Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Deuxième partie. Aménagement et économie

Le public du dixième Lacanau Pro

Thierry Dauger

Texte intégral

1Le surf est beau et enivrant. Il est composé d'images autant que de sensations, d'ailleurs il compte autant d'admirateurs établis que de pratiquants assidus. Le surf séduit par ce qu'il y a d'héroïque dans son quotidien. La rencontre de l'homme avec la nature est un remake pascalien, un jeu de ruse et d'énergie, entre l'infiniment petit et faible, l'humain, et l'infiniment grand et puissant, l'océan.

2C'est de cette confrontation que naît la mythologie d'une saga moderne : LE LACANAU PRO. On loue ses exploits, on le drape de l'étoffe des héros, les médias le bichonnent et la publicité aux aguets le récupère. Le surf est spectaculaire, il attire, donc il doit faire vendre ou savoir se vendre. « Il n'y a pas de doute, c'est un courant porteur » dixit Pierre Boulet, directeur de l'agence Taurus, « le talent de la publicité, c'est de s'approprier ces courants, le grand spectacle de la vie crée la communication spectacle et chacun y trouve son compte, fini le monolithique, poursuit Pierre Boulet, il faut être complexe ». Le surf, c'est quitter la terre. C'est l'espace, la liberté. Il faut échapper au matériel, s'éclater, s'envoler, c'est la bonne drogue.

3Le surf et son succès ne relèvent pas d'une mode éphémère d'un engouement passager. L'avènement et le développement de cette pratique sont irrésistibles.

  • 1 Thierry Dauger a réalisé un mémoire de DUT au Département Technique de Commercialisation de l'Univ (...)

4Enfin, ces activités pleines de rituels rendent beau et mythique le message publicitaire. Alors comment douter que la publicité toujours dans le vent, si avide de profiter des courants nouveaux, prête à sauter le sommet de toute vague « en vogue » ne décide de s'éclater, de planer avec sa nouvelle conquête : LE LACANAU PRO. La suite vous la connaissez. Ils surfèrent ensemble et eurent une réussite concrétisée par un anniversaire, le 10ème en 19891.

I - LE PROFIL DES SPECTATEURS

5LE LACANAU PRO, pour sa dixième édition est une des premières compétitions mondiales. Pour y arriver, l'organisation a effectué des efforts importants afin d'accueillir un public nombreux. Pour les annonceurs et les organisateurs, il est primordial de connaître le public afin de concrétiser la stratégie de communication qu'ils ont élaborée en sponsorisant une telle manifestation. Ainsi, ce questionnaire réalisé à 396 exemplaires pendant la semaine devrait permettre à la structure organisatrice et à ses sponsors de continuer la politique jusqu'à maintenant établie, ou de la modifier selon les résultats obtenus.

6Il ressort, après dépouillement que le spectateur type serait un homme (61,4 %), âgé de 18 à 25 ans (45,5 %), de nationalité française (73,5 %). Il serait étudiant (48,5 %), et ne pratiquerait pas forcément le surf (53,8 %). Il se rendrait au LACANAU PRO avec sa voiture personnelle (71,2 %), avec des amis (56,8 %). De plus, celui-ci viendrait spécialement pour LE LACANAU PRO (55,3 %), pas pour la première fois (58,3 %), et resterait toute la semaine sur le site de la compétition (53,4 %).

7En fait, il est difficile de réaliser le portrait du « spectateur type », car le QUIKSILVER LACANAU PRO est un événement se déroulant sur une semaine, et Lacanau-Océan est une station balnéaire très fréquentée pendant les mois de juillet-août. Il est également difficile d'affirmer que le public se déplace spécialement pour LE LACANAU PRO, qu'il y consacre spécialement une semaine, car 42,4 % des spectateurs ont une durée de séjour supérieure à la semaine. En fait, nous pouvons constater que ce public de vacanciers forme un apport important du public présent pendant la manifestation.

L'âge du spectateur

8Sur l'ensemble des questionnaires, il apparaît que le public est jeune. En fait, on aurait tendance à affirmer que ce sport jeune, pratiqué par des jeunes, ne peut accueillir que des jeunes. Mais, nous sommes surpris par les résultats obtenus : 2,7 % ont moins de 18 ans, 45,5 % ont de 18 à 25 ans, 19,7 % ont de 26 à 35 ans, 9,8 % ont de 36 à 55 ans et 2,3 % ont plus de 55 ans.

9Si nous comparons les résultats, nous remarquons en premier lieu que la catégorie 18-25 ans est la plus représentée. Ceci n'étant en rien une nouveauté. La seule remarque vraiment intéressante, vient du manque de fréquentation de la part des moins de 18 ans ou la grande fréquentation de la catégorie 26-35 ans. En effet, nous sommes surpris par le résultat obtenu par les moins de 18 ans. Nous pensions que ce public devrait représenter au moins un tiers du public. Ce n'est pas le cas. Comment expliquer ce résultat ? Nous pensons que cette tranche d'âge rencontre de gros problèmes de locomotion, et de logement. Etant dépendants, ils ne peuvent être présents totalement sur le site selon leur volonté malgré les 34,80 % qui viennent en famille. Nous pourrions le démontrer en croisant la question correspondant à l'âge avec celle permettant de savoir comment ils sont venus.

