Version classiqueVersion mobile

Histoire du sport en France

 | 
Jean-Paul Callède

Documents annexes (période 1889 - 1930)

Texte intégral

1I. Les membres fondateurs du Stade Bordelais (septembre-octobre 1890)

2II. Un « Stadiste » de la première génération : Pascal Laporte

3III. Quelques grands clubs français de rugby en 1904-1905

4IV. La Finale du Championnat de France de Rugby de 1909 : Stade Bordelais - Stade Toulousain... par Paul Voivenel

5V. L'équipe du Stade Bordelais U.C. championne de France 1911

6VI. Un « Stadiste Bordelais » promis à un brillant avenir : Jules Ladoumègue

I. Les membres fondateurs du Stade Bordelais (septembre-octobre 1890)

747 membres fondateurs (sur un total de 64) peuvent être identifiés du point de vue de leur emploi (Archives Départementales, série 1 R 110). 17 fiches nominales ont disparu ou ne sont plus disponibles pour consultation.

Situation socio-professionnelle

Nombre

- Négociant

1 (18 ans !)...

- Entrepreneur des travaux publics

2

- Comptable

1

- Dessinateur

1

- Clerc d'avoué

1

- Employé de commerce (dont : "cadre"... : 3)

15

- Voyageur de commerce

2

- Commis (dont : "commis-négociant"... : 3)

13

- Garçon épicier

1

- Employé de la Régie

- Artisan

2 (1 tapissier, 1 cordonnier)

- Ouvrier artisan

2 (1 menuisier, 1 horloger)

- Garçon cocher

2

- Garçon limonadier

1

- Jeunes sans emploi déclaré

2 (père : restaurateur, cafetier)

Total (des fiches exploitables)

47

8On constate la forte représentation du « monde » des employés de commerce. Entendue au sens large, cette catégorie regroupe les employés et représentants de commerce ainsi que les commis, soit 30 personnes sur 47... 7 ou 8 d'entre elles disposent, semble-t-il, d'un statut de "cadre" s'accompagnant de prises de responsabilités. Elles forment l'élite du groupe qui peut être rapprochée de la situation occupée par 5 ou 6 stadistes exerçant une profession plus en vue. Le secteur de l'artisanat est représenté par seulement 4 jeunes.

II. Un « Stadiste » de la première génération : Pascal Laporte

  • 1 Article paru dans la presse spécialisée de l'U.S.F.S.A. (Les sports athlétiques ?) en octobre 1895

« Pascal Laporte, que le Stade Bordelais a eu le regret de voir partir ces jours-ci pour l'Angleterre, est un athlète dans toute l'acception du mot.
Agé de 19 ans, P. Laporte a commencé brillamment ses succès sportifs en 1894 en gagnant le championnat de vélocipédie du sud-ouest, titre qu'il ne put conserver cette année, ses occupations ne lui permettant plus un entraînement sérieux, et il dut céder la place, curieuse coïncidence, à son camarade Terigi, un autre stadiste parti avec lui en Angleterre.
Footballeur remarquable, il a joué comme arrière dans le match du Racing Club contre le Stade Bordelais et nos amis du Racing se rappelleront probablement cette figure sympathique.
Capitaine de l'équipe première du Stade Bordelais pendant l'année 94-95, P. Laporte a conduit son équipe à la victoire dans les Championnats du S.O. (Rugby et Association).
Champion de natation vitesse pour l'année 1895, le jeune stadiste a gagné brillamment cette année le championnat d'Athlétisme du S.B. et a enfin ajouté à ses titres nombreux celui de champion d'Athlétisme du sud-ouest ; ce fut avant son départ, sa dernière victoire sur le sol français.
Espérons qu'il continuera en Angleterre et qu'il reviendra bientôt en France, recueillir de nouveaux lauriers.
Au demeurant, charmant et aimable camarade, estimé de tous ceux qui l'on approché.
Zaide. »1

9Pascal Laporte, de même que Terigi, va séjourner à Liverpool, où l'expédie sa maison de commerce (?). L'un et l'autre y feront partie de l’équipe des « Old Boys ». Revenu à Bordeaux, Laporte sera à nouveau capitaine de l’équipe de rugby du Stade, champion de France entre 1899 et 1907. A l'époque, il est employé par la compagnie de navigation que dirige James S. Shearer, Président général du club.

