Version classiqueVersion mobile

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Le surf et les territoires de l'éphémère

Jean-Pierre Augustin

Texte intégral

1Chacun constate que les sports modernes succédant aux jeux d'hier prennent une place de plus en plus grande dans nos sociétés contemporaines. La progression du sport, lente au début du siècle, s'est accentuée depuis les trente dernières années en s'universalisant et nombre d'analystes n'hésitent pas à le présenter comme un élément majeur de la culture contemporaine, un fait de civilisation, un champ social à part entière. Etant à la fois un mode de loisirs, un ensemble technique, une organisation institutionnelle, un enjeu économique et participant aux stratégies politiques, le sport apparaît comme un concept protéiforme analysé par des chercheurs de nombreuses disciplines. Ce concept à géométrie variable pose de sérieux problèmes de méthodes quand on veut organiser et classer les pratiques sportives. Qu'y a-t-il de commun entre un coureur de marathon, un joueur de rugby et un surfeur ? Au total se pose la question de ce qu'est un jeu sportif.

  • 1 JEU, B. Analyse du sport. Paris : PUF, 1987.
  • 2 PARLEBAS, P. Eléments de sociologie du sport. Paris : PUF, 1990.

2On admet aujourd'hui que le sport moderne doit rassembler quatre composantes : d'abord un ensemble de situations motrices, puis un système de règles, ensuite un enjeu lié à la compétition et enfin un caractère institutionnel. Certains complexifient les approches mais tous reconnaissent que ce qui distingue les sports des jeux traditionnels est le processus d'institutionalisation1. Cette approche générale et opératoire ne dit pas grand chose sur la classification des sports et les recherches méthodologiques, en particulier celles menées par Pierre Parlebas2, fournissent alors d'indispensables informations sur les multiples sous-ensembles sportifs et notamment vis-à-vis de la récente intrusion des sports dits de plein air ou de pleine nature. L'auteur distingue dans les situations sportives qui s'offrent aux pratiquants trois éléments fondamentaux liés à la présence ou à l'absence d’incertitudes, de partenaires et d'adversaires. Il explique comment ces trois facteurs sont au cœur du problème de la stratégie et permettent les classifications.

3Le surf est un jeu sportif se réalisant en milieu naturel où les données informatives sont complexes et changeantes ; il attribue une place prépondérante à la notion d'incertitude. C'est aussi une activité individuelle s'effectuant avec ou sans partenaires et adversaires, en toute liberté, aux marges des institutions comme dans un cadre très institutionalisé. Il s'oppose alors à d'autres comme l'athlétisme ou la gymnastique qui s'épanouissent dans un milieu où l'incertitude est très limitée et le cadre institutionnel très prégnant. Enfin, il se pratique sous les formes les plus diverses, seul, en petits groupes d'amis, en compétition et dans les espaces les plus variés, partout où une vague porteuse permet les évolutions.

4Les recherches de classification sont nécessaires car elles permettent une meilleure appréhension du phénomène sportif mais d'autres questions restent ouvertes vis-à-vis des recompositions des sports, de leur segmentation et de l'hybridation de nouveaux jeux qui, sans aucun doute, ont à voir avec révolution des sociétés contemporaines. En ce sens, le sport peut être présenté comme une métaphore sociale susceptible de jouer un rôle de révélateur ou d'indicateur de tendances pour analyser les changements des sociétés dans la durée. Négligées pendant longtemps par les disciplines universitaires classiques, les pratiques sportives participent en réalité aux mutations du monde moderne et à sa transformation. Dans ce jeu, l'apparition récente du surf, son développement rapide, la place que lui donnent les médias, le sens dont il est porteur dans le langage courant, interrogent sur les évolutions sociales et politiques en cours. Sa progression souligne en même temps trois tendances majeures de cette fin de siècle liées au processus d'individuation, à l'émergence de nouvelles territorialités et à la promotion de discours énonciateurs.

LE SURF COMME MÉTAPHORE DU PROCESSUS D'INDIVIDUATION

5Si le surf, à côté de bien d'autres activités sportives résultant de pratiques anciennes, apparaît comme une activité nouvelle et en rapide évolution, c'est aussi que les processus d'insertion sociale se transforment et que les nouveaux sont précisément indissociables des mutations globales de la société. La transmission des modèles ne passent plus seulement par le cadre familial ou scolaire. L'idée même de modèles est peut-être dépassée quand les temps sociaux ne peuvent plus se définir comme des temps inscrits dans des calendriers fixes.

  • 3 AUGUSTIN, J.-P. et ION, J. Des loisirs et des Jeunes, Cent ans de groupements éducatifs et sportif (...)

