Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Troisième partie. Représentations et interprétation

Le surf et l'autre

Gibus de Soultrait

Texte intégral

1Un homme et sa planche, un surfeur et sa vague, le surf est à première vue l'exemple typique de cette propension à un individualisme teinté d'hédonisme qui marque la société moderne de cette fin de siècle. Mais si tourné sur soi que puisse être ce sport, on s'aperçoit vite à la lecture de son histoire comme à celle de ce qui le dynamise dans l'échange qu'il inaugure avec l'élément naturel, que le surf ne cesse de poser la question de l'autre, et que la réponse qu'il tente à ce problème essentiel, n'est pas, loin s'en faut, dépourvue de sens.

UNE FONCTION DANS LA VIE DE LA TRIBU

2Tout d'abord reprenons le fil de son histoire et de son évolution comme courant sportif et culturel. En ces temps anciens où la civilisation polynésienne rayonnait sur le Pacifique, vers 1778, date à laquelle le capitaine Cook fit son apparition aux îles Sandwich (Hawaï) et découvrit des indigènes chevauchant la crête des vagues sur des planches en bois, le He'Enalu avait une fonction relativement déterminante dans l'organisation de la vie de la tribu. Le défi d'affronter la houle, de glisser avec elle jusqu'au rivage permettait, sous la forme d'un duel maritime, d'accorder une reconnaissance, voire une légitimité, au vainqueur. Le He'Enalu apparaît alors, au-delà d'une confrontation ludique avec l'océan, comme un rouage dans l'organigramme de la société, et dans la relation à l'autre. Malheureusement cette pratique et la distinction qu'elle autorisait au sein du groupe, disparurent à mesure que les missionnaires, dans le siècle qui suivit, disséminèrent les Polynésiens et leur culture.

3Lorsque le surf naît des cendres du He'Enalu sur les vagues de Waïkiki, au début du siècle, il est avant tout un loisir, un jeu, sa dimension sociale s'étant effacée au même titre que de nombreuses autres pratiques polynésiennes. Malgré tout il représente, pour les Hawaïens qui se retrouvent autour de la mer, la pérennité, certes fragile, d'une culture de l'océan. Le principal ambassadeur du surf à travers le monde, Californie et Australie principalement, jusque dans les années quarante, est un Hawaïen de grande lignée, Duke Kahanamoku. Nageur hors pair, plusieurs fois champion olympique, le Duke devient très vite un personnage légendaire dans l'histoire du surf. Sa notoriété en compétition comme à Hollywood, ajoutée à ses exploits en surf par forte mer, facilitent la renommée quasi mythique du personnage. Mais si individuelle que soit l'histoire de Kahanamoku, elle est symbolique, et de ce fait porteuse, de tout le partage avec l'océan qu'est le surf

4En effet le surf aurait très bien pu se développer, dès son émergence à Waïkiki, comme un sport au même titre que beaucoup d'autres pratiques maritimes. Or accolé à l'image du Duke, le surf, tout en étant un nouveau sport, s'affiche très vite comme la possibilité d'un rapport privilégié à l'océan, reflétant moins un esprit de conquête face à la nature — comme a pu se développer l'alpinisme face à la montagne — qu'une entente avec l'élément. Cela n'empêche pas le surf de conduire le défi personnel très loin. Son histoire est parsemée d'individus plutôt fonceurs, comme les pionniers californiens des fameuses vagues du North Shore d'Oahu, Hawaï, surfeurs au tempérament volontaire. Mais même pour ces premiers conquérants des grosses vagues, le surf se révèle être très vite le jeu d'un échange, la perception d'une sensation chaque fois singulière, mais néanmoins partagée. De tels moments dans les vagues ont pour effet d'accentuer plus la fraternité d'un groupe que la rivalité sportive d'individus.

