Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Première partie. Pratiques et institutions

Glisse d'hier et surf d'aujourd'hui

Gisèle Lacroix et Olivier Bessy

Texte intégral

"Le surf : un sport royal pour les rois naturels de la terre."
Jack London

1Les années 1970 ont été marquées par l'apparition et le développement exponentiel des "sports de glisse" qui sont, d'après Joël De Rosnay : “les descendants du surf". Ils regroupent : le surf, la planche à voile, le ski, le vol libre et le skate-board (planche à roulettes). Au-delà de la réalité de ces pratiques nouvelles (comme la planche à voile, le skate, le vol libre) ou réinventées par les progrès technologiques (comme le ski hot-dog, le surf), ce sont les images et le discours produits autour de ces activités qui sont révélateurs et significatifs de la décennie.

2Après avoir retracé l'histoire de la notion de "Glisse", ses dimensions idéologiques seront mises à jour à travers l'analyse de contenu des écrits qui la fondent. Discours qui témoignent des valeurs d'une époque où les mouvements de contre-culture venus de Californie jouent un rôle central. L'analyse du surf d'aujourd'hui sera envisagée à travers la continuité nuancée et les différences observables avec le surf d'hier.

  • 1 LACROIX, G. Les activités de pleine nature et le thème de la "Glisse". Enjeux institutionnels, éco (...)
  • 2 DE ROSNAY, A. Tout m'est défi. Paris : Editions Maritimes et d'Outre-Mer, 1981, p. 57.
  • 3 BESSAS, Y. La Glisse. Paris : Fayard, 1982.
  • 4 LUERAS, L. Surf, Plaisir des Dieux. Gallimard, 1986.
  • 5 Interview de De Rosnay, J. - Lewandowski, J. CL. Revue Vogue-Homme, N° 3, Avril Mai 1977.

3La première partie se réfère à la thèse de G. Lacroix1, aux ouvrages d'A. de Rosnay2, d'Y. Bessas3 et de L. Lueras4, à l'interview de J. de Rosnay par J. Cl. Lewandowski5, ainsi qu'à la presse spécialisée (Wind Magazine) durant la période 1980-1983.

  • 6 Articles parus principalement dans les journaux Libération et Sud-Ouest.
  • 7 A. MAURICE, A. Le Surfer et le Militant, Valeurs et sensibilités politiques des jeunes, en France (...)
  • 8 Il s'agit, d'une pdrt, de surfeurs relativement âgés ( à 30 ans), impliqués professionnellement da (...)

4La deuxième partie est écrite en prenant pour support : l'analyse de la Revue Surf Session (1990-1993, N°30 à 68) avec une attention particulière aux éditoriaux (écrits par G. de Soultrait) et au courrier des lecteurs (révélateur du langage "indigène"), ainsi que de nombreux articles de presse6 ; la lecture de l’ouvrage d'A. Maurice7, et des interviews réalisées auprès de surfeurs différemment impliqués8. Les dimensions pertinentes de l'évolution du surf s'irisent et se contrastent suivant les acteurs qui s'expriment (les auteurs, les lecteurs, les interviewés).

L'HISTOIRE D'UN MOT

5"La Glisse" est une notion syncrétique aux contours mal définis. Son histoire et son contenu passent par la définition des sports de glisse et l'apport de trois personnalités marquantes, qui sont d'ailleurs des surfeurs à l'origine.

6Joël de Rosnay a introduit le surf en France, à Biarritz, créant avec d'autres le premier Surf Club. Avec son frère Arnaud de Rosnay, il importe également le skate-board, le frisbee, le Kami Kite (un grand cerf-volant très maniable) et surtout le Hobie-cat : un catamaran très léger et rapide qu'il appelle "le buggy des mers", introduit à Biarritz en 1971. A partir du skateboard, Arnaud de Rosnay invente le skate à voile (ou windskate), puis en agrandissant le socle le speed sail. Toutes ces activités ont pour origine les U.S.A. et plus précisément la Californie et les Iles Hawaï.

7Joël de Rosnay explique "la généalogie des sports de glisse" en renvoyant la paternité à la planche de surf. Pour lui, les sports de glisse ou "écosports" doivent beaucoup au surf et aux surfeurs :

  • 9 Interview de J. de Rosnay - J. Cl. Lewandowski, Revue Vogue-Homme, op. cit.

"Ce sont des trucs qui se faufilent dans l'air, dans l'eau ou les deux à la fois. Et puis, c'est propre, c’est lisse "9.

  • 10 Ibid.

8Le terme "d'écosport" est significatif d'un type de rapport à la nature. Ces pratiques sont propres, non polluantes, utilisant l'énergie naturelle, elles permettent "une sorte de communion très exaltante avec les éléments (…) apprendre à utiliser la Nature, c'est flirter avec elle. Le vent, par exemple, est une source d'énergie formidable. La pesanteur, les vagues, la neige, la glace... Tout est là, à portée de main. Après les avoir longtemps subis, on arrive maintenant à une véritable complicité avec ces éléments"10.

  • 11 Ibid.

9A la valeur accordée à la nature s'ajoute le jeu, engagement ludique déjouant les forces de la nature, ponctué par le plaisir : "Le dénominateur commun à ces sports c'est le plaisir. P.L.A.I.S.I.R., la vie c'est le plaisir"11.

10Enfin, Joël de Rosnay associe à ces dimensions celle de l'hygiène de vie :

  • 12 Ibid.

"Manger de manière équilibrée, être en forme, cela procure encore plus de plaisir dans la pratique de ces sports. En absorbant par exemple des aliments riches en énergie, on peut tenir plus longtemps dans l'eau"12

  • 13 Les origines de la vie (Seuil 1965), Le Macroscope (Seuil, 1975), La Malbouffe (en collaboration a (...)

11Par ses publications13, Joël de Rosnay a contribué à asseoir scientifiquement le contenu connoté des sports de glisse, en promouvant une éthique qualitative de "gestion du corps" et de "management" de la santé (la bionomie). Ces notions d'écologie, de diététique, d'énergie et d'attention portée au corps, associées au surf (par certains de ses pratiquants), constituent le contenu idéologique du thème de la Glisse.

Au fil de son évolution, le surf est devenu de plus en plus radical. Après avoir percuté la lèvre, le surfeur français Damien Noël redescend dans le creux de la vague. (Photo B. Traimond)

Si le surf en France a principalement acquis ses lettres de noblesses sur la côte Aquitaine, il s'est également répandu sur d'autres côtes. L'arrivée du surfeur vendéen Gregory Pastusiak parmi les meilleurs, en est la preuve. (Photo T. Organoff)

LES SPORTS QUI MONTENT
Article de Joël de Rosnay paru dans la revue Vogue-Hommes, no 3, avril-mai1977.

12Arnaud de Rosnay ayant contribué à l'importation de ces sports participe aussi activement à leur promotion. Photographe (de mode puis sportif), attaché de relations publiques, il sait "faire parler de lui" et médiatiser ses défis. Il a été le premier à penser "La Glisse" comme une association d'activités sportives aux caractéristiques communes (engins écologiques : non-polluants, non-bruyants utilisant des énergies douces, technologiques mais légers et non-enveloppants, ludiques), à la même gestualité (les sensations, la vitesse, le jeu), et surtout unis sous un même discours (en grande partie issu du surf). Dans son livre, il parle des sports du futur :

Nous sortons d'une période matérialiste correspondant à l'ère industrielle. Au cours des décennies le Dieu chronomètre a régné en maître. Le sport est un rassemblement d'individus sur des terrains avec des limites, des costumes, des arbitres et des sifflets. Cela est terminé. Les sports du futur seront complètement dégagés de ce carcan de règles. L'homme actuel dispose de plus de loisirs qu'il n'en a jamais eu. Les sports modernes qui le tentent, répondent à un besoin de singularité, d'expression personnelle, d'affirmation de sa propre identité par le moyen d'un jeu qui ne sera plus collectif.
Cette conception, c'est celle du sport-loisir, que l'on pratique où et quand l'on veut. Il y a beaucoup à attendre de la liaison amoureuse qui va unir l'homme et la Nature. Homme ou femme, jeune ou âgé, chacun pourra pratiquer le sport du futur. L'engin utilisé se transportera facilement, condition sine qua non pour varier le cadre dans lequel affronter son meilleur partenaire de jeu, la Nature : un espace vierge, où le sportif pourra s'ébattre en toute liberté et rechercher ses propres limites sans heurter la communauté humaine, en particulier au niveau des nuisances et de la pollution. Les champs d'action des sports futurs seront les océans le désert bleu —, la neige et la glace le désert blanc —, les grands déserts de sable, et l'immensité d'oxygène et de nuages dans laquelle nous baignons.

