Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Première partie. Pratiques et institutions

Le surf dans le système des sports en Aquitaine

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1La région Aquitaine montre une grande diversité dans le domaine des activités sportives. Elle doit cette richesse aux hommes et aux cultures locales, sans doute, mais également aux sites de nature, exceptionnels et variés, régulièrement fréquentés par des pratiquants de plus en plus nombreux.

2Incontestablement, la pelote Basque, le rugby et le surf contribuent à définir une spécificité sportive de l'Aquitaine. Plusieurs aspects permettent de caractériser cette originalité : l'histoire de l'implantation de chacun de ces sports, la répartition géographique des effectifs de licenciés, la localisation des représentants du haut niveau de compétition, l'organisation fédérale, le soutien des collectivités publiques territoriales (communes, départements et région Aquitaine), voire même la production de travaux de recherche universitaire et la tenue de colloques scientifiques.

  • 1 Journées d'Etudes Aquitaine-Euskadi, Faculté des Sciences du Sport (Université de Bordeaux II), 13 (...)

3Les organisateurs des journées d'Etudes Aquitaine-Euskadi1 ont limité la perspective d'une approche sociologique des pratiques à trois sports caractéristiques.

4- La pelote Basque est un sport dont l'évolution et la modernisation ont opéré, pour une large part, sur place. Cette continuité spatiale et temporelle en fait l'héritière du jeu "traditionnel" de la pelote Basque... La Fédération Française de Pelote Basque regroupe actuellement 15 000 licenciés répartis dans 291 clubs, pour la plupart des associations spécialisées dans ce sport.

5- Le rugby est un sport importé d'outre-Manche à la fin du siècle dernier. Il apparaît à Bordeaux à l'automne 1 892 et un peu plus tard à Bayonne et à Pau. Il montre une réappropriation culturelle active qui correspond à une forte émulation sociale et symbolique entre les localités de notre région. Aujourd'hui, en France, 217 000 licenciés se répartissent entre les 1 766 clubs que regroupe la Fédération Française de Rugby. Dès l'origine, il s'agit pour l'essentiel de clubs omnisports.

6- Le surf (ou surf-riding) est un sport d'apparition relativement récente en France. Il est importé d'outre-Atlantique, et plus exactement de la côte californienne. Les débuts du surf sur la côte Basque datent de 1957 et le premier club est fondé à Biarritz deux ans plus tard : le Waïkiki surf club. D'autres, également spécialisés dans ce sport de glisse, vont suivre. Actuellement, plus de 4 600 licenciés se répartissent dans les 125 clubs que compte la Fédération Française de Surf et Skate.

7En clair, les trois sports analysés : pelote Basque, rugby et surf renvoient précisément à trois générations d'associations sportives. Ils définissent chacun un système de "valeurs" relativement spécifiques soit, respectivement : la "tradition culturelle", l'"associationnisme sportif", la "pleine nature" et/ou l'"écologie". A cet égard, ils contribuent à définir une originalité sportive de l'Aquitaine. Par ailleurs, une approche comparée de leur implantation dans la région et de leur institutionnalisation est susceptible de fournir des éléments pour formuler une interprétation sociologique des processus de diffusion sportive.

8L'analyse, fût-elle succincte, des trois sports : pelote Basque, rugby et surf, n'est pas inutile. Chacun est caractéristique de l'Aquitaine. Notre région ne doit pas son originalité à ces seules pratiques. C'est évident. Néanmoins, en termes de "représentations collectives" et d'"image de l'Aquitaine", ces trois sports occupent une place privilégiée (et parfois "conventionnelle" : le "folklore" de la pelote Basque ou du rugby, la "défense de la nature" et le surfeur...).

9Peut-on envisager enfin un cadre théorique et conceptuel qui rend compte de la diffusion des trois sports et de leur rôle dans la construction d'une identité sociale, culturelle et régionale ? L'approche sociologique est susceptible de fournir quelques repères. A propos des trois disciplines envisagées, on formulera deux hypothèses :

  1. le sport, dans la plupart de ses modalités — individuelles et/ou collectives — peut être ramené à un processus de territorialisation de l'espace. En d'autres termes, la pratique sportive agit comme un opérateur, comme un médiateur convertissant de l'espace en territoire(s) ;
  2. conjointement, la réalité sociale du sport s'impose fondamentalement par sa dimension relationnelle. Le sport relève d'un processus d'échange nettement formalisé. Et c'est en cela qu'il est culture.

10Dans quelle mesure la pratique sportive est-elle susceptible de produire de l'identité culturelle, du territoire et de la singularité ? La pratique sportive procède d'un processus de socialisation qui comprend généralement deux références : la personne et le groupe, une appartenance spécifique et une appartenance générale. Elle procède aussi d'un mode d'organisation sociale qui renvoie à l'un des deux registres suivants : de type socio-culturel (ex. : la communauté locale) ou de type socio-administratif (ex. : la fédération). Le croisement de ces deux axes définit un "espace" à quatre composantes : I, II, III et IV qui correspondent à des registres désignés par l'expressivité, la communication, l'efficacité et la compétition.

1) Processus de socialisation

1) Processus de socialisation

11Les trois sports étudiés : pelote Basque, rugby et surf ont en commun, nous semble-t-il, de se déployer avec originalité sur l'ensemble des 4 registres (I, II, III, IV). C'est en ce sens qu'ils véhiculent, structurent ou réactivent une identité régionale : géographique, culturelle, socio-économique et symbolique.

12- Le jeu ancien de la pelote Basque combine les registres de l'expressivité culturelle et de la communication communautaire. Le processus de fédéralisation, alliant efficacité et compétition, en a fait aujourd'hui un sport à part entière.

13- Le rugby, qui s'est rapidement diffusé dans le Sud-Ouest, de par son institutionnalisation fédérale — scolaire et/ou civile —, a largement contribué à (re)structurer les identités locales, en termes d'expression culturelle et de communication.

14- Le surf, marqué à ses débuts par les modalités de l'expressivité et de la communication, définies comme une alternative possible à la pratique sportive organisée, s'ouvre désormais aux registres fédéraux de l'efficacité et de la compétition.

15L'approche comparative permet ainsi de mieux définir le statut sociologique du surf dans la dynamique du "système" des sports. Sport de “troisième génération", par rapport aux deux autres évoqués, il contribue à l'enrichissement du système sportif régional dont il est une des composantes originales.

Notes

1 Journées d'Etudes Aquitaine-Euskadi, Faculté des Sciences du Sport (Université de Bordeaux II), 13-14 avril 1992. Voir actes, p. 209-226.

Table des illustrations

Titre 1) Processus de socialisation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search