UN STYLE DE VIE QUI SOUDE

5Dépendant des vagues et donc des aléas de la météorologie, le surf engendre un mode de vie s'intégrant difficilement dans le cadre établi de la société, voire le rejetant. Dans les années cinquante, alors que l'American Way of Life s'impose comme l'idéologie dominante du monde occidental, apparaît aux Etats Unis une marginalité refusant le système et ses valeurs. L'évasion, le voyage, la liberté du temps tiennent lieu de vérité pour un certain nombre de gens. Leur vie se décale, portée par les écrits d'auteurs comme Kerouac, Ginsberg... En Californie, la cadence des vagues rythme de plus en plus les journées de jeunes, délaissant les plans de carrière au nom d'une vitalité spontanée née des heures passées à la plage et à l'eau. Beatniks, Beach Bums, le surf, tout en cheminant comme sport avec ses championnats et autres compétitions, s'attache inévitablement à l'utopie qui, peu à peu, berce toute une jeunesse dont la réaction se fera largement entendre dans les années soixante/soixante-dix.

6En effet la Californie devient, dans ces années-là, l'endroit phare de l'émergence d'une contre-culture, au sein de laquelle le surf au même titre que la musique, véhicule son message celui, quelque peu édulcoré aujourd'hui, d'un retour à une certaine virginité des choses. Le mythe de la vague sauvage et pure alimente les esprits vagabonds et fait partir plus d'un surfeur vers des contrées plus exotiques les unes que les autres. Le refus des contraintes, l'appétit d'expériences et de liberté, la relation quasi divine nouée avec l'océan, autant de thèmes communs à des surfeurs, qui, où qu'ils se trouvent, se reconnaissent dans leur style de vie, dans leur utopie. Un style de vie qui les soude dans leur résistance au système.

Les surfeurs français sont d'un bon niveau international, même s'il n'y a pas encore parmi eux de surfers professionnels. L'équipe de France a fini 6ème aux championnats du monde amateurs 94. Ici, Christophe Fagalde, une figure montante. (Photo T. Organoff)

7Ainsi jusqu'à la fin des années soixante-dix, le surf, sport encore marginal en nombre de pratiquants, se déploie comme un mode de vie inédit où l'excitation de l'existence est chaque fois modulée par la beauté et la précarité des éléments. Il s'ensuit une vie hasardeuse mais qui, dans le courant qui l'entraîne, s'avère être le jeu de fortes rencontres et ainsi le nœud d'une communauté assurée de partager quelque chose d'unique. Le surfeur ne se définit pas comme sportif, ou du moins il se sent plus qu'un sportif. Ce statut, à la fois élitiste et marginal, qu'il s'accorde au mépris de certaines conventions, l'amène à développer une fraternité naturelle avec ses pairs. Peu importe comment on les regarde, entre eux les surfeurs savent ce qu'ils vivent, ce qu'ils ressentent. Cela les tient ensemble.

UNE FORME D'ÉLITISME NATUREL

8La pratique du surf est, au début, difficile et ingrate. La mer fait largement payer son tribut au surfeur débutant. A la différence de beaucoup d'autres sports (ski, surf des neiges, windsurf...), la marge de progression est chaque fois très serrée, du fait de la durée éphémère (quelques secondes) de ce terrain de glisse qu'est la vague. Nul doute que le surfeur sacrifie à son sport beaucoup d'activités, ce qui, indirectement, le conduit à s'asseoir, non méchamment, sur le piédestal de sa passion. Par ailleurs, l'océan et toute la majesté dont il s'enrobe lors de belles conditions de vagues, font vivre aux surfeurs des instants privilégiés. De cette joie intense tirée subrepticement d'un élément indomptable, le surfeur nourrit le secret d'un échange avec la nature, d'une découverte de lui-même, qui à bien des égards peut l'amener à se sentir différent. Toutes ces données (singularité du style de vie, appartenance à une contre-culture, difficulté de la pratique, privilège d'un certain plaisir, sentiment de différence...) développent autour du surf une forme d'élitisme naturel et non social, ce sport ne pouvant être identifié à une quelconque classe de la société.

