Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Troisième partie. Représentations et interprétation

La Côte Aquitaine et les jeunes Bordelais

Sylvie Guizerix

Texte intégral

1La Côte Aquitaine, à une époque où la mobilité spatiale et le temps de loisir se sont accrus, où la nature attire les citadins, représente un territoire d'expansion pour les Bordelais, un territoire où s'expriment de nouvelles sensibilités.

2En effet, à l'image de la côte du xixe siècle, lieu de promenades mondaines sur les plages de stations balnéaires comme Arcachon ou Biarritz où « la mer n'est surtout qu'un décor, les baignades rares », s'oppose l'image actuelle de la côte comme espace de liberté, du libre corps, du libre mouvement. Si, pendant longtemps, les impressionnants rouleaux effrayaient les baigneurs — ne surnommait-on pas la grande plage de Biarritz, où se baignaient les nageurs intrépides, "La Plage des Fous" — aujourd'hui, les dépliants touristiques incitent à la fréquentation de l'océan : « au bord du sable fin vous pouvez vous dorer le long des dunes, plonger dans l'eau fraîche et laisser votre corps glisser sur les vagues océanes : surf, fun board, body board, le choix vous est offert » (dépliant touristique sur Lacanau).

3En tant que chercheur, nous nous sommes alors penché sur les nouvelles relations nouées avec la Côte, sur les nouvelles significations de cette côte et nous avons choisi d'examiner quelles pratiques spatiales de ce territoire ont des collégiens bordelais et quelle place elle occupe dans leur esprit. En effet, enseignant la géographie dans un collège, il nous semble intéressant de faire réfléchir les élèves sur leurs espaces de vie, quartier, ville, région, mais aussi, sur les espace inconnus... Leur faire prendre conscience de leur rapport aux lieux, de leur intérêt ou désintérêt pour des lieux, de la place des lieux dans leur imaginaire, c'est partir d'eux, et cela permet de créer une dynamique dans notre pédagogie de la géographie.

4Nous sommes bien conscient, toutefois, du fait que les pratiques spatiales des jeunes ne sont pas celles d'individus autonomes et reflètent, pour l'essentiel, celles d'un milieu familial ; mais, des questions portant sur leurs rêves permettront de prendre en considération des désirs plus personnels, des désirs d'adolescents.

5Nous avons donc mené une enquête auprès d'élèves du Collège Aliénor d'Aquitaine, situé dans le quartier de la Gare, à Bordeaux. Les élèves, en très grande majorité, vivent dans ce quartier. 95 élèves ont été interrogés : 28 élèves de la classe de sixième (soit 29 %), 42 de cinquième (44 %) et 25 de quatrième (26 %). 52 % ont moins de 13 ans et 15 % plus de 15 ans. Ces classes avaient un pourcentage assez élevé d'élèves ayant un an "de retard" sauf une classe de cinquième. Si 69 % des élèves sont nés à Bordeaux et seulement 7 % à l'étranger, l'on compte un pourcentage plus élevé de naissances à l'étranger chez leurs parents. En effet, 18 % des pères et 19 % des mères sont d'origine étrangère et, pour une grande majorité, originaires de la péninsule ibérique, les autres venant d'Afrique du Nord et d'Afrique noire.

6Ces jeunes sont issus d'un milieu social modeste puisque les catégories sociales d'employés et d'ouvriers dominent nettement, et, avec celle des cadres intermédiaires, représentent 52 % pour les hommes et 62 % pour les femmes.

7Mais comment faire parler ces jeunes collégiens pour obtenir des réponses qui ne soient pas uniquement scolaires, livresques mais témoignent de leur pratique réelle, de leur perception personnelle ? Nous avons choisi une méthode basée sur la géographie de la représentation, reprenant ainsi les techniques utilisées par les Anglo-Saxons, (Kevin Lynch) complétées et remaniées dans une optique plus géographique et déjà testées par Françoise Péron sur divers groupes de population : petites sociétés insulaires, jeunes beurs de la région parisienne, étudiants de la ville de Caen.