6Jeunes et moins jeunes sont passés insensiblement mais profondément d'une position de dépendance à la conquête d'une autonomie, certes problématique, mais bien réelle. L'allongement de la scolarisation, les aléas de l'insertion sociale et professionnelle s'ajoutent au temps libre conquis pour faire du groupe des pairs, une référence obligée. Dans ce contexte se forment des cultures mobiles, des pratiques éphémères, indépendantes des lieux traditionnels de socialisation3. Le recul des formes de contrôle social laisse apparaître de nouveaux espaces d'expression libre et permet le développement d'activités plus autonomes et plus spontanées. Ce nouveau rapport à soi n'est pas sans influence sur le rapport aux autres et sur les institutions familiales, scolaires, professionnelles ou de loisirs. Les divisions entre groupes sociaux et classes se modifient, même si elles gardent une certaine consistance.

  • 4 LIPOVESKY, G. L'Empire de l'éphémère. Paris : Gallimard, 1987.
  • 5 EHRENBERG, A. Le Culte de la performance. Paris : Calmann-Lévy, 1991.
  • 6 GAUDIN T. et coll. 2100, récit du prochain siècle, Paris : Payot, 1990.
    Voir aussi : MAFFESOLI, M. (...)

7La montée de l'individu correspond à un mouvement engagé depuis longtemps dans la société occidentale4. Si ce mouvement s'accentue à la fin du xxème siècle5, c'est que la société holiste qui donnait une cohésion aux collectivités s'est défaite à partir des années soixante. Cette société assignait à chacun son statut et son rôle, elle dictait des comportements et des croyances. A sa place, une société d'individuation est en train de s'établir. Il s'agit d'une société individualiste mais de masse, démocratique mais hiérarchique. L'individuation devient un principe fondateur, se distinguant de l'individualisme qui est un repli sur soi et manifestant une conscience élargie d'appartenance, une multi-appartenance, qui amène l'individu à chercher dans des groupes et des pratiques diverses un sens à son existence6.

8La recherche de nouvelles sensations, d'émotions et leur exploration intéressent une proportion plus forte de la population. Dans le jeu sportif et notamment dans les sports de plein air, l'individu retrouve une attitude face à la vie, à la nature, qui débouche sur des interrogations et parfois sur une recherche spirituelle. Mais les relations sont souvent floues et éphémères, il faut les construire et les reconstruire sans cesse, elles s'établissent dans des lieux multiples, souvent inédits qui correspondent à de nouvelles territorialités.

LE SURF COMME VECTEUR DE TERRITORIALITÉS PASSAGÈRES

  • 7 BOURGUET, M. ; MOREUX, C. ; PIOLLE, X. Pratiques de la montagne et société urbaine : la constructi (...)

9L'apparition de valeurs plus individuelles qui transforment le rapport à soi et le rapport aux autres joue aussi sur le rapport à l'espace et favorise la création et l'émergence de territorialités prolongeant l'espace de résidence bien au-delà du quartier. La faveur des activités de plein air et de pleine nature comme l'attrait pour le courant écologique témoignent de ce mouvement où se recomposent de nouvelles solidarités et se juxtaposent les territoires de l'ici et ceux de l'ailleurs selon l'expression de Xavier Piolle7.

  • 8 ROULLEAU-BERGER, L. La Ville-intervalle. Jeunes entre centre et banlieue. Paris : Méridien-Klincks (...)
  • 9 AUGE, M. Non-lieux. Paris : Seuil 1990.

10La tendance en cours conduit à la multiplication et à l'extension de territoires sportifs. On assiste d'une part à une étonnante conquête des espaces naturels maritimes et de montagne du pays, ainsi qu'à l'utilisation des grands espaces de nature du monde, et, d'autre part, à une reconquête des espaces urbains et péri-urbains par le sport. A l'évidence, les mobilités se sont accentuées dans les espaces urbains où des sociabilités informelles se développent, entre villes et banlieues, en marge des institutions et des micro-cultures où se négocient sans cesse des identités sociales incertaines8. Plus généralement, les mobilités hors la ville se sont développées et, sans aucun doute, la proximité spatiale n'est plus le seul ciment des relations et des identités sociales. La recherche de multiples ailleurs est aussi provoquée par le fait que la société urbaine génère une multitude de lieux sans âme, les "non-lieux" décrits par Marc Augé9. Les non-lieux sont des espaces où ne sont symbolisées ni identités, ni relations, ni histoire, qu'il s'agisse des aéroports, des autoroutes, des chambres d'hôtels interchangeables ou des moyens de transports. Des lieux où l'on se déplace sans contraintes, mais où la liberté individuelle peut aller jusqu'à l'absurde et la perte d'identité.

