Version classiqueVersion mobile

Histoire du sport en France

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. La naissance et le développement du stade bordelais (1889-1900)

La naissance et le développement du Stade Bordelais (1889-1900)

Texte intégral

1A la fin du siècle dernier, le fait sportif, tel qu'il s'organise en particulier autour des sports athlétiques, reste relativement confidentiel et mal connu du grand public. D'une certaine façon, Bordeaux n'échappe pas à ce constat.

  • 1 BALDE, Jean (1885-1938). La maison au bord du fleuve. Souvenirs bordelais. Bordeaux : Ed. Delmas, 1 (...)

2Lorsque l'écrivain Jean Balde (pseudonyme de Jeanne Alleman) livre ses "souvenirs bordelais", un chapitre entier est consacré au sport1. En fait, il s'agit essentiellement de vélocipédie, de bicycles et de compétitions cyclistes, d'automobile, du Bordeaux mondain des rendez-vous hippiques ou de l'évocation du distingué M. Méaudre de Lapouyade jouant les hercules au cirque d'amateurs... Dans ce précieux témoignage du Bordeaux des années 1895-1905, rien n'annonce véritablement les transformations qui sont en train de s'opérer au sein du monde sportif.

  • 2 Cette "grande enquête", qui couvre l’ensemble du territoire national, est publiée l’année suivante, (...)

3La presse spécialisée accorde essentiellement ses faveurs à la vélocipédie. Le journaliste-écrivain Maurice Martin conduit une "grande enquête sportive" pour le journal Le Vélo, publiée sous forme d'articles entre le 5 mars 1897 et le 19 mars 18982. Bordeaux et la Gironde font l'objet de la première enquête "locale" (mars 1897). Les sports athlétiques sont brièvement évoqués. L'auteur insiste cependant sur le développement probable de ce domaine des sports. "Mais ce que le gros public ignore encore à Bordeaux, il l'apprendra bientôt sans doute grâce aux deux vaillantes sociétés locales le Stade Bordelais fondé en 1889 et le Sport Athlétique Bordelais fondé en 1892"...

4Les sports que sont l'athlétisme, le football-rugby et le football-association ne contribuent pas encore à l'animation de la cité girondine.

I. 18 JUILLET 1889 : LA FONDATION DU STADE BORDELAIS

  • 3 Il s'agit de la liasse 1 R 110. Dans les fonds déposés aux Archives Départementales, les sociétés s (...)

5La notice "officielle" du Club (publiée en 1957, Guérin et al, p. 876) situe très précisément la fondation de celui-ci le 18 juillet 1889... Pourtant, si l'on en juge par les pièces conservées aux Archives Départementales3, l'existence du Club remonte au mois d'octobre 1890. En fait, la création du Stade Bordelais s'est opérée d'une manière analogue à celle du Racing Club de France ou du Stade Français, en deux temps : annonce de la fondation de la société d'abord (en juillet 1889), légalisation quelques mois plus tard (en septembre-octobre 1890).

Les statuts de la Société sportive

6Une lettre du Préfet adressée au Maire de Bordeaux précise :

« J'ai l'honneur de vous adresser, sous ce pli, ampliation d'un arrêté par lequel j'autorise la formation à Bordeaux d'une société dite "Stade Bordelais" (...) Les statuts de cette société sont convenablement établis » (Lettre du 17 octobre 1890, A.D. 1 R 110).

7Quelques semaines auparavant, deux des principaux responsables du "Comité" de la société sportive naissante avaient adressé au Préfet de la Gironde les projets de statuts du « Stade Bordelais », de façon à obtenir l'autorisation préfectorale sanctionnant l'existence légale et juridique du club (lettre du 3 septembre 1890, ibid.).

8Les objectifs de la société sportive sont précisés dans l'article 1er.

  • 1 Les texte cités en italiques sont à l’origine des textes manuscrits.

1 « L’association du « Stade Bordelais » de la ville de Bordeaux, fondée le … a pour but de développer les forces physiques et de préparer les jeunes gens au service militaire, par des marches, des courses à pied et des exercices de tir.
Le siège social est rue Arnaud Miqueu n
o 32 bis et peut être transféré en tout autre lieu si les besoins l’exigent ».

(Extrait de l’article 1er).

9Dès réception, le Préfet adresse au Maire de Bordeaux une lettre dans laquelle il précise :

« M. le Maire de Bordeaux,
J'ai l'honneur de vous communiquer, sous ce pli, avec une demande d'autorisation, les statuts d'une société en voie de formation à Bordeaux sous la dénomination de "Stade Bordelais" » (...)
(Lettre du 4 septembre 1890).

  • 4 Il n en reste pas moins sûr que l'existence du Stade Bordelais est établie dès cette époque. Il exi (...)

10Une telle précision ne saurait s'appliquer à une société supposée promouvoir régulièrement la pratique des sports depuis le mois de juillet de l'année précédente4. Il s'agit bien de la procédure officielle qui va permettre la reconnaissance légale et réglementaire de la société sportive. Auparavant, l'association, dont la création a été proclamée pendant l'été 1889, n'a probablement pas eu d'activités sportives soutenues. L'année qui suit est visiblement plus constructive.

11On remarque qu'aucune date ne figure sur le projet de statuts — manuscrit — conservé aux Archives Départementales. La demande d’autorisation est signée par Gustave Barbe, "président du Comité" du Stade Bordelais et par Etienne Billorot, secrétaire général. Entre-temps, l'autorité préfectorale a demandé une enquête de police détaillée portant sur la soixantaine de membres fondateurs et d'adhérents que regroupe la société (voir document annexe no I, p. 167). La plupart de ces fiches se trouvent aujourd'hui aux Archives Départementales. Elles sont datées du 17 septembre 1890, et portent chacune la mention "membre fondateur d’une nouvelle société « Stade Bordelais »".

Quelques membres fondateurs du club

12Nous apprenons ainsi que Gustave Barbe, membre fondateur, est âgé de 23 ans, célibataire, employé de commerce, domicilié rue Sainte-Catherine. « Le sieur Barbe a reçu une bonne instruction primaire », précise le rapport du commissaire de police... Quant à Etienne Billorot, on peut lire qu'il a 25 ans et qu'il est employé à la Régie. Il vit à Bordeaux, dans un meublé, en concubinage et il est père d'un petit enfant. « En dehors de cette situation irrégulière, Billorot, qui ne s'occupe pas de politique, n'a été l'objet d'aucune remarque défavorable », tient à préciser le commissaire de police.

  • 5 Cette autorisation de police ne conférait pas à l’association la personnalité qui ne pouvait résult (...)

13Le détail et la précision des renseignements recueillis par les services de police ne peuvent pas manquer d'étonner le lecteur d’aujourd'hui. Rappelons qu'à cette époque, le droit commun des associations se trouve encore constitué par les articles 291 et suivants du code pénal, modifiés et aggravés par la loi du 1er avril 1891 (postérieure à la fondation du « Stade »), aux termes desquels toute association de plus de vingt membres est illicite, si elle est formée sans avoir obtenu l'autorisation du Préfet5. En conséquence, il est peu probable qu'une réelle société de sports athlétiques ait pu se maintenir, de juillet 1889 à octobre 1890, sans existence légale. Il ne fait pas de doute cependant que la demande de reconnaissance légale, effectuée à l'automne 1890, vient simplement officialiser l'existence d'une société sportive déjà constituée. On ne réunit pas en quelques semaines une soixantaine de personnes qui ont déjà accordé leur entière confiance à un premier "comité directeur". En fait, les activités du premier Stade Bordelais ont été couvertes, au regard de la loi, et pour quelques mois, par le statut officiel des associations de quartiers implantées dans la ville. Ce point est repris plus loin.

14Toutefois, à la fin du XIXème siècle, les associations connaissent un développement grandissant dans divers domaines. Les sociétés sportives, comme celles de tir et de gymnastique, sont, avant la loi de 1901, l'objet de dispositions favorables que le Ministre de la Guerre a édictées à leur égard par voie soit d'instructions soit de circulaires.

15C'est ainsi que l'article 1er des statuts du futur Stade Bordelais insiste sur le développement des forces physiques ainsi que sur la préparation au service militaire « par les marches, les courses à pied et les exercices de tir ». Il s'agit de manifester un patriotisme indéfectible.

16En 1890, la composition du Bureau du Stade Bordelais est la suivante :

Composition du Bureau

Commissaires (membres du Comité)

- Barbe Gustave : Président employé de commerce, 23 ans

- Castillon Yves
garçon épicier, 19 ans

- Feleton Georges, Vice-président employé de commerce, 21 ans

- Petit Victor
employé de commerce, 18 ans

- Billorot Etienne, Secrétaire général employé à la régie, 25 ans

- Morin Léopold
 ?

- Imbourg Jules, Trésorier employé de commerce, 26 ans

- Boutges Martial
 ?

- Léon, Secrétaire adjoint
 ?

- Guibert Maurice
commis de magasin, 21 ans

- Bréau Auguste, Trésorier adjoint clerc d'avoué, 18 ans

- Bargues Ernest
employé de commerce, 26 ans

17La composition sociale du premier Bureau du « Stade Bordelais », tout comme celle des membres fondateurs de la société, montre la large majorité des employés, et plus encore des employés de commerce.

  • 6 Cette appellation est probablement inspirée de celle du Stade Français (Paris). De même, le Racing (...)

18D'après les pièces consultables et autres documents conservés aux Archives Départementales de la Gironde, il apparaît que la société de sports athlétiques dite « Stade Bordelais »6 est fondée le 18 juillet 1889, puis légalisée en septembre-octobre 1890, par des jeunes gens, célibataires pour la très grande majorité, appartenant au "monde" des employés de commerce et ne bénéficiant visiblement d'aucun patronage officiel ou notabiliaire.

II. LA LÉGALISATION DU STADE BORDELAIS (OCTOBRE 1890)

  • 7 Cette Union est fondée le 31 janvier 1889. Elle succède à l’éphémère Union des Sociétés françaises (...)

19Bien plus tard, à partir du mois de décembre 1939, des témoins de l'époque héroïque du Stade Bordelais rassemblent leurs souvenirs. Le club vient d'avoir un demi-siècle d'existence. Ils ont pour nom Henri Délias, André Cassagnau, Octave Bardet... Ecoutons ce dernier, qui fut membre de la société de courses à pied dénommée « Stade Bordelais » dès 1889. Il a même participé aux premières compétitions. Quelques années plus tard, il prend des responsabilités dans le cadre du club et on le retrouve membre du Comité du Sud-Ouest de l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (U.S.F.S.A.)7.

« Donc, en 1889, quelques jeunes gens pensèrent que faire du sport devait être chose agréable et profitable à leur santé ; ils se groupèrent, choisirent leurs dirigeants, qui élaborèrent les statuts d'une société qu'ils titrèrent de « Stade Bordelais », et en octobre de cette année-là, son officialité était chose accomplie.

Je vous dirais qu'à la même époque, une société plus fermée existait à Bordeaux, elle s'appelait « Amis Jeunesse », ses éléments étaient plus sélectionnés que ceux du Stade Bordelais, qui avait recruté son effectif sans aucune sévérité.

A « Amis Jeunesse », tout au contraire, on n'y entrait qu'avec références et le sport, il n'y en avait que deux : la course à pied et l'escrime, ce dernier était pratiqué dans la salle arrière d'un petit Café de la rue Capdeville, depuis longtemps disparu ; le sport, dis-je, y était compris avec une plus saine compréhension de son but.

Il y eut donc, comme il fallait s'y attendre, une rivalité aiguë entre les deux sociétés et je me souviens que le 14 juillet 1890, le comité des fêtes de la place Simiot nous ayant invité à participer à un programme sportif destiné à corser les fêtes populaires de ce quartier, le match de course à pied se termina à l'avantage de cette dernière société, car il y eut, dans les diverses épreuves, plus de vainqueurs portant le maillot bleu d'Amis-Jeunesse que ceux revêtus de la chemise rouge aux flots de ruban sur l'épaule, du Stade.

  • 8 Témoignage d'Octave Bardet paru dans le journal mensuel Le SBUC, no 10, octobre 1940.

A propos de ces flots de rubans nous étions du clan adverse à trouver que cet ornement était quelque peu cabotin ».8

  • 9 HAZERA, Brigitte. Les loisirs des Bordelais à la Belle Epoque (1880-1914). D.E.S. sous la direction (...)

20Octave Bardet fait allusion à la Société des Jeunes Amis, fondée en 1874. Dès cette époque, "les jeunes commencent à se grouper dans le but de distraire leur famille et de se distraire", en organisant bals, soirées, spectacles, note Brigitte Hazera, à propos de cette société9. Une quinzaine d'années plus tard, le sport vient modifier très sensiblement le programme d'activités de ce genre de groupement. Les mentalités ont évolué. Le témoignage de Bardet en est une vivante illustration. La mention des flots de rubans témoigne d'un emprunt au monde du turf où ces étoffes désignent la valeur des chevaux. Cet usage est également répandu dans les compétitions de vélocipédie.

  • 10 Norbert Duffort montre que plusieurs dizaines d'associations de quartier se mettent en place à Bord (...)

