Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Première partie. Pratiques et institutions

Les conflits d'appropriation des espaces de pratiques en surf

Olivier Trey

Texte intégral

1Sport de glisse par excellence, le surf obéit à une logique hédoniste mise en œuvre par le pratiquant. Mais où se situe la prise de plaisir ? Il se dégage des propos des surfeurs qu'une jouissance extrême peut être ressentie dans la prise d'une vague, mais cette sensation est aussi brève qu'elle est intense. En effet le temps de glisse sur une vague est de quelques secondes, plus rarement de quelques dizaines de secondes. Or le nombre de vagues prises par le surfeur au cours d'une "session" peut être très faible (voire même nul) selon les conditions de mer, le niveau d'expertise du pratiquant et le nombre de surfeurs "concurrents" sur le "spot". Si l'on évalue le rapport temps total de glisse/durée de la session on obtient un résultat souvent très faible. C'est d'ailleurs ce qui fait l'unicité du surf dans la famille des sports de glisse.

2Et pourtant les adeptes sont bien là, en nombre croissant en France depuis plusieurs années. On comprend alors que la "lutte pour la vague" soit sévère certains jours d'été lorsque les conditions optimales sont réunies pour attirer du monde sur les "spots". Et dans cette ruée vers la vague, il y a parfois peu d'élus ; car si le nombre de surfeurs augmente, le nombre de vagues, lui, reste le même et nul ne peut le modifier. De plus, les déterminants spatiaux spécifiques à l'activité font que sur une vague, un seul surfeur peut évoluer, parfois deux dans certaines conditions. S'impose alors à tout surfeur un rationnement de son temps de glisse, c'est-à-dire de sa source de plaisir, en raison de la densité sur le "spot" de la population pratiquante.

3Mais ce partage n'est pas accepté de la même façon par tous les surfeurs. Il est à l'origine de scissions de la population de surfeurs en sous-populations. Quels sont ces sous-groupes ? Sur quels critères se constituent-ils et quels types de conflits les opposent ?

4Un "spot" est un territoire public, puisque son accès est libre et qu'il est occupé de manière provisoire par les pratiquants. Et comme tout territoire public, il nécessite la mise en application de règles pour réguler les rapports des individus au sein de cet espace. Ces règles existent en surf : le surfeur le plus "à l'intérieur" (le plus proche du point de déferlement de la vague) a la priorité sur les autres. Autre règle : aura la priorité le premier debout, c'est-à-dire celui qui démarre le plus tôt sur la vague. Ces points de règlement s'appliquent en compétition, mais aussi en pratique libre de façon tacite, en constituant une sorte de code de comportement du surfeur, comme il existe en ski. On pourra faire référence à ces règles en cas d'accident s'il faut déterminer des responsabilités.

5Mais dans ce genre de système n'est institué aucun acteur ayant un pouvoir de police pour contrôler le respect des règles par les pratiquants. Cela donne alors libre cours à certains excès, sachant que le surfeur ne s'expose à aucune sanction si ce n'est la réaction du pratiquant victime du non-respect de la priorité sur une vague. Et c'est là une bien faible menace lorsque l'on est soutenu par les autres membres d'un groupe (la forme de pratique en bande est la plus courante), d'autant plus que l'on peut justifier sa violation des règles en s'appuyant sur la légitimité d'une dominance territoriale.

6En effet, à certains endroits et dans des situations d'hyperdensité des pratiquants sur le "spot", ces règles de priorité ne suffisent plus à endiguer et à réguler les conflits qui naissent autour de l'enjeu spatial que représente la vague. De nouvelles règles sont alors instaurées par les groupes défenseurs dans le but de s'imposer dans un rapport de dominance. On dérive ainsi tacitement vers une notion de territoire secondaire, dont l'accès reste ouvert mais qui donne des prérogatives à certains.

7Des sous-populations de pratiquants se construisent autour de certains critères discriminatoires, qui vont dans le sens d'une appropriation de l'espace de pratique. A partir de variables comme le lieu d'habitation par rapport au "spot" considéré, l'étalement de la pratique sur l'année, le degré d'expertise, et le degré d'expérience (par extension : le nombre d'années passées à surfer notamment sur le "spot") ; on débouche sur des conflits de revendications territoriales qui divisent la population des surfeurs. Et cette même population se heurtera à une population d'autres glisseurs, elle-même divisée en longboardeurs, bodyboardeurs, bodysurfeurs, kneeboardeurs, wave-skieurs (kayac-surfeurs), voire funboardeurs et jet-skieurs. Ces adeptes de vagues, les surfeurs et les autres, se regroupent ainsi dans une sphère animée de conflits (Cf. figure 1).

