Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie des politiques sportives locales

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Michel Dané

Derniers prolongements... (avril 1989-juin 1991)

Texte intégral

"Chaque clan a sa coiffure. Dans le clan de la Tortue, par exemple, les cheveux sont rasés"...
D’après Emile Durkheim : Les formes élémentaires de la vie religieuse. 1912. (rééd. Paris : P.U.F., 1968, cit. p. 163).

1Il n’était pas dans notre intention de départ d’envisager ces dernières années. "L’actualité sportive commande", selon l’expression consacrée, puisque le CA.B.B.G. vient de s’imposer en finale du championnat de France de rugby face au Stade Toulousain. Il nous a paru utile de restituer l’ambiance de l’événement et sa signification dans le contexte de la vie sportive béglaise. Le mode d’expression utilisé est volontairement descriptif. Il est agrémenté de nombreux témoignages tirés de la presse régionale et locale. Toutefois, le cas échéant, le propos met en avant quelques considérations plus sociologiques.

1) Le "nouveau maire" et l’action sportive municipale

2Quelques mois après son élection, Noël Manière informe ses administrés de l’action municipale dans le bulletin La lettre de Bègles. Spécial budget, de mars 1990. Il fait allusion à l’« héritage » laissé par l’équipe sortante.

"(...) La vérité m’oblige à dénoncer ici les procédés peu républicains de l’ancienne équipe municipale. En votant au cœur de la campagne 89 un budget électoraliste et démagogique, elle a voulu nous prendre en otage et nous faire appliquer les choix que nous combattons".

3Le sport figure au nombre des priorités, avec les projets suivants :

"Prolongement du gymnase Duhourquet pour une salle de tennis de table.
Création d’un mur d’escalade autofinancé à terme par les demandes d’utilisation béglaises et extérieures.
Rénovation de divers lieux sportifs.
Augmentation des subventions aux sociétés sportives les plus vivantes.
Aménagement du stade de Musard".

4Un tableau comparatif des dépenses par sections (1988 et 1990) montre cependant que l’augmentation de l’effort municipal, en matière d’action sportive, n’est que de 5 %... De toute évidence, l’ancienne municipalité a conduit une politique sportive sans lacune.

5Le groupe communiste reste mobilisé et informe la population béglaise de son action grâce à la diffusion du bulletin Bègles Avance. Dans le domaine du sport et des loisirs de pleine nature, le maire en exercice est attaqué sur plusieurs fronts. On lui reproche de "démunicipaliser" une partie du service culturel, social et de loisir au bénéfice de nouvelles structures mises en place. De même, des associations, "para-municipales et de type privées", se partageraient la quasi-totalité des subventions de la mairie, laissant une soixantaine d’associations plutôt démunies (voir la Lettre du "Groupe de gauche" aux présidents d’associations, datée du 14 mars 1991. Le centre aéré de Martillac (Gironde) et l’équipement de Saint-Lary (Hautes-Pyrénées) semblent délaissés. Le mur d’escalade est resté au stade de la promesse électorale. "Pour ce qui est du prestigieux et onéreux mur d’escalade, ce sera l’Arlésienne. Vous en parlez mais nous ne le verrons jamais" (Lettre, ibid.).

2) Le rayonnement du « C.A.B. »

6Le grand club omnisports de la commune est en train d’élargir sensiblement son audience. On peut considérer plusieurs aspects.

- La "grande fête du rugby" (25 novembre 1989)

7Déjà envisagée par la municipalité sortante, la manifestation se déroule finalement en novembre 1989, organisée par la ville de Bègles et par le C.A.B.B.G. Il s’agit d’une fête-anniversaire. Vainqueur de la Coupe de France en 1949, puis champion de France en 1969, Bègles ne peut pas manquer d’honorer son club prestigieux en 1989.

"Je suis particulièrement heureux de pouvoir célébrer le rugby à Bègles puisqu’il s’inscrit dans la tradition de l’histoire de notre ville",

8souligne, en cette occasion, Noël Manière.

9Au lendemain des festivités, le journal Sud-Ouest s’étend sur la grande réussite de la manifestation (René Cazenave, "La fête du rugby : un bel essai transformé sur quarante années", S.-O. du 28 novembre 1989). Les personnalités sportives, politiques, administratives et de la presse ont répondu présent à l’appel.

