Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Deuxième partie. Aménagement et économie

Les enjeux économiques du surf en Aquitaine

Olivier Bessy

Texte intégral

"Biarritz : le surf a un royaume", "Lacanau baptisée l'Eldorado du Surf ; "L'aquitaine rendez-vous mondial du surf"...

  • 1 Par surf nous entendons tous les engins qui utilisent les vagues de l'océan pour glisser à savoir  (...)

1On pourrait multiplier les exemples tellement la région se marie de plus en plus avec le surf, comme si cette pratique1 et surtout son image représentaient aujourd'hui une chance originale de développement et de valorisation du territoire aquitain.

2Mais en même temps, pour des raisons historiques liées à l'essence de l'activité, le marché du surf reste encore souvent artisanal, fragile et difficilement cernable. Il n'obéit pas toujours aux règles économiques classiques, ce qui rend l'étude des ses retombées particulièrement délicates mais pour le moins palpitantes.

3Notre objectif va donc être de montrer que le surf constitue un réel enjeu économique local, perceptible en termes d'emplois, dont il faudra repérer les limites mais aussi les perspectives.

4Nous distinguerons les enjeux économiques directs en relation avec l'industrie et le commerce du surf et les enjeux économiques indirects liés à l'image du surf véhiculée par l'Aquitaine pour accroître son pouvoir d'attraction.

  • 2 Je tiens ici à remercier particulièrement, pour m'avoir accordé de leur temps : S. Bienabe (Promot (...)
  • 3 Je fais référence ici principalement au document réalisé par O. Detambel étudiant en maîtrise à la (...)

5Cette étude repose sur des entretiens réalisés auprès des responsables2 de chacun des secteurs concernés ainsi que sur l'exploitation de documents existants3 et de la revue Surf Session.

I - LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DIRECTS

6Plusieurs entreprises et services vendant un produit surf sont implantés en Aquitaine et participent à la vie économique de la région en 1993.

  • 4 Les informations qui suivent proviennent du dossier de presse fourni par la société Na Pali Quiksi (...)
  • 5 Les informations concernant la société Rip Curl ont été obtenus auprès de son directeur F. Payot, (...)
  • 6 Extraits de "Oxbow : l'artisan de l'indépendance", Objectif Aquitaine, Février 1993, p. 23.

Quiksilver4 a été créé a Torquay, petite ville australienne par deux surfeurs, qui conçoivent à la fin des années soixante de gagner leur vie en tirant partie de leur occupation favorite. Après les Etats-Unis, la firme s'est implantée en 1985 en Europe. La filiale Française Na Pali Sa (du nom d'une plage d'Hawai) est installée à Saint-Jean-de-Luz et a comme PDG H. Hodge. En six ans (de 1985 à 1990) la superficie des locaux de la société a décuplé, passant de 575 à 5 750 m2 et le chiffre d'affaires a évolué de 5 à 135 MF pour atteindre 159 MF en 1991 et 180 MF en 1992 (plus de 200 MF sont prévus pour 1993). Dans le même temps, l'entreprise est passée de 46 à 185 employés. De plus, Na Pali a franchi en 1991 une nouvelle étape en opérant une fusion avec Quiksitver inc, détenteur de la marque pour les USA, par un rachat d'actions de cette dernière dans le capital de la société de Saint-Jean-de-Luz. Une opération traduite directement dans les faits par une augmentation du capital de Na Pali de 27 MF et, au-delà, par la construction d'une entité encore plus dynamique et redoutable dans l'industrie textile. Des résultats qui font de Na Pali Quiksilver l'une des entreprises les plus dynamiques du Sud-Ouest et le leader européen du vêtement de surf (fig. 1).
C'est également à Torquay qu'est né Rip Curf5, spécialisé au départ dans la fabrication de combinaisons adaptées à la pratique du surf. C'est en 1985 que le siège européen de cette firme a été installé en France sur la zone artisanale de Soorts-Flossegor. Rip Curl est toujours le numéro de la combinaison mais la production s'est diversifiée vers le sportswear et les accessoires. Rip Curl en France, emploie environ soixante personnes et son chiffre d'affaires a progressé de 250 000 F en 1985 à 50 MF en 1992.
Oxbow'6 est né en 1985 du côté de Rouen, avant de s'installer à Mérignac en 1989 pour se rapprocher du marché du surf. Leurs deux fondateurs I. Cachot et F. Valéri se veulent des professionnels. "Oxbow marche d'autant mieux que le décalage entre l'amateurisme ambiant du milieu des activités de loisirs et notre formalisme est grand", n'hésitentils pas à proclamer. Autre caractéristique de cette société, elle a toujours refusé "toute prise de participation extérieure pour rester indépendants".
Une politique qui lui a valu des problèmes jusqu'en 1990. Son chiffre d'affaires qui n'avait progressé que de 4 MF en 1986 à 23 MF en 1988, avec pour moitié d'impayés, a explosé en 1992, atteignant 250 MF, soit une progression de près de 100 % par rapport à 1991. Plus de 90 personnes travaillent actuellement dans les locaux à la conception, au graphisme et aux dessins des vêtements, à l'organisation des saisons et à la commercialisation des modèles.

1. Les entreprises de création de vêtements de surf

  • 7 BTZ emploie trois personnes à temps plein.
  • 8 Cessna-Tatchee emploie cinq personnes.
  • 9 Beach-Bum emploi cinq personnes.
  • 10 ACT emploie trois personnes.

7L'Aquitaine a sur son territoire les firmes les plus connues telles que Quiksilver, Oxbow et Rip Curl. Elles se sont implantées directement ici ou ont émigré, attirées par la nécessité d'être au cœur de la vie économique du surf. Elles connaissent toutes une progression spectaculaire de leur chiffre d'affaires et de leurs nombres d'employés. Cet essor a entraîné la création de nouvelles entreprises vestimentaires liées au surf (BTZ7, Cessna-Tachee8, Beach-Bum9, ACT10...). Cette croissance et cette diversification de l'offre témoignent de la vitalité d'un marché qui dépasse les frontières du surf pour concerner toute une jeunesse et participer à un style de vie.

8On peut donc évaluer à un peu moins de dix entreprises, 350 emplois et 600 millions de chiffres d'affaires, le marché aquitain de la création de vêtements de surf ou véhiculant l'image surf, soit 60 % du marché national estimé à 900 millions de francs. Trois entreprises (Oxbow, Quiksilver et Rip Curl) détiennent à elles seules 80 %, sinon plus, de ce marché. Cependant ce dernier est difficilement évaluable de façon très précise dans la mesure où des entreprises comme Quiksilver ou Oxbow par exemple avancent des chiffres qui prennent en compte d'autres branches vestimentaires (jeans, vêtements moto, escalade, bi-cross, wind-surf, ski...).

2. Les entreprises de fabrication de planches de surf

  • 11 T. ORGANOFF, Le marché du surf, ses difficultés, son avenir, "démystification", Institut Universit (...)
  • 12 Estimation fournie par T. Organoff (Surf Session, Avril 1993).

9Nous en avons recensé 23 en Aquitaine (12 dans les Pyrénées-Atlantiques, 6 dans les Landes et 5 en Gironde) et 33 au total en France, ce qui représente environ 70 % du marché national (fig. 2). Le chiffre d'affaires total sur l'Aquitaine avoisinait en 1992 les 10 millions de francs pour 4 000 planches vendues. Le nombre de planches vendues n'a cessé de croître passant de 20 en 1960 à 4 000 en 198811, pour se situer aujourd'hui autour de 7 000 sur le plan national12. Les entreprises les plus connues (Borland, Stark, Project Super Frog, PSM...) commercialisent aujourd'hui entre 250 et 400 planches. Chaque atelier de production emploie deux à trois personnes en moyenne ce qui représente entre 50 et 60 emplois en Aquitaine.

  • 13 Entretien avec Yann DELMAS de chez Project à Anglet.

10D'autre part, si le nombre d'entreprises s'est stabilisé depuis trois ans, l'augmentation de la durée du travail dans le temps (une année complète pour certaines entreprises13), liée à l'étalement des achats sur l'année, a comme conséquence d'augmenter la fabrication de planches de surf. Il s'agit encore, malgré tout, d'un marché artisanal au sein duquel le terme d'atelier convient mieux que celui d'entreprise et où les emplois sont plus saisonniers qu'annuels. Une structuration prochaine du marché devrait avoir des répercussions à la hausse sur le nombre d'emplois. L'arrivée cette année de BIC Sport (premier constructeur mondial de funboard) avec sa "Natural Surf 7'9" va dans ce sens. Cette planche très adaptée au marché actuel est, en effet, un bon produit d'appel pour les débutants car elle offre le meilleur rapport qualité-prix (1 990 francs).