Sphère des conflits sur la vague

Sphère des conflits sur la vague

Locaux/étrangers au spot

8Certains sports, ou plus globalement certains sites balnéaires, connaissent un "localisme" exacerbé. Ainsi, la priorité pourra être systématiquement refusée à un surfeur parce qu'il n’est pas "chez lui". L’appropriation va même parfois jusqu'à se concrétiser par un marquage du territoire. Sur des murs en front de plage, des blockhaus ou des digues, apparaissent alors des tags exprimant des messages du type "locals only”. Il s'agit donc véritablement d'une emprise opérée sur un territoire par un groupe d'individus réunis par une qualité commune (le fait d'être "du coin") qui va légitimer l'action de faire sien un espace qui ne leur appartient pas de façon légale.

Surfeurs/blaireaux

9Il y a une ségrégation incontestable par le niveau d'expertise, qui se traduit par une mauvaise acceptation des non-experts ("blaireaux", ou encore "cafards") par les bons surfeurs. Ces derniers ont parfois du mal à laisser des vagues à des surfeurs techniquement faibles, car c'est se priver de jouir de ces vagues au bénéfice de quelqu'un qui n'est pas capable d'en jouir car il ne peut les exploiter (souvent la chute est immédiate ou après quelques mètres). Certains bons surfeurs ont alors tendance à considérer que s'ils cèdent une vague, celle-ci sera perdue, ou tout du moins gâchée.

Surfeurs pratiquant toute l'année/estivants

10Ce conflit renvoie l'étalement de la pratique dans le temps, en opposant ceux qui surfent 12 mois sur 12 aux touristes qui "débarquent" l'été sur les "spots". Principal type d'argument invoqué par les dominants pour appuyer leur appropriation de l'espace :

« On surfe ici tout l'hiver quand les conditions climatiques sont très dures. Les autres arrivent l'été avec le soleil et l'eau réchauffée, alors que nous, ces vagues, on se les est gagnées ! »

Surfeurs expérimentés/jeunes surfeurs

11La compétence technique en surf, sport à dominante bio-informationnelle, implique une bonne connaissance du milieu absolument primordiale. Ceci dans le but de réduire au maximum les incertitudes spatio-temporelles inhérentes au milieu dans le rapport individu-environnement, ce qui caractérise d'ailleurs les activités physiques de pleine nature en général. Ainsi apparaît déterminante l'expérience du pratiquant, son vécu tant sur le plan quantitatif (nombre d'années de pratique) que qualitatif (variété des conditions de mer rencontrées, des types de vagues surfées).

12En termes d'appropriation de l'espace, un pratiquant qui surfe depuis 15 ou 20 ans sur un "spot" aspire à un certain respect de ses habitudes sur le lieu, et accepte difficilement l'arrivée bruyante, parfois irrespectueuse et sans-gêne de nombreux jeunes. D'ailleurs ces "vieux surfeurs" n'hésitent pas à mettre en avant leur grand vécu du sport lors d'une situation conflictuelle les opposant à des pratiquants plus jeunes :

« ...je surfais déjà cette vague que tu ne savais pas encore marcher ! », « ... ça fait 20 ans que je surfe, alors c'est pas un gamin comme toi qui va... ! ».

Surfeurs/bodyboardeurs

13C'est l'opposition la plus rencontrée sur les spots, car le bodyboard est, parmi les activités autres que le surf, celle qui a le plus d'adeptes.

14Un bodyboard est une planche de mousse courte et large, sur laquelle on surfe allongé, voire à genoux. On se déplace en ramant comme en surf, mais en s'aidant des jambes (utilisation de palmes courtes et nerveuses). Arrivé en France à la fin des années soixante-dix, il a connu un essor colossal ces dernières années, notamment auprès des enfants. Ce succès s'attribue essentiellement au fait que le bodyboard permet de s'amuser dès les premiers instants de pratique. En effet, le problème de l'équilibre ne se pose pas, puisque l'on est allongé au niveau de l'eau. Quitte à prendre des vagues ayant déjà déferlé, le débutant pourra goûter aux joies de la glisse quelles que soient ses aptitudes ; alors qu'en surf, nombreux sont ceux qui abandonnent après plusieurs jours ou même plusieurs semaines d'essai.

15C'est là que réside le motif formel de rejet avancé par les surfeurs :

« les bodyboardeurs ne méritent pas les vagues, ils n'ont pas fourni les années d'efforts qui s'imposent aux surfeurs pour se gagner leur place sur le "spot" ».

16Pour faire une métaphore un peu poussée, les surfeurs accueillent les bodyboardeurs sur leurs vagues comme des skieurs accueilleraient des dizaines de luges venant encombrer leur piste préférée ou leur slalom.

