Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Troisième partie. Représentations et interprétation

L'énonciation des territoires : la constitution d'une figure et d'un personnage de surfeur dans l'espace aquitain

Christian Malaurie

Texte intégral

1Il s'agit ici de comprendre comment le littoral aquitain est représenté dans différents supports-espaces de communication tels que les documents promotionnels et les articles de presse figurant les acteurs des nouveaux sports de mer à Lacanau. Mais notre approche dépasse la simple analyse de textes et des images présentées. Il ne s'agira pas tant de comprendre le contenu de ce qui est représenté, que de saisir le procès de constitution de la représentation. Ce sont les différents modes de figuration des acteurs qui nous permettront de qualifier l'espace d'énonciation dans lequel est inscrit et représenté le littoral aquitain.

2Les différents supports-espace de communication présentent le littoral aquitain mais en le représentant, du même coup, l'énoncent comme territoire. Les surfeurs ne sont pas figurés dans le simple rôle de pratiquants sportifs, mais comme figures ou personnages, ils deviennent des emblèmes du territoire énoncé.

LE CHOIX DES SUPPORTS-ESPACES, "OBJET" DE NOTRE ANALYSE

3Nous avons choisi deux documents, sélectionnés chacun dans des supports-espaces de communication différents. Le premier est un document réalisé par le Comité régional du tourisme aquitain (CRTA) en 1991. Il représente le littoral à partir du site de Lacanau pris comme un élément parmi d'autres, dans la présentation globale de l'Aquitaine. Le support est légitimé d'un point de vue thématique et pragmatique par le nom propre d'Aquitaine qui devient dans ce cadre le lieu d'énonciation du territoire touristique, Lacanau n'ayant ici qu'une valeur sémantique de repère géographique.

4Le second est un article de presse du journal Sud-Ouest Dimanche du 13 août 1989 signé Denis Riflade. Il représente le littoral exclusivement à partir du site de Lacanau, où se pratique le surf, et où des compétiteurs viennent concourir à l'occasion d'événements sportifs. Dans ce cas, le support-espace est légitimé par le nom propre du site, Lacanau, qui devient le nom d'énonciation du territoire du surf aquitain.

5Nous ferons l'hypothèse que le premier document, promotionnel, véhicule l'image d'une "figure" de surfeur, tandis que le second support de presse, véhicule l'image d'un "personnage" de surfeur.

1. La constitution d'une "figure de surfeur"

  • 1 MOLES, A. Théorie de l'information et esthétique. Paris : Flammarion, 1958.

6Pour qu'une figure puisse être réalisée, au sens cinématographique ou dramatique du terme, il faut qu'une scène soit construite qui permette à une forme de se distinguer du fond dans lequel elle est inscrite1 et de devenir figure pour un spectateur virtuel. Présenté en équilibre sur la vague, dans le mouvement de l'effort accompli, du geste sportif réussi, le surfeur s'expose ici scéniquement dans un cadre triomphant, un cadre éminemment positif où l'exploit est évident, immédiatement perceptible par le spectateur ou le lecteur du support-espace de communication.

  • 2 GROUPE Μ. Traité du signe visuel. Paris : Seuil, 1992.
  • 3 MARIN, L. Des pouvoirs de l'image. Paris : Seuil, 1993, p. 9-22.

7Mais ce que nous décrivons là, c'est l'effet de présence de la figure que réalise la photographie de l'exploit sportif et sa reprographie sur le support-espace promotionnel. En quelque sorte une rhétorique de l'image2 est à l'œuvre où jouent pleinement les procédés de connotation. Mais cet effet de présence ne peut prendre toute son efficacité3 qu'inscrit dans un espace d'énonciation où la représentation trouve sa puissance. Puissance à l'œuvre non seulement au niveau de la figure de surfeur mais aussi au niveau du nom propre Aquitaine, lieu d'énonciation du territoire touristique. Ce nom, alors chargé de puissance pragmatique et non plus seulement de présence sémantique, ne représente plus le territoire touristique aquitain, il le produit.

8Le support-espace promotionnel n'agit pas seulement comme médiateur, il n'est pas seulement un espace de représentation où une pratique sportive est présentée mais le lieu propre où l'Aquitaine comme territoire touristique se réalise, à l'intérieur d'un espace d'énonciation qui donne sens à cette réalisation. Autrement nous serions dans une pure fiction littéraire ou bien dans la mystification.