3. Les grossistes importateurs de matériel de surf (planches diverses, accessoires et vêtements)

  • 14 Op. cit.

11Le plus important en Aquitaine est certainement M. Hoff S.A. installé à Bayonne qui importe des planches de bodyboard. Cette entreprise profite actuellement du succès remporté par cette pratique abordable par le plus grand nombre. L'année 1992 a été celle du bodyboard avec plus de 50 000 planches de nature très diverse vendues en France14. Cette entreprise emploie une dizaine de personnes et a réalisé en 1992 un chiffre d'affaires important.

Figure 1 - La progression de la société Quiksliver de 1985 à 1994

Figure 1 - La progression de la société Quiksliver de 1985 à 1994

Source : Société Na Pali Quiksilver Saint-Jean-de-Luz (64)

Figure 2 - Localisation des 33 entreprises frabriquant des planches de surf en France

Figure 2 - Localisation des 33 entreprises frabriquant des planches de surf en France

12On peut citer aussi Surfer's (bodyboard) et Billabong (combinaisons et vêtements) à Hossegor, Surf System (accessoires, vêtements) et Rusty (vêtements) à Biarritz, Front-Line (combinaisons) à Mimizan, Scoot (bodyboard), Challenger et Aider à Bordeaux.

13Ces différents importateurs et revendeurs font travailler selon les cas entre une et quatre personnes et ont créé une trentaine d'emplois dans la région.

4. Les surf shops

14Plus de soixante sont implantés en Aquitaine (23 dans les Pyrénées-Atlantiques, 18 dans les Landes et 20 en Gironde). C'est un lieu de vente d'articles, de vêtements, d'accessoires pour la pratique du surf mais c'est en même temps un lieu de vie et de rencontre pour les surfers locaux et aussi de plus en plus pour les jeunes (15-25 ans) attirés par l'image surf.

  • 15 Né en 1986, Kookaburra, surf shop très “high quality products", emploie trois personnes, auxquelle (...)

15Après la période prospère des années quatre-vingt qui a vu la naissance de nombreux surf shops, le marché stagne aujourd'hui et oblige ces derniers à se diversifier avec le snowboard et les vêtements d'hiver par exemple. Le chiffre d'affaires moyen pour un surf shop s'établit entre 400 000 et 3 millions de francs, soit en 1992 pour l'Aquitaine un chiffre d'affaires global qui tourne autour de 100 millions de francs. Chaque surf shop emploie en moyenne 1 à 3 personnes, soit un total approximatif de 150 salariés dans cette branche commerciale15.

16A ces chiffres, il faut ajouter les emplois générés par le surf dans les grandes surfaces sportives locales (Décathlon, Go Sport, Mi Temps...) qui ont installé des rayons appropriés et souvent embauché des vendeurs spécialisés.

5. Les entreprises de diffusion du surf

17Il s'agit essentiellement de magazines spécialisés qui ont leur siège sur la côte basque.

  • 16 Entretien avec P.B. Gascogne, directeur de la publication.

18Le plus ancien est Surf Session dont le premier numéro est sorti en mars 1986 pour combler un vide médiatique, car le surf était alors seulement traité dans une rubrique de Wind ou de Planche Mag. Implanté à Biarritz, ce "magazine de surf fait par des surfeurs", est une filiale à 55 % de Surf System (grossiste en matériel de surf) et dont le journal Sud-Ouest possède 40 % des pdrts. Un des points marquants de Surf Session, est que pour un magazine de diffusion nationale, il est entièrement réalisé sur la côte basque. Il est passé de 4 numéros en 1986 et tirés chacun à 14 000 exemplaires, à 17 en 1993, tirés à 40 000 exemplaires. Son chiffre d'affaires est en constante augmentation, de 134 000 en 1986 à 10 000 000 francs en 1992, soit une croissance moyenne par an de 29 %16. Surf Session emploie à temps complet six personnes plus quatre en "free lance".

19Plus récent, Body Rider date de 1990 et s'adresse surtout aux adeptes du bodyboard. Implanté aussi à Biarritz, ce magazine est pour l'instant un bimensuel qui emploie deux personnes.

20On peut noter aussi l'existence d'un périodique intitulé Surf Time. Financé en partie par Rip curl et la publicité, et diffusé gratuitement dans les surf shops, ce journal emploie une personne. Surf Saga a fêté sa sortie en avril 93. Implanté à Urrugne, ce nouveau trimestriel entièrement consacré au surf fait vivre deux personnes. Enfin, Radical Surf est un bi-mensuel axé sur le surf en France dont le premier numéro vient de sortir en juin 1993. Implanté à Biarritz, ce journal occupe pour l'instant une personne.

  • 17 Entretien avec M. Meunier, journaliste et auteur de nombreux articles de presse sur le surf publié (...)
  • 18 Lu dans la Lettre de l'Economie du Sport no 152, 29 Janvier 1992.

21A l'exception de Surf and Fun (magazine de surf et de multiglisse) qui q son siège à Paris, tous les journaux qui parlent et vivent du surf sont installés en Aquitaine. Même le quotidien Sud-Ouest vit à l'heure du surf17 médiatisant l'ensemble des épreuves et des événements qui se déroulent dans la région. Il s'est d'ailleurs vu décerner en mars 1992, par l'Association des Surfeurs Professionnels, le prix de la "meilleure couverture journalistique en presse écrite"18.

6. Les entreprises de promotion du surf

  • 19 Dossier de presse, La nuit de la glisse, européan tour 92, Partenariat, Février 1991.

22Comment ne pas évoquer ici l'existence d"'Uhaina" qui signifie la vague en basque. Créée en 1976 à Biarritz par deux surfeurs, Y. Bessas et J. Albert, cette association a comme buts principaux de promouvoir les sports de glisse par le cinéma, la photographie et les médias et de préconiser la notion de sport-plaisir accessible à tout public. La première "Nuit de la Glisse" eut lieu à Paris en 1980 et rassembla 2 000 personnes. En 1991, le circuit intitulé “Nuit de la Glisse-European Tour" a parcouru 250 villes et réuni 480 000 spectateurs’19. Le succès du concept "Nuit de la glisse" a permis sa déclinaison dans des produits divers (vidéo, télévision, publicité...) qui ont contribué à créer un véritable marché de l'image de surf, générateur d'emplois directs (dans l'association) et indirects (surf shops).

  • 20 Entretien avec S. Bienabe, co-responsable de la communication du Lacanau Pro.

23Les nombreuses compétions internationales organisées en Aquitaine contribuent aussi à promouvoir le surf tout en générant quelques emplois à temps partiel essentiellement. Depuis 1987, trois étapes du circuit mondial ASP (Association of Surfing Professionnals) qui en comprend aujourd'hui douze, font escale en Aquitaine. Il s'agit du Lacanau Pro (1979), du Rip Curl Pro Landes (1987) et du Biarritz Surf Masters (1987). Une étape du championnat du monde de longboard professionnel s'est disputé en 1992 à Biarritz. Les championnats d'Europe et du Monde de surf ont eu lieu à Lacanau en septembre 1991 et 1992. En 1992, plus de 50 personnes ont travaillé dans les différents comités d'organisation qu'ont nécessité les cinq manifestations mondiales organisées dans la région. A titre d'exemple la préparation, la réalisation et la communication du Lacanau Pro 92 ont mobilisé une trentaine de personnes20.

7. Les entreprises d'encadrement et d'enseignement du surf

Les structures fédérales et les clubs

  • 21 Voir supra les politiques départementales.

24Sur les neuf comités que compte la Fédération Française de Surf et Skate (F.F.S.S), trois concernent le littoral aquitain (Gironde, Landes, Côte Basque). Il s'agit pour les autres du comité de la Côte de Lumière, de la Bretagne, de la Méditerranée et hors hexagone (Réunion, Antilles-Guyane). Toutes les structures départementales et régionales sont animées par des bénévoles. Seules la F.F.S.S qui se trouve à Flossegor et la section sportive de Biarritz ont généré des emplois (trois dont le DTN pour la F. F. S. S et un CTD pour les Pyrénées-Atlantiques)21.

  • 22 Renseignements fournis par F. Distinguin, Directeur technique National de la F.F.S.S. Voir sa cont (...)
  • 23 J.P. CALLEDE. les pratiques sportives en Aquitaine, La pelote Basque, le rugby et le surf, Actes d (...)
  • 24 Estimation donnée par T. Organoff journaliste à Surf Session et corroborée par F. Distinguin D.T.N (...)