21Une société dite « Stade Bordelais » existait-elle en 1889-90 ? Le propos de Bardet en atteste. Le Stade a bien vu le jour en 1889. La société a disputé quelques épreuves de courses pédestres, comme le signale Bardet, sans qu'on sache aujourd'hui quel pouvait être exactement son statut officiel. Cependant, la mention d'un " 14 juillet 1890", par notre témoin, incite à penser que les premières activités du Stade Bordelais se sont inscrites épisodiquement dans le programme de quelques fêtes des comités de quartiers. Le Centenaire de la Révolution Française a été particulièrement mobilisateur. La date de création qui figure dans les sources historiques classiques (18 juillet 1989) et la date de légalisation mentionnée sur les documents conservés aux Archives Départementales (octobre 1890) s'accordent sans peine10.

L'euphorie d'un 14 juillet sportif

22Le Stade Bordelais a vu le jour le 14 juillet 1889, à l'occasion d’un programme de distractions proposées par quelque comité de quartier. Un groupe de jeunes gens rassemblés pour la circonstance sous l'appellation de « Stade Bordelais » a donné le change à d'autres jeunes. Fiers de leur invention et de leurs prouesses sportives, ces premiers "Stadistes" ont tenu, le 18 juillet suivant, à proclamer l'existence officielle du Stade Bordelais. Pour la postérité ! Ils ont pu renouveler leurs exploits sportifs, un an plus tard, le 14 juillet 1890.

23Des jeunes gens ont décidé en juillet 1889 de fonder une société sportive et, un an plus tard, de lui donner une existence légale et autonome auprès des services de la Préfecture. La démarche ainsi reconstituée et la chronologie des faits correspondent exactement au dossier consultable aux Archives Départementales : une société composée presque exclusivement de jeunes gens célibataires, âgés en moyenne de 16 à 28 ans, exerçant pour la plupart des métiers de commis, d'employés de commerce et, plus rarement, d'ouvriers artisans...

24Deux ou trois membres fondateurs seulement exercent une profession plus lucrative. Toutefois, leur niveau d'instruction se borne à « une bonne instruction primaire », si bien que le commissaire de police prend soin de noter, au sujet d'un des membres fondateurs : « c'est un ancien élève de l'école supérieure de commerce et d'industrie de notre ville ». Celui-là fait presque figure d'exception.

  • 11 A tel point d'ailleurs que nous ne retrouvons aucun des noms de membres-fondateurs, qui figurent su (...)

25Délias, Bardet et Cassagnau interrogent leur mémoire, lorsque le S.B.U.C. envisage de publier un journal mensuel, à partir de 1939. Le club vient de fêter cinquante ans d'existence et les pionniers du « Stade » sont de distingués septuagénaires. Aucun d'eux, cependant, n'est véritablement un témoin de la première heure. Il en est de même pour les noms de "stadistes" qu'ils mentionnent. Tous ces acteurs sportifs de l'époque héroïque du Stade Bordelais n'ont pas connu, sinon de manière épisodique, les débuts véritables du club. Ils ne figurent pas sur la liste des membres-fondateurs ni dans la série de fiches de police dont nous avons déjà parlé. Ils ont adhéré à la société sportive autour de 1892, contribuant d'ailleurs à modifier sensiblement le niveau social de son recrutement. A ce moment-là, les membres-fondateurs vont cesser de fréquenter le club ou l'ont déjà quitté11.

26Cette séquence chronologique (juillet 1889-juillet 1892) marque une première étape dans l'essor du club. Le regroupement de la première génération de sociétaires s'opère autour du registre de l'expression : manifestation statutaire d'une classe d'âge, expressivité culturelle fondée sur la course à pied et des fêtes de quartier... La réunion de ce groupe de jeunes gens se satisfait d'une communication interne, d'une organisation minimale et de "compétitions" sportives épisodiques, sans réelle projection dans l'avenir.

Premier effort de réorganisation

27Octave Bardet, négociant en vins de son état, relate à sa manière cet épisode qui marque une transformation radicale dans la composition sociale des membres du club.

« La réforme de l'équipement n'était pas notre seule préoccupation. Le Stade Bordelais avait besoin d'une restructuration. Nous nous y attelâmes.
Nous nous débarrassions de certains éléments douteux et nous recrutâmes des membres présentant des garanties morales de précieuse qualité ».
(Ibid.)

28Quand on songe à la redoutable précision des rapports de police dressés sur les différents membres du club, y compris sans doute durant la période probatoire des années 1890, 91 et 92, il semble que le propos de notre témoin soit très exagéré. L’intégrité morale des premiers stadistes ne saurait être mise en doute. En fait, il s'agit bel et bien d'une mutation sociale (et sociologique) qui s'opère dans le club, à l'instigation de quelques nouveaux membres influents. Le "renouvellement" de la première génération s'accompagne d'une évolution dans le recrutement du club. On peut penser aussi que le changement de situation matrimoniale des premiers adhérents, de jeune célibataire à jeune marié, explique pour une part la désaffection des anciens membres et le renouvellement de l'effectif des Stadistes. Notons aussi que la loi en vigueur à l'époque exige la présence de plusieurs personnes majeures dans la composition du comité de toute société. Cette obligation a peut-être eu quelque influence sur l'évolution du club.

  • 12 Ceci explique la relative discrétion des témoignages et des notices historiques, faisant autorité, (...)
  • 13 A cet égard, un groupe de jeunes scolaires (?), s'adonnant à la course à pied, auquel appartenait B (...)

29Que faut-il retenir de cette première période du Stade Bordelais ? Notons d'abord que des stadistes comme Octave Bardet ne sont pas directement des témoins de la première heure, si ce n'est de façon très ponctuelle. Ils racontent à leur façon le changement d'attitude qui va présider désormais au recrutement des sociétaires du Stade. Ils paraissent ignorer le rôle et la présidence de Gustave Barbe12 — qu'ils n'ont pas connu — et quelqu'un comme Bardet narre des souvenirs de jeunesse et de courses à pied13, les mêlant d'une manière pour le moins discutable avec les débuts officiels du Stade Bordelais...

30Au bout de quelques temps, le Stade Bordelais subit une transformation radicale. Bardet et les siens considèrent, et probablement ajuste titre, que l'avenir du club repose sur des bases encore trop fragiles. En clair, il s'agit de permettre à la jeune société de prospérer en la dotant de la meilleure organisation possible. Le fait est sans doute caractéristique des premières sociétés devenues célèbres par la suite grâce à leurs exploits sportifs. Moins prévoyantes, les autres ont rapidement disparu pour sombrer dans l'oubli. D’ailleurs Georges Bourdon signale une étape analogue franchie par le Racing Club de France à ses débuts. C'est au bout de deux ans d'existence que le club parisien dispose vraiment d'« une base méthodique ». Et l'auteur de conclure : « On peut dire que, s’il fut fondé en 1882, il fut recréé en 1884 » (cit. p. 64). L'étape fondatrice, franchie en deux temps par le Stade Bordelais, n'a rien d'exceptionnel. L'histoire ancienne d'autres sociétés sportives prestigieuses montre une structuration analogue.

Des jeunes sportifs assez peu fortunés

31Les fondateurs du Stade Bordelais sont dans l'ensemble d’une origine sociale assez modeste. Le fait mérite d'être souligné car il va à l'encontre des idées reçues ! Le sport n'est pas systématiquement inventé par la jeunesse des classes sociales les plus aisées. La réalité socio-historique du sport ne saurait être ramenée à des schématisations trop sommaires...

  • 14 DUPEUX, Georges. Le monde des employés, op. cit., p. 432-434.
  • 15 Encore que la fondation officielle du Golf-Club-Bordelais ne date que du 6 juin 1900.

32Insistons également sur le rôle décisif tenu par les employés de commerce dans la fondation du Stade Bordelais. Le constat s'accorde bien avec l’analyse proposée par Georges Dupeux sur « le monde des employés »14. Selon l'auteur, cette catégorie sociale témoigne d'une volonté de se différencier, dans son comportement, des ouvriers et autres catégories d'employés. A cet égard, l'activité sportive (vélocipédie, courses à pied...), qu'ils investissent, rompt nettement avec le "monde" de la gymnastique et du tir, proposés dans des sociétés au recrutement plus populaire. Pour autant, il ne s'agit pas d’imiter les sports plus aristocratiques (rowing, voile, escrime, lawn-tennis, golf peut-être15...) des élites bordelaises. Georges Dupeux montre également que, de façon plus générale, les employés se mobilisent fermement « pour le règlement d’une question qui leur tient à cœur : celle du repos hebdomadaire » (op. cit., p. 433). Le goût manifesté pour le sport s'inscrit dans le prolongement logique de cette revendication.

33De plus, la transformation que connaît le Stade Bordelais entre 1889 et 1892 correspond à une mutation de sociabilité, selon une expression empruntée à l'historien Maurice Agulhon. Le "Stade Bordelais" se structure en 1889 selon les caractéristiques d’une "société de jeunesse". Ce phénomène de générations, qui illustre la transformation de la société locale, est révélé par l’associationnisme : individualisation d’une classe d’âge, choix de la formule du cercle masculin de loisir, relative homogénéité du recrutement social... Deux ou trois ans plus tard, vers 1891-92, la recherche d'un mode d’organisation conforme au modèle associatif défini par l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques se traduit au sein du Stade Bordelais par une brusque mutation de sociabilité.

III. A LA RECHERCHE D'UNE LÉGITIMITÉ PUBLIQUE (1892-1893)

34Le changement dans le recrutement social du club inaugure une deuxième étape dans la structuration du Stade Bordelais. Celui-ci, en 1892-93, porte Eugène Dabezies à la présidence. L’arrivée à Bordeaux d'un sociétaire du Stade Français va précipiter cette évolution. Mais, redonnons la parole à Octave Bardet.

« Lorsque, en 1892, arriva à Bordeaux le Stadiste Français A. Mangeot, il estima que le Stade Bordelais devait devenir une image provinciale du Stade Français et qu'il y avait lieu de lui imprégner une plus saine compréhension de ce que devait être le vrai sport »
(O. Bardet, ibid.).

35C'est sans doute dès ce moment-là que le Stade Bordelais envisage d'utiliser du mieux possible son affiliation à l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques. On sait par une liste publiée dans le journal de l'U.S.F.S.A. : Les Sports Athlétiques, daté du 3 janvier 1891, que le club bordelais est déjà affilié à l’Union depuis 1890. E. Billerot y est d'ailleurs mentionné comme secrétaire du Stade.

36Une seconde ère s'ouvre pour le Stade Bordelais, engloutissant dans les ténèbres de l'oubli le rôle décisif joué par les véritables fondateurs. On ne prête qu'aux riches ! Mangeot est élu secrétaire du club à l'automne 1892. A l'exemple du Stade Français et de l'U.S.F.S.A., il va s'employer à asseoir la notoriété de la société en sollicitant un parrainage du club par les autorités publiques constituées. Quatre lettres d'A. Mangeol (datées des 7, 10, 22 et 25 novembre 1892), secrétaire de l'« association du Stade Bordelais », sont conservées aux Archives Départementales. Elles confirment que les nouveaux responsables du S.B. sont à la recherche d'une reconnaissance publique.

L'intervention de pierre de Coubertin

  • 16 De Crisenoy n'est autre que l'oncle du baron Pierre de Coubertin, Secrétaire Général de l'Union des (...)

37La lettre du 7 novembre, à l'en-tête de l’Association du Stade Bordelais-Sports athlétiques", est adressée par Mangeot, 32, rue de Fleurus, à Monsieur Berniquet, Préfet de la Gironde. Il s'agit d'une demande d'audience qui a été préparée par une lettre de recommandation de M. de Crisenoy16.

« Monsieur le Préfet,
Je reçois par l'intermédiaire de M. de Coubertin la réponse que vous avez adressée à M. de Crisenoy et dans laquelle vous manifestez votre bonne volonté à l'égard du Stade Bordelais.
C'est pourquoi je prends la liberté de vous demander de me fixer le jour et l'heure à laquelle vous pourrez me recevoir afin de vous exposer le but de notre Association.
Vous remerciant d'avance de l'intérêt que vous voulez bien nous porter, je vous prie d'agréer, Monsieur le Préfet, l'assurance de mes sentiments très distingués.
A. Mangeot,
Secrétaire 32,
rue de Fleurus
(A.D.,
série 1 R 110).

38Déjà le baron de Coubertin a adressé une lettre au Préfet de la Gironde pour qu'il accepte de bien vouloir figurer parmi les membres d'honneur du Stade Bordelais.

  • 17 C'est d'ailleurs à l'occasion de ce jubilé de l'Union que Pierre de Coubertin propose le « rétablis (...)

39A cette lettre est joint le Programme des Fêtes du Cinquième anniversaire de l’Union (A.D., série 1 R 110) qui doivent se dérouler à Paris à la fin du mois de novembre. Le patronage public est des plus prestigieux17. Dans sa lettre, le Secrétaire Général de l'U.S.F.S.A. insiste sur la nécessité, pour une société telle que le Stade Bordelais, de trouver auprès du Préfet « appui et protection quand elle organisera ses concours ».

« La question des terrains est la plus importante pour nos sociétés. Celle-ci est tolérée en ce moment au Parc-Bordelais mais elle cherche à s'établir d'une manière plus indépendante et plus stable ».

40Comme on peut le constater, P. de Coubertin est parfaitement tenu au courant — grâce à A. Mangeot — de la situation dans laquelle se trouve le Stade Bordelais. En qualité de Secrétaire Général de l'Union, Pierre de Coubertin est persuadé qu'il faut renforcer le rayonnement du Stade Bordelais. Il se rend en terre girondine. Le 23 octobre 1892, après avoir assisté à un match de football-rugby entre deux équipes du S. B., il pense que Bordeaux possède déjà l'une des meilleures écoles pour l'apprentissage de ce sport. Encore est-il indispensable de multiplier les relations officielles pour favoriser l'essor du club bordelais.