13Il sera suivi par une autre personne très influente dans l'élaboration de cette notion de glisse : Y. Bessas. Originaire de Brive, il découvre le surf à Biarritz, initié par le petit groupe de Français qui le pratique à cette époque : J. et A. de Rosnay, Borland....mais aussi les Californiens, Australiens, Néo-Zélandais, de passage sur la côte basque. Il termine des études de pharmacie avant de partir pour "un voyage initiatique" qui remménera pendant deux ans sur toutes les plages du monde réputées pour le surf. Il va vivre l'expérience communautaire des surfeurs, découvrir leur philosophie faite de vénération à la Nature, à la Terre. Il va changer de régime alimentaire, découvrir le yoga et la méditation, la médecine chinoise, la régulation des flux d'énergie, l'harmonie avec les éléments, la contemplation…

14De retour en France, il fonde à Biarritz en 1976 avec Jacques Albert (son compagnon de route), l'association UHAI NA (la vague en basque), qui a pour but de développer les sports de glisse, d'initier leurs pratiquants aux problèmes de la condition physique et de donner des débouchés aux sportifs par l'intermédiaire des moyens audio-visuels.

  • 14 BESSAS, Y., op. cit., p. 156.

"La grande innovation est le mélange de différents sports tels que le ski, le surf, le skate-board et l'aile volante. Tous utilisent les énergies douces, comme mode de propulsion, d'où la notion de “free", autrement dit de gratuité. Pendant une semaine, je me creuse la tête pour tenter de transmettre au mieux cette idée dans notre langue. Un matin, c'est le flash : tout ce que cherchent ces adeptes de la liberté, c'est cette GLISSE dont on parle ; sous cette appellation de "sport de glisse" naît l'idée que ces skieurs, ces surfeurs, ces skateurs, et ces libéristes ne recherchent au fond qu'une seule et même sensation : LA GLISSE".14

15Yves Bessas va faire figure de "gourou" au sein de son association par sa façon de promouvoir les sports de glisse et "sa philosophie de la glisse".

  • 15 CHAPPAZ G. et DEWEZE, S. La glisse : entretien avec Y. BESSAS, Montagne Magazine, no 35, décembre (...)

L'état de glisse est un état de non-pensée, on va vers l'infini, en harmonie totale avec l'élément. Le corps devient un véritable médium qui canalise l'énergie de la nature pour se propulser. Tu ne fais que transférer une énergie, toi-même tu ne penses plus, tu agis, pas par automatisme, mais par symbiose avec la nature. C'est un état très enivrant, tu oublies dans la sensualité (....]
Quant tu skies ou quand tu surfes, c'est une courbe sinusoïdale, c'est une onde. Quand tu y rentres, c'est exactement comme quand ton corps commence à suivre le mouvement de la musique (....] Tu fais l'amour avec la vague et la neige, et elle te le rend...."15

16Toutefois, l'idéologie de rassemblement des sports de glisse ne fait pas l'unanimité chez les surfeurs. Pour eux, le surf est au-dessus de tout puisque la vague est en perpétuel mouvement....contrairement au skate ou au ski.

17Dans l'esprit des pratiquants, le surf est un "sport de roi" et se situe bien "au-dessus" de tous les autres. Le surf est une épure, c'est un "sport intégral", authentique (alors que le "wind est un dérivé, un hybride" —. Le surf est prestigieux et il est surtout exclusif. On vit pour lui, on calque son emploi du temps sur les vagues, on choisit un métier qui permette de vivre sur les lieux de pratique. C'est une passion, mieux une divinité à qui l'on reste fidèle et pour laquelle on sacrifie sa vie.

18Mais au-delà de la pratique, c'est le style de vie dont le surf est le reflet qui joue un rôle primordial dans le contenu idéologique de la "Glisse."

LEJEUNE Maurice, Interview de F. Bordenave, surfeur et shapeur, Wind-Magazine, No27, Mai-Juin 1981, p 62-64. (C'est nous qui soulignons)
"Mon emploi du temps a toujours été calqué, basé sur les marées, le soleil et le vent d'est tant attendu. Ce qui m'a permis au cours de toutes ces années de développer, je pense, une profonde sensibilité que j'appellerai "écologique". Ce n'est plus vivre à côté de la nature, mais avec et dans cette nature. Participer à son souffle, ses élans et surtout à sa force phénoménale.
Le surf, c'est une passion viscérale ! Le surf, c'est un sport intégral, bien au-dessus du ski, car la pente ici est en perpétuel mouvement. Le surf, c'est encore toute une ambiance, une odeur avec du soleil, de la nature simple et colorée, des vacances....Le surf, c'est la nature, c'est une façon de vivre, une façon de dire non, de refuser un social abrutissant et "chloroformant", rendant complètement irresponsable....
C'est l'Amour avec un grand A. C'est un respect formidable et inconditionnel. La mer est "quelque chose" de tentaculaire, une puissance énorme. On ne peut simplement flirter ou copiner : elle ne le permet en aucune façon. C'est un "être préoccupant et dévorant, un tout ou rien. De plus, on se donne volontiers une discipline stricte pour l'aborder. On organise son quotidien autour. Lorsqu'on est surfeur, on ne peut oublier le surf. Oui, c'est beaucoup plus qu'une passion... C'est une constante, car cela représente un amour viscéral et peu humain... Dans ma vie, il y a des choses, des moments importants comme le Zen, le recueillement spirituel et la méditation, mais cela participe du même élan.
(L'apport du surf)
Sur le plan social, la connaissance des gens qui partagent la même passion, les mêmes motivations. Ce type de relations est à mon avis privilégié et unique et n'a rien à voir avec celle de tous les jours.
On essaie d'avoir un équilibre de vie, une harmonie, une hygiène qui commencera par une diététique adéquate afin d'avoir "la pêche", le maximum de "jus", de présence pour le jour "J". C'est un milieu sensible à la mer, donc aux mouvements et par conséquent à la musique. On aime les mêmes couleurs, celle de la nature. On aime également la décontraction qui peut aller parfois jusqu'à l'extravagance dans une société trop bien organisée. On s'habille et on vit simplement. Le surfeur est parfois trop polarisé par ses vagues, mais toute fidélité est incrustante. On ne sacrifie pas les vagues aux petites amies...
Sur le plan métaphysique, le surf et la mer entraînent à la réflexion, rendent l'individu plus rêveur et disponible...on est vite amené à tout oublier, c'est la grande évasion on apprend à respecter la force fabuleuse de la Nature....pour se sentir enfin à sa juste dimension dans cet invraisemblable chaos. On ne peut jamais lutter contre la vague, on doit faire corps avec elle C'est seulement dans cet état d'esprit que l'on peut surfer du "gros". L'apnée doit être sereine, tout doit être bien médité et fait avec calme, en pleine conscience.
Je pense sincèrement que le wind est un dérivé, un hybride ou un succédané cela demeure un compromis à mes yeux. C'est de toute manière une technique différente et un esprit autre. On assiste aujourd'hui à une très forte tendance, le wind dans les vagues ! C'était presque fatal. C'est une progression facile à comprendre : on va toujours vers le mouvement le plus fort, c'est à dire la vague. C'est la finalité de la mer, on est fasciné par ta vague. Je n'ai jamais rejeté le wind, mais se faire violer par un wind sur sa vague, c'est dur. Cela devient vite inacceptable ! Une vague est faite pour le surf, le vent pour la voile et le problème naît ici, car le wind se trouve "à cheval". Personnellement, j'accepterais difficilement un wind sur ma vague. D'abord j'en aurais peur, ensuite c'est un obstacle qui n'est pas naturel et qui fausse les règles du jeu
(La divulgation du surf)
Pour moi, au départ, tout cela, c'est du viol. Je n'aime pas le côté industriel dans la présentation du surf et dans sa fabrication. Tous ces gens, ces pseudo-technocrates, ont violé, usurpé ce sport pour de l'argent, tout simplement parce que cela représentait un bon créneau encore inexploité. Je vois bien où ils veulent en venir ! Nous sommes en pleine vulgarisation et cela m'écœure.
Je fais des planches pratiquement que pour des amis ou du moins ceux qui partagent le même envoûtement. Il est certain qu'un planchiste touchant de près ou de loin au surf, sent confusément que le wind est un sport mixte, mitigé, en demi-teinte. Il ne faut pas oublier que dans la grande tradition, ...le surf est un sport de roi....
D'autre part, il est normal que le planchiste soit appelé par le surf. On ne peut pas être dans l'eau sans être subjugué par les vagues. Mais cette démocratisation apparente ne m'inquiète pas outre mesure. Pour aborder le surf, il faut une résistance physique hors du commun et avoir un rythme de vie marginal avec beaucoup de temps libre. Il y a obligatoirement une limitation, un frein. Beaucoup de gens sont éliminés d'entrée. Je reste donc optimiste. Les vrais passionnés, les purs un peu fous sont finalement peu nombreux et restent en nombre constant. La masse pourra augmenter et finira peut-être par saturer dans une décennie ou plus, comme aujourd'hui aux Etats-Unis, mais alors, je serai plus vieux, et aussi plus tolérant...
(Conseils aux débutants)
En premier lieu, observer longuement la mer, les vagues, les surfeurs. Avoir la sagesse de s'asseoir sur un mur et de regarder....
Savoir se tenir en retrait, à l'abri, afin de ne pas gêner ceux qui pratiquent. C'est l'école de la frustration perpétuelle. Il faut être modeste au départ (à l'arrivée aussi !), savoir être humble. La prudence doit devenir naturelle. Puis peu à peu, lorsque votre sang se remplit d'eau salée, aller quérir des conseils de quelqu'un d'expérimenté, d’un ami ou, pourquoi pas, d'un maître....
C'est l'éternel problème : trouver les limites, le sommet reste illusoire. Je pense qu'il n'y a pas de limites, mais un infini en forme de spirale transcendentale……

LA GLISSE D'HIER

19L'analyse de contenu permet d'extraire quatre grandes dimensions dans le discours relatif à la "Glisse".