25En 1992, l'Aquitaine totalise 61 clubs et 3 157 licenciés (18 clubs et 988 licenciés sur la Côte Basque, 23 clubs et 1 154 licenciés dans les Landes, 20 clubs et 1 015 licenciés en Gironde) sur les 96 clubs (64 %) et les 4 130 licenciés (76,5 %) recensés par la fédération (D.O.M compris)22. On peut donc mettre en évidence une surreprésentation des clubs et des licenciés en Aquitaine, ce qui n'est pas une surprise, compte tenu des atouts naturels que possède cette région. Malgré une progression significative des licenciés depuis 1986 (soit en moyenne 13 à 14 %23, les effectifs restent très nettement inférieurs aux adeptes (toutes pratiques du surf confondues) estimés à 50 000 en Aquitaine et 75 000 en France24.

  • 25 Voir à ce propos l'ouvrage : Surf, Plaisir des Dieux, de L. LUERAS, Gallimard, 1986.
  • 26 Endroit privilégié pour faire du surf.
  • 27 Créé le 29 Juillet 1968, Le lacanau Surf Club comptait 17 membres en 1969, 21 en 1973, 53 en 1976, (...)

26Le manque d'organisation des clubs et l'essence même de l'activité (hors norme, saturée de liberté et de plaisir25), expliquent en partie ce décalage. D'une manière générale dans le monde du surf, on est davantage fidèle à un "spot"26 qu'à un club. Cette situation a comme conséquence directe de ne créer aucun emploi permanent à l'exception du Lacanau Surf Club qui a un salarié à plein temps. Le nombre important de licenciés27 et l'existence d'une maison de la glisse expliquent ce cas de figure unique. Une structuration et une adaptation plus fine de l'offre associative à la demande devrait permettre de généraliser l'initiative canaulaise et d'engendrer ainsi quelques emplois dans les clubs des communes les plus développées du littoral.

Les structures de pratique à vocation commerciale

27Il s'agit des écoles de surf, environ une soixantaine, qui se sont ouvertes ces dernières années en relation avec un club ou une entreprise commerciale (surf shop, organisme de vacances : UCPA, Auberge de jeunesse, V V F...).

28Tous les clubs, ou presque, ont leurs écoles de surf qui proposent, d'avril à novembre, des cours particuliers ou collectifs pour tous les niveaux, des stages week-end ou semaine, des forfaits découverte, un jardin des vagues pour les enfants. La déclinaison des pratiques (surfboard, longboard, bodyboard, bodysurf,...) qui permet une bonne adaptation au profil (sexe, âge, vécu...) et aux désirs des clients assurent à ces structures une rentabilité croissante. Comme toutes ces écoles possèdent en moyenne 2 à 3 moniteurs, ce secteur représente au minimum 150 emplois saisonniers pour l'Aquitaine. A titre d'exemple l'école de surf de Lacanau, qui a été la première à ouvrir en France en 1979, a vu son nombre de stagiaires en constante progression et emploie aujourd'hui de 2 à 6 moniteurs selon les périodes.

29Conscients de la rentabilité économique que pouvait permettre l'activité surf, les organismes de vacances sportives telles que l'UCPA, les Auberges de Jeunesse ou encore V V F l'ont intégré à leur offre.

  • 28 Chiffres transmis par M. Mariani, directeur régional de l'UCPA. Voir son article : "L'option surf (...)

30En 1987, l'UCPA encadrait 146 stagiaires (stages en internat d'une ou deux semaines) sur l'unique centre de Socoa. En 1992, le chiffre est passé à 2 138 stagiaires sur trois centres (Socoa, Seignosse, Bombannes), ce qui représente un total journées encadrées égal à 1 1 79728. D'après M. Mariani, directeur régional :

"Les prévisions pour 1993 (2 610 stagiaires et 15 130 journées) sont déjà réalisées. Dans un climat de morosité, le surf affiche complet. On refuse tous les jours du monde. Pour répondre à toutes les demandes, il nous aurait fallu une offre deux fois supérieure."

  • 29 Il est intéressant de comparer ce chiffre avec les 250 personnes que l'UCPA Aquitaine emploie pour (...)

31Cet élan en faveur du surf a déjà généré vingt emplois directs sur les trois centres aquitains. Il s'agit de techniciens surf possédant des brevets d'état ou fédéraux dont cinq sont employés à l'année et quinze ont des contrats saisonniers (de 3 à 8 mois)29. La demande de surf est supérieure à l'offre proposée par l'UCPA aujourd'hui, sur le plan de l'encadrement, comme sur celui des structures d'accueil. Des emplois directs (formateurs) et indirects liés à la construction de nouveaux centres à vocation surf sont donc envisageables.

32De même, l'école de surf dirigée par D. Billy dans le cadre de l'Auberge de Jeunesse d'Anglet, reçoit de plus en plus de clients.

  • 30 Source Fédération Française de Surf et Skate.

33Enfin, les WF de Capbreton, des Estagnots et des Tuquets se sont attachés les services de Typhon Aquitaine pour encadrer de nombreux stages de surf. Mille personnes (400 à la semaine et 600 à l'heure, à la demi-journée ou à la journée) ont suivi des cours en 1989, encadrés par deux moniteurs30.

34A l'image du ski, le marché de l'enseignement du surf s'est considérablement développé ces dernières années, créant de nombreux emplois saisonniers (environ 200 pour l'Aquitaine), comme si le plaisir pris ou à prendre sur les vagues dépendait du nombre d'heures de cours suivies.

  • 31 R. Flarnie Cousseau et A. Sevellec sont à l'origine de cette manifestation dont l'objectif est d'o (...)

35Avec pas loin de 200 entreprises et environ 700 salariés, le surf aquitain constitue un secteur d'activités à part entière et en progression constante. Il est devenu en quelques années un agent économique incontournable, synonyme d'enjeux non négligeables car créateur de nombreux emplois directs (annuels et saisonniers) et pourvoyeurs d'emplois potentiels dans la région. La création à Biarritz en 1991 (26-28 Août) du premier salon européen du surf et de la glisse (Glissexpo31), qui a d'ailleurs été reconduit en 1992, en apporte une première confirmation. Le développement actuel des marchés de la diffusion, de la promotion, de l'encadrement et de l'enseignement du surf est aussi un bon indicateur. La région aquitaine s'affirme de plus en plus comme le carrefour économique du surf européen. Elle détient le record européen de la concentration d'entreprises et de services liés au surf.

36Il ne faut cependant pas verser dans un optimisme naïf. Cette branche d'activités reste fragile car encore très éclatée, artisanale et soumise aux aléas de la conjoncture et aux contraintes de la concurrence internationale. Un effort de structuration, de transparence et de compétitivité est à accomplir. De plus, le marché du surf n'arrive t-il pas aujourd'hui, malgré sa diversification, à saturation ? Enfin, il reste un marché niche et par conséquent limité au sein du marché nautique.

II - LES ENJEUX ÉCONOMIQUES INDIRECTS

37Si en Aquitaine le surf est un produit économique à part entière (entreprises créatrices d'emplois), il est aussi et surtout un produit d'appel visant a accroître le pouvoir d'attraction et le dynamisme économique de toute une région grâce à la médiatisation croissante des compétitions internationales s'y déroulant, et à l'exploitation multidimensionnelle de son image.

1. La médiatisation croissante des compétitions internationales

38En 1992, cinq compétitions internationales ont eu lieu en Aquitaine. Il s'agit des trois étapes du circuit mondial ASP (le Lacanau Pro 19-23 Août, le Rip Curl Pro Landes 26-30 Août et le Biarritz Quiksilver Surf Masters 1-6 septembre) ; du Biarritz Oxbow Longboard (mémorial Arnaud De Rosnay 31 juillet-2 Août) ; et du Championnat du Monde de surf à Lacanau du 21 septembre au 4 octobre (32 nations engagées, 500 compétiteurs).

  • 32 A titre indicatif le sponsoring du Lacanau Pro se monte à un million de francs.
  • 33 Il s'agit de TF1 (37 mn), d'A2 (6 mn), de France 3 (1 mn et 40 s), de France 3 Aquitaine (11 mn), (...)

