Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Au-delà de l'aquitaine

La diffusion du surf dans le monde

Jean-Pierre Augustin

Texte intégral

1L'expansion des sports à partir des foyers émetteurs peut être éclairée par la théorie de la diffusion dans la mesure où en utilisant les canaux variés de la transmission, ils se propagent par effet de mimétisme ou de migration. Plusieurs étapes se succèdent généralement : la première est celle de l'amorce de la diffusion à partir des centres qui ont produit l'innovation ; la deuxième est celle de l'expansion puis vient celle de la condensation et enfin celle de la saturation. Le surf est porteur de particularités puisqu'il ne se pratique qu'en bord de mer, là où les vagues sont suffisamment fortes pour fournir l'énergie à la planche. Dans ces espaces naturels restreints, le processus de diffusion permet d'éclairer l'histoire du surf en distinguant plusieurs étapes. La première correspond à la création du jeu dont les origines sont lointaines et souvent présentes dans les légendes des pays de la côte. La seconde, celle de la première expansion, se situe au début du siècle entre les îles Hawaï et la Californie. A partir de nouvelles innovations technologiques d'autres expansions se produisent, aux Etats-Unis d'abord puis dans le reste du monde. Les phases de condensation et de saturation sont très limitées et nombre de lieux de pratiques restent en voie d'exploration laissant un espace largement ouvert pour des localisations futures.

Des origines sacrées au surf moderne

2On sait encore peu de choses sur les origines du surf, mais les témoignages recueillis par les ethnologues rappellent que les hommes au contact de la vague ont célébré depuis longtemps le plaisir d'être porté et ramené vers la plage par les mouvements de la mer. Sans l'artifice d'aucune planche, les hommes ont appris à jouer, pour leur plaisir ou pour leur travail, avec les éléments naturels en leur donnant un sens sacré et en imaginant que les forces porteuses étaient produites par la volonté des Dieux.

  • 1 VERLOMME, H. Cowabunga, surfsaga. Paris : éd. Chêne, 1976, 141 p.
    LUERAS (L). Surf. Plaisir des Die (...)
  • 2 YOUNG, N. Surfing. Biarritz, Surf Session, 1990, p. 101 à 106.

3C'est vraisemblablement dans les îles du Pacifique, en raison des conditions facilitantes, que ces jeux ont débuté ; ces pratiques y ont pris le nom de Kaha Nahu. Après l'utilisation du corps ou des pirogues, l'idée de fabriquer une "planche" serait née au début de l'époque moderne dans les îles Hawaï1. Les premières planches appelées "Alaia" étaient taillées dans le bois et pouvaient mesurer de un à cinq mètres. Les Hawaïens les utilisaient aussi bien couchés, qu'assis, à genoux et enfin debout. Progressivement, les pratiques se seraient diversifiées en fonction de l'organisation sociale, les chefs auraient eu le privilège de surfer des planches "olo" de cinq mètres de long faites de bois de Wili-Wili alors que leurs sujets surfaient sur les planches plus courtes "alaia" taillées dans des bois communs. Nat Young rapporte2 que la cérémonie du choix de l'arbre avait une signification religieuse et que des offrandes étaient déposées au pied du tronc. La fabrication de la planche se faisait avec des outils en pierre et en os, son ponçage avec du corail. Une fois prête, elle était colorée avec du charbon de bois ou de la suie puis enduite d'huile de noix pour la rendre plus étanche. Certains ethnologues prétendent que les polynésiens de Tahiti et de Bora-Bora seraient arrivés à Hawaï avec leur planche sacrée, d'autres estiment que les Maoris de Nouvelle Zélande connaissaient également ces pratiques, il n'est donc pas possible de reconstituer aujourd'hui les origines précises du surf mais les écrits du capitaine Cook donnent de précieuses indications.

4A bord de son navire "Résolution", ce capitaine anglais aborde les îles Hawaï le 18 janvier 1778, il les baptise îles Sandwich en l'honneur du premier lord de l'Amirauté et décrit dans son livre de bord les pratiques locales de surf. "L'audace et l'habileté avec lesquelles nous avons vu les indigènes accomplir leur difficile et dangereuse manœuvre (surf) étaient stupéfiantes et méritent d'être rapportées". L'intérêt des Américains pour les îles Hawaï se manifeste dès le lendemain de l'Indépendance, en raison de leur situation stratégique dans le Pacifique. L'explorateur Robert Gray visite l'archipel au retour de son voyage en Chine en 1 789 et un commerce entre Honolulu, les ports américains et la Chine s'établit rapidement. Dans la première moitié du dix-neuvième siècle les missions protestantes participent à cette conquête et portent un regard critique sur les pratiques de surf qu'elles tentent de limiter sinon d'interdire. Un traité de réciprocité est signé entre les Etats-Unis et le roi Kalakawa en 1875. Les Américains reçoivent le droit exclusif d'utiliser le port de "Pearl River", le futur Pearl Harbour. L'annexion se précise en 1898 et les îles Hawaï deviennent territoire américain en 1900 avant d'être promues cinquantième Etat en 1959.