Le refus de la société industrielle et de ses nuisances

20Image consacrée que celle du surfeur tournant le dos à la société : au sens propre parce qu'il regarde toujours la mer et au sens figuré par son mode de vie marginal. La pratique du surf se veut rupture :

"Etre surfeur, c'est camper aux rivages du monde, à sa marge, y vivre d'absolu et d'infini.

  • 16 On the road est le titre du roman de Jack KEROUAC, leader du mouvement beatnik, écrit en 1957 et t (...)

21C'est "prendre la route", "tout plaquer" pour un voyage sans retour, fuyant la civilisation et ses aberrations. Etre "Sur la route" ("On the road"16), c'est signifier son rejet de la société actuelle.

22La pratique du surf est un mode de vie non-conformiste qui refuse les valeurs matérialistes dans une société de consommation à outrance : "...les surfeurs portent peu de considération aux biens matériels : une forme simple de dépouillement suffit, en marge du monde matérialiste. Leur vraie richesse est intérieure".

  • 17 BESSAS, Y. op. cit. chapitre 1 : la découverte du surf, première partie : le voyage initiatique, p (...)

23Ils refusent également les limites : "une nature immense et sauvage...des lieux déserts...aucune trace de civilisation" ; tout comme les dangers de la société industrielle. "Ce qu'il me dévoile est terrible : l'humanité est en train de détruire le berceau de sa naissance. Elle viole une Nature qu'elle ne respecte plus. Ce faisant, elle court à sa perte. Quel est donc cet orgueil qui pousse les hommes à se croire maître des éléments ? Les Indiens d'Amérique du Nord avaient raison dans leurs prophéties : un jour la Terre fera payer cher aux hommes le prix de leur vanité'"17.

  • 18 Ibid. p. 31.

24Il transparaît clairement que la civilisation ne peut être que néfaste pour l'homme et son environnement. Il ne reste alors qu'une solution : fuir, être l'éternel nomade à la recherche d'absolu, suivre" l'ultime courbure de l'espace, la ligne de fuite où m'attendent ceux qui partagent ma vision du monde...."18

La déification de la Nature : une nouvelle mystique

25La religion du pratiquant de glisse a pour divinité : la Nature, avec un grand N, ou le "Grand Tout"."La Terre : notre mère nourricière" est vénérée tout comme les quatre éléments, la Terre, l'Air, la Mer, le Feu. Pratiquer le surf, c'est "célébrer les noces avec la Terre retrouvée", se nourrir de ciel, de l'horizon de l'océan et des champs d'étoiles".

  • 19 BESSAS, Y. op. cit.

26Cette déification se repère au vocabulaire : la première vague est la première danse l'offrande du jour". La “célébration divine avec l'élément' permet d'accéder à "une connivence proche de la sorcellerie" et la méditation de "se familiariser avec la voie secrète de l'élément"19

  • 20 Ibid., p. 39.

27La vénération de la Nature est un moyen de se donner confiance, d'évacuer la peur lors de la rencontre, de repousser les limites. "Je me sens plus audacieux, parce que les vagues savent que je m'en remets chaque jour davantage à leur pouvoir C'est par la dissolution de l'ego dans le grand Tout que l'on accède à la connaissance de ses lois, par la confiance placée dans l'élément'20.

  • 21 Ibid., p. 38.

28La recherche d'une harmonie "corps-monde" évoque une philosophie cosmique de l'homme : "Je sens qu'aujourd'hui je suis en paix avec moi-même et avec le monde, qu'une exceptionnelle harmonie m'unit à la mer.... Mon cerveau et mon corps ne font plus qu'un, plus qu'un avec la vague. Radieux, je me sens entrer en transe "21. La conception des flux d'énergie du corps, les chakras, inspirent largement ce retour mystique, participant à l'influence des techniques orientales de cette période. "Le temple de Dieu, c'est ton corps".

  • 22 Ibid., p. 38.

29La Nature est bonne, il faut s'en remettre à elle, la suivre comme un guide. Elle seule permet d'accéder à l'authenticité, au supra-humain. "La vague dicte le chemin à mon corps dans un mouvement d'absolue perfection que je ne maîtrise plus. Je sens que cette transe permanente n'aura plus de fin, à l'image de ce mouvement toujours recommencé de la mer. Je glisse loin du monde...."22.

30Le surf est une vocation, un destin : "Le surf, je ne l'ai pas choisi, c'est lui qui m'a choisi". On entre en religion et on est initié par un maître. "Cette rencontre va sceller mon destin de surfeur....c'est lui qui commence à m'initier vraiment au secret du surf....on ne peut apprendre qu'en suivant un Maître". La nature, le destin font un "signe" à celui qui sait attendre. Suivre cet "appel" permet "d'entrer dans un nouvel âge", "d'être prêt" pour un "voyage sans retour" celui de "l'été sans fin", c'est à dire la migration permanente des surfeurs autour du monde où, à chaque nouvelle saison, ils changent d'océan, de continent, quête éternelle des vagues.

31"Le take off pour le Grand Voyage" est un choix de vie, une renaissance où la métamorphose est aussi intérieure :"je me sens devenir un homme de la Nature je commence à me sentir proche des félins". Le surf est une "école de la vie". La Nature enseigne à celui qui aura su vénérer la Nature avec humilité, il faut savoir l'écouter, être sage pour accéder à l'éternel.

Une communauté de pairs

32C'est un petit groupe qui parle le même langage, partage le même style de vie....sacrifie aux mêmes rites.

  • 23 Ibid., p. 25.

33Les surfeurs sont une communauté de "frères" qui se définit comme une "famille", une "petite tribu réunie sur le rivage" ou une "colonie de marginaux". Internationale (bien que chacun se désigne par son identité territoriale : les Australiens, les Californiens...) elle est avant tout “marginale". "L'amitié", la "fidélité" lient les personnes par leurs "sourires", leur “magnétisme", leurs "promesses" ou "leur profonde compréhension" : "Dans notre regard, nous reconnaissons cette vibration éternelle qui unit les surfeurs"23.

34Cette "communauté à part" vit sur la base du partage et de l'hospitalité. "Nous partageons les valeurs du groupe : loyauté, sens de la fraternité, mépris de l'argent et de ses pouvoirs, évidence de la générosité". La solidarité est tribale, comme l'évoque cette phrase : "Ils se comportent avec moi comme des sorciers qui soignent les âmes sans partager leurs secrets". Elle partage le même mystiscisme, mais aussi les biens matériels (repas, appartements, "petits jobs") et surtout les parties de surf où l'on se conseille, s'encourage, s'admire... puis se raconte.

  • 24 Ibid., p. 27

35"De retour à la maison, au crépuscule, nous partageons notre repas entrecroisant les multiples récits des aventures individuelles de la journée. Chacun y va de son histoire"24 ".

  • 25 Interview de J. de Rosnay - J. Cl. Lewandowski, op. cit.

36Une petite équipe qui partage le même plaisir dans l'action et le revit en différé par le récit, car l'autre est aussi un miroir. "Il est beaucoup plus marrant d'être à quatre dans un bon spot de surf et de se regarder mutuellement se casser la figure ou réussir des coups fantastiques. Trois, quatre, cinq, ce sont des nombres magiques pour ces sports. Dès qu'on est dix ou quinze, c'est fichu"25.

37C'est une pratique à quelques uns seulement, où être en harmonie avec soi-même permet d'être à l'unisson avec les autres. La passion de la glisse se partage par un mini-public d'initiés : préparation collective dans l'attente, célébration dans l'action, commémoration ensuite par la verbalisation du vécu : le plaisir éphémère de l'instant se vit pour soi, mais se prolonge grâce aux autres.

Le corps et les sens

  • 26 Ibid.

38Dans les sports de glisse, l'énergie n'est pas fournie par le corps : elle vient des éléments naturels (la vague, le vent) ou de la pesanteur qui s'exerce. La notion d'effort violent disparaît. Le corps canalise l'énergie extérieure grâce à la maîtrise parfaite des engins utilisés. Gestualité toute en finesse et en souplesse, dosage rigoureux de mouvements minima, cet art de l'équilibre dans le déséquilibre suppose la totale complicité du corps et de l'engin. Joël de Rosnay "aime ces sports dans lesquels l'objet et le pratiquant ne font qu'un nouvel instrument auto-guidé"26

  • 27 Bessas, Y., op. cit., p. 87.

39En surf, il faut capter l'énergie (d'où l'importance du take-off : instant décisif du démarrage en haut de la vague) puis la réguler pour réaliser des figures défiant la pesanteur. "J'avais l'impression d'être devenu un médium, toute l'énergie de la vague était transformée en propulsion par ma planche (...) Mon corps est devenu un véritable fil électrique capable de capter les énergies de la mer et du soleil (....) Je me sentais bercé par la vague"27.

