Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Première partie. Pratiques et institutions

L'innovation dans les pratiques sportives

La création du Vieux-Boucau Surf Club en 1973

Bernard Traimond

Texte intégral

1Au début des années soixante, en décidant d'aménager la côte du Golfe de Gascogne, le gouvernement et la MIACA (Mission d'Aménagement de la Côte d'Aquitaine) entendaient bouleverser les modes de vie et les relations à la mer des populations locales. Pourtant, ils ne pouvaient prévoir le développement de sports nouveaux et encore moins les formes de diffusion de ces techniques nouvelles. La résistance des propriétaires locaux à ces projets d'aménagement, inévitable, a néanmoins surpris par son opiniâtreté. Par contre, l'adaptation des commerçants indigènes aux nouveaux sites et à la nouvelle situation leur a bien souvent permis de profiter du nouvel afflux de touristes. En un mot, loin de rester passifs, les indigènes par des stratégies diversifiées allant de la résistance à la collaboration, ont bien souvent réussi à bénéficier du nouvel état des choses et à garder un certain contrôle des ressources touristiques. Cette attitude se retrouve dans l'implantation du surf à Vieux-Boucau. Là aussi, les indigènes ont su garder l'initiative puisque le club de Vieux-Boucau a été créé par des jeunes de Soustons, commune la plus proche.

2Soustonnais, passant une partie des vacances à Vieux-Boucau, je n'ai pu qu'assister à cette naissance et je fréquentais, bien qu'ils soient plus jeunes, les protagonistes de cette initiative. Cependant, ne pouvant utiliser que des entretiens sur des souvenirs, j'ai pu mesurer une fois de plus, les filtres de la mémoire et surtout leur organisation par le discours préétabli. Nous lisons aujourd'hui cette période dans les grilles de la formule Sun, sea, sex qui, d'un certain point de vue, convient parfaitement alors que les protagonistes de l'époque ne l'exprimaient pas sous cette forme. Ils formulent donc leurs expériences passées selon d'autres schémas et ont fabriqué leurs souvenirs ou leurs oublis selon des configurations particulières certainement moins pertinentes. Les thèmes évoqués aujourd'hui à propos de cette période, (Sea, sex, sun) constituaient certainement les préoccupations les plus importantes de ces jeunes mais il ne les reliaient pas ainsi que cela a été formulé par la suite et ne pensaient pas exprimer par leurs comportements une manière de vivre originale et encore moins des revendications générales. Dès lors, l'image du vécu ne correspondra jamais avec celle qui restera car les souvenirs et la conception que l'on retient résultent d'une sélection effectuée après coup. Une époque réconstituée par le discours postérieur ne s'accorde guère aux impressions du moment en raison de la présence de trois filtres, différence d'échelle, modification par la mémoire, reconstitution de l'appréhension du vécu.

3Malgré ces obstacles, nous allons essayer de comprendre les mécanismes par lesquels des activités totalement nouvelles, ont pu s'implanter sous l'autorité des jeunes de la région qui ont su trouver ailleurs et adopter de nouvelles pratiques sportives.

4Pour répondre à cette question, nous allons rechercher les modalités par lesquelles ils ont su promulguer ce nouveau sport. Ce groupe restreint avait des origines sociales très diverses, qui en recherchant des valeurs et des comportements nouveaux rompaient avec des schémas de conduites traditionnelles qui elles mêmes, cependant, guidaient leurs comportements.

1 - UNE ALLIANCE DE GROUPES SOCIAUX

5L'implantation du surf à Vieux-Boucau a débuté par une démonstration effectuée une après-midi d'août par le fils d'un industriel de la région qui passait ses vacances sur la côte basque ; il venait montrer des relations différentes avec la mer et les vagues, un jeu nouveau et un savoir-faire acquis ailleurs.

