Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Troisième partie. Représentations et interprétation

Les pratiques d'activités sportives de bord de mer, éléments d'un questionnaire

Jean-Pierre Augustin et Diana Florin

Texte intégral

  • 1 Ministère du Tourisme. La maîtrise de l'espace dans les zones littorales à forte pression touristi (...)
  • 2 DIENOT, J. et THEILLER, D. Les nouvelles pratiques sportives de la montagne : un champ nouveau pou (...)

1Le littoral français est de plus en plus fréquenté, les usagers qui s’y pressent correspondent à près de 40 % du tourisme national au début des années 901. Ce mouvement s'inscrit dans la valorisation d'un tourisme de nature qui comporte plusieurs formes de pratiques avec en particulier un tourisme plutôt contemplatif s'opposant à un tourisme plus actif2. Le premier est associé à des activités physiques et sportives de détente (promenades, randonnées, baignades...) alors que le second correspond à des activités spécialisées où les pratiquants s'investissent fortement (voile, planche à voile, surf...). Il sera question ici de la seconde forme qui, bien que numériquement moins importante que la première, est symboliquement plus caractéristique des tendances en cours et de leur interprétation.

  • 3 AUGUSTIN, J.-P. Pratiques de la mer et territoires urbains : de nouveaux espaces de loisirs sporti (...)

2Les résultats proposés s'inscrivent dans une recherche plus large sur les pratiques de la mer engagées au milieu des années quatre-vingt3. Elles sont fondées sur une enquête réalisée à partir d'un questionnaire lourd recueilli auprès de 116 pratiquants d'activités de bord de mer sur le littoral atlantique dont une forte majorité sur la Côte aquitaine. Les 55 questions posées devaient permettre de préciser leur profil, leurs modalités de pratiques et leurs représentations de la mer. L'objectif central est d'approfondir les nouvelles tendances des activités de bord de mer en cherchant à mesurer les évolutions en fonction d'hypothèses portant sur la diversification des activités, le rapport aux espaces naturels et l'imaginaire des pratiquants. La prise en compte de nouveaux usages comme leur interprétation ne peut se faire qu'en considérant les processus généraux à l'œuvre dans la société. Les activités physiques et sportives apparaissent alors comme des révélateurs ou des indicateurs de tendances pour analyser les changements des sociétés dans la durée. Considérées longtemps comme des thèmes d'étude périphériques, elles participent en réalité aux mutations du monde contemporain et à sa tranformation.

3La Côte aquitaine est un lieu privilégié pour une analyse des activités de bord de mer dans la mesure où elle présente la plus grande variété d'espaces de nature susceptibles d'accueillir les pratiques anciennes et d'être un support aux nouvelles. Lieu d'implantation de stations balnéaires dès le xixème siècle et de ports de plaisance réputés (Biarritz, Arcachon...), ce littoral possède une série de plans d'eau intérieurs favorables à la pratique de la voile sur dériveurs et surtout de la planche à voile. Enfin les deux cents kilomètres de plages atlantiques avec leur paysage dunaire et le perpétuel mouvement des vagues permettant la multiplication des jeux sportifs dérivés du surf sont uniques en France et en Europe. Cette situation nous a amenés à proposer près de 80 % des questionnaires à des pratiquants y réalisant leurs activités nautiques.

I - LES DONNÉES DE L'ENQUÊTE

4La population interrogée, composée de pratiquants de voile, de planches à voile et de surf, comporte une forte majorité d'hommes (77 %), avec une importante proportion de moins de vingt ans (42 %), expliquant alors que 47 % des enquêtés sont encore dans le système scolaire ou universitaire. Parmi ceux exerçant une activité professionnelle, on trouve par rapport aux moyennes nationales une sur-représentation de cadres, professions intellectuelles supérieures et professions intermédiaires avec le corollaire de l'importance des diplômes de niveau bac plus deux (36 % de l'échantillon). Notons enfin que la profession des parents ayant une situation de cadres, de professions supérieures ou d'indépendants est largement supérieure aux moyennes nationales.

  • 4 Parmi les recherches dans ce domaine, on peut consulter :
    - FALT, P. Les usages sociaux de la crois (...)

5Ces premières données apportent peu d'éléments nouveaux par rapport aux enquêtes déjà effectuées4, elles confirment les effets de distinction liés aux héritages et aux modèles sociaux pour les pratiques concernées tout en soulignant une légère ouverture de leur accessibilité sociale. Afin d'éviter l'effet de répétition et de dégager de nouvelles tendances, les questions posées sur les activités pratiquées, sur les lieux de pratiques et sur les représentations étaient variées et comportaient de nombreuses modalités de réponses. Le traitement des données, tri à plat et différents codages ont permis de progresser dans l'analyse et de mettre à jour trois tendances concernant la diversité des pratiques, la recherche d'espaces identitaires et la valorisation des images et des représentations les concernant.