39Chacune de ces manifestations est sponsorisée32 par plusieurs partenaires qu'il s'agit d'honorer. En même temps, le surf connaît aujourd'hui un engouement certain auprès de la population et des jeunes en particulier. Ces deux facteurs entraînent une médiatisation croissante de ces événements et plus particulièrement des trois compétitions professionnelles. Cette dernière dépasse aujourd'hui très largement son caractère régional (FR3 Aquitaine, Radio-Bordeaux Gironde et Sud-Ouest) pour avoir des retombées au niveau national et international. La chaîne de télévision TF1 a par exemple investi 150 000 francs pour retransmettre des images du circuit mondial surf et notamment les trois étapes Aquitaine, et des quotidiens nationaux, tels que Libération et L'Equipe en assurent la couverture médiatique. A titre d'exemple, le "press book" du Lacanau Pro 1992 fait état d'une heure et 33 mn d'informations sur sept chaînes de télévision33, d'environ cinq heures d'informations et d'émissions sur sept radios dont trois nationales et de 130 articles dans la presse en général dont 50 dans la presse quotidienne régionale (20 dans Sud-Ouest), 12 dans les grands quotidiens nationaux (4 dans Libération), 14 dans l'Equipe, 6 dans la presse spécialisée, 5 dans les magazines de télé et 40 dans la presse étrangère (australienne notamment).

40Cette effervescence médiatique contribue à attirer de plus en plus de spectateurs (150 000 sur la semaine du Lacanau Pro par exemple, autant à Hossegor et Biarritz)) et par la même occasion de vacanciers en Aquitaine. Certes, les effets réels sur la vie économique locale n'ont pas été précisement chiffrés, mais on peut penser, au vu du nombre de spectateurs, que chacune des trois compétions du circuit A.S.P dynamise fortement la demande touristique pendant la durée de la manifestation mais aussi avant et après. C'est l'avis de Mme Desgouilles, directrice de l'Office du Tourisme de Lacanau qui nous confiait :

"C'est en prévision de la semaine du Lacanau Pro que nous enregistrons le plus de demandes de réservations. C'est durant cette période et un peu avant que toutes les possibilités d'hébergement (pour 32 700 personnes) affichent complet et que les commerces de la ville fonctionnent à plein régime".

41Au-delà cette activité estivale liée à l'époque de la compétition, le Lacanau Pro permet à cette petite commune girondine d'être connue dans toute l'Europe, en Californie et en Australie. Cette notoriété n'est pas sans conséquence sur la fréquentation touristique annuelle et le dynamisme économique de cette localité (implantations d'entreprises et de commerces...), même si l'un et l'autre restent encore trop saisonniers. C'est vrai aussi pour Hossegor et Biarritz, mais à un degré moindre, car ces deux stations balnéaires jouissent d'une réputation touristique supérieure car antérieurement constituée.

2. L'exploitation multidimensionnelle de l'Image surf

42Les collectivités territoriales, les organismes touristiques et les médias ont joint leur effort pour donner à l'Aquitaine une image surf c'est à dire en décodant une image :

  • 34 Le concept de Performance doit être envisagé ici comme la recherche de l'optimisation des ressourc (...)

- saine, hédonique et naturelle car le surf véhicule des idées de pureté, de liberté, de plaisir et de symbiose avec l'environnement.
- jeune, moderne et entreprenante car le surf, c'est avant tout la pratique des 15-25 ans, c'est en même temps une activité relativement récente qui symbolise la modernité et c'est enfin un sport particulièrement exigeant qui rime de plus en plus avec efficacité et performance34.

43Cette image surf est particulièrement bien ciblée car elle communique, à la fois, une harmonie avec le contexte écologique local et une rupture avec le cliché de région vieillissante et rurale souvent accolé à l'Aquitaine. En effet, elle permet à l'Aquitaine de mieux se vendre sur le plan touristique car l'image d'un surfeur symbolise à elle toute seule les atouts de la région (atouts naturels avec la plage et les vagues, terre de liberté et de passion...). En même temps, l'image d'un surfeur évoque la jeunesse, l'équilibre, la maîtrise des éléments naturels, la force, bref l'efficacité et la performance qui sont les caractéristiques d'une région qui avance, qui gagne, qui relève des défis, ce qui n'est pas vraiment le cas de l'Aquitaine aujourd'hui. Mais peu importe la réalité, ce qui compte avant tout, c'est de véhiculer une image, de faire comme si, de manière à apparaître comme une région séduisante et attirante afin de relancer les investissements économiques. L'image du surf est exploitée dans ce sens par différents partenaires qui ont en charge la promotion et le devenir économique de l'Aquitaine.

  • 35 Chiffres fournis par le Comité Régional du Tourisme et repris par J.P. Taillardas, Sept millions d (...)
  • 36 D. LHERM, "Tourisme : L'Aquitaine campe sur son amateurisme", in Objectif Aquitaine no42, Juillet- (...)

44L'industrie touristique, tout d'abord, qui est certainement un des leviers les plus efficaces en faveur du développement local, car elle représente avec 7 millions de touristes et 7 milliards de chiffre d'affaires, le second poste du P.I.B Aquitain. On estime ses retombées directes à 5 000 emplois permanents et 100 000 emplois induits, ce qui place le secteur toutistique dans le trio de tête des créateurs de richesse aquitains après l'agroalimentaire et les vins. "Il reste de surcroit un des rares secteurs en expansion puisque près de 5 000 emplois ont été créés dans les trois ou quatre dernières années"35. Cependant on peut observer un décalage "entre l'exploitation de cette ressource et le potentiel de la région"36.

  • 37 Numéro spécial juillet 1992, édité par Hebdo Gironde.
  • 38 Document fourni par l'Office de Tourisme de Lacanau qui recense les activités souhaitées au sein d (...)
  • 39 L'Aquitaine possède le quatrième pouvoir attractif de France après le Languedoc-Roussillon, le Poi (...)
  • 40 Le pouvoir casanier se calcule en divisant les flux internes (résidents aquitains partant en vacan (...)

45Sachant que plus de 50 % des vacanciers choisissent comme destination prioritaire le littoral, il paraît judicieux que les organismes concernés accordent une place importante aux activités océaniques et plus particulièrement au surf et à son image dans la perspective de valoriser le territoire aquitain et de favoriser la création de nouveaux emplois. Sur les 15 clichés censés représenter ce qu'il y a de mieux en Aquitaine, le Comité Régional du Tourisme en a réservé un au surf. De même dans son dépliant vantant les mérites de la Gironde, le Comité départemental du Tourisme a, sur six photos, laissé la place au moins une fois au surf. Le guide de l'été girondin37 a aussi choisi comme couverture l'élégance naturelle, moderne et efficace d'un surfeur. Enfin, rares sont les communes côtières qui n'intègrent pas dans leur présentation publicitaire, le surf. Les cas de Biarritz, Hossegor et Lacanau sont particulièrement édifiants. Reste qu'on peut constater, à ce propos, un décalage entre la politique de communication et le nombre de personnes concernées par l'activité comme si indépendamment du nombre de pratiquants, le message s'adressait à un public plus large dont l'imaginaire serait sensible à l'océan, aux vagues, à la nature, bref à ce qui caractérise l'identité régionale aquitaine et que symbolise parfaitement le surf. A titre d'exemple, en 1992, à Lacanau sur 10 320 demandes exprimées en matière de souhait d'activités38, le surf est seulement demandé par 636 personnes, ce qui place ce sport en cinquième position derrière la baignade (2 374), le vélo (1 899), la randonnée pédestre (1 288) et le tennis (922), à égalité avec le ski nautique (636) et devant le golf (535), l'équitation (318) et la pêche (239). Il faut toutefois relativiser ce chiffre en prenant en compte le fait que les surfeurs utilisent moins souvent ce canal d'information. Le même phénomène est aussi observable à Biarritz. Il ne fait pas de doute cependant que l'exploitation de l'image surf joue un rôle positif dans l'augmentation du pouvoir d'attractivité de la région39 et dans le fait que l'Aquitaine possède le plus fort pouvoir casanier40 de France.

  • 41 M. Meunier, Surf : une image d'aquitaine, L'or bleu d'une région, supplément du journal Sud-Ouest,(...)

46Ensuite, les médias et notamment le quotidien régional Sud-Ouest parraine les trois grandes compétitions internationales de surf qui se déroulent en Aquitaine. Il affiche ainsi sa volonté de promouvoir un sport devenu véritable mode de vie dans le but de rajeunir et d'élargir son lectorat. Dans le cas présent, l'image surf joue un rôle non négligeable dans le développement d'un journal qui pèse de tout son poids sur l'économie locale. La participation du surf à "L'or bleu d'une région", d'après le journal Sud-Ouest41, apporte la confirmation que cette activité est devenue une image très porteuse pour l'Aquitaine et son principal quotidien.