9Dans l'exemple du document promotionnel réalisé par le comité régional du tourisme intitulé "Aquitaine Pleine Passion", la région est présentée en double page par quinze illustrations qui vont du Château Latour dans le Médoc à la forêt des Landes. L'image du surfeur est proposée en numéro quatorze, elle a comme légende "surfeur à Lacanau". Les différentes scènes dénonciation, de celle numéro un à celle numéro quinze, vont produire un espace symbolique où un réseau de significations va pouvoir entrer en action afin de construire un sens pour la lecture du document.

10La scène d'énonciation où la figure de surfeur se présente, montre la vague et le surfeur en équilibre sur celle-ci ; l'image est reliée à d'autres scènes dans la double page composée. Chaque scène peut accrocher le lecteur là où il se reconnaît, où plutôt, là, où son désir touristique reconnaît la scène possible d'une représentation attractive du territoire touristique aquitain. Mais l'espace symbolique constitué par la double page n'est possible que si un espace d'énonciation permet de donner un sens à cette symbolisation. Ce n'est plus le sens du nom propre Aquitaine qui est ici enjeu, mais le sens de la production de sens, du nom propre Aquitaine.

11L'espace d'énonciation est l'espace qui renvoie aux éléments linguistiques et extra-linguistiques permettant la constitution d'une représentation sensée du littoral. Ici les éléments renvoient :

  • au territoire touristique de l'Aquitaine4 d'abord dans sa dimension administrative de territoire régional auquel est rattaché le comité du tourisme réalisateur du document, puis dans sa dimension d'espace géographique illustrée par l'iconicité des représentations ;
  • à la territorialité de l'Aquitaine où les structures de l'espace aquitain sont impliquées d'un point de vue socio-historique dans des systèmes5 qui traduisent sémiotiquement les représentations sociales du nom propre Aquitaine. L'ensemble des pratiques et des discours qui constituent l'espace d'énonciation, s'inscrivant dans une anthropologie de l'espace qui fonde et produit cette territorialité.
  • 6 Sur le signe iconique et le signe plastique : Groupe µ, ibid., p. 124-185 et p. 186-252.

12Le réseau de significations que les différentes scènes construisent ne prend un sens qu'à partir de l'espace d'énonciation qui ancre pragmatiquement les éléments scéniques. Ce n'est pas à de la fiction que le lecteur a affaire dans le document, ni à une mythologie au sens de Barthes mais à des signes qui au-delà de la construction d'un effet de présence par le mode de figuration choisi, jouent de leur puissance sur le lecteur, touriste virtuel. Nous sommes loin d'une analyse se préoccupant seulement de l'iconicité ou de la plasticité des images6. Si effectivement chaque scène représentée dans la double page est une scène dénonciation et non pas une scène seulement énoncée (en quelque sorte déjà réalisée) c'est parce qu'elle permet virtuellement à l'acteur d'ancrer un désir touristique. Désir touristique de lecture du document mais aussi désir de pratiquer les lieux, d'aller là-bas dans cette Aquitaine virtuellement énonçable comme territoire touristique.

13L'efficacité de la représentation a d'abord besoin d'un point de vue sémantique d'un effet de présence du nom propre Aquitaine, qualifié par les procédés de connotation des images et des textes mais aussi de la mise en jeu de la puissance de la représentation de ce nom propre. La double page du document promotionnel propose symboliquement à travers ces différentes scènes un parcours, un itinéraire du regard qui permet au lecteur de voyager efficacement à travers l'Aquitaine.

14Vue à travers l'image du surfeur de Lacanau, l'Aquitaine se présente comme un territoire jeune, dynamique et hardi, mêlant la force à l'élégance, la puissance à la souplesse. Le corps y est représenté comme sain et séduisant. D'ailleurs cette scène quatorze occupe une place privilégiée dans la double page du document promotionnel puisque la scène numéro neuf illustrée par la légende "Sea, sun and S (l'amie préférée des surfeurs - Jeune fille d'Aquitaine sur la plage de Biarritz)'', renvoie à elle.

Extrait du document réalisé par le Comité Régional Aquitain (CRA) en 1991.