8Dans un premier temps, nous avons dit aux élèves de penser à la Côte Aquitaine et d'en dessiner la carte, en y indiquant les lieux et tout ce qui la caractérise, comme cela leur venait à l'esprit. Nous leur avons aussi demandé d'écrire une phrase, ou des mots, qui traduisent ce que cette côte leur évoque. Dans un deuxième temps, nous leur avons distribué un questionnaire. Des questions invitaient chaque élève à dégager sa propre topophilie des lieux : lieux fréquentés préférés et lieux rêvés avec explicitation en quelques mots du motif du choix, d'autres nous fournissaient des précisions sur le rythme de fréquentation et les conditions d'hébergement ; enfin, un dernier groupe de questions avait pour objectif de permettre l'identification de l'élève par rapport à son origine géographique, sa scolarité, son milieu social, ses espaces de vie et ses pratiques sportives. Ces cartes mentales et ces questionnaires étaient anonymes, afin de permettre aux élèves de s'exprimer le plus librement possible.

9Notre approche de la côte s'est donc faite à travers la lecture de ces cartes complétées par les informations données par les réponses au questionnaire.

  • * Le tri des données et le traitement informatique ont été réalisés avec le concours de Diana Florin

10Avant de commenter brièvement les résultats obtenus, disons que nous avons tout à fait conscience qu'il faudra relativiser le sens de cet espace littoral qui se dégage du tri des données* ; il ne concerne qu'un groupe social, à une époque précise, en un lieu précis. Et, pour rendre plus pertinentes ces dimensions subjectives des faits spatiaux, il faudrait engager un effectif plus important d'élèves, issus de différents quartiers de Bordeaux, et, aussi bien de collèges que de lycées, ce qui rendrait possible un traitement statistique plus élaboré des informations recueillies.

11Cependant, telles qu'elles sont, ces réponses présentent un intérêt à condition d'en respecter la nature et de ne pas les prendre au premier degré (même au niveau des réponses relatives aux lieux fréquentés, il ne s'agit pas d'une simple description). Ce sont avant tout des réponses subjectives qui se complètent et s'éclairent les unes les autres, et qui vont nous permettre de dégager le sens, la signification, la tonalité de cette côte pour les jeunes Bordelais, en relation avec leurs pratiques.

12Au fond, les données recueillies et la façon dont nous avons voulu qu'elles soient triées vont apporter une première réponse à la question globale : qu'est-ce que le littoral pour ces jeunes adolescents vivant à Bordeaux, dans le quartier de la Gare ? Que représente-t-il pour eux ? Comment, dans leur esprit, cet espace côtier est-il structuré, quelles en sont les points forts, quelles en sont les limites (linéaires : nord/sud, mais aussi en surface : la mer/l'intérieur) et, globalement, quelle fonction cet espace joue-t-il pour eux ?

13Ici, c'est un cadre général que nous allons tracer. C'est la première étape d'une approche qui pourra, de cette manière, et à partir de ces premières bases, être affinée par d'autres enquêtes sur le rôle de la culture, des origines familiales...

1 - LA CÔTE AQUITAINE : UN ESPACE CONCRET À GÉOMÉTRIE VARIABLE

14Les cartes mentales, qui ne sont pas des cartes cognitives mais des cartes spontanées, subjectives, fournissent toutefois des informations sur les capacités des individus à structurer l'espace. Elles montrent une côte, d'une graphie simple, il est vrai, assez bien maîtrisée par 76 % des élèves et des noms de lieux assez bien localisés. Toutefois, 11 %, parmi les plus jeunes, font une carte déformée, la mer étant un espace clos, ressemblant à un grand lac. Quant aux autres élèves (13 %, toujours parmi les moins âgés) ils ne dessinent pas une carte mais un paysage mental, représentant ainsi un lieu et non un espace, un lieu où, que ce soit sur le sable ou sur l'océan, sont mises en scène les activités pratiquées sur la côte. Ajoutons que deux jeunes ont réduit leur paysage mental à une déferlante avec un surfeur.

15Rappelons que les élèves de sixième et de cinquième n'ont pas eu de cours sur la région Aquitaine à l'époque où nous avons fait réaliser les cartes, et que les élèves de troisième l'ont peut-être cartographiée en cinquième, mais ne l'étudieront qu'en fin d'année.