40La sensibilité exacerbée, la perception de l'air, de l'eau qui glisse sur le corps ou l'engin se traduisent par "le feeling", terme consacré des surfeurs. Mais cette gestualité féline ne fait pas oublier l'engagement de ce "corps à corps" risqué avec les éléments naturels. Dans un jeu qui flirte avec les limites de l'équilibre, la moindre erreur provoque une chute imparable : sanction imminente qui sollicite l'affectivité dans ses extrêmes. Le plaisir est au prix de l'angoisse "audace et frayeur", "excitation et panique" se succèdent pour le pratiquant "pétrifié par l'angoisse....médusé par la peur....aveuglé par les embruns". Il est "ensorcelé, hypnotisé" avant d'atteindre "l'extraordinaire...le sentiment de transcendance". Une expression de l'émotivité et des sens où la violence des émotions côtoie "la douceur de la glisse", "l'harmonie avec la mer" et "l'état d'apesanteur".

  • 28 VIGARELLO, G. Les vertiges de l'intime, in Le corps entre illusions et savoirs. Paris : Revue Espr (...)
  • 29 Y. BESSAS, La Glisse, op. cit., p. 87.

41Le surf "apprend à revenir à soi". La densité informationnelle de l'activité suppose que le pratiquant s'ouvre à toutes les perceptions physiques que son corps peut lui transmettre. Il développe une attitude d'attention et de concentration axée sur l'instant présent, il puise dans sa plus profonde intimité pour permettre les déblocages psychologiques qui libéreront la gestualité. Une disponibilité corporelle et mentale par un "plongeon dans l'intime"28 pour mieux jouir de la vague, une union parfaite avec l'engin (le feeling), une symbiose avec la Nature... Harmonie par laquelle les limites du corps deviennent floues...plaisir suprême que la nature accorde à celui qui fait don de son corps à l'élément. "Prendre le temps de percevoir chaque mouvement à chaque instant, c'est amener le corps à réveiller ses sens, devenir à la lettre plus sensuel. C'est à long terme, avoir l'assurance d'obtenir plus de plaisir à surfer. C'est prendre le chemin du bonheur qu'être totalement présent ; certains ont donné pour nom à cet état : l'harmonie"29.

  • 30 Ibid., p. 98-99

42La référence perpétuelle à la jouissance, à la sensualité, ne va pas sans l'évocation du plaisir sexuel (plaisir du partage). "Tes sens sont tellement éveillés que tu peux vraiment atteindre le même état que lorsque tu fais l'amour avec un partenaire au diapason Vous m'avez fait découvrir un autre aspect du plaisir. Un véritable courant est passé entre nous (....] Cette onde de plaisir que nous ressentons au cours de la glisse, nous pouvons la partager.... Je me sentais portée par vous. Un moment, à la troisième vague, j’ai eu un orgasme...30

43Le partage communautaire et le corps sexué qui ose enfin se dire et s'exprimer, sont les reflets du mouvement hippie, de sa devise : "Peace and love" et de la révolution sexuelle qui l'accompagna.

La verbalisation : synthèse éthique et esthétique

44Les sports de glisse s'inscrivent dans un rapport permanent à l'esthétique. Une recherche de la beauté, de la fluidité, une attention qui privilégie la forme et qui se repère à la ligne épurée des engins, à leur surface lisse et décorée ; aux corps minces et souples à la musculature longiligne ; mais aussi à celle du mouvement tout en courbe et en élan, aux gestes déliés et stylisés avec toujours des figures plus acrobatiques. Le style lisse des années Glisse traduit aussi l'éthique : une rencontre avec l'élément aussi authentique qu'elle est éphémère, toujours aléatoire. Instantanés d'émotions pures, l'essence de la Glisse est dans le changement, le mouvement.

45La verbalisation participe à l'exploration profonde du moi, elle se veut authentique et exhaustive. Intimiste, elle est une forme d'exhibition du corps, d'attention qui lui est portée, d'admiration. La délectation verbale est une jouissance, un prolongement du plaisir, une communion avec soi-même, l'autre et la Nature. La recherche esthétique et poétique dans l'écriture est évidente. On se raconte, s'exhibe....mais en prenant la pose.

  • 31 Ibid., p. 87.

46La verbalisation retranscrit aussi un certain rapport au temps, une jouissance faite de projection dans l'action à venir, volontairement différée : "La mer est déjà étale, le moment va arriver ; encore quelques minutes ; je savoure la beauté des vagues. Sans même le vouloir, je scrute chaque déferlante qui se déroule à la perfection sur toute la largeur de la baie. J'imagine ma trajectoire dans le creux de houle, et oubliant mon corps, j'éprouve la sensation d'y être déjà. Après avoir imprégné ma rétine du tracé de chaque vague, je ferme les yeux. Une dernière méditation me permet de faire le vide à nouveau. Au bout de dix minutes, je "reviens" sur cette plage, prêt à jouir de chaque millième de seconde de ce qui va suivre".31

47Reflétant le mouvement continu, l'harmonie parfaite du geste comme de sa trace, le récit ne heurte pas, il se propage comme une onde.

La glisse d'hier : témoignage d'une époque

48Le discours de La Glisse des années soixante-dix s'inscrit parfaitement dans la conjoncture sociale et culturelle de l'époque ayant à sa source les mouvements d'avant-garde et de contre-culture nés aux Etats-Unis dans les années soixante ("The counter culture").

  • 32 DE CERTEAU, M. Californie, un théâtre de passants, in Années 80 : Le Corps et la Puce, revue Autre (...)
  • 33 CROSSMAN, S. ô corps mon amour, in Années 80 : Le Corps et la Puce, revue Autrement, Avril 1981.

49L'influence est plus exactement californienne (le "Californian way of life"). La Californie, c'est le mythe de la conquête de l'Ouest, le pays de l'innovation et du dynamisme32. Elle a donné le jour aux mouvements beatnik et hippie, à celui de la renaissance des sectes et du sentiment religieux avec la consécration de "nouveaux gourous", ainsi qu'à celui du culte du corps. Les "prêtres du Nouvel Age" y dispensent une spiritualité spécifique : le corps est un temple pour l'esprit, ce que l'on fait pour lui nourrira l'âme. "Faire s'épanouir le corps, c'est faire s'épanouir l'esprit"33.

50Le "surf way of life" californien adopte cet esprit, tout en rejetant le conformisme et les normes sociales. Il trouve sa filiation libertaire dans la "Beat Génération" (plus tard le mouvement beatnik). Le surf participe de cette contre-culture "marginalo-écolo" où des pratiques esthétisées, spiritualisées réinventent le corps affectif, sexué et pulsionnel en réaction aux visions technicistes et rationalisées du corps. De la méditation transcendentale (yoga, zen, "montras") au mouvement du Potentiel Humain (donnant naissance à la bio-énergie, végéto-thérapie ou aux séances de "cri primai") en passant par les arts martiaux les plus euphémisés (aïkido, kino mitchi, taïchi chuan...) ces pratiques empruntent aux cultures orientales, voire même africaines (via la Californie) et témoignent d'un besoin d'irrationnel au travers de la renaissance du sacré, de la redécouverte des sensations et des pulsions originelles.

  • 34 VIGARELLO, G. Les vertiges de l'intime, in Le corps entre illusions et savoirs. Paris : Revue Espr (...)
  • 35 VIGARELLO, G. Le laboratoire des sciences humaines, in Le corps entre illusions et savoirs, op. ci (...)

51Cette plongée progressive dans les profondeurs de l'intimité par l'investissement esthétique et narcissique du corps34 fait de celui-ci le seul lieu d'aventure et participe du mythe de sa réapropriation. La prise de conscience libératrice, le mieux-être, l'harmonie sont au prix d'une réconciliation avec un "avant", une corporéité pré-existante aux sociétés industrielles “Le retour au corps est une version contemporaine du mythe des origines comme celui des toutes puissances"'35.

52Cet esprit de "retour aux sources" incite également à modifier les habitudes alimentaires : adoption d'un régime végétarien, découverte des bienfaits du jeûne et de l'absence d'excitants (alcool, café, tabac) et de produits toxiques (viandes rouges, graisses et sucres). La diététique aide à conserver un corps jeune et sain, plus résistant à l'effort et participe à la "purification de l'âme en purifiant le corps". Les médecines douces vont de pair avec l'influence de la culture orientale et l'approche cosmique du surf. L'écologie est alors une prise de position idéaliste et politique assez radicale participant au rejet de la société industrielle remettant en cause l'idéologie du progrès.

53La Glisse, comme notion syncrétique, doit sa définition et son contenu idéologique à des acteurs socialement positionnés dans le champ politique, culturel et sportif. (Soixante-huitard - beatnik - aristocrate - imprégné de la culture californienne). Elle est la résultante des influences culturelles de l'époque et des enjeux qu'elle représente pour ces personnes. Deux d'entre elles sont impliquées professionnellement dans la divulgation de "ce concept". Ils ont tout intérêt à le diffuser pour mieux pouvoir en vivre. Aussi, c'est essentiellement leurs productions (films, articles, livres) qui ont permis de décrire ce modèle idéal-typique de "La Glisse". Les discours divergents sont rares.

54Yves Bessas était proche de Jack Kerouac et de sa contestation pacifique de la société. Aussi "la Glisse" ne valorise qu'une facette des mouvements de contre-culture qui l'inspirent : le versant "cool", soft et non-violent.

