Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Au-delà de l'aquitaine

Le surf au Portugal

F. Miguel Nogueira

Texte intégral

1Le surf permet avant tout un contact direct, une relation particulière et intime avec la nature.

2Quand l'homme l'a inventé, il ne cherchait qu'un divertissement, une façon d'échapper à la monotonie et à la dureté de la vie. En entrant dans l'eau, il laissait tout en arrière, il n'y avait plus que lui, la planche et la mer. Un duel salubre, un défi incomparable entre deux forces. C'était une façon d'être et de vivre, la recherche de moments uniques, beaux, et appréciables... par quelques-uns seulement.

3Mais avec le temps le surf a perdu de son charisme. Il est devenu mode, argent. Il est investi et détourné par quelques pratiquants qui ne le sentent ni ne le vivent de la façon la plus pure. Les mentalités ont changé, et dans la manière dont est considéré ce sport (si c'est bien d'un sport dont il s'agit) apparaissent des comportements incompatibles avec le véritable feeling, comme ce localisme que l'on découvre parfois sur la plage, quand un groupe de surfeurs locaux se transforme en tribu.

4La lutte pour obtenir un bon emplacement lors d'une compétition, ou pour s'assurer le patronage d'une marque de matériel réputée, en arrive à absorber les surfeurs, à les dévoyer, à les rendre incapables de goûter l'un des plus beaux plaisirs de la vie. Les valeurs profondes du surf sont alors menacées. Pourtant il devrait toujours y avoir dans le balancement des vagues, quelque part sur une plage perdue, un soul surfer à l'affût de l'onde magique...

La Fédération Portugaise de Surf

5La Fédération Portugaise de Surf, comme institution spécifique, a été fondée dans les années 1980. Elle est donc très récente, bien que ce soit l'aboutissement d'un projet plus ancien. Elle est née à Lisbonne et y a eu son siège dès l'origine, à l'initiative de quelques surfeurs qui souhaitaient voir leur sport représenté par un organisme officiel. Comme ce sport lui-même s'est implanté il y a relativement peu de temps au Portugal, le fonctionnement et le champ d'action de la Fédération étaient réduits du fait de la structure limitée sur laquelle elle reposait. Etant installée dans la capitale, elle a surtout appuyé et favorisé les pratiquants qui se trouvaient à proximité immédiate. L'évolution du sport dans le reste du pays a été d'autant plus lente et plus tardive que ce noyau de la région de Lisbonne s'est alors constitué comme un groupe spécifique et quelque peu fermé. Aujourd'hui encore, il faut bien constater que c'est là que la discipline a le plus progressé, s'est le mieux enracinée, est la plus ouverte aux innovations.

6Mais un grand changement a eu lieu en 1992. Le siège de la FPS a été transféré à Viana do Castelo, dans le Nord du Portugal, et par la même occasion toute la structure du sport s'est trouvée décentralisée. Si cette mutation peut présenter quelques inconvénients pour les sceptiques, elle apporte bien des avantages au sport, grâce en particulier au renouvellement des responsables, désormais très compétents, et elle devrait favoriser le développement du sport au niveau national.

7La jeunesse de la FPS et les changements évoqués ne permettent pas qu'existe encore une base de données rigoureuse et exhaustive, permettant par exemple de décrire l'évolution du nombre d'affiliés ou de pratiquants. Toutefois des efforts sont faits en ce moment pour combler cette lacune. Quoi qu'il en soit, il est évident pour qui connaît ce sport de l'intérieur que le nombre de pratiquants, tant de surf que de bodyboard, est en train de croître à un rythme tout à fait étonnant, comme progresse très rapidement le niveau atteint.

La compétition

8Une des principales activités au programme de la FPS, voire la plus importante, consiste à promouvoir et à organiser des championnats régionaux et nationaux de surf et de bodyboard. A cet effet a été créé un circuit d'épreuves du Nord au Sud du pays ; elles permettent notamment de faire la propagande du sport, favorisent les liens entre pratiquants et contribuent à élever le niveau de leurs performances. Les compétitions intéressent déjà les investisseurs qui se servent de ces disciplines comme véhicules publicitaires pour leurs marques, patronnant quelques événements et même des athlètes, en raison de l'impact visuel que permet la compétition. Il a été établi un calendrier d'épreuves, au terme duquel est en effet proclamé un champion national. Des clubs de surf locaux se sont également créés, ils se disputent par le même moyen l'hégémonie régionale.

Description de la côte portugaise

9Avec ses 1 200 kilomètres de littoral, le Portugal est un pays disposant de larges ressources naturelles pour la pratique du surf et de ses dérivés. De Caminha au Nord jusqu'à Vila Real de Santo Antonio au Sud s'échelonne une série de plages d'une rare beauté qui offrent de grandes étendues de sable, surtout aux deux extrémités du pays. Dans le Centre par contre, pour des raisons géologiques et géomorphologiques, les extensions sableuses sont plus réduites et sont closes vers l'intérieur par des escarpements spectaculaires.

10L'ondulation et le vent dominants viennent du Nord-Ouest. En raison de l'orientation du littoral, les spécialistes ont découvert que les courants, en provoquant une forte action érosive sur la côte, pouvaient avoir de très graves conséquences, comme la disparition ou le recul de la ligne littorale. Pour combattre cette "dérive du littoral", on a construit des épis aux points stratégiques, afin de retenir les matériaux d'érosion et de limiter l'impact des courants.