5A partir de 1900, le surf oublié pendant quelques décennies est remis à l'honneur par Duke Kahanamoku, né en 1890 et descendant d'une famille royale hawaïenne qui s'illustre aux Jeux olympiques de Stockholm où il est médaillé en natation. Le Duke, accompagné de quelques amis, fait connaître le surf, d'abord en Californie puis en Australie où il trouve un terrain de prédilection. Durant l'Entre-deux-guerres, le surf reste un sport de démonstration réservé à quelques initiés. Il faut attendre la fin de la Deuxième Guerre mondiale pour que, grâce aux progrès technologiques et aux évolutions socio-économiques, il connaisse une grande diffusion aux Etats-Unis.

Innovation technologique et première vague d'expansion

6Pratiqué à partir de planches en bois, proches du modèle hawaïen et souvent lourdes et peu maniables, le surf bénéfice alors de deux innovations technologiques.

7La première liée à l'utilisation des fibres de verre pour la construction des planches est attribuée au Californien Bob Simmons. La Société Aérospace, implantée en Californie a mené des recherches pour l'armée durant la Seconde Guerre mondiale afin de produire de nouveaux matériaux à base de fibres de verre et de résine. Classées "confidentiel-défense", ces recherches ne seront divulguées qu'à la fin de la guerre et Bob Simmons qui a travaillé pour Aérospace construit la première planche en fibre, dès la fin des années quarante. Le Californien défend l'idée de planches courtes et légères et mène les premières réflexions de type scientifique sur leur forme par rapport aux vagues et sur le rôle de la dérive. Il invente en particulier, un engin "hot curl" sans dérive spécialement adapté à des vagues de la plage de Malibu.

8La seconde innovation technologique se situe dans les années cinquante et correspond à l'utilisation des premières planches de mousse plastique qui vont progressivement remplacer le bois léger et en particulier le balsa servant jusque-là de support à la fibre de verre. Peter Peterson, le premier semble-t-il, puis Hobie Alter et Dave Sweet vont fabriquer les planches à partir de mousse plastique pour les surfeurs de San Diego et pour ceux de Los Angeles. Ces nouveaux engins légers seront produits dans de multiples ateliers artisanaux de Californie puis d'Australie.

9Durant cette période d'innovation entre 1946 et 1956, les surfeurs restent peu nombreux, ils forment de petits groupes qui recherchent les lieux inédits de Californie ou d'Hawaï où les plages sont encore libres et faciles d'accès. Quelques exploits sont répertoriés et la mode est au "big-surf qui se pratique sur les grandes vagues dans les îles du Pacifique. Il reste des photos de ce temps des pionniers, notamment celles prises par le Docteur Don James à Hawaï. La vulgarisation du surf bénéficie alors d'un important soutien de la part des médias audio-visuels. Les films de sport pour grand public datent des années cinquante mais c'est en 1960 que le roman racontant l'histoire d'une petite américaine nommée Gidget et vivant les aventures d'un groupe de surfeurs sur les plages de Malibu obtient une audience remarquée dans la jeunesse américaine. Plusieurs feuilletons télévisés puis les concepteurs publicitaires utilisent le surf et favorisent sa divulgation.

10H. Verlomme considère qu'il faut attendre l'été 1967 pour mesurer l'étonnant impact du surf sur la société américaine. Il estime que durant un dimanche ensoleillé d'août, plus de 450 000 surfeurs se pressent sur les plages qui ont toutes leurs clubs et leurs champions que ce soit sur la côte Est entre Cap Kennedy et Rhode Island ou sur la côte Ouest. Les stations de radios spécialisées qui transmettent les conditions météo se multiplient, les grands magazines se développent, Surfer Magazine en 1960 et Surfing en 1961. Se précise alors une surf-musique, et les films sur grand écran tel "Ride the wild surf" ou "Endless summer" connaissent une grande audience. Ce dernier réalisé par Bruce Brown en 1964, raconte la quête des vagues par deux surfeurs autour du monde et sera le film culte des années soixante. Le surf devient un fait culturel, un élément de contre-culture en réaction à l'"américan way of life", où est valorisée une vie libre et marginale à l'opposé du modèle utilitariste américain.

