Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Surf Atlantique

 | 
Jean-Pierre Augustin

Préface

Jean Dumas

Texte intégral

1Comment se justifier d'un ouvrage sur un phénomène tel que le surf ? Comment les sciences sociales, toujours insatiables entomologistes des particularités humaines, peuvent-elles oser rendre compte de l'indicible pratique de bords d'océan toujours renouvelés ? Comment l'écriture plurielle peut-elle parvenir à saisir et à évoquer sans définitivement dessécher en fragments de discours éclatés ?

2Issues de relations professionnelles autant qu'amicales, les collaborations rassemblées par le Professeur Jean-Pierre Augustin vont s'efforcer de tenir le pari de la connivence alliée à l'intelligence des choses : que le lecteur découvre la diversité des approches possibles du surf, qu'il adhère aux thèmes exposés tout en ayant le sentiment que toute production analytique s'arrête devant l'irréductibilité de l'expérience personnelle.

3Rendre compte, mais pourquoi ? Pourquoi tenter cette brève histoire naturelle d'un phénomène bien installé dans sa niche européenne de prédilection, l'Aquitaine ? Pourquoi tenir pour importante une narration, en quelques chapitres illustrés, afin de fixer l'attention et d'inscrire dans un ouvrage quelques considérations portées sur des usages nouveaux de la côte atlantique ? Car l'intérêt de l'aventure éditoriale réside précisément dans le rapport à la communication : inscrire la marque d'une pratique de loisir dans le sérieux d'une reconnaissance sociale plus large, autrement dit faire entrer ce qui est individualisme expérimental dans les généralités qui font les structures du social.

4L'entreprise était passionnante pour la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine car l'affaire semblait présenter une grande accumulation de difficultés pour une institution qui s'efforce de fonder son existence sur une vie scientifique présentable. Au premier abord, le surf est associé à ces activités de détente pratiquées par une jeunesse fort peu soucieuse d'encadrement, récusant même dans sa culture de l'éphémère tout ce qui peut renvoyer à la normalisation de la grisaille quotidienne. De plus, ces manifestations sont marquées d'un pittoresque très localisé, puisqu'elles sont attachées prioritairement à cette côte aquitaine, et sont donc constitutives d'un agrément et d'un art de vivre qui ne mettent pas nécessairement la région au cœur des grands enjeux de la fin de ce siècle. Enfin, et pour coiffer le tout, ce surf constituait certes un objet d'intérêt pour les chercheurs qui s'intéressaient depuis plusieurs années aux phénomènes sportifs, mais ses contours mêlaient tellement attitudes individuelles, fugacités des cheminements et représentations à très forte valeur symbolique que toute étude systématique paraissait tenir du travail du taxidermiste qui réduit l'expression de la vie en une fixation artificieuse.

5Autour de l'animateur infatigable, organisateur et chef d'orchestre, la partition jouée par vingt et un auteurs répond à ces enjeux, la diversité des approches et des rédactions se moulant en une architecture raisonnablement lucide mais suffisamment chaleureuse pour exprimer la proximité des individus, même enserrés dans un discours écrit. Économistes, géographes et sociologues tous observateurs avertis, mais aussi professionnels et pratiquants relatant des expériences particulières, tous apportent leur pierre à l'édification d'un travail collectif qui se veut synthèse momentanée, achèvement d'une démarche de plus de deux années de contacts, puis de confrontations, sur l'idée même de l'ouvrage et sa justification.

6Dès l'abord du projet, il s'agissait de banaliser, mais avec subtilité, une activité à forte dimension initiatique et protégée par un vocabulaire anglo-américain d'une grande obscurité pour les non-avertis. Être précis et judicieux pour ceux qui sont des adeptes de toutes les déclinaisons techniques du surf tout en éveillant l'intérêt de ceux qui le découvrent en tant qu'activité un peu exotique : le mélange des contributions qui mêle analyses techniques, historiques et socio-économiques contribue à dresser un cadre général, une véritable écologie du surf. La convergence des notations sur la pratique elle-même, sur les rapports, ténus et si prégnants, au temps fugitif de la vague, au lieu mouvant du déroulement de l'équilibre fugace, permet le dépassement du simple jeu pour atteindre l'objet même de la pratique, toujours particulière, mais toujours reproduite par l'usage des mêmes matériels et la recherche des mêmes équilibres dynamiques.