La création du club

6Quelques années après, (un ou deux ans ?), en 1971, deux Soustonnais, vivant donc dans une commune voisine distante de 7 kilomètres, l'un étudiant, l'autre salarié, associés à des "copains étrangers de "Paris" sur lesquels nous ne saurons rien car ils ont perdu tout contact avec eux, munis d'une grande planche achetée 200 francs à des touristes essayaient de suivre les vagues, tant bien que mal. Dans un second temps, même si curieusement, les souvenirs des acteurs attribuent à cette initiative une date antérieure, le 30 avril 1973, les statuts du Vieux-Boucau Surf Club étaient déposés à la préfecture. Une réunion à la mairie de Vieux-Boucau avait permis d'élire un bureau, avec président, trésorier, secrétaire. Un local anciennement occupé par les surveillants de la baignade était attribué au nouveau club, adossé à un blockhaus allemand. Aux "anciens" déjà évoqués, s'amalgamaient alors deux lycéens qui venaient d'avoir le bac. Cette association incluait un maître-nageur compétent qui constituait le technicien de l'équipe. Surtout, se créait ainsi une structure d'accueil susceptible de se perpétuer : elle existe encore. Enfin, l'hétérogénéité sociale de ce groupe constitutif qui comprenait entre autres, le fils d'un industriel propriétaire terrien, d'un instituteur et d'un ouvrier du bâtiment, formait un surprenant mélange social.

En hiver, les houles traversant le Golfe de Gascogne peuvent être très grosses. Ici l'Australien et champion professionnel Gary Elkerton surfe de près de 5m à Guéthary. (Photo T. Organoff)

Un groupe soustonnais

7Cependant, l'origine soustonnaise de ce petit groupe atténuait son hétérogénéité sociale et cet aspect semble essentiel. En effet, dans leur commune, cette alliance de classe ne pouvait que choquer. Elle allait à l'encontre d'antagonismes ancestraux et établissait de nouveaux réseaux de relations. Le regard entendu ne pouvait que chercher les intérêts en jeu dans cet amalgame, le propriétaire calmait-il l'ouvrier et quel avantage particulier trouvait ce dernier ? Dans le village à côté, ces pressions ne s'exerçaient plus : les vacances, la mer, les jeux, la fréquentation des mêmes filles (souvent étrangères à la région) cachaient les antagonismes sociaux et politiques.

8L'innovation n'a pu se réaliser que par des étrangers à la commune où se pratique ce sport qui exploraient à côté de chez eux, hors du regard de leurs parents et de leur entourage, de nouvelles relations à la nature et à leur corps.

2 - LA RECHERCHE DU SUD

9Ce léger glissement de Soustons à Vieux-Boucau marquait pour ces jeunes la recherche d'autre chose, d'une nouveauté, qu'ils allaient chercher ailleurs, à Biarritz plus précisément.

Aller à Biarritz

10Deux d'entre eux, lycéens à Bayonne, s'y retrouvaient les jeudis de fin d'année scolaire, au printemps et voyaient évoluer les surfeurs locaux ; les autres y allaient de temps en temps. Dans cette ville, ils rencontraient les champions de l'époque, Berlan et Joé Moraiz qui tenaient la première boutique de matériel spécialisé dans le surf. Vis-à-vis de ces jeunes, ces personnages bénéficiaient du prestige de l'âge, de la nouveauté et s'exprimaient dans un lieu innovateur, Biarritz.

11Revenus à Soustons, ces jeunes ont donc fabriqué, à leur portée et à leur usage, leur propre Biarritz à Vieux-Boucau.

L'Amérique ou le sud

12Singulièrement cet ailleurs, ce "Biarritz" m'a été présenté sous deux appellations, pour l'un c'était l'Amérique, pour l'autre, le Sud. Dans les deux cas, le rêve évoqué était le même, à savoir la rupture avec un regard localiste, la recherche d'activités "universelles", ouverte vers l'étranger. Evidemment la formulation varie selon les groupes sociaux et on peut imaginer sans peine l'origine des utilisateurs de chacun des termes. L'opposition de classe que nous avons soulignée antérieurement (la guerre en Indochine n'était pas terminée) apparaît dans la formulation même du rêve poursuivi.

  • 1 La Lettre du Vieux-Boucau Surf Club, Coungatataous, no 1, avril 1992.
  • 2 Coungatataous, no2, juillet 1992.