  • 10 LE BERRE, M. Territoires, in Encyclopédie de Géographie. Paris : Economica, 1992.

11C'est cet ensemble de pratiques territoriales qui se modifie et se complexifie aujourd'hui en mettant en relation des lieux multiples. Le territoire est un espace qui a été produit par des réseaux, des flux, des circuits projetés par des individus ou des groupes. Il a été progressivement investi, occupé, approprié et peut s'analyser à partir de trois points de vue différents, physique, existentiel et organisationnel10. Le premier procède de l'observation, de la matérialité et dans le cas du surf, le rôle de la côte, du littoral et de la forme des vagues est essentiel. Le deuxième amène à identifier l'espace en lui attribuant un nom, c'est-à-dire un code d'identification qui crée une relation de dépendance entre le lieu et son inventeur. Les noms donnés aux ''spots" par les surfeurs révèlent l'appropriation d'un espace par un groupe. Enfin le troisième point de vue analyse les comportements territoriaux des acteurs et mesure leur degré de cohésion. Ces acteurs n'ont pas toujours le même objectif et peuvent s'organiser en groupes rivaux. Ainsi, sur la plage et sur la vague, à côté ou à cause de la cohésion des groupes, des rivalités, des tensions se produisent entre pratiquants et les différentes formes de pratiques, entre pratiquants et non-pratiquants. A terme se posent les questions d'aménagement et de territoires concernés.

12Dans ce contexte, les territorialités des surfeurs apparaissent à la fois nouvelles et originales. Elles se situent à la périphérie des territorialités sociales stables qui se maintiennent dans certains secteurs urbains ou de celles qui se sont établies en bord de mer à partir notamment de stations balnéaires. Sans cesse à la découverte de nouveaux lieux d'exercice, les pratiquants valorisent les vagues porteuses, les "spots" qui deviennent alors les lieux centraux de territorialités provisoires. Autour des "spots" établis, une double tendance se précise. D'une part, la recherche de territoires inconnus, de "spots secrets" où, loin des regards, quelques uns pourront vivre une aventure particulière. D'autre part, la nécessité d'aménager des espaces de pratique s'impose pour des raisons de sécurité et de rentabilité. Face à la surfréquentation des plages, les institutions sportives et les collectivités locales ont tendance à organiser et à réglementer, voire à taxer, les lieux et les accès de la pratique. Les pratiquants ont le choix entre les territorialités floues et celles plus fixes des stations car la Côte Aquitaine et sa logique d'aménagement où se succèdent les stations et les zones d'équilibre naturel, permet, encore pour un temps, de concilier les deux.

13Quoi qu'il en soit, les pratiques de Tailleurs dont le surf fait partie sont déterminées par les modes de vie urbains et posent de nouvelles questions sur les stratégies spatiales de la gestion du proche et du lointain et sur la multiplication de petits groupes identitaires. Elles interrogent sur le sens des discours énonciateurs qui sont repris par les médias, les pouvoirs et les agents économiques pour valoriser des lieux ou vendre des produits.

LE SURF COMME SUPPORT DE DISCOURS ÉNONCIATEURS

14Toute pratique humaine est révélatrice de significations mais le surf, plus que le fait de nager ou de se baigner, est porteur de sens car il est un geste discours qui allie performance et esthétisme. Il peut être perçu comme une épure des sports de glisse puisqu'il se joue dans un mouvement perpétuel où la vague et sa pente ne sont jamais les mêmes. Dans une société où tout se complexifie, où les valeurs se transforment et se recomposent, où l'ordre et le désordre s'entremêlent, la figure symbolique du surfeur oscillant sans cesse entre l'équilibre et la chute apparaît comme une thématique d'une force étonnante.

15Ainsi se constitue un dispositif scénique où les vagues sont la scène, la mer le décor, la plage à la fois les coulisses et les tribunes, rappelant le théâtre avec la frontalité de la scène et les regards tournés vers l'océan. Ce décor en grandeur naturelle offre des signifiants rejoignant les thèmes classiques de la symbolique humaine, notamment ceux de la vie et du passage, et intégrant de surcroît les attributs du sacré, le mystère, la pureté, voire la peur. Il ne s'agit pas ici de verser dans la célébration, de faire fonctionner le mythe, mais au contraire de donner à voir comment se construit concrètement un espace à la fois social, géographique et symbolique qui pose à terme des questions d'organisation et d'aménagement.

