 14 % se disent de culture créole. La majorité des pratiquants (55 %) surfe en général 2 à 3 fois par semaine et la durée moyenne des entraînements est de 2 heures. Le surf est pratiqué par les deux tiers des sujets enquêtés et le morey par le tiers restant. Les "spots" sont essentiellement choisis pour la qualité des vagues (169 citations).

61La pratique est plutôt coûteuse : 64 % des enquêtés dépensent plus de 2 000 francs par an et 25 % plus de 5 000 francs. Plus de la moitié des personnes interrogées pratiquent d'autres sports de glisse mais ont dû dans le même temps abandonner une ou plusieurs autres activités (51 %).

62Pour 42 % d'entre eux, le surf apparaît comme un sport peu dangereux mais 94 % reconnaissent avoir eu peur en raison de la hauteur des vagues (132 citations), des requins (94 citations), du corail (94 citations), des courants (37 citations) et des chutes (22 citations). Enfin, 11 citations évoquent les autres surfeurs comme pouvant être des dangers potentiels.

63Plus de la moitié des pratiquants (55 %) appartient à un club, mais seulement 31 % d'entre eux font de la compétition. Plus des 4/5ème des surfeurs interrogés (84 %) pensent que le surf nécessite des qualités particulières et parmi celles-ci l'équilibre (152 citations), la résistance (118 citations), le courage (114 citations) et la maîtrise de soi (105 citations) apparaissent très largement en tête du classement. Cependant, la grande majorité (77 %) estime que ce sport est accessible à tous.

64Par ailleurs le surf apparaît plutôt comme une pratique sportive particulière (104 citations contre 16 en faveur d'une activité comme une autre) et comme le support d'un style de vie original (78 citations). Les pratiquants sont unanimes à reconnaitre le phénomène de mode qui, pour certains, dénature leur sport (look, fringues, comportement, frime, désinvolture, etc...) ou pour d'autres constitue le signe de reconnaissance (style de vie, fun, cool, ambiance, mentalité, etc...).

65Enfin le classement par ordre d'intérêt de trois items à partir de neuf proposés donne le résultat suivant :

Items

Nombre de citations

La glisse

148

La sensation de liberté

104

L'impression de vitesse

93

La création de figures

73

L'harmonie avec la nature

70

Le chevauchement des vagues

35

La maîtrise technique

27

La part d'incertitude

24

La domination de la nature

17

Conclusion

  • 31 fun board : planche à voile de fun dérivée des pratiques du surf selon Joël de Rosnay.

66Nous pouvons donc raisonnablement affirmer en conclusion que le surf à la Réunion reste encore aujourd'hui un sport marqué par la culture d’une part et par l'aspect économique d'autre part. C'est une pratique de métropolitains appartenant à des classes sociales plutôt favorisées. Cette population est jeune, très fortement masculinisée et célibataire. Le surf et ses dérivés ("body ou knee board") constituent une culture de classe d'âge. (Le fun-board31 semble, à la Réunion tout au moins, intéresser une population sensiblement plus âgée). Ces constatations s'inscrivent tout à fait dans la problématique d'Alain Touraine relative aux loisirs : innovations et pratiques distinctives sont l'apanage des classes privilégiées.

  • 32 PROCHASSON (B.). Du battant des lames... au bord de la plage. Prémisses à une approche ethnologiqu (...)

67Le surf est une pratique individualiste et obsessionnelle. Les pratiquants s'entraînent par séquences de 2 heures, 2 à 3 fois par semaine pour la moitié d'entre eux et un tiers de l'ensemble dépasse largement ces quotas (séquences de 3 h et plus, 4 à 6 fois par semaine). Plus de la moitié de ces mêmes pratiquants se consacrent au seul surf (ou au body board) : 51 % des surfeurs ont abandonné pour ce faire toute autres pratique sportive. Les représentations liées au danger sont relativement partagées : 42 % des répondants estiment que le surf est une pratique plutôt peu dangereuse mais la quasi-totalité des réponses (94 %) mentionne le fait d'avoir connu la peur du fait de la hauteur des vagues, des requins et du corail. Nous avons pu comparer les réponses à un questionnaire analogue32 proposé en 1988. Apparaissaient alors dans l'ordre : la mer, les autres surfeurs, les rochers, le corail et 3 réponses "autres" parmi lesquelles les requins.

