Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Troisième partie. Représentations et interprétation

Surf et analyse sociale

Bruno Prochasson

Texte intégral

1Le sport moderne s'est construit dans et par ses représentations au sein du corps social ; "double social", il s'est technicisé, réglementé, organisé en créant ou fortifiant des valeurs. En effet, les notions fondamentales qui l'organisent et le décrivent — lois du jeu, recherche de la performance, compétition, organisation et spectacle — se sont forgées dans et par l'évolution sociale et économique de notre société occidentale. La performance, progrès de l'individu, n'est possible que dans le cadre d'une lutte réglée où, contrairement au jeu guerrier, le but n'est pas de tuer mais de vaincre selon un code connu et accepté. Le mérite personnel, né de la volonté, l'efficacité et l'intelligence du jeu permettent d'accéder à la réussite c'est-à-dire au record et à la victoire.

2Devenu un moyen de gérer les rapports concurrentiels entre les hommes à l'image de ce qui se passe dans le monde de la production économique ou dans le monde politique de la relation entre les états, le sport s'est doté de moyens pour mesurer la progression d'un athlète, la quantité de valeur produite à l'occasion de l'effort, le résultat obtenu.

3Parallèlement, le sport moderne crée des modèles et des idoles : le champion comme emblème de la réussite et du progrès, de l'abnégation dans l'effort, et de l'accomplissement de la toute puissante volonté, véritable guide de l'action humaine. L'hyperspécialisation sportive, sa technicisation, ainsi que les différentes méthodes de sélection utilisées pour l'accession à la compétition, tendent à déposséder l'individu de son propre corps et supposent l'acceptation d'une morale de l'effort, du dépassement de soi dans la souffrance, du sens du devoir et du travail méthodique bien fait.

4Ainsi, le sport moderne condense les traits typiques de notre société, ses modes de fonctionnement et d'organisation. Ce faisant il fonctionne comme un mythe qui, loin de nier les choses, en parle, les met en valeur en forçant le trait, sélectionne et purifie et par la même innocente.

5Mais il serait faux de penser que cette société, que le sport représente, demeure figée. L'étude de la modernité est là pour nous rappeler qu'elle se transforme sous l'impulsion d'un jeu permanent de contradictions et de forces qui s'affrontent. Fidèle image de cette respiration sociale, le monde du sport connaît lui aussi ses affrontements, ses déviances dans l'apparition de nouvelles pratiques qui sont autant de formes nouvelles d'appropriation sociale créatrices de valeurs et de comportements différents.

6L'analyse des usages sportifs des Français d'aujourd'hui met en lumière l'importance du phénomène de la pratique sportive. Alors qu'un Français sur cinq adhère à un club c'est-à-dire accepte de se regrouper au sein de ce qu'on appelle communément "le mouvement sportif", trois Français sur quatre déclarent avoir une pratique sportive plus ou moins régulière et la plupart d'entre eux suivent, dans les médias, les émissions sportives. Le monde traditionnel du sport organisé devient, dès lors, incapable de gérer l'ensemble du fait sportif. Ce constat n'est pas une critique ni le procès d'une incapacité née d'une carence mais l'indice d'une transformation, c'est-à-dire d'un changement de terrain. Au-delà de la seule recherche de la performance, préoccupation naturelle du mouvement sportif, se crée en effet une nouvelle culture de l'activité du corps qui se préoccupe de la motricité par des valeurs différentes et fondées sur des formes nouvelles. Comprendre ce phénomène et en rendre compte suppose d'une part de décrire et d'analyser les nouvelles pratiques sportives, d'autre part d'expliquer les rapports d'affinités qui s'instaurent entre groupes sociaux et types de pratique afin d'expliquer en quoi ces derniers sont révélateurs de transformations sociales.

7C'est donc d'abord dans la nature même de l'activité, ses formes d'expression et de développement, qu'il convient de rechercher. Pour ce faire trois fils conducteurs ont été retenus pour guider la réflexion.

8Le premier est d'ordre technique et réside dans la recherche d'une autre pertinence du discours sur le sport, c'est-à-dire d'une confrontation des référents traditionnels du sport moderne — performance, compétition, organisation — avec l'analyse d'une pratique sportive nouvelle : le surf. L'enjeu et l'obstacle affronté étant différents, il s'agit dès lors d'étudier les modalités nouvelles de l'efficacité et de la réussite qui sont mises en acte.

9Le second est de nature anthropologique et s'appuie sur la recherche de la notion d'identité créée et véhiculée par cette pratique. Identité qui se construit, se gagne, par l'entremise de différents processus d'appropriation. L'individu est un être composite qui se forge dans le regard de l'autre où valeurs et repères sociaux s'organisent par identification ou démarcation, renforcement ou dévalorisation. Ce marquage social s'exprime dans des besoins nouveaux de l'individu auxquels les sports de glisse procurent des réponses et qui se nomment : valorisation du vécu corporel, recherche du bien-être et du plaisir, aspiration à la liberté et à l'émotion esthétique.