10Appelé par sa situation de directeur d'une compagnie de navigation, à Nantes, il entreprend, dès son arrivée, une œuvre de propagande en faveur du rugby, dans une région qui ne jure que par le ballon rond... Il fonde le Stade Nantais Université Club. Il attire à Nantes ses camarades Bordelais Lacassagne, Thil, Hourdebaight et le prestigieux Gallois Percy Bush. Dans les années vingt, Pascal Laporte est un des grands notables de Nantes. Il est président du S.N.U.C., président du Comité de l'Atlantique de rugby et de la Société d'encouragement aux Sports de l'Ouest. Il est fait chevalier de la Légion d'Honneur (JO du 7 décembre 1923) au titre de l'éducation physique et sportive.

11Il est encore capitaine de l'équipe de rugby des vétérans du S.N.U.C. dans le courant des années vingt, donnant ainsi un bel exemple de longévité sportive.

12Né à Bordeaux le 13 avril 1876, le jeune Pascal Laporte, issu semble-t-il d'un milieu de gros négociants, possède un palmarès sportif impressionnant, conquis sous les couleurs du maillot du « Stade Bordelais » : vélocipédie, athlétisme, football, natation et rugby...

13En cela, il est bien le portrait-type du « Sportif de la première génération », éclectique, à l'image de plusieurs pionniers parisiens du Racing-Club de France et du Stade Français.

14En 1917, le S.N.U.C. est champion de France (Coupe de l'Espérance), battant le Stade Toulousain par 8 points à 3. Il conviendrait de vérifier si ce club entretient, à son origine, une filiation avec la société sportive du lycée de Nantes, fondée en 1886 grâce au jeune Nivet, ex-sociétaire du Stade Français.

III. Quelques grands clubs français de rugby en 1904-1905

  • 2 D'après l'enquête conduite par Jean Rachou, le Foot-ball rugby et ses accidents, thèse pour le doc (...)

Clubs (sections de rugby)

Nombre de joueurs2

Racing Club de France (R.C.F.)

90

Stade Français (S.F.)

90

Sporting Club Universitaire de France (S.C.U.F.)

70

Union Sportive Parisienne (U.S.P.)

60

Stade Bordelais Université Club (S.B.U.C.)

70

Sport Athlétique Bordelais (S.A.B.)

45

Football Club Bordelais

30

Section Bordelaise

60

Football Club de Lyon

60

Lyon Olympique

50

Sporting Club de Lyon

30

Stade Olympien des Etudiants de Toulouse

40

Sport Athlétique Toulousain

60

Ecole des Vétérinaires de Toulouse

40

Stadoceste Tarbais

60

etc.

Effectifs de quelques grands clubs : saison 1904-1905

Maurice MARTIN et HERBERT, vus par P. Figerou (1912)

15Deux remarquables journalistes, ardents défenseurs de la cause du Stade Bordelais et de l'identité sportive régionale. (Voir en particulier p. 77 et p. 100).

16Le buste en bronze de M. Martin, installé au Stade Municipal de Bordeaux, est inauguré le 16 juillet 1939. Il est l'œuvre de l'artiste Alexandre Callède, membre du Stade Bordelais (Petite Gironde du 17 juillet 1939).

IV. La finale du Championnat de France de Rugby (4 avril 1909) : Stade Bordelais - Stade Toulousain... par Paul Voivenel3

  • 3 VOIVENEL, P. Op. cit., p. 108-110.

« Depuis huit jours il n'était question que de l'événement.

Nous eûmes pour la première fois cet aspect, perdu depuis quelques années, qui transformait une ville.

Les sportifs l'envahissent dès la veille. Trouver une chambre devient une performance. Les terrasse des cafés bourdonnent. « Et adieu ! Comment vas-tu ? » Les dirigeants et les joueurs connus sont le centre d'agglomérations animées. On ne porte pas encore les couleurs de son équipe.