9Puis dans les années quatre-vingt, le surf connaît un réel essor. A mesure que l'esthétisme et la noblesse de son image se propagent dans la société, ses pratiquants se font de plus en plus nombreux. Dans la réalité, le surf perd, alors, un peu de l'atmosphére idyllique qui lui était propre. Le nombre croissant de surfeurs dans les vagues engendre des tensions et des tentatives d'appropriation de territoires. A la différence des années soixante-dix, où le surf, dans sa marginalité, était bercé par un esprit communautaire et facilitait les rencontres, les années quatre-vingt, mêlant une large reconnaissance du sport à un individualisme triomphant, renvoient plutôt les surfeurs dos à dos. (Cela est notable pendant la période estivale où la population surf sur les plages se renforce sensiblement). Et curieusement à un moment où le surf voit sa différence avec la société peu à peu s'effacer — le surf est devenu un sport à part entière — on voit apparaître un durcissement du comportement des surfeurs par rapport à leur endroit de pratique. Ainsi d'un élitisme doux, le surf vire vers un localisme dur où s'effectue la reterritorialisation d'une certaine différence. Un phénomène qu'il ne faut cependant pas considérer outre mesure, mais à travers lequel il est intéressant d'observer comment finalement la relation à l'autre se régule.

UNE RIVALITÉ MODULÉE PAR LA VAGUE

10Dans l'eau il y a ceux qui connaissent le spot, qui savent où et comment la vague va déferler, et il y a les autres. Ceux qui connaissent, ont appris à connaître, à découvrir l'univers mouvant de là où ils surfent habituellement. De ce fait, naissent en eux un sentiment d'appartenance, un lien naturel avec la vague de "leur spot". Et quiconque vient d'ailleurs la lécher et altérer cette complicité, est plus ou moins ressenti comme un perturbateur. Aussi pour peu que l'attitude de ce dernier soit présomptueuse, surgit inévitablement une tension. L'un cherchant à affirmer sa supériorité par sa primauté sur le spot, l'autre se défendant en arguant que l'océan est à tout le monde. Rien de très original dans cette scène, une histoire d'hommes, si ce n'est que souvent tout cela s'exprime en silence, avec des jeux de regards... et sur le tempo des vagues.

11En effet, même si l'on ne peut en faire une généralité, la rivalité, ici, se joue et se module sur un élément en mouvement, jamais acquis et donc toujours remis en jeu. Ainsi est la vague, reine et imprévisible. Dès lors, d'une certaine façon, c'est elle, par sa venue plus ou moins impromptue, qui distribue les rôles. C'est d'elle qu'on obtient la glisse. Aussi souvent, pour qui surfe, il est facile de remarquer qu'une attitude pliée aux mouvances de l'océan est plus fructueuse, en terme de vagues, qu'une focalisation exagérée sur le rival. L'appréhension de la vague, la perception de son déplacement, sa juste rencontre avant qu'elle ne s'abatte, passée une certaine technique, sont le jeu d'une entente très fine du surfeur avec tout le mouvement aléatoire qui fait l'environnement de son sport. Et compte tenu de la versatilité des conditions de mer, cette approche et cette prise de la vague sont chaque fois différentes, renvoyant de la sorte le surfeur à une humilité de rigueur.

12Aussi on s'aperçoit que, hormis quelques situations extrêmes de "spots" totalement bondés, cette prédominance de la vague sur l'individu-surfeur a pour effet de canaliser sa rivalité avec autrui. Comme si, projetée dans cette dimension inédite qu'est le mouvement, la relation à l'autre déjouait cette violence si souvent conséquente d'un restriction de l'espace et d'une compression du temps. Pourtant sur le "spot", le périmètre de démarrage de la vague est parfois très étroit, et que dire des quelques secondes de glisse laissées par le déferlement. Mais si ponctuelle et éphémère que soit la vague, sa fréquence, son déplacement emportent les notions habituelles d'espace et de temps qui caractérisent les individus par rapport aux autres. Dans les vagues, tout le monde est rendu au jeu circonstanciel du mouvement de l'océan. Il s'ensuit, pourrait-on dire, comme une perte d'identification spatiotemporelle — quel surfeur n'est pas à un moment ou à un autre déboussolé dans les vagues ? — mais à laquelle le surfeur répond par une prise de son déplacement avec le mouvement de la houle. Dès lors, démarquée par la prépondérance du mouvement, sa relation à l'autre se décharge de l'électricité générée par l'intensité de l'espace-temps, et glisse.