15Le support-espace promotionnel présente donc l'Aquitaine dans la figuration des pratiquants aquitains de surf comme un territoire touristique où la passion peut s'exprimer. L'Aquitaine s'ouvre ici à une lecture possible, dans un geste sportif représenté, un geste qui agit comme figure de style dans la rhétorique de la représentation proposée. Les chiffres qui numérotent chaque scène ont la fonction de joncteurs, de passeurs d'images. Mais cette invitation au voyage en Aquitaine ne peut réaliser pleinement son but, être efficace que si, rappelons-le, elle s'inscrit dans un espace d'énonciation qui lui donne sa puissance.

Qu'est-ce qu'une figure par rapport à un personnage ?

  • 7 MARIN, L. Le portrait du roi. Paris : Minuit, 1981, p. 7-22.

16Nous dirons que la constitution d'une figure n'est "purement" possible que si le sujet représenté est anonyme. Une figure, dans un document promotionnel d'un territoire, que ce soit celle du savant, du politique, de l'intellectuel, de l'artiste, du saint, de la ménagère, de l'élégance, (...) ne joue de son effet de présence, de son mouvement que dans le retrait du nom de celui qui signe le geste (ici sportif) par la figuration de son corps. L'image du surfeur comme emblème de l'Aquitaine n'est vraiment réalisable que parce que l'acteur représenté est anonyme. Peut-on imaginer qu'un sportif même célèbre puisse devenir l'emblème d'un territoire ? Ce privilège n'est possible qu'au roi7 au prince, au pape ou au président de la République. L'on voit bien que la puissance pragmatique de la représentation, déborde le jeu rhétorique de l'image.

2. La constitution du "personnage" du surfeur

17Si la figure du surfeur dans les supports-espaces promotionnels se constitue sur une seule scène d'énonciation, celle qui le représente en le cadrant dans le geste positif et triomphant d'une performance d'équilibriste des mers (l'image de la chute serait par trop négative), le "personnage" du surfeur, dans le support-espace Sud-Ouest, peut se présenter sur plusieurs scènes : soit en équilibre sur la vague, soit sur la plage en compagnie de sa planche, de sa combinaison et entouré de jolies filles, soit seul, à vélo portant sa planche sous le bras. Ce catalogue de "scènes" n'est pas exhaustif, nous ne citons ici que des exemples pris dans notre corpus.

18Ce qui différencie la "figure" du surfeur, du "personnage" du surfeur, outre l'aspect plus polysémique de l'image du personnage, c’est que le personnage est au contraire de la figure, constitué par un nom propre. L'article du Sud-Ouest du 13 août 1989 titré "Entre rêve et réalité" se présente sous la forme d'un portrait de surfeur, celui du personnage de Thierry Fernandez. Ici la valeur du nom propre du personnage ne vaut au premier abord que si le lecteur connaît le "milieu" du surf, que si le nom propre renvoie à une légende connue (les exploits et les résultats sportifs auxquels ils infèrent), autrement il ne fait que désigner un personnage posé, d'un point de vue pragmatique, comme connu "puisqu'il est dans le journal".

Le contexte de parution et la composition de l'article

19L'article se situe au milieu d'événements sportifs ayant lieu à Lacanau le jour de la parution du journal et la veille du "Quicksilver Lacanau-pro". Il est composé d'un texte en quatre colonnes illustré par l'image photographique reprographiée de Thierry Fernandez, ayant pour légende "l'appel de l'eau : quand Thierry part surfer rien ne l'arrête".

Structure de l'article de presse : raccroche

« Avant le Lacanau pro, le champion de France Thierry Fernandez défend son titre sur son terrain. Passionné de surf il n'en garde pas moins les pieds sur terre ».

20L'article fait référence au site de Lacanau, ce n'est qu'à partir de ce site que le littoral est représenté, mais Lacanau c'est aussi "le terrain" du champion français, le pronom possessif "son terrain" l'attestant. Ce lieu ouvre à la légende d'un personnage donc devient aussi lieu d'énonciation du personnage. De plus, comme site de la côte atlantique où se pratique le surf et où sont organisés des événements sportifs dont le journal Sud-Ouest rend compte, Lacanau devient lieu d'énonciation d'un territoire, celui du surf. Enfin, réalisant seul l'"effet de présence" du personnage champion de surf c'est le journal lui-même (comme réalisateur) qui se présente à travers le personnage de Thierry Fernandez : une image de sportif, de champion, dans un corps séduisant et en bonne santé, le personnage devient emblème du territoire du journal, autant que du territoire du surf.

  • 8 LAVOINNE, Y. Le journaliste saisi par la communication, in Histoire et Médias. Paris : Albin Miche (...)