13Il s'agissait d'adopter les pratiques, jeux et mode de vie, promulgués par l'expression "Sea, sex, sun" à condition de bien voir que les acteurs ne connaissaient pas la formule et n'exprimaient surtout pas la relation entre ces trois éléments. Simplement, ils essayaient de concrétiser à leur échelle, l'image qui fera fortune plus tard. Cet aspect "politique" se maintient des années après puisque l'éditorial du premier bulletin du Vieux-Boucau Surf Club imprimé sur papier recyclé se donne en avril 1992 le projet de "se dresser, libres et nus, à l'aube de chaque jour, au milieu de ce temps furieux, parmi les coups d'ailes nucléaires et les génocides et pollutions savamment orchestrés par ordinateurs et législateurs"1. Il affirmera dès le second numéro un arrimage local en prenant un titre gascon, Coungatataous, issu d'un mot local, congata, herminette permettant de tailler des planches de bois ramassées sur la côte afin de suivre les vagues en les chevauchant, ainsi que cela se serait pratiqué à la fin du xixème siècle2.

3 - UNE INNOVATION INCONSCIENTE

14L'essentiel des remarques avancées résulte d'une reconstitution ultérieure à partir de souvenirs de l'époque (j'étais plus âgé que les acteurs évoqués) et d'entretiens avec eux effectués aujourd'hui.

Pas de photos

15L'un d'eux, photographe aujourd'hui, s'intéressant déjà à cette activité à l'époque, s'étonnait de ne disposer d'aucune photo de cette aventure. En ce temps-là, elle lui semblait tellement banale, tellement liée aux habituelles activités des jeunes qu'elle ne méritait pas la moindre attention particulière. A cela s'ajoutait évidemment, la volonté de cacher ou de ne pas voir certains aspects (amalgame social, lieu de rencontre) qu'il ne convenait pas de fixer sur pellicule. Par contre, un autre, dispose d'un panorama complet d'une des premières compétitions de surf qui s'était déroulée à Hossegor en 1973 ; les événements extérieurs et extraordinaires méritent, davantage que la vie quotidienne, d'être pérennisés par la photographie.

Peu de souvenirs

16Pour les mêmes raisons, les acteurs se souviennent fort peu de cette période. Ils savent mal les dates, (1970, 1971, voire 1973 ?), ont oublié le nom des acteurs et il est bien possible que l'importance des Soustonnais ait été accrue par la sélection effectuée par la mémoire. Les "parisiens" qui ont passé un seul mois à Vieux-Boucau voient leur rôle négligé car leur nom, voire leur visage a été oublié. Surtout, aux yeux des acteurs, la banalité de la démarche n'a pas permis la constitution de "souvenirs" qui les auraient "marqués".

17Le plus lucide, a nécessairement gardé de cette période la mémoire la plus précise car très vite, il l'a interprétée en termes de critique sociale. Au delà d'une subtilité personnelle, il a en effet très vite essayé de comprendre comment un groupe socialement hétérogène a pu se constituer. Cette démarche a guidé son appréhension des événements et la mise en ordre de ses souvenirs.

18Nous lui devons une bonne partie des analyses exprimées ici.

19Une lecture des événements certainement beaucoup plus efficace pour collecter des informations consisterait à faire décrire aux acteurs leur vie sentimentale de l'époque. Ils doivent davantage se souvenir des filles que des vagues... Nous ne nous somme pas accordé le droit (et le courage) de procéder ainsi.

4 - LES RUPTURES

20Par là même, ces jeunes voulaient cependant rompre avec des pratiques et des valeurs qu'ils refusaient sans nécessairement le discerner clairement.

