Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Première partie. Pratiques et institutions

Surf et voile à l'Union Nationale du Sport Scolaire en Aquitaine

Alain Lefrais

Texte intégral

1Le sens commun perçoit l'évolution sociologique des pratiques et le transfert de sports traditionnels à performance chronométrique ou mesurée vers des pratiques "douces" à confrontation individuelle avec des éléments non quantifiables ou aléatoires. L'école ne peut pas faire l'économie d'une réflexion sur ces changements issus des acteurs que sont les élèves des lycées et collèges.

2Comment peut-on intégrer, à l'école, dans une région baignée par les éléments naturels, (eau, vent, courants, marées, falaises, montagnes) l'accès à des pratiques extra-muros revendiquées par des individus à la recherche de la découverte, de l'aventure, de l'exploit individuel, c'est-à-dire en quelque sorte de l'autonomie décisionnelle.

3Cette logique de performance individuelle, loin d'être en contradiction avec l'altruisme lié aux sports collectifs ou avec l'ascétisme lié aux sports chiffrés, recouvre la volonté de prise en charge de soi par soi. Elle place l'individu, en confrontation avec les éléments ou avec les autres, au centre de la problématique ; personne d'autre que le surfeur soumis aux mouvements de la vague, ou le véliplanchiste en équilibre entre air et mer, ne peut résoudre le problème physique de l'homme qui évolue dans un milieu incertain.

  • 1 L'Union Nationale du sport scolaire, Association régie par la loi du 1 er juillet 1901, a en charg (...)

4Cette réalité sportive doit être comparée à la réalité quotidienne du jeune soumis à l'adaptation permanente dans une société à "capital variable". C'est dans ce contexte que nous nous proposons d'étudier à travers l'exemple de la pratique du surf, du body board, de la voile et de la planche à voile à l'U.N.S.S.1 dans l'académie de Bordeaux, les modalités d'intégration des pratiques sociales et sportives de cette fin de vingtième siècle.

La place des pratiques nautiques à l'U.N.S.S. en Aquitaine

  • 2 L'enquête réalisée en décembre 92 recouvre l'activité de l'année scolaire 91/92.

5Quelques chiffres issus d'une enquête réalisée auprès des établissements scolaires de l'Académie de Bordeaux, des centres d'entraînement U.N.S.S., des clubs sportifs ou bases supports de l'activité et des statistiques régionales de l'U.N.S.S.2, nous permettent d'établir un "état des lieux" des pratiques faisant l'objet de l'étude :

  • les 3 départements côtiers d'Aquitaine (Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques) sont concernés par le surf et la voile ;
  • 49 collèges ou lycées du secteur public ou privé (dont 32 en voile et planche à voile et 17 en surf et body board) ont eu des élèves ayant pratiqué au moins sur un support3 ;
  • 523 jeunes gens et jeunes filles (dont 365 en voile et 157 en surf et body board) ont eu une activité d'entraînement ou de compétition dans le cadre institutionnel de l'Association sportive d'établissement.
  • l'encadrement de ces activités a impliqué 24 enseignants d'éducation physique auxquels il faut ajouter les éducateurs spécialisés et les intervenants bénévoles ;
  • les lieux de pratique sont inégalement répartis : 7 "bassins" d'activité en voile dont 4 en Gironde ; 3 "pôles" d'activité en surf, un par département.
  • On peut toutefois noter une grande disparité de répartition de la pratique de ces différents sports à l'U.N.S.S. La voile (dériveurs et catamarans) et la planche à voile (planche "fun" ou planche "open"4 sont représentées sur le territoire français dans la presque totalité des Académies, avec bien entendu une plus forte activité sur les départements côtiers5.En revanche le surf, compte tenu des exigences d'exploitation du terrain de jeu, reste l'apanage des pratiquants de notre région augmentés de l'apport de quelques individualités issues des départements atlantiques (Charente Maritime, Vendée).

6En raison de l'investissement nécessaire (matériel, tenue vestimentaire, local de rangement, engins de sécurité, etc.) et des contraintes géographiques et atmosphériques (plan d'eau, vagues, vent, etc.) les établissements scolaires sont tenus de passer des conventions avec des structures associatives (clubs, grandes associations de plein air) ou des collectivités territoriales (bases municipales, maison de la glisse, bases départementales, etc.).On peut ainsi recenser en Aquitaine les lieux de pratiques de l'activité scolaire à l'U.N.S.S.

