Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Première partie. Pratiques et institutions

Stratégie et Politique Fédérale

Francis Distinguin

Texte intégral

1D'Hawaïen et de marginal, le surf est devenu en France une pratique en pleine expansion qui trouve un impact formidable notamment auprès des jeunes. Le surf n'est pas uniquement un loisir, un culte de l'Adonis ou le mythe d'une jeunesse en mal d'exotisme. Très complet, ce sport requiert une condition physique excellente, une hygiène de vie, un entraînement et une pratique intensifs. Unique discipline qui utilise l'énergie de la vague sans aucune intervention mécanique, il exige tactique et décision immédiate face à un océan changeant, indomptable. Sport gratuit et éminemment spectaculaire, le surf est pratiqué par un nombre grandissant de sportifs, de tous âges et de toutes classes sociales, à la recherche de nouvelles sensations.

1 - CROISSANCE OU DÉVELOPPEMENT

2Une enquête montrerait que les attendus des surfeurs par rapport à la fédération se formulent en terme de protection, en terme de valeurs communes et d'éthique et non en terme de croissance. Ces pratiques de glisse sont totalement liées à une relation individuelle à l'environnement. Une pratique individuelle dans un groupe. L'objectif essentiel de la fédération ne se formule pas, contrairement à la majorité des fédérations sportives en terme de croissance, développement et structuration. La fédération doit être représentative des surfeurs, elle doit donc définir ses objectifs par rapport à la demande de ses adhérents. C'est la raison profonde de son existence. Dans ce sens, elle a un rôle de fédérateur des énergies et des personnes animées par la même passion des vagues.

3Or le système d'évaluation de la performance des fédérations par les institutions consiste essentiellement en une comptabilité de licenciés. L'adhérent souscrit non seulement à une pratique, mais à un mode d'organisation de la pratique. La licence fédérale offre la garantie d'un mode de fonctionnement et d'organisation "type" des fédérations sportives, (clubs organisés sous forme d'association 1901, adoption de statuts types...). Notre difficulté vient du fait que les activités de pleine nature ne peuvent être comptables du nombre de pratiquants, ni être organisées comme les fédérations traditionnelles, puisque par essence la pratique est libre et gratuite. Les pratiquants sont d'autant plus attirés par ces pratiques qu'elles se situent hors du champ de l'organisation traditionnelle fédérale et qu'elles véhiculent d'autres valeurs et contre-valeurs. Cette tendance se répercute sur notre capacité à licencier. Le surf en France représente environ 100 000 pratiquants, pour 5 000 licenciés. Le concept de licence en surf, galvaudé par son assimilation à une assurance, est essentiellement un outil comptable, perçu comme une dîme fédérale. La licence fédérale devient la représentation de ce à quoi, les pratiquants veulent échapper. Les objectifs de la fédération doivent donc se définir par rapport aux aspirations des pratiquants et non par rapport à une définition comptable des licenciés. C'est la raison pour laquelle, il s'agit plus pour la fédération, d'obtenir l'adhésion de l'ensemble des pratiquants, que d'augmenter le nombre de pratiquants.

4L'ambiguïté de ce système vient du fait que l'État accorde à la fédération une délégation de pouvoir pour mener à bien une mission de service public dont les objectifs s'écrivent en terme de croissance, développement et contrôle. Il est donc nécessaire de trouver une compatibilité entre les aspirations des pratiquants et les objectifs fédéraux. Le challenge est de trouver un mode de fonctionnement qui puisse répondre à cette double exigence antinomique, mais qui doit être complémentaire.

5La fédération est donc amenée à se structurer comme pratique sportive et de loisir, comme pratique culturelle, aux yeux de l'institution, et ainsi être en mesure de défendre l'éthique, les valeurs et protéger la discipline. Aussi, faudrait-il que les surfeurs prennent conscience que ce détour est nécessaire pour positionner un surf représentatif des pratiquants et ainsi préserver sa spécificité et son identité.