10Dans la matinée, le maire procède au vernissage de l’exposition à la gloire du CA.B et du rugby. Il est "accompagné de tout son conseil municipal, de J.-P. Rieu, adjoint aux sports ; F. Joandet, délégué aux sports ; Claude Barande, député-maire de Villenave ; M. Philippe Madrelle, président du conseil général ; M. Jacques Valade, président de la C.U.B. ; M. Manciet, représentant le président Chaban-Delmas ; M. J.-F. Lemoîne, directeur général de « Sud-Ouest » (retenu par d’autres obligations, devait assister au match CABBG-Voiron) ; M. Joël Aubert, rédacteur en chef de « Sud-Ouest » ; M. Jouve, maire de Léognan ; M. Badet, représentant M. Sainte-Marie, député-maire de Mérignac ; M. Houdebert, maire d’Ambarès, vice-président de la CUB ; M. Garmendia, député-maire de Cenon ; le docteur Jault, conseiller général de La Bastide ; M. Paris, conseiller général ; M. André Moga, vice-président de la FFR ; M. Philippe Maliver, directeur de la Lyonnaise des Eaux ; M. Duplan, inspecteur d’académie ; M. Lavail, directeur de la Jeunesse et des Sports, et même M. Roger Austry, arbitre fédéral qui dirigea la finale de 1969, et bien entendu une foule d’amis". (S.-O. cité).

11Le rugby du C.A.B. constitue un excellent thème de ralliement, par delà les clivages politiques. Le club opère à l’intersection de différents plans de l’organisation sociale. Les notables de droite y côtoient les hommes politique de gauche. Noël Mamère remet la médaille de la ville de Bègles à diverses personnalités sportives du club : Jean Callède, le doyen d’âge, Jean Martin, Lucien Suhebiette, Auguste Ayphassorho, Yves Appriou et quelques autres. Pendant l’après-midi, les équipes du club en décousent sur le terrain de Musard, dans les différents niveaux de championnats. Le soir, un repas de 600 couverts est servi dans la salle de tennis aménagée à cet effet.

12La veille de cette manifestation, le journaliste Joël Gouriou souligne les ambitions de la nouvelle équipe de rugby.

"Refaire le coup de 1969 ne déplairait pas aux joueurs de l’actuel CABBG. On s’en doute. Mais le rugby des années 1980-1990 ne laisse guère de place à l’aventure. Même s’il conserve heureusement cette joie de vivre, sans quoi le sport ne saurait exister". (Sud-Ouest du 24 novembre 1989)

- Le sport de haut niveau et son effet d’image

13Là encore, le C.A.B. apporte une contribution importante. Il renforce, d’une certaine manière, la notoriété de la ville. Sans parler de l’équipe de rugby, plusieurs sections portent haut les couleurs de la cité.

14Le cross international de Bègles fait connaître la ville. Au fil des saisons, il est devenu une référence de premier plan.

"Porté au calendrier national par la FFA, reconnu par des milliers d’athlètes et dirigeants français et étrangers, cette grande épreuve doit confirmer et démontrer que l’Aquitaine, à travers la ville de Bègles et le C.A.B., possède un cross de grande dimension". ("Cinq nations à Bègles", Sud-Ouest du 5 janvier 1990)

15De même, la gymnastique fait du C.A.B. un des grands clubs français. S’il occupe le quatorzième rang national, il s’impose incontestablement comme la première formation — garçons et filles — de la zone sud-ouest. En 1990, la "gym" s’adjoint un section de trampoline, discipline particulièrement spectaculaire mais encore peu développée en club.

16Le hand-ball féminin s’est restructuré en 1987 sous la forme de l'Entente C.A.B.-A.S.P.OM. Cette alliance porte ses fruits à l’issue de la saison 1989-90. L’équipe féminine accède au championnat de nationale 1B.

"Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes du côté du Dorat, d’autant plus que la mairie de Bègles commence à s’intéresser aux résultats. Elle a sans doute un rôle à jouer dans l’avenir de cette équipe". (Claude Canellas, "CAB-ASPOM : une montée historique", Sud-Ouest du 31 mai 1990)

17Dès la saison qui suit, les féminines disputent le championnat de nationale 1 A, tandis que l’équipe masculine évolue toujours au niveau de la nationale 3.