10La deuxième surprise provient du résultat obtenu par les catégories plus âgées. Les 26-35 ans représentent 19,7 % de la fréquentation, c'est un pourcentage inespéré. Cette catégorie est très intéressante car, étant en activité, elle dispose d'un pouvoir d'achat qui pourrait justifier le chiffre d'affaires réalisé par les boutiques présentes sur le site de la compétition. Cette fréquentation peut s'expliquer par le fait que la compétition se déroule en pleine saison estivale. Cette idée peut être démontrée en croisant la question "âge" avec celle déterminant la "durée du séjour à Lacanau-Océan".

11Les résultats de la tranche d'âge 36-55 ans peuvent également s'expliquer par le fait que le surf n'a pas d'âge, et qu'à tout âge on peut avoir une passion. Mais également, le fait que la compétition se déroule en pleine saison estivale ne doit pas être étranger à la présence de cette tranche d'âge sur le site.

Les catégories socio-professionnelles

12Les résultats sont les suivants : 5,2 % sont chefs d'entreprises, 48,5 % étudiants, 10,6 % petits commerçants, 20,5 % cadres supérieurs ou professions libérales, 10,6 % cadres moyens ou employés, 2,3 % ouvriers et 2,3 % retraités.

13Nous pouvons remarquer que les étudiants et lycéens sont les plus nombreux sur le site. Ceci s'avère logique, car l'essentiel du public est composé de jeunes, 68,2 % ont moins de 25 ans. Ensuite nous trouvons les cadres moyens et employés qui représentent un cinquième du public (20,5 %), puis les ouvriers (10,6 %) et les cadres supérieurs et professions libérales (10,6 %). Seuls, les agriculteurs, gros commerçants et industriels ne semblent pas être intéressés par cette manifestation. Le résultat obtenu par les retraités (2,3 %) peut se justifier par le bruit, l'animation et la fréquentation dont bénéficie le site pendant une grande partie de la journée.

14En contrepartie, nous sommes surpris par la présence des chefs d'entreprises (5,2 %). Simple hypothèse, LE LACANAU PRO étant un lieu de rassemblement, et une locomotive en matière de sponsoring dans le surf, nous pensons que ces personnes viennent par intérêt afin de recruter, ou concrétiser des contrats de sponsoring.

D'où viennent-ils ?

15Les résultats sont les suivants : 24,2 % viennent de l'agglomération bordelaise, 12,1 % du reste du département, 1,5 % des Landes, 0,8 % du Pays Basque, 5,3 % du reste de l'Aquitaine, 29,5 % du reste de la France, 20,5 % du reste de l'Europe et 6,1 % de plus loin.

16D'après les résultats obtenus, une forte proportion du public vient de Gironde (Bordeaux et la CUB 24,2 % + Gironde 12,1 %). Ce résultat n'est pas surprenant, car LE LACANAU PRO est la locomotive du surf girondin, en pleine expansion sur nos côtes.

17En contrepartie, il peut paraître surprenant que 29,5 % viennent de France tandis que les Landais et Basques fréquentent peu cette manifestation. La présence du tiers du public venant de France peut se justifier par une campagne publicitaire d'envergure nationale, si ce n'est internationale.

18L'absence de Landais et de Basques peut s'expliquer par le déroulement de deux autres compétitions dans la région, plus accessibles pour eux (une compétition à Hossegor et une à Biarritz).

19L'aspect positif vient du fait que 56,1 % viennent soit de France (29,5 %), d'Europe (20,5 %, et autres (6,1 %). Nous pensons que ces résultats peuvent se justifier par : des vacances à Lacanau-Océan, une campagne publicitaire bien menée, le fait que ce soit la première compétition mondiale (135 000 $ de prix).

Avec qui viennent-ils ?

20Lors du dépouillement, nous avons pu constater que très peu de spectateurs viennent seuls (8,4 %). En règle générale, ils viennent avec des amis (56,80 %) puis en famille (34,8 %). Ceci peut se justifier par le fait qu'il n'est pas plaisant d'aller à la plage seul, qu'il y a des difficultés pour se garer (à 53 %) et que le surf, malgré l'aspect sport individuel, est un sport qui rassemble les personnes qui ont en commun la même passion : LE SURF.

21Il aurait été intéressant de poser une question complémentaire pour connaître le nombre de personnes accompagnant le questionné. Ceci, aurait peut-être permis d'évaluer succinctement le public présent sur le site.

Comment viennent-ils ?