6Une communication claire est nécessaire pour éviter de créer une rupture avec la base des surfeurs et des clubs. Aujourd'hui encore, de nombreux surfeurs voient dans les démarches fédérales, une dénaturation du surf. La reconnaissance institutionnelle d'une discipline n'est pas un objectif en soi, mais un outil au service de la pratique. Il ne s'agit donc pas de réduire seulement le surf à un sport, la dimension sportive étant seulement une des multiples facettes du surf.

7Là encore, on sent parfois planer le fantasme d'une fédération forte, puissante, structurée, planifiée en réel décalage avec l'environnement spécifique du surf et de son milieu.

8Notre difficulté vient de l'organisation archaïque des fédérations sportives qui enlisées, dans leurs règles démocratiques, ne parviennent pas à adapter leurs structures et leurs organisations internes à leur propre spécificité et à l'évolution des besoins.

9L'habilitation ministérielle nous impose de fonctionner avec un comité directeur composé au minimum de 20 personnes bénévoles, dont les différences de formation, de vécu et de connaissance du surf ne facilitent pas l'émergence d'une stratégie politique homogène. Pour conserver la structure fédérale et assurer la stabilité du système, les fédérations en difficulté n'ont pas d'autre alternative que de remettre en cause le président ou l'entraîneur sélectionneur, donnant ainsi l'illusion d'un changement.

10Les bouleversements du monde moderne nécessitent une approche différenciée des disciplines où l'évaluation de révolution et du développement ne peut se satisfaire d'un plan comptable. Si développer ne consiste qu'à agrandir, élargir, augmenter, cela ne peut constituer un objectif fédéral. Il faut d'abord organiser la discipline en donnant l'opportunité à chacun de découvrir le surf et son environnement. Il existe un important décalage entre la démarche de faciliter l'accès à une discipline et la démarche marketing qui consiste à vendre une accessibilité illusoire. Le surf est une pratique difficile et élitaire qui nécessite un long temps d'apprentissage et de réelles dispositions.

11L'objectif de développement correspond trop souvent à la recherche de croissance, performance de la sphère économique évaluée indépendamment de la sphère humaine et de l'environnement. Positionner la fédération auprès de ses interlocuteurs comme représentation des surfeurs ; positionner le surf tel qu'il est dans les représentations et les pratiques : voilà, de réels objectifs.

2 - BUSINESS DU SURFWEAR ET PROFESSIONNELS DE LA COMMUNICATION

12Le marché du surfwear n'a jamais aidé directement à la structuration et à la reconnaissance de la fédération auprès des institutions. Tout juste, peut-on parler de cohabitation entre le milieu fédéral et le secteur économique du surf. Dans le domaine du sportswear, seule la marque de maillot de bains et d'accessoires de plage, ARENA, s'engagea à soutenir financièrement pendant trois ans la fédération, de 1986 à 1989. Mais en fait ARENA, spécialisé dans la natation, ne sut adapter, ni ses produits, ni sa communication à ce nouveau marché.

13En fait, le milieu du surfwear a été extrêmement novateur dès les années soixante-dix, dans son mode de communication. Ce furent les premiers dans le domaine du sportswear à donner une signification, un réel sens moral et culturel à leurs produits. L'histoire est celle d'un beau surfeur, en quête d'idéal qui a tout abandonné pour voyager et surfer au bout du monde, et qui pour vivre de sa passion a créé une marque de surf.

14Le surfwear incarne alors toutes les valeurs culturelles d'une jeune génération à la recherche d'identité et d'aventure. Large, coloré, basique, le tee-shirt et le short de surf deviennent la représentation d'une jeunesse insouciante. La force de cette communication se trouve essentiellement dans le fait que le surfwear n'est plus une mode passagère, car il est représentation des aspirations d'une certaine jeunesse. Ainsi, la communication des industriels du surf fait évoluer l'image de son surfeur, en fonction des couleurs, des musiques et des préoccupations sociales du moment. On peut constater ainsi que le surfwear entre aujourd'hui dans une phase fortement imprégnée d'écologie et de musique jazz.