La presse bordelaise avait envoyé son état-major : Gounouilhou, Maurice Martin, Herbert. Celle de Paris se groupait autour de son mousquetaire Frantz Reichel. Lorsque le train spécial de Bordeaux arriva à 11 h 39, la foule l'attendait à la gare : « Vive Bordeaux ! », à quoi les Girondins répondirent : « Vive Toulouse ! ». De Paris, de Tarbes, de Bayonne, de Perpignan, d'Ariège, du Gers, les gens accouraient. Les autos envahissaient les artères, les trams se succédaient bondés, les fiacres – nous en avions encore – éreintaient leurs rossinantes. Une compagnie du 14e R. I. complétait la police pour le service d'ordre. On courait, on se bousculait. Les chaises s'entassaient sur la touche. On lisait de grandes affiches blanches : « Le public est supplié dans l'intérêt du sport de ne se livrer à aucune manifestation bruyante, même justifiée ». Les arbres se couvraient de grappes humaines. Sur le toit des populaires, les agents faisaient la chasse aux resquilleurs. Autour des touches les gens se protégeaient du soleil en se couvrant la tête des feuilles paille de l'Auto et d'autres journaux. Ces taches colorées formaient un parterre. En face de moi les populaires bruissaient comme le vent avec des rafales de cris et de chants. Les innombrables cigarettes exhalaient leur fumée bleue. Muhr, le « Sioux », fumait sa pipe avec son calme souriant. Brennus, représentant officiel de l'U.S.F.S.A. eut sa réception habituelle de quolibets et de « hou ! hou ! »

Et l'arbitre, de Witte, très anglicisé, apparut. Puis, dans une explosion de vivats, les deux équipes. Les Bordelais dans leur maillot blanc possédaient une stature impressionnante. On se montrait les joueurs.

S.B.U.C. : Arrière : Martin – Trois-quarts : Leuvielle, Hunter, Perrens, Bruneau – Demis : Delaye, Tachoires – Avants : Blanchard, Droz, Monier, Thil, Hourdebaigt, Lafitte, Massé, Giaccardy (cap.).

S.T. : Arrière : Séverat – Trois-quarts : Pujol, Fabregat (cap.), Laguionie, Bouey – Demis : Moulines, Dutour – Avants : Tallavignes, Fouchou, Mouniq, Léry, Avéjean, Perrens, Ramondou, Sérisé.

D'emblée les rouges foncent et l'ailier Bouey est projeté en touche in extremis. Les cafouillages se succèdent. Dans l'un d'eux, le sec Massé se glisse et marque un essai pour Bordeaux. Peu après, une charge de Ramondou, le « boulet rouge », le fait écrouler sur la ligne de but.

A la mi-temps, le résultat est indécis. Mais Avéjean, l'immense avant, est sérieusement touché à l'épaule tandis que Bouey a la clavicule cassée, et ça se désarticule. Le jeu scientifique de Bordeaux, sourtout en avants, s'organise et devient effectif ; Toulouse, malgré le courage des Mouniq, Fouchou, etc., ne pouvant plus se défendre.

Il est battu par 17 à zéro.

Le vaincu a le geste. Fabregat et deux camarades se précipitent sur Giaccardy et le ramènent au vestiaire sur leurs épaules. Voilà la noblesse du sport.

La Province s'est affirmée. En équipes inférieures : II : le S.T. bat le S.B.U.C. par 13 à 9 – III : le S.T. bat le S.B.U.C. par 19 à 7 – IV : le S.B.U.C. bat le S.T. par 9 à 5. »

V. L'équipe du Stade Bordelais U.C. championne de France 1911

17Leuvielle (Maurice), né à Saint-Loubès (Gironde) le 28 juin 1881,
- Chimiste, ingénieur agronome
"Débute en 1898 au Bordeaux Université Club et passe avec ses camarades au Stade Bordelais lors de la fusion des deux clubs".

18Bruneau (Maurice), né à Bordeaux le 1er septembre 1883,
- Chimiste (puis ingénieur-chimiste en œnologie).
"Débute aux « Muguets » du lycée de Bordeaux, d'où il passe au Bordeaux-Université-Club. Entre presque aussitôt au Stade Bordelais (1901)".

19Martin (Henri), né le 29 avril 1888,
- Surnuméraire des PTT.
"Entre au S.B.U.C. à l'âge de 15 ans (1903). Joue alternativement pour son club et dans l'équipe du lycée de Bordeaux".

20Monier (Robert), né à Bordeaux le 20 février 1885,
- Négociant, armateur.
"Débute dans l'équipe de football du lycée de La Rochelle". Entre au S.B.U.C. en 1903.

21Conilh de Beyssac (Jacques), né à Caudéran le 12 juin 1890,
- Etudiant en philosophie.
"Débute en 1903, comme avant, dans l'équipe du collège Grand-Lebrun, à Bordeaux. Entré au S.B.U.C. en 1908, à sa sortie de pension".