LIEUX DE PRATIQUE UNSS ET ÉTABLISSEMENTS CONCERNÉS

LIEUX DE PRATIQUE UNSS ET ÉTABLISSEMENTS CONCERNÉS

7En voile et planche à voile :

  • Centre Municipal de voile de Bordeaux Lac ;
  • Centre nautique U.C.P.A. de Bombannes ;
  • Club de voile de Lacanau ;
  • Club nautique de Claouey ;
  • Ecole de voile du cercle de la voile d'Arcachon ;
  • Cercle de voile de Cazaux Lac ;
  • Ecole de voile du Centre d'essai des Landes à Biscarosse ;
  • Ecole de voile de Biscarosse ;
  • Centre nautique de Soustons ;
  • Yacht club Basque de St-Jean-de-Luz ;
  • Centre U.C.PA. de Socoa.

8En surf :

  • Lacanau surf club ;
  • Club de surf de Biscarosse-Parentis ;
  • Club de surf dAnglet ;
  • Biarritz surf club.

9La pratique de l'activité en U.N.S.S. peut revêtir plusieurs formes :

  • La découverte et l'initiation dans le cadre des créneaux réservés à l'U.N.S.S. (mercredi après-midi) ou dans le cadre de périodes groupées sous forme de stages (fin de trimestre, fin d'année scolaire, périodes banalisées...).
  • Le perfectionnement dans les centres d'entraînement U.N.S.S. (convention entre l'U.N.S.S. et un centre d'accueil qui reçoit plusieurs établissements scolaires) ou dans les clubs (convention locale entre un établissement et une structure associative).
  • La pratique compétitive au cours de rassemblements organisés par l'U.N.S.S. au niveau local, départemental ou académique, (critérium, championnat départemental, d'académie).

10Les formules de compétition, extrêmement variées selon les sports, répondent cependant à des contraintes particulières liées au contexte de l'école :

  • La compétition doit satisfaire le plus grand nombre le plus longtemps possible ; ce qui limite notamment les formules à élimination directe. L'élève peu doué ou modestement entraîné doit pouvoir bénéficier d'un accès théorique à la confrontation au plus haut niveau.
  • La compétition doit s'inscrire dans une logique de la performance pour tous : d'où nécessité de la maîtrise du calendrier et des formules sportives (chacun doit pouvoir y trouver son compte à l'issue de cycles de préparation).
  • La logique interne de l'activité doit être scrupuleusement respectée.
  • La notion d'appartenance à une entité éducative (l'établissement scolaire) doit revêtir un caractère particulier : c'est ainsi que des formules par équipes d'établissement ont été le plus souvent préférées à une simple pratique individuelle. En voile en particulier, le championnat de France U.N.S.S. en dériveur et en planche à voile se déroule depuis 1979 sous forme de rencontres par équipes de 3. Il est délivré un seul titre de Champion de France par équipe.

11En surf un classement par équipes est établi par addition des places des 3 meilleurs représentants de chaque établissement scolaire.

  • 6 EHRENBERG, Alain. Le culte de la performance. Paris : Calmann-Lévy, 1991.

- L'achat et le transport de matériel (en voile et planche à voile) étant un frein à la pratique sportive, les formules retenues tiennent compte de ce paramètre de façon à mettre en scène une compétition qui joue constamment de "l'illusion" réaliste où la justice est le produit de la concurrence et l'inégalité le résultat de l'affrontement des égaux et non du hasard ou de la fortune"6. Le prêt ou la location d'engins identiques permet en partie de résoudre ce dilemme.

12L'Association sportive, lieu de pratique librement choisie par excellence, doit pouvoir s'adapter à la demande sociale et répondre aux mutations des goûts et des pratiques. L'élève qui adhère à l'Association d'Etablissement ne vient pas seulement "consommer" de la compétition sportive. Il attend de la structure de son établissement autre chose qu'un catalogue de pratiques ou qu'un échéancier sportif. Il souhaite, dans la confrontation sportive, être acteur mais aussi en partie réalisateur de sa propre pratique.

  • 7 TOFFLER, Alvin. La troisième vague. Paris : Denoël, 1980.

13En ce sens on pourrait le qualifier de "prosommateur" selon l'expression d'Alvin Toffler7, c'est-à-dire producteur de tout ou partie de son propre objet de consommation, en l'occurence la rencontre sportive. C'est pourquoi l'U.N.S.S. dans ses orientations actuelles intègre cette démarche : la formation de jeunes juges, de jeunes arbitres, de jeunes officiels ou de jeunes dirigeants répond à la double logique de prise en compte de cette forme "d'autoproduction" (l'organisation sportive par les jeunes eux-mêmes) et de la concrétisation de la mission éducative de l'école (apprentissage de la vie associative et de la citoyenneté).