16La côte apparaît donc comme un espace connu, tous les élèves à l'exception de trois, ont dit qu'ils fréquentaient au moins un lieu sur la côte, la moyenne étant de 2,2 lieux par élève. Sur les cartes, le nombre moyen de lieux portés est supérieur à 3 (3,l) sans compter Bordeaux qui est mentionné sur la majorité d'entre elles, laissant ainsi penser que la côte est toujours un espace lié à Bordeaux, à qui elle doit son sens. Précisons que le nombre moyen d'indications de lieux côtiers inscrites sur les cartes varie selon l'âge des adolescents : il est de 2,6 pour les plus jeunes et de 4,3 pour les élèves de troisième. Ce nombre plus élevé est la marque d'une meilleure connaissance de leur région mais aussi d'une plus grande fréquentation : 3,2 lieux pour l,8 lieu, chez les plus jeunes. En effet, s'ils se rendent sur la côte, le plus fréquemment en famille, ils déclarent qu'ils y vont aussi entre amis (l 0 % ont plus de 15 ans).

Tableau 1 - La Côte Aquitaine : échelle de représentation

La côte

Vision girondine et landaise (Côte d’Argent)

Vision globale (Côte d’Argent + Côte Bosque)

Carte mentale : 87 % dont

45 % dont :

42 % dont :

- Carte bande littorales 45 %
(ou triptyque : océan, estran, forêt)

22 %

23 %

- Carte trait de côte 42 %
(ou diptyque : océan, estran)

23 %

19 %

Paysage mental : 13 %
(vision essentiellement diptyque)

17Quant aux limites assignées à cette côte, elles sont variables. Pour 42 % des adolescents la côte est un diptyque, océan-estran tandis que 45 % considèrent l'espace littoral comme un triptyque océan-estran-forêt (fig. 9). Les lacs n'apparaissent que dans 1 7 % des cartes mais la localisation de Biscarrosse, un peu à l'intérieur, peut évoquer le lac.

18Côte diptyque et côte tryptique sont envisagées à des échelles différentes. Pour 43 % des élèves la Côte Aquitaine se réduit à la Côte d'Argent, avec pour 10 % d'entre eux une extension au nord de l'estuaire de la Gironde, jusqu'à Royan et la Rochelle. Mais un groupe, aussi important que les premiers (42 %), représente le littoral aquitain dans son ensemble, y compris la Côte Basque.

19Pour les plus jeunes, les limites de la côte dépendent d'abord de leur vécu : pratiquement seuls les élèves se rendant sur la Côte Basque la représentent. A l'inverse, 60 % des élèves de troisième font correspondre la limite sud de la côte avec la limite administrative de la région Aquitaine, en cartographiant les Pyrénées ou la frontière, indépendamment d'une fréquentation de la Côte Basque.

2 - LA COTE AQUITAINE : UNE FRÉQUENTATION ET UNE REPRÉSENTATION DOMINEES PAR QUELQUES HAUTS LIEUX

20Le tableau 2, établi à partir de la mise en relation des réponses au questionnaire et des cartes mentales, met en évidence quatre hauts lieux sur la Côte Aquitaine : Arcachon, Lacanau, Biscarrosse et Biarritz.

21Le nom d'Arcachon est inscrit sur 75 % des cartes mentales et les noms des autres villes du Bassin sont le Cap Ferret, Gujan-Mestras, la Hume, Andernos, Le Pyla, mais jamais citées plus de 2 ou 3 fois chacune.

22Quant à l'échancrure du Bassin d'Arcachon, dessinée sur 64 % des cartes, elle rompt la ligne rectiligne du rivage et, sur des cartes limitées à la Côte d'Argent, le Bassin est nettement surdimensionné (fig. 1), jusqu'à occuper parfois presque tout l'espace. Dans ce cas, c'est une véritable cartographie du Bassin qui est faite avec mention des parcs à huîtres, du Banc d'Arguin, du port... Le grossissement de cette baie est le fait d'élèves se rendant souvent sur le Bassin (week-end et vacances) parce que leur famille y possède une maison, et d'élèves jeunes. En effet, pour les élèves plus âgés, qui ont mieux intégré la notion d'échelle, le tracé de la côte se rapproche davantage de celui d'une carte objective.

Figure 1 : Carte mentale diptyque : Lacanau, station du surf (élève de 6e)

Figure 1 : Carte mentale diptyque : Lacanau, station du surf (élève de 6e)

23Le Bassin d'Arcachon, lieu donc le plus cartographié, est élu par 37 % des adolescents comme premier lieu préféré parmi les lieux qu'ils fréquentent sur la côte. Il s'agit d'une fréquentation le week-end pour 60 % d'entre eux (25 % une seule journée et 35 %, tout le week-end) et pour 50 % pendant les vacances d'été. La somme des pourcentages est supérieure au total observé du fait des réponses multiples ; en effet, certains jeunes y vont et le week-end et l'été, essentiellement ceux qui y possédent une maison familiale ou une résidence secondaire, soit 62 % d'entre eux. Les autres passent leurs vacances sur le "Bassin" soit en camping (19 %), soit dans une location (8 %), soit dans une colonie (8 %).