41Dans les premiers mois de son séjour à Bordeaux, Mangeot s'est déplacé par deux fois à Paris. A cette occasion, il a sans doute rendu visite au Secrétaire Général de l’Union, de manière à mettre au point la meilleure manière de rallier les autorités publiques bordelaises à la cause sportive du « Stade ».

42Les services de la Préfecture demandent un rapport de police sur Mangeot... Ces "renseignements sur le sieur A. Mangeot", datés du 11 novembre 1892, sont également conservés dans la liasse "Stade Bordelais" des Archives Départementales. On y apprend que l'intéressé réside à Bordeaux depuis six à sept mois environ.

« Il travaille rue Croix-de-Seguey, à la parfumerie Seguin.il a beaucoup d'amis parmi les jeunes gens du Stade bordelais, dont il est un des meilleurs et des plus entreprenants élèves ».

43Sa famille habite Paris.

« Son père est directeur du Journal Le Monde Musical ».

Le Préfet est sollicité

44Dans une autre lettre datée du 22 novembre, qu'il adresse au Préfet, Mangeot fait état de sa démarche auprès du Maire de Bordeaux, Alfred Daney.

« M. le Maire m'a dit qu'il connaissait bien le Stade, et qu'il s'intéressait à son œuvre (...)
Il a ajouté que nous ne devions pas craindre de nous adresser à la Municipalité, chaque fois que nous en aurions besoin, et qu'elle nous serait toujours bienveillante ».

45En fait, cette lettre sollicite le Préfet afin que celui-ci incite le Maire de Bordeaux à accepter la proposition de faire partie des membres d'honneur du Stade Bordelais. Mangeot fait d'ailleurs allusion au refus signifié par A. Daney. Il dit avoir pris congé du Maire

« (...) en manifestant à M. Daney tout mon regret de ne pas le voir figurer parmi les membres d'honneur, à côté du Général Ferron, de M. Couat et de vous-même ».

46Les dirigeants du Stade Bordelais, en la personne de Mangeot, visent à asseoir l'influence et la respectabilité du club en s'assurant un patronage d'honneur, grâce au concours des principaux représentants de la vie publique locale : le Préfet, un Général, le Recteur Auguste Couat. Ne manque encore que le Maire de Bordeaux... L'attitude réservée d'Alfred Daney s'explique sans doute par l’influence de Charles Cazalet (négociant en vins), adjoint au maire. Président fondateur de la puissante société de gymnastique La Bastidienne, affiliée à l'U.S.G.F.

47A l'échelon du Stade Bordelais, on retrouve le même principe d'une recherche de légitimité et de reconnaissance publique que celui qui a présidé au développement de l'U.S.FS.A. (et du Stade Français). C'est aussi pour cette raison, nous semble-t-il, que P. de Coubertin joint à sa lettre adressée au Préfet de la Gironde le programme des Fêtes du Cinquième Anniversaire de la fondation de l'Union. Sur le document figure la liste des patronages prestigieux dont bénéficie l'U.S.F.S.A. et, en le Stade bordelais se trouve mentionné parmi les sociétés affiliées à l'Union. Or, tous ces patronages d'honneur ne peuvent être gagnés que par des promoteurs sportifs occupant une position sociale avantageuse et reconnue.

48Cette séquence chronologique marque la phase initiale (octobre 1892-octobre 1893) d'une deuxième étape dans le développement du club. Le regroupement de la deuxième génération de sociétaires s'opère autour du registre de l'expression, désormais mieux formalisée. Le souci apporté à l'organisation du groupe s'explique à la fois par le rôle de plusieurs responsables de l'Union (à laquelle est affilié le Stade Bordelais), déployant une action de type fédéral, et par l'adhésion des membres du club à cet objectif. De même, le registre de la communication sociale se trouve élargi et renforcé par l'implication favorable de plusieurs personnalités locales.

49La constitution d'un patronage d'honneur, témoignant d'une reconnaisance publique, est destinée à asseoir la légitimité du club et à mieux définir son périmètre d'influence.

50Pierre de Coubertin souhaite que la reconnaissance publique du Stade Bordelais soit fermement acquise. L'Union pourra se développer autour de cette société sportive. A Bordeaux, le terrain est déjà occupé par la Ligue Girondine de l'Education Physique. L'année précédente, très exactement les 6 et 7 mai 1891, le Secrétaire de l'Union a assisté à un Lendit scolaire, animé par l’infatigable docteur Philippe Tissié. Placé sous la présidence du Recteur Couat, la manifestation a réuni cent quatre-vingt-trois jeunes scolaires... Cette Ligue Girondine dirigée par Tissié ne risque-t-elle pas de ruiner les ambitions bordelaises de l’Union ? De Coubertin a sans doute entrevu le danger.

IV. UNE NOTORIÉTÉ SPORTIVE FONDÉE SUR LA COURSE À PIED (1892-1894)

51Pendant deux ou trois saisons, la renommée locale du Stade est essentiellement acquise grâce aux épreuves athlétiques de courses à pied. Elles opposent généralement les sociétaires du S.B. à ceux du Sport Athlétique Bordelais (S.A.B.), qui vient de se constituer le 16 mars 1892.

« A Bordeaux, l'exemple de M. Mangeot est suivi et une nouvelle société se fonde sous le nom de Sport athlétique bordelais ».

52peut-on lire dans une chronique tirée sans doute de la revue Les Sports Athlétiques. La création du nouveau club stimule les vocation sportives et explique la rapide structuration d’un Comité régional de l'U.S.F.S.A. dans la Capitale girondine.

La création du comité regional de l’Union

53Cette émulation trouve un prolongement logique avec la constitution du comité régional de l’U.S.F.S.A. Le Comité du Sud-Ouest se met en place en mars 1893 grâce à l’initiative de Mangeot, président de son assemblée constitutive. Le premier bureau se compose comme suit :

Président : Dabezies ; vice-président : Fourcade-Prunet secrétaire : Mangeot ; trésorier : O. Bardet.

54L’histoire de la formation des Comités régionaux est un aspect fondamental du développement de l'Union. Celui du Sud-Ouest (Bordeaux) est le plus ancien. Il précède de plusieurs années la création des deux Comités suivants : Toulouse (2 janvier 1897) et Lyon (28 janvier 1897).

55Les responsables du Stade Bordelais ont joué un rôle déterminant dans la mise en place du Comité du Sud-Ouest. Les spécialités sportives vont se développer dans ce cadre administratif, et en premier lieu l’athlétisme.

56Les « réunions interclubs » regroupent habituellement plusieurs épreuves de course plate (100 m ou 150 m, 200 m, 400 m, 1500 m), de courses de haies (100 m, 150 m, 400 m) et, plus rarement, des concours de lancer du poids, de saut en hauteur et en longueur, ou encore des épreuves de marche.

Le Général de division, FERRON.

Le Général de division, FERRON.

Sans peur et sansreproche.
Le Général de division FERRON, vu par Gabriel Roques.
Dans ses deux albums publiés en 1892 et 1893, le caricaturiste Gabriel Roques fournit un tableau complet de ce que Bordeaux compte de personnalités publiques.
Les dirigeants du Stade Bordelais recherchent une reconnaissance officielle auprès du Général Ferron, du Recteur Couat et du Maire de Bordeaux Alfred Daney saisis par le crayon de Roques.
Voir p. 28-31.

Le Docteur TISSIÉ.

Le Docteur TISSIÉ.

Créateur à Bordeaux de l’Education physique.
Le Docteur Philippe TISSIÉ, vu par Gabriel Roques.
La caricature restitue à sa façon la réalité politique, sociale et culturelle. "Elle est un portrait psychologique, et c'est dans la Caricature qu'il faut chercher la vérité sur une époque ou sur les hommes qui lui imprimèrent leur marque", précise Ernest Laroche dans sa Préface du premier album de Roques (1892).
A Bordeaux, le "créateur de l'éducation physique" est incontestablement le Docteur Tissié.
Voir p. 31-32.

57En mai 1893, la première réunion de la saison, à l'initiative du Comité ("Section du Sud-Ouest" !), se tient sur la place de la mairie à Libourne. Elle rassemble une trentaine de participants. Six courses sont au programme, ainsi qu'une épreuve de « lutte à la corde par équipe de trois »...

  • 18 Divers extraits que nous utilisons proviennent de dossiers composés de coupures de presse (datées m (...)

58Quelques mois plus tard, le dimanche 3 septembre 1893, le Stade Bordelais organise sa propre « grande réunion interclubs », sous le patronage de la Municipalité de Caudéran, sur la piste en terre du Vélodrome du Parc. La presse se fait l’écho de la manifestation18.

« Le succès de la réunion a été très grand : beaucoup de monde, et des courses intéressantes. Dans l'assistance, nous remarquons M. le Maire de Caudéran, MM. Rogé président de l'Harmonie scolaire, Martin et Jegher du Véloce-Sport, Busquet directeur du Vélodrome, Gabriel Ferrand président du Cercle des Sports, Ternaux père, Lourcade-Prunet président du SAB, et d'autres sportsmen encore ».

59Les héros du jour sont Soulé et Cazebonne (100 m), Ternaux et Mangeot (400 m) et Ravard (1 500 m), tous du Stade Bordelais.

60Le Stade Bordelais est affilié à l'U.S.F.S.A. Déjà, le 27 novembre 1892, il avait organisé une réunion pour fêter le cinquième anniversaire de l'Union dans la capitale girondine, tandis qu'à Paris, le Racing Club de France et le Stade Français en faisaient de même. Pour la saison 1893-94, le Comité du Sud-Ouest de l'Union, qui a son siège à Bordeaux, se compose principalement de six délégués du Stade Bordelais et de trois délégués du Sport Athlétique Bordelais.

« Ces deux vaillantes sociétés : le Stade Bordelais et le Sport Athlétique Bordelais, qui soutiennent glorieusement le drapeau de l'Union des Sociétés Françaises de Sports athlétiques dans le Sud-Ouest. »
(Commentaire paru dans la presse spécialisée de l'Union)

L'homologation officielle des premiers records

61Cette année-là, le Comité « adopte la création de records du Sud-Ouest » (séance du 22 septembre 1893). Cette proposition, d’ailleurs formulée par l'ex-parisien du Stade Français Mangeot, est acceptée par l'Union le 10 octobre 1893. C’est également en octobre 1893 que le Comité du Sud-Ouest, sous la présidence de Dabezies, « adopte la création d'un championnat général d'athlétisme pour le Sud-Ouest ». (Réunion du 13 octobre 1893).

62Les épreuves retenues sont les suivantes : courses (100 m, 400 m et 1 500 m), marche (1 000 m), saut en hauteur et longueur, lancer du poids.

63C'est encore en 1893 qu'est disputé — entre le S.B. et le S.A.B. le premier championnat de cross-country du « Comité du Sud-Ouest » de l'U.S.F.S.A.

64En 1895, l'épreuve régionale de cross-country est disputée à Libourne, le 17 mars. Elle est encore organisée selon la formule anglaise du « jeu du lièvre et des chiens ». Cinq lièvres précèdent les coureurs qui doivent rallier le point d'arrivée, après 13 kilomètres de "piste"...

65Les responsables du Stade Bordelais ont joué un rôle décisif dans l'instauration de ces championnats, mis en place selon la formule préalablement établie par l'Union.

66La saison athlétique 1893-94 est employée à établir des records dans la plupart des spécialités. E. Ravard, du Stade Bordelais, établit ainsi le premier record de l'heure en course à pied, pour le Sud-Ouest : 13 kilomètres et 452 mètres.

67Plusieurs stadistes s’illustrent également dans diverses épreuves girondines de vélocipédie organisées dans le cadre de l'Union Vélocipédique de France fondée en 1881, qui entretient à Bordeaux de bonnes relations avec l'U.S.F.S.A.

68A la même époque, les stadistes vont s'intéresser aussi au rugby, quasiment inconnu dans le Sud-Ouest.

V. LES DÉBUTS DU FOOTBALL-RUGBY AU STADE BORDELAIS (1892-1894)

69A l'époque, le rugby est désigné indistinctement par les expressions de "Football" ou de "Football-rugby". L’installation de Mangeot à Bordeaux permet aux Stadistes de découvrir cette discipline sportive. Le rugby prend racine et il suscite un enthousiasme grandissant au sein du club. Les premières parties se déroulent à la fin de l’automne 1892.

70Le jeune Mangeot s'emploie à diffuser la culture sportive qu'il a acquise au Stade Français.

71Pour connaître les origines du rugby au Stade Bordelais, le témoignage de Bardet est précieux. Il évoque les premières tentatives qui ont pour théâtre la pelouse du Parc Bordelais, à Caudéran.

72Il s'agit probablement de la saison sportive 1892-93. Le dimanche, les Bordelais se rendent en nombre dans ce parc, un vaste espace de verdure aménagé "à l'anglaise" et agrémenté d'une rivière artificielle. Des allées cavalières y sont tracées et les vélocipédistes disposent d'une piste circulaire sur laquelle se disputent des compétitions. La pelouse centrale délimitée par cet anneau est quelquefois utilisée par les premiers "footballers" du Stade Bordelais. Mais revenons à l'évocation livrée par Octave Bardet.

