Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Deuxième partie. Aménagement et économie

Surf et pratique de glisse : invention, évolution et tendances technologiques

Dieter Hillairet

Texte intégral

  • 1 Une bibliographie sommaire figure à la fin de l'article, à laquelle renvoient les noms d'auteurs e (...)

1Rarement dans l'histoire des sports modernes, une pratique n'a eu autant d'influence sur l'émergence de nouvelles activités ludiques que le surf1. Influence culturelle, sociale, comportementale... voir spirituelle, mais aussi technique et morphologique. Si les premières sont abondamment traitées, les deux dernières le sont rarement de manière approfondie. Et pourtant, nous allons voir que le développement du surf et de ses dérivés peut apporter des informations précieuses sur les possibilités d'évolution des pratiques individuelles instrumentées. Qu'elles soient déjà anciennes, récentes ou futures, la variabilité et la typologie technique d'un appareillage dans le temps se retrouve de toute façon quelles que soient ses dates d'émergence et de disparition. Le tout étant évidemment de savoir, comment et pourquoi, des correspondances et des similarités technologiques sont significatives dans des activités comme les disciplines de glisse. Nous proposons de le faire ici, en ayant pour référence principale le surf et les nouveautés techniques (inventions, brevets, nouveaux sports) qu'il a pu générer ces dernières décennies.

Le surf comme modèle d’évolution

2Tout appareillage, tout objet, aussi simple soit-il, est imaginé, réfléchi, et amélioré selon le milieu dans lequel il évolue (G. Simondon). Son enrichissement technique progressif et permanent, associé à sa complexité croissante dans le système de production/consommation, démontre le rôle de plus en plus important du milieu technologique sur celui des pratiques. Le surf, par sa longue histoire instrumentale, qui reste l'une des plus anciennes avec celle du ski, est un modèle du genre avec toutes ses modifications morphologiques et structurales survenues depuis son origine. Par son extrême simplicité, par l'évidence de sa forme, de sa fonction et de son usage, il est l'exemple typique où une pratique peut devenir à la fois une référence en matière de transformation des formes au sein d'une même famille d'appareillages, et une incitation — presque sans limite — à l'innovation sportive vers des pratiques dérivées. Sa force et son pouvoir est d'utiliser l'énergie créée par la vague pour glisser. Grâce à ce principe fondamental compréhensible par tous, par des formes primitives et une gestualité simple mais difficile dans la pratique, il rassemble de nombreuses caractéristiques qui font aujourd'hui le succès populaire des activités nautiques individuelles.

  • 2 Pour une description succincte des pratiques et appareillages issus du surf, cf. nomenclature.

3Si le surf génère un nombre considérable d'appareillages à vocation ludique — éphémères, bizarres et sans lendemain pour certains, durables et à l'origine de nouveaux sports pour d'autres — il devient intéressant d'en mesurer l'impact et les conséquences sur l'émergence d'activités comme le moreyboard, le fun-board, le ski-board, et plus récemment le snow-board2. Dans cette profusion de styles et de genres, le surf constitue un "être technique" de base qui exerce une aura — l'œil de Caïn — qu'il est difficile d'ignorer lorsqu'on observe toutes les formes actuelles de glisse. Le surf est riche en enseignement. Son évolution peut expliquer certains points des mécanismes d'apparition et de diffusion des nouvelles pratiques de glisse en général.

  • D'un point de vue socio-géographique, voir par exemple comment d'une pratique indigène et locale (îles polynésiennes), le surf s'est développé d'abord sur les côtes californiennes, puis sur les autres continents ?
  • Economiquement, voir quel fut l'impact du surf dans le développement touristique d'une région comme par exemple les îles hawaïennes, les côtes australiennes, ou encore les côtes françaises ?
  • D'un aspect comportemental, étudier comment s'est opéré l'évolution gestuelle en fonction des planches longues de vitesse ou courtes de hot-dog ?
  • Enfin technologiquement, s'intéresser de près aux modifications de structure et de forme, à travers les matériaux de constitution, les procédés de fabrication, les nouveautés techniques directes ou indirectes... qui accroissent les possibilités d'innovation (G. Vigarello) des modèles de surf et des pratiques dérivées.

Le surf, objet technique de référence

4Pour appréhender correctement l'évolution du surf dans les pratiques de glisse contemporaines, nous devons au préalable l'étudier dans le contexte de production des objets, puisque l'instrument est ici au cœur de la problématique technologique.

5Le surf est donc un objet technique et un produit susceptible de commercialisation répondant aux mêmes impératifs économiques que n'importe quel autre objet ou produit à caractère sportif, même si ses modalités de fabrication, diffusion et consommation s'effectuent à une échelle bien moindre. Il ne représente qu'une activité marginale dans l'industrie des articles de sport, et n'est pas grand chose à côté des mastodontes économiques que sont, par l'exemple, l'industrie de la planche à voile, du ski ou du tennis.

6Cependant en tant "qu'entité technique" à part entière, le surf subit un processus d'évolution commun à l'ensemble des appareillages, c'est-à-dire une logique et un ordre immuable d'étapes qui jalonnent son développement. L'invention, le perfectionnement, la saturation et l'extinction éventuelle constituent sont patrimoine "technico-génétique" (C. Pociello). Ainsi un nouveau modèle de surf ou d'un engin associé passe toujours du stade de naissance et de nouveauté, au stade de fabrication et de progrès, pour finir en fin de vie à une dégradation progressive précédant une extinction définitive.

7"L'objet-surf" et sa destinée dépendent étroitement du cadre où ils se trouvent. Ce cadre gouverne les composantes technologiques, qui selon nous sont déterminantes, et les composantes sociales, économiques et culturelles. Il oriente la pratique et le matériel, en lui donnant les moyens de se développer ou bien au contraire de disparaître (W. Andreff). Ainsi, par exemple, les techniques gestuelles nécessaires pour surfer, évoluent conjointement avec les évolutions structurelles des matériels, et dans une moindre mesure avec les modifications comportementales et physiques dans la façon de surfer. En définitive toutes ces différentes relations vont apporter l'énergie suffisante pour permettre amélioration, diversification et prolifération tant qualitatives que quantitatives. Le résultat se traduit concrètement par de nouveaux modèles de surf ayant les mêmes origines et finalités, mais favorise surtout l'émergence d'idées fructueuses pour des solutions parallèles encourageant l'invention d'appareillages voisins du surf. Les analogies et les transferts techniques jouent ici un rôle de "catalyseur" entre les différentes évolutions d'une catégorie d'appareillages (J. Defrance).

8Le surf monopolise à lui seul, de nombreuses possibilités d'usage qui s'incorporent dans un système de diffusion hiérarchiquement supérieur. Ce système comprend une multitude de ramifications ascendantes — nouvelles pratiques et nouveaux appareillages — ayant toutes les caractéristiques de lignées d'objets. Le surf devient en l'occurrence, la référence technique de formes et de principes à la base du développement de certains sports de glisse.