18Incontestablement, le club contribue à l’image de marque de la ville de Bègles. L’assemblée générale, qui se tient au mois de juin 1990, est l’occasion de faire le bilan positif d’une année de succès sportifs (voir le compte rendu "C.A.B. Une grande cité sportive", Sud-Ouest du 28 juin 1990). Le président André Moga reçoit la médaille d’or du club. L’association sportive regroupe 1512 personnes réparties en onze sections. Ceci ne va pas sans poser quelquefois des problèmes de finances. Si la municipalité, cette fois encore, a augmenté sa subvention, elle "ne peut faire plus", précise clairement M. Rieu, adjoint aux sports. Il faudra que le club trouve quelques sponsors généreux pour alimenter sa caisse.

19Dans son allocation, Jean Martin, le président général du C.A.B., réaffirme sa confiance en l’avenir, « avec un CAB doté de nouveaux moyens, qui devraient faire de lui le phare des clubs omnisports de la région bordelaise » (ibid.). Au moment de l’élaboration du budget municipal, Jean Martin avait déjà résumé ses vœux de « nouvelle année » dans le bulletin : Le Cabiste, no 5 (janvier - février 1991), distribué à Musard à l’occasion du match Bègles-Montauban du 12 janvier 1991.

"Je n’aurais garde d’oublier les sections dont les installations ne sont pas dignes du C.A.Béglais. En premier lieu, l’entrée du stade dont le projet de réfection date de plusieurs années, mais dont la solution, j’en suis certain, est au programme de la Mairie en 1991, et puis les terrains de Football, la salle pour le Tennis de table, et puis et puis !!!...
J’arrête mes demandes, elles sont indispensables à la survie du Club. Je sais qu’il faut du temps, temps que je voudrais le plus court possible".

3) « Bègles » : champion de France !

20La section la plus en vue du club est sans conteste celle du rugby. Pendant la saison 1998-90, la presse lui fait souvent le reproche d’avoir "l’esprit trop bagarreur". La saison qui suit livre une équipe transformée et terriblement efficace sur le terrain de jeu. Elle ambitionne de faire un parcours exemplaire dans le championnat.

- Mobilisation collective et renouvellement de l’emblématique sportive

21La presse régionale contribue efficacement à cette mobilisation et nombreux sont les amateurs de rugby qui croient aux chances du CA.B.B.G. L’équipe est associée à l'image de la ville de Bègles dans diverses occasions. Ainsi, pendant la foire-exposition internationale qui se tient à Bordeaux-lac, le rugby est à l’honneur au stand "Ville de Bègles". A ce stand, "est invité ce qui reste de plus symbolique après l’effondrement de la morue et le rosissement de la barrière rouge, pour exprimer l’identité et les états d’âme d’une banlieue du port de la lune : le rugby". (Jean-François Mézergues, "Le rugby à inventer", Sud-Ouest du 9 mai 1991).

22De victoire en victoire, l’équipe du C.A.B.B.G. est parvenue à drainer un public de plus en plus nombreux, au sein de la commune bien sûr mais également à une plus vaste échelle, la région bordelaise.

23"Le phénomène se produit au moment où toute une agglomération est à la recherche d’un symbole sportif de victoire et de renouveau", note un éditorialiste qui tient à conserver l’anonymat ("Bègles est entré dans Bordeaux", Sud-Ouest du 13 mai 1991). Comment ne pas déceler dans ces quelques mots une allusion au club des Girondins de Bordeaux et ses scandales qui défrayent la chronique ? La culture du ballon ovale prend l’avantage sur l’affairisme douteux des promoteurs du ballon rond.

24Au fur et à mesure que l’équipe se rapproche de la phase ultime du championnat de France, l’emblématique de « Bègles » se définit avec netteté, grâce à la complicité des journalistes de sport. Ce processus de recomposition emblématique peut être apprécié sur une plus longue durée, en prenant pour référence les trois dates qui ont sacré l’excellence du club : 1949,1969 et 1991. Intéressons-nous aux marqueurs identitaires caractéristiques de ces temps forts. D’une certaine façon, ils s’imposent comme des indicateurs sociologiques de première importance.

25En 1949, le succès des Béglais est perçu comme la victoire des « jardiniers » et/ou des « banlieusards » bordelais : "une palme dans les jardins de Bègles", note l’historiographe du rugby Georges Pastre. C’est la victoire d’une modeste banlieue de Bordeaux encore marquée par son esprit communautaire et par sa vocation maraîchère... Bien des héros de cette époque sont restés fidèles à l’appellation de "jardiniers", probablement sans s’en rendre compte. S’exprimant à propos des "aînés" du CA.B., un journaliste ne pense pas si bien dire en notant que, dans les années cinquante, ces "purs Béglais portaient le maillot à damiers et jouaient à Musard comme dans leur jardin. D’ailleurs la plupart ont leur jardin qui donne sur le stade, ajoute-t-il au sujet de ces anciens rugbymen béglais ("Les amis du club des 'ex"', Sud-Ouest du 31 mai 1991).