« Le Stade n'avait pas de terrain ; on s'entraînait aux Sports Athlétiques, le dimanche matin, sur une piste circulaire formée par des allées avoisinant le kiosque à musique, et l'après-midi on tapait dans un ballon sur la pelouse située au fond du parc bordelais ; ce divertissement tenait du football et du rugby. Je me souviens encore que deux grands australiens de 1 m 95 de hauteur qui nous regardaient en spectateurs, vinrent nous demander de participer à nos ébats et nous inculquèrent les premières notions de vrai rugby »

(Ibid.).

73A ce moment-là, quelle est la place de cette discipline sportive dans la capitale ? Le premier championnat interclubs de football, placé sous l'égide de l'U.S.F.S.A., s'est disputé à Paris en mars 1892. Il oppose les deux seules équipes de clubs inscrites : le Racing Club de France et le Stade Français. Quelques mois plus tard, Bordeaux découvre le ballon ovale.

Le premier championnat officiel du Sud-Ouest

74L'année 1893 voit ce sport s'affirmer à Bordeaux. Les défis attirent déjà un public enthousiaste et grandissant. Le bulletin de liaison de l'Union relate scrupuleusement chacune des rencontres. Progressivement, le club de Bordeaux contribue à l'animation de la cité.

75Le 9 avril 1893, le premier championnat du Sud-Ouest, organisé sous l'égide du Comité du Sud-Ouest de l'Union, oppose l'équipe du Stade Bordelais à celle du S.A.B., en présence de trois cents spectateurs environ. L’U.S.F.S.A. étend ses ramifications en province. L'équipe alignée par le Stade est la suivante :

76Robert, Ressein, Ternau, Rousset, les deux frères Vassillières, A. Mangeot (capitaine sur le terrain) et son frère, Cazebonne, Dutru, Lauga, Lavalade, Rives, Ravard, Saubole.

77La partie est arbitrée par M. Edwards, qui appartient au Bordeaux Athletic Club, constitué par la petite colonie britannique quelques années auparavant. Le Stade Bordelais, qui bénéficie des acquis de plusieurs matches amicaux disputés contre l'équipe du B.A.C., prend l'avantage sur le S.A.B. Il sort vainqueur sur le score de 12 points à 1.

Premier match disputé contre le Stade Français

78Il s'agit désormais de vérifier la valeur réelle de l'équipe du Stade Bordelais confrontée aux clubs chevronnés de Paris.

« Le Comité du Stade chargea Mangeot de réaliser son projet de faire venir l'équipe du Stade Français pour jouer un match contre notre équipe »,
précise Bardet.

79Un accord est passé avec le Stade Français, qui rencontre la jeune équipe du Stade Bordelais, au mois de mai 1893. L'événement est d'ailleurs considéré comme un jalon historique important de la diffusion du rugby en France par E. Saint-Chaffray et L. Dedet dans leur ouvrage consacré au football-rugby.

L'équipe du Stade Bordelais se compose comme suit :

80Haycraft, Ressein, les deux frères Harding, S. Hutchinson, Robert, L. Vassilière, Cazebonne, Edwards, Lauga, Mangeot, Melhe, Ravard, Robinson. Soulé.

81A cette occasion, les Bordelais ont intégré plusieurs éléments formés au B.A.C. Ils n'en subissent pas moins une lourde défaite, en encaissant onze essais. Mais l'épreuve est également riche d'enseignement quant à la manière d'envisager l'avenir du club. En d'autres termes, il s'agit d'entretenir de bonnes relations avec les membres du B.A.C.

82Au mois d'octobre, les Stadistes jouent également un match contre les Sabistes.

« Le Stade Bordelais a tiré bon parti de la leçon que lui a donnée le Stade Français au mois de mai dernier : les mêlées sont mieux faites, les passer-ballon assez habiles, et l'ordre commence à s'imposer ».
(25 octobre 1893).

83La leçon a porté ses fruits. Le dimanche précédent, le Stade s'est mesuré au B.A.C.

« Un match des plus intéressants a eu lieu dimanche dernier entre le Sport Athlétique Bordelais, le Stade Bordelais et le Bordeaux Athletic Club, sur la pelouse de l'hippodrome du Bouscat qui est le terrain ordinaire du Bordeaux Athletic Club ».

84La partie se joue à 13 joueurs contre 13... Trois membres du B.A.C. sont venus compléter l'équipe du Stade Bordelais qui n'a pu présenter que 10 joueurs. Dans l'équipe du « Stade », Robert, Soulé et Ravard, bien servis par les trois renforts du B.A.C., sont remarqués par leurs qualités d'adresse.

Les promeneurs bordelais découvrent le rugby

85Le rugby s'implante à Bordeaux dans des conditions véritablement favorables, grâce à l’action conjuguée du Stade Bordelais, du Sport Athlétique Bordelais et du Bordeaux Athletic Club. Chacune des trois sociétés sportives recrute ses adeptes du football-rugby dans les milieux aisés.

86Fondé en mars 1892, le S.A.B. n'est pas en reste pour promouvoir ce sport, nouveau à Bordeaux. Il organise une rencontre le dimanche 8 octobre 1893. La presse "locale" — ou plutôt le correspondant local de l'Union ! — est unanime à constater les mérites du S.A.B.

« Le premier match de football (rugby) organisé par le Sport Athlétique Bordelais a été joué dimanche dernier sur la pelouse du parc Bordelais, au milieu d'une foule énorme (...) Ce match a montré que le S.A.B. possédait d'excellents footballeurs, tous ne connaissant pas encore très bien le jeu, mais si les autres matches se jouent avec autant d'entrain que celui de dimanche 8 octobre, les footballeurs du S.A.B. deviendront bientôt de véritables champions et de redoutables adversaires ».

87Les souvenirs consignés par Octave Bardet sur « la naissance du Stade » permettent de comprendre la rapidité des progrès accomplis par le club en rugby grâce à la présence du B.A.C.

« Une société anglaise, le Bordeaux Athletic Club, vivait à côté du Stade : des pourparlers amicaux conclurent à une fusion qui amena dans les rangs stadistes les Hutchinson, Cartwright, Harding, Williamson, etc. »

88Le B.A.C. avait été fondé en 1877 par quatorze résidents britanniques liés aux activités de négoce du port. Transplantés pour des raisons professionnelles loin de leur Angleterre natale, ces britanniques "bordelais", cadres supérieurs et fondés de pouvoir dans diverses entreprises maritimes, fondent un « club sportif », comme ils ont d'ailleurs pour habitude de le faire dans tous leurs "comptoirs"... A l'origine, les statuts du B.A.C. sont rédigés en anglais, tout comme ceux du Havre Athletic Club, constitué en 1872. Les "Australiens", dont parle Bardet, sont probablement des membres du B.A.C. venus se distraire au Parc Bordelais. La présence active de cette petite communauté étrangère allait s'avérer non négligeable dans le développement du sport à Bordeaux.

89La saison 1893-94 débute. Le premier grand match de rugby, spectaculaire et fertile en rebondissements, est incontestablement celui qui oppose l'équipe du Stade Bordelais à celle du S.A.B., le dimanche 22 octobre 1893. Des joueurs du B.A.C. renforcent l'équipe du Stade.

  • 19 Cette information est encore tirée d’un article paru, semble-t-il, dans l'organe officiel de l'U.S. (...)

« Le Stade compte parmi ses joueurs Cazebonne, Cédié, Dabezies, Etheridge, Edwards, Hutchinson, Lauga aîné, Lauga jeune, Ravard, Melhe, Soulé, Vassilière et le capitaine. Robert.
Au Sport Athlétique, Laporte commande Augé, les Frères Barawski, Dhers, Friedler, Lac, Martin, Messonier, Olagnier, Rozès et Tarride »19.

90Le Stade est victorieux par 10 points (8 essais et un but !) contre 2. Monsieur James S. Shearer, alors président du B.A.C., s'est acquitté avec succès des délicates fonctions d'arbitre. L'expérience et la technique des athlètes anglais, membres du B.A.C., se sont avérées déterminantes.

91L'information sportive atteint progressivement un public élargi. Les deux revues de l'U.S.F.S.A. : La Revue Athlétique et Les Sports Athlétiques, fondées en 1890, ne touchent qu’un public restreint. La presse à grande diffusion, qui commence à s'intéresser aux diverses manifestations sportives, joue un rôle important car elle s'adresse à un large public. Ainsi, le Figaro Illustré consacre son numéro 42, de septembre 1893, au thème "Les sports athlétiques". Le football-rugby y tient une place de choix et ce somptueux document est probablement apprécié à sa valeur par les joueurs du Stade Bordelais qui s'apprêtent à organiser la saison 1893-94.

Le jeu à l'anglaise

92Au début du mois de décembre de cette même année 1893, le Stade Bordelais dispute un match « contre une équipe anglaise composée d'amateurs ». Il s'agit encore des joueurs du B.A.C. Les anglais triomphent par 15 points à 6.

« Bien qu'ayant fait de notables progrès, les stadistes ont encore essuyé une défaite, mais cette défaite peut être considérée comme très honorable si l'on songe que les équipiers anglais ont dû employer toute leur science pour venir à bout de leurs jeunes adversaires ».

« Remarqués du côté des anglais : Hutchinson, le capitaine, excellent joueur, Harding, Edwards, Cartwright, Turner, Blaying, Mac Cuttoch, Cambele, etc. et, du côté du Stade, Robert, très bon arrière, Etheridge, qui a joué avec beaucoup de courage, Ternaux, Soulé, Lauga, Challon, Dabezies, etc. »

93Certains parlent déjà de regrouper les deux clubs. Cependant, la fusion entre les deux sociétés ne se fera qu'en janvier 1895.

94L'année 1892 avait vu la création du « championnat de France » U.S.F.S.A. de rugby, simple duo réservé alors aux deux grands clubs parisiens : le Racing Club de France et le Stade Français.

95Rappelons que le premier titre est disputé le 20 mars, sur la pelouse de Bagatelle, au Bois de Boulogne. Le match, arbitré par Pierre de Coubertin en personne, est gagné par l'équipe du R.C.F. sur un score de 4 points à 3. L'équipe vainqueur assure pour un an la propriété du trophée offert par P. de Coubertin. Il s'agit d'un magnifique bouclier damasquiné. Au centre figurent les emblèmes de l'Union : deux anneaux enlacés et la devise « Lucius pro Patria ». Le bouclier est monté sur un cadre de peluche rouge. Et c'est probablement à l'imagination du Secrétaire Général de l'U.S.F.S.A. qu'on doit la conception artistique du fameux bouclier exécuté par le graveur Charles Brennus...

96Dans les années qui suivent cette première finale, les progrès accomplis en province laissent augurer un élargissement imminent du championnat à d'autres équipes.

97En quelques mois, les Stadistes sont parvenus à maîtriser les principes cardinaux du ballon ovale.

98Le Stade Bordelais s'affirme déjà comme le principal club du grand Sud-Ouest. L'athlétisme et le rugby y sont en plein développement. Ses membres composent presque exclusivement le Bureau du Comité du Sud-Ouest de l'U.S.F.S.A. qui gagne peu à peu en audience dans la région. Pour sa deuxième année d'exercice, le bureau rassemble les membres suivants :

« MM. Dabezies, Président ; Mangeot, Secrétaire ; Bardet, Trésorier ; Rives, Secrétaire adjoint ».
(élections du 8 décembre 1893).

99A ce moment-là encore, les dirigeants du Comité et/ou du Stade Bordelais sont tous des jeunes gens qui pratiquent les exercices sportifs. Le club ne compte pas d'"aînés"...

100L'"équipe" de rugby du « Stade » accomplit de sensibles progrès. Les contacts avec l'extérieur se multiplient. En janvier 1895, Mathoux, du Racing Club de France, de passage à Bordeaux, vient s'entraîner avec les jeunes du Stade. L'année précédente, Mathoux a été finaliste du "championnat de France", perdu par le Racing opposé au Stade Français. Lors du match d'entraînement, l'équipe de stadistes qu'il dirige est déclarée vainqueur par 23 points à 3. « Presque tous les essais ont été faits par l'excellent joueur parisien ». De même, le retour à Bordeaux de Blandin apporte un mieux au collectif de joueurs du club. Une autre fois, c'est la prestation de Rende qui est bénéfique au Stade : « un joueur remarquable qui portait le maillot bizarre de l'Arlequin-Club de Londres dont il fait partie ».

101Le Stade Bordelais s'apprête à tourner une autre page de son histoire. Il envisage résolument d'améliorer son organisation et de se porter acquéreur d'un terrain de sports. Jusque-là, il doit se contenter de la prairie centrale du Parc Bordelais ou, occasionnellement, d'un terrain libre situé chemin de Soubirous, et jouxtant l'avenue d'Eysines.

VI. UNE ORGANISATION DIGNE D'UN GRAND CLUB : LA SAISON 1895-1896

  • 20 En fait, à ce moment-là, il s'agit toujours des "chroniques locales" parues dans l'une des deux rev (...)

102Après les succès locaux des années 1893 et 1894, le projet d’inviter à nouveau la prestigieuse équipe de rugby du Stade Français s'impose comme une évidence. La presse de Bordeaux20 est favorable à une telle confrontation, la seconde du genre, et compte tenu des progrès accomplis par le Stade et le S.A.B.

« D'après ces résultats, il serait intéressant de voir ces deux équipes, qui sont actuellement les meilleures du Sud-Ouest, se mesurer au championnat interclub de Rugby »
(3 février 1895).

103La confrontation à la grande équipe du Stade Français reste la référence obligée pour évaluer la valeur exacte du « quinze » bordelais.