211) De nouvelles relations avec la nature : "Le Landais pur et dur ne se baignait pas" me disait A. "Le village de Vieux-Boucau tourne le dos à la mer" ajoutait B. Ils exprimaient l'un et l'autre en quoi la fréquentation des plages et les jeux dans la mer constituaient une rupture. En effet, peu de personnes savaient nager au début du xxème siècle, même parmi les habitants des villages du bord de la mer et cet aspect ne reflétait que la marque d'une grande distance avec l'océan. Même le maître-nageur de Vieux-Boucau durant l'Entre-deux guerres, Arrocena, sauvait les baigneurs alors qu'il ne savait pas aller là où il n'avait pas pied. De même, enquêtant en 1978 sur les noms gascons des oiseaux de mer, je fus fort surpris de l'ignorance des boucalais en ce domaine alors que les personnes interrogées avaient, sous le prétexte de chasser ou de pêcher passé une bonne partie de leur existence au bord de la mer. Un seul avait su répondre, Maurice Cousseau, Tétin, aujourd'hui décédé. Cette singulière ignorance ne fait que refléter un certain type de relation à la mer : là passent certains gibiers, là s'attrape le poisson ou se ramassent les épaves, trois fonction utilitaires qui ne nécessitent pas un savoir plus intime (tel le nom des oiseaux, inmangeables il est vrai) et les jeux avec l'eau. En fait, les dunes et la mer constituaient une zone sauvage où se ne se pratiquaient que certaines activités liées à l'exploration des frontières dans le domaine de la nature (chasse, pêche) ou de la sexualité (dans les dunes s'effectuent les premières expériences sexuelles). Ainsi, avant 1914, les enfants y passaient la journée de la Saint-Jean cueillant des "immortelles" dans les dunes pour faire les croix et se baignaient pour la première fois de l'année.

  • 3 CORBIN, Alain. Le territoire du vide. L'Occident et le désir du rivage 1750-1840. Paris : Flammari (...)

22En un mot, le statut de la mer ne permettait pas l'expression d'activités régulières. Les activités sportives s'effectuaient en d'autres lieux, parfois avec talent et passion, comme le rugby et la chasse mais ces deux activités s'opposent a la fréquentation assidue de la mer, mode venue d'ailleurs. En un mot, les Landais n'avaient guère "le désir du rivage"3.

232) De nouveaux contacts avec la mer :

"Il y a quand même un jeu très fort, c'est de suivre les vagues très fortes à marée haute, ou à marée montante, sans planche, sans palme, sans rien, à mains nues. Il y en avait peu, mais il y en avait qui étaient capables de suivre les vagues, d'aller dans la mer forte et les vagues fortes. Il faut l'habitude et une connaissance du milieu. Ca n'a rien d'un exploit mais, connaissance du milieu et habitude, tout simplement. A ce moment-là, il y avait quand même un tout petit pourcentage des jeunes qui étaient capables d'aller dans les vagues comme ça. Et le surf apportait encore plus. Le surf permettait à ces jeunes-là d'aller encore plus loin dans leur spécialité. C'est un outil". A.

24En un mot, de l'aveu même d'un de ces "inventeurs" du surf, la planche amplifiait une maîtrise des vagues que déjà bien peu possédaient. Elle permettait de valoriser un certain courage, un savoir-faire et de se distinguer.

253) Rupture sociale : Le groupe créateur du club, originalité, amalgamait des jeunes au statut social très différent. Certains, fils d'ouvrier terminaient leur apprentissage ; d'autres commençaient des études universitaires : l'un deviendra vétérinaire, un autre chef d'entreprise. Pourtant, cela ne pouvait durer et quelques années après, l'un d'eux trouva, à ses dires, le club encombré de minets selon l'expression fort utilisée à l'époque. Non seulement il avait vieilli, son entraînement n'était plus suffisant, les membres n'avaient plus son âge mais de plus, la présence de groupes privilégiés lui déplaisait car, davantage inséré dans la production, il ressentait plus clairement les antagonismes de classe.

5 - L'INNOVATION ENDOGÈNE

26Ainsi, une pratique sportive particulièrement originale a été organisée par de jeunes indigènes. Cependant, cette nouveauté restait dans un certain cadre assez singulier aujourd'hui, qui ne faisait que reproduire les modèles du xixème siècle.