47Enfin, des entreprises n'ayant que peu de rapport avec cette activité, utilisent l'image surf pour mieux communiquer et se vendre dans la région, en France et à l'étranger. C'est le cas par exemple de Bordeaux Technopolis qui, dans son dépliant publicitaire, utilise l'image d'un surfeur glissant facilement sur la vague pour faire passer un message de jeunesse et d'efficacité à l'instar des nouvelles technologies que cette structure multipolaire développe. Plus original encore, des chefs d'entreprises de nature très diverse et sans lien direct avec le surf, ont choisi comme lieu d'implantation l'Aquitaine. La raison est simple, elle tient dans la proximité de l'océan et des vagues qui offre la possibilité de surfer au quotidien avant ou après le travail. Certains patrons ont même cherché, par le biais du surf, à importer dans notre région le modèle australien ou californien de management d'une entreprise (horaires souples, climat de travail convivial et dynamisant, participation de chacun des employés à l'avancée de l'entreprise, innovation permanente...).

48L'image surf, celle des grandes compétitions comme celle de la pratique de loisir est porteuse d'un message qui valorise le territoire aquitain et participe à son développement économique en dynamisant des secteurs de production et de services très divers.

49Enjeux économiques directs et indirects s'entremêlent et sont de plus en plus au cœur des préoccupations de l'ensemble des partenaires politiques, institutionnels et commerciaux concernés par le marché du surf. La décentralisation progressant, ce sont les collectivités territoriales qui orientent de plus en plus les politiques sportives.

III - LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET LE SURF

50Comment les différentes collectivités territoriales gèrent-elles les enjeux économiques sous-tendus par l'activité surf ? Telle est la question à se poser si on veut aller plus loin dans l'analyse et observer les choix réellement effectués en matière de surf dans la région.

51Notre hypothèse est que les politiques dominantes privilégient les retombées économiques indirectes en envisageant le surf avant tout comme un produit d'appel et en investissant davantage sur l'image surf que sur le surf lui-même.

1. Le Conseil Régional Aquitaine a un rôle central à jouer

52La région s'est seulement posée la question du surf en Aquitaine en 1990. Le docteur Coicaud déclarait à cette époque à ses collègues élus :

  • 42 Le Conseil Régional d'Aquitaine : "responsable aussi du surf", propos recueillis par T. Organoff, (...)

"Attention l’Aquitaine se doit d'avoir une position particulière vis-à-vis du surf, parce qu'elle est un des hauts lieux privilégiés d'Europe continentale, en matière de vague. Ce sport est une spécialité de l'Aquitaine. Ce n'est pas une question qui peut se poser ni à la Bretagne, ni à la Normandie, ni encore moins à la côte d'Azur. C'est sur nous que cela tombe, on en a la responsabilité. Alors ou nous la prenons ou nous nous en désintéressons, mais il faut réfléchir"42.

  • 43 "Conseil régional : l'option surf", Arnaud ROMERA, Sud-Ouest, 19 Août 1992.
  • 44 Entretien avec P. Darrière, responsable du sport au Conseil Régional.

53Le message semble avoir été entendu car depuis deux ans le Conseil Régional Aquitaine s'est réellement investi dans le surf, qu'il soit professionnel ou amateur. Il en a fait une de ses options privilégiées43. Concrètement, le surf est le sport le plus subventionné parmi les 82 disciplines sportives agréées par la région. 1,6 million de francs a été accordé en 1992 au surf en général44. Cette somme englobe les aides aux manifestations compétitives, à la formation des cadres et au développement du surf dans les milieux scolaires et universitaires.

54Reste que beaucoup de travail est encore à accomplir pour définir de façon cohérente les stratégies de développement du surf en Aquitaine et assurer l'articulation des secteurs sportif, touristique, commercial et promotionnel. C'est le défi du Conseil Régional, vu sa position au centre du dispositif de soutien public. Dans cette optique, des relations plus étroites et institutionnalisées avec les départements concernées sont à envisager.

2. Les politiques départementales font preuve d'originalité mais ne prennent pas assez en compte le phénomène surf

  • 45 Renseignements fournis par E. Lavail, conseiller départemental en animation sportive, responsable (...)
  • 46 A l'issue de l'opération Plan Glisse l'inventaire du matériel mis à disposition des clubs et des c (...)
  • 47 A titre d'exemple, la station du Porge-Océan a bénéficié pour 149 000 F d'achat de matériel, 10 00 (...)

55De 1988 à 1992, un plan glisse a été mis en place dans le département de la Gironde. Son objectif était de faire découvrir et approfondir l'activité surf à une clientèle autochtone et touristique. Il s'est établi sur la base d'un partenariat entre l'état, représenté par la Direction Départementale Jeunesse et Sport, le Conseil Général, les communes concernées et, selon les cas, la ou les associations impliquées dans la mise en œuvre de l'opération. Dix points glisse ont fonctionné en 1992 sur la côte océane dont quatre (Soulac, Le Grup, Lacanau, Montalivet) étaient intégrés dans les animations CAP 33 (centres d'activités permanents) et six étaient individuels (La Teste du Buch, Lège Cap Ferret, Le Porge Océan, Carcans, Hourtin, Le Verdon) avec comme structure support la commune et le cas échéant les associations locales. Le budget d'accompagnement45 du plan glisse se montait pour l'année 1992 à 345 900 francs, dont 105 500 francs à la charge des communes, 175 000 franc à la charge du conseil général et 65 400 francs à la charge de la DDJS. Il se répartit comme suit : 76 900 francs en matériel46, 37 800 francs en actions de formation, 222 220 francs en encadrement et 10 000 francs en déplacement47. Treize personnels d'encadrement ont été rémunérés sur les points glisse individuels sans compter ceux intégrés dans les CAP 33.

56Cette opération en structurant un atout local (la glisse dans les vagues de la côte océane girondine) a sensibilisé les communes concernées vis-à-vis de l'intérêt économique à dynamiser le surf et a, en même temps, permis la création d'emplois d'encadrement saisonniers liés à cette activité. Le choix pour 1993 de ne pas reconduire le plan glisse tout en continuant à soutenir ces activités mais au même titre que d'autres dans le cadre de l'opération CAP 33 n'est-il pas révélateur d'un manque de coordination entre la D.D.J.S, le Conseil Général, les municipalités, les offices de tourisme et les clubs de surf concernés ? D’après les responsables, cette initiative ne profitait qu'à une clientèle très minime. Ne peut-on pas imaginer cependant une organisation qui tirerait davantage profit de ce capital naturel que constituent les vagues girondines ?

  • 48 Renseignements fournis par Monsieur C. Laban, Chargé de mission aux affaires sportives.

57Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques a, outre les aides classiques aux communes et au clubs concernés ainsi qu'aux grands événements surf (50 000 francs pour le Quiksilver Surf Master de Biarritz entre autres), pris à sa charge depuis octobre 1992 et pour une durée minimale de cinq ans le financement d'un poste de conseiller technique départemental48. La côte basque est le premier comité à bénéficier de ce type de service. L'objectif de cet emploi est de structurer une activité en plein essor en essayant de réduire le hiatus existant entre le surf professionnel (compétitions, sponsoring, image de marque....) et le surf amateur (organisation des clubs, vie associative...).

58Cette initiative apparaît donc comme particulièrement pertinente mais est-elle suffisante dans une région où le surf fait partie du patrimoine et du commerce local ?

  • 49 Extraits de la lettre reçue et signée par A. Emmanuelli, président du Conseil Général des Landes.

"Le Conseil général des Landes soutient l'activité surf à un double titre. Une aide à l'industrialisation a, d'une part, été accordée en 1985 à la SARL Frogs (confection de vêtements de surf sous la marque Rip Curl) au titre de la création d'une usine-relais puis une seconde subvention a été votée en 1991 dans le cadre de l'extension de cette usine. D'autre part, il existe une aide à l'activité sportive qui se concrétise par une subvention annuelle accordée depuis 1988 au Comité Départemental Surf pour le fonctionnement et l'équipement. Depuis 1986, diverses associations bénéficient également de subventions spécifiques pour des manifestations exceptionnelles"49.

59Le caractère flou et modeste des aides annoncées ne révèle t-il pas une politique de soutien insuffisante si l'on considère les atouts naturels et touristiques de ce département (100 km de plage, nombreux "spots" et stations balnéaires de renom) et le développement avancé d'une industrie liée au surf (plusieurs entreprises et services sont installés sur le pôle Seignosse-Hossegor-Capbreton).