104Un club qui affiche de telles ambitions doit se donner des moyens appropriés. C'est bien l'intention des dirigeants du « Stade ».

Des soucis d'ordre matériel

105Mais reprenons la suite des événements à partir du projet conçu par les Stadistes Bordelais d'inviter pour la première fois l'équipe de rugby du Stade Français, au printemps de l'année 1893. Bardet se souvient parfaitement des difficultés à résoudre :

« Un double obstacle se présentait : ni terrain, ni argent ! Que faire ? La question du terrain fut résolue, en louant pour cette journée de grande inauguration, une prairie située à 50 mètres du boulevard de Caudéran, actuellement boulevard du Président Wilson, et donnant sur une rue devenue Avenue de Mirmont ».

106Restait à résoudre l'épineuse question de l'argent ! Ce sera chose faite, assez rapidement, compte tenu de l'évolution engagée dans le recrutement social des sociétaires du « Stade » et en reconsidérant les critères d'éligibilité des dirigeants du club. Sans argent, pas de sport de bon niveau pratiqué dans des conditions favorables. Sans la générosité de notables appartenant au monde économique, pas de fonds nécessaires aux sports. Avec un réseau efficace de notables influents, acquis aux destinées du club, tout est possible. Ils apportent les ressources indispensables, ils s'emploient à la représentation officielle du club et les succès sportifs rejaillissent sur ces riches entrepreneurs, comme autant de gratifications symboliques.

L'efficacité du jeune Mangeot

107Fort de sa connaissance de l'organisation parisienne du sport, Mangeot — encore lui — sera la cheville ouvrière de cette évolution du Stade Bordelais, principalement organisée autour du sport collectif qu'est le rugby.

« A. Mangeot qui, en quelques mois, s'était naturalisé bordelais, réussit à s'infiltrer dans la meilleure société de notre ville, convainquit certaines personnalités bordelaises et recueillit de leur générosité, l'argent (l'or) nécessaire à cette manifestation ».
(témoignage de Bardet, ibid.).

108En convenant d'organiser un grand match contre le prestigieux club parisien, les dirigeants bordelais favorisent l'expression d'une mobilisation collective au sein de la jeune société sportive. L'entrain des Stadistes s'en trouve effectivement décuplé.

109Le match officiel contre le Stade Français eut donc lieu.

« Sous la Présidence effective de M. J.S. Shearer, sorti du Bordeaux-Athletic-club, que nous avions décidé à prendre la présidence du Stade ».
(Ibid.).

« Le résultat de cette rencontre ne fut pas une surprise. L'équipe du Stade Français, déjà aguerrie, nous flanqua une tripotée mémorable !
Qu'importe, la bonne graine était semée »,

110conclut sportivement O. Bardet. La mémoire de Bardet établit cependant une certaine confusion entre le match du 22 mai 1893 et le projet de match formulé deux ans plus tard, au cours de la saison 1894-93.

111Le fait le plus important — pour l'avenir du club — est sans conteste l'arrivée au Stade Bordelais de plusieurs membres du B.A.C. Ils appartiennent à la bonne société « locale », argentée et sportive... James Smith Shearer est porté à la présidence du club.

L'Ecossais J. S. Shearer est élu Président

  • 21 Stanley Hutchinson s'installera à Bordeaux comme négociant en vins et spiritueux. Il restera un des (...)

112Venu d’Ecosse pour diriger une compagnie de navigation, ce chef, « haut de cinq pieds six pouces », allait faire du Stade Bordelais un des plus puissants clubs sportifs de France. Ce sportsman "franco-écossais" exerce une profession importante : il est agent général pour la France de la compagnie de navigation Hutchinson. Un fils Hutchinson, en poste à Bordeaux, est d'ailleurs un des meilleurs athlètes du B.A.C. Il rallie également le Stade Bordelais21. Les autres transfuges du B.A.C. appartiennent à ce même milieu de la bourgeoisie du port...

113Cette mutation du club se caractérise par un élargissement au monde économique du périmètre de rayonnement du club et par l'arrivée de sportifs confirmés. Elle peut être datée du 16 janvier 1895. En effet, l'Assemblée Générale du club adopte les admissions de MM. James S. Shearer, Albenque, Dikson, Brannens, Eymery. Petit, Viaud, Grange et Hutchinson comme membres actifs. Ce jour-là, J. Shearer est élu Président du Stade, en remplacement du jeune Eugène Dabezies. Shearer allait rester près de vingt ans à la tête du Stade Bordelais.

« Sont élus : Président M. James Shearer ; Vice-Président,
M. Louis Calestreme ; Secrétaire Général, M. Ravard ;
Trésorier, M. Challou ; Secrétaire adjoint, M. Laporte ;
Trésorier adjoint, Μ. E. Dabezies ; membres du Comité,
MM. Hutchinson, Yorke, Bradley, Vene, Terigi, Rozès »
(Assemblée Générale du 16 janvier 1895).

114Cette séquence chronologique correspond à la seconde phase (octobre 1893-janvier 1895) avec laquelle s'achève la deuxième étape marquant le développement du club. Désormais, le registre de l'expression collective est bien défini. L'organisation du club traduit un souci d'efficacité, de rationalisation des tâches et de différenciation des fonctions. Le registre de la compétition sportive, particulièrement riche d'émotions partagées dès lors qu'il s’agit de sports d'équipe, s'impose comme une composante fondamentale. Celle-ci fait appel à des compétences physiques, mentales et techniques que l'expérience permet d'améliorer. Le registre de la communication est en prise directe avec ceux de l'expression associative et de la compétition sportive, compte tenu, aussi, des excellentes relations entretenues par le club avec le B.A.C. et le S.A.B.

  • 22 Le SBUC, no 11, novembre 1940.

115L'année 1895 va permettre à l'équipe de rugby du Stade Bordelais de parfaire son niveau technique. Dès son élection à la présidence du club, J. S. Shearer déploie la plus grande activité. Un témoignage paru sous la plume d'Henri Délias22, complété par un examen de la presse sportive de l'U.S.F.S.A., fournit des renseignements utiles sur les années 1895 et 1896, durant lesquelles le Stade Bordelais affirme sa valeur sportive.

La diffusion du modèle associatif

116Quel est à ce moment-là le statut juridique des clubs sportifs ? Le code civil ne contient aucune disposition sur les associations et, jusqu'à l’entrée en vigueur de la loi du 1er juillet 1901. le droit de former librement une association n'est reconnu que d'une manière tout à fait particulière, et au profit de certains intérêts. Ceci étant, les dispositions juridiques à l'égard des sociétés sportives tendent à s'assouplir pour peu que des personnalités influentes et honorables leur manifestent un soutien affiché publiquement.

117Par ailleurs, l'association s'impose comme une composante caractéristique de la vie sociale. De ce fait, l’ordre public et la police occupent le second plan parce que l'organisation de la collectivité en institutions est envisagée en elle-même comme un facteur d'ordre supérieur.

118Le rayonnement du Stade Bordelais s'inscrit déjà dans cette perspective d'un enrichissement de la vie sociale et culturelle.

L'écusson du club

119Le développement associatif s'accompagne d'attitudes caractéristiques. Le lien entre le sociétaire et son groupe d'appartenance est matérialisé par le port de l'écusson. Par le club, c'est tout un univers culturel qui tend à se structurer. L'appartenance à une société sportive, la sociabilité autour d'un prétexte sportif entrent désormais dans la composition d’un nouveau mode de vie. Les sociétaires du club tiennent à arborer fièrement leur affiliation sportive. L'espace géographique de l'agglomération bordelaise se colore de toute une mosaïque d'identifications et de références symboliques définie autour des passions sportives. Les exploits sportifs, la presse locale ne vont pas tarder à vivifier la structuration de ce paysage culturel.

120Et il est de bon ton d'afficher les signes de cette nouvelle forme d'expression sociale et culturelle. Délias y fait allusion :

« On songe déjà au port de l'insigne à la boutonnière » !

121Il s’agit pour les dirigeants de mieux définir l’identité du club et d assurer sa place dans le cadre de l'Union. Outre la représentation du Stade Bordelais auprès de l’Union par l'intermédiaire du Comité du SudOuest, on envisage d'affilier directement le club — de rugby — à l'U.S.F.S.A. En effet, c'est en 1895 que le Président Shearer émet le voeu que le S.B. soit « directement représenté » par un délégué au Comité de l'Union à Paris (Assemblée Générale du 2 octobre 1895). Jusque-là, depuis 1892, il s'agissait d'une simple adhésion. Conjointement, les responsables du club vont définir une fois pour toutes les caractéristiques de l'insigne du Stade.

« Le 5 novembre 1895, le stade s'affilie à l'U.S.F.S.A. Le même jour on remet le premier écusson du club : fond mauve et noir portant gravé S en jaune et B en noir ».

A la recherche d’un vrai terrain de sports

122Mais la principale tâche des dirigeants du club est bien de trouver un nouveau terrain de sports. Les efforts se portent finalement, en décembre 1895, sur un vaste terrain disponible à proximité de Bordeaux. Il est situé sur la commune du Bouscat, au lieu-dit "Sainte-Germaine". Le Stade Bordelais l'utilise déjà, épisodiquement, à partir du mois de janvier 1895. Pourtant, le propriétaire n'envisage pas de céder à bon compte les terrains au Stade Bordelais...

« En décembre, M. Desmaisons, propriétaire des terrains de Sainte-Germaine, se fait tirer l'oreille. MM. Shearer, Challou et Bardet ont mission de continuer les pourparlers ».

123Les négociations se poursuivent et, au bout de quelques semaines, les dirigeants du Stade obtiennent gain de cause.

« Le 18 décembre, le Président Shearer apporte le compte rendu concluant de sa mission auprès de M. Desmaisons : pour 300 frs par an, le Stade Bordelais devient locataire d'un terrain situé route du Médoc, à l'angle du chemin du Péséou, le propriétaire s'engageant à nous réserver une salle pour le vestiaire ».

124Un mois auparavant, Challou, Trésorier du club, a été chargé de voir M. Albert Soula, de la banque Soula et de Trincaud Latour (qui deviendra en 1898 la Banque de Bordeaux), au sujet de l'emprunt contracté par le Stade. Cette « empruntite », ainsi que le note Henri Délias, sera « la maladie chronique du Stade »...

  • 23 Stade Bordelais fondé en 1889 (Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques), Statuts. Borde (...)

125Le Stade Bordelais procède à la révision de ses statuts23. Les modifications portent essentiellement sur deux détails :

« La Société du Stade Bordelais a pour but d'entretenir et de développer parmi ses membres le goût des exercices du corps par la pratique des jeux athlétiques ».
(article 2).

126La pratique du sport tend à s'affranchir progressivement d'une idéologie orientée autour des obligations patriotiques et militaires. Sans doute les mœurs évoluent-elles mais on peut penser que le "patronage" des autorités publiques et des notables du négoce bordelais dispense pour une large part de formuler explicitement ce type de rappel. On apprend également, avec les nouveaux statuts, que les femmes sont susceptibles de pouvoir jouer un certain rôle au sein du club.

« Les Dames peuvent faire partie de la Société comme dames patronnesses au même titre que les Membres honoraires ».
(extrait de l'article 4).

127Le club tend à s'imposer comme une des composantes institutionnelles de la « bonne société bordelaise ».

128En janvier 1896, la première Assemblée Générale renouvelle à l'unanimité sa confiance au comité sortant.

« Deux hommes se sont imposés par leur dévouement, la clarté et la profondeur de leurs vues : Shearer et Bardet. Rouages les plus précieux d'une organisation de plus en plus complexe. Il sont d'ailleurs merveilleusement secondés par l'activité féconde de Stanley Hutchinson, Calestremé, Challou et Ravard ».
(H. Délias, ibid.).

L'acquisition de « Sainte-Germaine »

129A cette occasion, on a confirmation officielle que le club est bien chez lui, à Sainte-Germaine.

« Des félicitations sont votées à MM. Shearer, Challou, Bardet, Lauga, qui viennent de rendre le S.B. concessionnaire d'un magnifique terrain de Football et de courses à pied ».

  • 24 « Le S.B. compte dans son sein plusieurs membres de la colonie anglaise », prend soin de noter Maur (...)

130Désormais, le Stade Bordelais est en mesure de s'affirmer comme un des grands clubs sportifs français. Il dispose de ses propres installations. Le public bordelais s'intéresse de plus en plus au sport et tout particulièrement au football-rugby. Le club bénéficie d'une équipe de dirigeants autant entreprenants qu'influents. L’apport du Bordeaux Athletic Club a permis de renforcer l'effectif sportif du club24. En d’autres termes, dans l'ensemble, le Stade Bordelais regroupe des éléments issus d'un milieu plutôt aisé et quelquefois très fortuné.

131Par ses caractéristiques, (appartenance sociale, âge, niveau culturel...), le club est conforme au projet de développement sportif de l'U.S.F.S.A. ; il témoigne localement des progrès accomplis par "l'œuvre", selon l'expression familière du baron de Coubertin. En mars 1895, l'Union se compose déjà de 75 clubs (dont 33 de province) et de 74 associations scolaires (dont 54 de province), formant un total de 149 affiliations.