7Par le premier objectif, on pénètre donc dans cet univers de la qualification des actes sportifs. Cependant, sa mise en œuvre est indissociable de la référence forte à un site géographique concret, d'où le titre général "Surf atlantique", éclairé par le sous-titre "Les territoires de l'éphémère". Ainsi, mettre en intelligibilité une activité à forte spécificité conduirait-il à souligner une prédisposition locale et à inscrire un travail éditorial dans la chaîne de ces études de proximité exaltant les particularismes régionaux. Et pourquoi pas après tout, puisque le sujet commande, dès lors que les auteurs dépassent le pittoresque et l'anecdotique ! Il est vrai que le surf s'est établi, comme pratique puis comme organisation sportive, en s'appuyant sur un milieu physique bien concret, la longue ligne de contact entre continent et océan, bordure réelle d'une seule région, l'Aquitaine. Mais, si l'étude s'inscrit clairement dans un espace bien précis, suggérant en cela une réelle particularité locale au même titre que la pelote basque et le rugby, elle démontre comment le surf parvient à coder techniquement et dans les représentations les plages entre Hossegor et Lacanau en fonction de repères techniques et symboliques issus du Pacifique, ce qui est confirmé pour d'autres sites du surf évoqués à titre d'élargissement.

8L'enracinement des travaux de la M.S.H.A. se trouve ici fortement défini, le surf apparaissant en tant que pratique novatrice, en développement accéléré depuis une trentaine d'années. Et c'est dans cet état des choses que se construit un réel objectif scientifique, dernier et principal défi rencontré dans le projet de publication collective. Sans considérations théoriques bouleversantes, mais avec beaucoup de méticulosité dans le groupement des observations puis des rapprochements, l'étude peut progresser, déroulant quelques thèmes majeurs pour une anthropologie du sport. La relation dialectique entre l'individualisme et la reconnaissance sociale est au cœur du propos tenu, au même titre que la tension qui se crée entre une recherche de l'éphémère qui, cependant, s'inscrit toujours dans les mêmes lieux de reproduction. L'institutionnalisation comme reconnaissance dans la société et comme fixation dans des territoires communaux concrets constitue un cadre de travail d'autant plus intéressant qu'il concerne une activité encore en mutation, en recherche d'assise historique ; exprimant fortement de nouvelles tendances sportives, elle a pu être prise comme un révélateur du changement social, retrouvant en cela des thématiques plus anciennes de recherche de la M.S.H.A.

9Dans le parcours des textes successifs, qu'il soit fait dans l'ordre logique de la composition raisonnée du plan, ou qu'il procède d'abord d'une découverte plus intuitive, au gré des affinités plus techniques ou plus sociales, le surf se construit en tant que jeu raisonnablement sérieux. Les auteurs font partager leurs connaissances, allant constamment de l'anecdotique au plus général, traitant du spécifiquement aquitain mais l'inscrivant dans des traces sociales globales. Et la construction paradoxale peut être tenue grâce à l'ordre et à la diversité des apports : faire de l'éphémère à forte dimension initiatique une marque reproductible de nouveaux traits de société. Par touches successives les auteurs donnent à voir le jeu du sportif avec l'océan déferlant, non plus dans l'instantanéité d'images à forte charge d'affectivité, mais dans sa relation, plus ou moins explicitée, avec une collectivité organisée, et organisable, de pratiquants. Et quand le charme d'images associées aux vacances s'estompe au bénéfice de considérations plus générales et plus permanentes, c'est le propre du travail de réflexion que de s'exercer : ce "désenchantement" des actes éphémères de communion avec la nature est à l'origine d'une intelligence nouvelle des choses, telles qu'elles se situent particulièrement en Aquitaine, telles qu'elles signifient aussi de nouvelles formes de vie sociale.

10Et peut-être qu'à son tour, la séduction de l'ouvrage va opérer, reproduisant derrière les mots, les expressions, les chiffres aussi, des tranches de vie, des extraits d'espace conquis sur le temps des usages et des pratiques. Le pari a été gagné par l'apport d'une équipe mobilisée le temps d'une collaboration, unie également par la reconnaissance d'un usage pratique de recherches et la volonté de construire, modestement, par la collaboration et l'assemblage de matériaux diversifiés.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540