55Le versant "hard" reste minoritaire dans ses pratiques et absente dans son discours. Pourtant, ces mouvements d'avant-garde n'étaient pas dépourvus d'une certaine violence (notamment les "Hell's Angels") résolument macabre et radicale.

LE SURF D'AUJOURD'HUI

56Pour essayer de cerner le surf d'aujourd'hui, d'en repérer les continuités et les différences avec la pratique des années soixante-soixante-dix il convient d'analyser le champ des pratiques du surf dans son inter-relation avec les facteurs socio-culturels, économiques, institutionnels, technologiques et écologiques.

Une continuité nuancée

57Elle se repère particulièrement dans les valeurs qu'expriment le rapport au corps et à la nature.

• L'hymne à la Nature, à l'élément, à la vague est toujours présent

  • 36 Editorial de G. de Soultrait, Surf Session, no58.
  • 37 Editorial de G. de Soultrait, Surf Session, no51.
  • 38 Idem.

58Il est un des thèmes favoris développés dans les éditoriaux de G. de Soultrait. Il y a à la fois célébration poétique des éléments : “Cette frange invisible et mouvante de l'océan où la houle devient soudainement vague... fruit des vents.... superbe houle qui après des kilomètres de voyage vient s'abandonner sur le rivage....""36, et assujetissement de l'homme à la Nature parce qu'elle est la plus forte, que c'est elle qui décide : “...la victoire....dépend chaque fois de l'humeur de l'océan, comme si la vague ne souriait qu'à celui qui sait la séduire"37. Cette vénération s'accompagne d'une certaine dénégation de la science : "...l'onde que forme cette houle et dont le surfeur ne cesse de rêver, est une étonnante création de la nature qui pose encore quelques énigmes à la science"38.

  • 39 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no35.
  • 40 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no39.

59Aussi, pour G. de Soultrait, le surf est toujours "une merveilleuse leçon. Une leçon unique. Une leçon magique...."'39 où il faut être humble, savoir apprendre et recevoir : "....Quelle que soit la suprématie de la vague et l'humilité de fait qu'elle impose au surfeur...."40

  • 41 Entretien avec un étudiant surfeur de la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, (...)

60Toutefois, si l'hymne à la Nature, reconnue encore comme une certaine puissance, demeure, elle n'est plus déifiée et le rapport cosmique du surfeur au "Grand Tout" s'est dissipé. Il est même des surfeurs qui parlent des éléments très différemment : "La vague, c'est une gueule....tu la vois de profil avec sa lèvre meurtrière...elle casse sur toi....c'est violent une vague, très violent..."41

  • 42 De Soultrait G., L'éveil naturel de la glisse, Libération, 2 août 1989.
  • 43 Entretien avec un étudiant surfeur de la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, (...)

61Le "don du corps à l'élément qui le reçoit"42 a perdu son contenu sémantique, avec comme commentaire : "....la mer, je ne lui donne rien, je préfère qu'elle me donne... "43

62La nuance entre le surf d'aujourd'hui et le surf d'hier réside dans l'affaiblissement de la croyance en la Nature, en la prédestination. Elle se renforce dans la disparition de l'offrande, des rites sacrificiels et la façon de s'en remettre aux éléments comme seul juge en dernière instance.

• La dimension individualiste, narcissique et hédoniste reste dominante, peut-être même s'affirme-t-elle ?

  • 44 Idem.

63La pratique du surf attire à la fois parce qu'elle est perçue comme une réalisation de soi, qu'elle procure un infini plaisir et parce qu'elle a potentiellement un pouvoir de séduction, une dimension de théatralité.'le surf est plutôt un oubli des engagements politiques tu surfes seul, tu surfes avec toi-même, même s'il y a beaucoup de monde sur l'eau...mais c'est paradoxal car tu aimes énormément être regardé....tu surfes et tu te regardes surfer "44

64Le mode de sociabilité permet aussi d'observer cette évolution. Même s'il existe encore quelques "tribus", la pratique s'est nettement individualisée. Le groupe de "pair" est plus restreint, plus fluctuant, le plaisir de la pratique l'emporte sur le plaisir du partage.

• L'affectivité et les sens sont toujours sollicités dans leurs extrêmes.

  • 45 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no35.

65Le surfeur est un animal "aux aguets, sur le qui vive", il a un "rapport frénétique à la météo", "l'œil rivé sur l'immensité..." en perpétuelle attente du moindre signe annonçant la "montée fracassante du swell." et si "la vague se pointe la valse des sens continue de plus belle... : à l'eau, c'est tout le corps qui est mis en état d'alerte"45. Les extrêmes, c'est le passage d'une attente passive, mais anxieuse scrutant l'horizon à une activité dévorante où l'urgence sollicite les sens : "Tout doit être saisi. Tout va très vite, et au mouvement de la vague, la réplique du surfeur doit être vive et juste".

  • 46 Idem.

66Paradoxe qui se traduit aussi dans l'attitude " décontractée" parallèlement à une sensibilité épidermique au monde : "le plaisir de la glisse se mélange à une perception à fleur de peau de cette vague qui déferle....l'échange avec la vague repose à chaque instant sur de l'aléatoire, de l'imprévisible dont seul un sens exacerbé du mouvement peut avoir la maîtrise..."46.

  • 47 TOFFLER, A. Les cartes du Futur. Paris : Denoël, 1983.
  • 48 Dans un article intitulé le lien invisible d'un monde d'esclaves heureux (Libération du 16 Avril 1 (...)

67Mais c'est davantage l'urgence et l'exacerbation des sens qui semblent primer dans les récits actuels, plutôt que l'harmonie avec les éléments, la douceur de la glisse, l'abandon du corps médium qu'exprimait Y. Bessas. Pour reprendre les propos d'A. Toffler : “l'accélération de nos vies s'inscrit dans l'essence même de la modernité"*47. Le surf participe à cette culture de l'instantané48 qui est facilitée par les progrès technologiques et météorologiques.

• Le mouvement, l'éphémère demeurent toujours l'éthique esthétiquement traduite du surf.

  • 49 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no51.
  • 50 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no39.

68Le surf : une alchimie du mouvement49....un merveilleux timing avec l'aléa des vagues...50 Le surfeur ne fait qu'un avec son engin, son geste et sa trace écrivent l'harmonie du mouvement en écho à celle des éléments :....à tous les soubresauts du déferlement, le surfeur réplique par l'alliance esthétique et technique de son corps et de sa planche la vague projette son élégance....une vague qui s'offre à tous les mouvements, toutes les figures, à toute récriture d’un surfeur en pleine inspiration. Le changement perpétuel, l'instabilité sont toujours omniprésents : instants impalpables de plaisir intense, éternellement recommencé... à l'image de la vague. "La rencontre est brève, la lueur est éphémère mais le mouvement est éternel....".

  • 51 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no51.

69L'éthique du surf, G. de Soultrait l'écrit avec un discours particulièrement élégant, rappelant le lyrisme de récriture d'Yves Bessas. Une qualité dans l'écriture que ne manquent pas d'apprécier certains lecteurs de la revue Surf Session : "...la magie et le style des éditoriaux de Gibus L'utopie en 1991 existe encore, ne la tuez pas ! Nous aussi, on rêve...."51 ; alors que d'autres réagissent très violemment à ce discours qu'ils qualifient de "surf-magie".

Les différences

70Sur la côte océane et plus particulièrement en Aquitaine, les surfeurs font désormais partie du paysage quotidien. Comment ne pas observer, en s'attardant quelque peu sur un "spot", l'évolution des équipements utilisés, la diversité des modes de pratique et les nouveaux rites instaurés ? Le spectacle offert par les grandes compétitions internationales et les enjeux qui les accompagnent nous incitent aussi à penser que le surf d'aujourd'hui se dinstingue du surf d'hier.

• Du surf confidentiel au surf de masse.

  • 52 On estime entre 75 000 et 100 000 le nombre actuel d'adeptes du surf (bodyboard compris) en France (...)
  • 53 Voir à ce propos l'ouvrage de G. Lipovetsky, L'ère du vide, Essais sur l'individualisme contempora (...)

71Le surf n'est plus l'apanage aujourd'hui de minorités culturelles en quête de nouveaux modes de vie, mais concerne de plus en plus de personnes issues de milieux sociaux divers, attirées par les vagues et les sensations de glisse et de plaisir qu'elles procurent. Plusieurs indicateurs nous permettent d'apprécier cette diffusion sociale du surf : la progression du nombre de planches vendues, la multiplication des magasins et des écoles de surf, l'explosion des pratiquants52. Mais davantage encore que la pratique, c'est la consommation liée à l'image du surf (vêtements, revues...) qui s'est le plus divulguée. Elle témoigne que le surf comme d'autres pratiques sportives (de glisse notamment) alimente le processus de démocratisation de l'hédonisme53. La diversité des modalités de pratique, en permettant à différents projets de pratique du surf de s'exprimer et en rendant cette activité plus accessible, a contribué à accroître ce processus de diffusion sociale.

72Toutefois, la "démocratisation" du surf est à moduler en fonction de la proximité géographique.

• Du surf anti-social au surf socialement intégré.

  • 54 "Les travaux habituels à l'entretien de la famille sont souvent négligés à cause de la pratique du (...)
  • 55 Shotting the tube, Time, Janvier 1964, lu dans Surf Plaisir des Dieux.