22Canton (René), né à Caudéran le 10 août 1885,
- Etudiant en médecine.
"Débute en 1902 dans l'équipe du lycée de Pau. Son baccalauréat terminé, revient à Bordeaux et entre au Bordeaux-Etudiant-Club (1905)". "Entre au S.B.U.C. en novembre 1910".

23Perrens (Fernand), né à Bordeaux le 1er mai 1885,
- Docteur en droit.
"Il n'a jamais porté d’autres couleurs que celles du S.B.U.C. où il est entré en 1905".

24Anouilh (Jean), né à Bordeaux le 9 septembre 1884,
- Sous-officier au 57e régiment d'infanterie.
"Débute dans l'équipe du lycée de Bordeaux. Entre au Stade en 1904". A joué d'abord en équipe 1ère d'association.

25Laffitte (Marcel), né à Bordeaux le 10 mai 1880,
- Entrepreneur des Travaux Publics.
"Le doyen de l'équipe bordelaise, dont il a fait partie sans interruption. Au Stade Bordelais depuis 1900". Pratique également l'athlétisme.

26Ihingoué (Daniel), né à Ilharre (Basses-Pyrénées), le 13 janvier 1889,
- Surveillant d'internat au lycée de Bordeaux.
"A débuté en rugby dans l'équipe du lycée de Bayonne". Joue ensuite au Biarritz Stade, au Stade Rochelais puis au S.B.U.C.

27Perrens (André), né à Bordeaux le 1er avril 1887,
- Vétérinaire.
"Débute au lycée de Bordeaux, puis entre au S.B.U.C." Opère d'abord en équipe 3ème puis 2ème. Etudiant, il joue au Véto-Sport Toulousain, puis au Véto-Sport-Stade Toulousain, qui devient le Stade Toulousain. A Paris, il intègre le Racing Club de France et, revenu à Bordeaux, reprend le rugby au S. B. U.C.

28Ströhl (Emile), né en 1892 en Alsace,
- Attaché à l'usine Motobloc, de Bordeaux.
"A débuté à l'Union Athlétique Libournaise. Faisait partie, en 1910, de l'équipe des « Muguets » du lycée de Bordeaux, champion de France interscolaire". Joue depuis au S.B.U.C.

29Pascarel (René), né à Bordeaux le 31 décembre 1888,
- Etudiant en chirurgie dentaire.
"A toujours joué au Stade Bordelais". A opéré successivement dans les équipes 4ème, 3ème, 2ème et 1ère.

30Massé (Alphonse), né à St-Christophe-de-Double (Gironde) en mai 1883,
- Commerçant.
"A débuté très jeune au Club Olympique Bordelais (...), passe ensuite au Sport Athlétique Bordelais". Crossman, athlète et rugbyman. "Entre au Stade Bordelais en 1905".

31Dufau (Julien), né à Biarritz le 16 février 1889,
- Ouvrier d'art.
"A débuté au Biarritz Stade". Finaliste du championnat de France militaire en 1909. Est entré ensuite au Stade Bordelais.

32Jones (O. P.), né en Angleterre en 1893,
- Etudie à Bordeaux le français et le commerce.
"A débuté à Newport où il jouait l'an dernier en équipe 2ème". A évolué au S.B.U.C. en équipe 2ème, puis en 1ère.

33Boyau (Maurice), né à Dax le 8 mai 1888,
- Propriétaire sylviculteur.
"A débuté à l'Union Sportive Dacquoise". Il a également pratiqué le vélo en compétition. "Est entré ensuite au Sport Athlétique Bordelais", en football. "Passe au Stade Bordelais", toujours en football, puis se tourne vers le rugby. Evolue d'abord en équipe 2ème, et 1ère par la suite.

34Priest (W.),
- "Gallois, manager, ex-joueur de l'équipe 1ère de Newport ; au club depuis l’an dernier"...

35Ces informations donnent un utile aperçu du rayonnement géographique de la section de rugby du club. Outre l'effet d'attraction que celle-ci opère au niveau des meilleurs joueurs, constatons qu’elle suppose aussi une solide implantation du rugby dans les clubs voisins et régionaux, scolaires ou civils.

  • 4 WINGER, John R. M. Dr Moyzès (Félix), Liburnia, revue mensuelle illustrée, 1ère année, no 10, sept (...)