10Enfin, le troisième fil conducteur s'appuie sur le discours scientifique de l'astrophysique et part du constat du rapport tout particulier que le pratiquant, en surf entretient avec la nature. Son activité en effet suppose une utilisation de l'énergie produite par la mer. Mais dans ce sport l'énergie n'est ni transformée, ni consommée, mais gérée au mieux. D'où l'idée que la nature même de la pratique invite à, ou est révélatrice d'une nouvelle relation au monde.

11Activité physique probablement très ancienne, le surf n'a été découvert par l'Amérique et l'Europe que récemment et demeure un sport encore jeune. Sport également qui intrigue et fascine car à la fois il semble défier les lois de l'équilibre et en même temps il est l'occasion de l'affrontement direct avec un environnement inhabituel. Pratiqué initialement uniquement comme un jeu, il se développe aujourd'hui comme un loisir et un sport organisé.

12Mais quel que soit le mode de pratique, le surf est l'enchaînement de plusieurs phases rendues indispensables par la nature même de l'activité. L'attente et l'observation d'abord, primordiales dans tous les sports dits de pleine nature, qui permettent à la fois de se préparer, physiquement et mentalement, et d'analyser la situation. Le surfeur décide ensuite de s'élancer ; commence alors l'affrontement avec les vagues qui déferlent et qu'il conviendra de "passer" pour aller se positionner en avant, où la mer n'est qu'ondulations. De nouveau l'attente, phase à la fois de récupération et d'observation, précède la prise de la vague. Celle-ci suppose à la fois une bonne anticipation dans l'appréciation de la forme de la vague et de sa position, un effort physique important pour effectuer un bon placement et une prise de vague efficace. Vient enfin la phase active proprement dite, moment où le surfeur part dans le déferlement de la vague. Il connaît alors la joie de réussir, de glisser, tout en se libérant des tensions de l'attente. Utilisant à son profit l'énergie de la vague, il la transforme en expression du corps grâce à une adaptation permanente au milieu, née de la réponse apportée aux multiples informations enregistrées par les différentes organes sensitifs.

13Compte tenu de la multiplicité des paramètres à prendre en compte, l'activité en effet ne peut se réduire à une progression de type analytique mais suppose une approche globale, à la fois des éléments externes et de ses propres aptitudes. Ainsi que ce soit au cours de l'activité ou durant les phases d'apprentissage, le surfeur est essentiellement un être seul. D'où l'idée que cette pratique, au caractère décisionnel marqué, favorise le développement de l'identité en même temps que l'autonomie et la capacité de maîtrise de soi face aux risques qu'il convient d'évaluer et de surmonter.

14En surf le terrain d'exercice n'est ni prédéterminé, ni délimité mais sans cesse variable ; la mesure du temps n'intervient pas pour objectiver une performance ; enfin, les règles du jeu ne sont pas définies à l'avance, préalablement à l'engagement. Au contraire, l'objectif recherché est l'utilisation de la vague avec le maximum d'efficacité. Figures et déplacements ne sont pas des "imposés" codifiables, mais doivent être exécutés en harmonie avec la vague, c'est-à-dire adaptés à la forme du déferlement dans le but d'une prise de risques maximale avec la meilleure glisse sur l'élément en mouvement. Impossible à réduire à une somme de gestes ou d'événements successifs, le surf est l'occasion d'une fusion réussie avec la nature qui provoque la joie intense de la libération du corps et une émotion esthétique dans l'accomplissement du geste efficace et beau. C'est l'expression totale du corps qui, ici, est en acte, par la production d'un style : plaisir du jeu avec les éléments naturels, de l'invention d'une réponse adaptée à la marge d'action permise, c'est aussi la liberté de l'improvisation et l'aisance du mouvement libéré de toute contrainte grâce à une bonne maîtrise de son engin et des lois de l'équilibre.

15Gestuelle de maîtrise et de contrôle informationnel du corps, le surf, bravant l'incertitude permanente du milieu, est l'occasion de développer de nouvelles qualités du corps : l'élégance des formes, la beauté du geste efficace, l'exploitation méticuleuse de la motricité en relation avec une appréciation qualitative du mouvement de la vague dans laquelle on se meut. Véritable génie du corps, le style ainsi créé est l'occasion de dévoiler ou de renforcer des valeurs sociales, esthétiques et morales qui constituent autant de repères et de marques d'identification : joie de la domination des grands espaces et du dépassement de soi, plaisir de la réussite face à un élément étranger et de la valorisation de soi qui l'accompagne, émotion née de l'harmonie gagnée avec la nature et de la beauté du geste efficace effectué dans l'instant.