73Hier, adopter le surf comme pratique équivalait souvent à entrer en religion, abandonnant travail, famille, à l'image des modes de vie hawaïens.54 A ce propos, on pouvait lire en 1964 dans le journal Time55 :

“Quand la vague est bonne, il faut aller la chercher, le travail est secondaire. Quand vous aurez trente ans, il sera toujours temps de prendre un boulot solide".

74Aujourd'hui, le surf est davantage intégré au mode de vie : il est devenu un loisir comme d'autres activités. Il n'est plus question de grand départ sans retour, ni de "prendre la route", sauf bien sûr pendant le temps de loisir que l'on aura réussi à négocier entre les différentes contraintes. Les surfeurs ne sont donc plus ces marginaux en rupture de banc avec la société :

  • 56 Entretien avec un étudiant surfeur de la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, (...)

“Le pratique du surf socialise....le surf entretient le sens de la lutte, de la coalition....mais aussi le sens du roseau, être capable de plier...d'attendre... d'écouter "56.

  • 57 A titre d'exemple, une entreprise de communication est venue s'implanter à Bordeaux pour pouvoir s (...)
  • 58 EHRENBERG, A. Le culte de la performance. Paris : Calmann-Lévy, 1991.

75De fait, le temps passé dans l'eau a changé : on prévoit sa journée et sa semaine de travail pour pouvoir surfer au maximum, on pratique par tranche horaire beaucoup plus restreinte pour gérer les contraintes. Issu d'une volontaire rupture avec la société, le surf permet aujourd'hui de mieux s'y adapter, voire même de mieux y réussir57 par les valeurs de liberté, de prise de risque, de performance qu'il véhicule et que la société magnifie. Le surf participe au culte de la performance58 entendu comme la nouvelle façon de se penser et de se valoriser dans la société en l'absence de certitudes collectives.

• Du surf informel au surf institutionalisé.

76Le surf s'est “sportivisé" ces dernières années dans la mesure où le nombre de licenciés est passé de 2 126 en 1985 à 4 130 en 1992, soit une progression moyenne de 13 à 14 %, et que le nombre de compétitions n'a fait que croître. En 1993, en Aquitaine, 34 compétitions régionales, nationales et internationales (trois du circuit de l'Association des Surfeurs Professionnels) ont été organisées. Même si elle ne concerne qu'une minorité de pratiquants par rapport au nombre de surfeurs estimés (environ 50 000), cette fièvre institutionnelle a modifié l'image du surf comme sa pratique. Le rôle de la fédération est, à cet égard, significatif avec la nomination récente d'un DTN, la création d'un centre permanent d'entraînement fédéral à Biarritz, la mise en place de formations, l'aide au fonctionnement des clubs et l'organisation de multiples compétitions amateurs. La médiatisation locale d'événements participe à la reconnaissance de jeunes surfeurs, écho amplifié par les compétitions du circuit professionnel et leurs prestigieux champions.

77Ce processus d'institutionnalisation s'immisce progressivement dans le surf loisir qui n'est plus seulement envisagé comme une fin en soi mais comme une étape préalable à l'entraînement ou un moment décontracté parmi d'autres séquences plus intenses. Si la recherche de la performance par rapport à soi-même (maîtrise de la vague) a toujours été présente, l'affrontement à autrui et son exhibition étaient naguère moins visibles.

  • 59 Entretien avec Francis Distinguin.
  • 60 RIGOULET, L. L'errance du surfer sur le terrain vague, Libération, 21 Août 1989.

78Il n'en reste pas moins que de nombreux surfeurs rejettent cette institutionnalisation et sa forme la plus élaborée : la compétition. Ils souhaitent à tout prix conserver la liberté de surfer où, quand et comme ils veulent mais surtout ils refusent toujours la "norme, la mesure, le classement"59. Même chez les surfeurs professionnels, ce phénomène est perceptible. Certains sont plus préoccupés par l'esprit de la vague que par celui de la compétition, "Ils préfèrent partir à la recherche de la vague parfaite que d'effacer les autres"60. On les appelle les "Soul Surfers". Le cas de M. Occhilupo est à cet égard significatif.

• Du surf "cool" au surf “hard".

79Ces deux qualificatifs définissent des bornes extrêmes dans la pratique comme dans les représentations, ce qui n'exclut pas leurs présences simultanées et l'évolution du surf se caractérise davantage par une dominante en fonction de l'époque.

  • 61 "Tom Curren est encore désigné actuellement comme le champion du monde par la glisse, comme le plu (...)
  • 62 LUERAS, L. op. cit., p. 153.

80Dès le raccourcissement des planches (fin des années soixante), le surf devient plus radical par la recherche de vitesse et de manœuvrabilité, mais cette pratique se traduit majoritairement par un style coulé et enchaîné : c'est un rythme "cool" dû à l'influence hawaïenne qui s'impose dans les années soixante-dix. Le pratiquant "dessine" la vague, il "pousse les figures", les enchaîne dans un mouvement continu tout en courbe et en harmonie, sans jamais perdre le contact avec l'élément : "il colle à la vague". Des qualités de glisse61 définissant un style dépouillé mais gracieux, décontracté mais terriblement efficace constituent les canons de la beauté du moment. Elles désignent un rapport d'harmonie avec l'élément qui s'apparente au style de vie "baba-cool", à la recherche de la paix et du non-encombrement sur la vague : “surf sentimental dans des groupes d'expression communautaires"62.

81Toutefois, à cette époque, le style "hot-dog" a aussi ses adeptes : style d'avant-garde où l'on jongle sur la vague avec de petites planches poussées à l'extrême. Surf d'attaque agressif, les manœuvres spectaculaires tiennent le surfeur "au-dessus de la vague". Il saute, fouettant l’air pour "détruire" la vague, "défoncer la porte". Un style hargneux qui se marque aussi dans le look : les tatouages et les cheveux rasés supplantent les jeans délavés et les cheveux longs. Le nouveau surf en force sur planche courte est l'indice d'une menace à la fois commerciale et idéologique qui ébranle et partage le monde du surf. Cette antinomie entre un surf-glisse-beatnik et un surf hard-débridé "destroy", qui est aussi une guerre transcontinentale opposant Américains et Australiens, marque un tournant dans l'histoire du surf à la fin des années soixante-dix.

82Actuellement, cette opposition subsiste entre les partisans d'un surf cool ou hard, et ils se répartissent entre ces deux extrêmes, même si d'une saison à l'autre, d'un "spot" à l'autre, ils peuvent adopter prioritairement l'un ou l'autre des deux styles en fonction de la modalité qu'ils privilégient.

  • 63 Propos recueillis auprès d'un étudiant surfeur à l'UFRSTAPS de Bordeaux.

"Ce sont les paradoxes du surf, un surf narcissique et un surf d'oubli de soi, un surf de masse : c'est la scène de théâtre où tu es stressé par ta prestation, ou un don de soi à la nature où tu l'oublies et te libères dans l'activité"63.

  • 64 Idem.

83Le rapport à l'espace, au "spot" s'incrit dans cette évolution. Il est différent aujourd'hui, dans la mesure où il est devenu difficile de surfer seul. Il y a plus d'agressivité dans l'eau parce qu'on est plus nombreux et qu'il y a un esprit de compétition''64. Cette situation entraîne des luttes de territoire, une agressivité dans la pratique malgré l'existence d'un code de priorité. Ce sentiment est particulièrement présent et incontournable. Gibus De Soultrait l'évoque longuement :

  • 65 Surf Session, no 39, éditorial de Gibus de SOULTRAIT.

"Il fut un temps où les surfeurs étaient de vrais gentlemen Les gentlemen sont devenus des combattants Le surf est plus que jamais un rapport de forces avec les autres..."65

84Pour s'imposer sur la vague, il s'agit de s'imposer également vis-à-vis des autres : “l'autre devient un obstacle qu'il va falloir contourner" ; phénomène exacerbé en compétition : "...la dernière vague... vague de la chance.... qui fait de la compétition un combat contre l'adversaire doublé d'un jeu de hasard". Le surf devient "surf stratégie". Il s'agit de tirer profit du droit à la priorité, d'intimider ou de bloquer son adversaire.

85L'agressivité sur les lieux de pratique est différemment évoquée par les surfeurs interviewés. Selon les endroits, l'atmosphère est plus ou moins détendue : de l'acceptation à l'affrontement violent. Les "Blackshorts" à Hawaï défendent farouchement leur territoire ; celui qui entrave la consigne "local only" encourt le risque de se faire casser la planche, la voiture....et plus encore ! Mais il est vrai que le localisme agressif n'appartient pas qu'aux îles lointaines, il est une réalité sur de nombreuses plages en France.

86L'agressivité dans les rapports avec les autres se repère très bien dans le courrier des lecteurs qui s'expriment parfois très crûment :

  • 66 Surf Session, no 56, Courrier des lecteurs.