22D'après les résultats obtenus, la majorité du public vient avec sa voiture personnelle (71,2 %). Ce résultat peut paraître surprenant quand on sait que 53 % des gens interrogés rencontrent des problèmes pour se garer. Ce pourcentage peut être justifié par le manque de moyens de locomotion mis à la disposition du public par la région. Seuls les bus permettent l'accès (pas de trains) ; la population estivale étant importante, et le moyen de locomotion étant la voiture. En vacances, on préfère s'ennuyer pour se garer, mais posséder sa voiture pour circuler. En contrepartie, nous sommes surpris par les résultats obtenus par le mot "Autres" à cette question (25,7 %). D'après certains questionnaires, les moyens de locomotion appartenant à cette catégorie sont le "stop" et le vélo, d'ailleurs souvent utilisé par les jeunes de moins de 18 ans. Ceci peut être une satisfaction pour les organisateurs qui par ces déclarations prouvent que rien n'arrête les jeunes pour venir voir le dixième LACANAU PRO.

Leurs activités après la compétition

23Cette question permet de déterminer les activités des spectateurs après la compétition. En effet, cette année, LE LACANAU PRO ayant innové en produisant des animations nocturnes, nous voulions savoir si l'idée leur paraissait intéressante. D'après les résultats obtenus, il apparaît que les animations nocturnes sont à développer dans le futur (39,3 % pensent y assister après la compétition).

24En contrepartie, 34,8 % pensent rentrer "chez eux". Sur ces 34,8 %, 18,3 % des spectateurs viennent uniquement la journée sur le site, et rentrent chez eux le soir, sans pouvoir assister à ces animations. Le résultat est peu significatif. Les animations nocturnes semblent être un moyen de distraction à prendre en compte car en plus des partisans, 46,2 % des questionnés désirent une animation supplémentaire dont :

  • 57,4 % qui désirent plus d'animation le soir ;
  • 31,2 % qui veulent un bikini contest2 ;
  • 06,6 % un trophée Moorey3 ;
  • 03,2 % une animation Rollers ;
  • 01,6 % un trophée MALIBU4.

25Par ailleurs, la restauration, la consommation dans les bars, et les boîtes de nuit ne sont pas les activités principales des jeunes visiteurs. Ceci peut s'expliquer par le fait que la compétition dure une semaine, tandis que les autres moyens de distractions fonctionnent tout le temps. En fait, on vient au LACANAU PRO pour vivre totalement à son rythme.

Sont-ils pratiquants ?

26D'après les résultats obtenus, 46,2 % des spectateurs se disent pratiquants contre 53,8 %. Les organisateurs peuvent être satisfaits, de procurer autant d'intérêt à des personnes ayant peu de contact avec ce milieu.

II - L'OPINION DU PUBLIC SUR LA MANIFESTATION

27Pour sa dixième édition, les organisateurs ont effectué de gros efforts pour obtenir une compétition digne des plus grandes. Il est donc important de connaître l'avis du public sur la manifestation.

28Les résultats sont les suivants (en pourcentage) :

OPINION

Très Bien

Bien

MOYENNE

MAUVAISE

Sites

53,8

41,7

3,7

0,8

Signalisation

17,5

50,8

25

0,7

Sonorisation

34,1

42,4

18,2

5,3

Animation

52,3

37,1

7,6

3,1

Sécurité

23,5

54,5

16,9

6

Ambiance

35,6

50

12,1

2,3

Tableau d'affichage

40,9

43,2

13,6

2,3

Programme

59

37

4

0

29Le premier constat que nous puissions faire sur ces résultats est la quasi totale satisfaction du public sur l'ensemble du site. Nous pouvons même parler de totale satisfaction sur l'allure du site (95,5 % : 53,8 % de TB + 41,7 % de B). Dans une moindre mesure, l'ambiance et le tableau d'affichage sont approuvés. En fait, il n'y a pas grand chose à critiquer sur l'ensemble de la manifestation, seules la signalisation, la sonorisation, et la sécurité seraient à améliorer car un quart du public les trouve moyennes, si ce n'est médiocres. Plusieurs pensent qu'il faut revoir les infrastructures de parking, car 53 % rencontrent des problèmes de stationnement, et garder le site propre notamment à la fin de l'épreuve, lors des jours de grande fréquentation.

30Finalement ce dixième LACANAU PRO représente un succès pour l'organisation. Nous ne remarquons aucun point vraiment négatif sur l'ensemble de la manifestation, sauf quelques améliorations à apporter pour la sécurité, la signalisation, la sonorisation et l'accès au site.

Notes

1 Thierry Dauger a réalisé un mémoire de DUT au Département Technique de Commercialisation de l'Université de Bordeaux I, intitulé The French Lacanau Pro et soutenu en 1989 sous la direction de M. Alain Delperier.

2 Le Bikini contest permet délire Miss Lacanau Pro.

3 Le Moorey boogie est une petite planche en mousse que le pratiquant utilise pour surfer la vague. Contrairement au surf, le moorey se pratique couché.

4 Le malibu correspond à la première planche fabriquée dans les années soixante. Longue de 3 mètres environ, et pesant 10 kilos, cette planche a de plus en plus d'adeptes chez les surfeurs d'un certain âge.

Auteur

Université de Bordeaux I.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search