14Dans la pratique cela se traduit par une prise en charge partielle de la compétition par les acteurs (par exemple notation des plus jeunes par les plus anciens, des bodyboarders par les surfeurs) ou par la prise en compte d'une partie des éléments extérieurs à la compétition proprement dite comme la gestion du matériel en voile ou la division rationnelle du travail en fonction des compétences de chacun.

15L'histoire sportive de la voile à l'U.N.S.S. a débuté avec l'A.S.S.U. (Association Sportive et Scolaire et Universitaire) dès les années soixante, époque de la "démocratisation" du dériveur liée à l'avènement des matériaux plastiques autorisant la construction de bateaux en grande série.

16L'évolution s'est faite de manière linéaire, parallèlement à celle de la Fédération Française de Voile.

17L'apport de la planche à voile dans les années soixante-quinze a permis l'accès à la pratique d'une partie de la population traditionnellement et culturellement non impliquée dans les activités de pleine nature liées au vent et à la mer.

18Actuellement on peut constater un certain "plafonnement" des pratiquants scolaires de voile et de planche à voile.

19L'initiative la plus marquante a été la création dès 1979 d'une formule originale, compétition par équipes de 3 du même établissement scolaire, formule de course par équipe empruntée aux Anglais dont les clubs se lancent des défis.

Lieux de pratique U.N.S.S. Voile. Centres d'entraînement U.N.S.S. Voile (1991/92)

LIEU ET PRATIQUE

Ets

ELÈVES

ENSEIGNEMENTS

DURÉE ET DÉROULEMENT

BX-LAC (1)
École de Voile

26

238

13 + 3 moni.

2 cycles de 10 séances de 3 h.

CLAOUEY
(Bassin Arcachon)

1

17

2 + 1 moni.

7 séances de 3 h.

MIMIZAN LAC

1

8

2

6 séances de 3 h.

PARENTIS
(Base de Voile Lac)

2

55

2

environ 10 séances de 3 h.

CAZAUX LAC
École de Voile

1

32

2

18 séances de 3 h.

ST-JEAN-DE-LUZ SOCOA

1

15

l

TOTAL

32

365

22 + 4 moni.

(1) Centre d'entraînement U.N.S.S.

La progression du surf et de ses dérivés

20L'histoire sportive du surf à l'U.N.S.S. débute en 1985 par l'organisation du premier championnat d'Académie réunissant 35 surfeurs à Anglet (Pyrénées-Atlantiques). Progressivement le nombre de pratiquants s'est accru au fil des années ce qui nous a conduit à multiplier les initiatives pour satisfaire le plus grand nombre le plus longtemps possible :

  • Création de 2 championnats demi-Académie Nord et Sud (qui sont de fait de gros championnats à recrutement départemental ou interdépartemental, servant de base de sélection pour le championnat d'Académie) ;
  • Ouverture de 2 centres d'entraînement U.N.S.S. (Lacanau en Octobre 1990 et Anglet en 1989) accueillant actuellement de 120 à 150 débutants ou experts en 2 demi-saisons (automne et printemps).
  • Création d'un critérium départemental d'Automne à Lacanau, compétition qui permet en début d'année scolaire d'établir une évaluation individualisée des pratiquants et d'aborder une pratique sportive de compétition dans un cadre où les risques, étudiés, demeurent pédagogiques8.
  • Diversification des supports avec l'ouverture au "bodyboard". Le bodyboard est une planche courte et légère sur laquelle le pratiquant s'allonge et reste dans cette position pendant toute la durée de la glisse. Cette planche et cette modalité de pratique permettent au débutant de jouir du plaisir immédiat de la glisse et de bénéficier d'un accès quasi instantané à l'aspect hédonique de l'activité sans passer par l'ascétisme de l'apprentissage d'une technique à fort investissement temporel.

21A contrario le surf, planche plus longue et plus porteuse bénéficie de l'image plus noble de "l'homo erectus" capable de maitriser un engin instable (la planche de surf) sur un support aléatoire (la vague), dans une position périlleuse (debout) et dans un monde variable (la mer).