"...ça Ramollos (romantique) les mecs les trips avec les photos tropiques, le wave glassy et Gerry dedans à la cool... tous ces petits mélanges de magies de paradis chauds et tropicaux, de pub de Surfrider Foundation qui ouvre l'esprit à la compréhension d'un environnement qui doit être protégé et non souillé…..
Mais qu'est-ce que tu en sais de la magie ?....Moi, je n'ai qu'une chose à dire à ceux qui aiment les contes de fées, le feeling, l'harmonie de l'océan....enfiles ta combar, jettes-toi un jour d'hiver dans un bon shore break bien massif.....et si pour toi te faire récurer le c.. par le sable, te faire secouer la gueule jusqu'à plus savoir où tu es....si après ça pour toi le surf n'est que magie...."66.

87Cet extrait évite les mots grossiers et il est des lettres beaucoup plus vulgaires, où le ton agressif et violent ne peut rivaliser qu'avec le niveau des injures. A en croire le courrier des lecteurs, la génération actuelle n'a vraiment pas un langage très châtié, mais plutôt de charretier ; et elle réagit particulièrement vivement au "style glisse", cool, ou hippie qu'évoquent les éditoriaux de G. de Soultrait.

88Ces réactions traduisent l'éloignement de l'idéologie soixante-huitarde, hippie et beatnik qui a produit le discours de l'harmonie, du retour aux sources caractéristiques d'un surf "cool". Elles se font davantage l'écho d'un surf "hard" dans la gestualité, le discours et les images.

• Du surf artisanal au surf entrepreneurial.

  • 67 Voir à ce propos l'article d'O. BESSY, les enjeux économiques du surf en Aquitaine, dans ce même o (...)

89En relation avec son insertion sociale, le surf alimente aujourd'hui le marché du sport. Il est devenu un produit soumis au même titre que d'autres à la loi de l'offre et de la demande même si, en raison de sa particularité, il n'obéit pas aux règles économiques classiques. De nombreuses entreprises se sont créées dans les domaines de la fabrication, de la distribution, de la promotion et de la diffusion du surf. Elles constituent un secteur d’activités à part entière et en progression constante. Le surf est devenu en quelques années un enjeu économique non négligeable, car source de profit et créateur de nombreux emplois directs et induits. On peut distinguer le marché lié à la pratique du surf de celui de son image67.

  • 68 Idem.

90En 1960, un seul "shaper" (Borland) vendait 20 planches et beaucoup de surfeurs bricolaient eux-mêmes leurs "engins". Aujourd'hui, trente-trois entreprises existent en France et commercialisent environ 7 000 planches par an. Même si le terme d'atelier convient souvent mieux que celui d'entreprises, il n'empêche que le marché s'industrialise et se structure progressivement. L'arrivée cette année de Bic Sport en apporte la confirmation. S'ajoute à cela la commercialisation liée à la diversification de la pratique (bodyboard, bodysurf) et de ses accessoires. De la même façon, les entreprises de création de vêtements de surf se sont multipliées ces dernières années. Le marché aquitain est à cet égard révélateur puisqu'il ne compte pas moins de 10 sociétés qui génèrent 350 emplois et dont le chiffre d'affaires peut être estimé à 600 millions par rapport au 900 millions de francs du niveau national. L'évolution de la firme Na Pali Quiksilver en est certainement l'exemple le plus marquant68. Cette croissance de l'offre a favorisé l'implantation des surfshops qui vivent de la distribution des produits "pour" et "autour" de la pratique.

  • 69 VSD a édité deux numéros spéciaux "Passion Glisse", en Juillet 1992 et 1993.

91Le marché de l'image est peut-être encore plus important si l'on considère les diverses entreprises qui vendent l'image surf et qui en vivent. Les médias spécialisés, tout d'abord, sont en train de se développer : Surf Session, Surf Saga, Radical Surf... Le magazine le plus ancien, Surf Session apparu en mars 1986, n'a cessé de prendre de l'importance. La presse nationale [Libération, l'Equipe, VSD69) et locale (Sud-Ouest), comme la télévision (TF1 en particulier) s'intéressent de plus en plus au phénomène et utilisent l'image surf pour élargir leur clientèle.

92Cette industrialisation de l'offre témoigne de la vitalité d'un marché qui s'est diversifié et qui dépasse aujourd'hui les frontières du surf pour concerner toute une jeunesse, participer à un style de vie, servir de support marketing à un produit pour mieux se vendre. C'est ainsi que des marques de bière, de biscuit, des communes ou des régions telle que l'Aquitaine trouvent dans l'image surf un symbole de promotion particulièrement porteur.

  • 70 LUERAS, L. op. cit., Les dollars des pros, p. 164.
  • 71 A titre d'exemple, Le Lacanau Pro 1992 avait un budget de 2 millions de francs (dont 600 000 franc (...)

93Sur un autre versant, la progression constante des sommes d'argent investies dans le surf de compétition, associée au sponsoring des événements sportifs et des meilleurs surfeurs ont engendré une professionnalisation du système. En 1984, 500 000 dollars dotaient le circuit professionnel annuel70. Aujourd'hui le chiffre a plus que doublé et l'étape aquitaine (Lacanau, Hossegor et Biarritz) offre à elle seule 360 000 dollars (1,8 millions de francs) de prix. Les comités d'organisation sont devenus de véritables entreprises au sein desquelles la distribution des rôles est bien précisée afin de boucler le budget71. Le succès remporté par ces grandes compétitions internationales (200 000 spectateurs sur la semaine du Lacanau Pro) fait de ces événements des lieux convoités par l'industrie du surf et les différents sponsors et oblige les organisateurs à se comporter en professionnels.

LE SURF : UNE PRATIQUE ANCRÉE DANS NOTRE SOCIÉTÉ

94La pratique du surf reflète hier comme aujourd'hui les valeurs hédonistes, narcissiques et esthétiques liées à la centration sur le corps et les sens, au service d'un mieux-être et d'un mieux-paraître. L'imaginaire de liberté est toujours aussi puissant, même si l'évolution de la pratique à travers ses enjeux institutionnels et commerciaux rend plus difficile sa concrétisation.

95Plus de mysticisme, ni de grandes envolées lyriques....le surf perd sa dimension messianique. Ainsi la leçon qu'il donne n'est plus celle d'un idéal de vie en symbiose avec la terre nourricière, ni celle d'une renaissance dyonisiaque, elle perd son auréole philosophique des années soixante-dix. L'évocation d'une vie communautaire faite de rencontres, d'amitié et de partage disparaît complètement du discours. L'idéalisation de rapports humains fraternels laisse la place à des échanges plus réalistes voire cyniques. La lutte pour l'espace de jeux s'intensifie, elle se traduit par une plus grande agressivité dans la gestualité ("radicale", "destroy") comme dans les discours.

  • 72 Courrier lecteur, Surf Session, no 39.

Le quidam qui rame entre les habitués d'un spot a plus l'Impression de rencontrer une tribu primitive aux regards bovins qu'une assemblée de sages. Pour qui a vu les gueules d'enterrements et constaté l'ostracisme de ces animaux au pied ficelé, le surf semble plus être un symptôme d'une maladie psychique que l'expression d'une philosophie de la vie"72.

96Plus de fuite de la société mais une implication plus ou moins importante dans la commercialisation et l'institutionnalisation, plus de dénigrement des valeurs matérialistes mais des préoccupations rentabilisatrices, plus de voyage sans retour les surfeurs se sédentarisent.

97Les deux styles résumés par l'antinomie : DESSINER - DÉTRUIRE, ne datent pas d'aujourd'hui même si dans la décennie précédente, le versant "cool" et "écolo" l'emportait ; actuellement le versant "hard" s'impose davantage dans une ambiance plus aride et calculatrice. Le surf s'est "sportivisé" par les progrès de l'institutionnalisation et la structuration des compétitions qui renforcent les enjeux de concurrence que l'activité commerciale avait déjà introduits. Il est devenu une pratique sportive à part entière au même titre que d'autres, même si à l'inverse de tous les autres sports, le surf a créé ses compétitions professionnelles avant d'être structuré à la base.

98L'écologie s'estompe dans sa connotation "retour à la nature bonne et nourricière", médecines douces et orientales. Moins idéaliste et puriste, elle s'ancre dans la réalité pour tenter de défendre une qualité de la pratique, juste pour ne pas surfer entre les détritus.

  • 73 BALANDIER, G. Le désordre, éloge du mouvement. Paris : Fayard, 1988. G. Balandier définit ainsi no (...)
  • 74 Ibid., p. 9.
  • 75 C'est par exemple la ré-apparition aujourd'hui des "longboards", rappelant le surf du début des an (...)
  • 76 MAFFESOLI, M. Au creux des apparences. Paris : Plon, 1990.
  • 77 LIPOVETSKY, G. L'empire de l'éphémère. Paris : Gallimard, 1985.
  • 78 Idem.

99Le Surf s'inscrit particulièrement dans le champ de la culture actuelle en ce qu'il symbolise l'éphémère, l'incertitude : emblème d'une culture du mouvement où règne le désordre73. "Le désordre, la turbulence, la désorganisation et l'inattendu fascinent74, en même temps qu'ils favorisent une recherche des permanences en faisant revrivre la tradition75. L'ambiance toujours esthétique mais composite renvoie à la conceptualisation de M. Maffesoli sur la "baroquisation du monde"76, où l'apparent désordre des ambiances plurielles aboutit "à un ordre organique où tout ensemble fait corps". Le surf "cool" et "hard", le surf de rêve et le surf de masse, le surf sport et le surf style de vie, s'opposent et se juxtaposent dans une harmonie des contraires révélatrice de notre temps. "Le disparate a gagné l'univers des styles de vie"77. Le surf en est le reflet. Le pratiquant vit séquentiellement les différentes modalités et associe les extrêmes : personne plurielle aux différentes facettes. Si l'on en croit G. Lipovetsky, cette "cohabitation pacifique des contraires"78 est le ciment, le nouveau lien social de notre société contemporaine.