Fonctionnalité et nouvelles pratiques instrumentées

9Parmi tous les facteurs communs à l'ensemble des sports instrumentés, un est primordial : c'est la notion de fonction des pratiques et des appareillages. La fonctionnalité est source de progrès d'une activité existante et du développement de nouvelles (C. Pociello ; J.-L. Maunoury). Si dans le domaine des sports véhiculants, les grandes fonctions varient peu — glisser, rouler, flotter, voler restant les principales — les moyens de réaliser ces fonctions sont multiples. En théorie, il existe autant de moyens différents que d'appareillages. Ainsi glisser sur une vague peut s'effectuer selon différentes modalités : assis dans un kayak-surf, à genoux sur un knee-board, couché sur un morey-board, sur les mains avec un hand-board, debout sur un surf motorisé... Par contre, glisser sur la vague, debout et sans moteur se réalise d'une seule manière, le surf. Tous les moyens permettant de surfer ont donc chacun une spécificité dans leur manière d'accomplir un geste, d'exploiter un appareillage et une technique, de progresser dans l'environnement. Les sports de glisse ont, plus que tout autre sport, la capacité quasiment illimitée, d'aboutir à des solutions différentes autour d'une seule fonction principale. Ces solutions se définissent, entre autres, par la gestualité et les moyens de déplacement : assis, à genoux, couché, avec les mains, les bras ou les jambes, avec ou sans moteur... Toutes ne sont pas évidemment performantes, mais elles ont l'énorme mérite de marquer l'évolution, et sont autant de tentatives, d'inventions et de perfectionnements qui généreront elles-mêmes de nouvelles solutions.

10Dans ce contexte, le surf apparaît plus que jamais comme une activité féconde où technologie et gestualité concourent ensemble à créer de nouveaux moyens récréatifs plus ou moins efficaces et plus ou moins attrayants. Pour celà, il possède de nombreux atouts. Sa fonction, le service qu'il rend, le sens de l'action qu'il offre, sont très aisés à comprendre, ce qui n'est pas toujours le cas avec des générations d'appareillages toujours plus complexes dans leur structure et usage, qui en définitive se révèlent être un frein à l'innovation (H. Larroche). La simplicité déconcertante d'un surf — une simple planche — peut conduire, par conséquent, à de nombreuses modalités ludiques. Il n'y a guère d'appareillage véhiculant plus rudimentaire. En vérité, il en existe encore de plus "dépouillé", nous verrons lesquels plus loin. La seule vraie "complexité" du surf, si elle existe, vient des matériaux du flotteur et des différents procédés de fabrication. Mais ceci n'entrave en rien les possibilités de "dérive" fonctionnelle du concept de base qui est de glisser sur les vagues (Fig. 1).

11Autre faculté caractérisant l'émergence des pratiques du surf et de ses dérivés, la richesse des systèmes et des combinaisons techniques. En effet, un appareillage n'est rien d'autre qu'un ensemble technique décomposable en structures élémentaires (C. Petitdemange). Le surf comprend trois systèmes techniques élémentaires : un flotteur, un ou plusieurs ailerons et un leash (cordage reliant le surfeur avec sa planche). A titre de comparaison, ces mêmes systèmes associés à d'autres vont donner la planche à voile avec, un flotteur, un aileron, une dérive, des foot-straps (cale-pieds), une voile, un wishbone, un mât et un pied de mât. Si les pratiques instrumentées actuelles incorporent un nombre élevé de systèmes élémentaires — en moyenne sept pour les engins glissants ou roulants (D. Hillairet) —, il existe à l'opposé des engins d'un extrême dépouillement technique comme le skim-board, simple planche de bois ou de mousse synthétique.

  • 3 Les bases théoriques de cette dynamique d'évolution ont été abordées pour la première fois dans le (...)

12Chaque fois qu'un objet est inventé, il est possible de le définir de cette façon et de le "situer" par rapport à une réalisation apparentée exploitant certains de ces systèmes techniques ou principes. La planche à voile n'est-elle pas issue d'un flotteur de surf et d'un gréement assimilable à celui d'un dériveur ? Sa fonction est non seulement de glisser comme pour le surf, mais en plus d'utiliser l'énergie vélique comme les dériveurs légers de sport3. Et ainsi, d'appareillages apparentés en appareillages affinitaires, on aboutit à des lignées génératrices de nouveautés qui ont un "air de famille" avec des pratiques instrumentées déjà existantes et plus anciennes.

Des lignées de surf riches et abondantes

13Les lignées révèlent des phénomènes intéressants qui s'appliquent à toutes sortes d'objets techniques (H. Larroche ; D. Hillairet). Tout d'abord au niveau des fréquences d'apparition des nouveautés au sein d'une même famille, c'est-à-dire dans la manière dont elles se succèdent les unes après les autres. Ensuite chaque modification et nouveauté dans la lignée met en exergue les directions de recherche déjà entreprises, et fait aussi apparaître les perspectives de développement futur.

Figure 1 - Principaux appareillages de glisse affinitaires du surf
Air-chair : engin nautique tracté, mi-surf mi-monoski nautique, s'utilisant assis, et comportant un dispositif hydro-foil.
Aquaplane : terme décrivant autrefois les surfs tractés ; aujourd'hui petite planche plate et sans aileron, tractable derrière une embarcation motorisée.
Dune-surf ou surf des sables : surf de petite dimension démuni de ses ailerons, et utilisé pour surfer les pentes de sable, de cailloux, d'herbe.
Fun-board : évolution récente du wind-surf dans les vagues.
Hand-board : petite palme rigide fixée sur la paume des mains ; permet de surfer les vagues en prenant appuis dessus.
Hydro-sled : version tractée du knee-board.
kayak-surf ou surf-kayak : embarcation nautique mi-surf mi-kayak nécessitant des pagaies pour surfer les vagues.
Kayak-surf à moteur : kayak-surf muni d'un petit moteur électrique.
Kite-surf : surf ou skurf relié à un cerf-volant (kite).
Knee-board ou knee-surf : petite planche où l'utilisateur surfe à genoux.
Morey-board : petite planche souple en mousse polyréthanne qui se conduit couché avec des palmes aux pieds.
Ski-board ou Skurf (marque déposée) : version tractée du surf.
Skitract, monotract, hydrotract : prototypes d'engins tractés, mi-surf, mi-skis nautiques comportant un dispositif hydro-foil.
Skim-board : petite planche plate en bois ou en stratifié composite, permettant de surfer les vaguelettes du ressac.
Sky-air : petite planche de surf ou de snow-board adapté à la chutelibre (parachutisme) ; permet effectuer des figues acrobatiques.
Snow-board ou surf des neiges : hybride sur neige du surf aquatique (surf des neiges) ; aujourd'hui engin de glisse dérivé du ski (snow board).
Surf à moteur ou Jet-surf (marque déposée) : planche de surf muni d'un moteur thermique à hélice ou d'une turbine à eau (hydro-surf).
Surf de nage ou planche de nage : flotteur d'aide à la propulsion des nageurs, pouvant accessoirement permettre de surfer les vagues.
Surf-sit : châssis moulé fixé sur une planche de surf standard ; s'utilise assis avec des pagaies.
Wind-surf : ensemble réunissant un flotteur conçu à partir d'un surf, et un gréement vélique conçu à partir d'un gréement de dériveur léger.

Figure 2 - Principales lignées des pratiques issues du surf

Figure 2 - Principales lignées des pratiques issues du surf

14La généalogie des lignées du surf englobe donc, non seulement les différentes orientations de la pratique de base, mais aussi toutes les "inventions" des lignées voisines affinitaires ou non, comme, par exemple, la lignée du snow-board (surf des neiges).