Le S.A.B. suit l’exemple du stade Bordelais

132Fondé le 16 mars 1892, le Sport Athlétique Stade Bordelais s entraîne d’abord au Parc Bordelais. Son siège est installé au no 42, Allées d'Orléans. En octobre 1895, une commission est nommée, à l'initiative du Président M. Fourcade-Prunet, "à l'effet de chercher un terrain de football". En avril 1896, le Comité du S.A.B. vote le crédit nécessaire à la location (à partir du 1er mai) d'un terrain situé au no 399, route du Médoc, "dans la propriété de M. le Docteur Desmaison." Cet espace libre est situé à quelques centaines de mètres de « Sainte-Germaine », acquis quelques mois plus tôt par le Stade Bordelais, dont l'entrée se trouve à la hauteur du no 414... Peut-être s'agit-il, à l'origine, d'une même et seule propriété. Les Sabistes procèdent à des aménagements. Au terrain de football-rugby viennent bientôt s'ajouter une piste circulaire d'athlétisme, cinq couloirs de cent mètres et deux courts de lawn-tennis.

VII. LES AUTRES DISCIPLINES SPORTIVES AU SEIN DU « STADE »

133Le football-rugby n'est pas la seule activité sportive du club, et loin s'en faut. Toutefois, ce sont bien les matches — et les défis — de rugby qui rassemblent un public déjà nombreux et enthousiaste. Les réunions vélocipédiques ou d'athlétisme sont moins suivies par le grand public.

134En vélocipédie,les résultats obtenus par les coureurs du Stade Bordelais sont loin d'être négligeables. En 1896, Vovard établit un record amateur du kilomètre départ arrêté en T 27" 4/5. Le Stade remporte le 1er challenge vélocipédique (du Sud-Ouest) des 50 kilomètres, disputé en 1894, avec la victoire de Pascal Laporte. Il s'adjuge la seconde édition, en 1895, grâce à la victoire de Terigi à la tête d’une équipe stadiste au grand complet : Laporte, Vene, Bousquet, Cédié et Chaillaut. Le Stade Bordelais est encore vainqueur de cette épreuve réservée aux coureurs amateurs en 1896, 97 et 98. Par la suite, d'autres clubs figurent au Palmarès de cette compétition annuelle.

135L'athlétisme est bien développé au Stade Bordelais, depuis la fondation du club, mais il se limite souvent aux épreuves de courses à pied et de cross-country. Habituellement, autour de 1895, les compétitions de courses sont disputées avec handicap (selon un principe emprunté directement aux courses de chevaux). C'est d'ailleurs Mangeot qui fait souvent office de « handicapeur » officiel du comité, fort sans doute de son expérience parisienne. Bardet exerce également cette fonction. Du fait d'un pareil usage, les "temps" sont rarement rapportés dans les chroniques de l'époque. Le principe des épreuves d'athlétisme disputées avec handicap (et permettant de compenser les différences de niveau) s'accompagne d'une non-spécialisation des compétiteurs. Ceci dit, la formule des courses scratch, pour lesquelles les concurrents prennent le départ sur une même ligne, ne va pas tarder à s'imposer. André Cassagnau détaille quelques performances réalisées lors d'une compétition d'athlétisme de l'année 1896.

« J. Robert gagne le 100 mètres en 11" 1/5, son frère Charles le 400 mètres en 58", Bourgneuf le 1500 mètres en 4'49" 2/5, Hutchinson le saut à la perche avec 2 m 41. J. Robert la hauteur et Ch. Robert la longueur avec 5 m 41 ».
(Le SBUC, no 11, novembre 1940).

136Plusieurs réunions de courses à pied sont organisées tantôt par le Stade Bordelais, tantôt par le Sport Athlétique Bordelais. L'établissement de records ainsi que l'homologation des meilleures performances revêtent une certaine solennité. Le palmarès du club s'en trouve enrichi et il devient possible de mieux situer son rang exact au sein de l'Union. En 1896, Jean Robert est recordman de France de saut en hauteur.

137Le 3ème championnat de cross-country de l'U.S.F.A. (organisé dans le cadre du Comité du Sud-Ouest) est disputé à Libourne, le dimanche 13 mars 1895. Malgré une bonne 2ème place de Cédié, l'équipe du Stade Bordelais termine loin derrière celles du S.A.B. et du Sport Athlétique Libournais. Par contre, le Stade gagne largement l'épreuve l'année suivante. Désormais, il va posséder une des meilleures équipes de crossmen du Sud-Ouest.

138Notons que le Sport Athlétique Libournais s'est structuré en 1893. Il a pour Président M. Limouzin, capitaine du corps des sapeurs-pompiers de Libourne. Le club entretient de bonnes relations avec le Sport Athlétique Bordelais. D'ailleurs M. Fourcade-Prunet, Président général du S.A.B., est également Président d'honneur du Sport Athlétique Libournais. Et c’est grâce à son intervention que le S.A.L. est officiellement reconnu par l'U.S.F.S.A. en 1895. Trois ans plus tard, en 1898, le club prend l'appellation d'Union Athlétique Libournaise.

139Le football-association s'implante au Stade Bordelais à la même époque que le ballon ovale puisqu'il intéresse en grande partie les mêmes joueurs (et les transfuges du B.A.C.). Il convient de souligner ce point en ajoutant que l'U.S.F.S.A. fait disputer en 1894, pour la première fois, un championnat de France dans cette discipline. Les compétitions de ballon rond s'organisent simultanément en terre girondine, sous la forme de matches amicaux entre des équipes du S.B., du B.A.C. et du S.A.B.

  • 25 Du point de vue d’un historique de la discipline, ces informations et le rôle joué par le Stade Bor (...)

140En 1895, le premier championnat de football-association (sous l'égide du Comité du Sud-Ouest) ne regroupe que deux équipes : celle du Stade Bordelais et celle du S.A.B. Il en est de même l’année suivante. La première saison (1894-95), le Stade Bordelais est vainqueur du S.A.B. par 4 buts à 2 et, l’année suivante, il récidive par 3 buts à 1, contre la même équipe25. Les stadistes sont supérieurs aux sabistes, grâce à la valeur individuelle des joueurs anglais qui ont quitté le Bordeaux Athletic Club pour le S.B. Voici d’ailleurs la composition de la meilleure formation d'"association" à ce moment-là, parue dans une des deux revues de l'Union :

« Stade Bordelais : gardien de but Hutchinson ; arrières Terigi, Dickson ; demis : Challon, Yorke, Chailliaut ; avants : Cartwright, Williamson, Vene, Bradly, Laporte (Capitaine) ».

141Le rôle du Stade Bordelais s'avère déterminant pour l'implantation des sports athlétiques dans la région du Sud-Ouest. Il dispose d'une structure associative particulièrement efficace au sein de laquelle la culture sportive des athlètes du B.A.C. s'exprime à plein. L'émulation, qu'apportent le Sport Athlétique Bordelais et, dans une moindre mesure, le Sport Athlétique Libournais, renforce le processus de diffusion sportive.

Des sportifs éclectiques

142A propos de cette "époque héroïque", Henri Délias souligne a juste titre l'éclectisme des athlètes stadistes :

« Tous ces noms figurent alternativement en rugby, football, cross-country pour finir par l'athlétisme dès les beaux jours ».

143Par la suite, on assiste évidemment à l'amorce d'une plus grande spécialisation sportive des sociétaires.

144C'est encore en 1895 que le comité du Stade Bordelais décide en réunion de pratiquer la natation sportive ainsi que le « football nautique », autrement dit le water-polo,

« et ce, grâce à l'amabilité de son dévoué président M. Shearer qui a eu la gracieuseté de traduire les règles anglaises pour ce genre de jeu ».

145A ce moment-là, J. Borie, du Stade Français. fait office de délégué du Stade Bordelais au Conseil de l'Union. De toute évidence, les responsables de l’U.S.F.S.A. considèrent que le contexte bordelais est particulièrement propice au développement de la natation.

Les débuts de la natation compétition

146Au Comité du Sud-Ouest de l'Union, la commission de natation est composée de messieurs Shearer (S.B.), Darlay (S.A.B.) et Lauga (S.B.). Le comité délivre — après examen — des certificats de nage. Des réunions de natation sont organisées à l'initiative du Stade, aux bains flottants dits les « Bains Russes », installés sur le quai de La Bastide en amont du Pont de Pierre. Quelques épreuves se disputent avec handicap. A l'occasion de l'Assemblée Générale du club qui se tient le 29 juillet 1896, les règlements du "challenge de natation inter-sud-ouest", rédigés selon la formule définie par Jean Borie (U.S.F.S.A.), sont adoptés.

147Les premiers championnats du Sud-Ouest se déroulent le 18 août 1896 aux bains flottants de La Bastide. Kürtz, sociétaire du S.A.B., s'adjuge les titres sur 60 mètres et sur 120 mètres. Williamson, du Stade Bordelais, remporte l'épreuve sur 240 mètres en devançant trois nageurs sabistes.

148La première édition du "challenge de natation Jean Borie" (course-relais par équipes de quatre nageurs) est disputée le 30 août suivant, non pas dans le bassin à flot des docks de Bordeaux comme initialement prévu, mais également aux bains flottants de La Bastide. Terigi père. Commandant du Port de Bordeaux, remplit les délicates fonctions de juge arbitre. L'excellente équipe du Sport Athlétique Libournais (Ferdinand — capitaine —, Richer, Dutau, Técheney) l'emporte sur celle du Stade Bordelais (Williamson — capitaine —, Duprat, Schedelin, Petit).

149Ces faits sont à souligner dans la mesure où de telles initiatives sont antérieures aux dispositions nationales prises par l'Union. En effet, celle-ci ne parviendra pas à organiser des championnats de France de natation avant 1899 et 1900 (en fonction des spécialités de nage). Le constat vaut également pour le water-polo.

150Le Président Shearer suit avec une attention toute particulière la pratique de la natation sportive dans le cadre du club. Son nom figure même dans les engagement pour diverses compétitions. Cet intérêt manifesté pour la natation s'explique peut-être compte tenu de ses implications professionnelles et, conjointement, par la marque positive d'une éducation de jeunesse ayant valorisé les activités sportives balnéaires. Par ailleurs, certains nageurs du Stade sont probablement recrutés parmi des jeunes gens employés dans les entreprises liées aux activités du port de Bordeaux.

Le premier championnat de lawn-tennis

151En lawn-tennis, on retrouve les noms de Cartwright, Eastman, Martyn, Vene... C'est d'abord le jeune Stanley Hutchinson qui va s'occuper de cette discipline au sein du club. La meilleure équipe de double est composée de Eastman et W. Martyn. Le premier « championnat du Sud-Ouest de tennis » (sous l'égide du Comité du Sud-Ouest de l’U.S.F.S.A.) (en single) est joué en juillet 1896. Pour la région, il s'agit de la première compétition officielle disputée dans cette spécialité sportive. Le fait mérite d'être souligné.

152L'épreuve se déroule sur deux journées. La première doit permettre de distinguer les finalistes.

« Ce championnat disputé sur les courts du Sport Athlétique Bordelais, au milieu d'une brillante assistance (...), J. Sarrailh, vice-président et secrétaire général du S.A.B., avait réuni 10 concurrents dont deux du Saint-Georges Athletic Club, quatre du Sport Athlétique Bordelais et quatre du Stade Bordelais ».
(Bordeaux, 12 juillet 1896).

153Rappelons que le S.A.B. possède à l'époque deux courts de lawntennis. Ce club recrute en partie son effectif parmi la jeunesse issue des milieux de négociants et de marchands de la "vieille ville". Les « Rousselins », comme on les désigne parfois pour les distinguer des richissimes négociants des « Chartrons », ne négligent pas l'éducation des jeunes par le sport. L'expression évoque la rue de La Rousselle, particulièrement prospère, qui rassemble de nombreux commerces de gros et de demi-gros. Quelques Anglais employés dans des entreprises liées aux activités portuaires sont sociétaires du Sport Athlétique Bordelais. Ces deux facteurs expliquent que les Sabistes pratiquent déjà le lawn-tennis sur leurs propres installations.

154Le Saint-Georges Athlétic Club (implanté à Royan) est représenté par les frères Charles et Jean Robert, qui sont conjointement sociétaires du Stade Bordelais.

155La semaine suivante, les finales de simple et de double sont disputées sur le terrain du Stade Bordelais. Les Stadistes bordelais se retrouvent en finale et ces premiers titres officiels reviennent au S.B. En simple, Eastman (S.B.) l'emporte sur Charles Robert (S.G.A.C.). En double, la paire Eastman et Martyn (S.B.) prennent le meilleur sur Charles Robert et P. Kehrig (S.G.A.C.). Le Président du club décide de fonder pour le lawn-tennis un « prix Shearer » ; il sera disputé dès l'année suivante, de manière à susciter l'émulation parmi les meilleurs joueurs du Comité.

156Le Stade Bordelais et le Sport Athlétique Bordelais implantent le lawn-tennis de compétition, selon la formule des championnats définis par l'U.S.F.S.A., et dans le cadre du Comité régional de l'Union. Evidemment, le rôle des ex-sociétaires du B.A.C. a été déterminant mais il semble que celui des jeunes bordelais ayant effectué une partie de leurs études outre-Manche n'est pas à négliger.

La fondation de la société Athlétique de la Villa Primrose

157Mentionnons l'existence d'un autre foyer qui va favoriser, peu de temps après, l'essor du lawn tennis de compétition à Bordeaux. Dans les années 1895, on pratique déjà cette discipline, à la belle saison, dans deux ou trois propriétés des environs appartenant à de riches négociants bordelais. L'histoire a retenu spécialement celles d'Edouard Lawton, dénommée Bel-Sito, et de Daniel Guestier, appelée La Cruz. L'une et l'autre sont situées à Floirac, sur le coteau qui domine le fleuve. On y joue au tennis entre gens de la bonne société et en famille. Il s'agit encore d'un jeu mondain et d'un loisir réservé. Les tenues vestimentaires sont caractéristiques : vastes chapeaux de paille et longues jupes pour les dames, canotiers, col dur cravates et pantalons pour les messieurs... Quelques années plus tard, en 1897, ces sportsmen adeptes du lawn-tennis vont fonder la Société Athlétique de la Villa Primrose, installée à Caudéran.