17Le motif invoqué qui au fond, motive ce rejet des bodyboardeurs, est probablement que les surfeurs veulent conserver leurs vagues qu'ils n'arrivent déjà pas à se partager entre eux sans qu'il n'y ait de heurts. Les surfeurs utilisent, pour qualifier les bodyboardeurs, un terme aussi imagé que péjoratif : les "biscottes".

18De par sa constitution en mousse, une "biscotte" ne nécessite pratiquement aucun entretien (contrairement au surf, là encore) et s'avère beaucoup moins dangereux qu'un surfboard en cas de collision. Ainsi un surfeur peut refuser la priorité à un bodyboardeur (démarrer devant lui sur la vague) sans trop risquer de subir des dommages corporels résultant d'un choc avec l'engin du "concurrent". En revanche il est susceptible de blesser avec sa planche le bodyboardeur qui est allongé au ras de l'eau. Ce dernier, face à ce rapport de force dissuasif, a tout intérêt à laisser le surfeur évoluer sur la vague qui aurait dû être la sienne.

Surfeurs/longboardeurs

19Le longboard est similaire au surf mais s'effectue avec des planches longues et larges, ressemblant aux planches des années soixante. Ces longboarders, appelés aussi "malibus" ou "baobabs", présentent une flottabilité et une stabilité nettement supérieures à celles des surfboards classiques.

20Le rapport de force est ici inversé en cas de collision, car le longboard a plus d'inertie et est généralement plus solide qu'une planche de surf. Autre point avantageux pour le longboard : sa grande flottabilité et sa vitesse (due à la longueur) permettent de prendre des vagues très tôt avant qu'elles ne déferlent, de partir sur la vague légèrement avant les autres surfeurs (notamment quand les vagues sont petites et ne "portent pas" beaucoup), et donc d'avoir plus facilement la priorité. Pour ces raisons, un longboard est souvent malvenu sur le "spot" pour les surfeurs, d'autant qu'il est risqué de le "taxer" (lui voler une vague, en ne respectant pas les règles de priorité).

Surfeurs/wave-skieurs

21Cette pratique est née de la transposition du kayak au surf, d'où l'autre nom : "Kayak-surf" ou parfois "ski-surf". Les avantages d'un kayak-surfeur sont les mêmes que ceux d'un longboardeur, amplifiés même, mais, en plus, il n'est pas historiquement issu du surf, ce qui rend encore plus difficile son acceptation sur les vagues qui, légitimement, ne lui appartiennent pas selon beaucoup de surfeurs.

Surfeurs/bodysurfeurs

22Comme son nom l'indique, le bodysurf consiste à surfer avec son corps en position allongée, après avoir pris de la vitesse en nageant au départ de la vague, généralement à l'aide de palmes. Les bodysurfeurs n'ayant aucun engin flottant, ils sont parfois considérés comme des baigneurs, des touristes dont la place est plus dans les zones de bain que sur les "spots". Une majorité de surfeurs évoluent bien souvent sans prendre en compte la présence des bodysurfeurs, d'autant plus que ces derniers ne présentent aucun risque pour eux en cas de collision.

23Heureusement certains laisseront aux bodysurfeurs leur priorité, au regard du mérite qu'ils ont : l'absence d'engin implique de fournir un effort physique permanent, d'avoir une bonne condition physique et des aptitudes de bon nageur, et d'accepter de s'exposer à des risques de noyade plus importants qu'en surf. Ceci est surtout valable dans des conditions de mer difficile.

Surfeurs/kneeboardeurs

24Le kneeboard est un compromis entre le surf et le bodyboard. C'est en fait un surf très court, sur lequel on adjoint l'utilisation des jambes (avec palmes courtes) pour se propulser. Une fois sur la vague, on ne surfe pas debout mais à genoux sur la planche. Cette position a valu aux kneeboardeurs d'être affublés d'un qualificatif là encore très imagé : les "culs-de-jatte". Le faible nombre de kneeboardeurs fait que les conflits les opposant aux surfeurs sont rares. Néanmoins un kneeboarder ne sera pas considéré par les surfeurs comme un des leurs, au même titre que les bodyboardeurs.

Surfeurs/funboardeurs et surfeurs/jet-skieurs

25Ces oppositions ne concernent l'Aquitaine que dans une très faible mesure. Cependant elles méritent d'être soulignées, car elles ne sont pas négligeables à d'autres endroits en France (Côte méditerranéenne) et à l'étranger (par exemple l'île de Mauï à Hawaï où windsurfeurs et surfeurs ne font pas bon ménage).