Tableau 2 - Une fréquentation et une représentation dominées par quelques hauts lieux

Tableau 2 - Une fréquentation et une représentation dominées par quelques hauts lieux

24"Aller sur le Bassin" c'est bien sûr pouvoir se baigner, nager ou "aller à la plage” pour 60 % d'entre eux, mais 8 % déclarent aussi faire de la voile, sport de prédilection du Bassin, tandis que 4 % pêchent, 4 % aiment aller grimper la dune du Pyla, et quelques autres faire du vélo. Sur le Bassin on va aussi voir de la famille (8 % des élèves) ou, tout simplement, se promener dans la ville ou sur la plage (12 %). A côté de ces pratiques, somme toute assez traditionnelles, apparaissent les pratiques nouvelles : planche à voile sur le Bassin, surf et bodyboard au Pyla, Petit Nice ou Cap Ferret, c'est-à-dire sur les plages océanes, elles sont mentionnées par 8 % des adolescents se rendant sur le "Bassin".

25Pour nos jeunes Bordelais ces sports de glisse sont tout particulièrement associés au site de Lacanau, second haut lieu du littoral (fig. 2). Il est en effet nommé par 17 % des adolescents comme un des lieux qu'ils préfèrent sur le littoral et où 60 % de ceux qui le fréquentent disent pratiquer le surf ou le bodyboard. Bien sûr la baignade est toujours la pratique numéro un, même si l'océan est plus dangereux que le Bassin, grâce à l'existence d'une plage surveillée : des dessins portent l'emplacement du poste des MNS ou des drapeaux entre lesquels ont peut se baigner. L'autre activité relevée est le volley-ball (12 %).

26Ils se rendent à Lacanau davantage pour la journée (50 %) et le weekend (31 %) qu'à Arcachon. Toutefois, 50 % déclarent y passer leurs vacances l'été, plus de la moitié en camping, les autres dans une maison de famille.

27Biscarrosse, troisième pôle d'attraction, mais dans des proportions moindres, est surtout un lieu de baignade mais ils ne précisent pas s'ils se baignent dans le lac ou dans l'océan. Ce site, plus éloigné de Bordeaux, est surtout fréquenté l'été, en camping, ou dans une maison familiale.

28Quant à Biarritz, 7 % des élèves apprécient ses plages le week-end et en été et, près de la moitié d'entre eux notent s'y adonner au surf ou au bodyboard.

29Enfin, une remarque doit être faite : 7 % des jeunes ne nomment pas une localité mais disent aimer "aller à la Plage" ou "aller à l'Océan", la journée le plus souvent. Peut-être alors s'agit-il de plages comme celles du Porge, peu nommées mais de plus en plus fréquentées.

30Ajoutons à ces constats que ces hauts lieux sont aussi les lieux rêvés, d'une part parce que, pour 50 % des jeunes, les lieux rêvés sont les lieux qu'ils aiment fréquenter et d'autre part, pour les autres, le rêve s'accroche à ces pôles pour ce qu'ils symbolisent.

31Ces quatre hauts lieux sont donc les hauts lieux de la côte parce qu'ils sont suffisamment porteurs de sens. Arcachon comme Biarritz sont de vieilles stations balnéaires, jadis fréquentées par une clientèle aisée mais qui attirent une population moins fortunée et qui bénéficient de l'engouement pour les sports nautiques, les sports de glisse. Toutefois, la proximité d'Arcachon en fait la station de prédilection pour les Bordelais, en y associant les stations du "Bassin" et la dune du Pyla. Quant à Lacanau et Biscarosse, développées plus récemment, elles offrent à leur clientèle, et les eaux calmes des lacs, et les puissantes vagues de l'océan, et sont ainsi associées à la vogue de la planche à voile et du surf. Là aussi, la distance à Bordeaux joue, favorisant Lacanau, pour une fréquentation en fin de semaine.