  • 3 REBEIX, M. Hawaï, Aloha, surf et tradition. Biarritz, Surf Session, 1993, 108 p.
  • 4 PEARCE, D. Géographie du Tourisme. Paris : Nathan, 1993, p. 250.

11Dans le même temps, les îles Hawaï deviennent le lieu mythique attirant des milliers de touristes et de surfeurs3. La population y est répartie sur plusieurs îles, mais c'est sur celle d'Oohu qui abrite la capitale Honolulu que les principaux centres touristiques s'établissent4. Le surf se pratique tout autour de l'île et les surfeurs choisissent les lieux en fonction de leur niveau (fig. 1). Au sud, les vagues de Waïkiki sont généralement d'accès facile pour les débutants alors qu'au nord les "spots" aux noms célèbres (Pipeline, Sunset, Waimea...) sont réservés au haut niveau et aux professionnels. A l'est (Makapu) et à l'ouest (Makaha) les vagues attirent les surfeurs confirmés. C'est donc à partir des Etats-Unis que le surf en tant que sport s'est constitué mais d'autres foyers secondaires situés sur tous les continents deviennent après les années soixante des pôles de diffusion.

Diffusion et nouvelles vagues d'expansion

12La diffusion correspond à la transmission et à l'adaptation graduelle dans le temps et dans l'espace de l'innovation. Cette transmission se réalise généralement sous trois formes, soit par contagion lorsqu'augmente le nombre de personnes qui adoptent l'innovation, soit par expansion lorsque les centres sont touchés permettant une nouvelle contagion rejoignant la première, soit par relocalisation lorsque les personnes ayant déjà adopté l'innovation migrent vers d'autres lieux ou d'autres aires culturelles. Dans le cas du surf, après la période de contagion qui a touché les zones côtières des Etats-Unis, on assiste à un processus de relocalisation à partir de l'Australie, de l'Afrique du Sud, de l'Europe et de l'Amérique du Sud (fig. 2).

13Le surf a été introduit en Australie dès 1915 mais ce n'est qu'après les innovations technologiques que son expansion se réalise vraiment. Les conditions naturelles y sont excellentes en de nombreux points autour du pays, sur la côte Nord (Main beach, National park...), la côte Sud (Pipeline, Week bay...) mais aussi aux alentours de Sydney, au Nord-est de Melbourne et sur la côte Ouest. Le surf y est fortement organisé à partir des grandes villes côtières et de très nombreux spots y ont été répertoriés mais le pays par sa taille, son côté sauvage et sa faible population reste très attractif. Le surf arrive plus tardivement en Afrique du Sud où il est introduit par des Californiens après 1960 du côté de Durban puis à Jeffreys Bay, près du cap. Ce lieu est devenu rapidement mythique et plusieurs films y ont été tournés dont le célèbre "Sea of Joy" de Paul Witzig. Là aussi c'est à partir des villes côtières et notamment de Durban et du Cap que le surf s'organise et que s'implantent de multiples petites colonies autour du pays.

14C'est par la France que le surf pénètre en Europe. En 1956, l'Américain Peter Viertel qui tourne un film à Biarritz est séduit par la forme des vagues de la Côte Basque ; il fait venir une planche de Californie et initie l'année suivante quelques amis qui vont, à leur tour, favoriser la divulgation du sport. Un premier club se crée en 1959 puis d'autres s'établissent ainsi que la Fédération française de Surf-riding. Progressivement la Côte landaise et girondine sont gagnées à la pratique. Les championnats d’Europe de Seignosse en 1971 et 1975 puis les épreuves du circuit professionnel à Lacanau, Hossegor et Biarritz favorisent la diffusion. A partir de la Côte gasconne, un processus de relocalisation vers l'Espagne, le Portugal et bien d'autres pays côtiers s'accentue à la fin des années quatre-vingt. En Grande-Bretagne ce sont les maîtres-nageurs australiens qui introduisent le surf en Cornouaille.

Figure 1 - Surf à Hawaï, l'exemple de l'île Oahu

Figure 1 - Surf à Hawaï, l'exemple de l'île Oahu

15L'Amérique du Sud a été très tôt une terre de prédilection pour les surfeurs américains qui y ont installé des petits groupes, d'abord au Brésil et au Chili, puis en Amérique Centrale et dans les îles caraïbes puis sur les côtes d'Argentine, d'Uruguay, de Colombie et de l'Equateur.

16Les îles du Pacifique (Polynésie française, Marquises...), de l'Océan Indien (Mauvie, Réunion, Seychelles...) et celles proches de l'Asie et de l'Indonésie (Bali, Jakarta...) gardent un grand attrait pour les touristes surfeurs dont le passage entraîne parfois l'organisation de pratiques locales.