26Funboardeurs et jet-skieurs ont de nombreux points communs :

  • ils utilisent tous deux une autre source d'énergie que la vague pour se déplacer, même s'ils peuvent se servir en plus de la pente de la vague pour la surfer ;
  • ils peuvent aller très vite sur l'eau ;
  • tout cela leur permet de surfer les vagues bien avant qu'elles ne cassent, et de se rendre ainsi facilement prioritaires sur toutes les vagues qu'ils désirent surfer ;
  • leurs engins encombrants, bien plus lourds et plus solides que les surfboards, sont dangereux pour les surfaces surtout quand ils évoluent à vitesse élevée ;
  • ils sont également dangereux lorsqu'ils remontent au pic en effectuant des sauts à chaque passage de vagues.

27Pour ces deux familles de glisseurs, l'exclusion de "spots" est unanime et catégorique, d'autant que les vagues ne sont pas indispensables à leur pratique. Notons enfin que le côté polluant et bruyant du jet-ski est en rupture totale avec l'aspect écologique des autres pratiques.

28Si la mise en compétition de tous ces groupes de glisseurs a tendance à augmenter la cohésion interne de chaque groupe, elle génère en retour le développement progressif d'une hostilité et de stéréotypes négatifs envers les autres groupes. C'est ainsi que sur le terrain, ces conflits se concrétisent par le non-respect des règles habituelles et universelles de priorités sur la vague, et par des réactions de défense des dominants vis-à-vis de l'intrus qui font appel à une attitude d'exclusion implicite, à des agressions verbales, et parfois même à la violence physique. En outre, l'idée de dominance faisant apparaître ces comportements de territorialité a pour but de permettre aux défenseurs d'éviter l'affrontement direct permanent avec les autres individus, si tant est que ces derniers acceptent de se plier aux règles imposées.

29D'autre part, les arguments avancés pour discriminer certains pratiquants ne partent pas tous de la conviction profonde que leur situation désavantageuse dans le rapport de dominance est légitime. En effet certains ne sont que prétextes visant à rendre possible la poursuite simultanée des objectifs individuels animant les membres du groupe dominant sur le "spot" : jouir au maximum de la glisse en surfant le plus de vagues possibles. La preuve en est que ces conflits n'apparaissent que dans des situations de surpopulation sur le "spot". Quand les intrus ne sont pas en mesure (par leur nombre, leur capacité technique, etc.) d'entacher les objectifs des dominants, la manifestation de revendications territoriales par ces derniers se fait beaucoup moins sentir alors qu'il y a tout de même violation de leur territoire.

30Donc si ces réactions sont devenues chez certains surfeurs impulsives et systématiques, elles sont à l'origine partiellement issues d'une analyse très réaliste de la situation, débouchant sur un calcul stratégique visant à maintenir des perspectives dont la finalité est la satisfaction des attentes individuelles ou groupales.

31De même fout pratiquant est conscient des avantages ou désavantages des autres glisseurs en termes de facilité dans la prise de vague, et de la distribution des risques en cas de collision consécutive à un "vol" de vague, tout cela dépendant directement de l'engin utilisé pour surfer la vague (Cf. tableau 1). Là encore, l'individu n'obéit pas qu'à des principes de légitimation de pratique et d'appropriation du territoire, mais il se livre bien à une analyse du rapport de forces qui l'oppose aux autres, sur laquelle il va bâtir sa stratégie d'évolution au cours de la session.

Atouts et désavantages des glisseurs (face aux surfeurs) selon les engins spécifiques à chaque pratique

PRATIQUES

Facilité à s’imposer au départ de la vague par rapport aux surfeurs (pour se rendre prioritaire)

Force de dissuasion vis-à-vis du surfeur en cas de non-respect de la priorité (dans la perspective d’une collision)

Bodysurf

— — —

Bodyboard

0

— —

Kneeboard

0

0

Longboard

+

+

Wave-ski

+ +

+ +

Funboard

+ + +

+ + +

Jet-ski

+ + +

+ + +

32Ces conflits ne sont pas évidents à appréhender pour quelqu'un d'extérieur à ces activités. De plus ils ne se retrouvent pas dans d'autres pratiques sportives. C'est pourquoi il s'avérait intéressant de les exposer, au risque de donner une vision un peu trop schématique de ces interactions entre individus, groupes et environnement, en catégorisant les acteurs. On a volontairement abordé une des facettes de ces activités, en dressant un tableau, pouvant paraître pessimiste, de ce qui se passe sur les vagues. Aussi il convient de relativiser l'aspect conflictuel du surf pour avoir une image un peu plus positive de ce qui reste tout de même, et heureusement, un sport synonyme de joies partagées et de plaisir de glisse.

Table des illustrations

Titre Sphère des conflits sur la vague
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

Auteur

Université de Toulouse et Fédération française de surf.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search