36Par la suite, d'anciens Sbucistes vont porter la bonne parole rugbystique en divers lieux. Pascal Laporte (voir document annexe no II) ou le docteur en médecine Félix Moyzès sont de ceux-ci. Ce "footballer préhistorique" découvre le rugby au sein de feu le Sport Athlétique Libournais. Etudiant à Bordeaux, il entre au B.U.C. Champion de France disqualifié avec le S.B.U.C. (1901), on le retrouve plus tard "manager général" du club de La Teste (Gironde). En 1910, il installe son cabinet à Libourne, prend le capitanat de l'équipe de rugby de l'Union Athlétique Libournaise ainsi que la présidence du club4. Moyzès dispute encore quelques matches jusqu'en... 1931 lorsque l'U.A.L. conquiert le titre de champion de France Honneur. On pourrait fournir d'autres illustrations semblables.

37L'implantation du ballon ovale dans la région s'explique également par le dynamisme des équipes sportives constituées dans les lycées et les collèges : les Muguets (Bordeaux), les Genêts (Blaye), les Coquelicots (Pau), qui forment les futurs Sbucistes Thil, Jean et Henri Casamajor, les Epis (Bergerac), les Œillets (Libourne), les Boutons d'Or (Mont-de-Marsan), les Montagnards (Bayonne), la Pyrénéenne (Tarbes), les Glaïeuls (Auch), la Vaillante (La Rochelle), etc. Les sociétés scolaires de l’Académie de Bordeaux ont conservé l'appellation — des noms de fleurs — des Lendistes de la Ligue Girondine d'Education Physique, fondée grâce à l'action déployée par le Docteur Tissié dans les années 1890-93.

Henry HOURSIANGOU, vu par P. Figerou (1912)

38Surnommé « Monsieur H.H. », Rédacteur en Chef du journal Le Sportsman et ancien sociétaire du Stade Bordelais. (Voir p. 77 et p. 100).

39Hoursiangou s'en tient souvent à la ligne de conduite affichée par l'Union dont il est le "porte-parole" bordelais...

VI. Un « Stadiste Bordelais » promis à un brillant avenir : Jules Ladoumègue

40Né à Bordeaux le 10 décembre 1909, Jules Ladoumègue est sans doute l'un des sportifs français les plus populaires de l’Entre-deux-guerres. Très tôt orphelin de mère et de père, il est recueilli par un oncle et une tante, tandis que son frère et sa sœur sont adoptés par d'autres parents, habitant également Bordeaux...

41En sport, il débute au "patro" catholique des Jeunes du Cypressat, à la Bastide, puis à l’Union Athlétique Bordelaise (U.A.B.), implantée dans le même quartier.

  • 5 Témoignage paru dans Le miroir des sports, 7 octobre 1930, p. 290-291.

« Je quittais le patronage comme j'avais quitté l'école. Les courses sur route me tentaient chaque jour davantage »5.

42Le jeune Ladoumègue se classe honorablement dans diverses épreuves de courses réservées aux « professionnels »... Il réalise, à 18 ans, que le sport professionnel, du moins en athlétisme, ne représente rien,

  • 6 LADOUMEGUE, Comment j'ai battu deux records du monde. Paris : Nilsson, 1930 (p. 31-34).

« et qu'enfin les amateurs du Stade Bordelais Université Club ont des avantages plus sûrs » (ibid.) ;
« (...) mes camarades me firent comprendre qu'un « pro » dans le domaine de l'athlétisme était mal considéré, que les compétitions réservées à la catégorie professionnelle étaient peu nombreuses, en un mot que j'avais intérêt à récupérer la blanche hermine dont se pare le véritable amateur.
Deux semaines après le discours je faisais mon entrée au Stade Bordelais. Quelle différence ! La considération générale dont j'étais entouré, l'amitié d'excellents camarades comme Lausseig firent que je ne regrettai pas ma mutation. Et puis quelle gentillesse me témoignaient déjà les dirigeants du vieux lion bordelais ! »6

43Le Stade Bordelais aida discrètement Ladoumègue pour sa « requalification », de manière à ce qu'il puisse verser les 500 francs exigés par la Fédération pour obtenir une licence d'amateur...