15Le discours classique autour du surfwear, savamment distillé auprès des médias porte ses fruits, au vu des retombées de presse et d'image. Les médias n'ont pas l'impression d'assurer la communication des sociétés de surfwear, mais de révéler la dimension culturelle et poétique avant-gardiste du surf. Le message passe plutôt bien car ni les journalistes, ni les intellectuels n'arrivent à déceler dans la stratégie de communication des marques de surfwear, ce qui relève d'une certaine réalité, de ce qui est purement démarche marketing. La plupart des marques de surfwear sortent ainsi de leur sac à malice, un surfeur de notoriété qui aurait créé sa ligne de vêtements uniquement pour subsister et continuer à surfer. Le message est séduisant. Les marques de surfwear se positionnent aujourd'hui, comme les gardiens d'un temple qu'ils ont créé, gardiens d'une éthique, d'un style de vie, d'une culture, d'une histoire du surf qui gravite nécessairement autour de leurs vêtements. Professionnels novateurs de la communication, ils tracent ainsi les contours de révolution de la culture surf, à la fois en imposant leur évolution et à la fois en étant à l'écoute des changements des mentalités et des aspirations. Les marques de surfwear ont compris qu'aujourd'hui la production des biens matériels est remplacée au centre de la vie sociale par la production des biens culturels, par la véritable industrie culturelle du surfwear.

16L'organisation récente de la fédération internationale et des fédérations nationales risque de remettre en cause cette assise sur laquelle le business du surf a créé son image. Leur relation s'exprime de plus en plus en terme de concurrence, chacun revendiquant la légitimité d'organiser la culture surf, d'en rappeler l'histoire et d'en assurer le contrôle et la médiatisation. Inconsciemment peut-être, le business du surf voit-il dans une organisation fédérale, la remise en question de leur positionnement.

3 - ORGANISATION ET STRUCTURATION DE LA FÉDÉRATION

17Au plan structurel, l'histoire de la fédération a été marquéé par deux périodes qui me paraissent essentielles.

18La première fut la date de la création de la fédération en 1964 et de la délégation de pouvoir du Ministère de la Jeunesse et des Sports. A cette époque, les services de l'Etat n'avaient pas à répondre à cette surenchère de demande d'habilitation et de délégation de pouvoir que l'on constate aujourd'hui avec l'apparition de nouvelles pratiques sportives. Le surf sut donc profiter de cette période pour se positionner, même si, pendant plus de vingt ans, la fédération ne sut pas tirer partie de cette opportunité. Le fonctionnement et même on peut dire la survie de la fédération furent assurés, tant bien que mal, par une poignée de bénévoles. L'action de la fédération consistait essentiellement à gérer les quelques centaines de licenciés des clubs et constituer une équipe pour participer aux championnats d'Europe et championnats du monde.

19La deuxième étape fut la reconnaissance du surf au Comité National Olympique et Sportif Français en 1989. Certains avaient préalablement bien senti que cette reconnaissance était indispensable pour l'avenir du surf, mais aucune réelle démarche méthodique n'avait été entreprise. En fait, à deux reprises, la demande de reconnaissance au CNOSF, nous avait été refusée. Le montage du dossier nécessaire à cette reconnaissance fut un montage comptable dans lequel, la crédibilité de la fédération passa par le nombre de ses licenciés, les diplômes d'enseignement existants, l'organisation des instances internationales...

20Il fallut donc travailler à cette crédibilité, en organisant l'ensemble de ces secteurs déterminants. La création des contenus de formation et la mise en place du premier brevet d'Etat de surf facilitèrent cette crédibilité, tant au niveau du ministère, que du CNOSF. En fait, le vote favorable du CNOSF, n'était aucunement lié à l'arrivée en force du marché du surfwear et de l'apparition de la mode fluo et fun des années quatre-vingt, mais fut le fruit d'un long travail d'organisation et de communication. L'assemblée générale du CNOSF se prononça en faveur de la reconnaissance du surf, grâce essentiellement au pouvoir de persuasion du président du CNOSF Nelson Paillou qui pesa de tout son poids dans le vote.