II - LA SEGMENTATION DES PRATIQUES SPORTIVES DE BORD DE MER

6Le public questionné a été choisi en fonction des trois ensembles de pratiques nautiques situées autour de la voile, de la planche à voile et du surf. Chacun de ces ensembles est en constante évolution. Le plus ancien, celui concernant la pratique du voilier (croisière et dériveur) connaît des modalités variées, avec pour la région Aquitaine une sous-représentation de la croisière due aux conditions naturelles et au nombre limité des ports ouvrant sur le large, et une sur-représentation des activités de "petite voile" avec un fort attrait pour les dériveurs en solitaire et les catamarans. Ces engins sont présentés comme plus techniques, plus rapides et offrant davantage de plaisir aux barreurs toujours à la recherche de sensations nouvelles.

7L’ensemble autour de la planche à voile est également évoqué comme représentant de multiples formes de pratiques. L'accent est mis, en dehors des débutants qui sont généralement parmi les plus jeunes de l'échantillon, sur les formes complémentaires d'activités en fonction des conditions de temps et de la force du vent. Née d'un engouement que certains pensaient passager, la planche à voile s'est métamorphosée aujourd'hui en un sport complet et diversifié. Il n'y a plus une planche à voile mais des planches de loisir, de randonnée, de régate open, descendantes directes des premiers flotteurs inventés aux USA et de fun board.

8Ces engins, très différents les uns des autres, font accéder les pratiquants à des sensations et à des comportements spécifiques. Dans tous les cas, le matériel est présenté comme déterminant pour obtenir la meilleure adéquation des activités au milieu : planches sur-voilées par petit temps, accastillage précis pour le gros temps et importance de la modalité fun-board présentée comme la plus adaptée aux exploits sportifs en lac ou sur le littoral atlantique. Il s'agit de planches légères et de petite taille, équipées pour le saut et les figures techniques dans les vagues, qui exigent un haut niveau de maîtrise. La diversification des modalités sportives semble cependant avoir atteint un seuil et nombre d'adeptes de la planche à voile affirment rechercher aujourd'hui de nouvelles aventures dans le surf et ses dérivés.

9Le troisième ensemble, le plus récent, et connaissant apparemment le plus fort développement actuellement, est celui du surf et de ses dérivés. Pratiqué sur la Côte Aquitaine de l'estuaire de la Gironde à la frontière espagnole, il a démarré sous une forme classique à partir de planches importées des Etats-Unis. D'abord des planches longues, relativement stables, puis des planches de plus en plus petites et légères permettant une grande mobilité et des figures plus dynamiques. Longues, courtes, pour le slalom ou le tube, faites de mousse légère, les planches se diversifient à l'extrême. Il existe bien sûr des normes en fonction du poids des pratiquants et du niveau de compétence, mais la tendance est à la diversification.

10A côté de la planche de surf classique, de nouveaux engins sont apparus. Le bodyboard est une planche de petite taille sur laquelle s'allonge le pratiquant pour se lover dans la vague, aidé par des palmes qui lui permettent de la démarrer ou de venir en chercher une nouvelle lorsqu'il a terminé son périple. D'accès plus facile que le surf, le bodyboard favorise une initiation rapide à la portée de différentes classes d'âge et connaît une vogue étonnante qui s'accentue d'année en année. Le skim board consiste à lancer une planche très fine depuis la plage sur la vague s'étalant sur le rivage et à glisser le plus longtemps possible en position verticale. Le body surf se pratique sans engin, sinon des palmes et amène à utiliser son corps comme véhicule en profitant de l'énergie de la vague déferlante. Il faudrait encore citer le kneeboard ou le long board. Tout laisse à penser que la liste des manières de surfer ne fera que s'amplifier.

11La segmentation des activités amène une forte proportion de pratiquants à chercher de nouvelles variétés de sensations, mais trois caractéristiques apparaissent dans le dépouillement du questionnaire.

12La première est le désir d'une pratique libre en dehors d'une organisation contraignante. L'idée d'un perfectionnement avec un groupe de pairs, d'amis et de copains est souvent avancée. Ce désir formulé ne doit pas cacher que plus de la moitié des interviewés ont été initiés dans le cadre d'une association ou d'un centre de vacances (Point glisse, clubs, UCPA...), structures souples permettant un apprentissage technique rapide tout en favorisant la liberté et l'autonomie.