158Signalons également que le Stade Bordelais organise en 1896 quelques rares parties de cricket, « ce jeu à peu près inconnu à Bordeaux ». Un article paru dans la presse locale rend compte d'une de ces parties, tout en rappelant cependant que le Bordeaux Athletic Club le pratiquait déjà depuis quelques années.

159Dans cette courte période des années 1892-96, la « préparation militaire » ne semble pas occuper un rang important au sein des activités du club. Les modifications apportées aux Statuts en 1896 suggèrent de formuler pareille supposition.

160Le Stade Bordelais diversifie ses activités sportives. A l'issue de l'Assemblée Générale du club, le 2 octobre 1895, les rapporteurs nommés pour les différents sports sont les suivants :

« Sont nommés : M. York, pour le football (rugby et association) ; M. Cédié, pour les courses à pied ; M. Hutchinson, pour le lawn-tennis ; M. Bosquet, pour la vélocipédie ; M. Dabezies, pour les jeux divers ; M. Williamson, pour la natation ; M. Chailliaut, pour les excursions ».

Un club qui prend de l’importance

  • 26 A la mort de son fils, décédé en 1896 des suites d'une méningite, Fernand Panajou fondera le célèbr (...)
  • 27 Surnommé "Monsieur H H", le Bordelais Henry Hoursiangou fut en effet Président du Comité Directeur (...)

161Dans les années 1895 et 1896, le « Stade » voit le nombre de ses membres actifs augmenter très sensiblement. Les premières "vedettes" du club, dont Charles Robert et Pascal Laporte, font des émules parmi les plus jeunes. Ce dernier est employé dans les bureaux de la compagnie Hutchinson que dirige le Président Shearer. On note également l'entrée de quelques « noms » qui deviendront plus tard des personnalités du « monde sportif » dans le Sud-Ouest. France Panajou, le fils du célèbre photographe bordelais, entre au Stade Bordelais en 189526. Henry Hoursiangou, spécialiste des épreuves de marche, est admis "membre actif" en août 1896. Quelques années plus tard, on le retrouvera rédacteur en chef du journal Le Sportsman (Bordeaux) fondé en 1909, puis de L'Athlète (fondé en 1917) qui deviendra L'Athlète Moderne. H. Hoursiangou sera aussi le premier "président" du rugby français27. Le "Stade" enregistre également l'adhésion — éphémère — de Cyprien-Alfred Duprat en mars 1896. Il s'agit du futur architecte et urbaniste bordelais, qui concevra, entre autres travaux, la réalisation du premier Parc des Sports de Lescure (Bordeaux), inauguré en mars 1924. Précurseur et apôtre de l'idée aérienne, ce dernier comptera en 1901 parmi les fondateurs de l'Aéro-Club du Sud-Ouest dont il restera Président pendant trente ans.

162On peut raisonnablement estimer, au total, à une centaine de membres l'effectif du Stade Bordelais, dans les années 1895-97.

163Le club entreprend de mieux aménager les "installations" sportives de Sainte-Germaine. Il fait établir une grande piste circulaire, pour les épreuves d'athlétisme, ainsi qu'un court de tennis au printemps 1896. La pelouse située au centre de la piste d'athlétisme est destinée aux matches de rugby et d'association.

164Conscient de l'essor que prend le sport et des succès obtenus par le Stade Bordelais, le propriétaire de « Sainte-Germaine » envisage d'augmenter sérieusement le montant de la location du terrain...

« Les derniers mois nous apportent quelques soucis. M. Desmaisons, propriétaire des terrains, se fait tirer l'oreille pour le renouvellement de son bail. C'est une maladie chronique dont notre Trésorerie aura à souffrir longtemps. Un accord se fera en fin d'année sur la base de 500 francs l'an et ce jusqu'à fin mars 1897, le Stade devant en sus faire un service de 6 invitations au propriétaire »
(témoignage de Délias, ibid.).

165La saison 1895-96 est véritablement décisive pour le Stade Bordelais. Elle est marquée par l'accession à la présidence de James S. Shearer. En favorisant la diffusion de plusieurs disciplines, ce dernier va conjointement asseoir le rôle du « Comité du Sud-Ouest » de l'U.S.F.S.A. Sous l'énergique et magistrale direction du Président Shearer, le club bordelais est en train de se hisser parmi les plus grands.

Le rôle du Stade Bordelais au sein du Comité du Sud-Ouest

166C'est à la fin de l'année 1895 que le Comité du Sud-Ouest tend à mieux s'organiser, selon le règlement défini par l'Union. Le baron Pierre de Coubertin ainsi que le secrétariat parisien de l'U.S.F.S.A. y veillent tout particulièrement (réunion du 20 décembre 1895).

167Désormais, le Comité fondé en mars 1893 a la charge d'organiser divers championnats du Sud-Ouest : en athlétisme, en cross-country et en football-rugby (dès 1893), en football-association (dès 1895), en lawn-tennis et en natation (dès 1896). De même, il procède à l'homologation des records et des palmarès dans chacune de ces disciplines sportives et pour les diverses spécialités composant ces disciplines.

168Grâce aux Stadistes, Bordeaux s'impose immédiatement après Paris comme le principal foyer de développement des sports athlétiques. De même, le S.A.B. soutient l'action de diverses sociétés scolaires : les Volontaires du lycée de La Rochelle, dès 1894 ; la Vaillante du collège de Saintes (1896). En 1895, le Sabiste Max Chassin est également président des Genêts, du collège de Blaye. Toutes ces sociétés sont susceptibles d'adhérer au Comité de l'Union...

VIII. 1899 : LE PREMIER TITRE DE « CHAMPION DE FRANCE DE RUGBY »

169De 1896 à 1899, c'est incontestablement l'équipe de football-rugby qui est la plus en vue parmi les activités sportives du club. Les Bordelais se déplacent en nombre pour assister aux exploits des « Stadistes » sur le terrain de Sainte-Germaine. Déjà se dessine l'extraordinaire pouvoir d'identification du public que suscitent les matches opposant deux équipes sportives. La presse de l'Union annonce les rencontres et elle relate avec les détails qui s'imposent les péripéties des matches, le nombre de spectateurs, les exploits des joueurs et les scores. Un nouveau genre journalistique est probablement en train de naître.

Match amical Toulouse contre l’U.A.L.T.

170Le 2 février 1896, l'équipe du Stade Bordelais se rend à Toulouse, par le train, pour disputer un match de rugby contre l'Union Athlétique du Lycée de Toulouse (U.A.L.T.). La formation bordelaise est la suivante :

« Ar : J. Robert ; trois-quarts : Cartwright, St. Hutchinson, Ch. Robert, Giles ; demis : Williamson, Parsons ; avants : Lauga (cap.), Magie, Calestrémé, Albenque, Challon, Yorke, Bardet, M. Mabille. M. Shearer, arbitre ».

  • 28 Ce club s'est structuré en 1893 ou 1894. 11 entretient d’excellents rapports avec le Stade Bordelai (...)

171Le lycée de Toulouse28 parvient à tenir en échec le déjà fameux Stade Bordelais en réussissant le match nul. La rencontre se déroule en bordure de la Garonne, sur la prairie des Fifres. Les Toulousains débordent d'énergie tandis que les Bordelais montrent des signes de fatigue. Ils ont passé la nuit dans le train pour se rendre à Toulouse. Au terme du temps réglementaire, l'arbitre conclut au match nul. La prolongation ne peut être jouée car les spectateurs enthousiastes envahissent le terrain pour congratuler les joueurs.

172En fait, le score est peut-être de circonstance. Les Stadistes Bordelais jouent au rugby depuis trois ou quatre ans. Il s'agit surtout d’apporter la bonne parole de l'U.S.F.S.A. en terre toulousaine. Rémi Pech et Jack Thomas insistent sur le caractère décisif de l'événement. Pour la première fois, semble-t-il, la presse de Toulouse rend compte d'un match de rugby.

« A la fin de la rencontre, les deux équipes se retirent au lycée pour un punch durant lequel l'accent est mis sur la fraternité, symbolisée par la médaille commémorative que les Toulousains offrent aux Bordelais. !...) C'est le premier grand match qui permet au public toulousain de découvrir un nouveau sport dont les Bordelais sont, en quelque sorte, les missionnaires. »
(R. Pech, J. Thomas, 1986, p. 98-99)

Objectif : le titre de champion de France

173La semaine suivante débute à Bordeaux, sur le terrain de Sainte-Germaine, la quatrième édition des « championnats du Sud-Ouest de Football (rugby) ». Le "Stade" remporte le titre.

174Dès la fin de l'année 1895, la valeur des "footballers" lyonnais est connue des Bordelais. "Le Football-Club de Lyon a fait en quelques mois des progrès qui le mettent très haut", souligne un dirigeant du S.B. Cette "poussée d'activité" est tout à l'honneur de la Province. Une proposition de match amical est lancée au début de l'année suivante. Compte tenu des impératifs du calendrier officiel, l'accord final ne peut se faire. Le Comité du Stade Bordelais "se voit à son grand regret obligé de décliner les avances du Football Club de Lyon, la réponse (de ce dernier) ayant été un peu trop tardive" (lettre de mars 1896). Des remerciements chaleureux sont cependant adressés au F.C.L.

175A la fin de l'année 1896, la presse confirme que l’équipe de rugby du Stade Bordelais s'apprête à livrer des rencontres contre plusieurs grandes équipes.

« Il paraît à peu près certain que le Stade Bordelais disputera cette saison à Bordeaux plusieurs matches contre les plus fortes équipes de France ».

176En effet, à l'occasion d'une assemblée du club, le 9 décembre 1896, il est donné lecture d'une lettre du Stade Français « annonçant la conclusion définitive d'un match de rugby à jouer à Bordeaux entre son équipe première et celle du S.B. Ce match aura lieu fin janvier ». Les Bordelais pourront mesurer les progrès accomplis depuis le premier match disputé en mai 1893.

Le Stade Bordelais conquiert le « bouclier »

177Le championnat reste une affaire parisienne malgré le développement que le rugby connaît en province. De nombreuses protestations sont adressées à l'U.S.F.S.A. et en particulier par les plus anciens membres de l'Union. En 1899. l'U.S.F.S.A. revoit son règlement ; les équipes des départements sont admises à participer au championnat de France. La requête décisive avait été déposée par le Stade Bordelais. A partir de cette époque, l'épreuve se disputera par matches éliminatoires entre les clubs champions des différentes régions.

178Pour 1899, la formule retenue par l'Union est la suivante. La finale oppose le club champion de Paris au club champion des départements. A Paris, on ne doute pas de la suprématie des équipes de la capitale, tout en reconnaissant les progrès accomplis en province, à Bordeaux, Lyon ou Toulouse. La première demi-finale est disputée le 12 mars, à Courbevoie, sur le terrain du Stade Français. "Plus de 2 000 spectateurs se pressaient autour du champ de jeu — c'est le record pour un match de championnat", souligne le chroniqueur de La vie au grand air (no 28, 25 mars 1899, cit. p. 332). Les Stadistes l'emportent contre le Racing Club de France par 5 points à 3. Pour sa part, le Stade Bordelais a battu le Stade Olympien des Etudiants de Toulouse, sur un score de 3 points à zéro. Il s'apprête à disputer l'autre demi-finale, contre le Football-Club de Lyon. "Encore un match sensationnel en perspective". Et le journaliste de conclure son article en précisant :

« (...) le Stade Français va jouer contre l'équipe vainqueur des clubs des départements, contre Lyon ou contre Bordeaux. Malgré les progrès effectués par celles-ci, sa victoire ne semble pas douteuse et il a les plus grandes chances de s'adjuger encore cette année le Championnat de France de Football-Rugby et de conserver le bouclier trophée du championnat »
(Ibid., p. 333).

179Il n'en est rien, et quelques semaines plus tard, le fameux « bouclier » fait son entrée à Bordeaux, pour être conservé au siège du Stade Bordelais...

180En finale, le Stade Bordelais, opposé au Stade Français, remporte le titre (son premier !) de champion de France de rugby, sur un score très serré : 5 points à 3. Le match est disputé sur le terrain de Sainte-Germaine. A Paris, la nouvelle suscite un certain scepticisme dans les milieux sportifs habitués jusque-là aux multiples succès du Stade Français.

181Rappelons les noms de ces anciens champions de France 1899 :

182Arrière : Soulé ; trois-quarts Pascal Laporte, Bertie Cartwright, J. Guiraut, Charles Robert ; demi : Harding, Lauga (capitaine) ; avants : Lajebonne, Marx, Houssement ; Deltour, Saint-Bonnet ; Terigi, Veillet, Marc Giaccardy.

183L'équipe victorieuse compte déjà deux sportifs titrés : Charles Robert, champion de France du 100 mètres plat (1898) et Carlos Deltour, membre de la Société Nautique Bordelaise, champion de France (1898) et international d'aviron.

184Ce premier titre de champion de France acquis en 1899 donne la mesure des ambitions affichées par l'équipe dirigeante du Stade Bordelais. Le club devient le porte-drapeau de la province.