LE SURF D'ATLANTIQUE, UN CHAMP D'ÉTUDE LARGEMENT OUVERT

  • 11 AUGUSTIN, J.-P. et GARRIGOU, A. Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir (...)

16Bordeaux et l'Aquitaine sont des lieux où s'élabore en France une socio-géographie des sports à partir d'études ne se limitant pas à l'analyse de la dimension spatiale des faits sociaux mais visant à valoriser la dimension sociale des faits spatiaux. Nous avons dans les années quatre-vingt cherché à démêler les jeux, les enjeux et les rituels à l'œuvre autour du rugby et de ses clubs11. Une idée forte, liée aux pouvoirs et aux identités communautaires s'était rapidement imposée. L'équipe de rugby, comme celle des sports collectifs, apparaissait être l'expression elliptique de la communauté en action où le groupe, local ou national, n'existe que par les manifestations extérieures, montrant à ses membres qu'ils sont à l'unisson en partageant les mêmes émotions et en constituant une unité collective. Nous avions ainsi défini un processus emblématique d'identification communautaire fondé sur le club, le stade et la communauté locale. Ici, en déplaçant l'analyse sur des pratiques individuelles, nous mettons en lumière un processus symbolique d'individuation territoriale fondé sur la diversité des modalités de pratiques et les agrégations sociales éphémères. Ce dernier peut être interprété comme une rupture par rapport au précédent.

17Qu'une vingtaine d'auteurs représentant six universités et les institutions sportives aient répondu à notre appel est le signe que les recherches sur le sport ont acquis aujourd'hui leur place dans les sciences sociales et qu'elles sont un excellent moyen d'analyser les changements à l'œuvre dans la société. Mais cette nouvelle contribution n'épuise pas le sujet et les études restent largement ouvertes. Soyons modestes, alors que les médias présentent le surf comme un fait de société ayant des incidences géographiques, écologiques, économiques et sociales, le phénomène est encore en partie insaisissable : incertitude sur le nombre des pratiquants, sur leur origine sociale, sur les lieux de pratique, sur les liens entre pratiquants, sur l'impact économique réel dans la région et sur les questions d'aménagement.

18Face à cette situation, nous avons choisi d'ouvrir des pistes et d'étudier le surf à partir de plusieurs entrées. La première vise à mieux connaître les pratiques et les institutions en s'appuyant sur des recherches historiques, des enquêtes de terrain et la connaissance des fédérations sportives concernées.

19Sans aucun cloute, les pratiques progressent, les espaces atlantiques sont de plus en plus accaparés pour le surf et les institutions et collectivités locales se mobilisent. Mais de vastes zones d'ombre subsistent et il est urgent de poursuivre les études. La deuxième mène à réfléchir sur les questions de l'aménagement et de l'économie. Assiste-t-on à la naissance de nouvelles stations sur le littoral aquitain qui compléteraient les stations balnéaires déjà existantes ? La Côte Basque peut-elle devenir un espace surf en aménageant ses sites déjà encombrés ? Du côté de l'économie, peut-on mesurer les enjeux du surf en Aquitaine et qu'en est-il des recherches technologiques ? La dernière entrée propose une analyse des médias vis-à-vis du surf et esquisse quelques interprétations sur les processus en cours. Comment la presse énonce-t-elle les espaces de pratique ? Comment se constitue la figure ou le personnage du surfeur ? Plus globalement, existe-t-il une culture surf ? Quelles en sont les caractéristiques singulières ou communautaires ? Autant de questions qui devraient intéresser les pratiquants, les chercheurs et les aménageurs, c’est-à-dire un public à la fois spécialisé et large à qui ce livre est destiné.