UN MONDE HAPPÉ PAR LE MOUVEMENT

13Bien sûr cette analyse ne répond pas toujours de ce qui se passe entre les surfeurs dans les vagues. Et même il est facile de rapporter cette situation aux schémas usuels des comportements individuels dans un cadre spatiotemporel donné. Cependant, si nous accentuons notre intérêt sur la singularité, ici, d'une dimension, non plus d'espace-temps, mais de mouvement qui régit les surfeurs entre eux, c'est parce que cela préfigure peut-être de ce que peut devenir la relation à l'autre dans un monde de plus en plus happé par le mouvement. Ce genre d'extrapolation n'est pas sans risque d'autant que l'inédit auquel nous confronte cette idée de mouvement (connotée vague !), rend les contours de notre propos difficiles. Néanmoins il n'est pas vain de ressentir ce à quoi la modernité de cette fin siècle nous renvoie, comme autant de vagues qu'il s'agit, les uns avec les autres, de surfer.

14La médiatisation instantanée de notre planète a mis fin à l'espace-temps de nos repères. Et notre sentiment d'appartenance, qui fait par ailleurs notre différence, voit son acuité s'étioler derrière un paysage occidental de plus en plus uniforme. Cependant celui-ci ne manque pas un instant de s'agiter, de déferler sous nos yeux comme le fruit d'incessantes dépressions atmosphériques. En effet les technologies de communication ont rendu notre environnement tel, que l'on peut tout à fait se risquer, dans le tourbillon de toutes les ondes traversant notre ciel et les averses quotidiennes d'images tombant sur nos écrans, à cheminer au devant d'une météorologie, une océanographie de notre devenir existentiel.

15De ce point de vue-là, la figure mineure qu'est le surf, par l'originalité et la pertinence des données (aléa, éphémérité, immédiateté, déferlement, échange...) de son contexte, mérite réflexion. Cela non pas tant pour en extraire une quelconque réponse à notre déboussolement par rapport à l'époque, mais plus pour en supputer timidement quelques lignes de conduites naturelles, révélées par le mouvement même de la vague et de ce qu'elle augure de notre relation à l'autre. A une époque où l'ubiquité de notre monde accentue par ailleurs la rage de certains à se préserver un territoire, il n'est pas forcément vain d'observer comment en un point donné, dénué de toute fixité spatio-temporelle, se formule entre des individus, une territorialisation par le mouvement. A bien des égards l'image que nous tirons, ici, de cette figure du surf demeure encore abstraite à notre esprit, mais la perception concrète que nous en ressentons, nous permet la dérive, la glisse de notre propos.

16En-deçà de cette préfiguration peut-être audacieuse, nous avons voulu, ici, montrer comment le surf, par son histoire, par sa constitution d'une résistance commune, par sa façon de moduler la bataille individuelle, développe une trame existentielle singulière derrière le sport qu'il est, et par là-même génère un terreau culturel riche en personnages et en substances... étant entendu que la richesse d'une culture tient essentiellement dans la relation à l'autre qu'elle inaugure et instaure.

Table des illustrations

Légende Les surfeurs français sont d'un bon niveau international, même s'il n'y a pas encore parmi eux de surfers professionnels. L'équipe de France a fini 6ème aux championnats du monde amateurs 94. Ici, Christophe Fagalde, une figure montante. (Photo T. Organoff)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16140/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search