« Tandis que je mûrissais ainsi, les dirigeants du Stade Bordelais se mirent à penser au jeune garçon qui courait sur les routes avec tant de succès. Un dimanche matin, au son d'un piano mécanique, je m'initiais au "charleston", quand le patron m'appela. Surpris de recevoir une visite, je devais l'être encore bien davantage lorsque la personne qui m'avait demandé me parla "course à pied". Cet homme avait manifestement un objectif précis, mais il avait aussi une foi athlétique sincère et désintéressée. Il m'expliqua bien des choses que je comprenais mal encore et je l'écoutai avec grand intérêt. Mais lorsqu'il me demanda de courir sur piste, je ne pus que lui répondre :

– Voyez Monsieur Cazeaux.

Pour moi, il n'était pas question de quitter l'U.A.B.

Je n'avais jamais remarqué que ce petit club n'avait ni stade, ni piste. Robert Cazeaux, lui, le savait et en souffrait. 11 savait aussi que l'U.A.B. ne pouvait plus me garder sans gêner et freiner ma carrière. Sur ses conseils j'entrais donc au Stade Bordelais, pour devenir coureur sur piste. Fini, les routes, les arbres, les champs ! Mais en changeant de maillot je n'avais pas changé d'amis.

Le dimanche suivant, dans notre Bastide, le petit club organisa un déjeuner d'adieu pour me remettre une médaille en or, gravée à mes initiales ; certains membres avaient raclé le fond de leurs poches pour être de la fête. J'ai gardé la médaille. J'ai surtout gardé le souvenir de ces amis sincères et dévoués.

Habillé de blanc, avec le lion noir sur fond jaune, j'étais maintenant du Stade Bordelais. Qu'allais-je y faire ? La piste aillait-elle m'apprivoiser malgré mes idées premières ? Je n'eus pas le temps de réfléchir : je fus très vite jeté en pâture aux meilleurs spécialistes du demi-fond sur piste.

C'est au Bouscat, à Sainte-Germaine exactement, que je fis mes débuts dans une épreuve de 1 500 mètres. Complètement abasourdi par le haut-parleur qui réclamait toujours quelque chose, je voyais des gens entrer et sortir du vestiaire, surexcités ou déprimés. Les cris du public y parvenaient à intervalles réguliers.

Ce fut mon tour. En avant, petit... On va voir ce que tu sais faire... Je fis tout très mal. Revenu au vestiaire sans bien comprendre ce qui m'était arrivé, je n'avais de pensée que pour les routes, les arbres, la poussière, les bicyclettes qui m'encadraient. J'eus beaucoup de peine et ce n’est certes pas ce jour-là que j'appris à aimer la piste.

Malgré ces débuts peu prometteurs, les dirigeants du Stade Bordelais surent entretenir en moi la flamme athlétique. Ils surent me protéger contre les défaillances et contre les moqueries. Plusieurs fois ils me remirent sur le métier, en ayant soin de ménager ma sensibilité. J'eus beaucoup de mal à m'adapter et je fis faire beaucoup de mauvais sang à ceux qui conservaient leur confiance en moi.

Mon style "kangourou" était primaire. Mon pied, accoutumé au macadam, devait trouver son assise sur l'herbe ; il fallait patienter : mes défauts seraient corrigés et mes qualités développées.

Sélectionné pour Paris sur 1 500 et sur 5 000 mètres, j'étais fou à l'idée que j'allais connaître Colombes, que j'allais voir Guillemot. Peut-être allais-je même courir à côté de lui !

Lorsque j'aperçus Colombes, je pensai immédiatement à Nurmi, à sa photo, à mon changement d'orientation. Je me sentis écrasé par les grandes tribunes. La piste rose me fit peur. Colombes... Pour moi, ce fut comme la Tour Eiffel pour les autres. Je n'avais pas les yeux assez grands pour voir tout ce que je voulais, tout ce que j'avais envie de connaître. Partout, je cherchais Guillemot et, lorsque je l'aperçus, j'eus envie de l'embrasser : Joseph Guillemot... Le bonhomme n'était pas grand, mais. Dieu, qu'il le paraissait ! Sa vitalité étonnante lui donnait de la puissance.

Les dirigeants bordelais m'engagèrent dans le 5 000 mètres que Norland gagna devant Guillemot. J'avais suivi ce dernier plus par admiration que par envie de courir contre lui, et je crois que si Guillemot était arrivé 11e, je serais arrivé 12e.