26En 1969, la victoire du C.A.B. marque le triomphe du maillot à damiers et du fameux "radis". Des "jardiniers" aux "radis", il n’y a qu’un geste. L’appellation est toujours construite en référence à la ceinture maraîchère de Bordeaux avec ses fraisiers de Pessac, ses pommes de terre d’Eysine et ses radis de Bègles...

27Le voyage de retour, qui mène l’équipe des nouveaux champions de France du stade Gerland, de Lyon, à Bègles est épique. Deux ans auparavant, le club béglais a déjà disputé la finale, perdue contre Montauban. Cette année-là, la désignation d’avance du stade municipal de Bordeaux joue comme un heureux concours de circonstances. C’est à proximité des Montalbanais et à deux pas de Bègles. Il n’en faut pas tant pour déchaîner un enthousiasme des Béglais qui gagne l’ensemble de l’agglomération bordelaise. Georges Pastre décrit l’ambiance des tribunes. "Les banlieusards se regroupaient autour de pancartes à damiers ou encore d’énormes radis en carton-pâte".

28Il faudra encore attendre deux saisons pour que ces figures emblématiques de la communauté béglaise s’imposent à la France du rugby. En 1969, l'équipe obtient le titre tant convoité, aux dépens du prestigieux Stade Toulousain. Daniel Dubois commande ce groupement de barbus. Un vœu oblige les joueurs du C.A.B. à respecter jusqu’au bout de l’épreuve du championnat un suplément pileux qu’ils ont décidé de laisser croître. Les banderoles et pancartes brandies par les supporters béglais sont frappées de l’effigie du damier bleu et blanc et du radis. Le C.A.B. l’emporte, et avec lui, c’est toute une ville de la banlieue bordelaise qui manifeste sa cohésion et son identité.

29La saison 1990-91 et le titre obtenu au Parc des Princes, à Paris, le 2 juin 1991, montre un changement dans la référence emblématique de l'équipe béglaise. Déjà, au moment de l’accord passé avec la ville de Bordeaux, le C.A.B., qui devient le C.A.B.B., utilise un nouveau maillot. En empruntant le vocabulaire de la science du blason, précisons qu’au dispositif en damier (ou "échiqueté") succède une forme simplifiée (en "quartiers"). Les couleurs restent les mêmes : bleu et blanc. Le « radis » est moins présent que par le passé. Il figure en page de couverture de la plaquette anniversaire du club (1982), en guise d’écusson. On le retrouve également à l’occasion du jubilé de novembre 1989 mais il paraît largement éclipsé par la nouvelle référence qu’est la « tortue » en 1991.

30L’emblématique de l’équipe de rugby se trouve entièrement recomposée, avec la complicité de la presse écrite et telévisée ainsi que des photographes de sport. Michel Iturria, l’auteur d’une bande dessinée à la gloire des Rubipèdes", met ses talents de dessinateur humoriste au service de l’épopée du C.A.B.B.G.

31Pour le maillot, la disposition géométrique simplifiée met en valeur la marque des sponsors. L’entité Bègles-Bordeaux-Gironde bénéficie désormais d’un marqueur spécifique, tandis que le C.A.B. omnisports conserve le maillot au damier "traditionnel", à la référence strictement béglaise. La perte du "radis" au bénéfice » de la "tortue" confirme une certaine délocalisation symbolique (par rapport à la commune de Bègles) et une relocalisation qui opère sur un plus vaste périmètre, "girondin" et "régional". De plus, cette substitution emblématique marque, nous semble-t-il, une certaine rupture avec l’image "historique" et "traditionnelle" de Bègles au profit d’un symbole "moderniste", pour lequel le jeu des correspondances logiques opère sur un autre plan.