15Tous les phénomènes d'affinité, de dérive et de migration d'un espace de pratique vers un autre, sont autant d'événements essentiels dans l'évolution du surf, mais aussi des pratiques (dans les espaces neige, glace... ou air) où surfer reste la fonction principale (J. de Rosnay) : le snow-board et le ski, le wind-surf et le speed-surf (engins sur glace) ou le speed-sail, le knee-board et le knee-surf (engin tracté sur neige), etc... Certaines de ces lignées peuvent elles-mêmes subir des ramifications sous-jacentes comme par exemple le wind-surf qui se ramifie en fun-board de vagues, de slalom, de course racing, de vitesse...

16Que peuvent nous apporter les lignées techniques d'appareillage dans l'évolution du surf et des pratiques associées ? Quelles sont-elles ? Lesquelles sont les plus riches en solutions techniques ?

17Nous pouvons apporter des éléments de réponse en décrivant schématiquement, en plus de la lignée principale du surf, six types dévolution parallèle (Fig. 2).

18Sur la lignée de base, celle du surf, nous avons deux formes de propagation, qui se retrouvent fréquemment dans les pratiques de glisse moderne.

19Tout d'abord, il existe une propagation horizontale représentant tous les modèles successivement apparus dans la lignée et provenant parfois de convergences techniques nées de la fusion de deux entités indépendantes. Par exemple, en 1937 à Hawaï, on a associé pour la première fois un flotteur de surf et un aileron en fibre de verre (L. Lueras).

20Ensuite, il existe une propagation verticale et divergente, se traduisant par la création de lignées secondaires. Ces "lignées-filles" ont des relations de réciprocité avec la "lignée-mère". Dans les années soixante, il y a eu émergence de deux lignées spécifiques, l'une concernant les flotteurs longs de vitesse, l'autre les flotteurs courts de figure (fig. 3).

21Dans chacune de ces deux "lignées-filles", on trouve, en marge des modèles "classiques" du surf (mono-flotteur rigide avec un ou plusieurs ailerons), tous les "essais" sans prétention des planches de surf multi-flotteurs, démontables, gonflables ou encore modulaires.

22Parmi les six lignées affinitaires, la première concerne des pratiques exploitant "la propulsion gravitaire". Les appareillages dans cette lignée sont d'une certaine manière des appauvrissements techniques et gestuels du surf. Le skim-board en est l'expression la plus simple. S'utilisant en bordure de plage, il permet de réaliser des glissades sur une fine pellicule d'eau, mais aussi des figures acrobatiques sur les vaguelettes (360°, salto avant ou arrière...). Souvent construit autour d'une simple planche en bois légérement spatulée, il ne nécessite pas un apprentissage important et permet de "glisser" dès les premières minutes de prise en main.

  • 4 D'autres engins glissants ou roulants permettent d'accomplir un 360° dans le plan frontal ou média (...)

23Une autre catégorie s'articule autour d'un mini-flotteur de surf. Le morey-board et le knee-board, deux pratiques récentes, en sont les deux meilleurs représentants. L'utilisateur est couché sur le flotteur pour le premier, à genoux pour le second. Muni de palmes aux pieds, il peut surfer les vagues, réaliser de nombreuses figures classiques du surf, et effectuer de surcroît certaines figures originales que seules ces planches peuvent permettre. Le 360° complet dans le "tube" de la vague (rotation complète dans le plan vertical) n'est en effet réalisable, dans la nature, qu'avec ces deux engins4. Beaucoup plus marginal mais néammoins intéressant, le hand-board. Sorte de mini-palmes manuelles, il permet des glissades en prenant appui sur les vagues. Il a de nombreux adeptes (les body-boarders), essentiellement dans les îles hawaïennes et polynésiennes.

Figure 3 - Principale évolutions du surf

Figure 3 - Principale évolutions du surf

24La seconde lignée concerne les pratiques de surfing exploitant "la propulsion et la traction vélique". La plus connue concerne la planche à voile avec chronologiquement le wind-surf et ses versions, standard, open/régate, free-style et saut, puis le fun-board et ses versions, "wave", slalom et "raceboard" (régate).

25Beaucoup moins connues, d'autres pratiques utilisent aussi l'énergie du vent. Le kite-surfing est l'une de ces disciplines. Très physique, le surf est relié à un cerf-volant (kite) de formes et de dimensions variables selon la force du vent et le but recherché, vitesse, free-style ou saut. Le cerf-volant généralement utilisé ressemble sur bien des points à un mini-parapente, par sa conception, sa géométrie, et des matériaux identiques (toile de spinnaker).

26La troisième lignée concerne une génération de pratiques utilisant des appareillages combinant à la fois "propulsion gravitaire et humaine". La plus représentative est le kayak-surf. Issu du surf et du kayak de mer, il se pratique assis. L'utilisateur peut surfer les vagues et se mouvoir avec une pagaie comme en kayak. Une grande variété de kayak-surfs sont diffusés sur le marché des loisirs nautiques : pour enfants, gonflables, démontables, pour deux personnes...

27La quatrième lignée concerne les pratiques "mécano-propulsées". Il s'agit d'activités dérivées du surf, comportant un moteur embarqué. Ces engins sont autonomes, et le surf motorisé en est le principal représentant. C'est la variante motorisée du surf conventionnel. Moins attrayant que son aîné, l'hydro-surf ou le surf-jet (autres noms du surf motorisé) présente néanmoins l'avantage de s'utiliser sur n'importe quel plan d'eau calme, grâce à la vitesse générée par le moteur. Les possibilités d'évolution sont proches de celles du surf... avec le bruit en plus. Pour des raisons de sécurité, le moteur à hélice est souvent remplacé par une turbine à eau. Dans cette même lignée, on a aussi des versions motorisées issues du surf comme le surf-kayak à moteur. Cet engin dispose d'une version respectant l'environnement avec moteur électrique et batteries rechargeables.

28La cinquième lignée concerne les pratiques "mécano-tractées". A l'opposé de la précédente, les appareillages nécessitent ici une force motrice mécanisée externe. Glisser est possible grâce à la vitesse créée par l'embarcation tractrice, comme en ski nautique. Deux types d'appareillages se partagent cette lignée.

29Tout d'abord, les ski-boards ou Skurf (marque déposée) qui sont des flotteurs de surf de dimension réduite et possédant des foot-straps comme ceux existants sur les skis nautiques. Cette pratique mi-ski nautique, mi-surf, misnow-board permet de surfer les vagues produites par l'embarcation tractrice.

30Les variétés d'évolution se rapprochent beaucoup de celles des appareillages ci-dessus, et en particulier les figures réalisées dans l'une des disciplines du snow-board, le "half-pipe" (acrobaties dans une pente ayant la forme d'un demi-tube aux bords relevés).

31Ensuite, les knee-boards tractés ou Hydro-sleed (marque déposée). Petits flotteurs comportant une pièce moulée à la forme des jambes, ils s'utilisent à genoux. Cette activité sportive est en vogue aujourd'hui avec ses championnats nationaux et internationaux divisés, comme pour le ski-board, en trois disciplines : free-style, slalom et saut.