68Il est vraisemblable que les différences observées proviennent de la forme et du contenu des questions d'une part et des 4 accidents récents dus aux requins dont deux mortels ces dernières années. Ce squale est très présent par ailleurs dans la conscience collective réunionnaise et dans le lagon il n'est pas rare de voir les enfants jouer au requin. Par contre, pour les surfeurs chevronnés, le requin perd de ses caractéristiques phobiques, participe en quelque sorte de l'univers familier et devient un risque avec lequel on compose.

69Avec le développement du "body board" appelé encore "morey" arrivent de nouveaux pratiquants et notamment des créoles (15 % environ de l'effectif des écoles de surf). Dans les 7 "surf'shop's" de l'île il se vend 4,5 moreys pour un surf. C'est en conséquence par le biais du ce dernier matériel, moins coûteux d'une part et d'une pratique plus aisée d'autre part que se dessine une esquisse de démocratisation qui commence à intéresser la population créole. Nous pensons qu'au travers d'une pratique ludique dès le plus jeune âge une partie des oppositions précitées (métros/créoles) peut s'atténuer. Certes, la sur-fréquentation des "spots" engendrera toujours des tensions du fait de la concurrence pour l'espace, mais avec le partage de ce dernier dès le plus jeune âge, celles-çi ne s'inscriront plus aussi systématiquement dans des oppositions d'ordre ethnique.

70Enfin la glisse, qui recouvre à la fois une référence au milieu physique (frottement entre deux surfaces) et une référence d'ordre psychique largement teintée d'émotions, intéresse les pratiquants au premier chef (148 citations). Les sports dits de glisse s'inscrivent dans une dynamique mise en évidence par Christian Pociello : "de la force et l'énergie vers la grâce et les réflexes". Elle implique une référence à "l'american way of life", au plaisir intense et à la liberté. C'est d'ailleurs cette dernière qui recueille 104 citations se classant ainsi parmi les items cités en seconde position et avant l'impression de vitesse, la création de figures, l'harmonie avec la nature, le chevauchement de la vague, la maîtrise technique, la part d'incertitude, et enfin et en dernière position la domination de la nature.

  • 33 MOTTET (G.) : note de recherche licence STAPS. Mai 1993. Tests de natation au collège du Guillaume (...)

71On peut enfin rappeler que les Réunionnais tout au moins les creoles d'origine non européenne ne sont pas culturellement tournés vers la mer. Ceci explique leur faible investissement dans ce type de pratique importée par les "métros". La voie d'ouverture des sports marins et du surf en particulier à la population créole s'inscrit dans une action de démythification des pratiques aquatiques. La population créole doit être sensibilisée très jeune, dès l'école primaire à l'apprentissage de la natation. C'est sans doute le cas des villes littorales disposant d'une piscine mais il n'en est pas de même dans les Hauts où la plupart des résidents appartiennent aux classes défavorisées et ne savent pas nager33.

72La natation et la découverte du milieu naturel sont les conditions incontournables pour que le surf puisse être pratiqué non pas par tous, mais pour qu'il y ait égalité des chances.

Bibliographie

Bibliographie

BESSAS, Yves. La Glisse. Fayard 1982.

CHATEAUREYNAUD, Yves. Etude des rapports entre révolution du matériel et la pratique des Activités Physiques et Sportives de Pleine Nature. Mémoire pour le diplôme de I INSEP. 1977.

CHATEAUREYNAUD, Yves. Dimensions sociales des Activités Physiques et Sportives de Pleine Nature. Thèse 3 ème cycle sociologie - Université de Paris 7. 1980.

CNRS. Atlas des Départements Français d'Outre Mer. IGN.