En terminant 3e, j'étais, à mon insu, devenu "international". Je devais représenter la France à Bâle, au cours d'un championnat qui marquait la reprise des relations sportives entre la France et l'Allemagne.

La rapidité avec laquelle je gravissais les échelons bousculait ma vie. Paris... Bâle... Tant d'engagements m'obligeaient à demander souvent des congés à mon patron. Il ne me les refusait pas, mais la décence me défendait d'abuser d'un homme qui, au fond, était étranger à mon sort. Je le quittai donc pour entretenir, avec moins de scrupules, la propriété de mon président de club ; je perfectionnai ainsi tout ensemble mon métier et mon sport.

(Ladoumègue, horticulteur de son état, fait allusion au domaine de Peixotto, situé à Talence, qui appartient au Président Edouard de Luze).

Au match France-Allemagne-Suisse, disputé à Bâle, j'arrivai troisième sur le 5 000 derrière Guillemot encore. Avec fierté, mais aussi avec crainte, je devenais un athlète international.

Au retour de Bâle, je fus appelé sous les drapeaux, la longueur démesurée de mes jambes n'ayant pas été un motif de réforme.

Après avoir fait mes classes à Marennes, au 144e R. I., je revins à Bordeaux, caserne de Xaintrailles, où je remportai le championnat militaire du Sud-Ouest.

Je n'en continuai pas moins à courir les épreuves officielles du Stade Bordelais. Après les grandes manœuvres qui avaient coupé une saison sportive, j'éprouvais quelque difficulté à retrouver ma forme.

Les premiers cross me surprirent. Je remportai pourtant le championnat du Sud-Ouest et les Interrégionales de cross, sur l'hippodrome de Talence, devant Lahitte, Dartigues et Mauriès.

Dartigues et Mauriès étaient venus à leur tour renforcer les rangs du Stade Bordelais. Nous devenions un danger pour les grandes équipes parisiennes : en effet, cette même année, nous étions champions de France de cross par équipes. Ce résultat suscita de nombreux commentaires mais il fallut admettre que notre équipe était la plus forte.

Ce jour-là, mes chances de vaincre individuellement s'envolèrent dans le dernier quart du parcours. Ayant mené durant une grande partie de la course, j'avais été plus malchanceux que présomptueux. Il était dans mes habitudes de risquer ma chance, dès le départ, et de réussir sans défaillance. Terminant huitième, je ne fus qu'un bon équipier, sans plus. Lahitte, premier Bordelais, était quatrième. Dartigues, Boué, Mauriès, parfaitement groupés, firent si bien que nous ramenâmes à Bordeaux le titre envié de Champions de France.

A peine étais-je remis des fêtes et des réceptions qui avaient accompagné notre retour, qu'il me fallut reprendre le train et, cette fois, le bateau pour aller à Newport, au Pays de Galles, disputer mon premier (et dernier) cross des Cinq Nations. Je ne fus pas brillant. Terminant 22e, j'eus encore la chance d'être de l'équipe qui ramena en France le bouclier aux cinq insignes. (...)

L'année 1927 m'apporta pourtant ma part de récompenses. International sur piste et en cross, j'avais eu l'honneur de représenter mon pays et mon sport à l'étranger. J'aurais voulu le faire avec plus de brio. J'avais vingt ans. Malgré mon impatience, j'étais prêt à ne rien brusquer.

Pour l'instant, je partageais, avec les copains, les amusements et les ennuis de la vie de caserne. (...)

Dans le Sud-Ouest, les sections athlétiques de chaque club se préparaient. Les résultats obtenus par le Stade Bordelais et ses coureurs avaient ranimé une certaine flamme. La saison de piste s'annonçait donc passionnante.

Un dimanche d'avril, le Stade Français vint avec une forte équipe d'athlètes donner la réplique au Stade Bordelais. Cette rencontre avait amené beaucoup de monde. J'avais été désigné pour courir le l 500 mètres et je devais y rencontrer Sourdin, champion de France. Je pulvérisai le record régional, battis nettement Sourdin, et réalisai 4' 4". Ce temps, accompli sur piste d'herbe, me classait sur-le-champ comme espoir de la distance...

Je fus le premier surpris. Cette victoire, qui aurait dû m'apporter à cette époque le maximum de joie, vint bouleverser ma vie : ignorant tout de l'attention que mes succès avaient provoquée, j'assistais (à la caserne) au rapport, espérant que sa lecture serait rapide et que, très vite, je pourrais gambader vers les cuisines, lorsqu'une phrase me fit soudain dresser l'oreille : "Le caporal Ladoumègue devra, dans le plus bref délai, rejoindre le Centre de Joinville ; il aura à cet effet, etc" (...)