32Sixième et dernière lignée, celle des pratiques apparentées au surf, mais dont le milieu de pratique est différent. En s'appropriant les techniques gestuelles du surf et en s'accaparant la spécificité et/ou les ensembles techniques du milieu receveur, ces pratiques sont des modalités hybrides, tout au moins lors de leur apparition. Le snow-board est l'exemple type. Né de de la gestualité du surf et de la technologie du ski alpin, il est devenu au fil des années, un sport de glisse universel. Au départ, il avait tout d'une planche de surf sur eau. Les premières planches étaient d'ailleurs des flotteurs de surf améliorés par une structure en mousse synthétique et une peau en fibre de verre. Les cales-pieds, embryons des fixations actuelles, provenaient eux, de la planche à voile. Seuls des petits ailerons métalliques laissaient supposer un usage non-nautique. A l'époque, il n'était pas encore question de surfer sur des pistes damées, les carres métalliques n'étant pas encore adoptées. Le surf des neiges s'est ensuite complétement métamorphosé pour devenir un engin de glisse spécifique et identique dans sa conception à un ski alpin, le snowboard.

33Un phénomène similaire de migration se retrouve avec le sky-air. Cette pratique, très élististe qui nécessite au moins 500 sauts en chute libre, consiste à faire des acrobaties, souvent spectaculaires, surf accroché aux pieds.

34Autre pratique hybride, le surf des sables ou dune-surf. Ce surf "terrestre" nécessite un surface solide et glissante : cailloux, gravier, sable, herbe, bitume...

35Toutes ces lignées affinitaires du surf révèlent, d'une certaine façon, la capacité d'une discipline à s'adapter et se transformer autour d'un concept de base, la glisse. Certaines sont attrayantes et peuvent donner des activités sportives prometteuses, alors que d'autres au contraire ne sont que de simples modalités ludiques sans prétention de développement. Mais toutes ont le mérite d'exister. Au départ, lors de leur invention, chacune était dotée de la même dynamique d'évolution. C'est leur manque d'originalité sportive par rapport à d'autres pratiques "concurrentes" qui les condamne souvent. Cependant, quoiqu'il arrive, elles apportent toutes une contribution non-négligeable à l'ensemble d'un secteur, où chaque nouveauté participe au développement de sa propre lignée et à celles qui lui sont voisines (J. Schumpter). Nous avons là un processus et un potentiel d'innovation unique dans le système des sports, qui promet aux pratiques de glisse un futur brillant et très créatif.

Principales évolutions du surf : une histoire morpho-technique exemplaire

36Le surf a pris un nombre considérable de formes tout au long de son histoire, souvent très différentes les unes des autres. Certaines sont considérées comme marquantes dans l'évolution de la pratique, alors que d'autres resteront à jamais exotiques. Toutes sont cependant essentielles dans l'ontogénèse des pratiques nautiques ayant le surf et la glisse comme vecteurs communes. Quelles sont les principales étapes ?

37Comme nous l'avons déjà dit précédemment, l'origine du surf remonte à la nuit des temps, puisqu'il était, dans sa version primitive, un divertissement souvent rituel chez les peuplades des îles polynésiennes. Il s'utilisait alors de trois façons : assis avec des pagaies, à plat ventre et dirigé avec les mains, et debout. Il était taillé dans la masse d'un tronc d'arbre, et les essences utilisées variaient selon l'origine sociale : pour les fortunés, chefs et familles royales, Koa ou Wiliwili, bois rares poussant à l'intérieur des îles dans les zones montagneuses ; pour les autres, troncs de bananier ou d'arbre à pain (L. Lueras). Une fois sculptée aux dimensions voulues, la planche était enduite d'huile de noix de coco pour augmenter la glisse.

38A l'époque des premiers aventuriers, dans les années 1780, il y avait déjà trois modèles différents ayant chacun un usage précis. Le modèle Olo (et. fig. 3) épais au centre et fin sur ses bords, devait être présenté de côté à la vague pour ne pas chavirer. Le modèle Kiko'o de 4 à 6 mètres destiné aux vagues "brisantes", était apprécié pour sa vitesse, beaucoup moins pour ses manœuvres. Et enfin, le modèle Alaia de 3 mètres environ, large à l'avant, fuselé à l'arrière, était destiné aux surfeurs chevronnés.

39Les formes, les matériaux et les dimensions changèrent peu jusqu'aux années 1925-30, avec les premières planches creuses construites par Tom Blake (modèle Cigar). Encore à cette époque, les flotteurs pouvaient mesurer plus de 4 m de long, 1 m de large et 60 kg !

40Puis, les formes se modifièrent peu à peu à partir des années 1940-50 avec l'apparition des matériaux synthétiques, permettant de concevoir des planches plus courtes, plus performantes dans les manœuvres, et surtout moins lourdes. Les premiers modèles vraiment adaptés au surf moderne étaient formés d'une mousse polystyrène prise en sandwich dans des feuilles de contre-plaqué vernis (1949). La fibre de verre associée à une résine polymérisable fut adoptée en 1937 d'abord dans les ailerons, ensuite sur les flotteurs. Les composites thermodurcissables et la mousse polyuréthanne encore en vigueur aujourd'hui, furent adoptées dès les années 1940 et 1959.

41C'est à partir des années 1930-40, que des recherches importantes sur des formes nouvelles furent entreprises. Chaque surfeur se devait d'avoir un dessin de planche original et personnel. Les différences vont provenir non seulement, de la personnalité de chaque surfeur (agressif, radical, poids...), mais aussi des conditions locales de navigation et de la taille des vagues. A l'extrême, un flotteur était destiné à une "droite" ou "gauche" précise (direction prise par la vague déferlante, vue de la plage).

42Dans les années 1960, une étape importante marqua l'évolution contemporaine du surf, avec l'apparition de deux lignées bien distinctes, les planches longues et les planches courtes.

43Les premières ou Malibu sont fines et techniques ; les spatules avant et arrière sont pointues, et le maître-bau (plus grande largeur du flotteur) est situé à équidistance des extrémités. Pour ces flotteurs, la qualité essentielle doit être l'aptitude à la vitesse. Destinées à des “spots" bien précis et peu nombreux sur le globe, elles ne sont vraiment utilisables que dans des conditions exceptionnelles de gros temps.

44Les secondes ou Hot-dog sont beaucoup plus variées dans leur forme. Plus courtes que celles de la lignée voisine, entre 2 et 2,5 mètres seulement, les planches courtes subissent surtout des modifications de l'outline arrière (dessin de la plage arrière vue de dessus) pour des raisons de dirigeabilité : en pin-tail (en pointe) avec un, deux, trois décrochements au niveau du rail, en fish-tail (deux pointes affinées symétriques) avec un ou plusieurs décrochements, ou encore en round-tail (arrondie) avec un ou plusieurs décrochements. Depuis les années 1975, l'outline des flotteurs actuels n'a pratiquement pas changé. Les flotteurs modernes sont assez agressifs avec une spatule très affinée, un maître-bau au deux tiers avant pour assurer une portance maximale hors de l'eau, et un arrière simple c'est-à-dire droit ou légèrement round-tail.

45L'une des raisons de la richesse morphologique du surf moderne provient beaucoup de la plasticité des matériaux successivement utilisés, d'abord le bois puis les composites stratifiés, et enfin les plastiques techniques. Cette caractéristique a évidemment permis de tester toutes sortes de solution, étant donné l'accessibilité des deux premiers matériaux à la construction amateur. Aucun autre engin de glisse n'a pour l'instant atteint ce niveau de développement. Jusqu'à très récemment, la moyenne et grande série n'étaient pas envisageables, la mise en forme du pain de mousse, la stratification (moulage "au contact") et la finition étant longues, minutieuses et délicates. La fabrication des surfs est longtemps restée du domaine de la construction unitaire. Quelques fabricants précurseurs ont malgré tout développé des procédés de conception industrielle proches de la grande série. Notamment en France, où le fabricant Borland, dans les années 1970/80, a conçu un système de découpe et de mise en forme automatisée du pain de mousse.