Figure 2 : Carte mentale triptyque : Bassin d'Arcachon surdimensionné (élève de 5e)

Figure 2 : Carte mentale triptyque : Bassin d'Arcachon surdimensionné (élève de 5e)

32Ces choix topophiliques (fig. 3) permettent de dresser une sorte de carte du tendre du littoral que les cartes réalisées par les adolescents confirment puisque Arcachon, rappelons-le, est indiquée sur 92 % des cartes, Lacanau sur 31 %, Biscarosse sur 22 %, Biarritz sur 20 %. Mais les cartes mentales nous livrent plus que des noms de lieux, elles sont des synthèses toutes faites : elles restituent aux lieux et aux espaces leur dimension symbolique et culturelle, que certaines réponses au questionnaire nous ont permis de "pressentir".

3 - LA CÔTE AQUITAINE : QUATRE TYPES D'IMAGES MENTALES

33De l'observation des cartes mentales, de leur graphisme, de l'emploi ou non de la couleur, de l'indication ou non de certains lieux, de la présence ou non de remarques personnelles, de signes et de leur agencement, se dégagent des modes de relation avec cet espace. C'est ce critère de mode de relation à l'espace littoral qui a été utilisé pour l'établissement d'une typologie des représentations de la côte pour les jeunes.

34Après avoir examiné les cartes sous cet angle de lecture nous avons utilisé les réponses au questionnaire pour mieux cerner les comportements des adolescents vis-à-vis de la côte et les valeurs qu'ils lui attribuent.

La côte : espace de nature pour 75 % des adolescents

35Cette image de la côte est suggérée par la chromatique de l'espace côtier (fig. 4), bleu de l'océan, jaune du sable, sur presque toutes les cartes et, un peu moins fréquemment, vert de la forêt. La nature est toutefois aussi présente sur les cartes en noir et blanc par le graphisme des arbres, des vagues ou le nom de l'Océan atlantique. Mais s'agit-il d'une image d'un espace vécu, n'est-ce pas plutôt la Côte aquitaine des cartes de géographie, où dominent aussi le bleu de l'océan, le jaune de la dune et le vert des pins. Nous ne le pensons pas car s'il s'agissait de la restitution de connaissances scolaires, à la mention de Bordeaux ne serait pas accolé un grand immeuble et à celle d'Arcachon des maisons individuelles ou des restaurants. Ajoutons que les paysages mentaux mettent bien en évidence cette primauté de la nature dans leur vision de la côte car jamais ne sont dessinés les bâtiments des stations.

36Cette valorisation de la bande littorale comme espace de nature ressort également très nettement des mots légendant les cartes : « mer, sable, soleil », « soleil, sable doux, vagues, forêts », « océan, vagues, sable chaud », « vagues, flots, dune, landes, chaleur »....Lorsqu'ils pensent à cet espace, 69 % des élèves l'associent donc à des éléments naturels : l'eau, le sable, la forêt, le soleil.

37Dans cette nature le soleil brille souvent, surtout sur les cartes des plus jeunes, plus libres dans leurs dessins, et rappelle que cet espace est surtout fréquenté l'été, par de belles journées qui mettent de plus en plus de monde sur les routes en direction de la mer : 46 % des élèves déclarent s'y rendre le week-end, soit pour deux jours, soit pour une journée. Et pourtant, un seul élève a mentionné sur sa carte, "beaucoup de gens sur la plage" et quelques uns ont dessiné un lieu avec une forte présence humaine, tant sur le sable que dans l'eau. En effet, dans l'imaginaire des jeunes Bordelais la côte est un "espace vierge", ils évacuent la présence humaine, la foule ; lorsqu'un personnage apparaît c'est en tant que symbole d'une activité de loisir et, pour les plus jeunes, c'est en général eux-mêmes qu'ils mettent en scène.

Figure 3 : Carte du tendre (élève de 3°)

Figure 3 : Carte du tendre (élève de 3°)

Figure 4 : Carte mentale triptyque : la côte espace de nature et de surf (élève de 3e)

Figure 4 : Carte mentale triptyque : la côte espace de nature et de surf (élève de 3e)

38Cette vision du littoral-espace de nature, qui va à l'encontre de la réalité puisque l'été les plages sont bondées, est renforcée par l'image idéalisée de la côte véhiculée par les médias et les dépliants publicitaires. En effet, les stations littorales mettent l'accent sur l'image d'un "tourisme écologique" : Lacanau vante "sa nature indomptée et secrète", Le Porge écrit "Nature, sport, santé", Hourtin "vacances grandeur nature"... et le Service de l'Environnement du Conseil Général de la Gironde édite un dépliant sur la Côte intitulé "la Gironde : Côte Nature" et parle de "capital nature".