En compagnie de mon ami et équipier Georges Boué, sous-officier d'aviation, je fis mon entrée à l'Ecole, par une journée ensoleillée. Je fus d'abord surpris par l'aspect vieillot du décor. Très vite, je m'aperçus que la vérité était à l'extérieur. Le stade, le volley-ball, le terrain de basket, le magnifique gymnase... autant de découvertes qui vinrent faciliter et adoucir mon adaptation. (...)

Je suis resté un grand admirateur de l'Ecole de Joinville. Je n'irai pas jusqu'à dire que, sans elle, le sport français aurait été inexistant ; mais je crois que l'amitié qu'on y rencontrait et l'éducation qu'on y pratiquait établissaient un lien entre les générations qui s'y succédaient.

Les méthodes employées étaient naturelles, directes ; dans les conseils, les exemples, les corrections, les recherches sportives, on retrouvait le même désintéressement et la même sincérité. L'éducation et la rééducation s'y conjugaient sans aucune contrainte et surtout, sans aucune vexation. Chacun y gardait sa personnalité... A travers l'histoire sportive de notre pays, l'exemple de Joinville aurait dû demeurer ; peut-être aurait-on épargné ainsi bien des erreurs au sport français.

Pendant mon séjour à Joinville, je fis la connaissance de Poulenard, qui venait souvent voir Martin, son poulain.

J'étais souvent invité à des déjeuners sympathiques au Stade Français, ce qui me changeait de ma routine quotidienne.

Un soir, sur le vétuste Stade Pershing, voisin de l'école, je courus seul un 2 000 au chrono. Je battis sans le faire exprès le record de France. J'étais très ennuyé, car ce record appartenait à Guillemot, que j'aimais beaucoup. Mais telle est la dure loi du sport.

Pour un coup d'essai, je fis un coup de maître : je devins recordman de France du 2 000 mètres en 5' 30", l'ancien record étant de 5' 34" 8/10. Profitant de l'élan, je m'attaquai au record du 3 000 mètres que Guillemot détenait aussi, avec 8' 42" 2/10. Sur la piste de Colombes, un soir, je fis 8' 40". J'avais donc deux records de France et la fierté de marcher sur les traces de Guillemot.

  • 7 Témoignage tiré de l'ouvrage de Jules LADOUMEGUE : Dans ma foulée. Paris : Amiot-Dumont, 1955 (p.  (...)

J'allais être démobilisé. Les Jeux olympiques approchaient. La sagesse voulait que je reste à Paris. C'est un peu pour cela que je devins "Stadiste". (C'est-à-dire sociétaire du Stade Français)7 ».

Notes

1 Article paru dans la presse spécialisée de l'U.S.F.S.A. (Les sports athlétiques ?) en octobre 1895.

2 D'après l'enquête conduite par Jean Rachou, le Foot-ball rugby et ses accidents, thèse pour le doctorat en médecine, Bordeaux, 1905 (p. 47 et suiv.). Ancien joueur du B.U.C., partisan de la fusion avec le S.B., "excommunié" par les Bécistes de Fournial, Rachou n'a pas jugé utile de mentionner l'équipe du B.E.C. qui compte tout de même 45 joueurs en 1905...

3 VOIVENEL, P. Op. cit., p. 108-110.

4 WINGER, John R. M. Dr Moyzès (Félix), Liburnia, revue mensuelle illustrée, 1ère année, no 10, septembre 1910, p. 11.

5 Témoignage paru dans Le miroir des sports, 7 octobre 1930, p. 290-291.

6 LADOUMEGUE, Comment j'ai battu deux records du monde. Paris : Nilsson, 1930 (p. 31-34).

7 Témoignage tiré de l'ouvrage de Jules LADOUMEGUE : Dans ma foulée. Paris : Amiot-Dumont, 1955 (p. 42-51). Pour ce livre, l'auteur a été lauréat du Prix de littérature sportive 1956 (Ministère de l'Education Nationale).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Maurice MARTIN et HERBERT, vus par P. Figerou (1912)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Henry HOURSIANGOU, vu par P. Figerou (1912)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15975/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search