46Ce frein technologique dans le développement commercial du surf, apporte cependant aujourd'hui un gros avantage, peut-être primordial : chaque flotteur est unique dans ses lignes de cotes et dans sa forme. Il peut être conçu pour un surfeur en particulier et pour un programme donné (vitesse, figure, petite ou forte houle...), voir pour un "spot" donné. D'où l'apparition "d'artisans/shapeurs" locaux ayant chacun leur secret de fabrication souvent très adapté aux conditions de navigation locale. Le surf devient alors un objet personnalisé et inimitable.

47Mais certains fabricants proposent aujourd'hui des procédés et des matériaux nouveaux brisant cette situation. Des peaux en matériaux thermodurcissables rotomoulés, ou des thermoplastiques injectés permettent d'obtenir des flotteurs en grande série et de bonne facture. Une grande marque française, la société BIC, diffuse depuis peu un modèle de surf (le Mini-Malibu) aux performances satisfaisantes, d'un prix inférieur de deux tiers à celui d'un modèle artisanal.

Similitudes entre les formes de surf et certains appareillages de glisse

48Tout objet subit au cours de son cycle de vie, des transformations qui vont généralement dans le sens d'une spécialisation des formes et des techniques, répondant non seulement à des impératifs de performances mais aussi à des critères de diffusion et de marketing. Un produit aux lignes courbes et harmonieuses, c'est-à-dire comportant un bon design, voit augmenter ses chances de séduction auprès des pratiquants et acheteurs (C. Lorenz). Le surf et tous ses dérivés n'échappent pas à cette réalité économique. Bien au contraire, les industriels exploitent à fond ce créneau. Le marché du ski et monoski nautique est un bon exemple. Toute innovation doit s'exprimer ici dans la forme, car les progrès proviennent pratiquement toujours des matériaux de structure ou des procédés de fabrication, rarement perceptibles en tant que tel par l'utilisateur. Le perfectionnement morphologique est de loin la solution la plus attractive. Il permet à la fois d'exprimer un seuil de technologie, et de répondre aux tendances de consommation et de mode (J. Schumpter ; D. Hillairet). D'où son importance...

49Si les formes des appareillages de glisse ont chacune leurs spécificités, avantages et inconvénients, il existe cependant une certaine typologie des formes géométriques. En effet, la morphologie des systèmes glissants est révélatrice d'un niveau de performance espéré et attendu par le pratiquant, et d'un niveau qualitatif de performance atteint par le producteur (fabricant, concepteur, inventeur...). Dans ce domaine, il s'agit, en général, toujours des mêmes finalités : augmenter les caractéristiques aérodynamiques ou hydrodynamiques, les performances d'usage, et répondre aux tendances esthétiques du moment.

50Les améliorations d'un système flottant ou glissant comme un flotteur de surf ou de wind-surf proviennent donc d'études scientifiques de haut niveau : meilleur écoulement des fluides sur les surfaces et réduction des frottements (A. Midol ; T. G. Mathia), atténuation des phénomènes physiques perturbatoires et parasites dans les structures (aileron et flotteur).... La durée de vie de ces systèmes, maintenue artificiellement par un niveau de performance, dépend aussi du seuil théorique au-dessous duquel tout produit est dépassé (J. Perrin). Ce seuil est également tributaire de la forme des surfaces en contact avec l'élément liquide dans le cas des activités nautiques, avec la neige pour de nombreuses activités de glisse. Ces deux milieux comportant certaines similarités physiques et mécaniques, nous pouvons penser que le surf et sa grande quantité de formes déjà inventées, peuvent constituer une base de référence morpho-structurelle intéressante (Fig. 4).

51Ainsi, nous pouvons voir que des appareillages évolués et récents sont plus ou moins des "copies" de surfs récents, ou au contraire que des appareillages anciens et moins évolués sont très semblables à des surfs plus anciens. C'est le cas, par exemple, d'engins de glisse sur neige comme les snow-boards et monoskis qui ont une parenté de forme, toutes proportions gardées, avec des surfs des années 1930 : même ligne de côte droite, et même spatule étroite et pointue. La morphologie du canoë-kayak a un fort lien de parenté avec les surfs du type Surf Cigar des années 1920-1930. Les flotteurs de la lignée des fun-boards, comme les premiers modèles construit en série (planches Sodim et Borland) ont aussi cette particularité.

52Autre exemple significatif, celui de la planche Dufour qui ressemble ni plus, ni moins au modèle de surf Stantwise des années 1940 élaborée trente années plus tôt.

53Le surf apparaît donc bien comme un exemple dévolutions morphologiques, ponctué par de nombreuses mutations, heureuses ou malheureuses, fruit d'une longue coopération entre l'homme, la nature, et les progrès techniques (W. Nachtigall ; A. Maurice).

Des brevets d'invention révélateurs des possibilités techniques...

54Toute nouveauté instrumentale, à vocation sportive ou non, est aujourd'hui associée à un ou plusieurs brevets d'invention. Plus que de simples moyens de protection contre l'exploitation frauduleuse des idées, les brevets sont la mémoire de l'évolution des techniques ; ils sont aussi représentatifs de l'activité créative de l'homme à solutionner un problème. Ils sont le reflet du savoir-faire de chaque époque, et à ce titre précieux dans le développement d'une lignée d'appareillages (D. Hillairet ; F. C. Desprat). Dans un système de lignées techniques, les inventions rendent compte non seulement des réponses à un problème bien défini, mais permettent aussi de découvrir des idées et principes voisins, souvent invisibles lorsque l'on considére les seules réalisations diffusées sur le marché. En effet, les produits commercialisés sont issus de 5 % seulement de solutions brevetées. Si l'on ne s'intéresse pas aux brevets, on perd 95 % de la technique vraiment existante (E. Hausser). Les inventions brevetées forment donc un véritable dictionnaire d'idées et de principes sur les évolutions passées, mais aussi sur les perspectives de développement à venir (D. Hillairet).

Figure 4 - Analogies morphologiques entre les modèles de surf et certains appareillages de glisse

Figure 4 - Analogies morphologiques entre les modèles de surf et certains appareillages de glisse

Figure 5 - Lignées de brevets d'invention afinitaires du surf

Figure 5 - Lignées de brevets d'invention afinitaires du surf
  • 5 Dans le domaine des pratiques sportives, les brevets d'invention ne sont pratiquement jamais trait (...)

55Pour toutes ces raisons, les brevets sur le surf et ses dérivés sont d'un apport capital dans l'étude de leur évolution, qu'il serait impardonnable et bien dommage d'ignorer ici5. En étudiant plus de 40 années de brevets français et européens dont "surfer" constitue la fonction principale (pour le wind-surf ou le fun-board, "surfer" devient une fonction secondaire), nous avons pu établir six lignées principales de brevets (D. Hillairet) (Fig. 5).

  • 6 T. Blake déposa le premier brevet sur le surf. Il s'agit du brevet US no l 872 230 "Aquaplane creu (...)
  • 7 Dans la fig. 5 ne sont représentés que les brevets "de principe" les plus significatifs des tendan (...)
  • 8 Une invention est brevetable si elle répond favorablement à trois conditions de brevetabilité qui (...)
  • 9 Un brevet "tombe" obligatoirement dans le domaine public après vingt ans, si le déposant de l'inve (...)