21En réalisant l'effet de présence du personnage Thierry Fernandez sportif local qui défend son titre national le journal Sud-Ouest bénéficie de la puissance de la représentation au détriment du territoire du surf normalement seul concerné. On voit bien alors, la différence essentielle entre informer et communiquer8. Lacanau devient le lieu d'énonciation du journal, qui peut se présenter à ses lecteurs comme un support-espace de presse sportif, jeune, et séduisant. Mais l'effet de présence du personnage du surfeur ne prend son efficacité que dans l'espace d'énonciation où il s'inscrit.

22L'"espace d'énonciation" concerné ici renvoie :

  • au territoire du surf et au territoire du journal Sud-Ouest c'est-à-dire à l'espace de diffusion du journal Sud-Ouest et à l'espace de la côte atlantique concerné par la pratique du surf ;
  • à la territorialité du littoral à savoir l'espace vécu du littoral comme espace social où se pratique le surf et où se déroulent des événements sportifs de niveau national et mondial, mais aussi où la "tribu"9 des surfeurs (professionnels ou non) inscrite dans des réseaux locaux, régionaux, nationaux, internationaux se retrouve.

23Notons que le territoire présenté n'est plus le même que celui du document promotionnel (ici c'est le territoire du surf qui est représenté, non plus celui de l'Aquitaine touristique). Pourtant c'est bien le même espace géographique : le littoral aquitain à travers la station de Lacanau dont il est toujours sémantiquement question.

Les intertitres

24« Les sponsors et les pros », « Hawaï le rêve », « l'Océan dégradé ».

Extrait du Journal Sud-Ouest Dimanche 13 août 1989.

25Intertitres, qui, à partir du titre de l'article "entre rêve et réalité" et avec l'accroche, proposent au lecteur un guide de lecture, un premier réseau de significations, un texte où le personnage du surfeur se constitue.

26A la différence de la figure, le personnage comme sujet nommé présuppose un passé, une histoire de vie qui habille son nom propre, une temporalité qui bouleverse l'espace d'énonciation dans lequel la figuration personnifiée apparaît.

27Le personnage par son caractère narratif constitue en lui-même un espace dénonciation qui fait émerger du temps propre à son histoire et qui peut troubler l'efficacité de la représentation. Les deux événements qui contextualisent l'article, le championnat de France de surf et l'épreuve du circuit mondial le Lacanau pro, contribuent à produire le site de Lacanau. Ils constituent des éléments forts de l'espace dénonciation, donnant son efficacité à l'effet de présence du personnage mais ils n'enserrent pas totalement sa réalité scénique. L'article réalise un portrait du personnage mais celui-ci peut s'échapper, peut aller ailleurs, hors-cadre sur une autre scène.

Portrait de Thierry Fernandez

28L'article, signé Denis Riflade, nous conte l'histoire d'un sportif de haut niveau au palmarès important, habitant la localité de Lacanau, et y tenant un magasin de surf. Il nous présente l'image d'un personnage local qui a réussi socialement et précise qu'il va à Hawaï en hiver depuis trois ans pour s'entraîner. Le personnage incarne à ce moment du développement du texte la figure idéale du sportif local qui a réussi.

29A ce stade de notre analyse l'on voit bien que si la figuration du pratiquant comme personnage diffère d'une unique figure de surfeur c'est parce qu'un récit, pas seulement un récit d'espace mais un récit de vie, est amorcé, qui complexifie la présentation de l'acteur. L'article promotionnel ne proposait d'un point de vue linguistique que des légendes de l'image, ici c'est à un texte narratif auquel nous avons affaire.

30Le palmarès du personnage évoqué, l'article s'attache à décrire ses traits physiques : "un visage marqué par des heures passées à fixer l'horizon, des cheveux blonds, rendus encore plus blonds par le soleil et l'eau de mer". C'est la figure publicitaire d'un corps masculin sportif, incarnant la séduction et l'aventure qui est présentée. Nous sommes déjà sur une autre scène, là où le héros ressemble à l'image attendue, au stéréotype du surfeur qui propose une représentation sociale au sens psychosociologique du terme.