60Malgré quelques initiatives encourageantes, les actions départementales manquent dans l'ensemble d'envergure, de cohérence et de continuité dans leur orientation. Tout se passe comme si les conseils généraux cédaient quelques deniers sous la pression médiatique en privilégiant l'événementiel au détriment de la définition d'une véritable politique, seule capable de prendre en compte les enjeux économiques locaux en matière de surf.

3. L'investissement des communes est irrégulier et encore très anarchique

61Il dépend de plusieurs facteurs liés, d'une part, à la situation géographique et au patrimoine naturel et historique et d'autre part aux représentations et aux stratégies des élus en matière de surf.

62Conscientes des enjeux que ce marché représente, un certain nombre de communes jouent aujourd'hui réellement la carte surf en s'associant à des actions départementales, en aménageant leurs rivages afin de faciliter la pratique en toutes saisons, en aidant les clubs et les associations et en favorisant l'implantation d'entreprises ou de services divers sur leur territoire dans le but de créer des emplois et de se développer. A l'opposé, des municipalités considèrent encore le surf comme un gentil divertissement réservé à des marginaux ou encore une affaire de spécialiste sans grand intérêt pour le développement local. Si on pose l'hypothèse que la non-réponse à une enquête sur les actions menées par les communes côtières concernées en faveur du surf est significative d'un investissement minimal, les communes de ce type doivent être nombreuses. En effet, sur les vingt municipalités contactées seules quatre ont répondu. Plus ambiguës sont les politiques communales qui tiennent un discours pro-surf en investissant dans l'image surf mais qui n'agissent que très peu sur le plan des structures à mettre en œuvre.

  • 50 Chaque commune concernée devait apporter sa contribution sur la base de :
    - 4 500 francs par animat (...)

63La participation des communes côtières girondines pendant cinq ans pour 30 à 40 % du budget d'accompagnement50 du Plan Glisse reflète un certain investissement. Cependant les localités concernées ne misent pas de la même façon sur le surf.

  • 51 La maison de la glisse offre aux licenciés et aux élèves de l'école, une infrastructure moderne do (...)

64La commune de Lacanau par exemple a beaucoup investi depuis dix ans dans ce sport. En 1990, alors que le Lacanau Pro fête sa dizième édition et le Lacanau Surf Club atteint le seuil des 500 licenciés, elle participe au financement de la maison de la glisse51, avec le syndicat mixte et le Conseil Général. Il s'agit d'une structure unique sur la côte Aquitaine et en France. Elle sponsorise depuis sa création en 1979, le Lacanau Pro et vient en aide aussi (20 000 francs de matériel en 1992) au Lacanau Surf Club et à son école de surf. Malgré tout, son investissement peut paraître insuffisant si l'on considère l'enjeu économique que représente le surf pour Lacanau en relation avec les retombées du Lacanau Pro. Les difficultés rencontrées par les organisateurs de cette compétiton depuis l’édition de 1992 (absence de sponsor principal à partir du retrait de Quiksilver) révèlent bien la nécessité d'un engagement plus important de la municipalité dans l'aide à la création d'un pôle économique surf qui dépasserait l'événement annuel du début Août pour s'attacher à développer la branche d'industries et de services liée à cette activité. Pour l'heure une seule entreprise est installée à Lacanau. Il s'agit de l'atelier de fabrication de planche G (Georges Dépeyris). De même, pourquoi ne pas imaginer que l'employé permanent de la maison de la glisse qui est à l'heure actuelle payé par le club devienne un employé communal responsable du surf à Lacanau ?

65Les autres communes girondines ont, pour des raisons diverses, moins développé cette activité et ces services. Une des explications peut être le choix délibéré d'un positionnement différent privilégiant une autre activité car une commune dispose d'autres atouts naturels et se trouve être dans l'ombre d'une station phare en matière de surf. On peut citer à ce propos l'exemple de la municipalité de Carcans-Maubuisson qui a davantage investi sur le site naturel de la base multi-loisirs de Bombannes que sur sa côte océane et le surf, concurrencée qu'elle est par la proximité de Lacanau.

66Dans les Landes, la station touristique d'Hossegor est certainement la plus dynamique en matière de surf. Elle ne se contente pas d'accueillir et de soutenir une des trois étapes du circuit professionnel : le Rip Curl Pro Landes. Elle a contribué au développement de la zone artisanale de Soorts, facilitant ainsi l'implantation de nombreuses entreprises de fabrication de matériels et de vêtements de surf créatrices d'emplois. On peut citer : Rip Curl qui emploie 60 personnes, Super Frog trois personnes et la dernière née Euroglass six personnes. La municipalité d'Hossegor a aussi facilité l'installation de la F.F.S.S en mettant à disposition un local et en aidant les deux écoles de surf à se structurer (Magic Glisse et Hossegor Surf Patrol).

  • 52 Peut-on lire dans le Plan Nautique Départemental des Landes, détaillé commune par commune, Act Oue (...)

"Elles font partie des rares structures rencontrées dans le département des Landes, qui dépassent le stade du plagiste, pour offrir une gamme de produits loisirs"52.

  • 53 Information obtenue auprès de la municipalité de Biscarrosse

67A un degré moindre, la municipalité de Capbreton consent aussi des efforts en matière de surf. Le Santocha Surf Club est logé dans un local appartenant à la Mairie qui, de plus, soutient financièrement l'association. La ville est aussi partie prenante dans l'organisation du Quiksilver Pro Junior qui se déroule tous les ans début août. De même, les municipalités de Mimizan et de Biscarrosse encouragent le surf. La première vient de construire un local face à la mer destiné aux activités du club local : "le Maeva Surf Club". La seconde propose dans le cadre d'un contrat ville établi avec le Bisca Surf Club, la D.D.J.S et les établissements scolaires une animation de surf gratuite destinée aux jeunes locaux53.

  • 54 Voir à ce sujet, le Plan Nautique Départemental des Landes, détaillé commune par commune, Act Oues (...)

68Les autres villes (Seignosse, Vieux Boucau, Soustons, Tarnos, St Girons,...) sont conscientes de l'enjeu économique représenté par le surf. Elles l'encouragent d'ailleurs, mais elles ne développent pas encore de politique communale vraiment affirmée dans ce domaine54. Le caractère peu professionnel que présentent les structures d'accueil des clubs locaux, associé au manque d'actions promotionnelles est là pour en témoigner.

69D'Anglet à Hendaye, les communes qui s'ouvrent sur l'océan ne peuvent ignorer le surf, tellement cette activité au caractère hors norme s'est naturellement mariée avec la singularité de la culture basque. Il suffit de se promener le long des plages, du printemps à l'automne, et d'observer le rôle joué par ce sport dans le dynamisme économique local (surreprésentation d'entreprises et de services) pour comprendre le phénomène. Et pourtant, même dans ce haut lieu du surf, les actions concrètes menées par les différentes municipalités en matière de surf seraient le plus souvent anarchiques et inversement proportionnelles aux discours et à l'exploitation de son image.

  • 55 1980 : organisation des championnats du monde ; 1987 : organisation d'une des trois étapes françai (...)
  • 56 A ce propos, le décalage entre les subventions accordées aux compétitions (400 000 francs en 1992 (...)

70Berceau européen du surf, la ville de Biarritz est de ce point de vue un exemple intéressant à étudier. Depuis le début des années quatre-vingt, Biarritz vit au rythme des grands événements médiatiques que sont les grandes compétitions internationales55 et semble quelque peu oublier la réalité humaine et économique de l'activité surf sur le plan local. Un malaise surf existe à Biarritz maintes fois exprimé par les représentants des clubs locaux qui réclament des subventions plus fortes56, des locaux adaptés (rateliers, consignes, blocs sanitaires...) qui pourraient jouxter chaque local M.N.S, davantage d'animateurs pour accueillir, encadrer et former les jeunes, un aménagement du littoral (confortement, accès, spots artificiels...) et surtout la création d'une maison du surf comprenant un local technique, des bureaux, des salles de réunion, des vestiaires, des sanitaires, un club house. Même si les revendications des surfeurs locaux ne sont pas toujours très bien formalisées et coordonnées, voire excessives, elles mettent cependant en évidence un retard au niveau des moyens concrets mis à leur disposition. L'exemple "biarrot" dévoile aussi une absence de politique économique dont l'objectif serait de créer des emplois à partir d'une structuration et d'un développement de services surf (un emploi pour diriger la maison du surf, un emploi pour coordonner l'organisation des différentes compétitions qui est pour l'instant assuré par un bénévole et d'autres encore...).