39Il est vrai que celui qui s'éloigne quelque peu de la station balnéaire et qui, tournant le dos aux parkings, s’avance à travers les pins vers le cordon dunaire et le grimpe, n'a plus devant lui qu'un grand espace bleu : l'océan. Ce n'est qu'en redescendant la dune qu'il découvrira la foule sur la plage. Et lorsqu'il quittera la plage, parvenu au sommet de la dune, devant lui alors et jusqu'à l'horizon s'étalera le vert de la forêt de pins, celui des cartes triptyques. L'existence de cette forêt ourlant une côte peu construite favorise cette image de la côte comme espace de nature, espace "écologique".

40Toutefois peu de certes mentales ne montrent qu'un espace de nature et certaines, (28 %), y adjoignent des indications, plus ou moins nombreuses, allant du port de pêche au camp militaire, en passant par un château du Médoc... ce sont les "cartes-catalogue".

La côte-catalogue

41Ce terme s'applique aux cartes qui semblent vouloir faire l'inventaire des richesses et des possibilités offertes par la mer, le littoral et l'arrière-pays (fig. 5).

42Sur ces cartes sont dessinés des bateaux légendés "activités maritimes", des poissons légendés "pêche", des huîtres dans le Bassin d'Arcachon, des signes évoquant le tourisme, une grappe de raisin ou une bouteille de vin accolée à la localité de Bordeaux ou même, voguant sur l'océan...

43Ces cartes portent l'empreinte d'autres stéréotypes sur l'espace aquitain que ceux de la catégorie précédente. Ils peuvent être liés à des dépliants publicitaires mais, cette fois-ci, sur l'ensemble de la région, ou bien ils peuvent témoigner de la volonté de l'élève de faire une carte qui soit le plus proche possible d'une carte de géographie de manuel scolaire, c'est-à-dire, dans son esprit, abondamment légendée. Ces cartes restituent donc des images reçues de l'extérieur plus que des images liées à un vécu. Toutefois il est rare qu'on n'y décèle pas une note personnelle : ainsi l'individu qui pêche sur une carte n'est autre que l'auteur de la carte, dont les parents ont une résidence secondaire à la Palmyre.

44A l'opposé de cette vision du littoral se situent des cartes (28 %) qui sont plus directement liées à la jeunesse et qui mettent en scène le corps.

La côte : berceau de l'éveil des sens

45Sur des cartes foisonnent les remarques personnelles, vivantes (fig. 6) : "lieu de fête", "jeunes adolescents bronzés", "belle fille", "sable chaud", "grosses vagues"... Sur d'autres c'est le dessin d'une large plage jaune d'or sur laquelle est étendue une fille, ou de deux cœurs sur la plage reliés par une flèche... D'ailleurs, des adolescents, âgés de 13 ans et plus, écrivent « quand je pense à la côte, je pense à la plage, à la dune, aux jolies filles » ou « je pense à sa mer bleue, son sable chaud comme le soleil, ses amours d'été » ou « je pense à nager, bronzer, s'éclater avec des amis, draguer » ou encore « sable, bronzage, jolies filles, mer, surf, jeux ».

Figure 5 : Carte mentale triptyque

Figure 5 : Carte mentale triptyque

Figure 6 : Carte mentale triptyque : la côte, berceau de l'éveil des sens (élève de 5e)

Figure 6 : Carte mentale triptyque : la côte, berceau de l'éveil des sens (élève de 5e)

Figure 7 : Carte mentale diptyque : la côte, lieu de pratique physique (élève de 5e)

Figure 7 : Carte mentale diptyque : la côte, lieu de pratique physique (élève de 5e)

46On sent que dans l'imaginaire de ces jeunes adolescents la côte est un lieu de relations, de rencontres, une sorte d'espace premier où le corps, un corps bronzé, est montré, vu, et objet de désir. Ce corps, image d'une sensualité naissante, est un corps étendu sur le sable chaud alors que le corps représenté dans l'eau est un corps en mouvement.