56Les premiers brevets sur le surf (on disait aussi aquaplane à l'époque) remontent aux années l 930 avec le brevet déposé par T. BLack6. S'il n'apparaît pas ici de grandes inventions "de principe" (en opposition aux inventions "de perfectionnement")7, nous pouvons donner trois explications : tout d'abord, les formes de modèles de surf ne sont pas brevetables8 ; ensuite, le surf comme entité technique étant tellement simple, il est bien difficile d'obtenir un brevet pour un principe similaire sans tomber sur les revendications du brevet de base (en l'occurence celui de T.Blake) ; enfin, depuis que l'invention du surf est du domaine public9, "l'idée" du surf peut être reprise industriellement par qui le désire, puisque le brevet est déchu de toute propriété, vingt ans après sa première année de protection. Si le brevet du surf est revendiqué depuis 1930 par celui de T.Blake, il est du domaine public depuis 1950, c'est-à-dire vingt années plus tard. Idem pour le brevet du windsurf déposé en 1968 par H.Schweitzer qui est du domaine public depuis 1988.

57Autant la lignée du surf est pauvre en principes fondamentaux pour les raisons évoquées ci-dessus, autant elle est relativement riche en brevets "mineurs" concernant entre autres les flotteurs souples et/ou gonflables, rigides en plusieurs parties, avec châssis moulés... Quelques uns ont généré des produits commerciaux, mais sans grand succès. Seuls ceux essayant d'approcher la pratique sous un aspect différent, c'est-à-dire sans la substituer et la dénaturer, comme par exemple les inventions permettant un apprentissage plus aisé, ont trouvé une réceptivité suffisante chez les sportifs, et donc aussi chez des fabricants.

58Deuxième lignée importante de brevets, les kayak-surfs. Les inventions sont souvent bien conçues et aboutissent à des solutions intéressantes, tant du point de vue technique que sportif. Elles améliorent soit l'effort de propulsion de l'utilisateur notamment avec un meilleur usage des pagaies, soit le confort avec une ergonomie plus adaptée du siège et de l'emplacement des jambes, soit enfin le profil de la carène et donc les caractéristiques de navigation. Cette lignée de brevets, en forte expansion aujourd'hui, générera des produits et des pratiques sportives répondant bien à une tendance actuelle pour des pratiques faciles d'accès, à la fois "relaxes" pour des promenades en eau calme, et sportives pour "surfer" les vagues en mer, ou les rapides en rivière. De plus, se prêtant bien à une utilisation derrière une embarcation motorisée, les kayak-surfs forment des pratiques "multi-usages" par excellence. Un point positif dans un secteur très concurrentiel.

59Troisième lignée, les skim-boards. Cette lignée de brevets est relativement fructueuse, peu par ses nouvelles possibilités d'usage, mais par ses déclinaisons possibles : rondes, ovales, longilignes, sans ou avec spatule, sans ou avec ailerons, creuses ou pleines... Cette grande diversité s'explique par l'extrême simplicité du skim-board, et par sa très grande transportabilité. Quant aux matériaux utilisés, ils sont variés : bois standards ou exotiques, composites à base de fibres de verres ou de Kevlar/carbone, mousses polyesters ou polyuréthannes, thermoplastiques injectés ou extrudés... Il existe même un modèle breveté construit autour d'une plate-forme en aluminium.

60Quatrième lignée importante, les surfs tractés. Elle comporte de nombreuses réalisations, pas toujours probantes sur le plan sportif, mais qui méritent cependant d'être signalées, car participant pleinement à l'évolution des techniques du surf. Deux sous-lignées apportent des solutions originales : les inventions qui s'utilisent avec une embarcation motorisée, et celles qui s'utilisent en "statique" dans un courant d'eau, une rivière par exemple. Qu'ils soient dans l'une ou l'autre des deux lignées ci-dessus, les appareillages s'articulent autour d'un dispositif de trapèze manuel indépendant du surf et solidaire de la corde de traction comme dans le brevet no 2 595 954 (cf. fig.5), ou d'un dispositif de retenue manuel solidaire du surf, comme dans le brevet no 2 250 551. Ce dernier type est actuellement en pleine expansion et donnera d'ici quelques années des produits techniquement très intéressants, à fort potentiel de développement ludique, et mettant en œuvre des possibilités gestuelles inconnues jusqu'à présent. Nous donnerons plus loin, un exemple de réalisation.

61Cinquième lignée de brevets, les surfs motorisés. Ajouter un moteur à un surf n'est pas une idée récente, puisqu'il existait déjà en France des brevets dans les années 1960, période qui coïncide d'ailleurs avec l'avènement du surf sur les côtes landaises.

62Les brevets les plus marquants concernent les surfs motorisés à hélice où l'utilisateur est debout, ou assis comme sur une embarcation à moteur conventionnel. A la différence des appareillages "mécano-tractés" de la lignée voisine, qui gardent une étiquette de discipline de glisse libre et non-mécanique — même s'ils nécessitent un engin tracteur —, les appareillages sont considérés ici dans l'esprit des "puristes" comme des hybrides du jet-ski et autres engins pollueurs. Ces "pseudo-machines écologiques" (C. Pociello) s'adressent à une population très différente de sportifs, celle des "accros" de vitesse et du vrombissement des moteurs.

63Enfin, sixième et dernière lignée, les surfs de nage. Ces inventions qui sont plus des embarcations d'aide aux nageurs, méritent cependant une attention particulière dans les évolutions du surf puisqu'elles s'inspire beaucoup de celui-ci. Rappelons que l'histoire de ces planches de nage est intimement liée avec celle du surf, puisqu'à une époque ils ne formaient qu'un. En effet, l'une des disciplines du surf ancien consistait à "nager" le plus rapidement possible, sur une distance déterminée, à l'aide des bras.

64Cette lignée, très prolifique en inventions de tout genre, développe des solutions techniques originales mais souvent complexes à mettre en œuvre.

65Parmi celles-ci des appareillages principalement orientés vers la forme des carénages comme dans le brevet no2 534 875, ou vers l'optimisation de l'effort musculaire des membres inférieurs (pédales, chaînes, engrenages, courroies, poulies...) comme dans les brevets no 2 409 192 et no 2 616 408. Il faut reconnaître ici que les inventions présentent relativement peu d'attrait pour les glisseurs nautiques. Par contre, pour les nageurs, chasseurs sous-marins et autres plongeurs avec ou sans bouteille d'oxygène, l'intérêt est déjà plus évident.

66Nous devons voir dans toutes ces inventions brevetées, un produit en puissance, une pratique majeure qui sommeille. Chaque progrès réalisé sur une lignée d'appareillages doit être considéré comme une avancée technique exploitable, ou bien incitative à de nouveaux développements. Tout est générateur, même les idées les plus étranges. Celles-là ont encore plus d'impact que les autres ; elles peuvent réorienter et relancer une lignée, une activité en perte de vitesse, et donner les moyens nécessaires pour en créer de nouvelles.