13La deuxième est liée à la volonté croissante de pratiquer des activités nautiques différentes. D'abord dans chacun des ensembles étudiés, ainsi les pratiquants de voile utilisent les dériveurs classiques (420, 470...) puis les dériveurs solitaires et les catamarans, les pratiquants de planche à voile passent d'un engin à l'autre. Ensuite le passage de la voile à la planche à voile puis au surf tend à devenir plus fréquent en fonction des progrès techniques et de l'âge des pratiquants. Tout paraît montrer que si des sociotypes existent et opposent par exemple la figure du spécialiste de voile à celle du surfeur, une frange non négligeable de pratiquants n'hésite pas à s'essayer dans des pratiques variées, témoignant alors d'un ensemble d'usages fluctuants, mouvants, et d'affinités changeantes.

14Le troisième fait référence à la recherche d'espaces de nature et à la volonté des pratiquants de se les approprier.

III - LA TERRITORIALISATION DES ESPACES DE NATURE

15L’espace des activités, l'espace des pratiques, les bords de mer, la plage, le littoral, le lac et ses abords sont toujours présentés comme un lieu rêvé, idéal, presque mythique. Rien de bien étonnant apparemment pour des pratiques qui ne peuvent se réaliser que dans un milieu naturel, hors des habitudes et des contraintes de la vie urbaine et professionnelle. Mais il y a dans ce désir d'espaces libres, de lieux délocalisés par rapport au quotidien, plus qu'une simple volonté de dépaysement. Il s'agit bien d'une volonté d'appropriation de lieux inédits qui apparaît dans la tendance à la fidélisation relative des espaces fréquentés. Nous disons relative dans le mesure où les enquêtés affirment aussi qu'ils aiment changer de lieux, ce qui n'est pas contradictoire dans la mesure où ils recherchent toujours des lieux naturels qu'ils fréquentent en petits groupes. Ces lieux identitaires sont fondés sur une nouvelle perception de l'espace s'opposant aux sports traditionnels, réglementés et codifiés dans des équipements précis. La démarche correspond ici à un rejet progressif des courses en circuit, des balisages contraignants, où les seuls impératifs sont ceux de la nature dans laquelle il convient de se fondre.

16Le passage de l'espace au territoire se réalise par l'appropriation des lieux. L'espace a besoin d'un qualificatif pour être précisé ; il n'est qu'un support possible de la vie et des activités. Le territoire est un espace qui a été produit par des réseaux, des flux, des circuits projetés par des groupes identitaires. Il a été progressivement investi, occupé, approprié. Sans aucun doute, à lire les réponses aux questions de l'enquête, la Côte atlantique est en voie de territorialisation. Le littoral était hier encore un espace naturel, il connaît aujourd'hui un fort marquage social qui est en réalité un marquage sportif. Plusieurs sites, quasi désertiques hier, sont devenus en vingt ans des territoires de voiles, de planches à voile ou de surf.

17La seconde caractéristique du territoire est qu'une fois investi et occupé, il génère des actions de défense des lieux appropriés. Là aussi, les réponses au questionnaire soulignent des tendances de résistances vis-à-vis de l'afflux des pratiquants et surtout des non-pratiquants qui viennent gêner les activités ou perturber l'environnement. On assiste à des rejets relatifs de groupes ou d'activités entre les pratiquants de voile et de planche à voile, entre les pratiquants de surf et de fun board, et de plus en plus entre les pratiquants de surf et de ses dérivés (bodyboard, long board, kneeboard, kayak surf et body surf...). Ces clivages dépassent les traditionnelles oppositions d'âges, de sexes ou de catégories socio professionnelles pour se centrer sur le niveau de pratique, l'ancienneté dans la pratique et dans le lieu.

18Pour les tenants des activités de bord de mer, l'espace est perçu comme un équipement naturel valorisé s'inscrivant dans un relatif refus de la vie urbaine de quartier qui structurait hier les sociabilités. Le rapport à la nature en est profondément transformé et l'on peut évoquer la libération des corps sur le bord des plages océanes. Le “naturisme", encore récemment contrôlé et limité à quelques lieux, a gagné rapidement l'ensemble des plages océanes et quelques plans d'eau intérieurs. Cet abandon des habits de la ville pour une communion avec la nature est symbolique de nouveaux processus fusionnels. Ces thèmes s'inscrivent et sont portés par des systèmes de représentation que les mass média utilisent comme support publicitaire pour vendre des lieux ou des produits.

IV - LA SURVALORISATION DES REPRÉSENTATIONS

19Plusieurs questions posées aux pratiquants visaient à identifier les représentations des espaces de pleine nature qui servent de support aux activités et dont les éléments (le vent, la vague...) sont les moteurs des déplacements.