17Le surf en tant que sport individuel de pleine nature, participe au désir de rivage qui touche l'Occident depuis le xixème siècle et s'accentue à la fin du xxème. Il connaît son expansion à un moment où les territoires stables des identités collectives se défont et se recomposent. Sa diffusion, au-delà des contraintes géographiques qui limitent sa pratique, s'inscrit dans un processus en cours de réalisation pour lequel de larges possibilités restent offertes.

SURF EN FRANCE ET CÔTEATLANTIQUE
« Il y a une effervescence en France autour du surf, mais qui reste très attachée à ce qui fait la force et l'esprit de ce sport. D'une façon générale tout ce qui se passe autour du surf, du business aux organisations d'événements, est le fruit de surfeurs. De surfeurs qui avant tout apprécient la beauté des vagues. Et entre la Bretagne et la Côte Basque, en passant par la Côte Méditerranéenne, plus d'un spot ont leurs locaux accroc à leur vague. Bien sûr, le meilleur surf se situe dans le Sud-Ouest, entre Lacanau et l'Espagne. Jusqu'à Biarritz, tous les spots sont des beach breaks, dont les bancs de sable bougent. Entre le printemps et le début de l'automne, par petite et moyenne houle, avec un bel anticyclone sur la côte, les tubes sont assurés sur ces spots. Hossegor et alentour sont les plus fameux d'entre eux. Ici la formation des bancs est plus stable. Mais il faut être comme Maurice Cole, célèbre surfeur australien des années soixante-dix qui a sa maison et son atelier de shape juste derrière les dunes d'Hossegor. La France n'a pas de surfeur pro, même si sur le plan amateur les Français sont les meilleurs européens. Il faut dire que le nombre de surfeurs en France n'est pas comparable avec celui en Australie ou aux USA. Peut-être 50 000 pratiquants, et seulement 10 000 hardcore surfeurs. Mais si les Français ne raflent pas encore les podiums internationaux, la passion du surf leur fait soulever parfois des montagnes. Car outre les épreuves ASP organisées, la France reçut les championnats du Monde amateurs en 1992. A Biarritz se tient un Festival Surf, comptant autour d'une compétition ASP de longboard, vieux films de surf, expositions et surtout la venue d'hawaiiens et de surfeurs légendaires comme Greg Noll, Ricky Grigg, Skip Frye, Gerry Lopez... Une belle manifestation où le surf retrouve ses racines et l'esprit d'Aloha qui fait son partage. A côté de ces événements majeurs, il y a toute une ébullition autour de surf avec plusieurs magazines dans les kiosques, une multitude de shapers, de très nombreux surfshops, et surf bars qui affichent chacun des décorations chaque fois plus singulières. A noter aussi, à une heure de Paris, en pleine campagne, une piscine à vague, et basée à Biarritz une antenne européenne très active de Surfrider Foundation... Tout cela pour dire que si petit soit le surf en France, il génère une activité étonnante, dont la source est plus passionnelle et attachée à la philosophie du surf, qu'à un intérêt économique malgré tout précaire. Bien sûr le fait que Tom Curren, bien qu'extrêmement discret, et Gary Elkerton, devenu un fondu de snowboard, vivent en France, n'est pas sans conséquence sur l'émulation autour des vagues de l'océan.
Le surf en France, Ce sont de belles vagues sur la côte, de belles balades à l'intérieur du Pays Basque. Ce sont des gens qui ont à cœur l'histoire, la compétition et la culture de ce sport. Peut-être parce que la côte atlantique et notamment le Sud-Ouest ne sont pas trop peuplés, hors saison estivale, le surf conserve encore de sa virginité, de son rêve, de son utopie. Il m'arrive encore de me retrouver seul à l'eau l'hiver à Guéthary avec un parfait 3 m. Un trésor qui vaut bien des ressources en cette fin de siècle. »
Gibus de Soultrait

Figure 2 - La diffusion du surf dans le monde

Figure 2 - La diffusion du surf dans le monde

Notes

1 VERLOMME, H. Cowabunga, surfsaga. Paris : éd. Chêne, 1976, 141 p.
LUERAS (L). Surf. Plaisir des Dieux. Paris : Gallimard, 1986, 236 p.

2 YOUNG, N. Surfing. Biarritz, Surf Session, 1990, p. 101 à 106.

3 REBEIX, M. Hawaï, Aloha, surf et tradition. Biarritz, Surf Session, 1993, 108 p.

4 PEARCE, D. Géographie du Tourisme. Paris : Nathan, 1993, p. 250.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search