  • 57 Cet événement organisé par R. Rabagny, président du club des Ours Blancs, s'est déroulé du 19 au 2 (...)

71Consciente des multiples enjeux que représente le surf à Biarritz, la mairie s'est récemment engagée à aider au développement sportif et économique de cette activité. La reconnaissance en juin 1993 de la section sport-étude surf de Biarritz en tant que centre permanent d'entraînement et de formation par la commission nationale du sport de haut niveau du Ministère de la Jeunesse et des Sports, comme la création du premier Biarritz Surf Festival57 ne peuvent qu'inciter la municipalité de Biarritz à jouer la carte surf.

  • 58 Le poids économique du sport en Aquitaine, Commission : "Finances régionales et budget", J. Sinceu (...)

72Toutes les collectivités territoriales concernées ne peuvent ignorer le phénomène surf mais au contraire contribuer à son développement en participant à la création et au soutien financier de nouveaux services liés à sa pratique et en mettant en place des dispositifs susceptibles d'aider les entreprises à s'implanter et/ou à améliorer leur compétitivité. Dans le rapport sur le poids économique du sport en Aquitaine58, il est précisé à ce sujet :

"les collectivités territoriales aquitaines devraient soutenir les entreprises régionales de fabrication de matériel sportif, en particulier les PME, afin qu'elles modernisent leur outil de production..."

73Cette idée ne me semble que très peu appliquée à l'industrie du surf, ce qui ouvre des perspectives. Certes le surf n'a pas la prétention, ni les moyens à lui tout seul, de contrecarrer la morosité économique ambiante perceptible en Aquitaine. Il n'en reste pas moins que cette activité offre déjà un certain nombre de débouchés et qu'elle possède, à notre avis, un avenir économique dans la région.

4. Le surf a un avenir économique dans la région aquitaine

74Pour des raisons géographiques, car l'Aquitaine : c'est 250 km de littoral plat et rectiligne, ourlé par les vagues. Cette configuration géographique très favorable fait que plus de soixante-dix "spots" dont les meilleurs français ont été répertoriés. Les conditions climatiques y sont aussi particulièrement fastes.

75Pour des raisons écologiques, car l'Aquitaine est une côte sauvage et protégée. Plus de la moitié des plages aquitaines sont vides de toute construction et on peut y respirer une atmosphère sauvage qui correspond bien aux sensations écologiques recherchées par les surfeurs. De nombreux "spots" correspondent à ce type d'endroit.

  • 59 G. Loustalot, Les carnets secrets de J. de Rosnay, in numéro spécial de la revue VSD, Passion Glis (...)

76Pour des raisons historiques, car l'Aquitaine est le berceau du surf. Il fait partie de son patrimoine culturel. C'est en 1957 que le cinéaste P. Viertel, en tournage sur la côte Basque, importe à Biarritz les premières planches de surf. Il en confie une à J. de Rosnay qui fonde en septembre 1959 à Biarritz avec M. Borland, G. Hennebutte, J. Roth et P. Viertel, le "Waikiki surf club"59. Le premier championnat de France de surf riding est organisé en septembre 1960 à Biarritz ainsi que le premier championnat d'Europe en 1961. En 1964 la Fédération Française de Surf Riding voit le jour aussi à Biarritz.

77Pour des raisons institutionnelles car l'Aquitaine est le lieu de la F.F.S.S, représente 65 % des clubs français, 80 % des écoles de surf et 85 % des formateurs spécialisés existant en France. De même, la quasi-totalité des compétions fédérales sont organisées sur le côte aquitaine et le comité régional monopolise tous les titres nationaux dans toutes les catégories et toutes les spécialités.

78Cette surreprésentation des structures associée aux conditions naturelles favorables et à un héritage culturel fait de l'Aquitaine l'espace rêvé pour la pratique du surf. Le nombre de licenciés (3 157 licenciés sur 4 130 en France) et de pratiquants informels (environ 50 000 par an en Aquitaine sur 75 000 en France) en témoigne. La France avec 1,07 a le taux de pénétration (nombre de surfeurs pour 1 000 habitants) le plus fort après l'Australie (4,37) et le Brésil (2,00). C'est le troisième pays concerné par le surf dans le monde et la région Aquitaine y contribue énormement.

79Pour des raisons économiques et sociologiques enfin, car le surf est une activité de service offerte durant le temps de loisir. Il y a ici la conjugaison de deux facteurs particulièrement favorables à son développement. Le secteur des services est aujourd'hui le plus prometteur en matière d'emplois et le temps de loisir ne fait que croître. Comment l'Aquitaine qui connaît aujourd'hui des mutations industrielles importantes et qui véhicule une image loisir n'en tirerait-elle pas partie ? En tant qu'activité mère de la glisse en France, le surf est une figure emblématique de notre société hédoniste. La déclinaison de la pratique selon différentes modalités (bodyboard, bodysurf, kayaksurf...) augmente son accessibilité et permet à tout un chacun de jouer dans les vagues. Ces nouvelles versions trouvent en Aquitaine un terrain de jeu privilégié qui multiplie les secteurs de production et d'animation créateurs d'emplois. Le surf cristallise aussi souvent un mode de vie où la consommation de la pratique s'accompagne de rites vestimentaires, alimentaires et musicaux qui s'inscrivent très visiblement dans une culture du plaisir et de la liberté ("culture fun"). Cela fait le bonheur des surf shops et autres services locaux (écoles de surf, centres nautiques, associations diverses..) qui vendent des sensations et du rêve à une jeunesse en quête d'identité. Le message surf est aussi de plus en plus utilisé par les communes pour valoriser leur territoire et dynamiser leur développement économique.

80L'Aquitaine ne pourrait-elle pas devenir à terme, grâce à la promotion du surf mais aussi de l'ensemble des activités de glisse, la "Californie" française ? C'est son défi pour l'an 2000. Elle afficherait ainsi une spécificité régionale source d'avenir économique.

Notes

1 Par surf nous entendons tous les engins qui utilisent les vagues de l'océan pour glisser à savoir : le surfboard, le longboard, le bodyboard, le bodysurf, le kneeboard...

2 Je tiens ici à remercier particulièrement, pour m'avoir accordé de leur temps : S. Bienabe (Promotion du Lacanau pro), A. Binard (surfeur, étudiant en STAPS à Bordeaux), P. Cazenave (Chargé des sports à la ville de Biarritz), P. Darrière (Conseil Régional), J. de Rosnay (directeur de la Cité des Sciences de la Vilette), Mme Desgouilles (Office de tourisme de Lacanau), J P. Dupuy (Maison de la glisse de Lacanau), S. Dutil et E. Lavail (Conseil général de la Gironde), M. Mariani (directeur régional de l'UCPA), M. Meunier (Journaliste à Sud-Ouest), P. Rabagny (Organisateur du Biarritz Surf Master) et surtout F. Distinguin (D.T.N Surf) et T. Organoff (journaliste à Surf Session) qui m'ont beaucoup aidé dans ce travail.

3 Je fais référence ici principalement au document réalisé par O. Detambel étudiant en maîtrise à la Faculté des Sciences du Sport et de L'Education Physique de l'Université de Bordeaux II, en collaboration avec Bordeaux Sports Enjeu intitulé : Région Aquitaine ; Silicon Valley Version Surf, Octobre 1991,60 p.

4 Les informations qui suivent proviennent du dossier de presse fourni par la société Na Pali Quiksilver de Saint-Jean-de-Luz.

5 Les informations concernant la société Rip Curl ont été obtenus auprès de son directeur F. Payot, lors d'un entretien téléphonique.

6 Extraits de "Oxbow : l'artisan de l'indépendance", Objectif Aquitaine, Février 1993, p. 23.

7 BTZ emploie trois personnes à temps plein.

8 Cessna-Tatchee emploie cinq personnes.

9 Beach-Bum emploi cinq personnes.

10 ACT emploie trois personnes.

11 T. ORGANOFF, Le marché du surf, ses difficultés, son avenir, "démystification", Institut Universitaire de technologie, techniques de commercialisation, Juin 1979, 57 p.

12 Estimation fournie par T. Organoff (Surf Session, Avril 1993).

13 Entretien avec Yann DELMAS de chez Project à Anglet.

14 Op. cit.

15 Né en 1986, Kookaburra, surf shop très “high quality products", emploie trois personnes, auxquelles il faut ajouter deux saisonniers l'été. La moyenne d'âge est de 25 ans.