100L'enjeu de cette évolution reste la définition légitime de la pratique. Si hier le consensus était facile, par la prégnance de l'idéologie du moment et la minorité que constituaient les surfeurs, aujourd'hui la tribu s'est considérablement agrandie. La diffusion de la pratique suppose l'accession d'autres publics, avec pour conséquence une diversification des modes de pratique, mais aussi du look, des styles de vie, des représentations et des valeurs. La perception des acteurs diffère selon leur plus ou moins grande implication dans la pratique, sa commercialisation ou sa professionnalisation. La revue Surf Session est un bon vecteur de cette diversité, en même temps qu'un trait d'union entre hier et aujourd'hui par l'esprit "Glisse" des éditoriaux de G. de Soultrait qui est plus proche de la génération précédente de surfeurs.

Notes

1 LACROIX, G. Les activités de pleine nature et le thème de la "Glisse". Enjeux institutionnels, économiques et culturels : l'exemple de la planche à voile. Thèse de 3ème cycle de sociologie générale, Paris VII, 1984.

2 DE ROSNAY, A. Tout m'est défi. Paris : Editions Maritimes et d'Outre-Mer, 1981, p. 57.

3 BESSAS, Y. La Glisse. Paris : Fayard, 1982.

4 LUERAS, L. Surf, Plaisir des Dieux. Gallimard, 1986.

5 Interview de De Rosnay, J. - Lewandowski, J. CL. Revue Vogue-Homme, N° 3, Avril Mai 1977.

6 Articles parus principalement dans les journaux Libération et Sud-Ouest.

7 A. MAURICE, A. Le Surfer et le Militant, Valeurs et sensibilités politiques des jeunes, en France et en Allemagne, des années 60 aux années 90. Paris : Editions Autrement, 1987.

8 Il s'agit, d'une pdrt, de surfeurs relativement âgés (> à 30 ans), impliqués professionnellement dans le milieu du surf (T. Organoff au journal Surf Session, J.P. Dupuy, directeur de la Maison de la Glisse à Lacanau, F. Distinguin, DTN Surf) ou occupant des responsabilités importantes en dehors du surf (J. de Rosnay est directeur de la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette) et, d'autre part, de jeunes surfeurs étudiants à la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, Université de Bordeaux II (J.C. Acena, F. Binard, F. Chauvelier et A. Fradet).

9 Interview de J. de Rosnay - J. Cl. Lewandowski, Revue Vogue-Homme, op. cit.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Les origines de la vie (Seuil 1965), Le Macroscope (Seuil, 1975), La Malbouffe (en collaboration avec Stella de Rosnay, Orban, 1979) et Les chemins de la vie (Seuil, 1983).

14 BESSAS, Y., op. cit., p. 156.

15 CHAPPAZ G. et DEWEZE, S. La glisse : entretien avec Y. BESSAS, Montagne Magazine, no 35, décembre 1981, p. 42-45.

16 On the road est le titre du roman de Jack KEROUAC, leader du mouvement beatnik, écrit en 1957 et traduit sous le titre Sur la route.

17 BESSAS, Y. op. cit. chapitre 1 : la découverte du surf, première partie : le voyage initiatique, p. 19.

18 Ibid. p. 31.

19 BESSAS, Y. op. cit.

20 Ibid., p. 39.

21 Ibid., p. 38.

22 Ibid., p. 38.

23 Ibid., p. 25.

24 Ibid., p. 27

25 Interview de J. de Rosnay - J. Cl. Lewandowski, op. cit.

26 Ibid.

27 Bessas, Y., op. cit., p. 87.

28 VIGARELLO, G. Les vertiges de l'intime, in Le corps entre illusions et savoirs. Paris : Revue Esprit No2, Février 1982, p. 68.

29 Y. BESSAS, La Glisse, op. cit., p. 87.

30 Ibid., p. 98-99

31 Ibid., p. 87.

32 DE CERTEAU, M. Californie, un théâtre de passants, in Années 80 : Le Corps et la Puce, revue Autrement, Avril 1981.

33 CROSSMAN, S. ô corps mon amour, in Années 80 : Le Corps et la Puce, revue Autrement, Avril 1981.

34 VIGARELLO, G. Les vertiges de l'intime, in Le corps entre illusions et savoirs. Paris : Revue Esprit No2, Février 1982, p. 68.

35 VIGARELLO, G. Le laboratoire des sciences humaines, in Le corps entre illusions et savoirs, op. cit., p. 90.

36 Editorial de G. de Soultrait, Surf Session, no58.

37 Editorial de G. de Soultrait, Surf Session, no51.

38 Idem.

39 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no35.

40 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no39.

41 Entretien avec un étudiant surfeur de la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, Université de Bordeaux II.

42 De Soultrait G., L'éveil naturel de la glisse, Libération, 2 août 1989.

43 Entretien avec un étudiant surfeur de la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, Université de Bordeaux II.

44 Idem.

45 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no35.

46 Idem.

47 TOFFLER, A. Les cartes du Futur. Paris : Denoël, 1983.

48 Dans un article intitulé le lien invisible d'un monde d'esclaves heureux (Libération du 16 Avril 1993), F. CAME reprend ces propos en analysant la quasi-totalité des nouveaux produits de communication qui selon lui : "tendent à introduire l'instantané de l'envie dans notre espace quotidien".

49 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no51.

50 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no39.

51 Editorial de G. de Soultrait, op. cit., no51.

52 On estime entre 75 000 et 100 000 le nombre actuel d'adeptes du surf (bodyboard compris) en France en 1992.

53 Voir à ce propos l'ouvrage de G. Lipovetsky, L'ère du vide, Essais sur l'individualisme contemporain. Paris : Gallimard, 1983.

54 "Les travaux habituels à l'entretien de la famille sont souvent négligés à cause de la pratique du surf", extrait de La Genèse in L. Lueras, Surf, Plaisir des Dieux, op. cit.

55 Shotting the tube, Time, Janvier 1964, lu dans Surf Plaisir des Dieux.

56 Entretien avec un étudiant surfeur de la Faculté des Sciences du Sport et de l'Education Physique, Université de Bordeaux II.

57 A titre d'exemple, une entreprise de communication est venue s'implanter à Bordeaux pour pouvoir surfer au quotidien et utiliser cette activité comme management qualitatif et participatif.

58 EHRENBERG, A. Le culte de la performance. Paris : Calmann-Lévy, 1991.

59 Entretien avec Francis Distinguin.

60 RIGOULET, L. L'errance du surfer sur le terrain vague, Libération, 21 Août 1989.

61 "Tom Curren est encore désigné actuellement comme le champion du monde par la glisse, comme le plus beau surf du monde..." d'après un étudiant surfeur.

62 LUERAS, L. op. cit., p. 153.

63 Propos recueillis auprès d'un étudiant surfeur à l'UFRSTAPS de Bordeaux.

64 Idem.

65 Surf Session, no 39, éditorial de Gibus de SOULTRAIT.

66 Surf Session, no 56, Courrier des lecteurs.

67 Voir à ce propos l'article d'O. BESSY, les enjeux économiques du surf en Aquitaine, dans ce même ouvrage.

68 Idem.

69 VSD a édité deux numéros spéciaux "Passion Glisse", en Juillet 1992 et 1993.

70 LUERAS, L. op. cit., Les dollars des pros, p. 164.

71 A titre d'exemple, Le Lacanau Pro 1992 avait un budget de 2 millions de francs (dont 600 000 francs pour la dotation de l'épreuve) et a mobilisé trente personnes durant une semaine.

72 Courrier lecteur, Surf Session, no 39.

73 BALANDIER, G. Le désordre, éloge du mouvement. Paris : Fayard, 1988. G. Balandier définit ainsi notre époque : "la modernité, c'est le mouvement plus l'incertitude.

74 Ibid., p. 9.

75 C'est par exemple la ré-apparition aujourd'hui des "longboards", rappelant le surf du début des années 60.

76 MAFFESOLI, M. Au creux des apparences. Paris : Plon, 1990.

77 LIPOVETSKY, G. L'empire de l'éphémère. Paris : Gallimard, 1985.

78 Idem.

Table des illustrations

Légende Au fil de son évolution, le surf est devenu de plus en plus radical. Après avoir percuté la lèvre, le surfeur français Damien Noël redescend dans le creux de la vague. (Photo B. Traimond)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Légende Si le surf en France a principalement acquis ses lettres de noblesses sur la côte Aquitaine, il s'est également répandu sur d'autres côtes. L'arrivée du surfeur vendéen Gregory Pastusiak parmi les meilleurs, en est la preuve. (Photo T. Organoff)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 495k
Légende LES SPORTS QUI MONTENTArticle de Joël de Rosnay paru dans la revue Vogue-Hommes, no 3, avril-mai1977.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16047/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.