Nouvelles tendances, nouvelles pratiques, nouveaux objets

67Parmi toutes les réalisations de ces dernières années, il s'en trouve logiquement qui sont plus séduisantes que les autres. La planche à voile, le skurf, le skim-board ou le kayak-surf dans la vague, l'hydro-speed (luge de rivière) ou certains dérivés du raft dans l'eau-vive, le monoski, le snow-board, le FIGL (petit ski alpin) ou le snowscoot (sorte de vélo-ski se pratiquant debout) dans sur la neige, le trottinherbe (trottinette d'été pour les pistes de ski), le skigreen (ski sur herbe) ou le skate-board sur terre, le parapente, la parafan (parapente à moteur), le delta-plane ou l'ULM (delta-plane à moteur) dans les airs, sont de celles-là. Tous ces appareillages permettent de découvrir de nouveaux espaces, d'accéder à des nouveaux plaisirs, et représentent à chaque fois une nouvelle forme de déplacement ludique. Si pour certains, internationalisation et reconnaissance olympique sont les étapes ultimes du processus de développement social, culturel et sportif, il ne faut pas oublier qu'au départ ils n'étaient pour beaucoup d'entre eux, que de "vulgaires" objets souvent cabossés de tous côtés, rafistolés au fond d'une remise ou d'un garage, et dont la vue prêtait généralement à sourire. Qui pouvait prévoir, en voyant l'invention de H. Schweitzer et H. Drake que ce drôle d'engin à voile deviendrait un jour wind-surf, puis discipline olympique avec ses champions, ses fédérations et une industrie à l'échelle mondiale ?

68Avant d'aborder les caractéristiques prospectives particulières aux pratiques issues du surf, donnons au préalable quelques tendances d'évolution généralisables à l'ensemble des pratiques sportives instrumentées de cette fin de siècle (D. Hillairet).

  • 10 C. Pociello montre très bien l'opposition actuelle entre les disciplines qui permettent d'entrer e (...)

69Concernant les tendances de consommation, les pratiques nécessitent de plus en plus un équipement très spécialisé et ciblé vers une catégorie socioculturelle donnée, et pour un niveau sportif donné. Un modèle pour chaque bourse, un modèle pour chaque niveau. Cela implique évidemment une augmentation des écarts entre pratiques populaires et pratiques élististes, entre pratiques ludiques à faible implication sportive et pratiques compétitives fortement sportives10. Dans les années à venir, les attentes de consommation dans le domaine des loisirs sportifs, s'orienteront de plus en plus vers des pratiques instrumentées qui combineront dextérité, vitesse, aventure, vertige, sensationnel et prise de risque.

  • Les tendances technologiques concernent surtout les procédés de mise en œuvre, avec une simplification des étapes de fabrication et l'emploi de matériaux plus légers et recyclables. C'est le grand retour des matériaux "écologiques'' comme le bois et "nobles" comme l'aluminium (car recyclable), qui eux aussi ont bénéficié du progrès de ces dernières années. Les appareillages sont de plus en plus constitués d'éléments mono-blocs d'un seul tenant, réduisant au minimum le nombre des pièces et les opérations d'assemblage toujours coûteuses. Dès leur origine, ils sont prévus pour un "dumping" programmé de leur cycle de vie, grâce notamment aux possibilités de personnalisation et de spécialisation des performances, en ajoutant des accessoires ou des éléments interchangeables.
  • Les tendances esthétiques s'orientent vers une grande lisibilité des formes, tout en gardant un aspect agréable. Unité fonctionnelle et plastique sont aujourd'hui la clef de la réussite. Nouveau "look", nouvelles formes et nouveaux matériaux constituent un trio inséparable (E. Labouze).
  • Sur les tendances marketing, l'industrie du sport génère de plus en plus des matériels dont la durée de vie reste éphémère, malgré une fonctionnalité "théorique" de plus en plus importante. Aujourd'hui, la réceptivité et l'intérêt d'une nouveauté se mesure mieux par rapport au service qu'elle rend, que par le niveau de technicité qu'elle propose. D'où l'importance grandissante de la forme des objets et des études de design (D. Quarante).
  • Sur les tendances environnementales, les appareillages qui réussissent le mieux à s'imposer en tant qu'activités nouvelles, sont ceux qui s'intégrent très facilement dans le milieu naturel, ou qui s'adaptent bien aux infrastructures existantes, c'est-à-dire qui ne nécessitent pas, ou peu, d'équipements nouveaux et spécifiques.

70Si nous pouvons dégager certaines tendances d'évolution des appareillages sportifs en général, nous pouvons aussi cerner celles qui concernent les pratiques affinitaires du surf en particulier.

71Pratique ancestrale adulée depuis la nuit des temps, le surf en tant qu'entité sportive ne peut subir que des modifications mineures. Son développement futur ne concerne que des modifications structurelles provenant principalement du progrès sur les matériaux. Par contre, des solutions nouvelles pourront provenir des transferts techniques entre lignées d'objet et secteurs d'activité. Des applications utilisant les matériaux à mémoire de forme pourraient très bien, d'ici quelques années, voir le jour dans certains appareillages, comme par exemple des flotteurs à géométrie variable. Le bord d'attaque de la partie arrière, ou l'inclinaison frontale des ailerons pourront varier en fonction de la vitesse et des contraintes excercées lors d'une figure.

72Globalement, le surf évoluera beaucoup moins dans les prochaines décennies que les autres pratiques de glisse. Serait-ce dû à sa longue et riche histoire, ou bien au seuil de perfection atteint et au delà duquel toute nouvelle modification entraînerait une dégradation des performances ? C'est très probable.

73Par contre, en marge du surf traditionnel dans les vagues océaniques, il est possible qu'émergent des pratiques dédiées à un type d'environnement précis. Le surf dans les piscines à vagues en est une évolution actuelle, mais dans l'avenir, on peut très bien imaginer des applications qui concerneront le surf "indoor''ou bien le surf sur une vague artificielle créée par exemple en aval d'un barrage.

74De toute façon, les meilleures améliorations du surf vont plus venir des changements comportementaux et gestuels des utilisateurs que du surf lui-même.

75Pour certains appareillages affinitaires, comme le skim-board et le morey-board, là encore, il ne faut pas s'attendre à des révolutions majeures. Seuls de nouveaux matériaux viendront "revitaliser" ces pratiques déjà bien matures. Mais, verront probablement le jour certaines nouvelles combinaisons techniques. L'association d'un morey-board avec un hydro-speed (luge de rivière) pourrait donner un compromis intéressant de surfing couché.

76Mais, les évolutions les plus notoires auront lieu dans les lignées "mécano-tractées". Les appareillages de cette lignée sont plus "réceptifs" à la formulation de nouvelles idées. Ici l'innovation provient beaucoup de l'influence gestuelle de pratiques voisines et de la facilité d'incorporation de systèmes techniques déjà connus, mais pas ou peu exploités. Les ski-boards sont nés de cette faculté, le ski et le monoski nautique ne présentant plus de signe tangible d'évolution technique et gestuelle majeure, il était presque logique qu'une activité nouvelle apparaisse pour répondre aux “standards" des nouvelles glisses.

77L'activité créative dans cette lignée peut aussi provenir de l'application d'un principe novateur, jusqu'alors inconnu. Le résultat produisant alors des appareillages nouveaux, aussi bien dans leur gestualité, que dans leurs principes techniques. Le skitract est un bon exemple du genre de solutions envisageables, son originalité provenant de la position de l'utilisateur, inédite dans les activités sportives, qui est celle du motard couché sur sa moto (Fig. 6).