— Prospectus distribué par la mairie pour fêter le retour des vainqueurs

- Le jeu des références emblématiques

32La "tortue" désigne d’abord un mode d’expression technique et de progression mis au point par l’entraîneur et l’équipe d’avants. Cette "créature collective" dévore les ballons et bouscule l’adversaire. Elle a déjà fait ses preuves d’efficacité lorsqu’elle acquiert un trait supplémentaire au moment où les joueurs de la ligne d’avant opèrent le crâne entièrement rasé... Le turbulent Vincent Moscato donne le ton puis Gimbert, Simon ainsi que Vergé optent pour cette même préparation, la veille du match de la finale. "La face du 'pack' en est changée", note un journaliste. La stylisation emblématique de l’équipe, telle qu’elle est véhiculée par les médias, associe les deux caractéristiques. Les joueurs contribuent eux-mêmes à raviver la fonction emblématique de la « tortue », par raisonnement analogique.

"Par pure dérision, ils se sont rasés le crâne. Pour cultiver leur originalité, ils ont fait de la tortue l’animal le plus populaire du printemps". (Sud-Ouest du 31 mai 1991)

33Par le "radis", la communauté béglaise produisait sa propre référence identitaire mise en scène par les victoires du C.A.B. Aujourd’hui, c’est l’équipe qui produit une emblématique réappropriée par une "collectivité" qui se reconnaît dans les exploits sportifs du C.A.B.B.G. Le processus dépend d’une certaine fantaisie créatrice de l’équipe et de son entraîneur (affichée par le Racing-Club de France, à l’issue de la saison 1989-90 !), incontestable vecteur de popularité, et du soutien actif de la presse spécialisée. La figure de l’entraîneur béglais, surnommé "le druide breton", livrant "la potion magique", montre également ce que la "tortue" doit à l’imaginaire de la bande dessinée. Le rugby "des terroirs" est-il sur le point de céder la place au rugby "moderne", construisant ses références culturelles à partir de ressources différentes ?

34Pour autant, il ne s’agit pas d’un simple jeu d’image(s). "La fameuse tortue a demandé trois ans d’efforts et de travail. Chacun a une tâche très précise", rappelle à juste titre un des joueurs de l’équipe. D’ailleurs, sitôt la compétition nationale achevée, Courtiols et la première ligne béglaise sont appelés en équipe de France pour un match contre la Roumanie. La "tortue" a fait son œuvre. Elle va faire la connaissance du Coq tricolore...

35On peut faire l’hypothèse que la « tortue » préfigure également une modernisation du rugby accédant au niveau du sport-spectacle contemporain. Ceci étant, l’entraîneur de Bègles entend permettre à chacun des joueurs de l’équipe de se conduire en pleine responsabilité de ses actes. Il préconise l’"auto-socio-construction" : une façon de ne pas enfermer les gens dans un "moule" et de leur permettre de "s’exprimer" et de "prendre des responsabilités". Il a fait entrer au moins un joueur dans chaque grande commission du club (administrative, sportive, sociale...).Un article de presse publié par Thierry Magnol, intitulé : "le révolutionnaire breton" (Sud-Ouest du 28 mai 1991) insiste sur les orientations privilégiées par l’entraîneur.

36La ville de Bègles n’est pas pour autant dépossédée de la victoire du C.A.B.B.G. Bien au contraire. Avant l’événement, les lecteurs du quotidien régional redécouvrent Bègles, sa réalité économique, ses ambitions. Jean-François Mézergues publie un bel article de synthèse intitulé : "Bègles. La banlieue cheminote" (Sud-Ouest-Dimanche du 26 mai 1991). On pourrait citer d’autres exemples également réussis. De même, le C.A.B. omnisports reste étroitement associé à "la prodigieuse aventure que vit le C.A.B.B.G". Les coureurs de la section d’athlétisme décident de "relier le stade de Musard au Parc des Princes en relais, à la course à pied. Ils seront quinze, comme une équipe de rugby. D’ailleurs, ils porteront les maillots à damiers, numérotés de 1 à 15. A ce propos, ils vont faire des jaloux puisqu’ils auront les casaques historiques, avec des petits carreaux..." (M.M., "Quinze lièvres pour une tortue", Sud-Ouest du 28 mai 1991).

37La complicité au sein de la grande famille du club béglais est totale. Et le Président Jean Martin veille à ce qu’elle se perpétue. Il joue habilement de l’interaction dynamique qui s’est instaurée entre le C.A.B. omnisports et le rugby du C.A.B.B.G. et il ne manque pas une occasion de rappeler à la municipalité de Bègles que le C.A.B. est un club important.