31Si ce fragment de texte était placé comme légende de l'image nous aurions encore affaire à une figure de surfeur mais ce fragment est pris dans un texte global construisant l'article comme portrait du personnage. En ce sens on peut dire qu'une figure se présente toujours comme éternelle et purement spatiale par rapport au personnage qui lui s'insère dans une temporalité d'une histoire de vie. Ce temps immobile donne une plus grande efficacité énonciative à la figure, puisqu'il ne trouble pas l'espace de représentation dans lequel elle trouve sémantiquement un sens. Mais continuons la citation :

« Thierry Fernandez a le look du parfait surfeur, mais aussi la tête sur les épaules. Il connaît sa discipline sur le bout du doigt et en parle avec lucidité ».

32Les deux figures successives que propose le texte à ce moment de la lecture, celle du sportif et celle du séducteur, héros publicitaire, n'enserrent pas totalement le personnage, ne le cadrent pas. Il peut encore aller ailleurs. La seconde figure ne tient pas longtemps puisque le "mais aussi la tête sur les épaules" vient briser l'image en train de se constituer. Si les traits apparents du personnage peuvent faire croire au stéréotype, les traits moraux du personnage rapportés par le journaliste viennent troubler l'image.

33C'est à ce stade de la lecture, que le document photographique vient prendre tout son sens et renforcer l'effet de présence voulu par le journal. Notre sportif local même s'il présente des traits d'un séducteur ne peut pas être figuré seulement comme tel. Lucide et les pieds sur terre, c'est maintenant que le lecteur du journal tel qu'il est supposé par le réalisateur de l'article, peut le reconnaître comme sportif local "bien de chez nous".

34L'effet de présence du personnage prend ici toute son efficacité, le journal Sud-Ouest peut ainsi raccrocher ses lecteurs traditionnels, tout en continuant à s'adresser à la clientèle jeune. Les valeurs morales traditionnelles sont respectées et les valeurs individuelles contemporaines ne sont pas oubliées, ni mises en question. Cet effet de présence du personnage figuré par un texte du genre portrait et par une image photographique le montrant dans une scène où il est à vélo sa planche sous le bras, s'avère donc d'un point de vue pragmatique particulièrement complexe.

35L'image choisie montre un "beau garçon" pouvant être virtuellement un héros publicitaire. Mais présenté à vélo, la planche sous le bras, elle montre moins le séducteur que le sportif écologiste habitant la localité de Lacanau. Il n'a besoin pour répondre à l'appel de l'eau que d'un vélo, moyen sportif et écologique de se déplacer.

36Le journaliste peut alors développer son article en donnant à entendre la voix du personnage, procédé d'énonciation qui vise à renforcer l'effet de présence de celui-ci. Chaque intertitre va fonctionner en indicateurs de thème, "Les sponsors et les pros", "Hawaï le rêve", "l'Océan dégradé". Trois séquences thématiques composent le développement du texte :

  • la première montre que Thierry Fernandez n'est pas un pro "comme d'ailleurs tous les Français", que le surf est un vrai sport qu'"il faut se battre avec la vague, il n'y a pas que le plaisir" ;
  • la seconde séquence évoque l'espace de rêve pour les surfeurs. Hawaï "c'est l'endroit au monde où les vagues sont les plus puissantes et les plus grosses, on se fait peur", mais la côte atlantique de Hourtin à Biarritz offre de nombreux choix même si le Sud-Ouest n'a pas le monopole européen du surf. La Bretagne, l'Italie sont des endroits où l'on peut pratiquer malgré le problème de la qualité des vagues et de leur fréquence. Ensuite, l'article revient sur les clichés du surfeur dilettante et marginal et insiste sur le fait que le surf n'est plus une mode pratiquée par quelques uns comme auparavant, Monsieur tout le monde a envie de se faire plaisir.
  • la troisième séquence présente les surfeurs comme préoccupés par l'environnement, "plus que d'autres sensibles aux dégradations dont souffre leur élément". Le thème de la pollution des plages est évoqué, puis celui de la couche d'ozone, accrédité par une citation des Australiens, membres de la tribu des surfeurs ; "les Australiens se rendent compte que le Climat change, et de là, que les vagues changent".