16S'appropriant la mer en conquérant l'énergie de la vague, le surfeur engage totalement son corps tout en faisant usage de la ruse dans ce jeu avec des forces supérieures dont l'objectif n'est pas tant la réalisation d'une performance que le dépassement de soi. Ce dépassement s'exprime par l'expression d'un style, né de la nature même de la pratique, et se prolonge dans un comportement, véritable art de vivre, produisant et véhiculant des valeurs.

17Ainsi l'analyse de cette activité permet de dégager une nouvelle pertinence du discours sur le sport. En surf la performance ne peut s'objectiver mais demeure relative à un individu, dans des circonstances données. Ne pouvant se mesurer, elle s'exprime au travers de la conscience personnelle de la réussite et d'une meilleure maîtrise de soi et des éléments.

18Plutôt que d'être l'instrument de la domination d'un obstacle et de la réussite d'une performance, le corps redécouvre, dans la recherche d'une harmonie avec la nature, ses capacités propres d'expression, d'imagination et de création. Dès lors la satisfaction d'un plaisir procuré dans une gestuelle esthétisante fortifie la conviction de la découverte d'un nouvel espace de liberté du corps.

19Le record s'établit ni contre l'autre, ni contre la nature, mais face à soi-même, dans le dépassement et l'accession à une plus grande maîtrise de soi-même. Ainsi le pratiquant forge son identité, renforce de nouvelles valeurs : autonomie, recherche du plaisir, goût du risque et de l'aventure, émotion née de la confrontation avec l'incertitude, joie intense que procure l'instant, art de la finesse et de la ruse... et développe par là même une manière différente d'être au monde.

20Il importe de noter en effet que l'essor des sports de pleine nature est contemporain de l'acquisition de la certitude que désormais la nature n'est pas inépuisable. La protéger est une nécessité. La prise de conscience sociale des désordres nés de la consommation énergétique fait émerger de nouveaux comportements guidés par le souci de la protection des équilibres naturels, d'où l'apparition de nouvelles pratiques non polluantes. Tout se passe dès lors comme si l'homme prenait conscience des dangers qu'il fait peser sur son environnement et qu'il décidait, pendant qu'il est encore temps, de préserver ce qui peut l'être, en cherchant à maintenir l'état d'équilibre précaire atteint, afin d'éviter, ou du moins de ralentir, l'évolution, sinon inéluctable, de l'univers vers la mort thermique. Ce faisant on se situe toujours dans une logique de l'opposition entre état de nature et état social où le mot d'ordre de la pratique humaine est de conduire, autant que faire se peut, des activités qui respectent l'équilibre de la nature, source indispensable de sa vie.

21La pensée scientifique de l'astrophysique contemporaine inaugure une nouvelle conception du monde et produit une véritable coupure épistémologique dans l'histoire de la connaissance de l'Univers. Par là même elle invite à un nouveau regard sur la nature et à de nouvelles pratiques. En effet, notre monde n'est ni fini, ni infini, c'est-à-dire dans les deux cas figé, mais en expansion c'est-à-dire que le champ des possibles est largement ouvert. L'histoire de l'Univers n'est pas une succession d'ordres et désordres conduisant inexorablement vers l'entropie, mais une succession d'ordres et d'ordres différents, créateurs de système toujours plus complexes. Le surf nous semble illustrer, dans le domaine des pratiques sportives, cette approche nouvelle du monde. Elément infinitésimal comparé à la mer et à sa puissance, le surfeur, dès qu'il prend possession de la vague, domine et organise le mouvement pour son propre compte : il crée un ordre plus complexe.

22Son action ne se développe ni "contre" ni simplement "dans" la nature, mais "avec" elle. On pourrait sans doute réécrire l'histoire du développement du sport au travers des relations qu'il entretient avec la nature : le sport moderne s'est développé "contre" la nature dans la mesure où il ne s'est jamais préoccupé des conséquences que son organisation fait peser sur l'environnement (très grande consommation d'espace, dégradation ou transformation de sites naturels, poursuite permanente d'améliorations techniques pour perfectionner les revêtements des terrains, les engins utilisés...). Puis avec la prise de conscience de la nécessité de la protection de la nature sont apparus des sports qualifiés de "plein air" ou de "sports de nature". La pratique sportive s'organise alors dans le souci de préserver les éléments naturels et de faire oublier au maximum la présence de l'homme. Pour jouir au maximum des plaisirs de son activité le pratiquant, en effet, doit s'effacer pour atteindre la fusion maximale "dans" l'élément nature.