  • Accès des jeunes filles, regroupées dans une catégorie "ondines", à tous les niveaux de compétition. Bien qu'encore très largement sous-représentées par rapport à la population française, les jeunes filles se situent actuellement à environ 10 % du nombre total des surfeurs à l'U.N.S.S. ;
  • Ouverture de l'accès au championnat de l'Académie de Bordeaux aux pratiquants des académies voisines de Nantes (département de la Vendée) et de Poitiers (département de la Charente Maritime).
  • 9 Cette particularité a d'ailleurs fait l'objet de remarques pertinentes de la part du Conseil Econo (...)

22Il est à noter que seule la région Aquitaine propose les structures et l'organisation de formes compétitives de l'activité9.

  • 10 L'opération baptisée "Grand Sport 90" a regroupé du 26 au 30 Mai 1990, 9 Championnats de France U. (...)

23- Enfin l'organisation en mai 1990 de l'ensemble des championnats de France U.N.S.S. des sports de plein air sur le pôle privilégié de Bombannes - Carcans - Lacanau10 a permis d'intégrer le surf et le bodyboard dans une dynamique nationale de pratique du sport scolaire.

CENTRES D'ENTRAINEMENT U.N.S.S. SURF (91/92)

LIEU ET PRATIQUE

Ets

ELÈVES

ENSEIGNEMENTS

DURÉE ET DÉROULEMENT

LACANAU (l)

13

118

3 + 5 moni.

2 cycles de 6 séances de 2 h.

ANGLET(l)

2

1

Fonctionnement de 1991/92

BISCAROSSE

2

39

2

environ 6 séances de 2 h.

TOTAL

17

157

6 séances de 3 h.

(1) Centre d'Entraînement U.N.S.S.

  • 11 PINEAU, C. op. cit., p. 9

24Placée au centre du champ culturel sportif, l'Association sportive d'Etablissement représente "un ensemble" de valeurs identifiées et reconnues comme positives11. À ce titre elle est amenée à se poser la question de la pertinence du choix des activités proposées à l'élève. Confrontée à "l'implosion" sociologique des goûts et des pratiques sportives elle doit proposer un projet d'Association intégré au projet de l'ensemble de l'Etablissement.

  • 12 HEBRARD, A. L'Education Physique et Sportive, Réflexions et Perspectives. E.P.S. 1989.

25A partir d'un "référentiel national évolutif"12 élaboré par l'Union Nationale du Sport Scolaire, chaque Association sportive en relation avec le réseau d'Etablissements auquel elle appartient (réseau modulable selon les circonstances), peut intégrer des pratiques considérées comme non traditionnelles et qui sont souvent rejetées car ne faisant pas partie de la "culture scolaire".

26Les activités de pleine nature, les sports de glisse et en particulier le surf et la voile peuvent faire partie de ce projet lorsque la demande existe et dès lors que les conditions de pratique sont réunies. De ce point de vue les établissements scolaires des départements côtiers d'Aquitaine sont particulièrement bien situés pour faire des propositions d'offre susceptibles d'intéresser les élèves.

27Il est à noter toutefois qu'un certain nombre de facteurs peuvent constituer des freins au développement de cette nouvelle culture sportive :

  • les contraintes liées au limites géographiques : les déplacements longs et coûteux vers les lieux de pratique handicapent les plus éloignés ;
  • le coût de l'activité (prêt ou location de matériel, amortissement des locaux, coût de la sécurité, etc...) est à prendre en compte au moment du choix ;
  • l'investissement temporel minimum nécessaire (durée des séances nombre de séances) impose une organisation prévisionnelle rigoureuse ;
  • les normes d'encadrement et de sécurité (qualification, nombre des intervenants...) doivent être strictement respectées ;
  • la compétence des enseignants, sanctionnée par la formation initiale et mise à jour par la formation continue ne les prédispose pas toujours à s'investir dans des activités "à risques", même pédagogiquement maîtrisées ;
  • enfin sans doute le poids institutionnel crée un temps de latence important entre la demande stimulée par l'évolution sociologique des pratiques et l'offre proposée dans le cadre de l'école.

28En conclusion, l'observation de la pratique scolaire du champ des activités étudiées nous amène aux remarques suivantes :

29Le Bassin aquitain possède incontestablement un potentiel géographique (lieux, plans d'eau, conditions de vent et de mer, étendues maritimes,) propice à la pratique du Surf et de la Voile. Ces activités de pleine nature s'inscrivent dans un contexte historique et culturel régional (au même titre que la pelote basque ou le golf) qui donne sa pertinence à l'objet de l'étude. L'Aquitaine berceau européen du Surf, possède aussi une longue tradition en Voile (rappelons la médaille d'or de Serge Maury aux Jeux olympiques de Munich en 1972, ou les sélections olympiques de D. Poissant en 1946 et de Y.L. Pinaud en 1960) et une pratique instantanée de la planche à voile dès son apparition en France dans les années soixante-dix.