37Une fois le "personnage" du surfeur Thierry Fernandez dessiné, les éléments forts de l'article peuvent se résumer ainsi :

  • Le problème de la professionnalisation du surfeur, sportif de haut niveau ;
  • Le surf, véritable sport, "il n'y a pas que le plaisir" ;
  • Hawaï, l'espace de rêve de tous les surfeurs ;
  • De Hourtin à Biarritz, (c'est l'espace territorial de la pratique d'entraînement du personnage Thierry Fernandez), mais "notre Sud-Ouest n'a pas le monopole" ;
  • La Bretagne et l’Italie... "endroits où l'on peut pratiquer" ;
  • Mais le "problème" sur ces territoires du surf : de "la qualité de la vague et de sa fréquence" se pose ; (sous-entendu pas à Hawaï, ni de Hourtin à Biarritz) ;
  • Le surfeur n'est pas un dilettante ni un marginal ;
  • Le surf est maintenant un loisir sportif de masse, "pour se faire plaisir" ;
  • Le surfeur est "plus que d'autres sensibles aux dégradations de l'environnement".

38Ils développent et déploient la stratégie amorcée dans le réseau de significations constitué par le titre de l'article, l'accroche et les intertitres. Opération parfaitement réussie, peut conclure la critique. Le lieu d'énonciation du journal Sud-Ouest, Lacanau, a pratiquement annihilé le lieu d'énonciation du personnage Thierry Fernandez. La puissance de la représentation, au profit pratiquement exclusif du journal Sud-Ouest ne peut s'exercer qu'à ce prix.

39Mais il serait dangereux de conclure que le journal "mystifie" le lecteur. Nous avons bien montré que si le réalisateur a tout pouvoir de réaliser l'effet de présence de la figure ou du personnage du surfeur, cet effet de présence ne trouve son efficacité qu'à l'intérieur d'un espace d'énonciation qui lui donne sens d'un point de vue pragmatique. Le jeu rhétorique ne suffit pas pour donner une puissance à la représentation. Le journal doit négocier avec les territoires du surf et avec la territorialité produite par la tribu des surfeurs. Il ne peut inventer de toute pièce les éléments scéniques et les événements rapportés. En ce sens le média ne crée pas l'événement, il le réinvente à son profit, en énonçant son propre territoire.

40Ici le média participe financièrement à l'organisation des épreuves. C'est donc comme organisateur et non plus comme réalisateur qu'il contribue à créer l'événement. La puissance de presse joue à la fois sur les rôles d'organisateur, d'informateur et de communicateur (producteur d'événement, de textes et d'images journalistes et/ou publicitaires ; nous pourrions ajouter touristiques, même si ce n'est pas ici son rôle principal). Pour conclure, nous citerons la clôture de l'article de presse une petite merveille de morale provinciale :

« Thierry Fernandez ne répond certes pas à l'image de doux rêveur que l'on peut se faire d'un surfeur. Les dures réalités ne lui sont pas étrangères. Il a cependant un point faible bien naturel : il ne résiste pas à l'appel de l'eau. Il fait chaud à Lacanau. Trop chaud pour un surfeur qui n'a pas pratiqué son sport depuis plusieurs heures. A peine en vue de la plage, Thierry n'a d'yeux que pour les vagues. A peine arrivé sur la plage, il se dirige droit vers l'eau et, devenu indifférent à ce qui l'entoure, il fonce vers le large. L'après-midi se terminera sur sa planche. Quoi de plus normal pour un surfeur ? »

Notes

1 MOLES, A. Théorie de l'information et esthétique. Paris : Flammarion, 1958.

2 GROUPE Μ. Traité du signe visuel. Paris : Seuil, 1992.

3 MARIN, L. Des pouvoirs de l'image. Paris : Seuil, 1993, p. 9-22.

4 AUGUSTIN, J.-P. L'extension des territoires d'aventures sportives : recherches à poursuivre sur les rapports du mythe à l'espace. In Actes des journées d'études : Sport et Changement social. Bordeaux : Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 1987.

5 MARIN, L. Système de représentation à l'âge moderne, Séminaire de l'E.H.E.S.S., 1992, non publié.

6 Sur le signe iconique et le signe plastique : Groupe µ, ibid., p. 124-185 et p. 186-252.

7 MARIN, L. Le portrait du roi. Paris : Minuit, 1981, p. 7-22.

8 LAVOINNE, Y. Le journaliste saisi par la communication, in Histoire et Médias. Paris : Albin Michel, 1991, p. 161-173. Voir aussi Anne-Marie LAULAN (sous la direction de). L'espace social de la communication, Retz-CNRS, s.d.

9 MAFFESSOLI, M. Le temps des tribus. Paris : Livre de Poche, 1988 pour l'édition originale, p. 110-155, coll. Biblio-essais.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search