LACROIX, Gisèle. Les activités de pleine nature et le thème de la glisse. Thèse de 3 ème cycle sociologie - Université de Paris 7. 1984.

LUERAS, Léonard. Surf plaisir des Dieux. Gallimard, 1990.

Plan nautique de la Réunion. Direction Régionale du Tourisme. Conseil Régional. POCIELLO, Christian et alii. Sport et Société. Paris : Vigot, 1981.

PROCHASSON, Bruno. Du battant des lames...au bord de la plage. Le surf. Mémoire de Maîtrise d'anthropologie. Université de la Réunion 1989

Synthèses. Etudes et stratégies. Le tourisme nautique à la Réunion. 1992.

V.S.D. Collection No spécial M 1382. Passion glisse.

Notes

1 de ROSNAY (J.), VIERTEL (P.), J. Roth et G. Hennebute, Biarritz, 1957.

2 COURTOIS (E.). interview Juin 1993

3 DEMEAUTIS (D.). Les débuts du surf à la Réunion. Interview Février 1993.

4 DEMEAUTIS (D.). les débuts du surf à la Réunion. Interview Février 1993

5 Dans le n° spécial de VSD consacré à la glisse. J. de Rosnay est photographié, en surf, à Tamarin (Maurice) en 1962.

6 Australiens et Sud-Africains.

7 Cordon qui relie le surfer à sa planche.

8 DELAGRANGE (M ;). Président de la ligue réunionnaise de surf. Interview décembre 1992.

9 Il s'agit des clubs dont les noms suivent : Maddoïs Team, Boucan Surf Club, Aloha, Sud Surf Club, Jet Surf Club, Passion Glisse et Tropical Surf Team.

10 Madame Le Texier ex-membre du bureau du Boucan Surf Club et de la ligue réunionnaise de surf. Interview à Saint-Pierre - Mars 1993.11 - Cf. interview de Gerald Bodzen.

11 HOAREAU (A.-G.) - interview mai 1993.

12 HOAREAU (A.-G.) - interview mai 1993.

13 PIECE (B.) : animateur école de surf des Roches Noires-interview mai 1993.

14 Body-board : petite planche de mousse permettant de surfer à plat ventre ou à genoux.

15 INSEE. Economie de la Réunion, n° 64. Etude de Philippe CIMBARRO et Dominique PERRIN sur les patronymes Réunionnais - 1993.

16 MULQUIN (C.) - Interview août 1993.

17 métros : population métropolitaine en "transit" à la Réunion.

18 COURTOIS (E.) - interview juin 1993.

19 TUDURI (T.) - interview septembre 1993.

20 cafre : noir d'origine africaine.

21 BODZEN (G.) - interview mai 1993.

22 BODZEN (G.). Op. cit.

23 Témoignage : journal du Parti Communiste Réunionnais.

24 Localisme : attachement du surfer à son "spot", son territoire.

25 "ralé-poussé" : bagarre.

26 "Accrochage sur le spot de Saint-Leu". Le Journal de l'Ile de la Réunion 09/08/1993.

27 COURTOIS (E.) - interview juin 1993.

28 COURTOIS (E.) - Interview juin 1993.

29 BESSAS, Yves. La Glisse. Fayard 1982.

30 A rapprocher d'autres concurrences bien connues pour l'occupation de l'espace : pêcheurs et canoé-kayack, équitation et chasseurs dans le Sud-Ouest par exemple.

31 fun board : planche à voile de fun dérivée des pratiques du surf selon Joël de Rosnay.

32 PROCHASSON (B.). Du battant des lames... au bord de la plage. Prémisses à une approche ethnologique du surf. Mémoire de maîtrise d'anthropologie. Université de la Réunion 1989.

33 MOTTET (G.) : note de recherche licence STAPS. Mai 1993. Tests de natation au collège du Guillaume (écart de Saint-Paul) distant de 10 km du lagon. Sur 18 classes de 6ème et de 5ème on dénombre 92 % de non-nageurs.

Table des illustrations

Titre Les pratiques de la mer à la Réunion
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16170/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16170/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.