38On doit dire quelques mots des Béglais inconditionnels qui arborent le "radis" communal. Les commerçants de la place du 14 juillet, qui sont installés à portée de Musard, ont décidé de récompenser par un "radis d’or" le joueur plébicité par la population béglaise. C’est le bijoutier-joaillier Jacques Pitaud qui est chargé de l’exécution artistique de la pièce (Sud-Ouest du 31 mai 1991). Nordine Kaci, le patron du café-restaurant "Le Penalty" est de ceux qui soutiennent "Bègles". Sa devanture décorée à l’emblème du radis encourage le CA. Bègles jusqu’au bout de l’épreuve (Sud-Ouest du 6 juin 1991). Le patron n’est pas en retard d’une finale. Simplement son cœur bat pour sa ville et son équipe, lui qui a longtemps hébergé le siège de l'U.S.Bègles-Verduc. Chez "Le Bougnat", par contre, Jean Biès le patron ne jure que par le CA.B.B.G. C’est encore le cas au "Radis" ou "Chez Chiopot", deux établissements qui ont invité l’équipe de rugby pour un fastueux banquet.

39De même, au retour de Paris, l’équipe au grand complet regagne directement la terre béglaise. "Embouteillage monstre devant la gare Saint-Jean. Le cortège remonte lentement vers le pont du Guit. Direction Bègles et sa mairie, puis Musard. Le Bouclier va reprendre la place qu’il avait occupée il y a vingt-deux ans". (Sud-Ouest, "Ils sont les meilleurs", supplément Sport du lundi 3 juin 1991)

40Bègles s’apprête à vivre collectivement au rythme d’une grande troisième mi-temps. Comme il se doit en pareille circonstance.

4) L’ironie du sport...

41Deux faits méritent d’être soulignés et rassemblés sous cette formule empruntée à l’écrivain Antoine Blondin. Les titres de champions de France obtenus par l’équipe de « Bègles » en 1969 et en 1991 montrent quelques similitudes quant aux situations et aux acteurs.

42Première coïncidence, c’est toujours le même club qui est opposé à « Bègles » pour la conquête du titre suprême : le Stade Toulousain. En 1949, 1969 et 1991. Jamais les représentants de la ville rose ne parviendront à résoudre les problèmes posés par le club girondin !

43Plus douloureuse est l’autre coïncidence. Il s’agit de la comparaison qu’impose l’actualité sportive entre le ballon ovale et le ballon rond, au moment des finales de 1969 et de 1991.

44Tandis que les Cabistes triomphent à Lyon du Stade Toulousain, les Girondins de Bordeaux connaissent des revers de fortune en Coupe de France. Π s’agit encore de déboires sportifs. Nous avons déjà évoqué ces faits relatifs à l’année 1969.

45En 1991, rien ne va plus pour les footballeurs des Girondins. Tandis que le journal annonce "J moins 1 pour Bègles-Toulouse", on apprend que pour les "Girondins : l’espoir renaît" (S.-O. du 31 mai 1991). "Le tribunal de grande instance de Bordeaux a décidé de suspendre la décision de rétrogradation du club”.

46Tandis que la "tortue", appelée en équipe de France, fait des merveilles à Bucarest (contre l’équipe de Roumanie), les Girondins de Bordeaux reprennent le chemin de la plaine du Haillan, sans savoir s’il s’agit de se préparer au championnat de 1ère ou de 2ème division (Sud-Ouest-Dimanche du 23 juin 1991)... Quelques jours plus tard, on apprend que la Cour des comptes, dans son rapport 1991, épingle "l’affaire du Centre international sportif du Haillan", mettant en cause l’insuffisance générale des contrôles de la ville de Bordeaux (Sud-Ouest du 27 juin 1991). La coûteuse opération d’installation de l’équipe de football des Girondins dans le complexe du Haillan a servi de point de départ à l’enquête judiciaire au cours de laquelle Claude Bez, président du club, a été inculpé. "Les sommes sont considérables : 15,6 millions de francs d’argent public dont il est dit aujourd’hui qu’elles ont été dépensées indûment dans un contexte pour le moins troublant" (ibid.).

47En 1991 comme en 1969, la situation tourne à l’avantage du ballon ovale. Succès et déboires sont aujourd’hui à la mesure du sport-spectacle des années quatre-vingt-dix.