L'emblème du Lion d’Aquitaine

  • 29 Détail logique puisque dans les armoiries de Bordeaux, la Province d'Aquitaine, dont Bordeaux est l (...)
  • 30 Ces croissants dateraient du séjour que fit Clovis à Burdigala, où il fut d'ailleurs reconnu roi en (...)
  • 31 Notons qu'ils figurent également sur l'écusson du S.A.B.. dès 1892-93, sur celui de l'équipe de foo (...)

185Au début de la saison 1897-98, le Stade se dote d'un écusson qui fait référence à Bordeaux et à l'Aquitaine. Le club prend l'emblème du "Lion". Tourné vers dextre, le "Lion du Stade Bordelais" est dressé, son corps et sa tête sont de profil, la langue tirée, la queue repliée parallèlement au dos se terminant par un crochet en dehors. Son panache ainsi tourné vers l'extérieur le désigne en fait comme un léopard29. Les "trois croissants" entrelacés — ou "petites armes de Bordeaux" — que la ville possède dans ses armoiries30, en dehors de son blason proprement dit, sont rapportés sur l'écusson du club31. Les lettres initiales désignant le club : S.B. (puis S.B.U.C. à partir de 1901), figurent également, entrelacées, sur l'écusson du Stade. De toute évidence, le choix des éléments retenus pour l'écusson du Stade Bordelais est l'œuvre d'un spécialiste en héraldique.

186Le club arbore les attributs emblématiques de la région. Son Lion est un moyen de reconnaissance, d'identification territoriale et symbolique, pour le club et ses partisans, pour l'adversaire, pour la presse relatant les compétitions sportives et mettant en scène les oppositions régionales ou locales.

187La séquence chronologique qui s'étend de janvier 1895 à mai 1899 correspond à la troisième phase de structuration du club. Elle est marquée par l'accès de James S. Shearer à la présidence. L'organisation du club gagne encore en efficacité et en complexité. Les nouveaux dirigeants jouissent d'une réelle aisance économique. Peu à peu, chaque section dispose d'un encadrement spécifique et déploie une activité conforme aux directives de l'Union. En développant la compétition sportive et en accumulant les succès, le club étend son rayonnement géographique. Le titre de champion de France de rugby a une résonance considérable. Il renouvelle les registres de la communication sociale et de l'expression associative en leur donnant une dimension symbolique qui déborde largement les limites du club.

188Le « Stade » joue encore la finale du championnat l'année suivante, en 1900, mais il est littéralement désintégré par une équipe du Racing Club de France en pleine possession de ses moyens : 37 points à 3 pour le R.C.F. Il paraît difficile à l'équipe du Stade Bordelais de reconquérir le titre suprême sans procéder à un examen objectif de sa propre situation et du contexte bordelais. En effet, plusieurs sociétés locales pratiquent le football-rugby.

189Cette dispersion nuit sûrement à la constitution d'une grande équipe de rugby susceptible de rivaliser avec les grands clubs de la Capitale. Telle est du moins l'opinion des dirigeants du « Stade ».

190Et c’est là que prend place l'épisode de la fusion du club sportif des étudiants de Bordeaux avec le Stade Bordelais.

Notes

1 BALDE, Jean (1885-1938). La maison au bord du fleuve. Souvenirs bordelais. Bordeaux : Ed. Delmas, 1937. Voir le chapitre : Vélocipèdes et concours hippique, p. 157-168.

2 Cette "grande enquête", qui couvre l’ensemble du territoire national, est publiée l’année suivante, en 1898, sous la forme d'un petit ouvrage.

3 Il s'agit de la liasse 1 R 110. Dans les fonds déposés aux Archives Départementales, les sociétés sportives ont été classées avec les sociétés de préparation militaire, tir et gymnastique, car elles étaient également soumises à l'agrément du Ministère de la Guerre.

4 Il n en reste pas moins sûr que l'existence du Stade Bordelais est établie dès cette époque. Il existe une plaquette officielle des Statuts — révisés — du Stade Bordelais, datée de 1896, qui précise bien la mention : « Fondé en 1889 »... Deux exemplaires de ces statuts ont été déposés à la Préfecture.

5 Cette autorisation de police ne conférait pas à l’association la personnalité qui ne pouvait résulter que de sa reconnaissance d'utilité publique.

6 Cette appellation est probablement inspirée de celle du Stade Français (Paris). De même, le Racing Club de Bordeaux, fondé un peu plus tard, en mai 1898, est-il constitué à l’imitation du très prestigieux Racing Club de France.

7 Cette Union est fondée le 31 janvier 1889. Elle succède à l’éphémère Union des Sociétés françaises de courses à pied, constituée en novembre 1887. L'Annuaire 1890 de l'U.S.F.S.A., présente les responsables, dont Georges de Saint-Clair (ex-président du Racing), président de l’Union ; Pierre de Coubertin, secrétaire général ; Jules Marcadet (membre Fondateur du Stade Français et cheville ouvrière de l’Union) ; C. Heywood (président du Stade Français), etc. En juillet 1890, l'U.S.F.S.A. regroupe quatre sociétés (civiles) et neuf associations sportives (scolaires) affiliées, qui totalisent environ trois cents membres.

8 Témoignage d'Octave Bardet paru dans le journal mensuel Le SBUC, no 10, octobre 1940.

9 HAZERA, Brigitte. Les loisirs des Bordelais à la Belle Epoque (1880-1914). D.E.S. sous la direction du Professeur Georges Dupeux, Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Bordeaux, 1966.

10 Norbert Duffort montre que plusieurs dizaines d'associations de quartier se mettent en place à Bordeaux durant cette décennie.
« La municipalité s'appuie sur ces associations lors des fêtes officielles : aussi à l'occasion du 14 juillet 1890, elle accorde des subventions à quatorze comités de quartiers pour organiser jeux, bals, concerts, etc. »
Aspects de la vie culturelle bordelaise au XIXème siècle, sous la direction de G. Dupeux, CESURB-Histoire, M.S.H.A., 1980, cit. p. 56.

11 A tel point d'ailleurs que nous ne retrouvons aucun des noms de membres-fondateurs, qui figurent sur la liste dressée en 1890, à partir de 1893 et pour les années suivantes. La société a-t-elle été "vidée" de ses instigateurs, au terme d’une discrète mais efficace sélection sociale appliquée par les nouveaux arrivants ? L'hypothèse paraît excessive. Les fondateurs du « Stade » ont rapidement abandonné la pratique du sport ; certains d'entre eux ont pu aussi se retrouver dans d'autres sociétés sportives qui voient le jour dans ces années-là, assez largement investies par les employés bordelais.

12 Ceci explique la relative discrétion des témoignages et des notices historiques, faisant autorité, sur les circonstances de la fondation du club et sur les années 1890-1891... Ce sont des stadistes de la seconde génération qui les ont produits.

13 A cet égard, un groupe de jeunes scolaires (?), s'adonnant à la course à pied, auquel appartenait Bardet, s'était probablement attribué le titre flatteur de « Stade Bordelais ». Ce groupe participe aux festivités du 14 juillet, en 1889 et l'année suivante. De même, à Paris, les lycéens de Condorcet, de l'Ecole Monge (aujourd'hui lycée Carnot) et de Rollin se groupent en un « Racing Club », dès l'automne 1882. C’est seulement deux ans plus tard qu'est fondé le Racing Club. Sur ce point, voir l'ouvrage de Georges BOURDON, La Renaissance athlétique et le Racing Club de France, Paris : éd. du R.C.F., 1906, p. 23 et suivantes. On observe un processus analogue pour la création du Stade Français, constitué vers 1880 dans le cadre du lycée Saint-Louis avant de naître officiellement en 1883. Sur les débuts du Stade Français, se reporter au numéro spécial de la revue Bleu et Rouge : Aux origines du Sport Français. Jules Marcadet, éd. S.F., 1979. Voir également le catalogue de l'exposition du Centenaire du club : Stade Français - 100 ans de sport 1983.

14 DUPEUX, Georges. Le monde des employés, op. cit., p. 432-434.

15 Encore que la fondation officielle du Golf-Club-Bordelais ne date que du 6 juin 1900.

16 De Crisenoy n'est autre que l'oncle du baron Pierre de Coubertin, Secrétaire Général de l'Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques. On entrevoit à ce sujet ce qu'a pu être le jeu complexe de prises de contact, de relations sociales (et d’affinités idéologiques !) pour assurer le succès de la démarche.

17 C'est d'ailleurs à l'occasion de ce jubilé de l'Union que Pierre de Coubertin propose le « rétablissement des Jeux Olympiques », à la Sorbonne, le 25 novembre 1892.

18 Divers extraits que nous utilisons proviennent de dossiers composés de coupures de presse (datées mais non identifiées) du « stadiste français » Raoul Saulnier. Sans doute s'agit-il de "rubriques locales" parues dans les deux revues officielles de l'U.S.F.S.A. : Les Sports Athlétiques et la Revue Athlétique. On connaît mieux le rôle et l'impact (relatif !) de ces revues de l’Union avec la publication du bon ouvrage d'Yvon LÉZIART : Sport et dynamiques sociales. Joinville-le-Pont : éd. Actio, 1989 (p. 44-75).

19 Cette information est encore tirée d’un article paru, semble-t-il, dans l'organe officiel de l'U.S.F.S.A. : la revue hebdomadaire Les Sports Athlétiques. Les noms de ces joueurs figurent également dans les résultats des réunions d'athlétisme et quelquefois de vélocipédie. Charles Robert, le capitaine, fameux trois-quarts, sera également champion de France du 100 m en 1898. Appelé pour raison professionnelle "aux colonies", il devait mourir prématurément, "à la suite d'un trop long séjour dans la brousse sénégalienne. (sic).

20 En fait, à ce moment-là, il s'agit toujours des "chroniques locales" parues dans l'une des deux revues de l'U.S.F.S.A. : Les Sports Athlétiques ou La Revue Athlétique, ainsi que nous l'avons noté plus haut. Ces deux revues permettent la diffusion des valeurs sportives propres à l’Union. Elles favorisent également l'information au sein de celle-ci. Pourtant, il semble bien que ni l'une ni l'autre n'a eu un rôle local de promotion "médiatique" des clubs ou des spécialités sportives. De toute évidence, leur audience se limitait aux membres de l'Union.

21 Stanley Hutchinson s'installera à Bordeaux comme négociant en vins et spiritueux. Il restera un des principaux supporters du Stade Bordelais. Quelques années plus tard, lui et son camarade Edwards seront également sociétaires du Golf Club Bordelais. En 1930, Hutchinson est aussi membre et conseiller du très distingué Sport Nautique de la Gironde.

22 Le SBUC, no 11, novembre 1940.

23 Stade Bordelais fondé en 1889 (Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques), Statuts. Bordeaux, 1896 (13 p.).

24 « Le S.B. compte dans son sein plusieurs membres de la colonie anglaise », prend soin de noter Maurice Martin dans sa Grande enquête sportive. Cyclisme, automobile et autres sports, Paris, E. Brocherioux, 1898 (cit. p. 64).

25 Du point de vue d’un historique de la discipline, ces informations et le rôle joué par le Stade Bordelais ont une certaine importance puisque N.G. Tunmer et E. Fraysse consignent ces événements dans leur livre : Football (Association). Paris : Librairie Armand Colin, 1904 (2ème édition, revue et augmentée).
« Le championnat du Sud-Ouest, fondé par l'Union des S.A., ne mit en présence que deux clubs : le Stade Bordelais et le Sport Athlétique de Bordeaux. Le S.B., dont l'équipe était composée pour une bonne moitié de joueurs anglais, remporta difficilement la victoire par 4 buts à 2 ».
(cit. p. 16).

26 A la mort de son fils, décédé en 1896 des suites d'une méningite, Fernand Panajou fondera le célèbre « challenge Panajou », qui sera disputé en athlétisme, par équipe, en mémoire de France. Fernand Panajou restera toute sa vie un allié indéfectible du Stade Bordelais.

27 Surnommé "Monsieur H H", le Bordelais Henry Hoursiangou fut en effet Président du Comité Directeur du Rugby de l'U.S.F.S.A. en 1919-20, à la veille de la création de la F.F.R.

28 Ce club s'est structuré en 1893 ou 1894. 11 entretient d’excellents rapports avec le Stade Bordelais. En 1896, deux nouveaux clubs sportifs voient le jour à Toulouse : un certain Stade Toulousain et le Sport Athlétique Toulousain (S.A.T.). En 1897, cette équipe change de dénomination. Elle devient le Stade Olympien des Etudiants de Toulouse. Une scission intervient en 1900 et les étudiants de l'Ecole vétérinaire prennent leur autonomie en fondant l'Union Sportive de l'Ecole vétérinaire. En 1907, le S.O.E.T. ayant englobé le Véto Sport prend le nom de Stade Toulousain.

29 Détail logique puisque dans les armoiries de Bordeaux, la Province d'Aquitaine, dont Bordeaux est la capitale, est figurée par le léopard — de Guyenne — ou "lion passant, la tête face et la dextre levée".

30 Ces croissants dateraient du séjour que fit Clovis à Burdigala, où il fut d'ailleurs reconnu roi en l'an 509.

31 Notons qu'ils figurent également sur l'écusson du S.A.B.. dès 1892-93, sur celui de l'équipe de football-rugby des Muguets du lycée de Bordeaux et sur le blason du B.E.C.

Notes de fin

1 Les texte cités en italiques sont à l’origine des textes manuscrits.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search