  • 13 Voir à ce sujet POCIELLO, C. : Pratiques Sportives et Demandes Sociales. (INSEP Cordes 1981).

30Les mutations sociales et l'évolution des pratiques sportives nous contraignent à une réflexion en profondeur et à une observation d'expertise des demandes de pratiquants13. Observateurs privilégiés dans le monde de l'école, les enseignants d'éducation physique sont particulièrement concernés et peuvent être à ce titre les partenaires et les "tuteurs" des pratiquants dans leur acquisition d'une culture sportive et dans l'orientation de leur détermination spécifique (le choix d'une ou de plusieurs spécialités sportives). Dans le contexte "évolutif" de la pratique sportive et dans la logique d'une pratique de plus en plus tardive, le Surf, la Voile et la Planche à Voile participent à des acquis culturels et à des apprentissages méthodologiques réinvestissables au cours de la vie d'adulte.

Notes

1 L'Union Nationale du sport scolaire, Association régie par la loi du 1 er juillet 1901, a en charge l'organisation de la pratique des associations sportives des Etablissements scolaires publics (obligation d'affiliation à l'Union) et privés (choix de l'affiliation ou non) du premier et du second cycle de l'enseignement secondaire (collèges et Lycées). Elle doit à ce titre proposer un éventail de pratiques sportives permettant à l'élève, qui adhère volontairement à l'Association, de faire un choix en fonction de ses goûts, de ses motivations et des possibilités géographiques locales.

2 L'enquête réalisée en décembre 92 recouvre l'activité de l'année scolaire 91/92.

3 On peut raisonnablement estimer, sans que l'enquête ne laisse apparaître cette réalité, qu'un nombre au moins égal d'établissements scolaires (et notamment ceux de "l'intérieur des terres") possèdent dans leurs effectifs des élèves pratiquant ces sports hors du cadre de l'école.

4 Notons au passage que l'essentiel de l'activité à l'U.N.S.S. se faisant dans un cadre structuré (initiation, entraînement ou pratique de compétition) nous avons une surreprésentation de la planche "open" (planche longue essentiellement destinée à la régate sur parcours en eau plate) par rapport à la planche "fun" (planche courte et légère spécialement créée pour naviguer dans des conditions extrêmes de vent et de vagues).

5 Voir les statistiques de la Direction Nationale de l'U.N.S.S., 13, rue St-Lazare, Paris 9ème.

6 EHRENBERG, Alain. Le culte de la performance. Paris : Calmann-Lévy, 1991.

7 TOFFLER, Alvin. La troisième vague. Paris : Denoël, 1980.

8 PINEAU, C : Introduction à une didactique de l'Education Physique (Inspection générale de l'E.P.S., octobre 1990).

9 Cette particularité a d'ailleurs fait l'objet de remarques pertinentes de la part du Conseil Economique et Social d'Aquitaine saisi par le Conseil Régional d'une étude sur le poids économique du sport en Aquitaine (voir le rapport du C.E.S. Conseil Régional d'Aquitaine - 26 Octobre 1992. Rapporteur J. Gruel).

10 L'opération baptisée "Grand Sport 90" a regroupé du 26 au 30 Mai 1990, 9 Championnats de France U.N.S.S. (Golf, Voile des lycées, Planche à voile, Course d'Orientation, Tennis, Canoë Kayak, Cyclisme sur piste et sur route, Triathlon) et 4 critériums nationaux U.N.S.S. (Aviron des collèges, Voile des collèges, Tir à l'Arc, Surf) totalisant 2 900 compétiteurs venus de 25 académies.

11 PINEAU, C. op. cit., p. 9

12 HEBRARD, A. L'Education Physique et Sportive, Réflexions et Perspectives. E.P.S. 1989.

13 Voir à ce sujet POCIELLO, C. : Pratiques Sportives et Demandes Sociales. (INSEP Cordes 1981).

Table des illustrations

Titre LIEUX DE PRATIQUE UNSS ET ÉTABLISSEMENTS CONCERNÉS
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

Auteur

Union nationale du sport scolaire (UNSS).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search