20Les images associées aux pratiques sont d'abord liées à l'espace maritime avec ses caractéristiques de force, d'intensité et de beauté ainsi que le montrent quelques réponses aux questions ouvertes sur ce thème du questionnaire :

"La mer est une frontière entre deux mondes : sensation d'avoir le monde dans son dos et devant soi toutes les mers, comme un début de galaxie qui irait se perdre loin dans l'univers, sensation d'une énorme énergie d'eau et de vent qui indique le provisoire ; la fin des continents du monde, de l'Europe et à la fois le lieu des débuts : une frontière, immense réservoir spirituel qui influe sur ceux qui vivent à son contact" (questionnaire 24).
"Une immensité que l'être humain ne peut dominer, à la même échelle que le feu, bien que les mouvements de celle-ci soient répétés, on ne se lasse pas de la regarder car il y a toujours un oiseau qui passe, un bateau qui la traverse, une vague qui roule ou se brise contre un rocher, elle est continuellement active. Lors de ma première glisse, j'ai ressenti une impression de domination par opposition à la natation où je me sentais impuissante et minuscule. Elle est également le danger, et souligne l'impuissance devant sa force et son immensité" (questionnaire 25).

21Ensuite les thèmes de liberté et d'évasion, de plaisir et d'émotion se succèdent en valeur décroissante, suivis par toute une série de thèmes secondaires. Le thème de la liberté et de l'évasion qui est parfois lié à celui de risques apparaît en opposition à la ville perçue comme limitant la liberté par son organisation contraignante et ses modes de consommation de masse. Les valeurs de plaisir et d'émotion sont souvent liées à la nature :

"Le rapport est très fort avec les éléments : mer, vent, soleil, odeur, sensation de liberté, de force, de vie, beaucoup d'émotion, les grands espaces, quelque chose de sauvage" (questionnaire 17).
"La mer est une source inépuisable de plaisirs et de liberté, elle permet à elle seule la pratique de sports géniaux où les sensations de glisse et de liberté sont les plus intenses ; sa richesse est sans pareil et nul ne pourra jamais découvrir tout ce qu'elle possède de nécessaire à la vie elle-même. Elle ne peut être ignorée, c'est d'ailleurs pourquoi j'ai décidé d’y consacrer mon métier, océanographie, du moins je l'espère" (questionnaire 72).

22Enfin ceux de la santé et du bien-être font souvent référence à l'équilibre mental et physique, à un sentiment d'harmonie avec les éléments qui est présenté comme une nécessité durant les temps libres pour affronter le reste des temps sociaux et notamment les temps contraints par les activités professionnelles.

23Une sorte de synthèse des thèmes retenus en priorité par les pratiquants est donnée par le questionnaire 26 :

"La mer représente l'espace, la liberté, la vie sportive et saine qui permet de se mesurer aux éléments naturels, découverte possible chaque jour dans un cadre toujours différent."

24Il est aisé de mesurer l'écart entre les pratiques rêvées et les pratiques réelles. Pour chacun des thèmes identifiés, un hiatus existe entre l'image véhiculée et la réalité. L'immensité de l'espace maritime et le thème de liberté et d'évasion doivent être pondérés par le rappel des difficultés d'accès et les effets de surpopulation des grands sites littoraux. La surfréquentation, le partage et le balisage de l'espace réglementé pour des raisons de sécurité et de rentabilité, comme le relatif contrôle des pratiques par les instances sportives et les collectivités locales sont de sérieuses limites aux représentations énoncées par les pratiquants. Mais l'imaginaire fonctionne et les tendances repérées sont loin d'avoir atteint leur terme.

Notes

1 Ministère du Tourisme. La maîtrise de l'espace dans les zones littorales à forte pression touristique in Tourisme et Environnement. Paris : La Documentation française, 1992, 270 p.

2 DIENOT, J. et THEILLER, D. Les nouvelles pratiques sportives de la montagne : un champ nouveau pour le tourisme de pleine nature in Tourisme et Environnement, op. cit., 1992, p. 38 à 47.

3 AUGUSTIN, J.-P. Pratiques de la mer et territoires urbains : de nouveaux espaces de loisirs sportifs pour l'agglomération bordelaise. Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 4, 1986, p. 589 à 609.

4 Parmi les recherches dans ce domaine, on peut consulter :
- FALT, P. Les usages sociaux de la croisière. Mémoire INSEP. 1980.
- LACROIX, G. Les activités de pleine nature et le thème de la glisse. Thèse de 3ème cycle. Université Paris Vil. 1984.
- LEFRAIS, A. Essai sur l'évolution sociologique des pratiques nautiques. Cahiers de l'ENV, 63, déc. 1982.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search