Surfer ou Surfeur ?
Les articles et ouvrages consacrés au surf utilisent l'une ou l'autre des deux écritures, mais les revues spécialisées ont une préférence pour celle à consonance anglo-saxonne afin de mieux marquer l'origine et l'exotisme de cette pratique. Nous avons choisi de retenir celle à consonance française pour deux raisons. La première est fondée sur l'idée que les sports initiés outre-Manche et outre-Atlantique doivent être adaptés à la langue française ; on parle ainsi de footballeur et de basketeur. La seconde est d'ordre historique, le contexte de la pratique du surf en Aquitaine aujourd'hui n'est pas comparable au mouvement des années soixante aux Etats-Unis où le "surf way of life" s'inscrivait dans un vaste courant de contestation de la société s'opposant à l"'american way of life". Le surf aquitain traduit bien sûr un processus d'individualisation de la société mais il s'intégre dans des institutions sociales qui en assurent sa promotion. Le surfer d'hier n'esf plus le surfeur d'aujourd'hui.
Quels mots pour les vagues ?
Au-delà de ce choix on ne peut parler surf sans utiliser le langage de la tribu et l'usage des termes majoritairement anglo-saxons est un passage obligé. Aloha  : mot hawaïen à multiples sens (bonjour, au revoir, je vous aime, revenez-nous). Backside : surfer le dos à la vague. Bottom turn : virage en bas de la vague. Curl  : cœur de la vague. Cut back  : virage pour revenir à la vague. Droite : vague qui déferle à droite. Drop in : refus de priorité. Frontside  : surfeur face à la vague. Gauche : vague qui déferle à gauche. Goofy foot  : gaucher. Groupies  : admiratrices. Juice : jus, puissance de la vague. Kick out : virage pour quitter la vague. Line up  : point au large où le surfeur attend la vague. Pic : endroit où se forme la vague. Roller coaster  : virage en haut de la vague pour redescendre ; on dit aussi "off the lip". Spot  : endroit privilégié pour surfer. Take off : moment où le surfeur part et descend la vague. Tube  : tunnel que forme la vague en déferlant. Wax : pâte que l'on applique sur le dessus de la planche pour la rendre moins glissante.

Edgar MORIN et le surf de Californie en 1970
Fin 1969 début 1970, le sociologue Edgar Morin est invité par le Salk Institute for Biological Studies, à San Diego en Californie. Durant son séjour il découvre « cet Extrême-Occident qui semble annoncer les mutations où la civilisation s'accélère, se détruit et renaît ». Le phénomène hippy, les communes, le mouvement écologique, la floraison des sectes, l'expérience des herbes et des acides lui apparaissent comme autant de visages provisoires et d'éléments de la nouvelle société qui se cherche. Son Journal de Californie (Paris, Seuil, 1970, 268 p.) est une suite de témoignages et de réflexions sur ce qu'il découvre et ce qu'il vit. Nous reproduisons ici trois extraits où il est question du surf mais laissons au lecteur le soin de lire cet ouvrage étonnant.
« La plage. Des surfers. On m'assure qu'un surfer ne pense qu'au surf. Comme je le comprends. Mieux que le Christ : glisser sur l'eau, se laisser porter, debout, sur la crête de la vague, jusqu'à, le plus tard possible, défaillir, s'écrouler. C'est faire l'amour avec l'océan » (p. 16).
« Mais quel elohim pousse ces jeunes, par milliers sur les plages, sur le rivage, au bord de l'océan, comme dans l'attente du fabuleux voyage, comme pour trouver ce qui symbolise la liberté et la confusion originelle de toute chose, la même mer, la mer libre ? Quoi ? Quoi ?
Il sont des centaines, à Océan Beach et Pacific Beach. Ils campent, ils attendent » (p.115).
« Ils vont surfer par centaines de milliers, ils vont jouer avec la mer, et cela devient ce qu'il y a de plus important dans l'existence » (p. 191).

Notes

1 JEU, B. Analyse du sport. Paris : PUF, 1987.

2 PARLEBAS, P. Eléments de sociologie du sport. Paris : PUF, 1990.

3 AUGUSTIN, J.-P. et ION, J. Des loisirs et des Jeunes, Cent ans de groupements éducatifs et sportifs. Paris : Ed. Ouvrières, 1993.

4 LIPOVESKY, G. L'Empire de l'éphémère. Paris : Gallimard, 1987.

5 EHRENBERG, A. Le Culte de la performance. Paris : Calmann-Lévy, 1991.

6 GAUDIN T. et coll. 2100, récit du prochain siècle, Paris : Payot, 1990.
Voir aussi : MAFFESOLI, M. Le Temps des tribus, le déclin de l'individualisme dans les sociétés de masse. Paris : Méridien-Klincksieck, 1988.

7 BOURGUET, M. ; MOREUX, C. ; PIOLLE, X. Pratiques de la montagne et société urbaine : la construction d'un ailleurs compensatoire. HEGOA, Cahiers du CRISSA, Université de Pau et des Pays de l'Adour, 1991.

8 ROULLEAU-BERGER, L. La Ville-intervalle. Jeunes entre centre et banlieue. Paris : Méridien-Klincksieck, 1991.

9 AUGE, M. Non-lieux. Paris : Seuil 1990.

10 LE BERRE, M. Territoires, in Encyclopédie de Géographie. Paris : Economica, 1992.

11 AUGUSTIN, J.-P. et GARRIGOU, A. Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables. Bordeaux : Le Mascaret, 1985.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search