La côte : lieu de pratiques physiques

47Si sur quelques dessins on peut voir des jeunes jouant au volley-ball ou à un jeu de raquettes, ce qui prime, ce sont les pratiques océanes. Toutefois la baignade est peu évoquée alors qu'elle est retenue, nous l'avons vu, motif primordial de la fréquentation des différentes localités littorales, c'est que, contact avec l'eau plus qu'activité sportive — il est souvent difficile de nager dans l'océan — elle est comme contenue dans le fait d'indiquer par un mot ou une couleur l'océan. Beaucoup plus représentées sont la voile et les pratiques de sports de glisse (fig. 7). Les voiliers voguent sur 22 % des cartes. Les véliplanchistes, ou les surfeurs, ou les jeunes allongés sur leur "bodyboard", ou les trois activités réunies, sont mis en scène sur 33 % des cartes. Or, seulement 9 % des jeunes déclarent pratiquer la voile et 16 % une activité de glisse.

48La voile, qui s'est certes démocratisée, sous-entend cependant la possession d'un bâteau ou une cotisation dans un club, alors que le bodyboard se vend en grande surface à des prix abordables et se pratique aisément, si l'adolescent cherche à s'amuser et non à réaliser un exploit sportif. Le bodyboard est d'ailleurs bien plus souvent mentionné que le surf, qui est davantage une performance physique, nécessitant apprentissage, entraînements et un matériel beaucoup plus coûteux. L'énonciation des motifs de fréquentation de la côte laisse en effet penser que le contact avec l'eau, le corps seul ou avec une planche, est vécu par la majorité des élèves davantage comme une pratique ludique que comme une pratique sportive.

49La représentation de ces pratiques océanes sur les cartes c'est, pour certains l'écho d'un vécu, pour d'autres le spectacle des surfeurs émérites qu'ils aiment à contempler, pour d'autres enfin, elle laisse filtrer leurs rêves que permettent de cerner plus objectivement les réponses sur les activités et les lieux rêvés. Ainsi les sports de glisse, bien représentés sur les cartes, se révèlent être des pratiques rêvées plus qu'effectuées puisque 33 % en rêvent pour 16 % qui en font. Cette valorisation de la glisse porte l'empreinte des photographies de dépliants touristiques, de cartes postales sur lesquelles, sur fond de nature, glissent les voiliers et les planches à voile ou, s'avance sur nous, sous une vague qui se cabre, un intrépide surfeur.

50Le poids des médias n'est donc pas non plus étranger à cette catégorie d'images mentales. D'ailleurs, parmi les lieux rêvés dans le monde, les Iles du Pacifique, les Antilles ou la Californie, reviennent fréquemment pour y "consommer" le soleil, les plages, les vagues et le surf. Le rêve du jeune surfeur s'exprime sous la plume d'un adolescent « aller partout où il y a des vagues et du soleil ».

51Cette place accordée aux pratiques de glisse rend aussi compte de l'image que le jeune veut donner de l'espace qu'il fréquente, pour les autres. N'y a-t-il pas alors un peu de "frime" dans cette image ? Mais n'y a-t-il pas également, dans sa tête, un projet, même si la réalité est moins brillante ?

Conclusion

52Cette étude sur les rapports entre des adolescents bordelais et le littoral aquitain qui, rappelons-le, ne constitue qu'une première étape dans notre réflexion, permet cependant de faire trois constats.

53Le premier est que la Côte d'Aquitaine est un espace investi par des jeunes Bordelais de condition modeste et un territoire aimé : 50 % élisent le littoral comme territoire préféré dans la région alors que 15 % choisissent la montagne.

54Cette Côte d'Aquitaine, encore grand espace de nature, est en effet, dans l'imaginaire de nos jeunes citadins, une terre de permissivité, de liberté. Ce mot "liberté" n'a été écrit que par quelques adolescents mais il est contenu dans : l'idée de "vacances", de "rêve", de "beauté", de "plaisir"...

55Le second est une valorisation de l' "eau" qui est l'élément le plus représenté, le plus loué, le plus rêvé. Mais l'eau est plus appréciée dans ses rouleaux que dans le calme des lacs, les lacs étant peu mentionnés quoique vraisemblablement assez fréquentés.