23Après avoir gommé la nature, l'homme s'est gommé lui-même au moment où il a compris que sa survie dépendait d'un autre ordre qui le dépassait. Dans les deux cas on est toujours dans la logique de l'opposition entre action humaine et nature. Les sports de glisse, le surf en particulier, instaurent une logique nouvelle : celle du partenaire nature.

24Glisser, que ce soit dans l'air ou sur l'eau, consiste dans la faculté de s'adapter à un mouvement préexistant. Par le travail de la perception et la compréhension de la situation, le pratiquant recherche les solutions les mieux appropriées qui lui permettront d'être accepté par l'élément. Son action ne peut se concevoir que dans les contraintes imposées mais en même temps n'a de sens que parce qu'elle se propose en permanence, de composer avec les forces naturelles tout en se jouant d'elles afin de pouvoir les utiliser à son profit de manière détournée. Dès lors il s'agit d'un jeu "avec" la nature où le meilleur est celui qui sait imposer son mode d'organisation à l'autre.

25A la place de la fusion "dans" l'élément, nous accédons à un comportement différent qui est la recherche de la meilleure harmonie, vecteur des sports dits de "pleine" nature en ce sens que la nature n'est plus un décor qui favorise l'activité mais devient un partenaire. Et puisqu'elle est désormais acteur, il n'est plus question simplement de la protéger mais de la respecter à la fois comme un adversaire contre qui il convient de lutter, mais aussi comme un ami qui représente la condition indispensable de la pratique. Le mouvement ne se produit plus en consommant ou en détériorant de l'énergie mais en la gérant au mieux : plus que partenaire, la nature fonctionne alors comme un intercesseur qui aide l'homme, dans l'engagement total de son corps et de son être, à produire de nouvelles formes ainsi que des émotions.

26Une telle pratique se situe dans la logique d'un dialogue avec la nature. Rien d'étonnant qu'elle soit le support d'une personnalisation de l'élément et l'occasion de la production de nouveaux fantasmes. Il y a incontestablement dans cette pratique et son environnement, un regard sexualisé porté sur la mer. Femme qui séduit, vous emporte et se laisse prendre, elle mord, inquiète et en même temps attire au plus profond d'elle-même telle une mère, procurant ainsi le plus grand des plaisirs. Plaisir profondément masculin, il est peut-être l'explication du fait que le surf demeure, semble-t-il, une pratique plutôt masculine. Mais ce commerce avec la nature est ambivalent : source de vie, d'expression du corps, de valorisation de soi, il est en même temps l'occasion d'une relation intime avec la mort, affirmation de la volonté de gérer la plénitude de sa vie, jusqu'à et y compris son terme.

27Le surf produit, au-delà du simple exercice physique, un mode de vie — voire de pensée — : vie au plus près de la nature, avec elle, au rythme de sa respiration et de ses pulsions, source d'une nouvelle sagesse du corps (plaisir, équilibre, bien-être...). Mais ce retour à la nature est l'occasion d'une redécouverte du sujet par lui-même, de ses aptitudes et potentialités qu'il va tenter de forger. D'où l'idée que cette pratique qui s'exprime dans une gestion de l'énergie naturelle, conduit également l'individu vers la recherche d'une meilleure gestion de sa propre vie : de son temps, de ses règles de vie, de son environnement.

28Partant de l'hypothèse que des formes particulières de l'expérience corporelle interviennent dans la distribution sociale des pratiques sportives, qui, elles-mêmes illustrent la répartition des groupes sociaux et leurs aspirations, il importe alors d'analyser et de comprendre les différentes valeurs sociales véhiculées par ce nouveau mode de vie.

29S'instaurant dans le cadre d'un nouveau regard de l'homme porté sur l'univers, le surf inaugure par la même occasion un retour du sujet sur lui-même. Quel est le sens de cette découverte ? Comment s'exprime-t-elle, se forge-t-elle ? Mais aussi pour reprendre le fil conducteur de cette recherche — à savoir la relation duale entre sport et société —, en quoi cette nouvelle conception du sujet est-elle productrice de sens et utile à une compréhension sociale ? Et s'il est vrai que la diversité et l'organisation systémique des pratiques sportives révèlent une signification socioculturelle, l'analyse des pratiquants en surf, de leurs comportements, leurs valeurs individuelles et collectives, du regard qu'ils portent sur eux-mêmes devraient être révélateurs de transformations plus fondamentales qui se jouent dans notre société. S'ouvre alors devant nous un champ nouveau pour la recherche, qui, de l'analyse du sujet devrait conduire à l'élaboration d'une typologie spécifique à l'activité dont il conviendra ensuite de situer la place et la fonction dans une analyse sociale plus globale.

Auteur

Direction Jeunesse et Sports de la Réunion.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search