11Cette situation joint l'agréable à l'utile, car la création des épis a transformé ces portions de côte en lieux privilégiés pour la pratique du surf et du bodyboard. Les point-breaks ainsi créés sont de la sorte venus s'ajouter aux immenses beach-breaks. Il y a donc un large éventail d'options pour qui veut pratiquer ces sports dans les eaux lusitaniennes. Nous allons en présenter quelques-unes.

Les meilleurs sites pour la pratique du surf au Portugal

12Cette diversité géographique fait que l'on trouve tout au long du littoral portugais une grande variété de situations, résultant des conditions spécifiques de chaque site. Ceux qui sont présentés ci-dessous et que permet de situer la carte de localisation (figure 1) sont assez remarquables pour avoir gagné le statut de "sanctuaires du surf portugais". Ils se répartissent en six groupes régionaux : Viana do Castelo, Pôvoa de Varzim, Porto, Aveiro, Peniche et Ribeira d'Ilhas.

13Pour Viana do Castelo, il y a d'abord la plage de Mariana. Elle a de très nombreux beach-breaks et son orientation lui permet de recevoir en permanence de grandes ondulations. La plage du Cabedelo est un excellent point-break où se forme une "droite" longue et parfaite quand de grandes ondulations arrivent jusqu'à la côte. Elle offre alors d'excellentes conditions.

14Près de Pôvoa de Varzim, Aguçadoura a été naguère un spot secret, avec de bonnes formations. C'est un beach break dont les conditions sont idéales quand le vent est bien orienté. Cette plage garde heureusement un anonymat préservant sa beauté naturelle. Celle de Pôvoa de Varzim reçoit de grandes ondulations ; bien que le crowd soit important, ce point-break offre une "gauche" spectaculaire. A Azurara, quand l'ondulation vient d'Ouest, il y a un épi où se forme une "droite" longue et parfaite. Le crowd y étant peu nombreux, c'est un bon choix pour les jours où la mer est très agitée.

15Autour de Porto, la première plage indiquée est celle de la Sacor. Bien qu'elle soit parfois polluée par les déchargements d'une raffinerie et qu'il y ait quelque crowd, c'est un beach-break de qualité. A Leça da Palmeira et à mesure que l'on se rapproche de Porto, le crowd est important mais permet cependant une pratique satisfaisante. Matosinhos est une plage extrêmement polluée mais quand l'ondulation qui parvient à la côte est grande et que les autres plages deviennent dangereuses, notamment en hiver, c'est l'alternative qui s'impose. Lavadores, de l'autre côté de l'embouchure du Douro, est un beach-break peu fréquenté car moins facile d'accès ; c'est pourtant un site remarquable.

16Dans la région d'Aveiro, la plage de la Barra est un beach-break où l’extension sableuse permet une multitude de "pics" dans d'excellentes conditions.

17Les environs de Peniche constituent la région la plus connue et la plus recherchée du pays pour la pratique du surf et du bodyboard. On entre ici dans la zone Centre où il y a une succession rapprochée de très bonnes plages. Notons que certains fonds marins sont constitués de larges plateformes dallées de pierre, ce qui est un atout d'un grand intérêt ; par ailleurs la ligne de côte permet que l'on se trouve toujours près d'un site idéal, quelle que soit la direction du vent ou de l'ondulation. C'est particulièrement le cas de Legide, un beach-break sur fond de dalle qui offre des conditions parfaites. Le Baleal est un autre beach-break, cette fois à fond sableux, et également excellent. Plus au Sud il y a le point break du Molhe Leste qui, lorsque l'ondulation est grande, offre une droite "tubulaire" idéale.

Les principaux sites du surf au Portugal

Les principaux sites du surf au Portugal

18Mais la plus belle carte de visite de la région, considérée par beaucoup comme le meilleur site du Portugal et même d'Europe pour le surf et le bodyboard, c'est Peniche-Super Tubos, un beach-break qui provoque la plus longue et la plus parfaite "gauche" du pays, sur un fond de sable. Notons toutefois que les rivalités entre surfeurs se font particulièrement sentir dans cette région, à cause de la grande affluence de pratiquants.

19Il faut enfin citer l'extrême beauté du paysage et les conditions optimales des plages de la région de Ribeira d'Ilhas. Celle par exemple de Sâo Lourenço donne satisfaction aux pratiquants. Ribeira d'Ilhas, étape du championnat de monde de surf (ASP), est un beach break parfaitement formé, ainsi que celui de la plage des Coxos. Soulignons que malgré l'impressionnant crowd de cette région il existe, comme du reste dans le pays tout entier, de multiples spots secrets à révéler et à découvrir.

20Bien qu'elles ne soient pas représentées, il y a encore plus au Sud, en particulier dans la région de Lisbonne et sur le littoral d'Alentejo, beaucoup d'autres plages aux bonnes conditions pour les amateurs de surf et de bodyboard. Malheureusement, la côte méridionale d’Algarve n’offre quant à elle que des conditions très médiocres dans ce domaine.

21Souhaitons que cette présentation, probablement pionnière du genre, donne un aperçu de la situation actuelle du surf portugais, et serve aussi de guide à tous ceux qui, connaissant ou non les possibilités du pays, sont tentés de se joindre au vaste groupe qui prend contact de plage en plage, grâce au surf, avec la nature et sa beauté.

Table des illustrations

Titre Les principaux sites du surf au Portugal
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16161/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k

Auteur

Université de Porto.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search