78Les appareillages de ce type (skitract, hydrotract et monotract) sont intéressants sur bien des points. Ils exploitent le principe du surf sans restriction, puisqu'ils s'utilisent comme le skurf, derrière une embarcation motorisée. Ils ne nécessitent pas un apprentissage long et fastidieux puisque l'équilibre est grandement facilité par un guidon de préhension. Ils mettent en jeu des comportements moteurs très proches de ceux de la trottinette pour l'hydrotract, du monoski nautique et du skurf pour le monotract. Enfin ces inventions utilisent un dispositif technique récent dans le domaine des sports nautiques individuels : l'hydro-foil. Ce système hydro-porteur apporte à lui seul un intérêt sportif majeur. Jusqu'ici mal maîtrisé, son usage sous les appareillages de glisse existants ne fait que commencer. Déjà certains engins comme l'air-chair (sorte de monoski nautique où l'utilisateur est assis), en exploite le principe avec succès... sur les côtes californiennes.

79Pour conclure, nous pouvons dire que le surf et ses dérivés ont un fort potentiel de développement tant dans les structures et les configurations que dans les formes. Cependant les aspects technologiques ne composent que l'une des facettes venant influer sur leur devenir. Il faut aussi aborder l'évolution des pratiques de glisse selon les aspects sociologiques, économiques, géographiques.... tout aussi essentiels.

80Par ses origines, par sa simplicité exemplaire, par sa mythologie et par sa culture induite, le surf est certainement l'une des plus belles modalités ludiques offerte à l'homme pour se mouvoir dans la nature, tout en respectant celle-ci, en la dominant et en s'incorporant à elle le plus harmonieusement possible. "L'homo-glisseur" faisant totalement corps avec son environnement n'existe pas encore, mais avec les pratiques du surf, ce rêve devient de jour en jour moins lointain.

Figure 6 - Une nouvelle génération d'engins de glisse sur eau : le skitract et ses dérivés

Figure 6 - Une nouvelle génération d'engins de glisse sur eau : le skitract et ses dérivés

Bibliographie

Bibliographie sommaire

SIMONDON, G. Du mode d'existence des objets techniques. Paris : Aubier, 1989.

VIGARELLO, G. Techniques d’hier... et d'aujourdhui. Paris : EPS-R.Laffont, 1988.

POCIELLO, C. Pratiques et équipements sportifs ; prospective et processus d'innovations ; Actes du Colloque Jacques Cartier, Edit. STAPS, 1990.

ANDREFF, W. Les inégalités entre disciplines sportives : une approche économique, sous la dir. de C. Pociello, Sports et société. Paris : Vigot, 1984.

DEFRANCE, J. L'adoption de la perche en fibre de verre, revue Culture et Technique, no 13, 1982.

POCIELLO, C. Espaces sportifs, innovations et prospective, revue Corps, espaces et pratiques sportives, Université des Sciences humaines de Strasbourg, 1991.

MAUNOURY, J.L. La génèse des innovations. Paris : PUF, 1968.

LARROCHE, H. Tucny, Y. L'objet industriel en question. Paris : Edition du Regard, 1985. PETITDEMANGE, C. Créer et développer vos produits. Edition AFNOR, 1987.

HILLAIRET, D. Le système P.I.S.T.E. (Prospective et Innovation des Sports à Technologie Elevée) - Analyse des engins véhiculants à partir des brevets d'invention et des produits diffusés sur le marché français, Thèse de Doctorat, Université de Paris XI, 1992.

DE ROSNAY, J. Le guide des sports planants, revue Le Sauvage, Juillet 1978.

POCIELLO, C. La force, l'énergie, la grâce et les réflexes. Sports et société, Paris : Vigot, 1984.

LUERAS, L. Surf. Le plaisir des dieux. Paris : Gallimard, 1987.

SCHUMPTER, J. Théories de l'évolution économique Paris : Dalloz, 1983.

LORENZ, C. La dimension design. Paris : Les Editions d'Organisation, 1990.

HILLAIRET, D. Inventions-Tendances technologiques, revue International Scores, no 65, 1992.

MIDOL, A. Mathia T.G. Une glisse performante, Revue STAPS, no 7, 1986.

PERRIN, J. Comment naissent les techniques. Lyon : Edition Publisud, 1988.

NACHTIGALL, W. La nature réinventée. Paris : Plon, 1987.

MAURICE, A. Le surfeur et le militant. Paris : Editions Autrement, 1983.

DESPRAT, F.C. Les brevets d'invention dans le domaine du sport, Mémoire de DESS en Propriété Industrielle, Université de Paris II, 1991.

HÀUSSER, E. Une réserve de milliers de produits (les brevets en tant que source d'information) revue Impulse, no 7, 1988.

HILLAIRET, D. Comment l'analyse des brevets d'invention peut-elle contribuer à définir les tendances futures des sports, revue STAPS, no 32, 1993.

HILLAIRET, D. Quelques règles simples pouvant améliorer créativité... et perspectives commerciales, Revue Invention Magazine, no 42, 1993.

HILLAIRET, D. Technique et formes des objets à vocation sportive : les grandes tendances, revue Design-Recherche, no 4, 1993.

LABOUZE, E. Sports et nouvelles technologies, La Recherche, no 202, 1988.

QUARANTE, D. Eléments de design industriel. Paris : Edition Maloine, 1984.

Notes

1 Une bibliographie sommaire figure à la fin de l'article, à laquelle renvoient les noms d'auteurs entre parenthèses du texte.

2 Pour une description succincte des pratiques et appareillages issus du surf, cf. nomenclature.

3 Les bases théoriques de cette dynamique d'évolution ont été abordées pour la première fois dans le domaine des pratiques sportives par J. De Rosnay et C. Pociello, notamment pour expliquer l’émergence dans les années 1970-80 des sports californiens et "bio-informationnels".

4 D'autres engins glissants ou roulants permettent d'accomplir un 360° dans le plan frontal ou médian. Avec un kayak ou un hydro-speed (luge de rivière) il existe une figure classique réalisable facilement, l'esquimotage. Avec un skate-board et un bi-cross certains sportifs experts peuvent effectuer, soit un looping "aérien" sur le bord d'une rampe, soit un tour complet dans des ouvrages d'art comme des canalisations de plusieurs mètres de diamètre.

5 Dans le domaine des pratiques sportives, les brevets d'invention ne sont pratiquement jamais traités dans les études historiques, économiques et prospectives.

6 T. Blake déposa le premier brevet sur le surf. Il s'agit du brevet US no l 872 230 "Aquaplane creuse hawaïenne" (non représenté dans le schéma).

7 Dans la fig. 5 ne sont représentés que les brevets "de principe" les plus significatifs des tendances d'évolution technique.

8 Une invention est brevetable si elle répond favorablement à trois conditions de brevetabilité qui sont les critères de nouveauté, d'application industrielle et d'activité inventive. Les formes en trois dimensions répondent à la législation des modèles déposés.

9 Un brevet "tombe" obligatoirement dans le domaine public après vingt ans, si le déposant de l'invention a payé régulièrement toutes ses annuités, dès que celui-ci ne s'en acquitte plus.

10 C. Pociello montre très bien l'opposition actuelle entre les disciplines qui permettent d'entrer en harmonie avec la nature, en s'incorporant et en faisant corps avec elle (les pratiques "douces"), et les disciplines qui sont en rupture complète, étant en défi avec elle (les pratiques "hard").

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search