5) La réussite sportive et ses obligations sociales

48Les succès sportifs obtenus au plus haut niveau de la pratique s’accompagnent d’obligations sociales en matière de communication, d’échange et de rites relationnels. La « capitalisation » sportive que permet la victoire doit être redistribuée auprès des "partenaires" institutionnels qui ont contribué à doter le club des ressources financières indispensables. Le club est soumis à des règles de conduite sociale. Il ne s’engage pas uniquement sur les terrains de jeu. A cet égard, la réussite sportive donne sans doute autant de droits que de devoirs.

49Avant même que le match ne soit disputé, la presse annonce que la ville de Bègles fêtera le retour de son équipe le dimanche. "Les joueurs seront accueillis par des bandas à la gare Saint-Jean. Ils se rendront ensuite à la mairie. Enfin, en soirée, aura lieu la « fête de la tortue » avec un bal gratuit au Stade Musard". (Sud-Ouest du 29 mai 1991)

50Un prospectus diffusé par la mairie va momentanément agacer le Président Moga. S’il est compréhensible que la mairie honore les héros, c’est le C.A.B. qui doit donner le coup d’envoi de la troisième mi-temps sur son terrain de Musard ! Il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Le "protocole" est parfaitement respecté. Noël Mamère joue tout à fait le jeu et il fait même preuve d’une certaine discrétion dans son rôle de premier magistrat de la ville. La liesse populaire opère en faveur de la valorisation communautaire et de l’identité béglaise.

51L’opposition municipale prend cependant les devants, de peur que le maire ne "récupère" à sa manière le succès du club. Le bulletin Bègles Avance, de mai-juin 1991, se félicite de la victoire des rugbymen. La légende des photographies concernant l’événement sportif est rédigée comme suit : "Bègles. Des supporters fiers de leur équipe". Il n’est pas fait explicitement mention du C.A.B.B.G. ni même du C.A.B. Le président de l’association "Bègles Avance" met en garde le maire.

"(...) Le rugby est le phare sportif de Bègles et là, vous n’y êtes pour rien, mais sans doute tenterez-vous d’encaisser les dividendes des sommes que vous n’avez pas investies. En matière sportive comme pour les autres, nous avons besoin de concret. De l’être, pas du paraître, comme vous le souhaitez, Monsieur le Maire".

52En fait, le propos tombe complètement à plat. Quelques jours plus tard, à l’occasion de la fête annuelle du club, Noël Manière rappelle l’effort de la municipalité en soulignant que la subvention attribuée au C.A.B. a été nettement augmentée entre 1989 et 1991. Il insiste sur la promotion de l’image de la ville à laquelle contribue directement le club.

"Etre maire de Bègles est pour moi un fierté. Je suis d’autant plus satisfait que par le résultat de l’équipe de rugby du C.A.B.B.G., nous avons fait rebriller les couleurs de l’agglomération bordelaise à travers l’hexagone". (Sud-Ouest du 19 juin 1991)

53Les relations entre la municipalité et le club sont des plus cordiales. L’assemblée générale du C.A.B. y fait d’ailleurs référence. Les thèmes de la communication et de l’ouverture relationnelle du club sont amplement développés dans l’imposant compte rendu paru dans la presse ("CAB. Les damiers sur tous les fronts", Sud-Ouest du 20 juin 1991).

54Les "relations avec la municipalité" se font sous les meilleurs auspices. "Le Club Athlétique Béglais entretient toujours avec le maire, les élus locaux et leurs collaborateurs de très bonnes relations empreintes d’une parfaite courtoisie. C’est un grand sujet de satisfaction de constater que la municipalité a toujours été à l’écoute des problèmes et que ceux-ci n’ont jamais connu une fin de non-recevoir. Certains furent résolus rapidement. D’autres le seront à court ou moyen terme".

55L’euphorie des moments de fête n’empêche pas le Président du C.A.B. omnisports de se conduire en "patron" et de se montrer ferme sur le "programme" de développement du club. Le C.A.B.

"tient un rôle éducatif et social très important que nous, les dirigeants, ne perdons jamais de vue. C’est aussi un moteur pour la cité, pour la Communauté urbaine et la Gironde". (Sud-Ouest du 31 mai 1991)

56Les projets d’agrandissement sont connus.

"Ils sont liés à des problèmes de financement. Les transformations devraient avoir lieu dans trois ou quatre ans. Normalement, le rugby va récupérer l’emplacement occupé par le football qui, lui, sera basé à la plaine des sports. Et puis, on souhaite que les installations prévues à Mussonville se réalisent très vite". (Ibid.)