271) Une affaire d'homme : Lors de l'élection du bureau, ils n'ont pas songé à inclure une fille, pourtant groupe de recrutement potentiel. Ils suivaient la démarche de l'époque selon laquelle la direction de la vie publique (associative et sportive) restait l'apanage des garçons. Bien évidemment, les surfeurs fréquentaient des filles mais elles ne jouaient aucun rôle par rapport à cette activité. De plus, avant le féminisme, nul n'avait mauvaise conscience de les oublier d'autant qu'elles n'avaient pas le mauvais goût de s'en offusquer. Cependant, cet ostracisme disparaîtra très vite puisque l'une d'elles deviendra présidente quelques années après.

282) La "drague" : Bien évidemment, la plage en général et le club de surf en particulier constituaient des lieux de rencontre, occasion de relations plus ou moins poussées entre filles et garçons. Le sport cohabitait nécessairement avec ce type de préoccupation qui pouvait, chez certains, occuper une place essentielle d'autant plus légitime qu'elle a toujours constitué une activité socialement reconnue aux jeunes et que la plage en a toujours été le lieu d'exercice. Simplement, il convenait de respecter une certaine discrétion à laquelle s'accordait parfaitement le passage de Soustons à Vieux-Boucau et l'aspect saisonnier de ce sport, surtout à l'époque.

29Ces deux aspects, parmi d'autres, essentiels pour les acteurs s'inscrivent cependant parfaitement dans les attributions accordées aux jeunes dans la société "traditionnelle". La seule nouveauté réside dans le prétexte, le surf, qui a entraîné à son tour les innovations que nous avons signalées et qui s'inscrit dans les évolutions qui touchent toute la société.

  • 4 TRAIMOND, Bernard. La sociabilité rurale landaise. Histoire et structure, xviii - xx ème siècle. T (...)

30Soixante ans avant, la création du club de rugby, dont on sait la fortune à Soustons, avait introduit également de nouvelles pratiques sportives. En période de luttes sociales intenses (les grèves des résiniers du début du siècle), la bourgeoisie soustonnaise avait non seulement constitué des syndicats verticaux associant propriétaires et résiniers mais en 1907, avait suscité l'équipe de rugby. Jouaient des propriétaires dont François SainteMarie et des radicaux socialistes comme l'instituteur Vincent Alinville. L'opération avait été patronnée par la famille Lassalle dont un des membres sera député radical-socialiste et qui s'était violemment opposé à un autre instituteur, Lamaison, secrétaire départemental de la S.F.I.O., obtenant son déplacement, du moins le disaient-ils. Il s'agissait de rétablir l'unité communale après les tensions nées des conflits sociaux. Il résulta de ces initiatives une période de paix sociale alors que les grèves de résiniers se poursuivaient dans d'autres communes le long de la côte mais plus au nord4.

31De façon analogue, le surf naît d'un amalgame social, dans une période politique issue des "événements de mai 68", joignant une extrême politisation d'une importante fraction de la jeunesse à de considérables bouleversements culturels ainsi que nous pouvons le mesurer après coup. Si localement, des conflits politiques ou sociaux n'ont guère surgi, la région a été bouleversée avec l'implantation de Port d'Albret (nouveau nom accolé à Vieux-Boucau) et l'arrivée massive de touristes amenés au prix du bouleversement du système écologique, de l'urbanisme et donc de la société locale. Les indigènes, même de Soustons, ont eux-mêmes suivi le mouvement et ont su, au moins partiellement, en profiter. L'innovation a suivi les voies discrètes de la transgression permise chez les jeunes et de la nouveauté inconsciente.

32N.B. Cet articles se fonde, outre des souvenirs personnels, sur des entretiens avec Pierre Baudiffier, Bernard Cail, Joël Ducret et Franck Lavignolle. Qu'ils soient remerciés pour leur aide et leur bienveillance.

Notes

1 La Lettre du Vieux-Boucau Surf Club, Coungatataous, no 1, avril 1992.

2 Coungatataous, no2, juillet 1992.

3 CORBIN, Alain. Le territoire du vide. L'Occident et le désir du rivage 1750-1840. Paris : Flammarion, Champs, 1990. 407 p.

4 TRAIMOND, Bernard. La sociabilité rurale landaise. Histoire et structure, xviii - xx ème siècle. Thèse à l'EHESS, 1982.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search