16 Entretien avec P.B. Gascogne, directeur de la publication.

17 Entretien avec M. Meunier, journaliste et auteur de nombreux articles de presse sur le surf publiés dans Sud-Ouest.

18 Lu dans la Lettre de l'Economie du Sport no 152, 29 Janvier 1992.

19 Dossier de presse, La nuit de la glisse, européan tour 92, Partenariat, Février 1991.

20 Entretien avec S. Bienabe, co-responsable de la communication du Lacanau Pro.

21 Voir supra les politiques départementales.

22 Renseignements fournis par F. Distinguin, Directeur technique National de la F.F.S.S. Voir sa contribution à cet ouvrage.

23 J.P. CALLEDE. les pratiques sportives en Aquitaine, La pelote Basque, le rugby et le surf, Actes des journées d'études 13-14 Avril 1992, organisées par la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique.

24 Estimation donnée par T. Organoff journaliste à Surf Session et corroborée par F. Distinguin D.T.N surf.

25 Voir à ce propos l'ouvrage : Surf, Plaisir des Dieux, de L. LUERAS, Gallimard, 1986.

26 Endroit privilégié pour faire du surf.

27 Créé le 29 Juillet 1968, Le lacanau Surf Club comptait 17 membres en 1969, 21 en 1973, 53 en 1976, 1 70 en 1983, 325 en 1990 et 400 en 1992 d'après le registre du club gentiment ouvert par J P. Dupuy. C'est le club le plus important d'Europe.

28 Chiffres transmis par M. Mariani, directeur régional de l'UCPA. Voir son article : "L'option surf Aquitaine à l'UCPA" dans cet ouvrage.

29 Il est intéressant de comparer ce chiffre avec les 250 personnes que l'UCPA Aquitaine emploie pour la vente et la production de ses services.

30 Source Fédération Française de Surf et Skate.

31 R. Flarnie Cousseau et A. Sevellec sont à l'origine de cette manifestation dont l'objectif est d'offrir aux industriels travaillant dans le secteur de la glisse un salon à eux, un lieu de rencontre et d'échanges professionnels spécialisés. En 1991, il attiré en trois jours 4 000 visiteurs dont la moitié étaient des professionnels. Soixante-dix exposants représentant plus de 120 marques spécialisées dans la glisse étaient présents au salon 92.

32 A titre indicatif le sponsoring du Lacanau Pro se monte à un million de francs.

33 Il s'agit de TF1 (37 mn), d'A2 (6 mn), de France 3 (1 mn et 40 s), de France 3 Aquitaine (11 mn), de M6 (4mn), d'Eurosport (26 mn) et de MTV (7 mn).

34 Le concept de Performance doit être envisagé ici comme la recherche de l'optimisation des ressources personnelles, c'est le défi contre soi-même. C'est une valeur qui se généralise dans notre société, voir à ce propos Le culte de la performance d'A. EHRENBERG, Caïman Lévy, 1991.

35 Chiffres fournis par le Comité Régional du Tourisme et repris par J.P. Taillardas, Sept millions de touristes, in L'or bleu d'une région, supplément du journal Sud-Ouest, du 15 juin 1993.

36 D. LHERM, "Tourisme : L'Aquitaine campe sur son amateurisme", in Objectif Aquitaine no42, Juillet-Août 1992. l'Aquitaine ne tire que 8,5 milliards de francs de son économie touristique, alors que dans le même temps, la Côte d'Azur en perte de vitesse recueille une manne annuelle de 36 milliards de francs.

37 Numéro spécial juillet 1992, édité par Hebdo Gironde.

38 Document fourni par l'Office de Tourisme de Lacanau qui recense les activités souhaitées au sein des demandes d'informations exprimées par téléphone, par courrier, par visites, par fax ou par minitel. Il est surprenant de ne pas voir apparaître la voile et la planche à voile dans ces vœux.

39 L'Aquitaine possède le quatrième pouvoir attractif de France après le Languedoc-Roussillon, le Poitou-Charentes et la Provence-Côte-d'Azur. Le coefficient d'attractivité se calcule en divisant les flux entrants par les flux sortants. Renseignements relevés dans Région Aquitaine ; Silicon Valley Version Surf.

40 Le pouvoir casanier se calcule en divisant les flux internes (résidents aquitains partant en vacances dans leur région) par les flux internes plus les flux sortants. Renseignements relevés dans Région Aquitaine ; Silicon Valley Version Surf.

41 M. Meunier, Surf : une image d'aquitaine, L'or bleu d'une région, supplément du journal Sud-Ouest, du 15 juin 1993.

42 Le Conseil Régional d'Aquitaine : "responsable aussi du surf", propos recueillis par T. Organoff, Surf Session, no48, Juin 1991.

43 "Conseil régional : l'option surf", Arnaud ROMERA, Sud-Ouest, 19 Août 1992.

44 Entretien avec P. Darrière, responsable du sport au Conseil Régional.

45 Renseignements fournis par E. Lavail, conseiller départemental en animation sportive, responsable de l'opération point glisse.

46 A l'issue de l'opération Plan Glisse l'inventaire du matériel mis à disposition des clubs et des communes était le suivant : 67 planches de surf, 101 bodyboard, 160 paires de palmes, 50 kayaks de vague, 532 skimboard, 170 vêtements isothermiques, 55 gilets de sauvetage, 29 casques, 39 pagaies, 2 remorques...

47 A titre d'exemple, la station du Porge-Océan a bénéficié pour 149 000 F d'achat de matériel, 10 000 F d'encadrement (un moniteur) et 4 200 F de formations. Ces frais ont été pris en charge à hauteur de 9 500 F par la commune, 14 550 F par le Conseil Général et 5 050 F par la D.D.J.S.

48 Renseignements fournis par Monsieur C. Laban, Chargé de mission aux affaires sportives.

49 Extraits de la lettre reçue et signée par A. Emmanuelli, président du Conseil Général des Landes.

50 Chaque commune concernée devait apporter sa contribution sur la base de :
- 4 500 francs par animateur mis à disposition à mi-temps pendant deux mois ;
- du tiers du coût de l'investissement en matériel si nécessaire mis à la disposition de la commune.

51 La maison de la glisse offre aux licenciés et aux élèves de l'école, une infrastructure moderne dotée de douches internes et externes, vestiaires, W.C., salle de réunion, salle vidéo, salle de cours, ainsi que des bureaux et une caféteria. En 1993, une salle de musculation s'est substituée à la cafétéria.

52 Peut-on lire dans le Plan Nautique Départemental des Landes, détaillé commune par commune, Act Ouest, Etudes tourisme et développement, réalisé d'Août 1990 à Février 1991 à la demande du Comité départemental du Tourisme des landes.

53 Information obtenue auprès de la municipalité de Biscarrosse

54 Voir à ce sujet, le Plan Nautique Départemental des Landes, détaillé commune par commune, Act Ouest, Etudes tourisme et développement, réalisé d’Août 1990 à Février 1991 à la demande du Comité départemental du Tourisme des landes.

55 1980 : organisation des championnats du monde ; 1987 : organisation d'une des trois étapes françaises du championnat du monde ASP l'Arena Surf Master qui devient en 1992 Le Quiksilver Surf Master ; 1988 : organisation du Biarritz Longboard Arnaud de Rosnay reconduit chaque année...

56 A ce propos, le décalage entre les subventions accordées aux compétitions (400 000 francs en 1992 dont 300 000 francs pour le Quiksilver Surf Master et 70 000 francs pour le Oxbow Longboard) et aux clubs (25 000 francs dont 23 000 pour les Ours Blancs, 1 000 francs au Marbella Surf Club et au Body Surf Club) est saisissant.

57 Cet événement organisé par R. Rabagny, président du club des Ours Blancs, s'est déroulé du 19 au 25 Juillet 1993 à Biarritz. Il était présenté comme un événement unique au monde réunissant harmonieusement une ville, un sport et une culture.

58 Le poids économique du sport en Aquitaine, Commission : "Finances régionales et budget", J. Sinceux et J. Gruel, Octobre 1992.

59 G. Loustalot, Les carnets secrets de J. de Rosnay, in numéro spécial de la revue VSD, Passion Glisse, Août 1992.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - La progression de la société Quiksliver de 1985 à 1994
Légende Source : Société Na Pali Quiksilver Saint-Jean-de-Luz (64)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Figure 2 - Localisation des 33 entreprises frabriquant des planches de surf en France
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.