56L'attrait des vagues, que les jeunes les affrontent eux-mêmes, qu'ils les regardent affronter par des surfeurs expérimentés ou qu'ils rêvent de les affronter, est, certes, une identification à une image médiatisée mais elle exerce sûrement sur eux cette "dynamogénie", cette « dynamique spéciale — dont parle Bachelard — qu'acquiert l'être humain dans la fréquentation des eaux violentes ». Cette vision de la Côte d'Aquitaine comme "côte de la glisse" (fig. 8), pour un tiers de ces jeunes, est une sorte de projet qui peut être retenu comme une indication de tendance, qui donne des orientations pour le proche avenir des usages et des pratiques de cette côte.

57Quant au troisième constat concernant la fonction de ce littoral, c'est qu'il est pour ces adolescents bordelais un espace proche.

58Des erreurs commises sur les cartes dans la localisation des lieux, surtout par les plus jeunes, montrent en effet à quel point le littoral est un territoire de proximité : le bassin d'Arcachon situé à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde ou le jouxtant au sud, les noms de Lacanau, le Porge, portés sur l'estuaire, Biscarosse, près de Lacanau ou de l'estuaire (précisons qu'il s'agit d'élèves fréquentant ces lieux). Ce sentiment de proximité est aussi attesté par la mention des mots "océan" ou "plage" dans les lieux préférés de l'agglomération bordelaise !

59Ces remarques rejoignent l'idée émise par J.P. Augustin sur les rivages aquitains perçus comme « de nouveaux espaces urbains, correspondant à une appropriation de la périphérie par le centre » et montrent bien que la Côte Aquitaine est une nouvelle territorialité pour des jeunes Bordelais.

60L'Océan, déifié sur les mascarons des demeures des riches négociants du xviiie siècle, était à l'époque source de richesses, il témoignait de la "maritimité" de la ville de Bordeaux. Symbole aujourd'hui de loisirs, de plaisir, de liberté il est devenu un espace que les Bordelais s'approprient de plus en plus, ne pourrait-on voir dans cette appropriation une nouvelle "maritimité" pour Bordeaux ?

Figure 8 : La côte Aquitaine, côte de la glisse

Figure 8 : La côte Aquitaine, côte de la glisse

Bibliographie

Bibliographie

ANDRE, Y. ; BAILLY, A. Représenter l'espace, l'imaginaire spatial à l'école. Paris : Anthropos, 1988.

AUGUSTIN, J.-P. Pratiques de la mer et territoires urbains : de nouveaux espaces sportifs pour l'agglomération bordelaise. Revue de Géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 4, 1986, p. 589-609.

AUGUSTIN, J.-P. Bordeaux à la recherche d'une nouvelle maritimité. Colloque : la maritimité de la fin du xx e siècle, quelle signification ? Paris : La Sorbonne, 1991. BACHELARD, G. L'eau et les rêves. Librairie Joseph Corti, 1942.

CASSOU-MOUNAT, M. Tourisme et vie urbaine dans l'agglomération d'Arcachon. Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 23, 1973, p. 269-301.

LYNCH, K. The Image of the City. Cambridge : 1960, traduit de l'Anglais L'image de la Cité. Paris : Dunod, 1971.

PERON, F. Essai de géographique humaine sur le milieu insulaire. Thèse pour le Doctorat d'Etat. Université de Paris I, juin 1990.

PERON, F. La mer comme valorisation d'un territoire : l'île productrice de mythes et nouveau géo-symbole. Colloque : La maritimité de la fin du xx e siècle, quelle signification ? Paris : La Sorbonne, 1991.

PERON. F. L'île, espace culturel, formes d'attache aux lieux en Bretagne. Géographie et cultures - L'Harmattan, 2, 1992, p. 3-33.

Notes de fin

* Le tri des données et le traitement informatique ont été réalisés avec le concours de Diana Florin.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte mentale diptyque : Lacanau, station du surf (élève de 6e)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Tableau 2 - Une fréquentation et une représentation dominées par quelques hauts lieux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 2 : Carte mentale triptyque : Bassin d'Arcachon surdimensionné (élève de 5e)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Titre Figure 3 : Carte du tendre (élève de 3°)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 4 : Carte mentale triptyque : la côte espace de nature et de surf (élève de 3e)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Figure 5 : Carte mentale triptyque
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 6 : Carte mentale triptyque : la côte, berceau de l'éveil des sens (élève de 5e)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 7 : Carte mentale diptyque : la côte, lieu de pratique physique (élève de 5e)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 8 : La côte Aquitaine, côte de la glisse
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16125/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Université Michel de Montaigne-Bordeaux III.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search