21Cette étape franchie, il fallait alors proposer l'acceptation du surf comme discipline de haut niveau auprès de la CNSH (Commission nationale du sport de haut niveau), composée notamment de représentants du CNOSF et du Ministère de la Jeunesse et des Sports). Cette institution joue un rôle important en labélisant les disciplines de haut niveau et en apportant un soutien au sport de haut niveau (le sport de haut niveau nécessite de prendre en compte les exigences d'entraînement et de formation des athlètes). La Commission Nationale du Sport de haut niveau statua positivement après m'avoir invité à présenter les documents concernant le programme de recherche élaboré au CREPS d'Aquitaine, avec l'aide de Georges Cazorla sur l'évaluation des capacités nécessaires pour atteindre le haut niveau en surf, ainsi que le bilan de la section sport-étude expérimentale que j'avais créée en 1989 au lycée de Biarritz. Suite à cette reconnaissance, le sport étude expérimental pouvait se légitimer et fut reconnu en 1991 sport-étude autonome et en 1993, élargi à un Centre Permanent d'Entraînement et de Formation. Ainsi, la participation financière de l'Etat au développement du surf fut augmentée, et l'inscription des meilleurs surfeurs français, sur les listes de haut niveau devint possible. Le ministère de la Jeunesse et des Sports concrétisa définitivement cette reconnaissance en créant un poste de directeur technique national, cadre technique employé par le ministère et mis à disposition auprès de la fédération pour assurer essentiellement la responsabilité du secteur haut niveau de la fédération, mais aussi, la représentation de l'Etat.

22Si ces différentes étapes, n'ont pas encore aujourd'hui permis à la fédération de travailler en toute sérénité, tant les moyens financiers et humains nécessaires sont importants et le champ d'investigation large, je suis convaincu que la fédération française de surf a assuré ainsi son avenir dans la cour des grands. Plus focalisée sur l'organisation des compétitions et la concurrence avec le secteur professionnel, la fédération n'a pas encore pris conscience, qu'au delà des résultats de l'équipe de France, qu'au delà de la capacité à organiser stages et compétitions, le combat nécessaire à mener était d'un autre registre, dans les méandres compliqués des administrations et institutions, pour expliquer, crédibiliser et convaincre, que le surf est riche de ses valeurs sportives et éducatives.

23Cette reconnaissance n'est pas tant due au battage médiatique des compétitions professionnelles et à l'utilisation médiatique du surf par le business du surfwear, mais à un travail comptable, calculé et méthodique à l'ombre de la médiatisation. Ce passage indispensable a donné au mouvement fédéral ses lettres de noblesse auprès des décideurs et des institutions. Mais ceci n'est seulement qu'une étape, indispensable à l'avenir du surf français, une opportunité qu'il faudra saisir avec intelligence, car dans le domaine du surf, tout reste à créer et construire.

QUELQUES CHIFFRES

Licenciés par catégorie au 17/02/94

CATEGORIES

HOMMES

FEMMES

TOTAL

Benjamins

339

78

417

Minimes

311

40

351

Cadets

495

64

559

Juniors

506

58

564

Seniors

1 819

191

2 010

Seniors Man

594

53

647

Masters

324

20

344

Vétérans

85

18

103

Total

4 473

522

4 995

Licenciés par discipline au 17/02/94

CATEGORIES

HOMMES

FEMMES

TOTAL

Surf

3 277

347

3 624

Bodyboard

998

164

1 162

Longboard

273

14

287

Skimboard

167

7

174

Kneeboard

21

1

22

Bodysurf

34

4

38

Total

4 770

537

5 307

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 771k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search