57Le délai est précis. Ajoutons pour notre part, que le C.A.B. fera tout son possible pour que Noël Manière s’engage fermement dans la réalisation de ces travaux (voir la série de modèles exposée aux pages 185-190) avant l’échéance des prochaines élections municipales du printemps 1995... La puissance hégémonique du club se manifeste. Un nouvel épisode stratégique de l’action sportive locale se précise.

58Comment peut-on définir d'un point de vue sociologique la configuration qui se dessine ? Dans le prolongement logique de la modélisation théorique déjà exposée, deux traits s'imposent. D'une part les plans d'interpénétration normalisée sont délimités unilatéralement par C (le club), face à M (la municipalité), et, d'autre part, c'est également C qui paraît disposer de l'ensemble des opportunités en matière d'utilisation des installations communales : B ("Musard" et son club-house), B’ (la plaine des sports), B” (le parc de Mussonville réaménagé). Dans ce cas, on parlera de modèle hégémonique. Il est probablement indispensable que M réajuste la situation et (re)définisse sa latitude d'action à l'échelon communal (avec les autres clubs : C’, C”...) et en tirant parti de M’ (Bordeaux ? et la C.U.B.), de M” (le Conseil général) et de M’” (le Conseil régional)...

59Aujourd’hui, la question du nouveau club-house est remise sur le tapis. L’édifice devrait remplacer prochainement l’actuel bâtiment préfabriqué, usé par les années et les soirées sportives. On va pourtant le regretter ce local pompeusement désigné "Chez Jacky", du prénom de l’ancien demi de mêlée Jacky Jameau, l’entraîneur comblé de 1969. Le « C.A.B. » revendique un siège digne de son palmarès et de ses ambitions sportives.

60Revenons à la réunion officielle qui clôt la saison 1990-91. Les "relations avec les administrations” sont rappelées ensuite dans le compte rendu de l’assemblée générale. "CUB : elle a tenu ses promesses pour la réalisation du bassin d’étalement. Des pourparlers sont en cours pour la vente du terrain supportant un court de tennis et le paiement de la construction d’un nouveau court pour le club". Les "relations avec la direction départementale de la jeunesse et des sports », franches et cordiales", ont permis de reposer la question du montant de la subvention du F.N.D.S., jugé trop faible.

61Le club est parfaitement établi dans son réseau de relations et de collaborations. Les invitations pleuvent en direction de l’équipe de rugby championne de France : les entreprises et les institutions dans lesquelles tel ou tel joueur exerce sa profession, les sponsors, la ville de Bordeaux, les institutions politiques comme le Conseil général et le Conseil régional, le journal Sud-Ouest. Pour la corrida de L’Oreille d'Or organisée aux Arènes de Floirac, plusieurs rugbymen viennent, comme convenu, saluer les matadors (S.-O. du 10 juin 1991)...

62Dans son numéro 9 de la revue Girondes (juillet-août-septembre 1991), Le Président du Conseil général Philippe Madrelle félicite l’équipe du C.A.B.B.G., son entraîneur et son président.

"Ils sont pour nous tous un exemple : banlieusards, ils montrent à tous que les banlieues peuvent vivre et vaincre ; bordelais, ils consolent la métropole de ses déboires sportifs ; girondins, leur dynamisme et leur travail ouvrent la voie à la réussite de ce département. Le Conseil général a pris sa part de leur succès, par son aide financière importante, comme il prend sa part du succès de la Gironde", (cit. p. 3)

63La collectivité territoriale a institutionnalisé la subvention allouée aux "représentants" sportifs du département. Le propos du Président montre bien les bénéfices respectifs que tirent les deux contractants, en termes de légitimité et de valorisation territoriale. La réussite sportive repose en partie sur un vaste support de relations sociales de même qu’elle contribue à en tisser de nouvelles.

64Plus que jamais, le rugby du C.A.B.B.G. est en prise directe sur la "société locale" envisagée à ses divers niveaux d’agencement. Il a pu constituer un vaste réseau relationnel à l'échelle régionale. La communication, la coopération, l’engagement contractuel, l’échange, l’interaction et l’esprit de compétition font partie de son quotidien. De toute évidence, cela suppose une organisation ajustée à chacun de ces registres spécifiques. Ne peut-on pas ajouter, dans ce cas précis, que les intérêts sportifs sont aussi la forme symbolique d’intérêts sociaux, économiques et politiques ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15884/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende — Prospectus distribué par la mairie pour fêter le retour des vainqueurs
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15884/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540